Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN - Page 2

Partagez | 
 

 COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 113

Date d'inscription : 16/09/2016

Feat : Integra Hellsing

Crédits : Abbychou :sparkle:

Double Compte : Seth Rollins

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
21.10.16 20:44

Éducation sexuelle

Abi était assise dans l'amphi, un genou par-dessus l'autre, le dos bien posé sur le dossier, le bras droit qui soutenait l'autre et l'index gauche posé sur sa joue, près du sourire . Elle. Savait déjà plus ou moins tout ce que la secrétaire allait sortir, et on peut pas dire qu'elle était particulièrement en désaccord avec cela. Elle trouvait la secrétaire bien mignonne. De jolis cheveux, un joli corps. Ca changeait du prof de méta qu'elle était obligé de se coltiner.

"On a pas gardé les scroutts ensemble"

Non, mais si tu veux qu'on les garde, ma mignonne, y a pas de problème.

"On est tous ici plus ou moins contre notre gré"

Tant que je peux te mirer, ma belle, y a pas de soucis

"une bande d'écervelés a cru drôle d'écrire un ramassis de conneries sur la fausse grossesse d'une de vos camarade dans ce torchon que vous appelez journal."

Ouais ouais, tout le monde n'appelle pas ça un journal. D'ailleurs, je sais que si jamais je trouve l'un des rédacteurs de ce papier cul et que, par malchance, pour lui, pas pour moi, il y a des trucs écrits sur moi, il va se prendre un petit Sectum vite fait bien fait.

"Si vous êtes pas contents, adressez vous à eux."

Ouais, te bile pas, ma belle, continue.

"le plus vite on avance le plus vite on est tous libres de rentrer chez nous et plus jamais se revoir."

Moi, je veux bien te revoir, quand tu veux.

"on va commencer par quelque chose de beaucoup plus sommaire mais néanmoins essentiel, j'ai nommé l'anatomie."

Ok, tu nous fais une démonstration?

"qui parmi vous a déjà vu un pénis ?"

Pas concernée.

"Et qui a déjà vu un vagin ? Et attention je parle d'avoir vraiment regardé à quoi ça ressemble, être juste nés avec ne compte pas."

Ah, là, c'est mon domaine.

Abi écarta la main gauche de sa joue et tendit les autres doigts, de sorte qu'on puisse comprendre qu'elle en avait vus. Et... Explorés, pourrait-on dire. Quelques secondes plus tard, un avion en papier se posa sur son bureau. Elle l'attrapa vite fait et le lut. Ouais, texte à trous basique, maggle.

Elle griffonna vite fait sur le papier:

pénis accouplement (God, ce mot est affreux) testicouilles spermatozoziaux

Come on, cute miss, try harder. At least a little.

prostate spermatozoziaux vésicules séminales spermatozoziaux grandes petites lèvres clitoris vagin méat urinaire urine vagin accouplement (Toujours aussi moche, ce mot) utérus embryon trompes ovaires ovules

Pfffff... C'est tout? J'ai eu des cours de bio, avant Poudlard. Et je suis pas un des écervelés qui ont pondu du papier cul. Je retiens, moi.

Abi baissa les yeux sur l'exercice deux.

Alors... Chez les hommes, on peut citer l'augmentation du volume thoracique et de la capacité musculaire, la peau qui devient plus épaisse et plus rude, la tessiture vocale plus grave, et les poils sur le torse et l'abdomen, ainsi que la moustache.

Chez les femmes, ce sont les hanches qui s'élargissent (pour enfanter, m'voyez), la peau est plus fine, y a pas de moustache et de barbe. Ah, et on a un truc fabuleux qui s'appelle les glandes mammaires, qui commencent à secréter du lait et qui nous donnent un truc fabuleux qu'on appelle les seins. Nous devons aussi subir la rage rouge, tous les mois, parce que notre utérus, pas content de ne pouvoir donner la vie au moins ce mois-ci, décide de s'ouvrir les veines.

Abi nota en tout petit, sur un petit parchemin qu'elle avait dans son plumier :

En parlant de seins, je veux bien voir Mme. Leroy nue.

Elle posa son parchemin, sa plume et s'avanca, posa ses coudes sur la table et son visage sur ses mains, fixant intensément son regard sur la secrétaire, et imaginant bien ce qu'il pouvait bien y avoir sous les vêtements qu'elle portait. Elle imaginait les courbes finement ciselées de la dame, sa poitrine, ses fesses, son corps nu, allongé sur un lit, dans une position suggestive, un fin drap blanc recouvrant sa poitrine et son bassin, et en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire "fantasme", Abi respirait déjà un peu plus bruyamment, le rouge venait de monter sur ses joues, et elle se mordillait la lèvre inférieure. Elle sentit une chaleur intérieure commencer à l'envahir, et plus particulièrement son bassin. Elle serra ses jambes, mais ses cuisses qui se frottaient l'une contre l'autre n'arrangaient pas spécialement les choses. Abi désirait ardemment en voir plus de Mme Leroy, peut-être un jour où elle serait de meilleure humeur. Mais. Elle voulait voir ce qu'il y avait sous les vêtements.

ecotchnzfd nacct

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 161

Date d'inscription : 12/08/2016

Feat : Sawada Tsunayoshi (Katekyo Hitman Reborn)

Crédits : Kiki ♥ Ava ♥ et Moi XD

Double Compte : Mikael B. Adams

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
21.10.16 21:40

Luigi se demandait bien ce qu'il faisait là. Il ne pouvait s'empêcher de rougir. Il avait beau se faire petit. Il pouvait sentir le regard perçant de la dame sur lui. En plus sa mauvaise humeur se sentait dans la pièce. Comme si elle allait exploser d'un moment à l'autre. Une fille avait presque eu un enfant. Un bébé. Il se demandait bien à quoi ressemblait ces choses. Il avait vu ces photos. Mais un enfant était différent d'un autre. Il était obligatoire. Quand la dame demanait ce s'il avait vu pénis. Il essayait tant bien que mal de se planquer. Mais à part le sien, rien. Absolument rien. Il s'enfonçait de plus en plus dans la chaise. Il voulait disparaître. Alors que l'épreuve pratique allait se montrer encore plus gênantes. Que quelqu'un l'aide... Mais il se demandait bien ce qu'il allait noter sur l'avion en papier. Il lisait l'entièreté de ce dernier. Rouge comme une tomate bien mûre. Il prenait sa respiration. Son cœur battait si fort qu'il pouvait l'entendre taper avec force dans son torse.



Clairement Luigi était dans la merde jusqu'au cou. Il n'avait plus moyen de se sortir de ce pétrin. Il devait laisser sa feuille ainsi. Il ne savait presque rien de ces choses-là.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 73

Date d'inscription : 15/10/2016

Feat : Yukine - Noragami / IRL : Thomas Brodie-Sangster

Crédits : Ava (#babyfaceteam)/Luigi (Jum♥)/Agralis (Deviantart)

Double Compte : Echo Holmes

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
21.10.16 23:04

Sex, nap and boredom !

ft.le peuple Poudlardien

E
t dire que je pourrais être entrain de faire ma sieste à l'heure actuelle... Au lieu d'être là, dans cette amphithéâtre bondé, avec tous ces ados aux hormones en ébullition. Mon plan était clair, rester le moins de temps possible ici et chercher une échappatoire... De toute façon, personne de me remarquerait si je filais en douce non ?... Cependant, la présence des professeurs et des surveillants aux quatre coins de l’amphithéâtre venait de m’indiquer le contraire et ainsi, mettre un terme à mes projets de fuite.

Madame Leroy arriva dans la grande pièce, une tonne de papiers sous le bras et la mine sombre. L'état presque dépressionnaire de la jeune femme à l'heure actuelle, ne pouvait pas passer inaperçu.
Ah ! Je pense avoir trouver quelqu'un qui est encore moins motivé que moi pour tout ceci.

Je ne m'étais pas vraiment renseigné sur le sujet de ce soit disant "cours" obligatoire et immanquable sous aucun prétexte mais, d'après les rumeurs,  ça va parler de sexe. D'ailleurs, rien que le principe de cours obligatoires m'hérissais tous les poils du corps, je déteste que l'on m'impose des choses et qui plus est, des choses inutiles. En effet, je flairai le truc inutile et chiant comme un rat mort à des kilomètres à la ronde. De plus, un cours d'éducation sexuelle à 20ans ?!! Je pense que c'est un peu trop tard là, vous avez loupé le coche de mon éducation sexuelle chers professeurs, it's TOO late ! Bilan des cacahuètes, j'étais fatigué, déjà ennuyé avant même que ça commence et le bruit de tous ces jeunes en rut autour de moi impatient qu'on prononce les mots "quéquette" et "nichons" ne faisait qu'augmenter mon envie d'être loin, très loin d'ici...

Mademoiselle Leroy par contre, m'amusait fortement, elle était décalée et son air au bout du rouleau, me remontait le moral. On trouve toujours pire situation que la notre finalement ! C'était actuellement, mon rayon de soleil, même si vu son humeur on était plus proche de la tempête que du soleil...

Je croisai, ensuite mes bras sur la minuscule "table" devant moi et posai ma tête par-dessus. J'écoutais d'une oreille ce que l'intervenante nous disait.
Alors là, comptes pas sur moi pour lever le petit doigt et pour répondre à ces questions débiles, plus proche de questions d'un "je n'ai jamais" d'une fin de soirée un peu trop alcoolisée, que de réelles questions de cours.
Je cru entendre ensuite vaguement, les mots "répondre" et "rapidement" avant de recevoir un avion en papier sur le dessus du crâne.
Oh non ! qu'est ce que c'est encore que ce truc... on pouvait pas juste faire semblant d'écouter ? Je dépliai alors, l'avion en papier... Oh! super un texte à trous !
Comme quoi, ça peut toujours être pire...
Bon ! y'a plus qu'à se remettre les cours de gynéco et d'urologie dans la tête, déjà loin, et à tenter de répondre à ce machin !

Avion en papier:
 

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
22.10.16 18:50

Il était prévu ce cours ? Non parce qu'avec tout ça, j'avais pas pris le temps de me remplir l'estomac et ça commençait à gargouiller sévère ! Aussi, j'avais planqué un petit paquet de boules explosives au chocolat dans ma robe de sorcier, feignant l'indifférence face aux nombreux "scritch scroutch" que je laissais sur mon passage. J'avais ensuite posé mes fesses sur un coin de chaise, un peu à l'écart, dans le but d'être la plus discrète possible. Par chance, madame Leroy n'était pas encore arrivée et je n'avais donc pas besoin de me gêner pour chiper dans mes boules. Ce délice...

Manque de pot pour moi, ladite madame Leroy fit son apparition avec l'air de vouloir nous transpercer le front avec sa baguette. A croire qu'on l'avait mérité, quand bien même nous étions innocents ! A l'entente de la craie sur le tableau noir, je ne pus retenir une grimace, tant le son était détestable ! Je m'empressais de reprendre des boules pour oublier ça, très rapidement.

Distraite par la faim, je daignais accorder mon attention à madame Leroy à l'évocation de bananes.

- On va faire un goûter ?!

Demandai-je à mon voisin, qui m'envoya balader d'un regard dédaignant. Avais-je mal compris l'idée ? Je préférais me taire, au lieu de redire une connerie. Bientôt, de nombreux avions en papier s'aventurèrent sur nos tables et les consignes ne tardèrent pas à nous parvenir. A la lecture de mon avions, les souvenirs me revinrent en mémoire. Mais oui, c'est le fameux cours d'éducation sexuelle ! Nom d'une gargouille, me voilà bien ! Ma plume a la main, je mangeais nerveusement mes boules tout en parcourant ma feuille des yeux. J'avais un mal fou à comprendre ce qu'on attendait de moi, vu mon faible niveau dans le domaine.

La première partie me laissait perplexe. La deuxième, un peu moins, connaissant tout de même l'anatomie féminine.

Avion:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire


Messages : 297

Date d'inscription : 07/04/2016

Crédits : Lynch ♥

Double Compte : Aaren Rhydderch

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
22.10.16 19:35


Il. N'a pas. Du tout. Envie de venir à ce cours. Éducation sexuelle ? Protégez-vous. Tout contact non-protégé avec les organes génitaux externes est risque de contagion. Lavez-vous une à deux fois par jour avec de l'eau. Et autres détails sur le cycle menstruel qui définit entre autres la période de fertilité durant laquelle il est primordial pour une femme d'utiliser un moyen de contraception si elle ne veut pas devenir maman ; dans le cas contraires des positions plus que d'autres favorisent la montée des spermatozoïdes jusque dans l'utérus.
Voilà, il sait ce qu'il faut, dispensez-le. S'il vous plaît.

Il entre sans un mot dans l'amphithéâtre et se tasse dans un recoin sur le côté, là où les professeurs ne regardent presque jamais. Il sort ses affaires, montre un air sérieux tout en souhaitant intérieurement invoquer une cape d'invisibilité pour ne jamais être remarqué. Il n'écoute que d'une oreille les propos de Mme. Leroy et se dit que le petit avion qui vole vers lui contient un questionnaire trivial qu'il remplira à la va-vite.
La belle désillusion.
Ce papier ressemble à une interrogation de biologie niveau troisième année du cycle du second degré au mieux. Il ne comprend même pas la moitié des phrases. Les organes nécessaires pour quoi ? L'… quoi ? L'e… L'a… Que lui demande-t-on, au juste ? De remplir des phrases à trous sur un vocabulaire qu'on apprend chez les moldus après quinze ans ou de lire dans l'esprit de Mme. Leroy ? L'un comme l'autre, il ne sait pas faire, d'autant que certaines réponses attendues ne lui semblent pas totalement vraies (exemple: les testicules ne sont pas visibles (et même pas externes avant l'adolescence), le scrotum l'est).

Se retenant de rougir du mieux qu'il le peut, il remplit le peu qu'il peut remplir, arrive à grand-peine à deviner ce qu'on attend de lui dans certains cas, puis renvoie l'avion en soupirant avant de s'affaler sur son bureau en ignorant autant que possible les commentaires et questionnements de ses camarades qui veulent faire la compétition du plus expérimenté en sexe.

Il veut aller en cours de soins au créatures magiques.

vilain avion en papier:
 


must we choose to be slaves to gravity
tutur_skam
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Duelliste légal


Messages : 74

Date d'inscription : 07/10/2016

Feat : Suguryuji - Ao no exorcist

Double Compte : Luigi Tragelstone

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
22.10.16 20:23

Je me demande bien ce qui a fait bouger le cul à cette prof qui n'en était pas vraiment une. Ah oui, une meuf s'était fait enfourné un pain dans le four. Une chose qui était sûrement déjà arrivé à Poudlard avant. Il n'était pas rare que les jeunes sorciers convolent. Comme si j'avais eu le temps de m'intéresser particulièrement aux personnes. Pas pour ça que je suis puceau. Et ouis quoi encore. Rester vierge, c'était pas très sérieux. Bon, c'était juste pour pas mourir comme un gros débile. Mais pour l'amour, c'est le désert de Gobi. Une véritable horreur.

Déjà la prof semblait sur le point de mordre le premier con qui oserait faire trop de bruit. Mais aussi peu contente de devoir faire cours pour les pauvres clampins qui ne savait rien. Quand elle demandait si on avait des sexes. J'ai levé ma main. J'avais l'impression d'avoir dix ans à agir comme ça. Mais la dame régnait. Comme si j'allais reculer devant l'autorité digne de ma maison. Les serpents sont parfois comme entre eux. Du coup, sa façon de faire était presque normale. Presque, c'était le mot.
Avion en papier:
 

Lorsque j'ai fini, je renvois ce fichu avion. J'ai bien répondu, je crois. Enfin, j'ai oublié un terme, mais ce n'est pas si grave, si. Bof, ce n'était pas comme si j'avais un môme en route. Je prends mes précautions, moi. Je ne suis pas assez débile pour avoir ce genre de souci sur le dos. Déjà que Kieran m'évite comme la peste. Il sera pour moi difficile de faire le parrain de mon rejeton. Je suis dans la merde. Mais c'est normal.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 48

Date d'inscription : 26/05/2016

Feat : Ladybug/Marinette Dupain-Cheng

Crédits : Avatar de Tullie and me

Double Compte : //

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
22.10.16 20:54

Cours d'éducation sexuelle

Je n'avais jamais assisté à ce genre de "cours". C'était une grande première pour moi et personnellement je n'en voyais pas grand intérêt étant donné que ma mère m'en avait fait tout un speech dès que j'avais eu mes règles pour la première fois.
Je tournai la tête et reconnu Luigi. Il n'avait pas l'air dans son assiette, on aurait dit une pivoine tellement il rougissait.

J'ai préparé un texte à trous histoire d'évaluer rapidement vos connaissances ainsi qu'une question ouverte.

Je reçu un petit avion en papier. Je le dépliais. J'avais envie de rire. Sérieusement ? Je me mis à le remplir vite fait. A partir du moment où vous aviez suivi les cours de SVT dans l'école moldu, vous pouviez répondre à quelques une de ces questions.


Avion en papier



Voilà je crois que j'ai bien répondu même si quelques unes des questions m'avait laissé dans un état plus que perplexe.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
22.10.16 23:29



Cours d'éducation sexuelle


Incruste I : Demons everywhere.



Elle s’installa paisiblement sur une des rangées les plus isolées, à l’endroit où l’une des colonnes en stuc cachait la vue de la blonde. Adlona cherchait dans son petit sac de quoi passer le temps, comme un bout de papier ou un bracelet. Cependant, son idylle de cours serein et improvisé passa rapidement à la trappe lorsque des mots aussi vulgaire qu’inimaginables atteignirent ses oreilles. Pénis.
Vagin.
Elle releva les yeux, outrée par les propos de la secrétaire, mais qu’était-ce donc que ce cours ? Ou était passée la magie du Prince Charmant ? Tout n’était qu’Enfer pour la Serpentarde qui chercha des yeux un réconfort inexistant. Certains riaient, d’autres le prenait très au sérieux mais aucun ne paniquait.

Doucement, elle attrapa un des avions en papier, après tout elle était forcée de rester ici, mêlée à la foule des premières années, englobée par les plus âgés. Ses mains chatouillaient des mèches de cheveux, les doigts s’enroulaient autour et le pied tapait nerveusement sur la chaise devant elle. Elle peinait à y croire, mais tout semblait si réel : l’éducation n’était plus ce qu’elle était. Adieu le romantisme, adieu les contes de fée et bonjour aux vices et à la luxure.

« Depuis quand sommes-nous devenus pervers à ce point ? » se questionna-t-elle dans un souffle.

Son voisin remplissait les trous avec un air totalement subjugué par ce pseudo-cours, un peu à l’image des cours de chantier que l’ont pouvait rajouter chez les moldus qui étudiaient l’architecture. Elle gratta sur le bois de la table pour attirer son attention, peut-être était-il lui aussi pur et sage ? Il la dévisagea sèchement. Tu ferais mieux de remplir avant de te faire taper les doigts.. De nouveau un soupir, décidément ce n’était point son jour de chance, toutefois il était vrai que la secrétaire paraissait encore plus hargneuse qu'à son habitude. Un long frisson parcourut son dos et finalement la rose se décida à déplier le papier d’entre ses ongles fraîchement vernis. Elle le dépliait avec tout le dégoût du monde, comme la chose la plus explosive et la plus odieuse existante. Dès la première ligne, rien n’allait plus et elle fut contrainte de le jeter à l’avant de la salle.

« C’est hors de question que je me fasse embobiner dans un complot malsain, visant seulement à tous nous pervertir » hurla-t-elle avec effroi.

Pourtant, elle ne se leva pas, elle resta scotchée à sa chaise dans l’espoir d’une rédemption de la part d’Isabeau Leroy. D’une rédemption de tous.

« J’espère que l’être suprême saura vous pardonner ».

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 77

Date d'inscription : 21/08/2016

Feat : oc MZ02

Crédits : Jazz ma gueule

Double Compte : Demeter

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
23.10.16 15:44



Avec un soin tout particulier Joan replia son papier en un avion afin qu'il puisse faire le chemin retour jusqu'au bureau de la secrétaire. Mais un peu maladroite malgré toute son application, ses doigts le froissèrent trop à certains endroits, lui conférant une allure un peu bancale avec son nez recroquevillé et ses ailes écrasées. Néanmoins le vaisseau s'éleva lentement et porté par la même magie que celle animant les origamis il fendit les airs à un rythme tranquille.

Elle reporta alors son attention sur Cecil et la question qu'elle lui avait posé un peu plutôt, à laquelle il n'avait pas eu le temps de répondre car le questionnaire était arrivé juste après. Au moment où elle avança un doigt vers l'épaule de Cecil pour la tapoter afin qu'il se retourne, il pivota faisant écho à son désir. De lui elle ne voyait que le haut du visage et la soyeuse touffe blonde, le reste étant caché par la tablette de bois lui servant de support. Cecil esquissa un geste de sa main, pliant ses doigts et elle en comprit la signification. Avec lenteur elle avança son visage vers lui et tourna légèrement le cou afin de mieux entendre ce qu'il comptait chuchoter dans le creux de son oreille. Enfin il répondit à voix basse. Elle hocha de la tête doucement, alors qu'elle avait entrouvert les lèvres. Quelques secondes de silences flottèrent entre eux avant qu'elle conceptualise enfin ce qu'il venait de lui dire et elle fronça alors des sourcils un peu surprise. Se redressant légèrement, et éloignant son visage de celui de Cecil, elle répéta ce qu'il venait de lui dire en détachant avec clarté chacun de ses mots, comme pour mieux visualiser la chose.

- Le vagin de la secrétaire...

Elle avait soufflé entre ses dents, le visage perdu dans les yeux de Cecil. Joan battit des paupières, étrangement songeuse, avant de répéter à nouveau un peu plus fort cette fois ci de la lenteur qui lui était propre.

- Cecil a vu le vagin de la secrétaire...

Et à présent une interrogation muette la taraudait. Comment ?


Joan est habillée par Kieran et Shasta ♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Duelliste légal


Messages : 89

Date d'inscription : 17/05/2016

Feat : Tsukishima Kei

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
23.10.16 18:34

COURS D’ÉDUCATION SEXUELLE
ft. everybody
Alors certes, dans l’Augurey il y a une grande partie de « n’importe quoi », mais il faut aussi admettre que cela fait une tribune intéressante pour les élèves et un recueil de toutes sortes d’informations – plus ou moins véridiques, plus ou moins utiles – sur l’établissement. C’est d’ailleurs pour cette raison que Terrence fait parti des rédacteurs. C’est un exercice qui lui plaît, ça entraîne sa plume autant que ses yeux et ses oreilles qui traînent toujours plus longtemps qu’il le faut quand il y a des éclats de voix, de l’agacement dans l’air, ou au contraire, des gens qui chuchotent espérant n’être entendus de personne. Il y a un aspect voir sans être vu, entendre sans être entendu, écrire sans être identifié qui lui plaît, vraiment.

Dans le précédent numéro, avec les événements de la rentrée, sa contribution a été assez maigre, mais ça reste un exercice qui lui convient et dans lequel il trouve une forme d’exutoire, aussi. Tous les rédacteurs, les Hiboux, ne se connaissent pas forcément, mais ils œuvrent dans un but commun, relater des faits propres à l’établissement, des bruits de couloir et, parfois, manipuler un peu la foule. Pour le coup, la grossesse avérée ou non de Winnifred Rosier, il s’en moque un peu. Ce qui l’amuse, à l’inverse, ce sont les réactions qui ont suivi. Un peu comme avec la Northrop, à l’époque… c’est si facile de voir le venin se déverser sur les gens à l’évocation d’une simple suspicion. Toutes ces personnes qui ne prennent même pas la peine de vérifier les informations avant de s’exclamer et crier au scandale. On s’étonne ensuite que les masses soient si facilement manipulables...

Ce qui lui plaît moins, en revanche, c’est de voir que suite à ça tous les étudiants se retrouvent rassemblés dans un amphithéâtre bondé et bruyant pour un cours d’éducation sexuelle. Autant vous dire que ça le fait grincer et qu’il voit très mal le rapport. Que la Rosier soit ou non enceinte, c’est une réalité personnelle qui ne regarde qu’elle. Si elle a été laxiste d’une manière ou d’une autre, pourquoi cela devrait avoir des répercussions sur l’ensemble des élèves. Une grossesse n’est pas contagieuse, jusqu’à preuve du contraire.

Assis sur le côté gauche de l’un des rangs du milieu, il jette un coup d’œil circulaire et croise des regards atterrés, embarrassés et certains tout aussi blasés que lui. De la colère, aussi, un peu. Est-ce que le personnel a réfléchi avant cette mascarade ? Il serait dommage que cela ne fasse qu’attiser la rumeur concernant la jeune Rosier et qu’en plus elle se prenne le contre-coup de l’agacement de tous les élèves suite à ce cours.

Mais bon… vu qui vient leur faire ce « cours », Terrence a des doutes quant à la réflexion qui a fait naître cette décision. Il n’a rien contre Miss Leroy, mais il voit mal en quoi c’est de son fait d’éduquer ou de rappeler des faits propres à la sexualité face à une grosse centaine d’élèves. Les mauvaises langues pourraient dire qu’il s’agit là d’une reconnaissance de son expertise dans le domaine, plus que ses compétences de pédagogue. Les mauvaises langues. Sa mauvaise langue. Terrence esquisse un léger rictus moqueur à cette pensée, s’il ne le dit pas haut – à quoi cela servirait dans le brouhaha ambiant ? - il n’en pense pas moins.

Sans détour la secrétaire de l’établissement explique le pourquoi de sa présence, sans omettre d’exprimer son opinion vis-à-vis de l’Augurey. Terrence se crispe peut-être un petit peu avant de finalement hausser les épaules, elle ne sera ni la première ni la dernière à penser ainsi. La présence est obligatoire, les élèves l’ont bien compris et le silence se fait peu à peu. Le blond soupire. Il n’a pas envie d’être ici et trouve tout cela risible. Ne serait-il pas plus pertinent qu’un vrai professeur fasse ce cours, s’ils y tiennent tant ? Aefferden ancienne la médicomagie, cela aurait plus de poids, tout de même. La femme n’y met pas les formes et même s’il maintient une attitude rigide Terrence sent un certain inconfort grandir en lui. Pénis, vagin… tient-elle donc tant que ça à faire dans la caricature trash ? Elle pourrait y aller en douceur, quand même. Mais non. Il y a des têtes interloquées, voire choquées et le Ziggler se dit qu’il veut juste en finir, vite. Malgré ses vingt ans, il est loin, très loin d’être expérimenté en la matière, il n’a pas dépassé les premières bases, en vérité et s’il ne se l’avoue pas, se sent encore incertain quant à sa sexualité.

Heureusement – je crois qu’on peut dire heureusement, oui – les moldus sont moins prudes que les sorciers à ce sujet et comme tout jeune homme de son âge, de retour chez ses parents pour les vacances, il a pu profiter des joies d’internet pour se documenter – oui, on dira documenter – sur le sujet. Il n’est pas inculte, mais il est gêné et ne voit pas bien pourquoi il faut faire un tel court. Un pénis, oui, il en a un. Un vagin, oui, il en a vu sur l’écran de son ordinateur, sursautant au moindre bruit de couloir. Il sait comment les choses se font. Il ne tient pas à disserter là-dessus, c’est tout. Aussi, il ne lève pas la main. Certains le font, même parmi ceux qu’on ne suspecterait pas… Mais lui ne le fait pas, non. Pas non plus pour attraper l’un des avions, mais l’un d’entre eux se pose tout de même face à lui.

Il soupire. Encore. C’est absurde, tellement absurde. Il passe machinalement sa main dans sa nuque et scrute les alentours, certains sont inspirés par le texte à trous, d’autres carrément pas. Il se contente quant à lui du strict minimum.

Avion en papier:
 

Il est en train d’écrire lorsqu’une voix qu’il identifie facilement s’élève. La Princesse Koga qui fait encore des siennes. Une dingue. Il le sait, se maudit de devoir la subir dans certains cours de droit, mais là… elle atteint des sommets. Il est loin d’elle, mais ne se retient pas de murmurer, dans son coin : « Pauvre Adlona, ce qu’elle ne connaît pas est diabolique, forcément. »

D’une certaine manière, cela prouve bien que ce n’est pas si idiot que cela de faire un tel cours. Mais la forme ne convient pas à Terrence, c’est certain.
Revenir en haut Aller en bas
http://master-poke.forumactif.fr/

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 111

Date d'inscription : 09/04/2016

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
23.10.16 19:52

Ce n'est pas tant que ce cours d'éducation sexuelle m'ennuie ; je le trouve simplement dérangeant. Réunir tous les élèves de Poudlard pour les exposer en direct à leurs caractéristiques en tant qu'êtres reproducteurs, merci. Je pense être assez au fait de tout ça et je n'ai pas l'impression qu'il soit utile de nous expliquer ce genre de chose par groupes de deux cent. Heureusement qu'il y a Joan pour sauver un peu ce cours déprimant au possible... Quoique. Elle semble passionnée par ce que Cecil a à lui raconter. Mon menton piquant jusqu'au sommet du pupitre en bois auquel on m'a assignée, je sens un profond soupir passer mes lèvres tandis que j'examine le papier que mademoiselle Leroy s'est mise en tête de nous faire remplir. Je lis chaque question, lentement, levant les yeux entre chacune d'entre elles, examinant les autres têtes plus ou moins connues parsemant la salle, m'assurant que tout ceci n'était pas un autre de mes rêves idiots et étranges. Une fille que je ne connais pas, un peu devant nous avec ses cheveux roses détonnants, hurle au scandale. Je m'y intéresse un instant, avant de vraiment devoir m'intéresser au papier et de tenter de le remplir. Tenter de le remplir. Je déteste remplir quoi que ce soit de trop sérieux. C'est contre nature.

Avion en papier:
 

Je ne peux même pas penser à des réponses un tant soit peu en rapport avec le sujet, c'est à pleurer. Mais il faut admettre que le questionnaire prend presque un air poétique comme ça. C'est mieux, n'est-ce pas? Bien sûr que c'est mieux. Je replis le papier dans ce qui avait pour but initial d'être une fusée, l'envoie tant bien que mal vers le bureau de mademoiselle Leroy, et m'apprête à retourner à mon inertie lorsque la voix de Joan me tire dans un souffle de ma torpeur.

"Cecil a vu le vagin de la secrétaire..."

Mes yeux ne peuvent s'empêcher de s'ouvrir en grand, ma gorge retenant de peu un cri déjà étouffé, ma main agrippant le bras de Joan avec sans doute plus de force qu'il n'en aurait fallu.

Quoooooooi mais comment?

Je murmure et dans ce murmure, il y a toute l'incompréhension que cette révélation m'inspire. Cecil ; Cecil c'est l'enfant, c'est la douceur, c'est la romance, c'est tout ce qu'il y a de plus innocent à mes yeux, ce n'est pas. Ce n'est pas celui qui aurait pu, ne serait-ce qu'une fois, apercevoir le vagin de mademoiselle Leroy!

Impossible. Joan, il faut procéder à une enquête.

Que ce cours ne serve pas tout à fait à rien.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 32

Date d'inscription : 09/10/2016

Double Compte : Joyce & Sakutarō

avatar





Re: COURS D'EDUCATION SEXUELLE // COMMUN
23.10.16 20:29

Malaise. T'étais même pas rentré dans la salle, que tu ignorais comment il fallait réagir. T'étais plus que septique, sans savoir où était l'utilité de ce cours obligatoire. Bien sur que tu l'aurais séché si tu en avais eu l’opportunité, que cela ne te porterais pas préjudice et surtout. Surtout, oui si Jason avait fait de même. Comment pouvais-tu fuir, fuir un simple cours d'éducation sexuelle alors que lui y allait ? Non. C'était totalement inconcevable. Qu'en vérité, cela te permettrait de passer du temps avec Joan. Étant donné que maintenant qu'elle était en quatrième année, vos cours étaient globalement tous séparés. Grand tristesse. Sauf qu'évidement. Arriver en retard, dans les derniers n'était pas et ne serait jamais une chose à faire. Pourquoi ? Pourquoi avait-il fallut que ta chère Joan soit si bien entourée avant même ton arrivée ?

Alors, t'étais venu l'idée de finalement faire demi-tour. A mort les menaces, à mort les punitions ou les pertes de points ; qu'importe. Tu n'étais pas du genre à te soumettre à toutes ces choses. Toi, tu étais Prince. Un Prince inutile et idiot. Tes mains avaient soudainement glissé dans tes poches, ton regard c'était accentuer. Montrant si bien que tu avais tout abandonné, que la porte allait être franchit une seconde fois par ta personne. Sauf que.

Non.

Tes pieds, ton esprit, ta réflexion. Tout t'avais fait monter les marches de l'amphithéâtre alors que ton aura exprimait le contraire. Monter le plus loin, le plus haut. S'éloigner de cet ensemble d'élèves qui appartenaient à toutes les années. Passer devant Joan, la tête baissé. Tu ne lui en voulais pas, bien au contraire. Au fond, ton cœur ressentait une pointe de soulagement. Tu grimpes, encore et encore. Toujours. Comme pour accéder à la plus haute des montagnes, comme pour disparaître de cette salle de cours. Pour t'en éloigner le plus possible. Mais il était là, ce point si stratégique. Ce point qui t'attirais. Dérobé sous tes yeux. Une Serpentarde à la chevelure rosée. Soupir las. Tu n'abandonnes pas pour autant. Jamais. Tant pis. Concession. Regard noir, lèvre retroussé. Tu lui fais un mouvement de tête pour la saluer avant de te vautrer à ses côtés.

Et ce malaise s'accentue. Ta crainte se consent. Pourquoi. Pourquoi fallait-il agir ainsi, répondre à des questions pourtant si simple en levant la main ou non. Certains rigole, semble fier d'eux-même. Mais toi tu paniques. Alors tu ne bouges pas. Arrive alors un avion en papier. Un texte à trou. Tu ne prends même pas la peine de l'ouvrir non. Tes oreilles ignorent étrangement les propos de ta voisine. Cette demoiselle à la chevelure semblable à ces bonnes barbes à papa. Tu paniques. Sans raison en vérité, juste que tu ne sais pas. Ignorant que tu es.

Puis ta tête s'approche rapidement, dangereusement, violemment de ta table en bois. De ce seul support qui se trouve devant toi. Une fois, un grand bruit sourd. Lorsque ta tête se relève doucement, immédiatement, ton front commence à tourner au rouge. Tristement. Et finalement, une seconde fois. Comme si elle y est attiré, comme si un aimant te tien pour ne plus te lâcher. Elle retombe, peut-être moins fort que la première fois mais bien assez significative pour te rendre immobile. En vérité, c'était là bien la seule solution qui t'étais venu à l'esprit. Maintenant, faire le mort pouvait être prit en considération et personne ne viendra te faire chier. Surtout que putain, qu'est-ce-que ça faisait mal.

Prince. T'es juste con.



Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 7° :: Amphithéâtre-
Sauter vers: