Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Quatre centimètres [PV Kieran]

Partagez | 
 

 Quatre centimètres [PV Kieran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

avatar





Quatre centimètres [PV Kieran]
08.11.16 15:36

L’alarme des Sigmas floute l’atmosphère. Et dans ce monde qui tient en un château comme dans un bol de pierre, chaque frémissement d’humeur résonne dans les interstices de l’air. Cecil court dans ce rêve désenchanté. Il court et la lumière s’accroche à ses cheveux clairs, le mouvement gonfle ses vêtements. Il a l’allure séraphine et la mine impatiente.

Il monte les échelles, une à une. Rayures de fer.
Il enjambe les lits de fortune. Mer de coton.
Il évite les objets qui jonchent le sol. Récifs de désordre.
Il écrase des lunettes. Fracture de verre.



Il donne un coup d’œil furtif à l’horizon, comme un marin scrutant le monstre taiseux dans la brume opaque. D’une main leste, il sort sa baguette magique. Dans un murmure, il souffle le sort qui fera oublier sa brève maladresse.

- Reparo.

Sans demander son reste, il se glisse plus profondément dans le dortoir improvisé sombre à cette heure entre chien et loup. Le dortoir ressemble à une caverne d’Ali Baba désillusionnée, coussins à tout venant et bric-à-brac sans dorure. Et lui, furtif, rapide, glissant et doux, ressemble à un petit voleur, une ombre coupable, un filou d’ange.

Dans ses mains pâles et fines, il tient un livre court et une trousse obèse.

Il s’immobilise soudain.

- Kieran !

Il court vers l’autre garçon.
Se penche.
Une odeur de savon dans ses cheveux blonds. Miel et lait d’amande.
Un parfum de bonheur sur ses lèvres. Sourire et pépite.

- J’ai pris quatre centimètres !

Il tourne sur lui-même. Seule la taille compte…

- Tu vois la différence ?


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

avatar





Re: Quatre centimètres [PV Kieran]
08.11.16 21:50


Quatre
centimètres
cecil manor
On était encore coincé dans ces dortoirs. Ma chambre commençait à me manquer. J'en avait ras le bol de devoir rester cloîtré ici après les cours. Les profs sont certainement persuadé qu'on sera tous en danger en posant le pied seul hors de ces murs. Ils nous emprisonnent. Pour notre sécurité. Pour notre bien. J'avais qu'une seul envie c'était de sortir d'ici et qu'importe qu je me retrouvais avec un Sigma à mes trousse. Pour une fois, la compagnie des autres se révélait un fardeau plus qu'un cadeau. Ils parlaient tous, riaient, s'agitaient. Pourtant ce n'étais qu'un étalage d'ombres sous mes yeux, leurs mots n'avaient pas de sens peut être parce que je n'y trouvait pas d’intérêt. Je leurs glissais quelque sourires, un masque figé, l'illusion du bonheur s'y lisait certainement. Je laissais ma sincérité de coté pour le moment, de toute manière, j'étais trop occupé à me noyer dans mes cours.

Livre à la main et lunettes sur le nez. Je tentais tans bien que mal de rattraper mon retard en sortilège. J'avais plus le droit à l'erreur. Ma fatigue et mon manque d'organisation s'étaient fait remarqué. On avait tiré la sonnette d'alarme, suggérant d’abandonner quelques options, d'alléger mon travail et d'en finir avec les insomnies. Peut être que j'étais trop fier pour accepter. Le rouge m'allait au teint, mais aussi au cœur. Un Gryffon ça renonce pas. Un rêve ça se réalise pas comme ça.. C'est fragile, il faut s'obstiner pour ne pas le laisser s’échapper.. Alors, j'avais besoin de réussir, je voulais me le prouver même si c'était simplement de l'ego mal placé. De la stupidité de lion.

Quelques rayures s’alignèrent sur mon parchemin, encore et encore, les mots s’enchaînent, peut être ne s’arrêteront ils qu'une fois la lumière éteinte, espérant que la lune puisse les éclairer un peu plus. Absorbé par mes propres réflexions, je remarquais à peine le garçon blond qui apparue au milieu du brouhaha. Il portait avec lui un parfum de savon et un sourire angélique.

Une seconde passe durant lequel mon regard accroche le sien. Curieux, un peu surpris. Il avait l'air heureux, un peu trop pour le reste du monde. Une étincelle face à l'ombre. Je lui fis un sourire, abandonnant une seconde mes devoirs, le remerciant d'un silence pour cette apparition. Le poufsouffle tournait maintenant sur lui même clamant fort qu'il avait grandit. Je ne pouvais pas m’empêcher de lui trouver un coté candide qui s'accordait un peu trop bien avec son visage fin.

Mais c'est vrais. Il avait grandit.

«  Carrément ! J'ai faillit pas te reconnaître ! »

Quatre centimètre c'était l’Everest pour lui. Même s'il lui restait un bon nombre à avoir s'il espérait rattraper les gens de son âge, j'étais plutôt amusé de le voir se réjouir pour ça. Se réjouir des choses simples. Des choses futiles. J'avais presque oublié ce que ça faisait.

« Gaffe à pas me dépasser quand même ! »

La menace est légère, ça arrivera certainement un jour, j'étais peut être grand, mais loin d'être le seul... mais Cecil avec dix centimètre de plus, c'était plus vraiment Cecil..





Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

avatar





Re: Quatre centimètres [PV Kieran]
14.11.16 14:32

Kieran a pour lui la présence.
Plus que l’existence concrète,
L’absence de l’absence,
L’incapacité à ne pas être pour l’autre, l’incapacité à considérer l’autre comme un autre parmi d’autre.

Alors quand il dit ces mots à Cecil, évidemment…

Oh, ce plaisir
De grandir
De s’imaginer plus grand

Cecil s’assied sur le lit.
Quelque chose en dessous de lui.
Là, pas le temps de regarder quoi.

Le regard de Cecil est un rai oblique. Du bas vers le haut. De ses yeux bleus vers le sommet du crâne rouge de Kieran. Et il imagine, cet adolescent-là, combien de centimètres il lui reste à conquérir pour rattraper Kieran. Donc les autres. Parce que la petitesse comme la grandeur homogénéise tout ce qui est normal depuis le point de départ du rai oblique du regard.

- Mh mh.

Ça lui semble possible…

Sourire de chat
Hochement de tête entendu

- Je serai plus grand que toi un jour.

De contentement, il enfonce son séant dans le lit.
Le quelque chose sous lui s’enfonce dans une fesse.
Il regarde ce qu’il est en train d’écraser.

Une chose verte.
Douce.
Hermine ? Peluche ? Peluche.

Il se lève un peu, retire la chose verte des draps.
La déroule sous ses yeux.

Peau de dragon
Peau douce de saurien inerte
Costume ? Pyjama ?

Il tourne son attention  vers Kieran.
Se rassied sur le lit.
Enroule la peau de saurien entre ses mains.

Doudou provisoire
Doudou temporaire

- Les lunettes te donnent un air très stylé. Très posé.

C’est comme ça que sa mère dit quand elle voit un enfant qui lui plait.

- Et un peu… Un peu… Euh… Vampire ? Mais euh je ne suis pas sûr de ça.

Sa concentration sur Kieran.
Cecil se fige lentement dans une glue invisible. Il ressemble à ces oiseaux déposés sur une branche d’automne, immobiles et pourtant paresseusement, imperceptiblement ballotés par le vent.

Le teint de craie de Kieran. Blanc. Nuage de pluie.
Cecil avance son index droit et rose vers  la joue droite et pâle de Kieran.
Touche la peau de Kieran.
Fait glisser son index d’un centimètre. Un petit centimètre. Un léger centimètre.
Contre la peau de Cecil, la peau de Kieran est nue.
La peau de Kieran est craie.
Pas de maquillage. Pas de grimage. La nudité d’une peau blême.
Cecil regarde le bout de son index.
S’assure que son index est nu de fond de teint.

- Je pensais que tu étais maquillé.

Incident technique.
Oubli, déjà.

- C’est quoi ? Ça a l’air compliqué. Tu écris beaucoup, non ?

Dit Cecil en montrant le parchemin rempli de rayures de la main droite. La main gauche est restée emmitouflée dans la fausse peau de dragon vrai doudou vert.

- C’est quelle option ?

Qu’il ne choisisse pas cette option compliquée.


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

avatar





Re: Quatre centimètres [PV Kieran]
15.11.16 2:32


Quatre
centimètres
cecil manor
Il est curieux Cecil. Un peu trop heureux de grandir encore. Atteindre des sommets en quelque sorte. Probablement qu'il finirait par me dépasser. Plus grand, plus calme. Peut être plus adulte que moi. Un jour. Pas ce soir. Ce soir il souriait toujours comme un enfant. Satisfait. Il restait à mes cotés, investissant mon lit de sa bonne humeur et de sa chaleur.
J'en oubliais mes démons quelques secondes, l'observant s’asseoir se lever et s'étonner. Il venait de mettre la main sur mon kigurumi qui traînait là. Une curiosité à ses yeux. Cecil n'était pas habitué à ces choses moldus, à vrais, Cecil n'était pas habitué à grand chose je crois. Il était en contant émerveillement face aux monde et à ses choses étranges.
Cette fois, c'était un pyjama.

Ses yeux pétillant glissèrent à nouveau vers les miens. Je lui fis un sourire, lâchant de plus en plus le devoir qui me traînait dans les mains, beaucoup trop satisfait d'avoir de la compagnie même quand le temps me manquait. On a toujours le temps pour quelques compliments, même si ceux de Cecil pouvaient se montrer un peu étrange par moment.

« Merci. C'est les même que Clark Kent... mais heu... un Vampire ? .. c'est parce que j'ai une tête de déterré ? »


Ou alors j'avais raté l'épisode des vampire bigleux. C'est pas non plus impossible. Mais Cecil avait une façon de voir les choses bien à lui. Unique. Un peu curieux. J'arrivais simplement pas à faire les liens par moment. Reportant mon attention sur mon devoir quelque secondes, je me senti étrangement fatigué, incapable de relies les lignes raturés. Cecil avait simplement fait fuir toutes forme de concentration.
J'en avait peut être un peu besoin.

Son doigt se posa sur ma joue. Comme ça. Tout d'un coup. Le contacte m'avait surprit. Un peu intrigué aussi. Cecil n'était pas quelqu'un de très tactile, du moins, pas comme je pouvais l'être. Les sourcils levé, je l'observait sans comprendre jusqu'à ce qu'il avoue chercher du maquillage. Du blanc, du triste. Une raison à mon air malade et à mes yeux cernés.

«  Nan.. j'ai juste une sale tête. »

j'en riais un peu. Amusé par ses idées et sa naïveté. Cette fois c'est lui qui s’intéressa à mon devoir. Ses yeux balayaient le parchemins , s'effrayaient un peu. C'est vrais que c'était long, mais c'était nécessaire. Du moins, quand on arrive à y aligner trois mots correctement. J'en soupirais un peu, le laissant assouvir sa curiosité, hésitant un peu à décourager pour l'année prochaine.

« Sortilège. Mais c'est moins compliqué que ça en a l'air. »

Quand on se concentre. Quand on oubli le reste. C'était même plutôt simple. Impossible en ce moment. Cecil restait là, la main enfouie dans mon pyjama bizarre, je crois qu'il l'aimait bien. Doux comme de la fourrure et chaud comme une couverture, c'était parfait pour les soirées comme celle ci.

« T'as l'air d'aimer mon Kigu... Enfin.. le truc que tu tiens là, c'est un Kigurumi. Un super gros pyjama trop cool.. essai le si tu veux, tu pourras plus t'en passer. »

L'essayer c'est l'adopter ! Vraiment ! Puis ce serait surtout amusant de voir Cecil vêtu d'un truc pareil, j'étais certain que ça lui irait à merveille. L'idée me plaisait plutôt bien, et c'était plus intéressant qu'un devoir raturé.





Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

avatar





Re: Quatre centimètres [PV Kieran]
17.11.16 0:32

Une sale tête…

L’expression reste dans un recoin de pensées.
Kieran a une sale tête…
Kieran a une sale tête…

Alors l’expression « cours de sortilège » passe à la trappe. L’expression n’effleure même pas le cortex supérieur que déjà les tympans de Cecil l’ont oubliée. Les lunettes de Clark Kent par contre… Et le teint blafard… Et la sale tête…

Dans la main gauche, le dragon est tout doux. Et Kieran le nomme. « Kigurumi »… Un tout nouveau mot tout japonais.

Ça sonne bien.
Ça sonne comme chou, comme mignon.

L’expression rentre quelque part dans un lobe du cerveau.

- Tu as toujours plein de choses avec toi.

Dit Cecil en regardant le pyjama dragon.

- Je vais l’essayer.

Un tour de regard dans le sens horlogique.
Un tour de regard dans le sens anti-horlogique.

Mais les gens, autour.
Trop de gens.

Evidemment, des garçons.
Mais tout de même ?

Des gryffons. Des rouges. Des inconnus.
Rien à voir avec des pouffys. Des jaunes. Des amis.

Devant eux, en sous-vêtements ?





Pas question.
Un Manor ne montre pas sa peau au premier venu.

Cecil retire son manteau. Retire ses chaussures. Soulève le drap. Se glisse sous le drap. Commence à se déshabiller.

De loin, un fantôme.
Fantôme mal maquillé.
Fantôme rempli de tics et de soubresauts.

Il en ressort. Se met debout.

Dragon à la peau lâche.
Vert et ventre jaune.

- Il est un peu grand… ?

Touche ses avants-bras verts. Touche son ventre jaune.

- C’est vrai, c’est tout doux.

Se rassied.

- On peut faire quelque chose contre la sale tête ? On sait soigner la grippe, pourquoi pas la sale tête ?


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

avatar





Re: Quatre centimètres [PV Kieran]
18.11.16 22:47


Quatre
centimètres
cecil manor
Il effaçait le reste.
Cecil avait cette simplicité qui rendait tout facile. Il n'avait pas le regard triste ou inquiet. Il était heureux une seconde, ensuite curieux, puis attentif. Une bouffée d'air frais quand tout autour nous fait suffoquer. Là encore, il n'avait pas manqué de me le rappeler.
Ses yeux fixaient la fourrure verte du pyjama, se laissant tenter. Hésitant pourtant toujours un peu.
C'est vrais que j'avais toujours plein de trucs comme il disait, tout un tas de chose qui en émerveillaient certain, en agaçaient d'autre. Cecil lui semblait toujours surpris de découvrir mes trésors.
Les essayer également.

Je m'étais tourné vers lui alors qu'il disparaissait tout d'un coup sous les draps. Le geste m'avait surpris. Je ne l'avais pas compris tout de suite, cherchant à comprendre pourquoi le jeune jaune se terrait soudainement sous une montagne de draps. Ce n'était qu'un pyjama.
Un peu de nudité au milieu d'une foule. Cecil était pudique ? Cette idée me fit sourire.  

« Te perds pas là dessous. »

Il s'agitait, laissant les draps danser sur le lit sous les regards surpris. La naissance d'un dragon c'était toujours remarquable. Discrètement, j’essayais de voler quelques images de cette transformation en penchant la tête vers les draps secoués.
Un éclaire vert et une tête blonde.
Cecil en kigurumi était aussi mignon qu'espéré.

Un peu trop grand, le tissus lui retombait sur les épaules au peu mollement. Enrobé d'encore plus de douceur, je suis certain qu'il aurait fait un doudou plus que convenable malgré ses quelques centimètres si fièrement obtenue. Ça restait un bébé dragon aux yeux clair et au sourire candide.

«  Ça te va bien en tout cas. »

Il repris place à mes cotés, assis sur le lit à la place de mes parchemins et de ma concentration. J'avais plus tellement la tête à ça de toute manière, de plus, Cecil mettait encore le doigt sur un détail qui le troublait encore.
La tourment qui creusait mes joues et cernait mes yeux.
Un remède contre la sale tête, c'était un peu inespéré. Un peu naïf aussi et définitivement trop mignon pour que je retienne le rire qui souffla à travers mes lèvres. Après tout, on avait des sorts pour tout un tas de choses..
Pourquoi pas les chagrins d'amour.

«  Je sais pas.. Je crois qu'il faut juste sourire, dormir beaucoup, et peut être faire autre chose que gratter du parchemin.. Mais c'est pas contagieux t'en fais pas ! »

Et heureusement, sinon c'est un raz de marré sinistre qui se serait abattu sur l'école. Je préférais voir des visages souriant, de la joie, plus de vie qu'il n'y en avait dans mon regard pour le moment. Un peu comme Cecil. Un sourire s'accrocha à mes lèvres, un peu fatigué mais toujours aussi sincère.

« T'as cas garder le Kigu.. Tu me le rendras quand t'auras trop grandit et qu'il sera trop petit. Ça te va beaucoup trop bien. »

Peut être même mieux qu'à moi. Un cadeau un peu facile. J'avais tendance à offrir le monde sans qu'on me le demande. Un réflexe un peu étrange, nourri de bonnes intentions et d'une générosité qu'on taxait de bizarre. Mais si ça lui faisait plaisir, pourquoi pas ? J'en avait bien d'autres et l'idée de faire sourire quelqu'un était plus précieux que quelques morceaux de tissus.





Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

avatar





Re: Quatre centimètres [PV Kieran]
22.11.16 15:52

Kieran avait regardé sous les couvertures. A la dérobée. Comme un chercheur de curiosités devant l’entrée d’un terrier enchanté. Cecil avait jeté un œil sur Kieran qui le regardait. A la dérobée. Comme un bébé dragon qui se savait épié. Il avait avancé son nez. N’avait pas pu le froncer, trop occupé qu’il était à se vêtir de sa peau de nouveau dragonneau.

Et puis, Kieran avait eu l’air content. Ou satisfait. Comment savoir ? Cet étudiant-là avait des réactions et des pensées si exotiques pour Cecil qu’il ne savait pas toujours prévoir ni interpréter. Dans les deux cas, la sale gueule fut un peu moins sale gueule et c’est tout ce qui comptait.

Était venu le compliment. Il avait souri, rosi des joues en se regardant à nouveau. A la question sur le remède à la sale gueule, Kieran avait donné une réponse étrange qui allait à contresens du long devoir fastidieux que Cecil avait interrompu. Kieran était-il devenu à ce point indifférent à son sort ?

Il revint sur le Kigu. Donné ? Prêté… En attendant d’avoir grandi plus encore.

- Merci. J’espère qu’il sera vite petit.

Du bout des doigts, il tire sur les coutures des épaules, trop basses pour être à sa taille… Combien de temps pour qu’elles remontent ?

L’estimation temporelle terminée, il remonte son regard vers Kieran. L’air moins pensif, plus grave.

- Tu éludes le problème de la sale gueule avec beaucoup de facilité, Kieran.

Il secoue la tête.

- Mais le problème n’a pas l’air facile.

Il a un petit fond Serdaigle, Cecil, quand on s’y attend le moins.

Il y a deux ans et demi, le Choixpeau avait longtemps hésité pour lui. Il lui avait murmuré ses questions, son étonnement. « Serais-tu Serdaigle ou Serpentard, toi si lumineux ? »
Et Cecil avait répondu qu’il aimait la lumière des Poufsouffles, leur chaleur et leurs amitiés.
Le Choixpeau avait encore réfléchi de longues minutes. « Tu me mets dans une sale situation… »
Et Cecil avait redit sa préférence pour Poufsouffle.
« Poufsouffle » avait crié le choixpeau.
Et Cecil avait souri.
Depuis, parfois, ses frères avaient entraperçu son petit fond Serpentard et ses professeurs son petit fond Serdaigle.

Et ce soir, devant un problème qui lui semble important, la lumière des Poufsouffles ne suffit plus. Il faut bien utiliser toutes ses ressources en même temps de temps en temps…

Cecil pointe le visage de Kieran et le devoir d’un index raide.

- Tu sais que tu as une sale gueule, tu sais ce qu’il faut faire mais tu ne le fais pas, donc tu sais que tu ne soignes pas ta sale gueule. Tu m’inquiètes et je suis sûr que tu inquiètes d’autres que moi.

Il avance son buste vers son ami. Dans son habit vert, il ressemble à une peluche qui se penche, regard vers le haut. Un câlin ?

- Faut-il te forcer à abandonner tes devoirs ? Je peux le faire.

Pas de câlin.

Il retire son regard de Kieran, fouille dans les draps mis sans dessus dessous.

- Mais où est-elle… ?

Murmure Cecil en cherchant avec application.

- Oh. Voici.

Dans sa main gauche, il tient la trousse apportée. De la main droite, il extrait un bébé renard. Endormi. Argenté. Une grosse tête pour un petit corps.

- Ca tombe bien, j’ai de quoi te forcer à abandonner tes devoirs… Je te présente Chantilly.

Dans les mains de Cecil, Chantilly le bébé renard baille. Sa langue rose rouge, ses minuscules canines déjà pointues forment une grotte de futur carnassier encore fragile.

- Gaspard a eu des petits avec une renarde du coin. Ils ont eu quatre renardeaux. Chantilly est le plus facile à vivre. Je trouvais qu’il te ressemblait pour ça. C’est pour ça que je voulais te le donner. Et il adore dormir dans cette trousse, je ne sais pas pourquoi. C’est le seul à aimer cette trousse.

Soudain, dans les mains de Cecil, Chantilly se raidit. Ses oreilles plaquées en arrière, ses yeux mi-clos, ses babines retroussées.

Chantilly vient de voir Kieran.

- Euhm… Il n’aime pas les inconnus. Pour ça il ne te ressemble pas… Mais comme ses frères, il est sensible à la douceur.

Cecil passe deux doigts sur le sommet du crâne argenté. Gratte légèrement les sourcils.
Chantilly se détend. Progressivement.
Cecil passe un doigt doux le long des longues oreilles fines. Caresse lentement le bord des mâchoires.
Chantilly ferme les babines.
Cecil masse voluptueusement le thorax. Pince à peine le bord du cou.
Chantilly ferme les yeux.

Sans attendre de réaction ni de réponse, Cecil dépose le renardeau sur les genoux de Kieran.

- Leur mère les a rejetés, on ne sait pas pourquoi. Ils dorment avec moi. Quand ils sont fatigués, ils attendent près de moi que je m’endorme aussi.

Le sous-entendu est un peu trop gros…
Soupire.

- Si tu ne veux vraiment pas dormir plus, je le reprendrai avec moi. Tu es adulte, après tout.

Une idée s’allume dans la tête de Cecil.
Un regard plus direct.

- Tu as peut-être besoin de douceur comme les renardeaux ?


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

avatar





Re: Quatre centimètres [PV Kieran]
23.11.16 21:54

[quote="Kieran Nails"]

Quatre
centimètres
cecil manor
Mon cadeau de fourrure ne fut pas diversion très longtemps. Au moins, il lui faisait plaisir. L'encourageait peut être à grandir un peu plus, un peu plus vite. D'ici là j'espérais avoir d'autres occasions de le croiser dans son habit de douceur. A ce rythme la on allait monter un gang de Kigurumi. L'idée me plaisait bien, mais elle fût rapidement balayé par les inquiétudes du blond.
Il est un peu trop malin quand il s'y met.

Il pointe l'évidence.

Cecil était pas du genre à laisser filer les choses. Il les gardes, il retiens et il insiste. N'importe qui serait probablement passé à autre chose. Un autre sujet. Une autre question. Mais Cecil, lui, restait inexorablement fixé sur ma salle tête. A l 'écouter je n'avais cas poser mes affaires, dormir quelques heures et rire un bon coup pour que tout finisse par s'arranger. Si ça pouvait être aussi simple... Mais tout semblait l'être à travers son regard. Un simplicité étonnante, pourtant tellement vrais.
Je ne faisais pas grand chose pour aller mieux c'est vrais.

C'est inquiétant ?

J'inquiétais Cecil ? J'inquiétais qui d'autres ? Peut être qu'il était le seul à poser un regard inquiet sur la situation. Peut être qu'il était le seul à vraiment s'en soucier. J'avais pas envie qu'il s'en inquiète, c'est bien pour ça que je plaquait ce sourire sur mes lèvres et que je prenais la chose aussi légèrement. J'étais plutôt doué pour faire semblant en tout cas. Mais Cecil était plutôt bon dans son genre.
Démasqué, je ne pouvais rien faire sauf m'excuser.

Le garçon s'était soudainement approché de moi. Mes yeux curieux s'étaient posé sur les siens alors qu'il semblait soudainement réfléchir. Trouver une solution à tout ça. Qu'est ce qu'il avait en tête exactement ? Bien des choses assurément, et c'était toujours étonnant de voir ce qu'il pouvait faire, ou pouvait dire.

Une trousse.

Il avait fouillé les draps à la recherche de cette petite trousse qu'il regardait avec émerveillement. J'en souriais, à la fois amusé et curieux de savoir ce qu'elle pouvait contenir de si fantastique. Un petit morceau de bonheur.
Un bébé renard.

Un petit être de fourrure et d'innocence qu'il tenait dans sa main. Une peluche vivante au creux de sa main. Je crois que je m'était attendu à beaucoup, mais pas à ça. Mon visage exprimait sans peine ma surprise et mon attendrissement. J'étais beaucoup trop sensible à ces petites choses pour pas avoir l'air simplement émerveillé.

« Il est trop mignon ! »

La distraction était parfaite. J'en oubliais mes cours, mes devoirs à rendre, la peine qui s'accrochait encore à mon coeur et le nuage sombre qui tournait autour de ma tête. Il n'y avait plus que cette petite boule de poils et le discours émouvant de Cecil. Son renard avait eu des petits, celui ci lui avait fait pensé à moi. Facile à vivre, peut être un peu trop enthousiaste et énergique, un peu étrange aussi. Mon sourire s'était définitivement plaqué sur mes lèvres pour ne plus les quitter, jusqu'à ce qu'il parle de me le donner.

Me donner un petit morceau de bonheur.

J'étais trop surpris pour le cacher. Les mots me manquaient un peu sur le moment. Je crois que cette situation avait quelque chose d'un eu dingue, mais aussi attendrissante . Une folie adorable. Il me l'offrait comme ça. Simplement parce que ça lui fait plaisir, et simplement parce que ça me ferait plaisir. Un doudou pour m'endormir...
Je me trompais forcément.

« Attend tu... tu me le donne vraiment ? .. mais c'est ton bébé.. enfin.. Il va être triste sans toi non ? Et toi sans lui.. »

Mon regard glissa sur la boule de poil qui relevais le museau vers moi. Je senti tout son petit corps trembler entre mes mains, peut être un peu intimidé par ma voix ou mon odeur d'étranger. Ma main caressa le haut d son crâne, un geste naturel, presque un réflexe. Il me rappelait un peu Sid au début. Perdu. Abandonné lui aussi. Évidement.. Comment je pouvais résister à cette petite chose rejeté par sa mère. Un détail un peu cruel.

Une peine qu'on partage.

« On a tous besoin de douceur. J'espère que lui en aura toujours...»

Mon regard s'encra dans celui du poufsouffle. Étrangement je crois que j'étais un peu gêné d'avouer ça tout d'un coup. C'était idiot. Juste un détails, mais c'était déjà admettre qu'il me manquait un peu de douceurs en effet. Un peu de sommeil aussi, et un peu de vie... et Cecil avait débarqué avec cette petite chose.
Un sourire illumina mon visage, chassant un peu plus les ombres tout autour.

« T'es quand même incroyable tu sais. »






Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

avatar





Re: Quatre centimètres [PV Kieran]
28.11.16 11:40

Cecil regarde Kieran s’émerveiller, s’attendrir, s’étonner, s’inquiéter… Il regarde tout ce qui rend l’autre étudiant aussi fervent des sentiments. L’autre a les émotions en électricité fébrile sous la peau quand lui a les émotions en poudre d’acier suspendue autour de lui.

Ça fait quoi, d’avoir les réactions en volt et en ampère ?

- Il sera triste… ? Non.

La réponse est nette. Il est fait de métal et de lumière, Cecil… Et son amour prend les mêmes tonalités de froideur. Cela reste de l’amour cependant.

- Il sera perturbé au début… Mais nos dortoirs n’ont jamais été aussi proches. Je viendrai vous rendre visite. Et moi, je saurai qu’il est avec toi. Mes tristesses ne sont pas celles des enfants, elles cicatrisent rapidement.

Il aimerait toucher la peau de Kieran pour sentir les mouvements des émotions sous cette pellicule organique. Il n’en montre rien cependant, habitué qu’il est à ce que les gens ne comprennent pas sa façon de percevoir les choses. Les gens touchent plus facilement que lui mais les gens ne touchent pas comme lui. Alors il se retient.

A la question de la douceur, il a l’impression ténue de voir un petit rai sombre dans le regard de l’autre. Une minuscule éraflure dans sa carapace de joie.

Il réfléchit deux secondes, le temps que son intérieur comprenne, plus ou moins, ce qu’impliqueraient cette carapace éraflée et un geste pour la fendre.

Il réfléchit et il hésite. Peut-on aller contre la volonté des gens ? Leurs réflexes, leur inclination naturelle ? Où finit l’indifférence et où commence l’intrusion ?

Il réfléchit et il se trouve bête d’autant réfléchir. Sa peau lui dit de prendre Kieran dans ses bras et sa peau a toujours pu prendre les décisions plus rapidement que ses mots.

Alors Cecil tend les bras.

- Viens. Chantilly et moi nous allons te donner les câlins des bébés renards.


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

avatar





Re: Quatre centimètres [PV Kieran]
30.11.16 21:46

@Kieran Nails a écrit:

Quatre
centimètres
cecil manor
Cecil était surprenant. Même maintenant. Surtout maintenant.
J'avais encore un peu de mal à me dire qu'il me donnait réellement cette petite boule de poils. Un petit être vivant. Une responsabilité, mais une bonne dose de douceur et d’affection. En faite Cecil m'offrait de l'affection à sa manière.
Comme ça. Sans regret. Il avait à peine hésité à me le confier, certain que j'allais en prendre soin, persuader que c'est ce qu'il me fallait. Il n'allait pas regretter le petit animal, une réalité un peu brute, qui paraissait peut être un peu froide également. Le renard ne sera peut être pas triste, et lui n'était de toute manière pas si loin que ça, pas si triste que ça au final. Cecil avait une maturité étonnante par instant. Elle était là tapis sous un rideau d’innocence un peu candide.
Moi j'aurais le cœur brisé de laisser un petit être pareil aux main de quelqu'un d'autre. Mais j'étais probablement idiot et j'étais définitivement pas comme Cecil.

Cecil toujours aussi surprenant.
Il tendit les bras, hésitant. Je voyait l'incertitude au fond de ses yeux. L'envie de bien faire, peut être de m'aider moi et ma sale tête. Mais un câlin. C'était bien la première fois. Pris au dépourvus, je cachais à peine ma surprise en posant les yeux sur le Poufsouffle dragon et la douceur qui me tendait les bras. Peut être que je m'était endormis. Ça expliquerait beaucoup de chose. Si c'était un rêve, je pouvais me permettre de l'étreindre. Si ça ne l'était pas non plus d'ailleurs.
J'avais besoin d'un peu de chaleur et Cecil était un peu trop adorable dans son kigu dragon pour que je me prive de ça.

Mon corps glissa au creux de ses bras, m'y avachissant peut être un peu mollement pour l'étreindre à mon tour, le nez enfouie dans les plis du vêtement trop grand. Le kigurumi avait l'avantage d'être particulièrement doux et chaud. Un vrais doudou vivant. Peut être que je n'allais plus le lâcher. Rester comme ça jusqu'à m'endormir. Sur le coup ça me paraissait être une bonne idée, peut être que je devrais en abuser un peu.

« J'croyais que t'aimais pas les câlins »

Ma voix était étouffée par le tissue duveteux, un peu endormie malgré l'étonnement de cette constatation. Je pris tout de même la peine de relever le nez vers lui, souriant encore une fois, prenant garde à ne pas trop étouffer la petite boule de poils également.

« C'était pas pour ça que tu m'aimais pas trop ? Enfin.. que t'avais peur de moi.. »

L'aveu qu'il m'avait fais dans cette pièce close me marquait encore. Je crois que je n'avais jamais envisagé qu'on puisse avoir peur de moi. Mais malgré ça, j'avais peut être réussit à apprivoisé Cecil. La sale tête et le regard vide jouaient peut être un peu, mais je préférais de pas trop y penser, trop absorbé par ce cocon de douceur.





Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 3° :: Salle du Trône-
Sauter vers: