Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Sleeping Snake [ Rosabel Northrop ]


Partagez | 
 

 Sleeping Snake [ Rosabel Northrop ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Préfet & Président du club de duels


Messages : 838

Date d'inscription : 08/09/2015

avatar





Sleeping Snake [ Rosabel Northrop ]
16.10.16 22:42


    Il révisait. Il révisait comme à son habitude, allongé sur son lit, les coudes le soutenant et le regard posté sur ses dossiers. Le statut juridique sorcier. Les lois, décrets et devoirs de ce monde qu’il avait eu la possibilité de découvrir, de ce monde étranger et si familier. Tout n’était que quotidien. Lecture, apprentissage, révisions. Mais quelque chose ce jour là, différait des autres. Outre le fait qu’il était dans le dortoir commun, situé au troisième étage de lits superposés, un dortoir auquel il avait finalement fini par se faire, oubliant que Green partageait le même lit à proprement parler, oubliant même que plus de 1000 élèves partageaient une salle dans ce brouhaha constant, quelque chose n’avait pas sa place dans ce décor si usuel. Frôlant son épaule, une autre épaule. Défroissant ses draps, un corps qui n’était pas le sien. À ses côtés se tenait l’intrigante Rosabel Northrop, plongée elle aussi dans des révisions auxquelles il avait tenté de jeter un oeil en biais. Mais ce fut un texte totalement incompréhensible, et l’énorme dictionnaire qui séparait leurs livres semblait relater du vocabulaire des êtres de l’eau. Il avait un peu souri de travers, se demandant l’intérêt de parler à ceux qui détestaient les sorciers et surtout, comment ils testaient leurs connaissances en la matière. Mais toujours était-il que le langage des êtres de l’eau n’avait rien de notable comparé au fait que Rosabel Northrop révisait aux côtés d’Anton Lawliet. Et il avait noté quelques regards interloqués de deux ou trois élèves qui passaient par là, se demandant surement ce qu’une vipère de la sorte faisait avec l’intellectuel du château. Un soupire s’échappa de ses lippes alors qu’il soulignait avec sa plume une notion qu’il ne connaissait pas encore. Il fallait avouer que lui aussi, s’était un instant posé la question. Elle était simplement venue s’allonger à côté de lui, la plume en main et les bouquins sous le bras, sans un mot. Et il n’avait rien dit non plus, trop peu sûr des intentions parfois louches de la verte. Mais Anton avait été content, à ce moment précis. Il avait senti une énergie soudaine dans son ventre, un léger sourire sur les lèvres et luttait depuis ce moment à rentrer un tant soit peu dans le cours qu’il se devait de connaitre pour espérer comprendre le reste de son année. Il s’était un peu senti heureux car c’était la première fois depuis le début de l’année qu’elle lui montrait une quelconque marque de reconnaissance — car malgré le statut de préfet qu’ils partageaient, ils s’étaient tout bonnement ignorés depuis la rentrée. Alors il aurait suffit qu’elle passe son chemin pour qu’il pense que l’atoll de Nukunonu n’avait été qu’une illusion. Après tout, cela n’avait rien eu de très réaliste. Pourtant ce jour là, à ce moment précis, Rosabel Northrop était simplement, mystérieusement venue s’installer à ses côtés, s’invitant sur son lit, dans sa vie comme si de rien n’était. Et le pire, c’est qu’il ne lui en voulait pas.Mais la réalité des choses était plus profonde qu’elle ne le semblait. Ce n’était pas une question d’adolescents qui ne savaient plus se comporter l’un avec l’autre. Anton l’avait en réalité, volontairement évitée et la satisfaction de le voir à l’instant précis à ses côtés avait ce quelque chose de contradictoire qui le caractérisait si bien. La raison était simple : la raison même qui réunissait tous les élèves du château dans cette même pièce, dans la salle du trône. Sigmas. Un simple nom qui faisait frémir le Serdaigle, qui lui rappelait qu’il appartenait bel et bien à deux mondes différents. Un nom qui le remettait en doute sur lui-même, sur ses origines, sur tout ce qu’il était, depuis maintenant deux semaines. Un nom qui le rendait maussade, méfiant. Et quel autre profil meilleur que celui de Rosabel Northrop pour en faire partie.Il n’avait jamais osé lui demandé directement, n’avait jamais osé même s’adresser à elle depuis leur intervention dans la grande salle. Parce qu’il ne savait pas comment s’y prendre, parce qu’il avait peur d’une réponse qui les séparerait surement, qui leur ferait oublier tout ce qu’ils avaient vécu jusqu’à ce jour. Et Anton s’était honteusement rendu compte, tristement peut-être, qu’il s’était attaché à cette relation sans queue ni tête. Que la présence de Rosabel Northrop dans sa vie lui donnait une certaine confiance, un certain réconfort, l’impression de ne pas être si seul qu’il le croyait. Elle lui avait offert des possibilités, des nouveautés qui l’avaient d’une certaine façon, transformé. L’on ne voyait plus Anton pas coiffé ou le dos courbé, l’on ne voyait plus Anton en jogging mais un Anton apprêté, à la cravate nouée, au dos droit et au regard confiant, parfois séducteur. Sans pour autant qu’il prétende apprécier la gente féminine — mais Rosabel sortait de toute catégorie préparée. Sa plume continuait de gratter le papier vierge d’informations importantes à retenir mais les pensées n’étaient pas là, et Anton se savait pas assez concentré pour continuer à faire quelque chose, aussi utile cela lui sembla. « Tu n’as rien à dire ? » avait-il tonné, peut-être un peu plus froidement qu’il ne l’avait espéré. Son regard ne s’était pas relevé vers elle, finissant enfin d’écrire sa phrase avant de poser sa plume, de se retourner vers le visage raffiné, de sourire. Et à ce moment précis, alors que leur regard se croisait, Anton se sentit soudain se décomposer.


+20




1. (Psychology) the capacity for understanding, thinking, and reasoning, as distinct from feeling or wishing 2. a mind or intelligence, esp a brilliant one. 3. a person possessing a brilliant mind; brain. 4. those possessing the greatest mental power.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant contre les Dragons à Poudlard & Préfète & Sigma


Messages : 233

Date d'inscription : 19/04/2016

avatar





Re: Sleeping Snake [ Rosabel Northrop ]
04.11.16 0:35

Le dictionnaire sous sa cuisse repliée, les pages tournantes d’un vocabulaire à un autre, le bruit de la plume, légère et bruissant s’écoulant à l’encre bleu sur un parchemin déroulé, le coussin d’Anton dans son dos qu’elle avait à moitié volé, épaule contre épaule, une main qui serrait machinalement le col de son pyjama fermé, toute emmitouflée qu’elle était dans les étoffes trop chers qui drapaient encore élégamment d’un trop chaque parcelle de peau ; c’était le froid aussi, et les pieds d’Anton qu’elle cherchait du bout des orteils. Rosabel envahissait Anton de ces petites manies, de ses livres empiétant sur les siens, de sa silhouette trop longue, étrangement silencieuse et sage, mais qui se rapprochait doucement et de plus en plus de la sienne. Cela lui aurait encore paru tout naturel, et quoique les évènements de ces derniers mois auraient dû la tenir éloignée encore du serdaigle, elle persistait toujours ; Anton Lawliet était un luxe dont elle ne comptait pas se priver. Et à raison tandis que les froides journées d'hiver glaceraient son épiderme d'une solitude nouvelle.

Naturellement, sa concentration restait inchangée. Elle n’était pas de ces impatiences enfantines. Il semblait d’ailleurs qu’elle manquait plutôt cruellement de palpitations, de ces palpitations que les filles ont parfois lorsqu’elles sont seules avec un garçon. Mais la plume de Rosabel crissait sur le papier avec autant de légèreté et de fluidité que si elle avait été seule, dans ce sérieux qui la caractérisait bien, peut-être trop peu cependant en présence d’Anton. Car il l’aurait plutôt connu d’une autre façon, déchaînée, passionnée, de cette ivresse, de ce désir qui berçait encore ses lippes d'une rêverie érotique, d’une douceur sur ses lèvres, d'un flot incessant de mots. Ne le disait-il pas ? Qu'elle était bavarde. Et Rosabel aimait parler, extravagante dans la plupart de ses choix, de ses gestes. N'aurait-on pas encore avoué que le penchant de Rosabel Northrop pour Anton Lawliet tenait d'une faute de goût ou bien d'un vulgaire caprice ? Après tout, quelle justification aurait-on donné ? Et bien malgré eux, ils étaient néanmoins devenus l'attraction touristique d'un dortoir de fortune, l'intrigante Rosabel que l'on suivait d'un oeil discret. La garce et l'intello du château. Le saugrenu, l'improbable.  

Pourtant il y avait un non-dit, comme une ombre au tableau venu déranger l'idylle. Sigma. Et cela sonnait comme une incompatibilité, elle le savait, le regrettait sans doute. Quoique. Anton n'aurait pas été Anton, elle-même ne l'aurait pas désiré. Embrasser l'un, c'était se détourner de l'autre. Et bien que Rosabel avait déjà précipité sa destinée en choisissant l'un, le simple fait de se tenir à cet instant si proche d'Anton montrait qu'elle n'était pas prête, pas prête à abandonner l'autre, pas prête à rejeter ce vibrant attrait qu'elle avait pour lui sachant qu'il était bien le seul à le lui faire ressentir. Anton l'émoustillait.

Anton.
Sigma.

La plume suspendit sa course sur le parchemin. Elle fixa la calligraphie. Cela n'allait pas. Cela la contrariait. Elle désirait les deux.

Si elle avait quelque chose à lui dire. Il la rejetterait instantanément, comme il l'avait déjà fait. Mais semblable à une malédiction suspendue juste au-dessus de sa tête, Rosabel avait le pressentiment, tenace, que cette fois il n'y aurait plus de retour en arrière. La plage, le sable, cela lui paraissait si lointain. Et cette insouciance, ce rêve, tout avait éclaté à leur retour, et résignée cependant à ne pas connaître de fin heureuse, le peu d'éclat que leur étreinte avait fait naître en elle avait fâné. Comme tout le reste.

Défaitiste, elle pensa que rien ne les jetterait jamais plus l'un vers l'autre. Dans cette vie là, Rosabel Northrop et Anton Lawliet étaient voués au rien.

Et paradoxalement, ce banal et chaste toucher, le petit lien entre eux, d'une obstination qu'ils devaient tout de même avoir, elle s'en sentait rassurée.
Alors ses yeux avaient un instant bref quitté la fastidieuse traduction pour trouver ceux d'Anton, tellement moins rébarbatifs. Elle le fixa de ses yeux sombres, et longuement elle s'égara sans doute dans la contemplation de détails, de son visage, d'une mèche de cheveux, du contour de ses lèvres. Elle fut marquée par l'idée que cela faisait si longtemps qu'elle ne l'avait pas dévoré d'aussi près, car n'était-ce pas ce qu'elle faisait, à le scruter avec une patience presque étrange, de cet intérêt tout silencieux et tout intense.
Un ravissant sourire, un peu drôle, courba ses commissures.

_ Non.

Et ce fut tout. Vif, net. Sans commentaires. Avare. Presque cruel.
Et elle laissa passer quelques trop longues secondes. Et quoique ce ne fut pas assez. Anton la rendait parfois tendue. Si bien qu'elle en devenait brusque. Alors, soudain, et sans crier gare comme elle en avait le secret, elle jeta son parchemin en l'air, retrouva cette extravagance qu'elle se découvrait volontiers lorsqu'elle lui parlait, et se tourna complètement vers lui.

_ Enfin, si. Tu sais bien que j’ai toujours beaucoup de choses à dire. Mais tu n’as pas assez de patience pour ça. Par exemple, je pourrai commencer par ça ; Anton Lawliet, ne prends pas ce petit ton là quand tu me parles.

Et ses longs doigts osseux s'étaient aventurés comme ils l'avaient peut-être si souvent fait sans qu'elle n'en soit trop consciente, sur la joue du garçon. Et elle tira la peau, le pinça. Les yeux légèrement pliés, chafouins, cela lui arracha un petit sourire narquois.

_ Sinon je devrai te demander de te trouver un autre endroit pour réviser. Et te faire virer de ton lit, vraiment, par une pimbêche, c’est bien la dernière chose que tu souhaites.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Préfet & Président du club de duels


Messages : 838

Date d'inscription : 08/09/2015

avatar





Re: Sleeping Snake [ Rosabel Northrop ]
01.02.17 18:03

Vraiment ? Et ses lippes s'étiraient discrètement en une moue caustique, le mensonge et l'ironie mêlés dans la voix de son improvisée compagnie. Il n'osait dire connaitre assez Northrop pour savoir que cette négation, affirmée trop vite surement, était l'une de ces dénégations comme affirmation dissimulée. En revanche, il aurait dit à qui voulait bien l'entendre qu'il connaissait déjà la véritable réponse, et ce "non" envoyé comme une balle de fusil ne faisait que renforcer ses convictions. Elle lui cachait quelque chose; et si cela ne pouvait certainement pas être ses intentions à son égard, ses combinaisons avaient un arrière-goût de sombre pensée. Il y avait un sourire qui s'était égaré sur le visage du garçon et l'on pouvait lire dans ses yeux, possiblement amusés, une forme de regret croquant.  

« Doucement, avec les menaces. » Ravissant sourire. Évidemment, il y avait quelque chose d'un peu prétentieux, envoyé dans ses mots langoureux. Et ses paroles avait été suivies d'un soupire, d'une main attrapant la sienne, la retirant de sa joue rosie par le pincement. Il avait dirigée puis posée cette main, douce et travaillée, sur les draps et avait probablement oublié de retirer la sienne, si ce ne fut pas volontaire. Aussi prolongeait-il ce contact presque futile, dénué de tout intérêt autre qu'une affection involontaire et incontrôlée, d'une volonté de pouvoir, un instant de plus, sentir sa peau contre la sienne. Ou plus indirectement, mais pas moins efficacement, de contrôler ses gestes imprévisibles. « Parce que la dernière chose que je souhaite, c'est de devoir te virer de mon propre lit pour que tu retournes dans le tien. » Certains auraient dit que cela ne lui ressemblait pas, d'autres qu'il n'était plus tout à fait le même. Anton Lawliet n'avait jamais réellement fait preuve d'assurance comme d'insolence, quand bien même reconnaissait-il volontiers que cette petite visite était des plus appréciables. Clin d'oeil exagéré, ironique, habituel, sans surprise.

Il s'ennuyait lui-même.

La méfiance avait pris une place plus imposante qu'il ne l'avait espéré. Cela n'avait pas été voulu, un concours de circonstances était apparu. Et voilà qu'elle était très certainement intégrée dans ce groupe de Sigmas, et qu'il était très indéniablement né-moldu. Et dans ce fouillis d'idéaux, il fallait bien que l'un devienne distant. Il n'aurait pu l'être complètement cependant; elle l'attirait toujours, de ses gestes imprévisibles, du carnet qui avait volé, de son regard ravageur. Un regard qu'il ne tenait plus, qu'il évitait facilement, sans gêne, agrippant ses yeux aux mains plus ou moins enlacées. « J'espérais continuer à t'éviter encore un peu plus longtemps. » L'aveux n'avait rien d'amère, si ce n'était une pointe d'amusement. Une pointe d’Anton Lawlliet.

Les draps s’étaient pliés sous son mouvement, le garçon se redressant, s’asseyant le dos contre le mur, les jambes courbées, genoux en l’air et regard ailleurs. Ses poignées s’étaient posés sur ses genoux, ses mains s’étaient nouées. Ses dents croquaient l’intérieur de ses joues, les pensées tournées vers ses examens qu’il aurait du finir de préparer. Mais Rosabel le passionnait, plus que le droit, aussi incroyable cela sembla paraitre à son entourage, ses professeurs, lui-même. Son parfum le déconcentrait, autant que sa présence insolente, sa position affriolante. Il aurait pu, aurait du culpabiliser; puisqu’un jour il s’était promis d’être le meilleur, avait choisi de sacrifier sa vie affective pour se concentrer sur ce qui le concernait réellement; ambition. Mais les choses le rattrapaient et l’engloutissaient. Rosabel l’enfermait et le faisait dévier. « Je pense que nous ne sommes pas compatibles. » Ongle dans la bouche, regard toujours fuyant.


« Je ne te comprends pas. » Et la seule chose qui les rapprochait, l’argent, n’aurait rien pu y changer. L’attirance, peut-être. Il aurait pu parler de curiosité, d’inconnu, préférait taire quelques pensées orgueilleuses et captieuses. Et se demandait encore, mais qu’est-ce qu’elle lui trouvait, à ce garçon si banal, ni beau ni laid, ni sympathique ni méchant; à cet imbécile discret qui chassait la chance quand elle se présentait. Car n’était-ce pas un honneur, que d’avoir les faveurs de la noblesse, que de pouvoir se vanter de côtoyer la femme qu’elle présentait. Derrière quoi courrait-elle, exactement ? Surement l’aurait-elle déjà jeté, s’il lui avait cédé; surement l’aurait-elle déjà oublié, s’il lui avait accordé ce qu’il pourrait lui offrir. Ses mains se renouent devant lui. Et beaucoup surement l’enviaient de sa proximité avec l’intangible.

« Tu ne devrais pas trop trainer avec des nés-moldus Rosabel, ces derniers temps c’est pas recommandé. » Mâchoires qui se crispent, mains qui se resserrent. Northrop faisait bien entendu ce qu’il lui plaisait; au-delà des préjugés et pensées que l’on pouvait lui accorder. Mais Lawliet semblait plus sérieux que de coutume; elle écrasait chaque milimètre de son humour fastidieux.




1. (Psychology) the capacity for understanding, thinking, and reasoning, as distinct from feeling or wishing 2. a mind or intelligence, esp a brilliant one. 3. a person possessing a brilliant mind; brain. 4. those possessing the greatest mental power.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Sleeping Snake [ Rosabel Northrop ]

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 3° :: Salle du Trône :: Épisode #8-
Sauter vers: