Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Les héroïques. [ Siham ]


Partagez | 
 

 Les héroïques. [ Siham ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité


avatar





Les héroïques. [ Siham ]
16.10.16 21:33

Siham & Abby
Les héroïques.




Depuis les tragiques événements qui nous avaient laissé à tous un goût amer, la vie avait repris son cours à Poudlard. Bien sûr, les rires et autres élans de joie s'étaient fait rares et c'est à peine si nous pouvions entrevoir un sourire sur les visages fermés. Aux questions indiscrète, il suffisait de feindre l'indifférence et de répondre, à contre coeur : "tout va bien." Un murmure étouffé qui criait à l'aide, en réalité. Le mensonge avait pris une place importante au sein de notre cher établissement, c'était triste à voir, c'était triste à vivre. Moi qui vivait dans la chaleur et le confort d'un Poudlard fort et bienveillant, auprès de mes lions vigoureux, je commençais à avoir froid. Froid de solitude, de peine et d'épuisement. Je ne désirais qu'une chose, retrouver les rires et le bonheur qui, jadis, glissaient sur les murs et englobaient les quelques âmes qui passaient par là avec une facilité déconcertante. Cette époque n'est pourtant pas si lointaine... comment la retrouver ?

J'étais certaine de ne pas être la seule à désirer tout ça, au plus profond de moi. Nous étions plusieurs à chercher, dans les regards, une once d'espoir, une main tendue, une voix réconfortante. Comme il est aisé de flancher lorsqu'on est seul. A plusieurs, bien au contraire, il est plus simple d'affronter les maux qui nous rongent ! C'est grâce à Kieran que j'avais eu la chance de comprendre ça. La simple présence d'un être cher suffit à vous apporter une dose suffisante de bonheur. J'avais repris du poil de la bête. Pas grand chose, mais c'était suffisant pour que je me remette à manger correctement et à dormir six bonnes heures maximum.

Aussi, j'essayais de permettre à mes camarades d'étoffer un peu leur peine et de reprendre goût aux études et à la vie de sorcier. Mais comme je le disais, il est difficile d'accomplir ce genre de tâches lorsqu'on est seul. Voilà pourquoi je m'étais mis en tête de trouver l'auteur des petits messages que j'avais remarqué ces derniers jours. Au détour d'un couloir, sur la première page d'un ouvrage, en levant les yeux sur le plafond des couloirs... Quelques mots réconfortants, pleins d'espoirs, étaient apparus ça et là et je bénissais celui ou celle qui avait eu cette idée grandiose. Le pouvoir des mots est tout de même hallucinant ! Ils parvenaient à faire sourire les coeurs écorchés sans peine, c'était drôlement agréable.

J'avais fait le tour de l'école plusieurs fois dans le but de trouver le coupable, sans résultat. Adossée contre le grand chêne de la cour, je tentais de reprendre ma respiration avant de me remettre à courir. J'avais dans l'idée d'aller me rafraîchir avant le prochain cours, j'en avais bien besoin. A vouloir traquer un fantôme, on finit par y laisser du souffle ! Et tandis que je franchissais la porte des toilettes, je tombais nez à nez avec une demoiselle, stylo en main, qui semblait griffonner un petit mot sur une des nombreuses portes. Curieuse, je jetais un oeil sur ledit mot avant de la pointer du doigt. Noooon... et si... ?

- TOI !

Déclarai-je, assez fort pour être entendue de la terre entière.

- C'est toi qui laisse des petits messages d'encouragement un peu partout dans l'école ? C'est génial ! Si tu savais le nombre de fois où tes petits mots m'ont fait sourire !

J'étais enjouée, ravie, heureuse et je manquais d'adjectif pour décrire l'état dans lequel j'étais. Une étrange mais douce euphorie s'était emparée de moi. J'avais enfin trouvé la responsable de mes doses quotidienne de bonheur !

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 105

Date d'inscription : 11/10/2016

Crédits : ava & leo ♥

Double Compte : Bo la harpie

avatar





Re: Les héroïques. [ Siham ]
18.10.16 0:39


Poudlard n'est plus que l'ombre de lui-même, et ça te rend triste.

Tu as toujours adoré l'école, parce qu'elle est surprenante, joyeuse, pleine de vie, magique. Même durant les jours les plus sombres tu as toujours trouvé un certain réconfort dans ces couloirs mille fois arpentés, dans les rires qui résonnent sous les plafonds voûtés, les sourires que lancent les tableaux.

Aujourd'hui les personnages des tableaux se cachent dans leur arrière-plan, les couloirs ne sont parcourus qu'à pas pressés et tout ce qui résonne sous les voûtes ce sont les soupirs. Toi qui ne vis qu'à travers le bonheur que tu lis dans les yeux des autres, te voilà bien bouleversée. Les sigmas ont donné un coup de massue dans ta routine, écrasé avec application tout ce qui te paraissait miraculeux dans ton quotidien. Ces êtres qui marchent à tes côtés ne te sourient plus en croisant ton regard, trop perdus dans leur prison intérieure. Rangées d'automates au ventre noué, se rendant machinalement d'une classe à une autre sans plus jamais lever les yeux pour admirer la beauté de l'automne. Tu aimes tellement le rouge et l'or des arbres à cette saison, mais savoir que tu les contemples seule en fait faner les couleurs.

L'idée t'es venue en cours (tu ne sais plus lequel, tu n'écoutais de toute façon pas). Un mot, gravé à même le bois a attiré ton attention et fait froncer tes sourcils. Une insulte. Un instant tu as vu tout ce qu'il y avait de négatif dans ces trois mots, tu as vu tout le mal qu'ils pouvaient faire. L'instant d'après ton visage s'est illuminé.

Les débuts ont été difficiles, surtout pour des raisons techniques. Écrire à la plume sur autre chose que du parchemin n'est pas chose aisée, encore moins quand les tableaux menacent à tout bout de champ de te dénoncer. Lancer un sort n'est pas mieux – tu es trop brute, trop mauvaise, trop brusque. Après avoir arraché un pan de mur, tu as abandonné. C'est un né-moldu qui t'a redonnée espoir avec sa trousse pleine de feutres inutiles (il les avait acheté pour la rentrée, sans savoir, l'innocent). Tu lui as demandé si tu pouvais les lui emprunter. Il a dit que tu pouvais les garder. Tu l'as remercié d'un baiser sur le front.

Une fois ta main armée, les mots te sont venus comme une évidence.

« I hope you have a wonderful day »
« You are so brave »
« Keep trying anyway »
« It's okay to rest »
« You are loved »

Des phrases courtes, des termes simples. Des intentions qui touchent. Du moins tu l'espères. Tu ne sais pas comment signer, tu ne sais pas si tu le dois, alors tu termines toujours de la même façon. Avec que ce que tu espères faire éclore sur les visages de ceux qui te liront.


Ton manège dure depuis une petite semaine déjà, un peu plus maintenant. Tu continues de faire le tour des lieux durant tes pauses, parce qu'il reste toujours des miroirs à graver, des méchancetés à recouvrir, des messages à faire passer. Tu es dans les toilettes des filles et tu inscris une gentillesse en lettres bâton aux milieux des autres graffitis vulgaires.

« Your mum is the nicest person »

Le claquement de la porte te fait sursauter et le regard de la fille te cloue sur place. Tu te demandes ce qu'elle va faire. T'ignorer ? Te dénoncer ? Tu ne voudrais pas faire de perdre de points à ta maison, mais tu sais que ce tu fais est important. Ça en vaut la peine. Son exclamation enjouée te prend de court, mais un sourire ravi étire rapidement tes lèvres.

- C'est vrai ? Je suis contente, c'est pour ça que je les laisse ; faire sourire. J'avais peur qu'ils passent inaperçus, donc tu me rassures.


Tu te redresses, rayonnante. Cette fille semble heureuse et tu sens la joie monter en toi à son tour. Tu t'écartes sensiblement pour lui laisser voir la porte derrière toi.

- J'essaye de masquer toutes les horreurs écrites par des générations de sorciers frustrés, mais c'est un travail de titan comme tu peux le constater. J'ai peur de ne jamais en voir le bout.

Tu fais la moue, ton regard léger survolant avec désapprobation les blagues salaces et autres vilaineries. Puis tu décides de les oublier pour le moment et te tournes vers ta nouvelle camarade, t'engorges de sa présence chaleureuse.

- J'aime beaucoup tes tresses, elles te vont bien. On se connait pas ; je suis Siham, et toi ?
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: Les héroïques. [ Siham ]
22.10.16 12:45

Siham & Abby
Les héroïques.




J'avais conservé un sourire ravi vissés aux lèvres, bien trop heureuse pour le laisser si facilement s'effacer. A la manière des héros de mes ouvrages d'enfant, j'avais l'impression d'être arrivée au terme d'une quête longue et périlleuse et que j'étais récompensée pour mes efforts. La récompense suprême après de longues heures de ténèbres incessantes. L'inconnue rayonne comme un soleil, dont les rayons réchauffent la moindre parcelle de peau que je dévoile. Qu'il est bon de se blottir dans cette douce chaleur...
Bientôt, elle m'invite à découvrir son nouveau chef d'oeuvre et je l'accueille avec joie !

- Oh non, loin de là ! Tu les laisses à des endroits stratégiques, on finit toujours par y poser un regard ! Et avec la curiosité, moi, j'ai fini par ne plus attendre simplement de les découvrir. J'ai voulu les chercher directement ! Je suis trop impatiente.

Je ne compte plus les fois où, avide de bonheur et de sourires, j'ai voulu découvrir un nouveau un message, un nouvel espoir, un encouragement discret. Il n'était pas rare, pendant les repas, de me voir passer la tête sous la table à la recherche d'un mot précieux. A défaut d'avoir les yeux vissés sur mes livres, en classe, je parcourais les salles des yeux à la recherche de ces trésors qui commençaient à se faire rare. Et lorsque j'étais récompensée de mes efforts, je finissais totalement reboostée et j'étais prête à reprendre ma quête. Je n'avais aucunement honte d'en parler ouvertement ! A la place de la jeune fille, je me sentirai fichtrement fière, si j'avais pu distribuer des sourires à la pelles à mes camarades.

Mais bien vite, je prends conscience de la difficulté ressentie par la jeune fille. Malgré sa bonne volonté, elle est tout de même seule et c'est une mission colossale qu'elle s'est lancée à elle-même. Lui offrir un peu d'aide ne serait certainement pas de trop. Les bras subitement croisés, j'imaginais ma nouvelle héroïne face à ses difficultés. Cette vision ne me laissait pas indifférente.

- Je vois. Tu t'es lancée dans quelque chose d'assez gros et j'imagine que pour une seule et même personne, ça doit être laborieux...

Je n'avais pas quitté le petit mot des yeux. Mais l'ayant interrompue en plein élan, je ne fus pas surprise de constater qu'il manquait sa signature personnelle. Ce petit truc en plus qui te faisait dire : "Ah, elle a encore frappé !"

- Je peux ?

Demandai-je, en désignant le stylo que je finissais par prendre. Avec une certaine concentration, la langue coincée entre mes lèvres, je m'appliquais à tracer un rond parfait, dans lequel j'ajoutais deux points pour les yeux et une parenthèse pour le sourire. Voilà, il ne manquait rien !

- Excuse-moi de t'avoir interrompue. Maintenant, plus aucun doute, on sait que la justicière au grand coeur a encore frappé... pour notre plus grand plaisir !

Un éternel sourire aux lèvres, je lui rendais son arme afin qu'elle puisse encore faire pétiller les regards, parfois embués de larmes.

- Merci beaucoup. Je suis Abby, enchantée Siham ! Décidément, en plus d'être belle de l'intérieur, tu es aussi jolie qu'un pudding à la citrouille !

Pour le coup, on aurait pu croire que cette phrase n'avait aucun sens. Ou pire, que je me moquais d'elle ! Il n'en était rien. La gourmande que j'étais n'était capable que de maigres comparaisons, le plus souvent culinaires ! Aussi, si le pudding à la citrouille demeurait un régal pour mes yeux, Siham l'était tout autant ! A ma façon, j'essayais simplement de lui dire qu'elle était jolie. Difficile quand on ne réfléchit pas trop à ce qu'on dit et qu'on laisse échapper tout haut ce que l'on pense tout bas.

- C'est peut être un peu impromptu, mais... si je peux t'aider en quoi que ce soit, je me ferais un plaisir de le faire !

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 105

Date d'inscription : 11/10/2016

Crédits : ava & leo ♥

Double Compte : Bo la harpie

avatar





Re: Les héroïques. [ Siham ]
05.11.16 16:41


La jeune fille en face de toi te rassure, t'offre son impatience comme le plus beau des compliments. Tu ne pensais pas récolter si tôt les fruits de ton labeur. En fait tu ne songeais même pas en récolter du tout. Ces mots, tu les as écrits parce qu'ils te semblaient naturels, nécessaires d'une certaine manière. Les sigmas ont volé l'âme de Poudlard et tu as décidé de le lui rendre.

- Je vois. Tu t'es lancée dans quelque chose d'assez gros et j'imagine que pour une seule et même personne, ça doit être laborieux...

Tu hausses imperceptiblement les épaules, sans te départir de ton sourire.

- Si j'ai réussi à redonner le sourire à ne serait-ce qu'une personne, alors ça en valait la peine.

Et grâce à cette inconnue, tu sais maintenant que c'est le cas. La satisfaction est une sensation plaisante, qui se répand dans ton ventre et te réchauffe de l'intérieur. Tu n'hésites pas quand ta compagne te demande ton stylo, et tu la regardes faire avec curiosité. Aurais-tu fait une faute ? C'est possible, tu es tellement distraite. Parfois tu es tellement occupée à essayer de rendre ton écrire lisible que tu oublies un mot. Mais ce n'est pas cela qu'elle trace du bout du feutre.


Pendant un instant tu la regardes sans comprendre. Elle te parle de justicière au grand cœur, de frappe. Et dessine un smiley. Quand tu comprends enfin, tu t'illumines comme un soleil.

- Une signature ! Le smiley est une signature ! Je n'y avais pas pensé, tu es une génie !

Tu avais toujours effectué ce geste par automatisme, sans réaliser sa portée. Maintenant que c'est fait tu sautilles de plaisir, te pends au cou celle qui vient de te le révéler, avant de sautiller à nouveau. Abby se présente à toi, te parle de citrouille, et tu es si heureuse que tu ris. Et aussi parce que tout le monde aime la citrouille. C'est bon la citrouille.

- Tu m'as déjà tant aidé ! tu t'exclames quand elle propose de te prêter main forte. Grâce à toi je sais que ce que je fais n'est pas vain, et j'ai même ma propre marque de fabrique ! Mais si tu es motivée...

Tex yeux pétillent alors que tu te perds un instant dans ton rêve éveillé. Tu souris tellement que tu te demandes si ton visage reprendra un jour sa forme normale (ce ne serait pas bien grave, sourire toute le temps ça te convient aussi). Tu attrapes la main d'Abby entre les tiennes et la serre gentiment.

- Tu sais ce que j'ai toujours voulu ? Monter un groupe, comme celui des Téméraires ou des Hiboux, mais avec un autre but. Celui de faire de l'école un lieu où on rit et où on sourit, un lieu de bonne humeur. Je me doute que ça n'arrivera jamais, mais on peut quand même essayer de faire quelque chose à deux, non ? Tu voudrais faire la, la justicière avec moi ?


Tu as déjà entendu ce mot dans la bouche de Kieran, tu crois te souvenir qu'il fait référence à une héroïne moldue. Ce mot te plaît. Tu décides de l'adopter.

- On pourrait même se trouver un nom !

Tu te remets à sourire et agiter tes mains, excitée comme une puce au salon de la moquette.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 30

Date d'inscription : 20/09/2015

avatar





Re: Les héroïques. [ Siham ]
02.01.17 17:53

Lux pas Chouette


Délabrer les couloirs délabrer les couloirs, mais qui ose faire un tel carnage ? Lux ne comprend pas ce langage, peut-être parce qu'elle lit le message à l'envers, celui sur le plafond, celui un peu trop haut pour qu'lele ne prenne la peine de s'envoler. Après un tour à 90 degré de sa tête, elle finit par y lire un message de bonté.
Lux se pose gracieusement sur l'épaule d'Abby Reynald un peu plus loin, car elle a tout entendu. Car Lux entend tout, voit tout et sait tout.

"Si vous voulez faire vos affaires, faites les ailleurs que sur le plafond ou les murs ! Vous devrez nettoyer ces bêtises, et que ça ne se reproduise pas ! Je retire 1 point à Poufsouffle !"

Elle redresse ses lunettes avant de disparaitre. 1 point seulement, il faut croire que Lux la Chouette n'a pas totalement désapprouvé ces petits messages...


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Les héroïques. [ Siham ]

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: