Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













horror movie survival guide ━ césar.


Partagez | 
 

 horror movie survival guide ━ césar.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 90

Date d'inscription : 29/10/2016

Feat : Luke Powell (art de chouette-e)

Crédits : Lynch, Ava ♥

avatar





horror movie survival guide ━ césar.
02.12.16 2:56



one of us is going down down

and it's not me.



J'ai maté assez de films d'horreurs et lu assez de bouquins de la section interdite pour avoir une idée ou deux sur comment ça pourrait se finir.

Comment dire… je me retrouve dans la forêt interdite, la nuit de surcroît, et accompagné par mon meilleur ennemi (ce serait lui donner trop de crédits que de l’entitrer de "pire ennemi").
Je vois honnêtement pas comment ça pourrait mal tourner.

Je me plains, je me plains, mais c’est pour ce genre de moments que je vis, en vrai (et sans doute à cause de ce genre de moments que je crèverai aussi). Le froid qui te noue les muscles, la peur qui te noue le ventre… le sang de l’autre abruti qui te gicle sur la gueule quand tu le pousses dans un nid de tarentula. Ah, good times.

Quoique y a peu de chances qu’on tombe sur une tarentula, je crois. On a plus de chance de se faire vampiriser ou loup-garoufier.
Rien que ça.

On est dans ce merdier car le bâtard-qui-s’embrasserait-le-reflet-de-son-cul-au-miroir-s’il-le-pouvait a eu l’inspiration de me défier durant l’entraînement. Rien de palpitant ne s’est déroulé durant la classe, alors on avait décidé de reporter nos sectusempra et incendio en dehors de celle-ci. Et ça a palpité, oui, fort. Et ça a incendié à moitié les escaliers aussi.

Puis un prof nous a chopé, forcément. Le mauvais prof en plus – Caelum. Comme le monsieur a une réputation à tenir, il nous a foutu dans une near-death detention et nous a gentiment demandé d’aller voir ailleurs pour récolter des champignons si on en trouve. Oh joie.

Ça va être joyeux, ouais, et y aura pas besoin de bête féroce pour que ça saigne, de ça je suis sûr.

Et je suis rarement sûr de quelque chose. Si ce n’est que la terre continue de tourner (et que ce n’est pas autour de Jdanov, comme il adore à le penser).

J'ai pas envie d'ouvrir la marche et lui tourner le dos – qui serait assez con pour lui tourner le dos deux fois de suite, hein ? Il me l’a fait assez rougir comme ça. Je marche pas non plus derrière lui, pas envie de me prendre une branche malencontreuse dans la tronche par sa faute. Alors je marche à côté, ma baguette tendue au bout de mon bras pour éclairer un chemin vachement tortueux.

On venait à peine de pénétrer la forêt, et déjà y a des bruits chelous de tous les côtés. Je commence à me les peler aussi, ça sent la mort. Pas l'odeur, je veux dire, pas encore – mais la température. Ça sent le froid de la mort.

Bordel mais il est sérieux à nous demander de chercher des champignons précis la nuit ? Je sors le papier pour relire la liste – pas parce que j'ai oublié ce qu’il nous faut mais parce que je viens de repérer un champignon pas loin. Je compare le dessin à la réalité et
nop, mauvaise pioche.

Hey, Jdanov, un petit creux ?

Et je me penche pour récolter le champignon et le lui lancer ; si c’est un hallucinogène, ce serait drôle. Si c’est un toxique, ce serait mieux.
Si c’est un mortel ? Jackpot.

Ouais ouais, je sais qu’il ne le bouffera pas – s’il était aussi con je ne le considérerais pas comme une menace. In fact, c’est le champignon qui risquerait de crever de toxicité s’il croquait dans Jdanov. Je le hais tellement putain—

Shit.

Je me retourne vite fait, j’ai senti un truc qui a fait dressé les poils de ma nuque. Un son, une expiration – non, une sorte d’halètement. Et le bruit d’un cassement de branche juste après. Le temps que je me tourne plus rien.

Typique.

I hate when that happens.

Ok, première règle du guide de comment survivre durant un film d’horreur – ne jamais chercher à investiguer ce genre de phénomène en profondeur. Alors on reprend sa route comme si de rien était, hein.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 90

Date d'inscription : 06/11/2016

Crédits : Serge (Сергей); Yashou (Яша); Venus (Венера) ♥♥♥

Double Compte : Marvel J. Solberg

avatar





Re: horror movie survival guide ━ césar.
11.12.16 6:37

I can't decide whether you should live or die.
Oh, you'll probably go to heaven, please don't hang your head and cry
No wonder why my heart feels dead inside. It's cold and hard and petrified.
Lock the doors and close the blinds, we're going for a ride.


Peut-être que j'avais sous-estimé Bones, au final. Ce type-là avait le potentiel pour devenir un véritable génie du mal. Comme si ce n'était pas suffisant de lâcher deux adolescents en pleine nuit dans une forêt magique, il nous avait laissés là en prétendant qu'il faisait trop froid pour supporter nos jérémiades. Nous ? C'était Lynch Czerny et moi-même. Oui, le même Czerny qui avait osé m'ignorer un jour, et qui était par conséquent devenu mon Némésis.  Depuis, je lui en avais fait voir de toutes les couleurs, ça oui. Parce qu'on ne mettait pas un Jdanov en sourdine. Jamais.

Alors autant vous dire que c'était un euphémisme de dire qu'on « ne s'appréciait pas trop ». Oh, s'il avait été Legilimens... Ça aurait été tellement jouissif de lui montrer quelques images de moi tordant son cou ou l'embrassant avant de le pousser dans un feu perpétuel. Mon visage victorieux et le sien déconfit. Humilié, grand perdant de notre guerre sans fin. J'avais imaginé mille-et-une façons de l'assassiner, de l'écraser, de le détruire. Mais ça, ce n'était que dans ma tête, dans mes fantasmes les plus terribles. Malheureusement, le meurtre n'était pas légal en Grande-Bretagne. Pourtant, un incident était si vite arrivé. Surtout dans un bois interdit, grouillant de créatures plus dangereuses les unes que les autres.

C'est donc avec mon sourire le plus acide que j'avançais à ses côtés. Encore un peu plus près et je pourrais lui tenir la main, broyer ses phalanges entre les miens. Mais je n'en fis rien, me contentant de m'imprégner de l’atmosphère de ces bois. Et pour être parfaitement honnête, c'était comme si nous venions de rentrer dans la salle sur demande. On ne pouvait pas faire plus lugubre. Il ne manquait plus que la pleine lune, et on se serait crus dans la scène finale d'affrontement entre le personnage principal et son ennemi juré. Mais une question demeurait : qui était le héros de notre histoire ?

La brume, le vent qui hurlait entre les branches des arbres, les bruits inconnus, le froid à vous glacer le sang. Tout se prêtait à l'ambiance. N'étais-je pas terrifié, ne sentais-je pas mon pouls s'accélérer ou mon souffle s'affoler ? Non. Car je n'étais pas vraiment conscient du danger. Et c'est probablement ce qui causerait ma perte.

« Lance-moi encore quoi que ce soit à la figure, et je te le fais bouffer. Avec un entonnoir, s'il le faut. » Le ton était doucereux, presque caressant. Pourtant, Czerny savait que je mettrais ma menace à exécution. Après tout, on se souvient tous les deux de ce qui s'est passé, la dernière fois qu'il m'a manqué de respect. Mais qu'importe. Pour le moment, nous devions trouver ces foutus champignons. Et pas la même occasion, je devais réfléchir à un moyen de le perdre dans ce labyrinthe d'arbres. Mais avant que les théories ne fusent dans mon cerveau, un son capta mon attention. Visiblement, nous n'étions pas seuls.

« Voyons, Lynch. Est-ce que tu aurais peur ? » Je devais admettre que le vent semblait s'être rafraîchi autour de nous. Pourtant, je ne pouvais m'empêcher de me moquer des tremblements de mon interlocuteur. « Ne t'inquiète pas. Tu es avec moi. Rien de fâcheux ne peut t'arriver.  » Je risque juste de me lasser de la cueillette et de déraciner un arbre d'un coup de baguette magique pour qu'il tombe sur toi. Par mégarde, bien entendu.

« Moi, je mise sur un Erlking. Et toi Czerny ? Qu'est-ce que tu paries ? » Allez, montre-moi que tu as les chocottes. Offre-moi un signe de faiblesse. « A moins que... ce soient des Acromentulas assoiffées de sang. » Que disait-on pour se souhaiter bonne chance en anglais ? Ah oui. « Break a leg ». Parce qu'en cas d'attaque, je n'hésiterais pas à briser ses deux jambes pour le laisser en offrande à des animaux affamés.

« Je crois que c'est notre rencart le plus agréable. Tu ne trouves pas ? On devrait se retrouver plus souvent seuls, tous les deux. » Surtout quand la mort nous guettait de si près.



©Pando


A soldier on my own, I don't know the way. I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate. The sound of iron shots is stuck in my head, the thunder of the drums dictates. The rhythm of the falls the number of deaths, the rising of the heights ahead.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: