Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













De l'amour des choses simples. [Louise]


Partagez | 
 

 De l'amour des choses simples. [Louise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité


avatar





De l'amour des choses simples. [Louise]
16.10.16 22:57

Louise & Spencer
De l'amour des choses simples.




Qu'est-ce qui fait qu'un être humain peut nous manquer autant ? Est-ce l'absence de contact prolongé ? Le fait de ne plus sentir le parfum qui englobe l'être cher tout entier ? Un regard échangé dont on est seulement spectateur et qui suscite la jalousie ? Je n'étais pas très à l'aise avec mes sentiments, encore moins avec mes émotions. Je les subissais sans trop me poser de questions, évitant soigneusement de les exposer au regard des autres, pour finalement les libérer une fois seul. Il suffisait d'un seul mot de sa part, un seul sourire et je pouvais sentir mes joues devenir brûlantes et mon coeur manquer un battement. Inutile d'ébruiter mon comportement, je serais encore moins à l'aise si ça se savait. Il faut dire que si je garde tout pour moi, ce n'est pas par crainte du ridicule ! Chacun est libre de ses pensées, après tout. C'est seulement par pudeur. Confier ses émotions, n'est-pas offrir une part de soi à l'oreille attentive qui vous écoute ? Aussi, je ne dis rien, préférant fermer mon coeur à double tour au risque de le blesser, de l'écorcher, de l'émietter et de répandre des petits bouts de tristesse sur mon chemin. La raison de mes peines actuelles ? Elle porte un nom, celui d'une jeune fille qui n'a jamais cessé de me troubler mais qui semble si lointaine à présent. Sa simple silhouette arrive encore à me déchirer l'âme et rester debout demande un effort presque surhumain. Comme j'aimerais avoir le droit de flancher, comme n'importe qui, afin de me libérer un peu de ces souvenirs maussades. Mais je n'ose pas, craignant de ne plus pouvoir me regarder dans un miroir après ça.

Le coeur lourd et l'âme en peine, je tentais de trouver un lieu accueillant dans lequel je pourrais me reposer, ne serait-ce que quelques instants, afin de me libérer de mes démons. Ô comme ils semblaient s'amuser de mes tourments... Bien malgré moi, mes pas me guidèrent jusque dans la bibliothèque. Pourquoi être étonné ? J'avais l'habitude d'y aller si souvent que je pouvais m'y rendre les yeux bandés. A pas de loups, je pénétrais dans le sanctuaire dédié à la littérature et au silence. Qui sait ? Me plonger dans un ouvrage pourrait peut être s'avérer salvateur.

Cette fois, je ne me laissais pas guider et je me rendais de moi-même dans l'espace dédié à la littérature magique. Mon style préféré. N'ayant pas spécialement envie de m'éterniser devant l'énorme étagère qui me faisait face, j'attrapais un livre aux bordures d'argents, arborant le titre sobre de "Hearts a mess". Et bien... il y avait pourtant plus joyeux. Mes doigts s'aventurèrent distraitement sur la couverture tandis que mes iris marrons parcouraient l'ouvrage.

- Vendu.

Murmurai-je, avant de me rendre dans le coin réservé à la lecture, dont les nombreux coussins et canapés invitaient à se prélasser. Il n'y avait presque personne, si on exceptait une serdaigle que je connaissais de vue et ... Louise ? Oui, je n'eus aucun mal à reconnaître le doux visage de la jeune fille, elle même plongée dans un ouvrage qui semblait la tenir en haleine ! En effet, il y avait cette petite ride sur son front, caractéristique d'un froncement de sourcil qui illustrait parfaitement son état. Je ne sais pas si elle s'en rend compte mais lorsqu'elle lit, Louise est toujours très expressive.

Nous nous sommes rencontrés pour la première fois ici et nous avons pris l'habitude, il y a de ça quelques mois, de nous retrouver parfois, au détour d'une pause, pour nous délecter d'un ouvrage ou se confier quelques mots. Plongée dans sa lecture, elle dans la mienne, il m'arrivait de lever les yeux vers elle pour découvrir une nouvelle expression. Un sourire, un regard triste ou encore une moue boudeuse. Je me retenais tellement de rire lorsque j'assistais à ce spectacle... Et elle était là, toujours plongée dans sa lecture, toujours ivre de livre. Douce Louise, comme ta présence suffit à apaiser mes souffrances cachées.

Sans un bruit, je vins m'asseoir à ses côtés. Bien sûr, je n'ouvris pas la bouche. Les mots étaient inutiles lorsque je me trouvais en sa compagnie. Je me contentais d'attendre qu'elle lève les yeux vers moi et je lui offrais alors un sourire, qu'elle ne tardait jamais à me rendre. Aujourd'hui, cependant, je n'en fis rien. Je ne voulais pas croiser son regard, il comprendrait certainement bien trop vite. Aussi, je me contentais de poser ma tête contre son épaule avant de fermer les yeux, mon ouvrage sur mes genoux. Je n'avais pas besoin de plus, la seule présence de la serpentard suffisait à m'apaiser.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 156

Date d'inscription : 06/08/2016

Feat : original

Crédits : penguin factory

avatar





Re: De l'amour des choses simples. [Louise]
30.10.16 22:20


« Et lorsque Spencer était venu à elle, Louise avait esquissé un doux sourire, venant plonger sa main dans ses cheveux, effleurant sa joue. Ses yeux n’avaient pas quitté son ouvrage mais distraite de ce dernier, elle avait senti le serdaigle venir à elle avant même qu’il ne pose sa tête au creux de son épaule. Et elle aimait sa présence, cette habitude qu’ils avaient de lire ensemble, d’exister tout en étant ailleurs : dans un tout autre univers. Un propre à leur lecture, aux aventures narrées entre deux pages, six chapitres. Enfin. Se retenant de lui demander comment il avait, elle avait dévisagé du coin de l’œil le roman qu’il avait déposé sur ses genoux. Était-il bien ? Et lui, lui comment se sentait-il ? Elle ressentait une détresse sans pourtant pouvoir la définir, la toucher du bout des doigts. Elle ressentait oui un vide qui lui prenait l’estomac, et qui scellant ses lèvres lui donnait envie de rester là : de ne pas le lâcher, de ne pas l’abandonner.

Alors sereine et loyale Louise n’avait pas bougé. Elle était resté là, dans sa tiède affection et ses moues paisibles. Elle avait laissé se rabattre ses paupières un instant, se concentrant sur l’instant, réfléchissant sur les mots qu’elle pourrait lui offrir. Mais rien ne lui venait si ce n’était ce qu’ils avaient toujours été : le silence. Un silence partagé, respecté; intime. Un silence ponctué de phrases et de secrets, de regrets et de rires. Un silence qui avait créé au fil du temps une relation un peu particulière à laquelle ils ne cherchaient à se détacher. Aussi Louise ne savait pas pourquoi Spencer restait, revenait : mais jamais ne lui était venu à l’esprit de le chasser. Elle l’accueillait dans son monde et sanctuaire, le laissait vivre sans osciller à ses côtés; découvrir les histoires pour lesquelles elle se passionnait et des fois les drames pour lesquels il lui était difficile de ne pas froncer les sourcils.

Combien de temps, déjà ? Et ne tenant plus elle était venue murmurer non loin de lui : « Spencer. » Car Louise avait toujours aimé prononcer ainsi les prénoms de ceux qu’elle aimait, et s’y raccrochant elle avait lié les mains, ne sachant quoi faire de plus avec : « Dis-moi, dis-moi si ça va. » Le temps avait alors repris sa course et incapable de se concentrer sur quoique ce soi si ce n’était le brun, elle avait dévisagé le vide; quelque peu soucieuse. Que lui dirait-il ? Mentirait-il, se confierait-il ? S’éloignerait-il ? Ou resterait-il muré, fermé ? Elle ne savait pas et ne voulant plus y penser s’était contentée d’attendre patiemment. Car ainsi avaient-ils toujours été.

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: