Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













timeless like broken words [LIBRE]


Partagez | 
 

 timeless like broken words [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 90

Date d'inscription : 29/10/2016

Feat : Luke Powell (art de chouette-e)

Crédits : Lynch, Ava ♥

avatar





timeless like broken words [LIBRE]
03.12.16 17:56



time doesen't love you anymore

but I still knock at your door

Allez, souris, Lynch
souris, car le pire reste à venir.

L'àvenir, hein... je l'ai rencontré plusieurs fois. C'est un gentleman un peu mystérieux, un peu misanthrope, avec un grand chapeau noir et des gants blancs (ne supporte pas de toucher les gens sûrement). Et même quand il te serre la main, il ne te regarde même pas dans les yeux.
L'àvenir avec ses airs de gentleman courtois, soi-disant toujours à l'heure. Tout le monde le reconnaît lorsqu'il apparaît ; avec son masque d'assassin et sa voix brouillée par les interférences du passé.



Je souris tant que je suis seul. Il y en a qui croient que seuls les plus démunis finissent comme moi. Ce n'est pas faux, mais pas toujours vrai. Je ne suis pas ainsi car je n'ai plus rien à donner.

J'ai des trucs à donner. J'ai des babioles dans les poches, et plus de choses que je n'aimerai admettre dans le cœur. Et j'ai aussi un palace dans le cerveau ; c'est un royaume que je serai prêt à céder, non louer
pour une poignée de sable immaculée.

Mais le marchand de sable ne passe plus, alors je fais avec.

Je souris, car j'ai un secret à acheter, et du temps à vendre.
et mon temps, c'est de l'amour avant d'être de l'argent.
c'est de la magie, des larmes, de la terre, du sang et des reflets.

Je pose ma main contre tes engrenages métalliques
pauvre horloge paralysée par l'àvenir.

Je m’assois en face, d'elle. Elle ne veut toujours pas s'ouvrir à moi, elle est timide. Ça viendra, ça viendra.

Je lui rends visite pour la énième fois, pas la dernière. Toujours à 11h38 ; souvent le jour, parfois la nuit. Peut-être que le temps n'aimait plus cette horloge, peut-être la trouvait-il trop vénérable, trop ridée ; moi je continue à toquer à sa porte pourtant. Je t'aime, tu sais. Et un jour j'trouverai un moyen de te faire sourire de plus belle.




Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: timeless like broken words [LIBRE]
13.12.16 22:42

timeless like broken words #LibreLe temps passe et le reste se casse. Oui, tout comme la porcelaine que tu as brisé il y a peu aujourd'hui. Oups ? Dirais-tu. Désolée, gémirais-tu. Que des paroles incolores parmi toutes celles qui t'entourent. Tu les vois, la couleur des sentiments. Tu les vois, la teinte des sons. Mais toi, tu ne lâches rien. Aucune teinte, aucune couleur. Des paroles mornes. Néanmoins. Cela ne réduit en rien l'être que tu es. Illuminée, enjouée et surtout, pas douée. Pas douée oui, c'est bien l'excuse que tu sors après chacune de tes bêtises. Maladroite aussi. Combien de fois l'as-tu dis au fil du temps ? Combien de catastrophes as-tu engendré ? Tu ne saurais que dire, tu ne saurais que compter. Mais tu sais une chose...

Cela fait déjà 5 ans.
Le temps passe si vite.

Tu soupires en trottinant dans les couloirs. Tu te fais vieille, si vieille... Il serait peut-être grand tant que tu deviennes responsable, que tu sois mature et raisonnable.... Noooooon. Tu as encore le temps avant que cette triste heure arrive ! En parlant d'heure, tu aimerais bien l'entendre. Ces petits tic-tac qui sont presque aussi incolores que ta propre résonance. Tu sais où tu te trouves, l'horloge arrêtée n'est pas bien loin. Tu accélères ton pas pour rejoindre cet objet de curiosité.

Est-ce bien que tu es limite en train de courir, ou du moins marcher rapidement, dans les couloirs ? Alors que tu es censée être préfète ? ... On va dire que tu n'as rien fait ou/et que tu n'es pas d'un rôle de modèle et de droiture. Et puis franchement, qu'est-ce que les autres avaient dans la tête en te choisissant ? Ils voulaient sûrement un apocalypse digne de la catastrophe ambulante que tu es, ce n'est pas possible autrement- Tu t'arrêtes.

Une personne est là. Assise, en face de l'horloge. Tu faisais parfois pareil, dans l'espoir de la voir faire basculer sa pendule et faire tiquer ses aiguilles. De percevoir les faibles battements qu'elle pourrait produire. Tu t'avances finalement vers l'individu assis et le rejoint au sol, sans gêne et sans timidité. Tu aurais pu laisser le silence se faire, mais étant ce que tu es, tu ne pouvais tout simplement pas te tenir tranquille.

▬ Hey ! J'peux m'asseoir ? Oh wait, c'est déjà fait... J'peux rester alors ?

Dis-tu avec un sourire jusqu'aux oreilles.  

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 90

Date d'inscription : 29/10/2016

Feat : Luke Powell (art de chouette-e)

Crédits : Lynch, Ava ♥

avatar





Re: timeless like broken words [LIBRE]
24.12.16 17:29



time doesen't love you anymore

but I still knock at your door

Combien de personnes étaient venues ici avec l'espoir que leur baiser réveille la belle ? Pour la gloire, ou juste par amour des énigmes. Tu étais loin d'être le seul prétendant de l'horloge. Tu ne t'étais alors pas retourné en entendant quelqu'un rentrer ; peut-être cherchait-il de l'isolement aussi, et en voyant le lieu déjà occupé repartirait simplement, que tu espérais.

Mais non.
Tu avais cessé de sourire depuis que tu ne te considérais plus seul, ton menton se tourna vaguement vers la voix féminine. Tu notas qu'elle était préfète des lions. Aussi un tantinet envahissante de ton avis. Quinn, tu la connaissais de loin elle aussi.

Je suppose.

Réponds-tu finalement, finissant par céder au sourire qu'elle t'offrit. Il était trop convaincant et familier pour que t'ais le cœur de le briser au final. Peut-être le genre de sourire qui peut réparer cette horloge. Ton attention retourne vers cette dernière. Depuis le temps, t'avais compris pourtant qu'elle ne se remettra pas à fonctionner juste parce que tu la fixes.

Ta montre indiquait 11h45 ; la température indiquait l'hiver ; ton cœur indiquait le mouvement du temps, mais l'horloge n'indiquait toujours rien du tout, si ce n'est un angle aigu. Le même angle depuis des années.

Ta montre indiquait 11h46 ; le silence indiquait qu'il ne te gênait pas ; ton soudain redressement indiquait une idée peut-être, un peu trop facile mais au point où tu en étais...

Il y a toujours une certaine logique derrière les causes bien entendu ; une raison pour laquelle on meurt, ou une raison pour laquelle on existe (que tu aimais penser). Encore plus lorsqu'il s'agit de magie ; la magie possédait une conscience qui suivait la mémoire collective. Souvent.
Tu savais qu'il te fallait comprendre le catalyseur qui a figé ces aiguilles mais rien n'avait tiqué dans ton esprit depuis, malgré tes brèves recherches.

Puisque ta bonne volonté ne suffisait pas, tu sortis ta baguette pour toiser ta vieille amie avec, Finite. Rien ne se produisit, tu enchaînas, Confundus. Toujours rien.

Un petit peu frustré, malgré que tu t'y attendais quelque part. Peut-être était-il temps d'utiliser la manière forte - c'était bourrin, et tu en aurais honte, mais tu avais épuisé un peu ta patience et tes idées.



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: timeless like broken words [LIBRE]

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: