Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













couper ces fils qui m'attachent au monde ♣ suileabhan

Partagez | 
 

 couper ces fils qui m'attachent au monde ♣ suileabhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire


Messages : 34

Date d'inscription : 03/10/2016

Feat : Munakata Reisi de K Project

Crédits : dessin de l'avatar par BYA & avatar par Kieran

Double Compte : Sören

avatar





couper ces fils qui m'attachent au monde ♣ suileabhan
11.01.17 0:29

Négligemment, il laisse son bras se balancer. Les pages dociles sous ses doigts se tordent. Le menton dans la paume, il regarde au loin. Personne ne saurait dire ce qu'il peut bien voir au-delà de cette fenêtre trop embuée pour être transparente. Un dragon retentit dans sa tête. De sa majesté, il a fait taire le monde alentour. Ce doit être lui qu'il a rencontré au fil des courbes noires. Les couloirs sont déserts. Tout Poudlard a dû le fuir. De sa mâchoire puissante, il a englouti le château et son souffle blanc a teinté les vies. Ah comme il aimerait caresser ce monstre de froid qui brûle sa chair. La flamme glacée le fait se sentir vivant. Ces sensations font bouillir son sang. Voilà ce qu'il a toujours attendu dans son havre de connaissances et qu'il possède à présent. Ses doigts gèlent presque contre le miroir et puis il les serre si fort qu'ils en tomberaient. La chaleur envahit ses veines glaciales. Sa peau se réchauffe. Il était en train de lire.

Les mots glissent sur ses pensées. Parfois, il perd simplement leur sens. S'agit-il réellement d'une langue qu'il parle régulièrement ? Ces phrases sont-elles grammaticalement correctes ? Il doit juste avoir besoin de sommeil. Il retire ses lunettes et ferme ses yeux quelques instants. À quoi bon dormir quand il peut profiter du calme des vacances ? Il sera grand temps de dormir une fois les énergumènes revenues. Il dormirait bien une éternité à vrai dire, le temps que l'espèce humaine s'éteigne. Elle lui pèse tellement avec ses rires. Lui a pleuré pour que d'autres rient. Qui pleure pour vos sourires ? Ce n'est pas aujourd'hui qu'un tel rictus ébranlera ses lèvres.

Il recouvre la vue et voit ce garçon qui marche vers lui. Ces nuits à vivre valaient le coup. Il se le murmure silencieusement. Voilà ce qu'il advient lorsque d'autres se souviennent de son existence. Qu'ils l'oublient tous, diable, et le laissent en paix. Il va devoir mourir quelques instants, simplement parce que l'autre en a décidé ainsi. Il ne connaît pas son visage ni son prénom enfin il s'en fout. Seule la lecture le sauvera de ces hommes qui, ironiquement, lui ont livré cette activité salvatrice alors il arque un sourcil pendant que la distance disparaît. Le voilà déjà trop proche de lui.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: couper ces fils qui m'attachent au monde ♣ suileabhan
20.01.17 17:56



Couper ces fils qui m'attachent au monde.


CHAPTER I : Dragon's dream.



Le Temps. Le Temps est bien trop las pour nous offrir quoi que ce soit de distrayant, pas même une activité digne de ce nom. Le Salon est ce genre d’endroit que je maudis, non point par sa prestance mais par la foule qui le hante. Des êtres bornés, des êtres irréfléchis qui ne masquent en rien leur voix lorsqu’il faut parler, qui ne respectent autrui et qui privilégient leur propre bonheur à celui des autres. Toutefois, cela paraît inévitable puisque l’homme est égoïste. Je le suis moi-même. Et pourquoi alors me suis-je installé dans ce canapé grisonnant près d’un de mes confrères dont j’ignore tout ? Pour tuer le Temps. Ironie fatale.

J’évite du regard ceux qui s’enivrent d’échec, de jeux futiles ou de bavardages excessif. Non, aucun d’entre eux ne m’intéressent. Ils sont si ennuyants que parfois je peine à comprendre leur présence dans ce bâtiment. Néanmoins, certains pourraient attirer mon attention. Ceux qui s’instruisent pour vivre. Ceux qui préfèrent les pages à l’ennui. Ceux qui récitent la vie. Ceux qui se tiennent à proximité des étagères brunes remplies d’ouvrages aux couvertures resplendissantes. Théorique, manifeste, biographie ou simple encyclopédie magique, ici se retrouvent les têtes. Une demoiselle qui doit-être Serpentard s’assoit et se plonge dans la lecture d’un ouvrage sur le Quidditch, sport fabuleux que seuls les sorciers peuvent comprendre.

Un soupir s’échappe d’entre mes lèvres, ici les dragons ont été privilégiés. Je ne peux que m’en désoler, ces créatures impitoyables et imperturbables, en quoi sont-elles rêvées ? En quoi peut-on les apprécier ? Je me le demande toujours. Un brun repose un manifeste sur les moldus, un sourire se surprend sur mon faciès. Ce petit à du goût. Plus mon regard fuit, plus je me focalise sur lui. Sur cet homme. Sur cette couverture. A peine le temps de m’ôter de ce divan qu’il ôte ses lunettes pour se reposer. Idiot. Mais oui, tout est comme je le pensais. Les dragons. Un grincement de dent se fait entendre, mes pas sont clairs et déterminés. Il me voit.

Tant mieux.

Ma main se pose franchement sur un bord de page, faisant trembler la table. Mon dos se courbe lentement pour atteindre la hauteur du visage de l’homme.

« Je crois que vous vous êtes trompé de livre. »

Un éclair transparait dans mes iris lorsque je remarque l’insigne Serdaigle à son torse. Du mépris. De la haine. Mes semblables sont-ils à ce point ignorants ? D’une main habile je décale l’ouvrage vers mois en le refermant fermement. En espérant qu’il comprenne.

« Et que je ne t’y reprenne pas. Ce n’est pas digne de toi. »

La politesse avait été abandonné pour laisser place à un tourbillon d'indécence.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire


Messages : 34

Date d'inscription : 03/10/2016

Feat : Munakata Reisi de K Project

Crédits : dessin de l'avatar par BYA & avatar par Kieran

Double Compte : Sören

avatar





Re: couper ces fils qui m'attachent au monde ♣ suileabhan
30.01.17 16:38

Le calme n'est plus. Le garçon l'a exterminé. Le monde entier devrait lui en vouloir de troubler ainsi sa tranquillité mais seul Richard en semble affecté. Quel besoin saugrenu a-t-il eu de faire ainsi trembler la table ? Sa rage n'intéresse personne, qu'il la garde pour lui. Il n'est qu'un être humain parmi des milliards, quelle arrogance que de penser qu'il a le droit de s'introduire dans la vie des autres comme ça. Il déformerait ces traits insolents avec plaisir. La moindre des choses est d'être respectueux des autres. Même Richard le sait alors qu'il n'a rien à faire de la quasi-totalité de la population humaine. Certains parents ne savent pas inculquer des valeurs essentielles à leurs enfants on dirait. Il se lève avec fracas. La chaise manque de se renverser. Plusieurs méthodes d'assassinat lui passent par l'esprit mais ça ne vaut pas la peine de risquer sa liberté pour un abruti pareil.

« Ce que je fais ne regarde que moi et je n'apprécie guère que l'on me dérange dans ma lecture. »


Ses yeux froids appuient son hostilité. Il prend le temps de le regarder sans le voir. Son visage ne l'intéresse pas. Sa personne ne l'intéresse pas plus. Il n'a pas l'intention de céder aux caprices de ce petit rigolo. D'un geste méthodique, il sort sa baguette de l'intérieur de sa robe et la lève.

« Accio livre sur les dragons. »


Il n'éprouve aucune gêne à imposer sa volonté par la magie. Il ne fait que répondre à un geste inapproprié avec les outils qu'il possède. Une fois son manuel récupéré, son regard se dirige vers une porte. La meilleure solution face à ce gamin arrogant est de se mettre hors de sa vue. Sans même lancer un dernier regard vers l'emmerdeur, il se dirige vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: étage 1° :: Le Salon Commun-
Sauter vers: