Partagez
 

 Speed Dating [Matthew & Othello]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 1424

Date d'inscription : 03/09/2015

Bogeyman





Speed Dating [Matthew & Othello]
10.10.16 21:52

Speed Dating

Matthew Dickens &  Othello Delor —> Alors vous ne savez pas vraiment pourquoi vous vous êtes retrouvés sur les balcons mais une chose est sûre… Vous êtes coincés ! À peine avez vous franchis les grandes baies-vitrées que ces dernières se referment derrière vous d’un claquement sinistre. Le pire dans l’histoire c’est que l’heure du diner approche et que mine de rien il commence à faire super froid. Bien sur au fond de vous une petite voix vous dit que ça ne peut être que la faute de votre partenaire, mais de là à savoir qu’il s’agit d’un coup de l’esprit frappeur qui ricane du haut des toits… C’est une autre histoire ! Attention car à la moindre accusation vous perdrez un vêtement… Soyez vigilants quoique vifs d’esprit et évitez de vous retrouver tout nu ! Quoique forcer son camarade à le devenir n’est peut-être pas une mauvaise idée, surtout quand on est persuadé que tout est de sa faute… Hehe.
Revenir en haut Aller en bas
http://firewhisky.forumactif.com

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 115

Date d'inscription : 20/09/2016

Feat : original character

Crédits : me

Double Compte : atlas pendragon

Othello Delor





Re: Speed Dating [Matthew & Othello]
13.10.16 12:13

Pull out your heart
To make the being alone
Easy
musique J’ai voulu éviter le dîner ce soir et j’ai couru, escaladé le plus haut point de Poudlard pour un semblant de liberté, la clope entre les lippes. Je n’aime pas fumer mais parfois, parfois j’en ai besoin. Je ne sais pas. Je tousse et j’ai les yeux rouges. Ma gorge est sèche et mon haleine empeste la nicotine, je le sens déjà. Je souffle, un long moment. Ce n’est pas la première fois que je m’abandonne seul sur les balcons du château, quand bien même j’ai connaissance de ma peur du vide. Mais… Je suppose qu’il suffit de ne pas regarder en bas pour oublier ses phobies. Je ne peux pourtant pas nier que je m’agrippe du mieux que je peux au rebord de pierre. Si je pouvais y enfoncer mes ongles, je le ferai.
Je tapote sur le filtre et regarde les cendres rouges perdre leur éclat tandis qu’elles s’envolent vers au-delà.
Mon ventre grogne. Je geins. L’idée même de devoir passer un nouvel instant entouré des autres… étudiants, m’agace. Je n’irai pas, non non, pas ce soir estomac, désolé.

Clac. Bord- Le son me fait bondir sur place et j’en fait tomber ma cigarette par-dessus la balustrade. Au moment où je m’apprête à me retourner vers la porte pour râler un bon coup, je tombe nez à nez avec un autre sorcier aux couleurs de Serdaigle. Je me tiens tout de suite beaucoup plus droit et l’affronte du regard, sans trop savoir pourquoi. J’étais persuadé que le vent venait de faire claquer les portes, je ne l’ai même pas entendu rentré. Je soupire de soulagement, en revanche. Mon imagination me glisse souvent des idées comme des fantômes malveillants ou autre créature malfaisantes venus me jouer de mauvais tours. J’ai beau être rentré dans ce monde loufoque depuis plusieurs années maintenant, je n’arrive toujours pas à me faire à ces choses-là…

Je n’ai pas envie de parler, ni de le regarder. Je m’apprête à sortir mais au moment où je tente d’ouvrir, rien n’y fait. Je suis coincé. Je me retourne, visiblement agacé et le jauge du coin de l’oeil.

J’peux savoir pourquoi tu as verrouillé la porte ?

Lançais-je en haussant un sourcil.
Ma cravate s’envole.
Quoi ? C’est qui ce mec ? Qu’est-ce qu’il me veut ?

… C’est quoi ton problème ?!

Et au tour du gilet. What. The. Fuck. Je préfère me taire, contentant de le regarder de façon menaçante. Je ne suis pas d’humeur à jouer. Je ne l’ai même pas entendu lancer de sortilège !


+ notes -
BY MITZI





Revenir en haut Aller en bas


Invité


Anonymous





Re: Speed Dating [Matthew & Othello]
13.10.16 22:29

Trust me when I say it's you.

Ou l'Art d'attraper un rhume.

Repas expédié. Vas savoir pourquoi, mais ce soir il était monté. Besoin d'air, besoin de prendre de la hauteur. Aucune idée, puis ses pieds l'avait emmené. Plus haut, là où il ne risquait pas de croiser une âme en peine. Surtout à l'heure du repas. Il était encore trop tôt pour que la foule d'élèves migre. Et lui en profitait donc, une pomme à peine entamée à la main et son sac sur l'épaule. De quoi s'occuper l'esprit en paix. Alors il était là, à pousser une porte au pif pour sentir l'air frais sur sa peau et perdre ses pensées au loin.
La tête ailleurs, il s'était déjà avancé. Sans percuter de sa bêtise. Que quelqu'un était déjà là, qu'une âme s'y était perdue. Connerie. Un visage surpris en face de lui, qui se recompose rapidement. Posture qui se redresse. Matt le dévisage un instant, peut-être un de trop. Mais il ne s'attendait vraiment pas à voir quelqu'un. Serpentard, plus jeune, qu'il a sûrement déjà croisé. Mais avant qu'il ne puisse s'excuser ou s'éclipser, voir même les deux, l'autre se détourne, le contourne et se tire. Et Matt lui prend sa place contre le rebord et lâche son sac au sol.
Sauf que. Sauf que le gars lui cause. Il se retourne, hausse un sourcil et ne pige pas. Pas tout de suite. De quoi il l'accuse, hum. Il n'a rien fait. Surtout pas à la porte. Une cravate verte et argent s'envole, il la suit du regard. Puis nouvelle agression. Putain. Il n'en a aucun de problème. Et franchement, si l'autre n'arrive pas à ouvrir une putain de porte, ce n'était en rien de sa faute. Il ne capta même pas la disparition du gilet, trop agacé. Mais il se contient. Pour l'instant. Et dépassa l'autre type sans vraiment le bousculer. A peine frôlé. Il tenta à son tour d'ouvrir la baie vitrée sans que rien ne bouge. Colère qui monte. Doucement. C'était quoi ça. Il prit sa baguette, l'agita en articulant un « Alohomora » dont les effets furent aussi peu spectaculaires que sa précédente tentative. Bordel. S'il tenait l’abruti qui s'amusait d'un truc aussi idiot...  Un comme ce gars là. Une porte ne se fermait pas comme ça, ne se bloquait pas comme ça. Par principe tout de même, il répéta la formule. Distinctement. Et le mouvement précis de sa baguette en direction de la baie-vitré ne lui apporta rien. Fermée. Bloqué. Sur un putain de balcon. La blague.
« Dis moi, ça t'amuse bien hein ? Tu trouves ça hilarant de bloquer les gens sur un bacon ? »
Il s'était retourné, lentement, pour fixer le Serpentard. Son humour était douteux. Et il n'avait pas le cœur à plaisanter. Surtout que c'était au tour de sa cape de se faire la malle.
« Rend la moi, j'ai clairement autre chose à foutre de ma soirée que de m'occuper d'une connerie pareil. »
Son ton était frai comme l'air qu'il respirait. Et il sentit plus qu'il ne vit sa cravate disparaître à son tourd. « Par Marlin ! » Il se prit la tête entre les mains et soupira. Comme si tout pouvait s'arranger dans un souffle. A défaut, ça le calma. Un peu. Un instant.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 115

Date d'inscription : 20/09/2016

Feat : original character

Crédits : me

Double Compte : atlas pendragon

Othello Delor





Re: Speed Dating [Matthew & Othello]
14.10.16 10:05

Pull out your heart
To make the being alone
Easy
musique Et le voilà à jouer l’innocent, lançant des sorts pour donner l’illusion qu’il n’a rien à faire dans cette histoire. Je fronce les sourcils et l’observe, bien évidemment, échouer. J’hausse un sourcil et témoigne de mon agacement par un lourd soupir. Sa comédie ne marche pas avec moi, il commence à faire froid et je perds patience. Je croise les bras et le regarde m’accuser à son tour. Si elle est pas bonne, celle-là ! Mais bien sûr, j’ai eu le temps de lancer un sort alors qu’il m’a terrorisé en venant sur le balcon. Les Serdaigles sont d’un prétentieux, ils sont insupportables.

Néanmoins quelque chose attire mon oeil : sa cape s’envole et sa cravate la suit. Que se passe-t-il ? Je regarde autour de nous et ne vois aucun autre sorcier pouvant être à l’oeuvre d’une telle fourberie. Alors cela se joue entre lui et moi, et comme je sais ce que j’ai fait, ça ne peut-être que lui. Que faire ? Je serre les dents et claque ma langue contre mon palais avant de monter d’un ton.

Oh oui, dans quelle main tu vois tes affaires grand nigaud ? Je le pointe du doigt. Tu es entré après moi, comment aurais-je pu faire une chose pareille ? Le plus louche ici, c’est toi !

Ma ceinture disparaît. Quoi ?! Mais qu’est-ce que j’ai dis ?!
Je souffle un moment et tente de me concentrer. Cette situation n’est définitivement pas banale et il semblerait que mes accusations me causent un vêtement à chaque fois. À en voir son air complètement ahuri, le bleu continue de nier du regard. Je ne peux pas me permettre de me laisser me faire ridiculiser de la sorte.

Je reprends mon calme et m’octroie un maigre sourire. Bon, très bien, tu veux le jouer ainsi…

Mais vas-y, présente moi une quelconque logique qui prouverait que je suis la cause de tout ça.

J’écarte les bras, attendant son discours avec impatience - avec un peu de chance il sera forcé de faire la mauvaise langue et perdre d’autres vêtements à son tour. De fait, il finira sans doute par annuler le sortilège, auquel cas il risquerait de terminer… Eh bien, nu, au milieu du froid.
J’ai l’impression de jouer à un nouveau genre de strip poker et je n’aime pas ça du tout.


+ notes -
BY MITZI





Revenir en haut Aller en bas


Invité


Anonymous





Re: Speed Dating [Matthew & Othello]
16.10.16 23:22

Trust me when I say it's you.

Ou l'Art d'attraper un rhume.

Ton accusateur, le serpent siffle et mord. Veut se faire innocent alors que personne d'autre que lui n'est là pour porter le chapeau. Ne trompe personne. Surtout pas Matt. Et son venin l'énerve. Violemment. Parce que cette situation était idiote. Profondément débile. Et qu'il semblerait que l'autre gars ne veuille pas arranger les choses. Mais quel con. Et la ceinture qui disparaît à son tour. Il devait bien avouer une chose, le Serpy serait encore plus idiot de faire disparaître ses propres fringues en plus des siens. Mais cela ne voulait pas dire qu'il n'en était pas la cause.
Puis un changement de ton. Et dans sa colère, Matt sentait que l'autre changeait d'approche. Imperceptiblement. Comme s'il avait pigé un truc, un truc que lui n'avait pas encore vu. Alors il se fait prudent, mais trop irrité, il ne voit pas. Pas encore. Et cela l’agace aussi, de sentir le truc, de percevoir quelque chose qui lui échappe. Et il avait juste une putain d'envie de lui retirer son sourire à la con. De lui faire éclater son pseudo calme et de lui faire avouer ses torts. Parce qu'ils n'étaient que deux sur ce balcon. Et qu'il se savait non coupable. Bordel, il croyait baiser qui ainsi ?

« Vas-y, continue de jouer au con. Comme si en deux deux j'aurais pu faire quoique ce soit alors que t'es là depuis j'ne sais combien de temps à foutre je ne sais quoi. T'as eu tout le temps de préparer ta p'tite farce, c'est bien, bravo. » Ironique, il applaudit de ses deux mains. Puis son gilet qui disparaît. Froncement de sourcils. Et sa chemise qui ne sert  plus à rien alors que le froid mord à son tour. Il comprend, pense comprendre. « … En m'accusant de ta connerie tu me prêtes des talents en informulés que je n'ai pas. Je ne sais pas si je dois être flatté ou non. »

Ses doutes sont fondés alors qu'il sent qu'il n'a plus sa chaussette droite à peine finit-il son accusation. Bien, de mieux en mieux. Il se mord la lèvres, n'en peut déjà plus de cette situation. Et ne devrait pas avoir à se justifier ainsi. Il en a marre, de cette danse qu'il ne mène pas, du type qui se la joue en face, de l'air trop frai qui s'agrippe à sa peau et le fait frissonner. Et cette porte qui est toujours fermée.. Il va finir à l'infirmerie avec une crève monstrueuse. Ou alors il peut tenter d'y amener l'autre. Mais le mec semblait avoir compris la manœuvre. Il ne voyait pas comment il pouvait le pousser à la faute, maintenant que la subtilité de ce jeu idiot était découverte. Alors il baisse les yeux pour éviter de le fixer trop longtemps et de déraper, de faire un geste regrettable comme lui envoyer son point dans la gueule. Les mots étaient force et pièges, les utiliser devenaient dangereux. Alors il préféra retourner près de son sac et s'affaler au sol contre la rambarde du balcon. Et lever son regard au ciel, face à l'immensité frigorifiée de la nuit. S'il l'ignorait suffisamment longtemps, l’autre en aurait sûrement marre de son p'tit jeu et le laisserait sortir. L'espoir fait vivre. Il n'y croyait tellement pas et sa colère était beaucoup trop vive pour qu'il puisse se la fermer.

« Maintenant, si tu n'es pas coupable, je serais ravi d'entendre ton explication. » Voix faussement posée, il ne cache en rien l'irritation qui l'habite et dans ses yeux dansent les ombres de sa fureur. Ne crois déjà pas un mot de ce qui pourra se dire. Tente toutefois de faire trébucher le gars. Si l'autre pouvait perdre encore quelques couches de fringues pour finir à poil par cette température, ce serait bien fait pour sa gueule.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 115

Date d'inscription : 20/09/2016

Feat : original character

Crédits : me

Double Compte : atlas pendragon

Othello Delor





Re: Speed Dating [Matthew & Othello]
19.10.16 15:50

Pull out your heart
To make the being alone
Easy
musique Je ne cille pas, je suis même plutôt satisfait de me faire engueuler à tout va et injustement dans cette situation. Je suis d’un naturel relativement patient mais il est vrai que le froid m’oblige à vouloir en finir et vite. Le rapace lance ses dernières accusations et il semble qu’à son tour, il a compris. À en juger par le bref silence avant qu’il ne me demande des explications, tout du moins. Par ailleurs, sa question est relativement handicapante car cela m’obligerait à m’innocenter et devoir inverser les rôles. Je fais face à un véritable dilemme qui m’oblige à avoir quelques secondes de recul sur tout ce qu’il se passe. Faire le tri. Respirer. Recommencer.

Le visage de ce type me dit vaguement quelque chose, il me semble que nous partageons la même classe pendant un cours mais son nom reste dans une zone sombre de ma mémoire. Loin de moi l’idée de vouloir me venger par la suite si jamais je me retrouve nu au milieu de Poudlard… Enfin. Je pense.

Je m’enroule dans mes propres bras et me les frotte frénétiquement. Une buée bouillante sort de ma bouche en reprenant mon souffle.

Le tout est de ne pas lui faire porter le chapeau… C’est un vrai casse-tête, mais je pense y parvenir.
Je m’adosse contre la paroi la plus proche et soupire.

Je ne te connais pas, quel intérêt pourrais-je y gagner ?

L’air presque las, en vérité je suis à la recherche d’une faille. Je tente de ne pas m’apitoyer sur mon sort et me dit qu’un gros mensonge lui fera peut-être mouche pour qu’il se laisse aller une nouvelle fois. Je lance alors :

C’est vraiment pas mon truc de martyriser les autres élèves, vraiment.

Je souris, grandement. S’il a quelques connaissances en commun avec moi, il devrait savoir que c’est bien entendu faux - même si dans le fond, qu’il doute de mes mots me blesserait quelque peu puisque je me tue à porter cette gueule d’ange pour le plus grand plaisir des profs et d’mes vices cachés.

Je quitte mon point d’appui et glisse jusqu’à lui. Je le fixe, lève le visage, l’affronte.

Alors, qu’est-ce que tu vas faire ? Continuer à m’accuser sans véritables preuves ? Me menacer pour annuler ce sortilège ?


+ notes -
BY MITZI





Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Speed Dating [Matthew & Othello]

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: