Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Sauvetage éclair [austre]


Partagez | 
 

 Sauvetage éclair [austre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Duelliste légal


Messages : 74

Date d'inscription : 07/10/2016

Feat : Suguryuji - Ao no exorcist

Double Compte : Luigi Tragelstone

avatar





Sauvetage éclair [austre]
12.11.16 21:53

Je n'ai pas pour habitude de faire mon difficile, mais là, ça dépassait les bornes. Je montait les escaliers quatre à quatre. Espérant arriver à temps, enfin, ce n'était pas comme si le temps allait m'échapper, j'avais besoin d'air. Même si ce dernier est froid. Je voulais respirer autre chose. J'en avais marre, tout simplement, j'ai fait des efforts, mais rien n'as changé. Les gens me fuient. Je souffle, l'air commence à être difficile à récupérer. Je manque une marche, mais mes reflexes me sauvent encore. Les escaliers bougent. Alors que j'y étais presque. Je roule des yeux. Bon, on s'arrêter là. Cela fait quoi le quatrième étage que je monte avec la rage au ventre. Je suis encore loin de ma destination finale. Je regarde l'escalier, il se barre.

« Sale traître ! »

Je crie en vain, je sais, mais ça faisait du bien de crier sur quelque chose sans qu'on me fasse de remarque à la con. J'en avais jusque là. Pour accompagner mon lacement, je l'accompagne d'un geste que je ne ferai pas en temps normal. Il ne faisait pas bon me croiser pour le moment. Je passait un moment comme ça. Kjuste la marche, jusqu'à j'en puisse plus. Je me pose quelque part, sur un des banc donnant sur une fenêtre. J'ouvre cette dernière. L'air frais fait rougir mes joues, mais ça faisait du bien. Je me sentais bien mieux. C’est là que je remarque un troupeau d'élèves. Ils suivent sûrement Berthie, pauvre fille, il est vrai qu'elle est belle, mais de la à la suivre partout, c'est flippant. Elle attirait, moi j'éloignais. Je pourrais aider. Je soufflais un peu avant de foncer dans le groupe. Je les fusille du regard. Déjà que je ne suis pas commode, là c'est bien pire. Mon regard est plus dur.

« Bande de crétins décérébré, vous allez filer, sinon je ne donne pas cher de votre peau. Dans la légalité. Je sais comment m'y prendre. Vous en faites pas... »

Mon ton est sans appel, je leur laisse même pas en placer une. C'est une façon positive de profiter de ma colère. Là, je veux faire peur. Le reste n'as plus d'importance. Je veux être autre chose que le méchant. Ce rôle m'embête. Parce que je suis vert et argent, que ma façon de parler est spéciale. N'importe quoi. Vraiment, il fallait que je sois l'inverse de ce que je suis pour avoir des gens qui me comprenne. Je n'allais pas toujours ramper vers cette amatrice de thé.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 33

Date d'inscription : 14/10/2016

avatar





Re: Sauvetage éclair [austre]
12.11.16 22:34

Elle s’était perdue, quelques minutes, à caresser un chat errant. L’animal ronronnait, les paupières plissées sur son regard de jade, se frottant contre elle qui s’était agenouillée devant lui pour jouer. Et, quand elle avait relevé les yeux, cinq élèves la fixaient stupidement, l’air transporté, séduit, sous un charme qu’elle n’avait pas voulu dévoiler. c’était un si joli moment d’insouciance et de plaisir. Ils le lui arrachent, brutalement, de leurs six regards hagards, de leurs airs hébétés. Elle se tend immédiatement, en se redressant.

Et elle leur tourne le dos. Elle n’essaie même pas de discuter. Dans son ventre, il y a un malaise, une angoisse animales, irraisonnées, irraisonnables. Sa main se noue nerveusement autour de sa baguette. Elle sait qu’elle n’a pas le droit de l’utiliser pour les décourager. Pour les repousser.Pour les stupéfixer, les attaquer, leur faire passer l’envie de jamais, à nouveau, s’arrêter pour la regarder.

Ils ne sont pas dangereux, elle le sait.S’il y en a un, dans le tas, trop entreprenant, elle pourra demander aux autres de la défendre et, pour lui plaire, ils obéiront. ET elle s’attirera les regard malveillant des petites amies, des délaissées, des solitaires qui s’imaginent qu’elle joue de son pouvoir.

Elle regarde leurs yeux dégoulinant de désir. De la glace coule dans son dos, dans son sang. Sa gorge se serre. Elle s’éloigne à grands pas, priant silencieusement.Mais ils la suivent. Un seul semble retrouver ses esprits. Nerveusement, elle se dépêche, tente de diminuer son pouvoir, sans réussir, sans y parvenir. La panique. Les émotions. Des catalystes trop puissants.

On l’interpelle, dans son dos, et ses doigts, sur sa baguette, se resserrent. Son souffle s’accélère un peu. Pour s’enfermer dans sa salle commune, elle doit descendre des volées de marches, traverser des couloirs et…

« Bande de crétins décérébré, vous allez filer, sinon je ne donne pas cher de votre peau. Dans la légalité. Je sais comment m'y prendre. Vous en faites pas... »

Elle écarquille un peu les yeux, en entendant les paroles et la voix, glaciale, menaçante, qui intervient en sa faveur. Immobilisée, elle pivote un peu, regarde le vert et argent qui approche, fend le groupe de ses admirateurs intoxiqués. Il a un regard dur, des gestes secs. Le petit attroupement autour d’elle hésite, oscille,murmure. Certains semblent retrouver leurs esprits, d’autres pestent et protestent, mais leur nombre diminue rapidement. Elle frissonne un peu, entre soulagement et nervosité, se mordant la lèvre. Avec un regard où brûlait une rancœur à peine dissimulée, le dernier membre de ses admirateur s’éloigne.La blonde, pourtant, ne soupire pas, ne se détend pas tout à fait. Elle pose sur son sauveur un regard hésitant, inquiet, toujours. Incertaine des raisons qui l’ont poussé à l’aider. Ils ne se sont jamais vraiment parlés, ils ne sont ni amis ni même de simples connaissances.

« … Merci. Je m’en serais sortie, mais… merci. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Duelliste légal


Messages : 74

Date d'inscription : 07/10/2016

Feat : Suguryuji - Ao no exorcist

Double Compte : Luigi Tragelstone

avatar





Re: Sauvetage éclair [austre]
13.11.16 10:09

Je n'ai rien à faire de leur mot, je suis un drôle de serpentard. Qu'importe, je m'en fiche. De toute je ne cherche pas à être quelque chose qui me ressemble si peu. Je tente de changer pour mon propre bien, pas celui des autres. Faire des gestes pour les autres était peu commun, disons que c'était tombé au bon moment. Je ferai presque Gryffondor, l'horreur. Elle pose un regard sur moi, il est teinté de doute. Je lâche un petit soupir. Il est vrai que je n'avais véritablement parlé à cette fille, car malgré sa beauté. Je préfère garder mes distances avec tout ce qui est tentation. Je sais qu'une personne entrera un jour dans ma vie, tel un ouragan. Il ne restera plus qu'à lui dire clairement mon but. Elle me dit qu'elle s'en serait sortie seule. Il roule des yeux.

« Je m'en doute, mais je pouvais voir leur regards,certains ne voulaient pas que regarder la personne que tu es. Les hommes sont parfois des porcs. Je dis ça alors que je suis moi-même un. Mais contrairement à ces imbéciles, je sais me tenir. De rien. Entre Serpy, faut un peu s'aider. Mikael, je peux éloigner tes prétendants un moment. Si tu veux la paix. Moi je ne ferai pas trop chier. »

Une façon positive de contribuer toute cette colère que j'ai en ce moment, sans passer par la case thé. Pourtant, j'aime ça plus que tout. Je croise mes bras sur mon torse, je regarde ceux qui tente de revenir à la charge. Ces gens ne sont pas des plus discrets par moment. C'était un entraînement comme un autre pour protéger une personnalité importante. Enfin, si on me donnait cette spécialité. Tout était de toute façon bon à prendre. Quand un tente de me jeter un sort, je le dévie l'air de rien. Ce n'était pas avec ce genre de chose qu'il allait me faire regretter mon geste, que du contraire.

« Comme tu peux remarquer, ces sorciers obsédé peuvent être dangereux. »

Exercer mes réflexes en situation réel, voilà une bonne opportunité. Tout en restant dans le respect des règles. Même attaché à sa protection, sauf si cette dernière ne voulait pas de cette paix que je lui proposait, c'était elle de poser ses choix. Un moment pour moi aussi d'être près de cette femme que je trouve jolie. Sauf que je suis doté d'un cerveau et qu'il n'est pas placé dans les bijoux de famille.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 33

Date d'inscription : 14/10/2016

avatar





Re: Sauvetage éclair [austre]
14.11.16 21:25

Bien sûr, secrètement, elle a parfois partagé son avis sur la gent masculine. Une horde de porcs, de bêtes incapable de circonvenir leurs instincts féraux. Jamais, encore, elle n’a osé, ailleurs que dans le silence des lits à baldaquins, à l’abri des rideaux et d’un silencio… Jamais encore elle n’a posé, articulé ces mots-là. Jamais autrement qu’en hurlant de rage ou en frappant, étranglant son oreiller.

Ses yeux sont deux billes blanc, noir, or, qui le contemplent, stupéfaits. Levés vers lui. Courant des teintes de la chevelure aux lèvres minces, aux épaules carrées, au regard gardé. Distant. Elle ne se détend qu’à peine en n’y lisant nulle intoxication.

« Austreberthe. Enchantée. »

Elle tend la main, serre la sienne. Sa paume sèche et étonnamment chaude. Tous les serpents n’ont pas la chair froide, la peau gluante, fuyante. Le visage doucement incliné, elle cherche, sur son visage, des traces. Trouve ? Non. Nul sillon de gentillesse, nulle griffure d’amertume. Elle cherche, pourtant, les cicatrices physiques des émotions qui auraient bâti, chez lui, des ambassades permanente.

Il est peut-être plus serpent, plus lisse qu’elle ne l’est. Pas même de chaleur dans le regard posé sur elle, pour accompagner sa proposition d’aide. Ni d’amusement, ni…

Elle tente de le lire. Se découvre analphabète. Elle n’a ni les codes, ni la clé, ne peut déchiffrer. Suspendue dans le vide, l’incertitude sous ses pieds. Elle n’a pourtant pas l’âme funambule, elle est pourtant habituée aux cabrioles les plus inattendues. Mais cette incertitude-là…

Lui donne envie de planter ses ongles dans de la craie, ou du velours. De s’accrocher à un mur, un mat, un chêne, de n’en plus bouger.

Pas de certitude, donc, sur ses motivations. Peut-être une simple pulsion altruiste. Peut-être plus. Moins. Mais elle sourit, après avoir sursauté, au sortilège négligemment repoussé. Austreberthe et un sourire qu’elle enrobe de lumière, de charme. Au cas où, là, derrière son geste, il y aurait plus de noirceur que de générosité.

« Je vois, oui… Merci. Si tu es vraiment… prêt à m’aider, un moment… Ce serait très serviable. »

Puis elle ajoute, dans un demi-sourire.

« Je te serais redevable, évidemment.  »


Elle a la politesse compassée, elle a les engrenages serpentards. Un donné pour un rendu, un tiens pour deux tu l’auras. Des promesses, des dettes, des obligations, des devoirs, des ronds de jambe… Il ne lui faut même plus penser, et, s‘ils ne lui viennent pas automatiquement face à tous, ces mots, face à cette aide inattendue, masculine, vert et argent, la prudence des bonnes manières s’impose naturellement.


« Qu'avais-tu envisagé, pour la journée? Je peux m'adapter à ton programme, sans souci. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Duelliste légal


Messages : 74

Date d'inscription : 07/10/2016

Feat : Suguryuji - Ao no exorcist

Double Compte : Luigi Tragelstone

avatar





Re: Sauvetage éclair [austre]
15.11.16 13:49

Je n’ai jamais entendu un nom aussi compliqué. Clairement, je vais la nommer Berthie. Il faudrait que je la mette au courant. Histoire qu’elle ne voit pas ça comme de la drague. Comme j’avais la tronche pour draguer. Déjà serrer sa main, c’était un poil de trop. Mais c’était de la politesse, rien de plus, rien de moins. Je m’attendais pas à ce cette dernière soit si douce. Je crois que ça m’a surpris assez pour que je le relève. Elle me fixe, je ne sais pas ce qu’elle cherche à faire, mais pas grave. Je ne vais pas mordre, je ne suis pas un sauvage, moi. Elle me dit que je peux servir de garde du corps. C’est un bon point pour moi. Avant d’ajouter que le renvoi d’ascenseur était valable dans son sens. Ce qui sur le coup me faisait un peu rire, c’était plus un pouffement qu’un vrai éclat de pure rigolade, mais soit. Ce qui comptait c’est que ces mots avaient le don de réveillé le vert et argent en moi. Toujours prévoir un coup à l’avance, voilà une philosophie bien Serpentard. Je peinais à y faire ma place, j’avais juste un but. Me défouler de manière saine et légale, sans tout détruire autour de moi. Ou me ruiner la santé avec une cigarette, comme si j’allais me donner ce risque-là. De voir ma carrière brisé par une addiction à la con. Elle finissait par me demander ce que j’avais prévu de faire. J’ai eu un sourire amer. Ce n’était pas comme ça que j’allais améliorer mes relations avec le demi.

« Hum, pas grand-chose, avancer sur mes devoirs, me balader à l’air libre, quelque chose pour faire descendre la pression des examens qui vont arriver. J’ai presque l’impression d’être avec des Serdaigles, alors que non, c’est des verts et argent comme moi. »

Du fait que beaucoup voyait cette année comme une préparation aux aspics, c’était un peu compliqué de trouver un moment où le cerveau pouvait arrêter de fumer comme si un indien faisaient des signaux pour communiquer avec sa tribu. J’avais souvent cette impression quand j’avais tout qui venait créant un bordel pas possible dans mes pensées. Il fallait vraiment que je prenne ce temps, quitte à travailler plus par après. Ce n’était pas bien grave. Les gens de mon année me fréquentaient peu par choix, surtout par obligation. Tout ça était d’un navrant.

« Et toi, tu avais prévu quoi ? J’aimerai savoir si ça te dérange que je te nomme Berthie, ton prénom bien que joli est un poil compliqué. Ne veut pas si je l’écorche de cette manière alors que nous ne sommes pas amis. Ni rien d’autre qui pourrait s’en rapprocher. »

Les bases étaient mises au moins. Autant ne pas trop commettre d’impair avec mon employée temporaire.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 33

Date d'inscription : 14/10/2016

avatar





Re: Sauvetage éclair [austre]
17.11.16 0:59

Il y a quelque chose de confortable de rassurant. Il lui a fallu du temps pour comprendre un peu les règles silencieuses suivies par certains serpentards. Il lui a fallu encore plus de temps pour apprendre à les employer ;.. parfois… mais les utiliser et écouter la cascade prévisible de leurs conséquences.. Oh cela est, sans conteste, rassurant, apaisant.

Il est des jours, des circonstances où elle en est incapable. Où elle est trop ardente, trop emportée, inflammable. Et puis il y a les autres jours, les autres événements. Comme cette rencontre et cette aide impromptue. Et même son rire qui a failli la hérisser, qui lui a fait, imperceptiblement, serrer la mâchoire.

« J’aimerais surtout ...me promener un moment. On sort ? Puis pas le choix, il y a les devoirs. »

Elle est encore d’avis que mieux vaut l’avoir à ses côtés qu’une troupe d’abrutis à ses trousses.. Peut-être pourrait-elle se débarrasser de ses suiveurs par quelques prouesse rhétorique agressive, par quelque manipulation… Mais peut-être Mikaël suffira-t-il, aujourd’hui. 

« Et pour mon prénom… tu n’es pas le seul. Une lubie maternelle que je paie au quotidien...Berthie...ça me va. »

elle entame la descente d’une volée d’escalier. Un portrait, au mur, la harangue. En l’entendant lui expliquer pour la énième fois qu’elle court à sa perte, si elle cède à ses instincts bestiaux, elle lui tire la langue, dans un geste puéril, purement instinctif et irraisonné.

Peut-être ne l’a-t-il pas vue ?
Peut-être s’en moque-t-il ?

« C’est compliqué, après les BUSE ? Tu es en… sixième année ? Ou en septième ? Désolée… je ne sais même pas ça sur toi... »

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Sauvetage éclair [austre]

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 4°-
Sauter vers: