Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













( gurlz just wanna have fun ) // dorothea


Partagez | 
 

 ( gurlz just wanna have fun ) // dorothea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 42

Date d'inscription : 23/09/2016

Localisation : londres i guess ?? (poudlard)

Feat : yuyka nekota (hnr) & barbara palvin

Crédits : avatar par oim

Double Compte : nope






( gurlz just wanna have fun ) // dorothea
06.12.16 2:29


adélice & dorothea ♡
gurlz just wanna have fun

Dorothea Mancer.
Elle se souvenait distinctement du première instant où ses pupilles aigues-marines se posèrent sur son faciès poupin. Elle se souvenait de l'émotion animant ses traits, elle se souvenait des reflets ébènes ondulant sur sa crinière, elle se souvenait de la courbe dessinant son sourire. Elle se souvenait de cette vive envie qui l'avait pousser à lui adresser la parole ; cette envie malsaine de la garder rien que pour soi même.

Adélice aimait avoir de l'emprise sur les gens. Toute chose effleurant ses frêles doigts vendait une part de son âme, même infime, même inconsciemment, à ce diable pourvue de traits féminins ; elle s'assurait de laisser une trace de son passage encrée profondément en chaque personne. Si Adélice ne brisait pas ses nouvelles lubies, alors Adélice se les appropriait. Mais il y avait des individus, plus spéciales encore, peut être plus malchanceux, qui suscitaient au creux de son cerveaux dérangé un intérêt dangereusement proche de l'obsession.

Vois-tu, Dorothea, la première fois qu'Adélice t'observa, ses griffes aiguisées laceraient déjà ta peau, t'enserrant dans un étau dont tu ne serais pas prête de te défaire de sitôt ; l'avais-tu ressentie, cet amas de haine qui venait de s'imposer dans ta vie ?


Ses yeux contemplaient le vide, tandis que son cerveau s'activait à trouver de quoi animer les prochaines heures de sa vie. L'envie de martyriser une quelconque personne ne se faisait pas ressentir, celle de griller une clope encore moins ; ce qui, soyons honnête, accaparait généralement la plupart de son temps. Ses doigts feuilletaient les pages d'un magazine féminin ; des vêtements, des produits de beauté, ou encore des parfums défilèrent successivement sous son regard désintéressé. Pourtant, le teint halé d'un mannequin en vogue la fit tilter, et c'est avec un rictus cocasse pendu aux lippes que ses jambes l'extirpèrent de sa couette.

Un origami plus tard, Adélice se dirigea empressement vers sa nouvelle destination : la salle commune des serpentards. Vêtue d'un simple bikini, elle répondait d'un regard provocateur à ceux qui la dévisageait ; être scandaleuse aux yeux des plus vertueux l'amusait tout particulièrement.  Après s'être longuement attardé dans les couloirs de Poudlard, surement pour alimenter son exultation, elle pénétra silencieusement au coeur du lieu convoité. Un sifflement de satisfaction vibra dans sa gorge à la vue d'une salle déserte ; à cette heure ci, la plupart devait sagement se reposer. Mais pas les plus audacieuses.

Un mouvement de baguette fit élever une boule vibrante de chaleur dans les airs ; de quoi dorer son épiderme trop pale, peinant à envelopper sa pauvre carcasse. Adélice prit confortablement place sur un canapé, étendant ses longues jambes.

Patiemment, peut être trop calmement, elle attendit la venue d'une personne à la crinière de jais.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: ( gurlz just wanna have fun ) // dorothea
16.12.16 21:55

Gurlz just wanna have fun
Tu resserres ton genou contre toi en agitant nerveusement -si ce n’est frénétiquement- ta plume entre les doigts de ta main libre. Tu n’arrives et n’arriveras probablement jamais à rien. Du moins ce soir, reste à voir pour le reste de ta vie. Au lieu de te concentrer sur ton devoir de Gobelbabil comme l’exigeraient tes notes passables en la matière, tu penses à la prochaine cigarette qui viendra trouver sa juste place entre tes lèvres. L’ardente morsure. La fumée exutoire. Tu te mets à dessiner des têtes d’extraterrestres et des soucoupes volantes dans les marges de ton parchemin et, dès lors, tu sais pertinemment que tu n’arriveras pas à te re-concentrer. Le manuel est vite refermé et repoussé avec dégoût. Tu le maintiens celé de tes avant-bras et ton regard vient s’amarrer au grand titre d’une revue culturelle. *The Wahrsager Fest*, près d’Hambourg, l’été prochain, *big deal*, les plus grands noms du rock sorcier, dernier concert des Placid Redcaps … La quintessence, en somme. Encore un festival où tu n’as pas pu te rendre cette année, à cause d’une nouvelle excentricité de votre cher directeur. Et puis tu te dis que le festival en question aurait très bien pu faire l’objet d’une attaque des SIGMAs, alors tu ne peux t’empêcher de ressentir un semblant de gratitude. Vraiment ? En tout état de cause, SIGMAs ou pas, tu n’as pas l’intention de rester claustrée sur une île pendant un mois tout entier l’année prochaine. Tu proposeras à nouveau à Adélice et Parfait, ou bien à Cole d’y aller ensemble.

Adélice… Tu ne l’as pas vue de la journée et tu te dois de rectifier le tir. Soucieuse de bien faire tu te lèves et ranges précipitamment tes affaires. Après une courte réflexion tu t’empares de la revue qui semble avoir été abandonnée là et la glisse entre tes parchemins et ton manuel de langue. Alors que tu t’apprêtes à emboîter le pas à des camarades hors de la grande salle, un froissement d’ailes familier te fait lever le nez. Ne serait-ce pas le salut qui te fait de l’œil, là, au-dessus de ta tête ? À la bonne heure. La petite bestiole de papier se dépose dans la paume de ta main ouverte pour la recevoir. Du bout de ta baguette, tu te débrouilles avec tes affaires pour ouvrir l’origami d’Adélice et en lire le contenu avec empressement. La petite chauve-souris de papier s’élève ensuite à nouveau et s’attelle à s’émietter avec application devant tes lippes étirées par la circonstance. Adélice et l’art du spectacle, du triomphal, du théâtral. Quelque part cela t’agace, et tu ne peux t’empêcher de faire le rapprochement entre cette créature de papier et ta petite personne. Reste à savoir quand viendra ton heure.

Tes affaires flottant et t’emboîtant le pas, tu t’empresses de rejoindre les sous-sols et de t’introduire dans la salle commune des Serpentards. Et n’as-tu pas tout d’une enfant qui, effrayée par le noir, se précipiterait dans une pièce éclairée et en refermerait hâtivement la porte ? Les yeux sont écarquillés et le souffle, cupide. La petite personne est avare de ce calme, de cette lumière et de cette chaleur déployés par la frêle réplique du soleil, incandescente miniature qui lévite sagement au-dessus d’un canapé. Mais ce n’est pas cet astre avorton qui t’attriste et t’attire inexorablement.

- Tu m’as pas attendue ? Lances-tu en t’évertuant à dissimuler ton puéril mal-être, parce que l’idée même qu’elle puisse entreprendre quoi que ce soit sans toi t’envenime.

Tu t’approches doucement en replaçant une mèche de cheveux derrière tes oreilles. Et tu sembles alors marcher pieds vêtus d’un costume d’Eve sur du verre brisé, t’esquintant l’épiderme et l’essence à chaque pas.  Ce mal si bon,  l’affublerais-tu vraiment de ce plaintif et détestable substantif ? Le marasme de cette… amitié ? Celle-là même qui, de ses saugrenus traits de pinceau, vient te maculer l’esprit tout entier ?

Créature que tu es.

Tu saisis délicatement une mèche de cheveux châtains entre ton pouce et ton index, placide et insoupçonné acte d’insurrection, et te penches au-dessus de l’admirable visage reposé. Et tu te dis qu’un rien t’empêche d’arracher hargneusement cette mèche de cheveux - plus un morceau de cuir chevelu - de t’infiltrer par chacun de ses pores tel un venin insidieux, de faire vaciller ce soleil infernal à coups de pluies torrentielles. Mais le regard perçant d’Adélice est là pour te rappeler à l’ordre, ainsi qu’à cette biscornue dévotion que tu lui portes.

- Je reviens, lâches-tu finalement, lèvres ensuite celées en un acerbe pincement.

Et tu reviens donc, vêtue de sous-vêtements et d’une robe de chambre à défaut d’avoir trouvé mieux, et ce après t’être examinée sous toutes les coutures et avoir achevé d’un coup de baguette la guérison de quelques cicatrices, vestiges de ton dernier épisode de détresse. Tu baguenaudes quelques secondes, une pièce de Harold Pinter dans une main, la revue culturelle dans l’autre puis tu déposes cette dernière sur le ventre de ton amie en frôlant le canapé. Et tu te retournes avec un sourire jovial, pour dissiper les rides de la déraison qui te hante:

- Wahrsager Fest, Adé. On y va l’année prochaine ?

Ta petite personne met fin à ses déambulations et vient s’affaisser dans un fauteuil près d’Adélice. Tu y fonds tout entière, sembles vouloir te faire une seconde peau de ce velours émeraude et rugueux, et comme pour simplifier cette absorption tu entoures tes deux genoux de tes bras et les tiens contre toi, agrippant Une Petite Douleur du bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 42

Date d'inscription : 23/09/2016

Localisation : londres i guess ?? (poudlard)

Feat : yuyka nekota (hnr) & barbara palvin

Crédits : avatar par oim

Double Compte : nope






Re: ( gurlz just wanna have fun ) // dorothea
02.02.17 0:40


adélice & dorothea ♡
gurlz just wanna have fun

Tu m’as pas attendue ?

Lui adressant un sourire cocasse, Adélice observa la nouvelle venue avec une certaine satisfaction ; ce mal être évident qu'éprouvait Dorothea, ne serait-ce pas l'oeuvre de son emprise étouffante ? Le reflet d'une dévotion soigneusement entretenue par ses mots ? Ces deux perspectives l'engouait particulièrement, et cette joie animant ses veines ne présageait que malheurs et infortunes : une Adélice enthousiasmée était une Adélice savourant le fruit de sa cruauté.

Elle répondit par un hochement de tête à peine perceptible, fredonnant doucement l'air d'une musique connue. Dorothea s'éclipsa quelques instants, pour finalement revenir vêtu d'une tenue similaire à la sienne : des sous vêtements et une robe de chambre.

Wahrsager Fest, Adé. On y va l’année prochaine ?

Son regard azuré s'attarda quelque peu sur la revue trônant sur son ventre. Ses doigts feuilletèrent les pages consacrées au festival tandis que la musique vibrant au creux de sa gorge mourut, remplacée par une suite de mots soigneusement réfléchie.

« Je ne sais pas, Dorothea. Tu veux que je vienne avec toi ? »

Se redressant, Adélice se déplaça silencieusement vers son amie, son corps souple se mouvant tel un félin. Il y avait dans ses mouvements une lenteur contrôlée, une lenteur voulue ; comme pour alourdir cette tension saturant l'air, ou alors par simple envie de dramatiser les choses. Elle était théâtrale, après tout : alliant la parole au geste, à l'émotion, afin de donner une profondeur à ses propos qui ne pourrait ressurgir pleinement au travers des mots. Finalement, ses pas la menèrent au fauteuil faisant face à Dorothea, et son corps s'y installa, clamant la place, imposant sa masse. Et par cette simple action, un simple fauteuil au cuir abimé devint son trône momentané.

Ses pupilles insolentes, ou peut être intimidantes, se pressèrent contre celles de sa consoeur. Analysant. Défiant. Jaugeant.
Adélice connaissait déjà la réponse à sa question. Capricieuse cependant, elle voulait l'entendre, haut et fort, pour satisfaire ce besoin d'être l'unique dans son monde. Leur monde. Ça paraissant vaguement mielleux, dit ainsi, mais il s'agissait surtout d'un jeux à ses yeux. Elle jouait avec la vie, avec les gens, et surtout, avec le feu.

« ah, et dis moi. n'y aurait-il pas des garçons qui t'intéressent ces derniers temps ? »

Sourire de requin.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: ( gurlz just wanna have fun ) // dorothea

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Catacombes :: Serpentards-
Sauter vers: