Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













ASMR — Annoying Stupid Magic Runes // Juniper

Partagez | 
 

 ASMR — Annoying Stupid Magic Runes // Juniper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Sigma


Messages : 89

Date d'inscription : 27/11/2016

Feat : OC. et Kaya Scodelario (irl)

avatar





ASMR — Annoying Stupid Magic Runes // Juniper
30.11.16 18:24

ASMR — Annoying Stupid Magic Runes
Alors, qu’est-ce que tu racontes ? Tu sais pas vraiment ce que tu fais ici, Dothy. Quoi de neuf ? Ça cocotte, c’est sombre et empoussiéré.

Un éternuement lui échappe puis elle entoure à nouveau ses épaules de ses bras, en se balançant doucement sur la marche où elle est assise. Elle a le nez en l’air, Dorothea, les pensées perdues dans les runes doucement lumineuses qui parcourent les murs de la petite salle.

L’étude des runes… Ça t’a toujours dépassée; dans tes premières années tu as opté pour les soins aux créatures magiques et la divination, alors tu n’as jamais eu à appréhender ces symboles dont tu ne peux apprécier que la beauté. Encore une perte à digérer. De passer à côté de quoi que ce soit, ça te tue, Dothy. T’as pas la science infuse, et c’est pour toi un motif d’abattement.

Quelque part, t’aimerais bien ne pas être toute seule, là, tout de suite. Avoir une épaule contre la tienne, tandis que tu dégages distraitement un mouton de poussière du bout des doigts, au sol. Ça te rappelle ton enfance, quand tu te plantais au milieu du jardin, sous la pluie, couverte de ton petit imperméable, et que tu fouillais dans des petits royaumes de boue à l’aide d’un bâton, petit tremblement de terre inoffensif. Alors tu répètes ici la même mécanique, cette fois-ci dans ton cœur, lui aussi boueux. Tu tritures cette masse un peu carcinomateuse, ce corps étranger, ce boulet que tu traînes. Tu le tritures du bout de ton doigt mental et ça te fait mal.

SNAP.

Elle se lève, irritée et descend rapidement les marches, pour ensuite s’arrêter au milieu de la petite salle. Elle triture une fois de plus, absente. Cette fois-ci c’est la perle de son pendentif - un cadeau offert lors de son anniversaire, une jolie petite chose. Sans défaire le collier de ses doigts, elle se met à faire de petits tours sous la voûte de la salle d’étude des runes, le nez par terre. Quelque chose à donner à l’incinérateur de ses pensées, vite, pour qu’il arrêter de l’incendier. Ça s’agite sous la tignasse brune. Elle commence à tourner doucement sur place et balance la tête en arrière, pour capturer de son regard la rune qui la surplombe. C’est un v artistiquement tracé, à la lueur intermittente, comme un message indéchiffrable. Un rire injustifié et quelque peu absurde lui échappe et, en proie à l’étourdissement elle s’allonge, un bras sous le crâne, une main sur la gorge, sur son pendentif.

Tu te dis qu’il est tard, qu’avec un peu de chance on remarquera ton absence au dîner. Mais ce n’est qu’un petit réconfort. N’es-tu pas déçue que l’on ne te décèle que lorsque tu es hors de vue ?

Elle est ensommeillée et ne bouge pas lorsqu’elle entend des bruits de pas dans le couloir adjacent, espérant qu’on dépasse la salle sans noter l’entrebâillement de la porte. Fâcheusement celle-ci s’ouvre en grinçant tapageusement, et Dorothea se voit forcée de se redresser, alertée.

Danger, danger.

Quelqu’un d’égaré, seul, dans une salle, c’est jamais un bon présage. Dothy, essuie tes larmes ou tu seras débusquée. 

Elle s’exécute puis, constatant que la porte s’est refermé, se dit que c'est sans doute un couple qui est rentré pour se faire des misères en toute discrétion. Ben oui après tout: quel autre esprit dérangé pourrait avoir l'idée de venir en salle des runes à cette heure-là ? Alors elle lance, l’air un peu stupide et décontracté:

Hum… J'suis là si on me cherche, mais faites comme si je l'étais pas  !



   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 4° :: Cours des runes-
Sauter vers: