Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Let me slap you right back // suite

Partagez | 
 

 Let me slap you right back // suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Préfet & Téméraire


Messages : 92

Date d'inscription : 12/10/2016

Localisation : chez ta mère

Feat : Ronan Lynch

Crédits : Ava <3

Double Compte : Shasta Mathesson, aka parapluyran

avatar





Let me slap you right back // suite
19.10.16 10:23

Début ici

Jason avait un peu attendu que la serdaigle s'en aille en direction du château, s'allumant une deuxième cigarette, et réfléchissant posément à ce qu'il venait de faire. Inviter Dawn, à boire une bièreaubeurre. Enfin non, pas exactement, puisque c'était une partie de sa dette, mais tout de même. C'était un sacré truc. Quoique, Jason avait des amies, et quand ils ne faisaient pas une connerie dans le château ou la forêt interdite, ils allaient boire un coup aux trois balais. Il y allait même avec plusieurs filles, mais il ne ressentait aucun trouble, du moins pas celui qui le traversait à présent.
Sa cigarette se consumait entre ses doigts et il l'achevait nonchalamment, avant de l'écraser et rentrer au château d'un pas pressant.

Il avait rapidement récupéré un pull et une cape, parce qu'il a beau faire le dur qui ne craint rien, le froid pointe vite le bout de son nez dès que le soleil entame sa longue descente vers l'horizon. Ensuite il avait attendu Dawn dans le hall, en s'imaginant qu'elle allait le planter, et que ce ne serait vraiment pas étonnant.

Et pourtant, ils s'étaient bel et bien retrouvés l'un en face de l'autre, sur l'une des tables en bois auxquelles Jason s'était habitué à force de se rendre à l'auberge. Il faisait chaud, mais pas une chaleur moite qui vous colle à la peau, plutôt cette température rassurante et douillette, qu'on ne voudrait quitter pour rien au monde. Avec en prime les deux chopes bien remplies devant eux, Jason se demanderait presque si la patronne n'avait pas ensorcelé l'endroit pour que ses clients ne l'abandonnent jamais.

Et heureusement qu'il avait cette chope devant lui, parce qu'il ne savait vraiment pas quoi dire, et encore moins qu'est ce qui lui avait pris. D'où il avait eu l'idée d'inviter Dawn Nashwood. Même si c'était une pseudo-dette. Et quelque part, il était bien content que la tournure des évènements ait pu créer une telle dette. Il y avait des choses certainement bien plus désagréable qu'une bièreaubeurre en compagnie de la serdaigle. Il n'osait pas depuis qu'ils étaient arrivés la regarder droit dans les yeux. Comme si elle allait le figer comme une statue de pierre. Alors il posait son regard sur ses mains un peu abimée par la manipulation d'outils divers et variés. En comparaison il avait les siennes, démesurément grandes, écorchées. Sa peau était légèrement gonflée au niveau des jointures, et plus rouges que le reste.
S'était-il imaginé qu'il serait aussi muet que d'habitude, là tout de suite ? Pas qu'il n'ait aucun sujet de conversation, ou mieux encore, de vannes pas méchantes mais moqueuses à l'attention de Dawn. Ça il en avait, des petites piques à lui envoyer, même si ce n'était rien de très élaborés. Qu'importe, on en attendait pas tant de la part du Gryffondor.
Décontenancé, il saisissait sa chope, la cognait presque en douceur contre celle de Dawn, osant un regard et surtout un petit sourire, mi amusé mi gêné.

À la tienne hein ?

Puis il approchait la boisson de ses lèvres et buvait deux gorgées salvatrices. Au moins, il était occupé à quelque chose d'autre que se demander s'il devait lancer quelque chose ou attendre que la serdaigle parle.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 34

Date d'inscription : 12/10/2016

avatar





Re: Let me slap you right back // suite
19.10.16 11:52

Vous étiez arriver au trois balais, avec un petit soulagement de ta part parce que tu commençais à avoir vraiment froid, et la marche un peu rapide pour accéder au bâtiment n'avait rien changé.
Pourtant t'avais prit un gros pull en laine bouilli, bien trop grand et qui découvrait, en tombant maladroitement sur tes épaules, le début de ta clavicule, ajoutez à ça la grosse écharpe aux couleurs de ta maison, la cape et le bout de couverture transformé en châle, pour le coup t'as même pas eu besoin de grossir pour ressembler à une boule. Une boule de vêtements. On dirait une mauvaise vanne d'un mauvais dessin animé.

Donc te voilà à une table bien au chaud, avec une bièreaubeurre devant toi, t'as un peu (je dis bien un peu) laisser tomber les couches et tu t'es bien calé sur le siège de la chaise en vieux bois sombre. En attendant la boisson, tu grattais la table avec ton long ongle de pouce, que tu gardais toujours long parce que... Parce qu'on a toujours besoin d'un ongle de pouce. Comme d'un plus petit que soit, c'est une règle universelle.

Il trinque avec toi et tu portes la pinte à tes lèvres, pour entamer la première gorgée pleine de mousse. Mousse que tu chasses de tes lèvres en un coup de langue discret. Et comme il dit rien et que t'as rien à dire non plus, tu ramènes tes jambes contre toi et tu sors ton carnet de croquis. Réflexe qui vient souvent quand t'as une bièreaubeurre à côté de toi.

Attends je dessine une machine à ton effigie. Que tu dis avant de te contenter de faire un bloc sur ta feuille jaunie. Et bim. Dawn mimiardaire, nouvelle Einstein. Jasonator 2000. Bon par contre on sait pas à quoi il sert encore. Mais ça va venir.

En vrai t'essayes même pas particulièrement de le vanner, juste de... D'avoir un semblant de conversation ? Parce que non seulement t'as pas l'habitude, mais en plus l'inspiration est plus difficile à obtenir que quand tu veux construire un truc.

P'tite gorgée. Encore et puis encore. Tu sais pas boire, autant que tu sais pas quoi dire et que tu cherches.

Merci pour la boisson au fait. Parce qu'en fait j'pensais pas que tu me prendrais au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Préfet & Téméraire


Messages : 92

Date d'inscription : 12/10/2016

Localisation : chez ta mère

Feat : Ronan Lynch

Crédits : Ava <3

Double Compte : Shasta Mathesson, aka parapluyran

avatar





Re: Let me slap you right back // suite
20.10.16 0:08

C'est pas gênant ce silence, c'est pesant. Jason se demande si au final, c'était une bonne idée. Dawn n'avait peut être absolument pas envie de venir boire une bièreaubeurre avec lui. Il lui avait presque imposé en fait. Quoique ç'avait été à ses yeux une suggestion, mais les gens n'aiment pas jeter les idées de Jason. Aussi mauvaises soient elles. Il avait les yeux rivés dans sa chope, même s'il ne buvait plus. Il n'allait pas tout boire d'un coup, il serait obligé d'en recommander une, et ce serait alors le début de la fin.
Finalement, elle brisait le silence. Dawn Naswhood, la pure la dure revenait au galop en s'installant comme il avait toujours l'habitude de la voir. C'est à dire comme si personne d'autre n'existait autour, et c'était rassurant, quelque part. Mais elle le fascinait toujours. Vraiment très souple, en tout cas cent fois plus que le gryffondor, qui serait bien incapable de caler ses jambes comme la serdaigle. Et il ne préférait pas essayer, au moindre raté il frappait la table avec son tibia. Et en plus d'éprouver une douleur sourde, il dégommerait tout ce qui se trouvait sur et autour de la table, c'est à dire Nashwood et les bièreaubeurres. Avait il envie de dégommer Nashwood et la précieuse boisson ? Tout aussi casse pied qu'elle soit, ce n'était pas vraiment dans les priorités du grand crétin.

Attends je dessine une machine à ton effigie. Et bim. Dawn mimiardaire, nouvelle Einstein. Jasonator 2000. Bon par contre on sait pas à quoi il sert encore. Mais ça va venir.

Il haussait un sourcil amusé, puis posait sa chope pour se pencher un peu et regarder ce que dessinait Dawn. Elle le remerciait rapidement pour la boisson, et ignorait le fait qu'il avait vraiment tout pris au premier degré. Elle gribouillait vaguement mais c'était tellement plus élaboré que les dessins bâtons de Jason.

Heeee, j'ai les épaules un tout petit peu plus larges.

Protestait-il en posant presque timidement son index sur la feuille de papier pour désigner le croquis. Puis il réfléchissait à une utilité du robot. C'est vrai, est ce que ça valait le coup qu'on le duplique ? Très concentré, il passait sa main sous son menton et fronçait les sourcils pour se concentrer. Ce devait être comique à voir. Vraiment.

Hum, il pourrait te servir à attraper des trucs qui sont trop hauts pour toi, ou même te porter sur ses épaules pour pas que tu te fasses compresser par une foule. Ou encore soulever des trucs super lourds pour créer d'autres machines encore plus démentes. Mais si possible, donnes lui un cerveau ou une connerie comme ça, je suis sûr qu'il sera meilleur que moi pour faire mes devoirs.

Finissait-il par dire au terme d'une réflexion qui lui paraissait bien longue mais qui n'avait du prendre qu'une petite poignée de minutes tout au plus. Quoique, mis à part ses devoirs, lui même, le Jason authentique, était capable de faire tout ça.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 34

Date d'inscription : 12/10/2016

avatar





Re: Let me slap you right back // suite
20.10.16 1:19

Heeee, j'ai les épaules un tout petit peu plus larges.

Et tu le regardes avec de grands yeux parce que t'as pas trop l'habitude, et tu pensais pas que ce serait une habitude que t'aurais à choper. T'hochais bêtement la tête, en rajoutant maladroitement un peu d'épaisseur au simple bloc qui occupe ta feuille.

Et puis il te déballe des idées, en vrac comme tu les aimes, comme si il avait prit cette histoire au sérieux, et ça te donne une si furieuse envie de sourire que t'arrives pas à la contenir.Et tu l'écoutes tout déballer, t'as l'impression que c'est un brainstorming qui aurait très bien pu avoir lieux dans ton esprit. Enfin non, en fait, ça contient une part de fantaisie un peu irréalisable que t'arrives pas aussi bien à donner à tes machines, et ça te fait quand même ressentir une pointe 'envie. Tu te demandes à quel moment t'as pas suivi pour avoir droit à ce petit truc en plus que lui balance alors qu'il s'en rend sans doute même pas compte. "On est jamais parfait", tu penses. Tu sais ^pas trop qui tu désignes en pensant à ça.

Alors il aura besoin de bras !

Et tu prends ton stylo et tu traces les traits avec la passion que d'habitude tu partages jamais, et que tu choisis donc de garder à l'intérieur, parce qu’apparemment ce serait mieux comme ça. Bon, tu perds pas de vue qu'en société, tu te donnes moins de marge à tes ressentis, et donc tu perds pas de vue les vannes de mauvaise foi qui sont surtout là pour faire joli.

Et si il avait un cerveau il aurait plus l'droit de porter ton nom j'pense.

P'tit sourire en coin en rebuvant une gorgée de bièreaubeurre, et tu replaces ton écharpe bien comme il faut pour qu'elle te gêne pas dans tes mouvements, qu'elles endommagent pas le geste, le coup de crayon qui se voulait vivant.

J'me demande si je pourrais faire une machine avec un esprit de contradiction...

T'ajoutes des bras articulés, tu te fais même un siège, sur ce qui se veut être les épaules. "Même si j'sais très bien gérer une foule en délire, faut pas croire", que tu ajoutes quand même au cas ou. Et tu dessines grossièrement des sourcils froncés entre les deux épaules, qui encadrent deux petits ronds noirs qui sont là en guise d'yeux, et un peu plus bas, un sourire, que tu légende sur le côté par "Sourire de débile qui va bien" avec ton écriture de médecin.

Pauvre Earnshaw quand même, t'as rien demandé. que tu finis par dire, après un petit moment de réflexion.

Parce que c'est vrai qu'en fait, comme tu sais pas trop quoi dire, tu le lynches dans un but humoristique. Et ça vient juste de te traverser l'esprit, que peut-être lui il aime pas trop ça.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Préfet & Téméraire


Messages : 92

Date d'inscription : 12/10/2016

Localisation : chez ta mère

Feat : Ronan Lynch

Crédits : Ava <3

Double Compte : Shasta Mathesson, aka parapluyran

avatar





Re: Let me slap you right back // suite
20.10.16 15:18

Toujours penché, par dessus la table, Jason avait décalé un tout petit peu sa chope et s'était appuyé sur le bois pour voir les dessins de la serdaigle, évoluant sous ses yeux. Ça prenait de l'allure, et ses lèvres s'étiraient en un sourire un peu bêta, comme il avait l'habitude. Puis il se reculait légèrement et s'appuyait sur le dossier de sa chaise. Ses yeux avaient quittés le dessin de Nashwood pour se porter sur le décor de l'auberge. C'était vraiment confortable, chaleureux et rassurant. Il n'y avait pas beaucoup de monde à cette heure ci, et pourtant un vrai bruit de fond comme à chaque fois qu'il passait le seuil de la porte. Des bruits de verres qui s'entrechoquent, l'eau qui coule, les rires qui fusent. Les conversations éparses, sur les nouvelles qui courent, les rumeurs du château et les bruissements du papier des journaux. La porte qui s'entrouvre et le courant d'air frais qui se glisse entre les pieds de chaises et les chevilles des sorciers. Il y a le feu qui crépite dans la grande cheminée, les crissements de chaises et le bruissement des capes.
Il aimerait que cette ambiance se fige éternellement, dans une dimension parallèle à laquelle il pourrait accéder à chaque fois qu'il se sent mal. Manque simplement un ou deux dragons qui volent à travers la fenêtre.

Puis, après son inspection presque complète des lieux, ses yeux se posent sur la chevelure brune de Dawn. Il y a des mèches qui tombent en avant et couvrent un peu son visage. Elle a l'air si concentrée. Il laisse son regard dériver sur la serdaigle. Elle est d'une minceur impressionnante, si frêle qu'elle pourrait se casser à tout moment. Un instant, il s'imaginait, si le heaume avait écrabouillé non pas la machine mais l'inventeur. Il s'en serait voulu, sans aucun doute. Attrapant du bout des doigts sa chope, il boit goulument trois autres généreuses gorgées, se perdant dans les sensations que procuraient la boisson qui descendaient dans sa bouche et sa gorge. Puis enfin, il se souciait du fait qu'il n'était vraiment pas bavard. Et qu'il fallait remédier à cela au plus vite.

Pauvre Earnshaw quand même, t'as rien demandé.

Je... ha ?

Il haussait un sourcil et tendait la main en direction du croquis de Dawn, qu'il lui piquait rapidement, voyant qu'elle avait fini. C'était marrant ce croquis, du... Jasonator 2000 qu'elle l'avait appelé. Bon, ça ne lui ressemblait pas vraiment, c'était une machine après tout. Avec... Il plissait les yeux pour déchiffrer la légende. Sourire de débile qui va bien. Il bugait, un instant. Son sourire s'estompait, de peur qu'il ait vraiment eu ce sourire là face à elle. La feuille coincée entre son pouce, son majeur et son index se froissait très légèrement tandis qu'instinctivement ses doigts souhaitaient froisser le papier. Elle trouvait vraiment qu'il avait un air de débile ? Se rendant compte que la feuille commençait à vraiment se froisser dans sa main, il la reposait rapidement vers Dawn, sans rien ajouter. Puis il attrapait la bièreaubeurre et buvait ce qu'il en restait d'une traite, tandis que ses oreilles captaient les milliards de bruits que dégageait l'atmosphère, si rassurante quelques minutes plutôt. Il avait envie de se lever et rentrer au château à cet instant, mais rien n'y faisait, il était comme paralysé sur sa chaise. Et il sentait une colère sourde qui tapait là où il fallait pas. À ce rythme là, il allait fracasser sa chaise contre un mur pour se calmer. Mais en plus de le prendre pour un débile, elle allait aussi le prendre pour un fou furieux. Quoique, ce devait déjà être le cas. D'un autre côté, il n'avait pas envie de détruire ce havre de paix pour passer ses nerfs. La chope toujours portée au bord de ses lèvres, il finissait, rageusement, par l'éclater de toutes ses forces sur la table.

Il y a eu un bruit de verre qui explose, les conversations d'un coup se sont stoppées nettes, et plusieurs paires d'yeux se sont tournés dans leur direction. Il lui restait la anse dans le poing, le reste avait volé en éclat et déchiqueté ses doigts, couvert la table et le sol autour d'éclats de verre.

Merde, merde, merde...

Le premier avait été prononcé par la colère, le second par l'habitude et le troisième par l'angoisse d'avoir encore fait quelque chose de travers. Aussitôt il s'accroupissait pour tenter de ramasser les éclats de verres et surtout, surtout parce qu'il avait peur de croiser le regard de Dawn. Il y avait la patronne qui se ramenait rapidement, et qui déjà regardait si la serdaigle n'était pas blessée.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 34

Date d'inscription : 12/10/2016

avatar





Re: Let me slap you right back // suite
20.10.16 23:18

Y avait des bouts de verres répandus jusque ton carnet, un petit qui avait frôlé ta main, mais aucun qui t'avais atteint ou blessé. Juste un p'tit peu surprise.

Est-ce qu'on peut vraiment dire que t'es "surprise" d'ailleurs ? Parce qu'en fait t'es plus un peu choquée, t'avais pas vraiment vu venir le fait qu'il fracasserait sa chope contre la table, et tes yeux multiplient les allés retour entre sa main et sa tête, sans vraiment comprendre de suite ce qui c'est passé. T'as juste eu un geste de recul, tu t'es un peu collé sur le dossier, avec une main posée dessus comme si t'étais prête à prendre la fuite par dessus la chaise si vraiment tu te sentais menacée.

T'as un peu balbutié, signe de ta surprise, t'as arrêté quand la patronne est venue voir si tout allait bien, t'as juste un peu hoché la tête pour faire signe que t'avais rien. Et puis t'as essayé de balbutier des excuses, avant de replier complètement tes genoux contre toi et de poser la tête dessus.

Parce que mine de rien tu l'avais sacrément énervé, et tu te demandais pourquoi, même dans ce genre de moment ou tu te sentais bien avec lui, tu te sentais l'obligation d'être si désobligeante. T'as doucement gommé le "débile" de ta feuille, un peu honteuse, avant de te recamouffler dans ton écharpe, le bas de ton visage intégralement caché. Ouais ouais tu te sentais un peu conne. Et tu t'en voulais un peu, aussi.

... C'est moi la débile. que t'as finis par articuler.

T'osais pas protéster avec des "c'était pas méchant" ou "c'était pas pour te blesser", mais même si c'était pas dans ton objectif, fallait bien dire que de base c'était pas un mot super gentil. Surtout dans ta bouche de fille hautaine et solitaire qui préfère dire qu'elle a besoin de personne à part d'elle même plutôt que d'admettre que, comme tout le monde elle a des faiblesses.

J'te repayerais une bière, ou un thé. C'est bien le thé...

Ça détend, ça aide à se calmer, que tu retiens entre tes dents, en te promenant que maintenant tu vas faire le tri dans les saloperies que tu balances à la volée.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Préfet & Téméraire


Messages : 92

Date d'inscription : 12/10/2016

Localisation : chez ta mère

Feat : Ronan Lynch

Crédits : Ava <3

Double Compte : Shasta Mathesson, aka parapluyran

avatar





Re: Let me slap you right back // suite
21.10.16 15:28

La patronne l'avait rapidement dégagé des bouts de verres avec un balai et une pelle qui nettoyaient à sa place. Il bredouillait une excuse, promettant de rembourser le verre. Mais la chaleur de la propriétaire des lieux lui disait que c'était pas bien grave gamin, qu'il avait des choses plus importantes à faire.
Des choses, plus importantes, à faire. Il jetait un coup d'oeil à sa main, ouverte très superficiellement d'un peu partout. Il irait la nettoyer aux toilettes très vite, mais auparavant, il restait bras ballants devant Dawn. De quoi avait-il l'air désormais ? D'un débile violent ? Boarf, elle le savait déjà. Lui aussi d'ailleurs, mais la vérité blesse, généralement.

D-Dawn, je suis désolé... Je voulais pas te faire peur, ne... ne t'inquiètes pas ce n'est pas de ta faute vraiment.

Ce devait bien être la première fois qu'il l'appelait Dawn. Il aurait aimé que ce soit dans d'autres circonstances. Là, il avait juste envie de s'enfuir à toute vitesse et s'isoler dans une caverne très loin de Poudlard et de Dawn. Faire l'ermite jusqu'à la fin de ses jours et mourir dans un combat face à un dragon. Voilà une belle perspective d'avenir. Mais il restait là, stupide, sans savoir que faire ni quoi dire. Elle devait le trouver bien idiot là. Mais il avait peur. Peur de sa réaction, peur des conséquences, peur du changement dans son regard. Peur d'avoir raté quelque chose. Alors sans trop savoir ce qu'il faisait, il s'approchait d'elle. Il aurait eu envie de l'attraper par les épaules et lui dire pardon, vraiment. Mais il n'osait pas la toucher, pas l'effrayer.

Vraiment, ce n'est pas toi, c'est vrai que j'ai un sourire débile, ce n'est pas toi la débile. Je... je repensais à l'histoire avec mes potes, je te raconterais, ça m'a un peu énervé, je... J'aurais voulu que tout se passe bien..

Sa main le lançait, sûrement parce qu'un peu de bièreaubeurre avait coulé sur ses plaies. Se rendant compte que son sang gouttait sur le sol de l'auberge, il se précipitait aux toilettes pour nettoyer et peut être improviser quelque chose, n'ayant aucun talent en matière de magie. Alors il actionnait le robinet et laissait couler l'eau abondamment sur sa main, jusqu'à avoir froid. Là il arrêtait attrapait du papier et emballait sa main un peu comme il pouvait. Ça finirait par cicatriser.

Il appréhendait un peu son retour à la table de Dawn, mais accélérait tout de même le pas. De peur qu'elle soit partie.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 34

Date d'inscription : 12/10/2016

avatar





Re: Let me slap you right back // suite
23.10.16 23:41

Tu croyais pas vraiment à cette histoire d'amis qui l'enervait ou autre, si c'était le cas il aurait péter des verres bien avant, nan ? Et tu voyais aucune de ces tête brûlées de Gryffondor dans la salle des Trois Balais. Tu t'étais cru plus maligne, ça avait pas plu. Ça plaisait rarement. De toute façon, tu préférais rester toute seule, tu subissais les sautes d'humeur de personne comme ça, que tu te disais. Évidemment Dawn, évidemment que tu subis les sautes d'humeur de personne, à part les tiennes. Mais là, comment t'expliques que t'étais bien, comment t'expliques que tu te sens concernée ? Je te laisse méditer.

Quand il est revenu, tu griffonais déjà dans ton carnet. Rapidement, concentrée. T'as juste réussi à sortir, limite entre tes dents, en articulant difficilement :

C'qui est sûr c'est que t'as une poigne impressionnante.

T'avais à peine fini ta phrase que t'arrachais grossièrement la feuille de ton carnet, et tu sortais ta baguette. Deux p'tits coups sur ton gribouillage et il s'animait. Tu le fis glisser sur la table en bois sombre, vers Jason, pour qu'il le prenne.

Avant d'inventer, tu dessinais. Mais c'était pas la même sensation, pas la même libération. Sur ta feuille, la supposée main du jeune homme, abîmée par les bagarres et recouvertes d'un bandage, que sa deuxième main venait libérer de ses pansements pour révéler une main guérie à la peau cicatrisée. Tu finis ta bièreaubeurre d'une traite (et comme il en restait peu, ce ne fut pas bien compliqué), avant de ranger tes petites affaires dans les grandes poches de ton manteau, et de te lever de ta chaise en revêtant tes multiples couches de vêtements. T'as brièvement tapoté son épaule, avec un sourire qui se voulait réconfortant.

Fais gaffe à ta main, et attends au moins qu'elle soit guérie avant de t'attirer dans d'autres ennuis.

Et tu t'es dirigée vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Ailleurs :: Pré-Au-Lard :: Les trois balais-
Sauter vers: