Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno

Partagez | 
 

 When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 69

Date d'inscription : 29/10/2016

Feat : Kalel Cullen

Double Compte : Finn Andersen

avatar





When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno
23.12.16 16:43


When I'm on the ice, I'm at home

Feat Arno

Le soleil s’était couché il y a un bon moment maintenant. Après tout, il fait nuit rapidement en hiver. L’hiver.. Quelle magnifique saison. La saison de Noël, quelle merveilleuse fête. Quand j’y pense, il faudrait que je demande à notre professeur d’herboristerie s’il est possible que je me procure un petit sapin qui ornerait ma table basse. Que j’habillerai de magnifiques guirlandes bleus et grises, évoquant parfaitement les couleurs de Serdaigle… Sous celui-ci seraient placés les cadeaux que je vais offrir à mes plus proches amis, du chocolat et fort probablement des papillotes… Que ça donne envie !

Mais bon, je divague, comme souvent. Je me trouve actuellement dans la cour extérieure où la fontaine s’est retrouvée gelée à cause du froid. La neige est aussi de la partie, ce qui rend le moment encore plus égayant. Je tourne un peu sur moi même et je vois plusieurs sapins, quatre au moins. Chaque sapin porte les couleurs d’une maison : rouge et jaune, vert et blanc, bleu et gris et jaune et noir… Il n’y a pas a dire, c’est bel et bien le sapin de Serdaigle qui en jette le plus. Il faudrait que je pense à aller placer une magnifique étoile à son sommet, pour qu’il puisse briller encore plus que les autres ! Ca serait magique.

Enfin, je m’assieds sur un banc auquel j’ai débarrassé la neige qui s’y trouvait, je n’ai pas vraiment envie d’avoir le postérieur bien mouillé à vrai dire, je pose mon sac à côté et regarde rapidement la montre présente sur mon poignet.

-Hmm.. Il ne devrait plus trop tarder… J’espère qu’il ne va pas me poser un lapin comme Kieran m’a déjà fait le coup !

Sans plus attendre, je plonge le bras dans mon sac, extirpant ma paire de patins à glace que je pose au sol. Je retire mes bottes une à une, me laissant toujours le temps d’enfiler un patin avant de retirer la seconde pour ne pas trop me refroidir les pieds. Hop, hop, enfilés, je frotte mes mains l’une contre l’autre, expirant une bonne bouffée de chaleur entre celles-ci, portées devant mes lèvres. Je louche un peu, remarquant quelques flocons étant venus se poser sur mes gants. Je secoue les mains pour les chasser et range mes bottes dans mon sac pour qu’elles soient un peu plus au chaud que dehors. Je me redresse car oui, le banc est gelé, soyons d’accord là-dessus et je replace correctement mon écharpe. J’avance un peu sur la terre ferme, me dirigeant vers les allées, espérant le voir arriver sous peu car dès lors où mes patins sont enfilés, j’ai de suite envie de me lancer sur la glace.

Je me redirige vers mon sac que je laisse ouvert, commençant à bidouiller à l’intérieur, le buste entier se retrouvant dans celui-ci. Vu comme ça, on pourrait même croire que je suis entrain de me faire manger par mon sac. Je fais du bruit, chipotant à tout, restant plantée là un bon moment avant d’allumer ma radio portable, fonctionnant avec une magnifique batterie externe. Encore un cadeau de mon père, il sait vraiment ce qui me fait le plus plaisir lui… Je grimace un peu, le son est trop fort et tape bien dans mes oreilles. Je tatonne et trouve l'interrupteur sur lequel j’appuie et, comme par magie, le volume diminue. La playlist était lancée, il ne restait plus maintenant qu’à attendre sa venue. Même si je serais la seule à profiter de ce plaisir auditif.

Bravo Coralyne, tu viens de te coincer dans ton sac… Esperons qu’il n’arrive pas pendant que tu es dans une telle position maintenant… Au moins, il reconnaîtra peut-être tes jambes.
 

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 20

Date d'inscription : 08/12/2016

avatar





Re: When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno
29.12.16 2:17


Aujourd'hui, j'ai patiné sur la glace pour la première fois de ma vie. Je sais, c'est un peu bizarre pour quelqu'un qui a passé bon nombre de ses vacances d'hiver en Islande, mais ma famille est plutôt ski. Ce qui est aussi bizarre dit comme ça. Mais passons. Je pensais qu'avec le skate quotidien j'avais un plutôt bon sens de l'équilibre, mais tout est différent sur la glace, et encore plus sur des lames à la place de roulettes. Alors quand je me suis lancé tout confiant sur la fontaine gelé cette après-midi, je me suis vite rendu compte que ça n'allait pas être aussi facile que je le pensais. Mais je n'allais pas lâcher l'affaire rapidement.
Première question, pourquoi Arno, veux-tu te mettre au patinage ?
Et bien, c'est une très bonne question ! (merci, merci) Déjà parce que j'adore les sports moldus pratiqué sur la glace. Le hockey par exemple. Il y a eu une compétition en Islande il y a quelques mois de cela, où un joueur malentendant jouait dans l'équipe régionale. Ils ont gagné, j'ai eu un autographe, j'ai eu envie d'essayer. Alors quand j'ai entendu parler que les élèves patinaient sur la fontaine, j'ai acheté une paire de patin et j'ai voulu essayer. Comme je l'ai déjà dit, ce n'était pas vraiment concluant, mais au moins j'ai trouvé une volontaire pour m'apprendre. Coralyne.
Un peu avant de partir la rejoindre en fin d'après-midi, j'ai regardé un tuto youtube sur comment attacher mes lacets de patin. Mon gros plaid sur les épaules, je faisais passer les bouts de ficelle dans les attaches pour ne pas avoir l'air trop bête devant elle. Bon je dois bien avouer que j'ai pas du tout retenu la technique et qu'en plus de ça j'étais en retard. Alors j'ai rapidement enfilé mon manteau, mon écharpe et mes gants, et je me suis dépêché de rejoindre la cour extérieure.

Quand je suis arrivé dans le parc, elle avait la tête fourré dans son sac, cherchant je ne sais quoi. Je me suis approché doucement, j'ai tapoté son épaule pour lui signaler que j'étais là, je lui ai souris et je me suis assis sur le banc. Elle avait déjà enfilé ses patins, elle était totalement prête à partir sur la glace ; moi en revanche... J'ai enlevé mes deux chaussures d'un coup, laissant apparaître mes deux petites chaussettes grises, parsemés d'hamburger pixelisés. Très mature ça comme chaussettes. J'ai enfilé les deux patins tout neufs et j'ai essayé de refaire le chemin comme expliqué dans la vidéo.

Je me suis totalement fail, impossible de le refaire correctement, alors j'ai fait quelque chose de totalement random, j'ai serré bien fort autour de mes chevilles avec un gros double nœud qui sera sûrement impossible à défaire, puis je me suis mis debout, prêt à partir sur la glace avec elle.
Je lui ai montré la fontaine avec un regard interrogatif, est-ce qu'elle était prête ou pas ?



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 69

Date d'inscription : 29/10/2016

Feat : Kalel Cullen

Double Compte : Finn Andersen

avatar





Re: When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno
03.01.17 16:30


When I'm on the ice, I'm at home

Feat Arno

J’ai enfin trouvé ce qui coinçait ma sortie de mon sac. Mon manteau s’était agrippé à un crochet, balot. J’oriente ma main comme je le peux pour essayer de décrocher le tissus coincé et d’un trait, le soulagement. Libérée, délivrée… ! Pourquoi j’ai toujours cette musique qui me vient en tête ? Horrible. C’est alors que je sens une pression sur mon épaule, moi qui parvenait enfin à me sortir de ce bourbier, je sursaute et me ramasse plusieurs livres qui tombent sur ma tête. Je me la frotte d’une main, sortant enfin de mon sac et je vois Arno, planté devant moi, affichant un simple sourire. Je le lui rendis d’un air gêné par la situation. M’enfin, un air qui a disparu assez rapidement.

Il se posa sur le siège et ôta ses chaussures. Je vis ses magnifiques chaussettes et je ne pus m’empêcher d’afficher un beau sourire. Il m’a battu sur ce coup. Les miennes étaient quand même plus simples, rayées aux couleur de ma maison. Je le vis aussi s'emmêler les pinceaux avec ses lacets, je secouai la tête d’un air amusé. Je ne pouvais pas le laisser dans un tel merdier. Il semblait avoir terminé à se préparer même si c’était très précairement et ça ne me satisfaisait pas pour autant. J’allais poser la main sur son épaule, disant avec de beaux airs pour bien me faire comprendre.

-Laisse moi faire.

Mon sourire était toujours là et j’étais entrain de le guider de nouveau sur le banc. Une fois que celui-ci était installé, je pliais les genoux pour arriver à bonne hauteur. J’ôtais mes gants, je dirigeais mes mains vers son patin, m’aidant de mes ongles pour détacher ses lacets, doublements serrés. Si je n’avais pas eu d’ongles, ça aurait bien pu prendre des décennies. Mais avec un peu de patience et de bonne volonté, j’y suis parvenue. Une fois ceux-ci défaits, je me suis mise à tirer sur chaque lacet et j’ai commencé à les placés sur les crochets, de manière à former des croix. Jusqu’à finalement, nouer le tout. Je fis la même chose à son second patin et là, je fus satisfaite.

Je me redresse, enfilant de nouveau mes gants et d’un trait, je me suis mise à taper dans mes mains, la mine enjouée.

-Ah, quel temps parfait pour faire du patin ! Tu vas voir, c’est excellent !

Je me suis mise à attraper ses mains pour le redresser, lui en lâchant une par la suite pour nous diriger lentement vers la fontaine gelée. Lentement oui, je ne voulais pas qu’il tombe sur terre en plus de pouvoir tomber sur la glace. Arrivés à côté de celle-ci, je me suis assise sur le muret pour me redresser sur la fontaine. Je bloque mes patins en plaçant mes pieds en “T” et tend les bras vers Arno, souriante.

-Je vais t’aider à monter.

Dis-je d’une manière perceptible, remuant les doigts de mes mains. Je pliais un peu les genoux, callant la pointe de mon patin contre le muret, attendant qu’il m’offre ses mains pour pouvoir l’aider. Ca aussi, ça faisait parti de l’entrainement. Poser le pied sur la glace sans se ramasser.
 

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 20

Date d'inscription : 08/12/2016

avatar





Re: When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno
03.01.17 19:28


J'ai croisé le regard de Coralyne, elle a immédiatement regardé mes patins avec les lacets qui partaient dans tous les sens. Arno tu es vraiment le pire des boulets. C'était clairement ce qu'on pouvait lire sur son visage en ce moment même. Les Poufsouffle étaient souvent désigné comme des personnes un peu trop simple d'esprit, c'était pas avec moi que l'honneur de ma maison allait remonter.
Je me suis assis de nouveau sur le banc et j'ai essayé de l'aider à détacher le double nœud. Impossible, tout simplement impossible à défaire. J'ai pensé que j'avais beaucoup trop de force et que je les avais beaucoup trop serré mais à force de tirer lentement dessus avec ses petits ongles, Coralyne a réussi à défaire mon premier patin, puis le deuxième. Pas si fort que ça. J'ai regardé comment elle faisait ; à croire que je regardais de nouveau le tuto "comment faire ses lacets de patin". Je me sentais un peu nul sur le coup mais j'ai rapidement chassé ce souvenir de ma tête. Je me concentrais plutôt pour ne pas crier, elle tirait beaucoup trop fort sur mes lacets et me compressait littéralement les pieds. Au moins j'étais sûr de ne pas les perdre sur la glace. Quand elle serra le dernier noeud je lui adressa un grand sourire pour la remercier et machinalement, je porta ma main à ma bouche puis je l'abaissa vers le bas. Je n'étais pas sûr qu'elle allait comprendre mon geste mais c'était comme ça qu'on disait merci en langue des signes.

Une fois mes patins correctement mis elle semblait tout de suite beaucoup plus satisfaite. Elle aussi représentait bien sa maison, Serdaigle, un peu trop perfectionniste à mon goût. J'ai pris ses mains en souriant, essayant de déchiffrer ce qu'elle venait de me dire. Un beau temps pour faire du patin ? Il neigeait légèrement mais rien de bien méchant, le fond de l'air était froid et sec, pas étouffant au contraire, c'est vrai que c'était vraiment parfait. Je l'ai ensuite suivi en la tenant par la main, marchant en canard pour éviter de tomber par terre. J'étais totalement ridicule mais elle semblait ne pas m'en tenir rigueur -heureusement-.
J'ai ensuite posé mes deux mains sur le petit mur qui délimitait la fontaine, essayant de ne pas paraître trop paniqué. Elle s'est ensuite mise sur la glace comme si c'était la chose la plus facile de monde et elle m'a invité à la rejoindre. C'était peut-être facile pour toi Coralyne, mais pour moi c'était vraiment le plus grand défi de la journée. J'ai adopté sa technique qui semblait avoir plutôt bien marché. Je me suis d'abord assis sur le muret et j'ai fait passer mes deux jambes par dessus, me positionnant juste à côté d'elle pour pouvoir profiter de son aide. Allez, ait confiance en toi Arno, tu peux le faire.

J'ai appuyé bien fermement sur mes jambes et je me suis redressé en tenant seulement l'une de ses mains. ... ... Je tenais ! J'avais réussi à rentrer sur la patinoire improvisé sans me casser la gueule. J'ai levé les bras en l'air pour montrer ma joie. Mais c'était une très mauvaise idée. J'ai tout de suite perdu l'équilibre, et malgré mes battements d'ailes pour me redresser, mon cul a heurté la glace. Aie.
J'ai rigolé légèrement, j'avais passé l'après midi à me ramasser j'étais sûr d'avoir des centaines de bleus demain matin. Mais je n'allais pas me laisser abattre pour autant, je me suis redressé comme j'ai pu et j'ai évité de faire des gestes trop brusque pour commencer.
J'ai tendu une main vers Coralyne, pour le moment je n'étais pas vraiment prêt à patiner tout seul.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 69

Date d'inscription : 29/10/2016

Feat : Kalel Cullen

Double Compte : Finn Andersen

avatar





Re: When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno
06.01.17 13:04


When I'm on the ice, I'm at home

Feat Arno

Il avait opté pour ma technique pour monter sur la fontaine gelée. Après tout, si j’étais là et s’il était là, c’était pour que je lui serve de modèle, d’une manière ou d’une autre. Il parvint à monter sur la glace, s’aidant simplement de l’une de mes mains. J’étais satisfaite de lui, c’est certain et lui semblait l’être bien plus encore. Il l’était tellement qu’il leva les mains en l’air dans un moment de gloire. Mais malheureusement, de tels moments ne perdurent pas souvent. Dans son action, il perdit l’équilibre et se retrouve assis sur son nouvel ami, étant bien entendu la glace. J’ai laissé s'échapper un rire et j’ai porté la main devant mes lèvres pour le cacher. Même si, je sais qu’il est difficile de cacher mes rires. Il s’est mis lui aussi à le faire alors, ça pardonnait le mien.

Il ne resta pas longtemps assis sur la glace. Après tout, c’est froid et quand c’est humide, ça transperce jusqu’à glacer les os de tout un chacun. Il l’avait visiblement compris même si, je me souvenais l’avoir vu pas mal de fois dans la journée. Il se redressa donc, lentement mais sûrement et finit une nouvelle fois debout. On aurait même dit qu’il avait compris que les mouvements brusques étaient à éviter pour le moment. Je gardais un sourire sur mes lèvres et il me tendit l’une de ses mains. J’aurais préféré pour lui qu’il le fasse dès le début mais il a préféré reprendre contact avec le sol. Pourquoi pas, après tout.

Je lui pris la main, calmement, en tendant la seconde vers lui. Pour dire vrai, je préférerai lui tenir les deux sinon, en même pas trois mètres, je savais qu’il allait terminer de nouveau le cul gelé. Son équilibre ne sera pas parfait de la sorte alors, autant le mettre en confiance dès le début pour qu’il puisse être satisfait de ses exploits. Une fois sa seconde main en ma possession, nous pouvions enfin débuter. Je posais mon regard vers le sien, disant calmement et lentement, pour être certaine qu’il comprenne la totalité de mes dires.

-Pour le moment, tu vas juste essayer de tenir debout, je vais faire le reste. D’accord ?

J’attendais un quelconque signe pour commencer. J’étais donc face à lui, ses mains dans les miennes. Je reculais légèrement, pour que nos bras soient bien tendus, sans pour autant le faire avancer pour le moment. Je le regardais d’une manière amusée. J’avais appris à patiner lors de mon plus jeune âge. Avec un père moldu et qui, en plus de ça, adorait la patinoire, je peux vous dire que je suis dans ce monde depuis des lustres. Et en plus de cela, nous avions une patinoire à deux pâtés de maisons. La chance non ? Enfin, je le regardais oui, restant bien droite, en attendant de voir sur son visage une mine rassurée pour débuter.

Ca y est, je commençais lentement à onduler les pieds vers l’arrière pour, ma part, reculer et pour la sienne, avancer. J’étais lente dans mes mouvements, histoire de ne pas le faire paniquer dès le commencement. Je lui tenais aussi fermement les mains mais, je les lâcherai quand je sentirai qu’il va tomber. Bien que je ne le laisserai pas faire aussi facilement. Ce serait trop simple sinon. Mon visage remua de gauche à droite, bercée par la musique d’ambiance, tandis que mon mouvement accéléra légèrement. Heureusement pour lui, nous n’étions pas encore arrivés dans un tournant. Ca allait être la prochaine étape mais, pour l’heure, avancer en ligne droite est déjà pas mal.
 

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 20

Date d'inscription : 08/12/2016

avatar





Re: When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno
08.01.17 17:30


Les moldus étaient vraiment tordus, comment ils faisaient pour inventer des trucs aussi difficiles. Je veux dire, le skate, c'est assez simple, il suffit de pousser avec un pied et de se laisser entraîner. Mais faire des figures avec ? Impossible quand j'ai commencé ! Pour passer par dessus un trottoir ou pour éviter de tomber trop souvent j'utilisais souvent des petits sorts quasi invisible à voir. Accio m'a souvent sauvé la vie. Là j'étais en train de me demander si je ne pouvais pas faire pareil en patinant, au moins pour les premières heures. Malheureusement j'avais beau chercher dans mes poches de manteau, je crois bien que je l'avais oublié dans mon dortoir.

Alors j'ai simplement pris la deuxième main de Cora' -vu qu'elle le proposait si gentiment-,j'ai essayé de garder un bon équilibre et j'ai essayé de déchiffrer ce qu'elle me disait. Je devais juste tenir debout et me laisser porter ? Dit comme ça, ça n'avait pas l'air si difficile, mais avec moi on ne savait jamais. J'ai simplement hoché la tête et j'ai bougé mes lèvres sans qu'aucun son n'en sorte. On pouvait cependant déchiffrer un petit "ok". On pouvait aussi voir dans mes yeux que je n'étais pas du tout rassuré. Mais j'ai quand même essayé d'esquisser un sourire pour lui dire qu'elle pouvait commencer.

J'avoue qu'à force de tomber, j'avais perdu un peu la confiance, mais en voyant que Coralyne arrivait à patiner à l'envers m'a totalement revigoré. Si elle pouvait le faire, logiquement je pouvais le faire aussi. Alors pour les premiers mètres, j'ai seulement regardé la jeune fille dans les yeux pendant qu'elle me tirait lentement. C'était RI-DI-CULE. Absolument ridicule, alors je me suis mis à rire, d'un point de vue extérieur ça devait tellement être bizarre à voir. Une fille gracieuse qui patinait sensuellement en arrière sur la glace et... un pauvre gars qui se tenait courbé vers l'avant, les bras tendus, se faisant traîner sur la glace avec une expression de panique sur son visage. J'ai arrêté de rire sans pour autant effacer mon sourire, puis j'ai regardé mes pieds. J'étais censé les bouger l'un après l'autre. Quand je patinais tout seul je les levais grossièrement puis je les posais en me propulsant le plus fort possible comme si j'étais sur mon skate. Ça ne marchait pas. C'était une très mauvaise idée. Coralyne elle, patinait si légèrement qu'on aurait dit qu'elle avait fait ça toute sa vie. J'ai décidé de la copier encore une fois. Je levais mes pieds à quelques centimètres de la glace et je les reposais doucement en me propulsant très légèrement. C'était mieux, beaucoup mieux.

J'ai secoué ses bras pour attirer son attention et je lui ai montré mes pieds, je progressais ! Enfin, c'était ce que j'étais en train de penser. Au moins j'avais réussi à tenir debout sur la glace pendant plus d'une minute.
Cependant, comme je pouvais voir où on allait par dessus son épaule, j'ai vite commencer à paniquer. Si on ne tournait pas immédiatement on allait tomber dans quelques mètres, en dehors de la fontaine. J'ai tiré sur ses bras dans la direction inverse pour la prévenir de tourner, mais en faisant ça mes jambes ont commencé à se figer puis à tanguer étrangement. Alors un de mes patins est parti vers la droite, me faisant dangereusement faire un quart de tour. Non, non, non pitié pas encore. J'ai essayé de me redresser en tenant fermement les mains de Coralyne. La santé de mon coccyx reposait sur tes épaules maintenant.





Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 69

Date d'inscription : 29/10/2016

Feat : Kalel Cullen

Double Compte : Finn Andersen

avatar





Re: When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno
11.01.17 13:32


When I'm on the ice, I'm at home

Feat Arno

Je voyais bien sur son visage qu’il n’était pas très rassuré, même si c’est moi qui faisais le plus gros du travail. Cependant, j’ai été assez surprise de le voir essayer de s’investir autant dans notre avancée. Mon regard virait entre son visage et son corps, étudiant le moindre de ses mouvements pour pouvoir les le lui reprocher plus tard mais là, il se débrouillait plutôt bien. Je ne pensais pas être une si bonne professeure que ça. Mon sourire resta là, toujours à arborer mes lèvres. Lui, il riait de temps en temps mais gardait le sourire, c’est une bonne mentalité. On apprend plus rapidement quand on est joyeux car nous faisons les choses plus aisément que si l’on tire la tronche à longueur de journée.

Il s’essayait à effectuer les mêmes mouvements que moi des pieds, et il me l’a fait comprendre en secouant mes bras.  Bien que, je les faisais à l’envers et lui, à l’endroit, c’était plus ou moins la même chose, je le conçois mais il semblait être parvenu à le faire, même si ce n’était pas encore parfait. Peut-être s’était-il préparé toute la journée pour se moment ? A aller regarder les autres faire, en examinant leurs mouvements ? Ou bien, simplement, en regardant des vidéos de patineurs de renommée. Bien que, je crois que cette option l’aurait déroutée. Il aurait vu des personnes sauter sur la glace en effectuant des tours sur eux-mêmes pour finalement retomber sur leurs pieds sans le moindre soucis. C’est une chose que je savais faire mais, je ne voulais pas le mettre d’autant plus mal à l’aise.

Je vis un temps, son regard passer par dessus mon épaule, je me demandais bien ce qu’il pouvait regarder mais, je compris assez vite que c’était une chose qui le paniquait. Il se figea quasiment sur la glace, toujours propulsé mincement par mes mouvements et, je ne sais pas, je n’ai pas compris. Un de ses patins l’a fait faire un quart de tour vers la droite. Il me tenait les mains fermement, comme s’il ne voulait vraiment plus tomber. Ça en devait même dangereux car, à ce rythme là, il allait tomber en m’attirant à lui pour que, finalement, je tombe à mon tour sur lui. Mais je n’avais pas dit mon dernier mot. D’un trait, j’ai levé un patin pour finalement me retrouver en équilibre sur un seul et j’ai planté la pointe de celui-ci dans la glace, histoire de freiner sèchement notre avancée, bien qu’elle n’était pas si rapide que cela. Je me suis donc arrêtée mais Arno était toujours dans son élan et en plus de ça, il perdait pied. Il entra à moi et, sans que je puisse faire quoi que ce soit, je suis tombée sur la glace, et lui m’est tombé dessus. Heureusement pour lui, malheureusement pour moi. Je suis plus confortable que la glace mais, moi, entre la glace et lui, ce n’était pas génial.

Pourtant, je ne me suis pas laissée abattre. Je me suis mise à rire, en oubliant la douleur que la chute avait pu me provoquer et je suis restée comme cela jusqu’à ce qu’il puisse au moins me libérer le corps.

-Mais enfin, de quoi t’as eu peur ?

Je ne le savais toujours pas, c’est certain. Mais il allait sûrement bientôt me le dire. Je le regardais, la tête penchée vers lui, histoire de voir à quel point aussi, il a survécu à la chute. Si seulement j’étais assez forte, j’aurais pu nous empêcher tous deux de tomber. Malheureusement, c’est un attrait physique que je ne posséde pas le moins du monde.
 

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 20

Date d'inscription : 08/12/2016

avatar





Re: When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno
24.01.17 19:28


Avant d'avoir pu faire quoi que ce soit, je me suis retrouvé sur la glace, étalé sur Coralyne que j'avais entraîné dans ma chute. Encore une fois, aie. Même si le corps de la jeune fille avait totalement amorcée la chute du haut de mon corps, mes pauvres genoux s'étaient totalement écrasé contre la glace, craquant légèrement la fine pellicule gelée sur laquelle on patinait. Je me suis redressé difficilement en poussant sur mes bras pour éviter de l'écraser trop longtemps. Elle rigolait. Pas moi. Pendant un instant j'ai cru que je l'avais réduite en crêpe. Je me suis assis comme j'ai pu, l'aidant à se redresser un minimum pour éviter qu'elle soit allongée sur le sol glacé.

Elle me demandait pourquoi j'avais paniqué comme ça. Je lui montrais le bord de la patinoire avec ma main gauche. On serait tombé dans quelques secondes si on aurait continué tout droit comme ça et ne sachant pas comment lui dire à l'oral, mon corps a réagit tout seul. J'ai frotté mes mains l'une contre l'autre pour enlever l'excès de glace (heureusement que mes gants étaient là) puis je me suis redressé difficilement sur mes deux patins. J'aurais bien aidé Coralyne a se redresser mais... non je le sentais pas vraiment, elle pouvait très bien se remettre sur ses deux pieds sans moi. J'allais l'handicaper plus qu'autre chose. J'ai alors ouvert lentement la bouche, pour murmurer quelque chose à la jeune fille tout en me grattant derrière la tête doucement.

« Gésolé... ta va ?»

En voyant que j'avais toute son attention j'ai continué de parler.

« G'ai eu peur, g'ai gru que tou... tu n'abais pas vu qu'on se rapprochait gu bord.  »

C'était assez brouillon et dur à déchiffrer avec mon accent italien et mon handicap alors j'espérais qu'elle allait comprendre du premier coup. Lui tenir les deux mains étaient une très mauvaise idée, si je tombais je l'entraînais avec moi et j'allais finir par lui faire mal. Non le mieux maintenant que j'avais compris comment bouger les pieds, c'était qu'elle patine en avant tout en me tenant une main. J'ai attendu qu'elle se redresse pour continuer à parler, de mon accent chantant.

« Ge pense gue j'ai gompris comment on avanze, on peut essayer de gourner maindenant ! »

J'ai tendu ma main vers elle, près à faire avancer mes patins quand elle sera prête.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 69

Date d'inscription : 29/10/2016

Feat : Kalel Cullen

Double Compte : Finn Andersen

avatar





Re: When I’m on the ice, I’m at home | Feat Arno
31.01.17 13:07


When I'm on the ice, I'm at home

Feat Arno

J’étais toujours là, allongée sur la glace qui commençait petit à petit à s’infiltrer à travers les coutures de ma grosse veste. Puis je vis Arno commençait à s’asseoir sur la glace, m’aidant par la suite à me redresser de la même manière. Mes membres étaient enfin libres de tout mouvement. En réponse à ma question passée, il désigna ce qu’il se trouvait derrière nous alors, j’ai penché la tête vers l’arrière pour voir ce qu’il s’y trouvait et, ce n’était visiblement que le bord de la fontaine. Certes, il ne restait plus énormément de glace avant le tournant mais j’avais bel et bien prévu de tourner incessamment sous peu. Il se redressa par la suite, du mieux qu’il le pouvait, j’ai d’ailleurs été étonnée de le voir tenir aussi bien en équilibre sans moi quand il a commencé à se débarrasser de la neige qui le recouvrait. Un sourire se dessina sur mes lèvres à cet instant puis, j’ai décidé, moi aussi, de me redresser. J’avais oublié à quel point la chute pouvait être douloureuse, comme ça faisait maintenant longtemps que je n’étais plus tombée. Alors, une fois à genoux, j’ai passé la main au bas de mon dos pour dire de calmer un peu la douleur, bien que je ne laissais pas mes mimiques faire voir une seule once de celle-ci.

Gésolé... ta va ?

Mon regard retourna vers lui à cette évocation. Il s’était finalement décidé à parler. Même si on ressentait bien son accent italien, on pouvait tout de même discerner le fond de sa pensée. Je me suis donc entièrement redressée pour lui faire face en chassant à mon tour, la neige présente sur mon corps.

G'ai eu peur, g'ai gru que tou... tu n'abais pas vu qu'on se rapprochait gu bord.

J’avais bel et bien compris la panique qu’il avait donc ressenti. J’ai tourné sur moi même de sorte à faire face à la bordure, replaçant comme il se devait le bonnet aux couleurs de Serdaigle sur ma tête pour finalement en revenir vers lui, craquant les doigts un à un pour enfin, lever mon pouce vers lui avec un mince sourire.

Ca va oui, ne t’en fais donc pas. J’ai connu bien pire ! Et je savais qu’on s’approchait du bord aussi. Je n’ai juste pas pensé au temps qu’il nous aurait fallu, à deux, pour tourner. J’aurais dû être plus vigilante !

Un sourire plus radieux arbora mon visage. Je savais maintenant, au moins, que je devais m’y prendre plus à l’avance avec lui. Il a tendu la main vers moi par la suite, je l’ai regardée un temps avant d’en revenir vers lui.

Ge pense gue j'ai gompris comment on avanze, on peut essayer de gourner maindenant !

Voilà une bonne nouvelle. Je pris alors la main de la mienne, la tenant fermement et j’ai posé le regard vers ses jambes pour regarder le positionnement de ses patins. Ils étaient visiblement déjà mieux placés que précédemment. J’ai hoché la tête d’une mine satisfaite. Je me suis un peu décalée pour commencer à effectuer le tournant, d’une vitesse bien lente, comme nous étions juste en face de celui-ci. Mes patins commencèrent à glisser à l’envers, comme au commencement, tirant légèrement Arno de la main tenue, vérifiant bien que ses pieds suivent mes agissements. Bien que j’allais sûrement lui emmêler les pinceaux en bougeant mes patins de manière à pouvoir tourner, on aurait pu croire que j’allais me faire un propre croche pied. De ma main libre, j’ai effleuré son menton pour qu’il me donne son attention.

Ne regarde pas mes pieds, essaie de tourner par toi même.

C’était le meilleur conseil que je pouvais lui donner pour le moment. Tandis que moi, je prêtais bien attention à ses mouvements de jambes, prête à m’arrêter en cas de pépin. S’il parvient à tourner, nous allons pouvoir continuer notre avancée en prenant un peu plus de vitesse, qui est bien basse ici, durant la ligne droite à venir.
 



Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Extérieur :: La cour extérieure-
Sauter vers: