Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













wonderful day coming ▬ Duke

Partagez | 
 

 wonderful day coming ▬ Duke

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard


Messages : 16

Date d'inscription : 24/10/2016

Feat : Alice in Wonderlands

Crédits : Duke & Avalon ♥

avatar





wonderful day coming ▬ Duke
26.11.16 14:52



first date

Le mois de décembre approchait à grand pas, laissant une vague de froid l'accompagner. Ce samedi là, il y n'avait pas de nuage pour obscurcir le ciel. Mais, par conséquent il y avait ce vent qui donnait cette impression de toujours souffler plus fort tant il ne s'arrêtait pas. Au moins, il chassait les nuages. Attendant devant le pub, Tamara s'était cachée sous une cape épaisse et chaude pour l'hiver. Elle avait sur la tête son chapeau qui protégeait son visage de la brise. A tout ça elle avait ajouté une écharpe, et là, elle se sentait prête à attendre dehors l'arrivée de Duke. Quitte à ce qu'il fasse si froid, elle aurait bien aimé qu'il y ait de la neige. Elle n'aimait pas ce froid qui gelait le sol. Pour elle, marcher à l'extérieur devenait une rude épreuve, elle glissait trop souvent. Son pied dérapant entraînant brusquement le reste de son corps.

Ce fut la raison pour laquelle la blonde était partie en avance, de peur d'être en retard. Elle ne voulait surtout pas faire attendre Duke. Ils ne sortaient pas ensemble depuis longtemps, et c'était leur tout premier rendez-vous. Il était aussi son premier petit copain. Elle n'avait pas l'habitude qu'on s'intéresse à elle. Et ils avaient fini par se mettre ensemble. Alors, elle voulait que tout soit le plus parfait possible. Elle voulait en garder un bon souvenir. Et autant que possible, elle ne voulait pas tout gâcher. C'était important pour elle. Ils n'avaient pas encore vraiment eu le temps de se voir depuis qu'ils s'était mis ensemble quelques jours plus tôt. La semaine de cours n'aidant en rien. Par chance, ce samedi là une sortie à Pré au Lard était organisé, ce qui était donc le parfait moment pour un rendez-vous. Duke avait choisi les Trois Balais. Ce pub populaire parmi les étudiants de Poudlard. Tamara avait souvent entendu parler de leur fameuse bière au beurre, et aussi de leur jus de citrouille. D'un côté, elle n'était pas si mécontente qu'ils ne se soient pas beaucoup vu. Pas parce qu'elle regrettait son choix, au contraire, ça lui avait laissé le temps de se faire au moins un petit peu à l'idée que maintenant, elle était en couple avec Duke.

Elle voulait faire des progrès même si ce n'était pas grand chose. Alors, elle avait décidé de ne riend dire, même si elle avait un peu peur de se retrouver dans ce pub. Il y avait tant de monde, c'était oppressant rien qu'en y pensant. Alors si en plus elle devait s'y trouver seule... Ce serait la fin du monde. Quelque part elle avait aussi peur que les gens les dévisages pendant leur rendez-vous. Et puis, elle devait aussi avoir peur qu'ils se moquent d'eux. La blonde n'avait jamais vraiment été douée pour les sortie, jamais à l'aise le monde autour d'elle. Le bruit pourtant inoffensif avait tendance à la crisper. Tout de même, elle avait hâte qu'il arrive. Il avait ce côté rassurant. Alors, tandis qu'elle guettait son arrivée, elle tentait de se faire discrète pour que les élèves ne viennent pas l’embêter. Elle observait de loin, se disant qu'elle était déjà si loin de sa zone de confort. Elle voyait les gens s'agiter entre eux. Courir. Crier. Parfois se battre gentiment. Souvent s'empiffrer de bonbons.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard


Messages : 88

Date d'inscription : 04/06/2016

Feat : Marshall Lee

Double Compte : Rosavipère et Debobo

avatar





Re: wonderful day coming ▬ Duke
27.11.16 11:43

Cette vague impatience l’avait étreint tout lentement, imprégnée là sur sa poitrine comme une petite boule qui gratte et qui démange. Elle l’avait saisi avec une douceur impie, et le monde tout autour de lui perdait un peu de son importance, s’il en avait seulement eu dans son esprit de contours flous. Mais Tamara se dessinait pourtant, tandis qu’il avait gravé en lui quelques images d’elle, quelques fractions de délicatesse. Une maladresse d'abord touchante, attachante qui l'avait précipitée dans le creux de ses bras, sa petite silhouette un peu fine un peu fragile, brindille, ses quelques sourires timides et éclos, quelques mèches blondes oubliées sur ses pommettes un peu rondes et rougies. Et sans trop s’apercevoir de rien, juste comme ça, juste comme cela survient parfois, Duke avait eu hâte.

A l'aise dans ses vans, à l'aise dans son pantalon moutarde, mains en poches, sa veste en jean sur les épaules, ouverte volante et secouée par le vent, il était fin prêt Duke, la fière écharpe des Poufsouffles autour de son cou, ses lèvres pincées, lascives qui témoignaient d'un subtil agrément. Charmant mais agité devant une seule et obsédante idée : Duke Earl Osborne avait un rendez-vous galant.

Il tendit une main en l’air, la saluant déjà de loin comme il la reconnut immédiatement, l’ayant cherché dès que la façade des Trois Balais s’était imposée dans son champ de vision. Il n’était pas nerveux, quoiqu’il ressentit bien ce léger affolement, non pas d’une inquiétude mais bien d’une émotion plus vive et plus agréable qui pouvait saisir son corps de quelques frissons d’excitation. Sa main desserra l'emprise de son écharpe autour de son cou, pour se donner une certaine contenance sans doute.

Il s’approcha d’elle. Cela ne lui prit que quelques foulées légèrement pressées.

On ne l’aurait pas trouvé différent. Duke n’était pas timide après tout, et bien qu’il ne la connût pas aussi bien, il demeurait en lui ce petit goût d’attention qui le poussait toujours à s’inquiéter du bien-être des autres.

_ Il fait froid tu aurais dû m’attendre à l’intérieur.

Mais malgré le constat un peu distant, il ne s’agissait pas là d’un reproche. Il lui semblait d'ailleurs que Tamara s'était armée contre ces mots désagréables que l'on entendait parfois, d'une sorcellerie bien sûr ; cela devait l'être, car elle avait ce délicat, ce mignon enchanteur qui devait sans mal faire naître chez les autres ce curieux sentiment de culpabilité à son égard. Gronder Tamara, il paraissait que c'était quelque chose à s'en vouloir. On aurait dégluti devant l'innocence. Il pouvait la deviner, là, dans le fond de son œil, l'adorable ingénuité qui lui donnait ce suave sentiment de fraîcheur.

Ils restèrent quelques longues secondes comme Duke s’oubliait un peu, frottant machinalement le bout de son nez, le regard déviant sur les larges fenêtres du pub derrière eux et d’un grouillement de foule qu’il percevait distinctement. Sans être en mesure de deviner vraiment le fond de ses pensées, une rougeur tâcha sa pommette.

_ Si tu tombes malade, je viendrai te manger.

La menace ayant faiblement étiré ses commissures, son air un peu charmant, un peu chafouin.

Et naturellement, dépourvu de gêne, sans qu’on ne s’y attende vraiment comme cela le prenait lui-même d’une envie soudaine capricieuse et irrésistible, sa main osa franchir la barrière invisible qui les séparait, s’’empara de ses petits doigts de fille, qu’il captura d’une étreinte tiède.

Duke ne se comportait certes pas différemment mais il n’oubliait pas que Tamara n’était pas juste une fille, cela l'aurait beaucoup réduit, avant certes, mais ce n'était plus le cas depuis qu’elle était un cran au-dessus et que cette position lui accordait quelques privilèges ainsi qu’à lui quelques devoirs. Le devoir de la traiter comme sa petite amie, le devoir de lui offrir ces quelques attentions. Il n'avait pas réellement pour habitude de s'intéresser au déroulement des choses mais, il fut proprement satisfait, satisfait qu'un si joli bout ait bien voulu un peu de lui. Il s'imaginait déjà la raconter à Charles, ce soir même.

Et prévenant, il aurait souhaité lui dire de ne pas s’en faire, qu’elle ne risquait pas grand-chose au fond, qu’il s’occuperait d’elle sans doute du mieux qu’il pourrait. C’était déjà promettre beaucoup. Il n’était pas amoureux d’elle. Mais il n'y pensait plus déjà. L'amour, ça ne vous tombait pas dessus en trois jours. Il voulait bien croire, Duke, que ça se cultivait plutôt.

_ Viens, je t’invite.

Il l’attira contre lui, la domina aisément de sa hauteur avant de les engouffrer tous deux à l’intérieur de l’enseigne, vivement, s'exposant un peu brutal aux fragrances de l'orge, à cette tiédeur à la fois divine et oppressante, d'une bouffée d'air chaud entre les papotages animés et festifs des groupes. Il se fraya aisément un passage, encerclant Tamara d'un bras sûr pour mieux la séparer du mouvement. Et c'était là une attention qu'il avait encore naturelle, de ce rassurant qui habitait chacun de ses actes et qui invitait peut-être un peu à cet état d'abandon, où il s'agissait surtout de lui faire confiance.

Il dégota une table un peu à l'écart, et comme un bon chauffeur libéra sa passagère juste devant une confortable banquette avant de s'asseoir lui-même sur la chaise en face, nonchalant, légèrement avachi, le visage  penché en arrière.

_ La prochaine fois, tu n'arriveras pas en avance, tu n'as pas besoin de m'attendre. Tu arriveras même un peu en retard, d'accord ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard


Messages : 16

Date d'inscription : 24/10/2016

Feat : Alice in Wonderlands

Crédits : Duke & Avalon ♥

avatar





Re: wonderful day coming ▬ Duke
01.12.16 12:21



first date

Tandis qu'elle regardait le bout de ses chaussures, légèrement gênée d'être là tant elle y venait peu, au loin une main se leva en signe de salutations. Et là, elle reconnut Duke. Il était comme d'habitude, si à l'aise. Du moins elle en avait l'impression. Et alors elle tenta de se faire à l'idée que toutes ses inquiétudes n'avaient pas lieux d'être. Puisque finalement sortir ensemble ce n'était pas une si grosse chose. Et qu'alors elle n'avait pas besoin de se retourner l'estomac à se demander si ça allait bien se passer. De toute façon, elle n'y pouvait rien. Pourtant, rien n'y faisait, maintenant qu'il arrivait, elle se rendait compte que le moment était arrivé. Elle ne pouvait plus faire demi-tour. Lorsqu'il arriva, le reproche sonna. Elle eut un peu peur, et fit la moue. Ne sachant pas vraiment quoi répondre. Bien sûr qu'il ne pouvait pas s'imaginer qu'elle préférait rester dans le froid qu'affronter la foule qui attendait patiemment son arrivée à l'intérieur. Elle ne dit rien, d'un côté il avait sans doute raison, personne n'attendait dans le froid volontaire.

Lorsqu'il reprit la parole, Tamara sourit, comprenant la blague. Et là, elle répondit.

« Hum, ça ira, je suis bien couverte. »

Si la blonde avait été plus à l'aise avec les gens, elle aurait sans doute ajoutée que s'il la mangeait ce serait lui qui tomberait malade. Mais il était encore trop tôt, elle n'était pas prête, et l'idée ne l'effleura même pas. Il y avait peu de chances pour qu'elle tombe malade, surtout qu'en cette période ses parents pensaient à lui envoyer au minimum une lettre pour lui rappeler de passer à l'infirmerie. Parfois le hibou devait même porte un paquet rempli de divers remèdes homéopathiques. Sur ces mots, le silence revint. Tamara ne savait pas comment agir en société. Et le fait que Duke soit désormais son petit ami n'y changeait rien. Elle n'avait pas suffisamment de force de caractère pour supporter le regard lourd de sens qu'on lui portait généralement. Elle ne savait pas plus comment se comporter. Elle avait vu des films romantiques et autres séries sur lesquels on pouvait tomber en regardant la télé. Pour autant, tout lui semblait si surréaliste. Il lui semblait impossible de se retrouver face à tant de problèmes.

Puis, comme pour briser la glace, il l'invita à l'intérieur. La blonde afficha un large sourire, avec pourtant ses joues écarlates. Elle était gênée, car elle ne s'attendait pas à ça. Enfin, même si elle y avait pensé, elle se sentait assez inconfortable avec cette idée de se faire offrir quelque chose. L'argent n'entrait pas vraiment en compte. Elle acceptait les présents de ses parents pour Noël ou son anniversaire, mais c'était différent, ils faisaient partis de la zone de confort de Tamara. Depuis toujours. Alors qu'avec Duke tout était nouveau. Des sentiments nouveaux venaient se mêler à ce qu'elle avait pourtant l'habitude de ressentir. Il n'était pas question d'amour. Ou peut-être que si justement. Elle n'y pensait pas encore. Elle ne savait même pas de quoi il s'agissait. Ce qui était sûr pour elle, c'était de ne jamais l'avoir ressenti.

« Merci. »

Elle suivit Duke dans la taverne. Elle adora lorsqu'il prit ses épaules pour la guider. Ses joues avaient opté pour une teinte cramoisie qu'elle tenta du mieux qu'elle put de dissimuler sous son écharpe en y enfonçant son visage. Elle s'étonna de la facilité avec laquelle ils leur avaient dégotté une table. Elle n'allait pas s'en plaindre, et s'installa sur la chaise, s'y sentant plus à l'aise que dans la foule. Elle ne savait pas quoi dire, comment débuter une conversation, elle savait cependant qu'elle n'aimait pas ce silence, que ce n'était pas bon signe. Mais elle ne se sentait pas capable d'y faire quelque chose. Encore une fois, ce fut Duke qui prit la parole. Avec ce ton détaché qui lui était propre.

« Mais, si j'arrive en retard tu vas attendre... » elle prit une pause, le temps de réfléchir à ses mots. « J'essaierais d'être moins en avance, d'être à l'heure. Ca sera mieux tu penses ? »

Elle mit bientôt la main sur une carte, et se demandant ce qu'elle allait boire, ce qui était le mieux. Elle pensait à une bierraubeurre. Elle en avait tant entendu parler, qu'il semblait que ce soit la solution la plus simple. Son regard se leva sur son petit ami. Avait-il déjà fait son choix ? Finalement, elle décida de lui poser la question. Peut-être qu'elle déciderait de prendre la même chose. Et puis, si elle n'était pas capable de décrocher un mot, à quoi pouvait servir le rendez-vous ? Alors elle se secoua.

« Tu as choisi ce que tu voulais ? »



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard


Messages : 88

Date d'inscription : 04/06/2016

Feat : Marshall Lee

Double Compte : Rosavipère et Debobo

avatar





Re: wonderful day coming ▬ Duke
13.12.16 12:28

Il avait eu cette courbe un peu stupide, facile aussi, d’un sourire, devant un merci devant un tout, à cause de cette drôle de fierté qui s’étendait soudain derrière le galbe de ses fines lèvres. Ce n’était pas qu’ainsi posté l’un à côté de l’autre ils sortaient de l’ordinaire, au contraire, il semblait exister entre eux une sorte de complément physique qui annihilait simplement la prestance et le charisme qu’ils auraient pu susciter. Ils étaient beaux pourtant, mais pas assez remarquables. Duke aurait d’ailleurs dit que Tamara ne l’intriguait pas, et que sa maladresse peut-être l’avait foudroyé bien avant l’appréciation de son physique, bien qu’il savait pour avoir détaillé la jeune fille quelques fois tandis qu’elle ne regardait pas, qu’il y avait chez Tamara un quelque chose de tout à fait charmant et de tout à fait curieux. C’était cela sans doute qui l’avait comblé de cette émulation que seules les filles provoquent parfois.

Il s’exposait d’une certaine manière sans toutefois en avoir conscience, puisque cela s’affichait chez lui dans une sorte d’arrière plan dont il n’avait pas connaissance ; mais il possédait ces gestes, ces sourires sans équivoques et très francs de ces gens exubérants, que lui-même n’était pourtant pas, mais qui clarifiaient néanmoins la situation au premier regard et bannissaient tout doute : c’était de dire le lien qui existait entre Tamara Abbott et Duke Osborne, comme il était indubitablement certain qu’ils devaient être quelque chose l’un pour l’autre et que la relation dépassait aisément l’amitié. C’était de sous-entendre d’une façon ou d’une autre que Tamara était à Duke ce que Duke était à Tamara.

Il se sentait distrait. Et bien que cela lui arrivât souvent, voir presque tout le temps, cet état là était sensiblement différent dans le sens même où il se sentait en mesure en cet instant très précis, capable oui d’en reconnaître la cause. N’était-ce d’ailleurs pas là le fait le plus extraordinaire ? Qu’il y eut une simple cause lorsqu’il en manquait cruellement d’ordinaire. Car là où il aurait pu s’affairer au badinage le plus simple, un peu emmitouflé entre les volutes d’alcool et l’odeur boisée des murs et de la chaleur que provoquait cette masse agglutinée, qu’il ne manquait cependant pas d’observer un peu hagard et bref, mais Tamara, Tamara était un gouffre de distraction, un abîme à contempler sans doute, et le temps qu’il s’aperçoive réellement de la direction que prenait l’attention de ses regards il était trop tard. C’était d’abord une vision fragmentée qui s’offrait à lui, qu’il n’avait plus qu’à détailler. S’il ne pouvait voir ses jambes, c’était ses deux mains devant lui et tout près du reste de son corps qu’il contemplait, les blanches, les délicates, et cela l’interrogeait sur leur utilisation comme il les imaginait avec une certaine indignation en train de se blesser, déjà couvertes de ses bleus dont elles-seules semblaient avoir le secret, les témoins de cette malédiction maladroite. Et ne lui semblaient-elles pas alors à l’agonie comme leur propriétaire semblait tant les malmener ?

Machinalement, délaissant la carte des boissons, ses mains furetèrent vers les siennes et les emprisonnèrent comme pour leur offrir un écrin chaud à l’écart de toute sauvagerie qui aurait éreinté ou fait suer le doux épiderme.

Et l’affection lui venait sans qu’il n’ait besoin d’y songer, juste comme ça, impromptue et sauvage. Aussi parce que le statut de leur relation lui en donnait le droit, croyait-il, et que cela devait faire parti des avantages accordés à l’un et à l’autre. Il possédait cette pensée mécanique qui le faisait malgré tout sourire. Attendre, oui, certainement il attendrait mais uniquement parce qu’il le désirait bien, uniquement parce que ses mœurs chevaleresques lui chuchotaient que c’était ce qu’il devait faire. Ah ! Duke ! Qu’il était peu moderne dans ce romantisme approximatif et archaïque !

_ Je pensais que les femmes aimaient se faire désirer… Ironie presque rieuse. Il s'amusa sans doute à la contredire encore, son rictus rigolboche. Dans ce cas j’arriverai en avance pour t’attendre.

Il lâcha finalement sa main tandis qu’elle parcourait la carte des boissons. Un bref instant il se demanda où tout cela devrait le mener. Il pense un peu aussi à ce qu’il pourrait bien lui dire pour ne pas lui faire apparaître, qu’au fond, il n’était qu’un garçon un peu trop comme les autres, un peu trop immature parfois, un peu trop ennuyeux aussi. Il aurait souhaité lui raconter des aventures qu’il n’avait pas vécues, des rêves d’innocence et de fougue juvénile, quelques épopées épiques. Il ne possédait rien de tout cela. Il lui semblait alors évident qu’il ne comprenait pas réellement ce qu’elle traficotait là, en face de lui, tandis qu’elle pourrait être ailleurs. Cela le fit rougir encore, une rougeur un peu satisfaite, un peu gorgée d’orgueil de se dire que, de tous les endroits où elle aurait pu être, c’était sa compagnie qu’elle avait choisie.

_ Je vais prendre une bièreaubeurre aromatisée à la courgette. Ou à l’aubergine. J’hésite. Non, je crois que la meilleure, c’est celle qui sent la semoule. Elle a un arrière goût de couscous.

Et dans cette discussion presque surréaliste où il débattait réellement de ces idées de saveurs un peu folles, il reporta finalement son attention sur le visage poupon qui lui faisait face, se tut un instant pour mieux regarder sans doute, les petites joues, les fines lèvres, le contour des yeux, un tout.

_ Tamara. Qu'est-ce que tu veux pour Noël ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard


Messages : 16

Date d'inscription : 24/10/2016

Feat : Alice in Wonderlands

Crédits : Duke & Avalon ♥

avatar





Re: wonderful day coming ▬ Duke
23.01.17 17:25



first date

Il y avait ce quelque chose de beau quand on les voyait, ensemble, tous les deux assis à cette table. Tamara ne s'en rendait probablement pas compte, trop occupée à savoir quoi faire de ses mains. Devait-elle les laisser poser sur la table ? Ou alors, devait-elle les plaquer contre ses genoux ? Elle ne savait pas. Et pour cause, Duke était la seule personne qu'elle avait fréquenté. Son premier rendez-vous. Elle se posait tout plein de questions. Ses joues avaient rosies, et semblaient ne pas vouloir perdre leur teinte. La chaleur du lieu n'aidait pas. Elle avait peur de faire quelque chose d’inapproprié. Il lui fallait du temps pour apprendre. Il lui fallait du temps pour faire face à la nouveauté. Elle était à l’opposé de ces gens qui ne cherchaient que ça, la nouveauté. Elle faisait toujours de son mieux pour que ça se passe bien. Pour ne pas avoir tout ces problèmes. Surtout qu’elle était contente d’être là avec Duke.

« Oui, je crois que ça ira comme ça. » dit-elle avec cette mine mi-souriante mi-réfléchie, qui lui donnait l’air mignon.

Elle s’embêtait trop. Tout ça aurait dû être naturel. Seulement, c’était sa nature, elle si maladroite, qu’elle avait fini par s’inquiéter pour pas grand chose. Elle gardait les yeux rivés sur la carte, sans vraiment la lire. Juste pour ne pas avoir l’air si étrange. Fixer Duke aurait été bizarre, elle le savait bien. Du moins, elle le pensait. Elle se surprit finalement à scruter une tâche qui teintait le parchemin, lui donnant cette couleur brunâtre. Sans doute de la bière au beure. Ses pensées filaient, pourtant, elle n’aurait su comment entamer une conversation. Que dire ?  Sans s’en rendre compte, elle comptait sur lui pour savoir. Sans trop le vouloir. Car Duke était un peu comme son prince charmant. Celui qui la sauvait dans les escaliers, d’une chute certaine. Celui qui la protégeait, lui disant qu’elle ne devait attendre dans le froid. Celui qui quelque part devait s’inquiéter pour elle.

Et alors, il attrapa ses mains. Tamara lui sourit à ce contact. Elle était surprise, et avec ça heureuse, elle avait eu ce sentiment étrange, et inexplicable qu’elle ne pourrait identifier. Ce fut assez naturel, elle n’y réfléchit d’ailleurs pas vraiment. Pas du tout.  Les mains de Duke paraissaient si grande à côté des siennes. Si fortes, alors que les siennes étaient si frêles. Et pourtant maculées de ses bleus qui lui avaient valu tant de remarques, de reproches. Il n’était pas de bon goût pour une jeune fille de porter ses mains abîmées. Marquées de bleus comme si elle se battait. Mais Tamara, se battre ? Elle ne comprenait jamais ces reproches. Pas complètement. Elle l’écouta évoquer les différents goûts de bière au beurre qui le tentaient. Elle fut étonnée qu’il puisse y en avoir autant. Elle fit la moue, quant au choix de son petit ami, assez dubitative vis-à-vis du choix.

« Je crois, que je vais juste prendre une bière au beurre nature. »

Et le silence revint, sur cette note de réalité envoyée par Tamara. Elle espéra ne pas avoir été trop étrange dans sa réponse. Mais c’était comme pour toute chose, elle avait toujours peur de changer une habitude, et peut-être plus encore d’essayer autre chose. Le rendez-vous étant déjà une nouveauté en soit, elle jugea qu’il ne lui était pas nécessaire d’essayer la bière au beurre goût maïs, ou autre chose. Duke aborda le sujet de Noël. Ce qu’elle voulait ? Elle ne savait pas. C’était aussi simple et aussi complexe que ça. On ne lui demandait pas trop ce qu’elle voulait. Ses parents avaient aussi du mal à trouver quoi lui offrir. Elle prit du temps à réfléchir. Un peu nerveuse à cause de son manque de réponse, elle tortillait ses cheveux autour de ses doigts. Elle ne savait définitivement pas.

« Je ne sais pas. Et puis,  je n’ai pas besoin d’un cadeau, tu sais. » Elle afficha un sourire timide, et surtout gêné. Elle réalisa que si Duke lui offrait quelque chose, il faudrait qu’elle lui retourne la politesse, c’était ce qu’il fallait faire, et elle serait contente de lui offrir un cadeau.  Elle ajouta donc : « Et toi, tu voudrais quoi ? »



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard


Messages : 88

Date d'inscription : 04/06/2016

Feat : Marshall Lee

Double Compte : Rosavipère et Debobo

avatar





Re: wonderful day coming ▬ Duke
03.02.17 19:45



Wonderful day coming.
Duke & Tamara
Il était tellement dense qu’il ne percevait rien, qu’il ne comprenait rien. Un filtre qui lui refusait pourtant l’évidence. Car ce qui compliquait la vie de Tamara Abbott ne compliquait pas celle de Duke Osborne. Il ignorait tout à fait être le tout premier, et quelle responsabilité cela aurait-il été sur ses épaules qui savaient parfois se rendre larges, quelle fierté aussi, sans doute. Ainsi les interrogations de Tamara lui étaient parfaitement inconnues, et il se contentait bien d’agir comme il le faisait toujours. Il n’était pas bien sûr sans savoir qu’elle pouvait être timide, non ça bien sûr, on ne pouvait pas réellement l’ignorer, cependant il s’était lui-même laissé prendre dans l’excitation du rendez-vous comme il ressentait un flot d’émotions nouvelles qui le faisaient fugacement se sentir dépassé. Un dépassement qui, s’il le laissait pantois n’était néanmoins pas pour lui déplaire.
Et il avait des petites pensées qui lui venaient, s’insinuaient un peu sournoisement dans son esprit ; elle est jolie Tamara. Très simplement voilà, puisque Duke n'était pas insensible au charme féminin, que sortir même avec sa blonde l'amenait certainement à s'y intéresser, puisqu'il avait dit oui avant même de se rendre réellement compte de la portée de son choix, de ce que cela impliquait. Ca l'avait pris un peu brusquement comme ça, au dépourvu. Il sortait avec Tamara, et voilà encore, il n'y avait jamais sérieusement réfléchi. Il n'aurait pas même su justifier sa place, ne savait pas même ce qu'il pensait de la jeune fille. Juste. Oui, elle est pas mal quoi, plutôt mignonne, et toute douce comme ça qu'on voudrait bien la croquer et la bisouiller, comme une fille, comme une jolie fille. Jolie. Fille. Et il ne pensait qu'à ça, Duke, qu'il s'en sortait bien avec Tamara, des commentaires de garçon, et puis un peu plus aussi. Il se disait qu'il s'en occuperait bien, qu'avec elle il ferait mieux qu'avec toutes les autres, qu'il ferait en sorte qu'elle soit si bien avec lui qu'elle n'aurait jamais envie de partir, qu'elle voudrait toujours de lui, qu'elle ne penserait à personne d'autre aussi. Il voulait être l'unique. Comme il avait ce puissant refus de l'abandon, oui.

Un léger sourire flotta sur ses lèvres ; une bière au beurre nature. Elle n'avait pas beaucoup d'audace Tamara, quoiqu'elle n'en avait pas manqué le jour où elle lui avait demandé de sortir avec elle. Enfin. Qu'on se le dise, il était bien le seul à être étrange, à se demander s'il l'était réellement ou s'il ne ressentait pas les effets d'un trac inconscient. Bof. Il se stressait rarement.
Et ça l'attendrissait doucement, de cette petite moue qu'elle avait eu, qu'il avait regardé en biais sans essayer de trop se faire voir, de trop se faire remarquer. Parce qu'il ne pouvait pas réellement s'empêcher de la regarder, il se sentait happé. Et rien d'autre n'aurait su capter son attention, son attention si volage. Les détails ne l'intéressaient pas, son ongle pourtant grattait machinalement une fissure incrustée dans le bois de la table. Par moment encore, il percevait des bribes de conversation, des mots qu'on jetait et qu'il récupérait malgré lui au passage, comme tout vraiment autour d'eux ne pouvait être totalement occulté.

Il regretta son choix alors, presque immédiatement. Quelle idée avait-il eu d'emmener sa nouvelle petite amie dans l'endroit le plus animé de Pré-Au-Lard ? Cela lui ressemblait trop encore, puisqu'il se rendait compte que tout le bruitage intempestif qui les enveloppait nuisait à leur échange. Tout n'était pas si mal pourtant, il y avait ce puissant sentiment de cocooning. Parce qu'il se sentait bien, là, il s'avachissait encore. Et il s'était mis à la fixer, à la détailler. Encore. Il ne cillait pas. Il l'observait d'ailleurs si bien, devait si bien oui imprimer les moindres détails de son visage, de son grain de peau, des pommettes. Ah, comme il aimait les pommettes ! C'était comme un petit fruit bien mûr qu'il aurait eu envie de tâter ! Ah Duke ! Il regardait si bien qu'il en devenait dérangeant, oui. Et c'était ainsi qu'il s'était absenté, perdu sur les rivages scintillants, les aurores de Tamara. L'aube. Elle était fraîche comme l'aube et sa rosée du matin, annonçait une douceur du jour croyait-il ; il ne retenait plus vraiment ses regards.

Si jolie, oui.
_ Vous prenez quoi ?
_ Deux bières au beurre. Couscous nature.

Il s'était à peine rendu compte de ce qu'il disait et sans même un regard pour le serveur à peine arrivé qu'il congédia ou donna l'air d'expédier expressément.

Il ne souriait plus, Duke, tout absorbé qu'il était. Il dévisageait ces petits doigts qui s'agitaient autour de ces cheveux. Alors il l'avait écouté avec une certaine attention tout de même, et il avait réfléchi un bref instant. Ce qu'il désirait. N'importe quoi aurait fait l'affaire en vérité, seul l'intention lui importait vraiment. Savoir que quelqu'un pensait à lui suffisait. Mais ce qu'il aurait désiré... Oh Tamara. Ce n'était pas tant une chose à demander à un garçon qui aime un peu trop les blondes. Mais elle lui offrait là une occasion qu'il ne comptait pas manquer. Il la taquinerait évidemment, rirait gentiment non pas d'elle, mais avec elle. Alors un rictus bizarre dessina ses lèvres. Il s'était finalement penché vers elle, s'était affalé sur le table, les coudes du moins, sa tête calée contre ses bras. Il leva sur elle un visage amusé, changeant son angle de vue. Ses fossettes qui se creusaient.

_ Toi.

Cet espèce de sourire qu'il affichait, et l'oeil coquin. Et sa voix porta, juste comme ça, le plus naturellement du monde comme si c'était là une chose qu'on pouvait réclamer. Sa fausse innocence. Et tout ce qu'il sous-entendait.

_ Moi je veux une nuit entière avec Tamara Abbott.

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Ailleurs :: Pré-Au-Lard :: Les trois balais-
Sauter vers: