Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













War (feat. Dae-Jung Bae)

Partagez | 
 

 War (feat. Dae-Jung Bae)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 76

Date d'inscription : 17/12/2016

Feat : Ravenskar

avatar





War (feat. Dae-Jung Bae)
20.12.16 21:32

V
ega battit des cils, un petit deux sur son échelle de l'impatience. Le prof les faisait entrer un par un en salle, comme le plus strict des videurs. Tout ça pour un atelier. Il n'aimait pas la lenteur, il n'aimait pas lampaderner comme un con au milieu d'un couloir. Il n'aimait pas avoir le temps de réfléchir, ces temps-ci plus que jamais. Dès qu'elles vagabondaient, ses pensées le ramenaient deux semaines en arrière. La luxure et la culpabilité se mêlaient dans ses entrailles pour les tordre, encore et encore, et il en pouvait plus d'avoir des papillons dans le ventre. Il avait déconné, il avait déconné grave, mais le souvenir continuait de l'attirer comme la lumière aguiche les phalènes. Ç'avait été une connerie, mais une connerie tellement intense que...

« Vega Hingsley... »

Un nouveau battement de cils. À cause de Nothing, les profs étaient contraints d'utiliser leurs prénoms pour les différencier. Il n'aimait pas l'entendre de leur bouche. Il n'aimait pas non plus qu'on les confonde.

« ...En tandem avec Bae. »

Le prof passa aux répartitions suivantes, inconscient de la bombe qu'il venait de lâcher. L'équivalent d'un ogive nucléaire, à peu près. Il avançait par mécanisme, à mi-chemin entre l’hébétement et la revue frénétique des portes de sorties disponibles. Faire une demande au prof ? Hors de question, il n'était un putain de geignard -et ça attirerait l'attention des langues de pute. Sécher ? Beaucoup trop tard pour ça -il avait laissé ses pastilles de gerbe dans son autre jean. Ne lui restait plus qu'à affronter la situation comme un homme, un vrai (enfin un homme qui mettait du mascara quoi).
D'un geste souple, il fit glisser son sac de son épaule jusqu'à la table. Bon ça. Aussi subtil que poser réellement ses couilles sur la table.

« Bouge, » souffla-t-il.

Et il espérait que ses yeux givres paraissaient aussi froids et mordants qu'il le voulait. Sans chaleur, sans désir, sans souvenirs. Même si tout lui rappelait l'autre fois ; la chair fine des oreilles percées de métal (il les avait mordues), la courbe vulnérable du cou qui disparaissait sous le col de la robe (mordue aussi), les mains un peu sèches (ça il préférait ne pas y repenser, genre vraiment pas).
Vega tira brusquement la chaise et se laissa tomber dessus, compensant sa carrure de crevette par l'agressivité à peine rentrée de ses gestes. Merde. Il fallait qu'il arrête, c'est comme ça qu'ils avaient dérapé la dernière fois. L'hostilité, l'alcool, et ils avaient fini par se rouler des patins comme des ados en manque. Parce que rien ne marchait correctement entre eux.

« J't'écoute, Jackie Chan. » lança-t-il en rejetant ses mèches roses en arrière.

Pas qu'il soit particulièrement fier de taper si bas, mais leur métissage était à peu près la seule chose qu'ils n'avaient pas en commun. Ce n'était même pas donner le change aux autres, mais pour lui, rien que pour lui. Pour lui montrer qu'il n'était pas une adolescente en fleur, que coucher n'avait rien changé à leur relation. Si ce n'était que c'était... plus ambigu, de continuer à ses détester. Il n'y aurait pas du y avoir qu'une mince frontière entre le désir et la haine, mais une putain de muraille de Chine avec des sentinelles autour.


I wanna love you, but I better not touch. I wanna hold you, but my senses tell me to stop. I wanna kiss you, but I want it too much. I wanna taste you, but your lips are venomous poison.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 74

Date d'inscription : 29/06/2016

Localisation : #pariscmagik.

Feat : fay - kelpls.

Crédits : evil t.

Double Compte : alizéebb.

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
21.12.16 0:06

[ Tu nous entends ? ]
Si tu nous entends, va te faire enculer
Tu pensais que tu allais nous avoir hein ?
Tu croyais qu’on avait rien vu ?
Surprise connard !
tu nous entends le blizzard ?
je te déteste.
c'est aussi simple que ça
car tu m'as fait pêcher car ta langue qui dansait avec la mienne c'était putain de douloureusement bon
parce qu'on aura beau hurlé on se retrouvera en train de se peloter
je
te déteste.
car tu es l'aboutissement de mes doutes, ceux qui marquaient un penchant charnel pour les muscles plats et non pas les poitrines
car t'es l'assurance même, car ton regard exige et me fait ployer car on était ivres et que j'ai l'impression que tu as abusé de moi de mes faiblesses
car tu es fourbe
car on ne se méfie que brièvement des individus de ton genre, aux paupières dissimulées sous la poudre et aux cils de jais
car t'auras toujours cette saloperie de bouille d'ange
(salope)
et je m'en veux d'avoir aimé tes doigts sur ma peau, d'avoir apprécie te sentir tout contre moi
car c'est
trop humain
car j'aurais préféré que tu restes la personnification de l'orgueil à mes yeux
et quand le professeur annonce les noms ((syllabes désintéressantes)) je sais que tu es du même âge que ces gamins qui remplissent peu à peu la salle
car quand le tien de nom de sang-pur
résonne avant le mien
je sais que c'est le début de la fin
car quand je sens le regard du prof qui me dit silencieusement
(canalise-le)
je sais que c'est le début de la fin
et tes pas résonnent (la diva entre pénètre et captive malheureusement mon regard)
tu t'arrêtes et siffles
en posant sans délicatesse ton sac face à moi
je croise ton regard dur du mien tout aussi froid
je te défie un instant
me lève et m'assois à côté sans broncher
je ne te ferai pas le plaisir de me voir énervé tu sais
tu peux encore rêver, mon pauvre
et même je souris quand tes lèvres qui m'embrassaient il y'a bien deux semaines m'insultent
c'est faux horriblement faux
mais c'est faux comme la couleur de tes cheveux, comme l'essentiel de ton être
je murmure à mon tour sans détourner le regard
tu te crois drôle, le sang-pur ? vous avez tellement rien à foutre avec votre culture magique que vous devez vous rabattre sur la nôtre ? c'est bien triste, et te penses pas original car petit, t'es juste un parmi tant d'autres. respecte un peu tes aînés, sinon ça va pas aller entre nous, et tu le sais très bien pauvre gosse.
je ne te laisse pas le temps d'enchaîner
et
je ne te touche pas pour éviter le moindre contact qui risque de me faire craquer
(je sais que tu sais)
qu'il suffirait d'un rien pour souffler sur nos souvenirs partagés
alors petit, tu as des questions sur la coopération magique ou tu es trop jeune pour comprendre la complexité de tout cela ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 76

Date d'inscription : 17/12/2016

Feat : Ravenskar

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
21.12.16 10:17

P
auvre ? L'adjectif lui tira un haussement de sourcil sardonique. Il collait tellement mal à ce mot, et inversement. Il était tout sauf à plaindre. Mais le 5e année avait raison quelque pat, et Vega avait beau vouloir bouffer le monde et déchirer la vie, il donnait en général à ses aînés le minimum de respect syndical. Sauf que. Sauf que là ce n'était plus pareil. Ils avaient été trop proches, trop intimes, et il fallait bien les insultes pour remettre de la distance. Chez Bae, il ne lisait ni peine ni rage. Le calme comme un défi, et les mots en réponse. C'était ça le problème (une partie du problème) ; ça les amusait. Ils se répondaient trop l'un l'autre, et les vannes finissaient en empoignades, les empoignades en étreintes.
Vega sourit.
Il y avait une faiblesse quand même. Dans l'abondance, le trop de paroles que déversait l'autre Serpentard. Un mécanisme de défense peut-être ? Déblatérer trop longtemps, ne pas le laisser répondre, ne pas retourner dans ce piège.

« T'as raison, Bae. »

Même lui trouvait obscène la façon dont le nom roulait sur sa langue. Bae. C'est comme ça qu'il l'avait appelé, qu'il avait geint son nom au creux de ses oreilles. Parce qu'il n'était pas sûr de connaître son prénom, parce que les syllabes étrangères se rebellaient sur sa langue, parce qu'ils n'étaient même pas proches au point de l'utiliser. Et il souriait comme ces enfants sages qui se laissent docilement rappeler à l'ordre, ses doigts couverts de bagues d'ivoire et de plastique étroitement entrelacés. Se distraire par le contact, ne pas se souvenir. Leurs places étaient pourtant ridiculement proches ; au point qu'il sentait l'odeur de Bae -il se rappelait du corps contre le sien, de sa chaleur et leur débauche aux accents de lutte, aux insultes gémies et il se souvenait précisément du goût qu'avait eu sa peau contre sa langue.
Le cours s'annonçait interminable.

« C'est toi qu'es sensé dispenser ta science. Surprends-moi. »

Oui, le cours. Se concentrer. Même si la matière s'annonçait chiante à mourir et que de tout façon, il ne comptait prendre aucune note. Question de principe, il ne voulait pas avoir l'impression d'être sa secrétaire, ou lui donner l'impression qu'il collaborait. Simplement rester le torturait bien assez, quand il voudrait soit le plaquer au sol soit partir. La vie était une pute parfois.


I wanna love you, but I better not touch. I wanna hold you, but my senses tell me to stop. I wanna kiss you, but I want it too much. I wanna taste you, but your lips are venomous poison.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 74

Date d'inscription : 29/06/2016

Localisation : #pariscmagik.

Feat : fay - kelpls.

Crédits : evil t.

Double Compte : alizéebb.

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
22.12.16 0:28

[ Tu nous entends ? ]
Si tu nous entends, va te faire enculer
Tu pensais que tu allais nous avoir hein ?
Tu croyais qu’on avait rien vu ?
Surprise connard !
tu nous entends le blizzard ?
(ferme ta putain de gueule)
j'ai juste envie de te dire ça
qu'est-ce qui me retient, au fond
sans doute le professeur
sans doute que
((je n'en sais rien à vrai dire))
parfois ça m'agace d'avoir dans un pays anglophone un nom si si
tendancieux
car je ne suis pas ton
bébé
ou encore moins quelque chose à tes yeux
car je suis rien pour toi et tu n'es rien pour moi
((n'est-ce pas))
est-ce que moi-même, j'arrive à croire à ça
je ne pense pas, je ne pense pas et c'est ça qui m'horripile au fond
mon regard glisse sur ta silhouette et s'attache à tes doigts qui se lient
ou s'attache à toi, tout simplement
je laisse retomber mes mains sur le bureau en retenant un coup ma respiration, cherchant mes mots enfouis au fond de ma gorge
et du bout des doigts je trace les imperfections de la surface comme j'aurai pu le faire sur ta peau tendre
(n'est-ce pas terriblement malsain, hingsley)
à nouveau je te détaille sans prudence, à nouveau je te dévore mais silencieusement et sans te toucher
avant de soupirer
alors la coopération magique... ça aurait été plus simple que tu me poses des questions, mais tu as l'air trop stupide pour inverser un verbe et un sujet ou formuler une demande.
((je baisse d'un ton))
c'est bizarre, tu y'arrivais très bien l'autre soir.
je t'envoie un regard amer amer car tu me troubles amer car je suis salé et que c'est de ta faute
en coopération magique, on bosse sur tout ce qui est économique. on est les deuxièmes piliers du monde magique en gros. je doute que ça intéresse les salopes comme toi toutefois donc je ne vois pas ce que tu fais ici.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 76

Date d'inscription : 17/12/2016

Feat : Ravenskar

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
23.12.16 0:16

V
ega prenait rarement de l'analyse, de l'attention aux détails. Trop impulsif, trop sanguin. Mais là il était pieds et poings liés -métaphoriquement, parce que littéralement ça aurait été toute de suite autre chose...- et il ne pouvait faire que ça. Regarder. Décrypter. Et est-ce que les mains de Bae sur le bureau étaient une victoire, une manifestation d'impatience ? De la nervosité, ou est-ce qu'au contraire il rassemblait son calme, relevait ses barrières ?
Stupide. Il avait cogné pour moins que ça. Giflé. Il n'avait le réflexe viril de refermer le poing. La main ouverte couvrait plus de surface, et en vrai c'était plus humiliant. Et il s'en foutait de frapper jusqu'à la douleur, jusqu'à sentir les os de son poignet vibrer et son cœur battre au bout de ses doigts. Et c'était si facile, le sang lui montait aux tempes, son corps se crispait et dans une seconde il se redresserait et balancerait la table, l'agoniserait d'insultes pour que ce petit fils de pute comprenne qu'on ne le prenait pas de haut. Pas lui.
Mais Bae continuait, sur le ton du murmure, et oh c'était précisément ce qu'il avait voulu éviter. La colère qui devenait languide, l'envie de violence qui se superposer au goût qu'avait eu sa peau dans sa bouche et -putain ! Vega expédia son genou contre un pied de table, ébranlant leur surface de travail. La brève douleur dissipa ses pensées, dilua le rouge qui menaçait de pigmenter ses joues.

« T'étais puceau pour pas t'en remettre à ce point ? » murmura-t-il en retour.

Il frappait au hasard. À vrai dire, il ignorait pourquoi Bae l'avait eu dans le nez dès le départ. À vrai dire, il s'en foutait aussi, il était le psy de personne ; il répondait à l'hostilité par l'agressivité, au mal par le mal.

« Atelier obligatoire, pétasse. » Dans un sens, n'était-il pas courtois ? C'était l'autre qui avait lâché la rampe le premier, abandonné les politesses de surface et les insinuations passives-agressives. Un vrai homme du monde aurait saisi l'occasion de rester à un indifférence de surface méprisante. Vega, lui, était juste un petit con énervé et rageur. Et quelque chose chez Bae le privait de toute abstraction -quelque chose chez Bae lui saisissait les entrailles à pleines mains pour les tordre. « T'pourrais commencer par déballer les relations de l'Angleterre avec ses principaux partenaires, ça devrait pas être trop dur, même pour toi. Sauf si bien sûr t'es con en plus d'être frustré. »

Sérieusement, ils allaient s'étriper avant la fin.


I wanna love you, but I better not touch. I wanna hold you, but my senses tell me to stop. I wanna kiss you, but I want it too much. I wanna taste you, but your lips are venomous poison.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 74

Date d'inscription : 29/06/2016

Localisation : #pariscmagik.

Feat : fay - kelpls.

Crédits : evil t.

Double Compte : alizéebb.

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
25.12.16 21:05

[ Tu nous entends ? ]
Si tu nous entends, va te faire enculer
Tu pensais que tu allais nous avoir hein ?
Tu croyais qu’on avait rien vu ?
Surprise connard !
tu nous entends le blizzard ?
un frisson
obscène
tu es obscène hingsley
ne veux-tu pas te taire pour une fois
taire tes sentiments ta colère et tout ça
pour m'aider moi à neutraliser ce qui me rend vulnérable
va-t-on en arriver aux poings
à la magie
aux sorts
je t'envoie un regard hargneux quand tu balances ton pieds contre la table en serrant mon poing
un soupir
et tu murmures
tu murmures ce que personne n'ose jamais me dire
et ça m'énerve ça m'énerve tellement que ta présence me donne envie de plus et tes sifflements envie de vomir
(pétasse)
tu ne rends que ce que j'ai donné après tout
et tu continues encore encore à m'enfoncer avec les mots ; car oui c'est vrai je suis frustré car oui c'est vrai ça m'agace ça m'agace tellement de pas pouvoir tenir la main d'un gars sans me demander si le regard des gens changera si le regard des gens s'accentuera dans une pointe de mépris
tes insultent sonnent et restent en mémoire ; valse violente entre l'attraction et le dégoût dans mon esprit engourdi par ce dont je me rappelle
j'attends j'attends pour tout cracher d'un coup j'envoie un regard succinct  au professeur pour vérifier si il ne regarde pas dans la direction et je me penche me penche sans penser aux arrières-pensées qui vont m'assaillir
un sourire froid aux lèvres
un sourire de gamin fier de sa futur connerie
et je pose lentement ma main sur ta cuisse l'air de rien marquant à peine un mouvement brusque comme si je me rapprochais uniquement pour t'expliquer quelque chose
(n'est-ce pas)
rester calme toujours bae jamais faiblir et jouer sur tes faiblesses surtout quand elles sont semblables à celles de l'ennemi
la main qui dessine un effleurement presque invisible
pourquoi, tu penses qu'on est tous comme toi hingsley ? (effectivement) je doute que tu assistes à tous les cours obligatoires, salope. tu prends même pas de notes, tu crois que je vais perdre mon temps pour des incapables comme toi ?


iris & vega vous êtes très talentueuses je vous aime:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 76

Date d'inscription : 17/12/2016

Feat : Ravenskar

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
27.12.16 0:55

U
n battement de cils, l'ombre duveteuse du mascara sur ses joues. Lui aussi surveillait le prof, l'adulte qui passait comme une ombre dans les tranchées. Bae souriait. Impossible de savoir si le coup avait porté. Il employait ces sourires qui dissimulent, qui mordent et qui mentent. Sans faiblesse, sans larmes. De ceux que Vega aimait, ces sourires au goût d'arsenic, à l'odeur d'huile qu'on jette sur les flammes.
Vega retint son souffle.
Ses pupilles s'étrécirent. Se dilatèrent. Un rien trop large.
L'adrénaline chantait dans ses veines, infusée par la colère, fragmentant les secondes, décuplant ses sensations. Le contact de Dae-Jung était comme une brûlure -une de plus. Il percevait chaque pore de sa peau recouverte par l'autre avec une acuité terrifiante. Et ça brûlait, ça flamboyait le long de ses nerfs jusqu'au creux de ses reins. Une boule. Du poison. Il se souvenait trop -et il le haïssait. Pour ce geste, pour l'avoir détesté sans le connaître, pour la légère caresse qu'il sentait trop.
Vega ne répondait pas.
Le souffle en suspens et le désir au ventre, et au fond de ses yeux le même éclat que l'autre nuit. Rage, aversion, désir... le besoin d'embrasser à pleine bouche, mordre et briser, déchiqueter et détruire.
La main aux bagues d'ivoires recouvrit celle du cinquième année, accentuant sa présence contre sa chair. Un souffle, une inspiration brève et mesurée. Ses doigts glissaient le long des phalanges de Bae, presque doux et trop languide. Puis ils referma sa prise d'un geste sec, tordant l'auriculaire du métis en angle droit -la résistance des tendons et le petit craquement de l'articulation étaient déjà une victoire.

« Tu devrais faire gaffe à ton cul, Bae, » souffla-t-il près de ses lèvres, l'air d'une confidence, d'un détail sur le cours qui les réunissait, « Quand on sortira d'ici je serais patron, et tu seras ma salope. » Et il sourit, parce que lui aussi savait faire -parce que hey, regarde, je serais pas celui qui recule. « Et tu fais ça très bien. » Confidence à mi-voix, languide, venimeuses. « Tu crois vraiment que ta situation est différente aujourd'hui ? Tu crois vraiment que tu m'es supérieur ? »

Il maintenait sa prise, la cruelle torsion infligée au doigt de l'autre. En vérité, le summum de violence dont il était capable sans se blesser en retour -il n'avait jamais eu les moyens de ses ambitions.
Il releva légèrement le menton, accentuant l'orgueil. Fier de ses traits trop féminins, de leur harmonie déchirée à grands traits de khôl, fier de chaque blessure infligée plutôt que reçue.

« Tu te souviens d'où est ta place ? »


I wanna love you, but I better not touch. I wanna hold you, but my senses tell me to stop. I wanna kiss you, but I want it too much. I wanna taste you, but your lips are venomous poison.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 74

Date d'inscription : 29/06/2016

Localisation : #pariscmagik.

Feat : fay - kelpls.

Crédits : evil t.

Double Compte : alizéebb.

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
28.12.16 1:36

[ Tu nous entends ? ]
Si tu nous entends, va te faire enculer
Tu pensais que tu allais nous avoir hein ?
Tu croyais qu’on avait rien vu ?
Surprise connard !
tu nous entends le blizzard ?
une pression effectuée délicate (depuis quand l'es-tu ) qui me fait arrêter de respirer un instant ; le temps s'arrête une seconde peut-être un peu plus et j'écarquille mes prunelles (les faiblesses jaillissent) les doigts glissent lentement presque d'un instant qui ne se consume pas
et la violence
un glapissement comme animal qui s'arrache
((je dois rester silencieux))
je te fixe alerté et je crois tremblant face à cet excès violent
je sais que quand tu t'y mets
tu deviens dangereux
et j'y ai bien goûté, la dernière fois
tu t'approches confident et doucereux un peu trop près mais je ne dis rien je ne recule pas non plus cesse de sourire car j'ai peur que tu augmentes cette douleur au niveau de ma main
(horriblement faible)
tu me fixes dans les yeux et je fais un effort considérable pour ne pas les détourner
inspire
expire
tu affirmes tes dires avec un ton qui n'appelle pas à la rébellion, la main ferme de ceux qui ont toujours tout eu
un sourire qui retourne les tripes ((je ne respire plus)) et je repense à ce que tu as dit ; est-ce qu'effectivement je suis ta salope
et toi, toi tu es le patron vicieux qui sous-entend celui qui insinue et qui nous fait flancher
(dis-moi)
tu enfonces le tout en me complimentant faussement avec ces lippes relevées malsaines tu enfonces le tout en me posant des questions qui ne méritent pas de réponses
et tu ne cesses pas
tu continues le doigt douloureux et les mots tout aussi frappants
alors d'une main je viens accrocher la tienne enfonçant mes ongles sans longueur
va te faire foutre, je serai pas ta pute.


iris & vega vous êtes très talentueuses je vous aime:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 76

Date d'inscription : 17/12/2016

Feat : Ravenskar

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
28.12.16 23:43

S
atisfaction. Le glapissement de Bae ramenait son goût sur sa langue. Intensément présent. La texture de sa chair entre ses dents.
Et ses pensées
s'effilochaient.
Le silence, et l'attente tendue. Preuve de victoire, preuve de crainte. Après tout il ne pouvait en être autrement. Vega baissa les yeux, et ses cils teintés de mascara jetèrent une ombre portée sur ses joues. Curieux des ongles qui s'enfonçaient dans sa chair, ces petits ongles d'enfant sage, insipide et sans couleur. Et ça lui égratignait à peine l'épiderme, et il releva les yeux avec une infinie c o n d e s c e n d a n c e.

« Mais oui, » souffla-t-il, si ouvertement réconfortant qu'il ne pouvait être que méprisant. « On peut même y aller ensemble si tu le proposes, obsédé. » Se faire foutre, bien sûr.

La certitude de son ascendance épurait l'irritation que Bae faisait si bien naître. Ses doigts relâchèrent lentement leur pression -parce qu'il était magnanime, grand prince comme ça. Parce que son orgueil n'avait pas de limite, parce que l'humiliation comptait bien plus que la prudence. Il chassa les ongles de l'autre en secouant la main, et rompit enfin le contact (trop intense, trop dangereux, comme danser au bord d'une falaise...).
Il avait mille et une choses à dire, mille et une choses qu'il rêvait de faire -mais que la présence de quarante personne rendait impossible. (Encore, le goût de sa peau et le bruit de ses soupirs, le sentir se débattre sous lui, contre lui, et l'insulter pendant qu'il l'embrassait. Le besoin de le baiser jusqu'à l'os.)

« J'vais t'expliquer ce qu'il va se passer, » et ses ongles vernis heurtèrent la table en cadence. Chercher le contact visuel, le face-à-face, pour ne-pas-penser. « Tu vas faire ton speech en faisant semblant d'en avoir quelque chose à faire, et je vais faire semblant de t'écouter. Mh ? » Un peu plus de distance, de nouveau bien rangé de son côté du bureau (de toute façon il avait gagné la guerre). Il s'affalait, pour montrer qu'il baissait la garde, qu'il n'avait pas besoin de se méfier. « Et à la fin du cours tu pourras partir, et prier pour jamais me croiser seul dans les couloirs. Alors je t'écoute, Bae... »

Sa joue lovée dans sa main, quelques mèches accrochées au coin des lèvres, il se fendit du sourire le plus aimable, le plus angélique qu'il était encore capable d'esquisser.


I wanna love you, but I better not touch. I wanna hold you, but my senses tell me to stop. I wanna kiss you, but I want it too much. I wanna taste you, but your lips are venomous poison.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 74

Date d'inscription : 29/06/2016

Localisation : #pariscmagik.

Feat : fay - kelpls.

Crédits : evil t.

Double Compte : alizéebb.

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
30.12.16 0:31

[ Tu nous entends ? ]
Si tu nous entends, va te faire enculer
Tu pensais que tu allais nous avoir hein ?
Tu croyais qu’on avait rien vu ?
Surprise connard !
tu nous entends le blizzard ?
il n'y a qu'une chose que je crains chez toi
ton
contact empoisonné
tes mots ne me font rien à part m'agacer
c'est ta peau contre la mienne qui me fait crisser qui me donne envie de tout brûler
c'est tes mots quand tu me tiens (physiquement) qui me donnent envie de gerber ou de t'embrasser
ils en seraient presque affectueux tandis que tu me fixes dans les yeux
une injure lâchée comme un surnom affectueux un truc adorable qu'on donnerait à un animal
la douleur qui s'amenuise doucement comme pour me mettre au supplice, prolonger la sanction jusqu'au bout et tu chasses exigeant mon autre main contre ta peau
toujours silencieux attendre la fin de tes remarques déplacées pour mieux te briser
tu t'éloignes et c'est là où tu as tort ; car c'est me laisser ma liberté complète
car tu m'enfermes de ta simple présence et que là tu me laisses une issue volontairement
tu exiges
tu ne demandes pas non c'est un ordre une question rhétorique
((et tu me menaces))
crois-tu que j'ai peur de toi vega en-dehors de ce lieu
je ne fais qu'une bouchée de ta personne sans la pression du regard extérieur
et maintenant que tu es loin je peux à nouveau refuser de coopérer
je croise mes bras m'efforçant de ne pas te bouffer du regard
et à nouveau je ricane un peu moins certain qu'avant
ça devrait être toi qui espère ne pas me revoir, tu as de la chance qu'il y'ait des gens autour qui m'empêchent de t'envoyer un sort pour te clouer au mur ou te fracasser la gueule. je ne ferai pas semblant. tu sors de quoi écrire et tu prends des notes sinon je dis rien et je dis que c'est un manque de coopération de ta part car il me semble que la prise de notes est obligatoire.
et ainsi
((t'obliger de cesser de fixer mon visage))


iris & vega vous êtes très talentueuses je vous aime:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 76

Date d'inscription : 17/12/2016

Feat : Ravenskar

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
03.01.17 12:39

I
l répondait encore. Qu'importe les menaces et la douleur, et Vega trouvait qu'il faisait honneur à leur maison. Cette hargne, tout ce venin, et. Quelque part ça le rendait respectable. Une petite ordure, une plaie, mais pas juste un déchet. Même avec tout l'alcool du monde, Vega n'aurait pas pu déraper avec un déchet. Il se reconnaissait dans sa morgue, ses excès et son acide. Et à eux deux ils créaient un mouvement perpétuel, une boucle destructrice.
Les paroles de Bae le faisaient sourire. Pour ça. C'était comme de l'amour, cette spirale où chaque attention entraîne plus de tendresse. À chaque fois, il se relevait. Blessé, jamais vaincu. Un adversaire de valeur.

« Je t'attends, chéri. »

Déraisonnable. S'ils en venaient à s'attaquer à vue dans les couloirs de l'école. Mais inévitable. Aucun d'eux ne reculerait. Peut-être y aurait-il une trêve tacite dans la salle commune qu'ils partageaient -avant qu'elle n'explose. Et ensuite ? Ils tenteraient d'empoissonner leurs boissons mutuelles, de s'infiltrer dans le dortoir de l'autre pour se glisser des maléfices. Probable. Vega n'avait pas de limites, pas avec lui, et il n'avait pas trouvé celles de Bae non plus.
Vega glissa un regard en direction du professeur, et un infime jeu de nuance rendit son sourire acide de mépris.

« Te plaindre au prof, c'est ça ta menace, mon pauvre ? » Ses doigts peints glissèrent sur la boucle de son sac. Un parchemin froissé et une plume noire et argent coulèrent sur la table. « Ça te va, où tu penses encore chialer dans la robe du prof, baby ? »

Il l'avait cherché. Mais c'était de bonne guerre. Les petites raclures comme eux se foutaient des règles tacites qui interdisaient l'intervention des profs et les coups en dessous de la ceintures. Ils. N'étaient pas comme ça. Et c'était son rôle de plier relativement, tenir les adultes loin de leur guerre (ou quoique ce soit). De ne pas leur donner une prise pour s'immiscer entre eux.
Il lissa sa plume, fit de même avec le parchemin, et fixa Bae avec un sourire d'attente. Presque studieux, si son sourire ne transpirait pas le foutage de gueule.


I wanna love you, but I better not touch. I wanna hold you, but my senses tell me to stop. I wanna kiss you, but I want it too much. I wanna taste you, but your lips are venomous poison.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 74

Date d'inscription : 29/06/2016

Localisation : #pariscmagik.

Feat : fay - kelpls.

Crédits : evil t.

Double Compte : alizéebb.

avatar





Re: War (feat. Dae-Jung Bae)
05.01.17 21:09

[ Tu nous entends ? ]
Si tu nous entends, va te faire enculer
Tu pensais que tu allais nous avoir hein ?
Tu croyais qu’on avait rien vu ?
Surprise connard !
tu nous entends le blizzard ?
doux mot qui sonne comme une provocation sur tes lèvres
comme si tu
((dégustais))
de pouvoir m'enfoncer, me manquer de respect
et mes yeux qui roulent comme pour te dissuader de refaire ça comme pour ne poinçonner cette remarque que d'un léger agacement superficiel
je laisse mon regard couler sur le bois avec un profond ennui la mâchoire serrée et le regard ferme
tu ne m'intéresses pas
((hingsley))
et tes mots ((toujours tes mots mordants dévorants délicieusement accaparants tant ils sont préoccupants)) m'agacent me donnent envie de tirer tes cheveux de te gifler ou de marquer ta peau
ton sourire change évolue et se recouvre d'une couche de venin juste prête à m'empoisonner quand tu parleras
un éclat froid s'impose dans mes yeux quand je te dévisage et tu recommences à parler à de ces choses que tu devrais taire ; et tu devrais tout simplement cesser d'exister pour m'ôter toute frustration tous regrets
et à nouveau un rire m'échappe et je te fixe te répondant avec une infime condescendance
peut-être bien, mais au moins cette manière marche. regarde, te voilà en élève responsable ! c'est un moment mémorable, tu n'as pas un appareil photo ? dans tous les cas, tu sais quoi de base de la coopération magique déjà ?
et je viens tapoter dans un bruit sourd le bois du bout de mes doigts, plaçant ma tête contre ma main avec toujours toujours cet air méprisant hautain qui nous sied si bien à nous
((n'est-ce pas))


iris & vega vous êtes très talentueuses je vous aime:
 
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 4°-
Sauter vers: