Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Ookami and Aokami [Pv Jaydan]

Partagez | 
 

 Ookami and Aokami [Pv Jaydan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
17.01.17 20:48

Ce soir, tu étais paré de tes plus beau atours, un kimono bleu et argenté, avec des dessins de loups dessus. Dire que tu l'avais acheté sur un coup de tête. T'en connaissait un que ça ferait plaisir. Un rire s'échappait de tes lèvres. Alors que dans un geste, tu faisais venir une paire de chaussure d'inspiration chinoise. Facile à enfiler. Pas pratique pour danser. Mais à force, tu savais que d'espérer de le voir chaussé. Alors tu avais des chaussures à sa pointure, légèrement différente de la tienne. Mettant un joli masque avec des plus noir avec des détails argentés, rappelant sa tenue. Il était bien habillé. Il se dirigeait vers l'extérieur, pour récupérer de force son partenaire. Il avait pis un masque simple bleu. Afin qu'à eux deux, ils soient assortis.

« Je sais que tu es là loulou, je t'enlève, on a un bal à envahir. Si tu veux pas danser, pas grave. Laisse-moi le loisir de le faire une fois avec toi... »

Ni une, ni deux, tu te lançais vers l'homme et l'embarquait sous ton bras avant d'aller vers la sortie de poudlard. Le bal était ailleurs. Tant mieux dans un sens. Il y aurait sûrement un tas d'élèves. Mais tu n'étais pas leur prof ce soir. Tu étais un homme amoureux. Celui qui emmenait contre vents et marrée son partenaire. Tu lui mettait le masque avant de poser un bref baiser sur ses lèvres.

« Je sais que tu n'aimes pas la foule. Mais je suis là, et je resterai avec toi... Courage loulou. »

Tu avais un sourire tendre, passant une main dans ses cheveux. Il était beau à tes yeux. Ce que pouvait penser les autres étaient sans importance. Tu le chaussait à la main, car le toucher était toujours un plaisir. Un coup de baguette ne pourrait remplacer ce genre de moment qui n'appartenait qu'à toi.

« Fais-le pour moi, je sais, je t'en demande beaucoup en ce moment, je te promets que je me rachèterai... Aiheteru anata. »

Jamais tu n'avais été aussi tendre avant son arrivée dans ta vie. Peut-être parce que la force de tes sentiments dépassait toutes tes espérances. Tu as une lueur dans le regard. Bien sûr, certains élèves pourrait te reconnaître, qui pourrait porter une tenue traditionnelle asiatique à part toi, Jaydan et Semzaya. Tu n'en savais rien, peut-être Sakutaro, mais tu ne l'avais pas vu depuis un moment. En plus monsieur était métamorphomage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 22

Date d'inscription : 23/12/2016

Feat : Shougo Makishima

Double Compte : N/C

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
19.01.17 17:05



Ookami and Aokami

Jaydan se planqua dans ses appartements, éteint de toute lumière. Les bras posés sur le bord de la fenêtre, il regarda le croissant de lune tant qu’il pouvait encore la regarder. Bientôt, elle sera complète et le lycan devra boire sa potion de « Tue-loup », tout en maintenant ses distances avec l’école. Si jusqu’à présent, aucun événement le mettant en cause n’était survenu, c’était grâce à ses multiples précautions. Quand il y pensait, Jaydan déprima en pensant que pendant une courte période, il devra s’éloigner d'Ai — « amour ».

Ce soir, c’était le soir du bal, prévu à l’extérieur. Si tout au long de la veille, il refusa obstinément de venir. Mais, il s’attendait à voir Ikuto débarquer avec la panoplie du parfait cavalier de bal. Les tenues anglaises ne l’inspiraient pas, il préféra une bonne tenue traductionnel de son pays.

« Je sais que tu es là loulou, je t’enlève, on a un bal à envahir. Si tu veux pas danser, pas grave. Laisse-moi le loisir de le faire une fois avec toi... »

La voix se rapprocha vers sa direction, jusqu’à venir de son dos. Au même moment, le garde-chasse se souvenait qu’il n’avait pas fermé la porte et que toute cachette était inutile. Dans un mouvement de panique, il fit un bon, tout de suite rattrapé par Ikuto qui le prit dans ses bras, dans une tenue porter à la perfection.

Son kimono bleu et argenté lui donnait un air angélique, cet air auquel il avait du mal à lui répondre par un « non », quand il lui demanda un service ou un ordre. Les motifs représentant un loup sautèrent immédiatement aux yeux du garde-chasse. C’était la première fois qu’il voyait cette tenue, lui rappelant leur lien à tous les deux.

Pour sa part, le lycan porta une tenue sombre avec des détails argentés. Les motifs lui rappelèrent ceux de son partenaire, sûrement une longue recherche pour les assortir. Le masque, encore entre les doigts fins d’Ikuto, confirma ses pensées.

« Non. Je… Il va avoir trop de monde, trop de bruit. Je préfère rester ici pour... »

Aucune protestation n’était tolérée de sa part, le voilà embarqué hors de sa tanière. Avant même qu’il puisse réagir un peu plus, Ikuto le prit sous ses bras. Jaydan s’accrocha à lui, non pas par crainte de tomber, mais pour suivre son allure.

À cet instant, il se souvint où se déroula le bal. Il se mit à grogner de désapprobation quant à cette sortie et fit une mine boudeuse tout le long du chemin. À destination, il aura des membres du personnel et des élèves, tous ne sont pas au courant de sa nature de lycanthrope. Et même si la lune n’était pas prévue pour ce soir, même si dans le fond, être un loup-garou ne lui faisait plus aucun effet ; il craignait que les préjugés ne retombent sur son amour.

Le masque posé sur son visage, le japonais appuya ses yeux flamboyants vers son partenaire. Un baiser furtif et tentatrice se posa l’instant d’après sur les siennes. Il aimait cet homme aux attachements obsessionnels et envahissants. C’était surprenant, quand il savait qu’il avait besoin de liberté, par moment. Mais à force de l’avoir autour de lui, parfois dans ses propres bras, c’était des moments de tendresse qu’il refuserait d’offrir à quiconque, tel qu’un égoïste.

« Je sais que tu n’aimes pas la foule. Mais je suis là, et je resterai avec toi... Courage loulou.

—  Je le sais, Ai. C’est juste… Le bal… Les élèves… La foule… Je voudrais pas te faire perdre des contacts, car je suis ton loup-garou. Ça m’énerverait de savoir qu’on te rejette, car je suis ton petit copain. »

Oui. Il ne supportera pas de le voir rejeter par sa faute. Les préjugés tournaient, uniquement sur lui, ne le blessaient plus. Son oncle lui avait appris qu’être un loup-garou n’était pas une honte. Les Moldus étaient différents des sorciers, tout comme les sorciers au même titre que les loups-garous, ou les vampires. Les mots pouvaient blesser, mais uniquement si on le prenait comme tel.

« Fais-le pour moi, je sais, je t’en demande beaucoup en ce moment, je te promets que je me rachèterai... Aiheteru anata. »

Les rougeurs apparurent soudainement sous les yeux de Jaydan. Un feu intérieur s’anima et il passa les mains autour de lui. Son corps acceptait d’aller où Ikuto le voulait. Le voyant à genou, devant lui poussa machinalement le blanc a soulevé pied. Dès que le contact de la chaussure avec sa peau se produit, un frisson électrique parcourut son corps. Il eut un bref mouvement de refus, mais se laissa placer la chaussure à contrecœur. Si ça avait été selon sa constance, Jaydan lui aurait dit : « Restons à Poudlard, maintenant que plus personne n’y reste. » Une simple phrase qui aura pu détourner l’esprit d’Ikuto de cette société et le garder rien que pour lui.

Cette pensée lui procura un frisson délicieux. Il se baissa à son niveau, quand la deuxième chaussure fut chaussée. Ému et les yeux brillants, ses lèvres se posèrent à base du cou de son partenaire. Puis, il le mordilla afin de lui laisser une marque de possession. Ses yeux flamboyants se posèrent vers son amour, tandis que ses mains longèrent le tissu le long de l’échine, et resserra son étreinte.

Il lui dit à l’oreille :

« D’accord. Je le ferais pour toi. Par contre, je garde ta promesse au chaud. Je sens qu’elle me servira pour l’après-bal. »

Dans le fond, il espérait que leur soirée ne dura pas. Le cœur palpable d’un désir ardant plaça ses doigts sur sa peau doucereuse pour une caresse et remit le col de son kimono correctement. Le mariage de ce masque occidental et de leur tenue orientale avait quelques choses d’étranges, et attirant. Il profita de cet instant pour l’embrasser goulûment, un peu pour maintenir cette honteuse intimité, mais banale pour les Anglais.

Léger, le couple se releva et Jaydan prit sa main. L’un à côté de l’autre, ils se dirigèrent vers le porte-au-loin. Leur destination leur était encore inconnue pour cet instant, et Jaydan se demanda s’il était tout à fait présentable, quand on ne se limite pas à sa tenue. Machinalement, il chercha à arranger sa chevelure, un peu négligé avec ses doigts.

« Tu crois qu’on devra surveiller les élèves durant ce bal ? Rah ! Je… Désolé. Mes cheveux sont encore rebelles, tu pourras... »

Ses mots s’échappaient à peine de ses lèvres pour lui demander honteusement à Ikuto de l’arranger à coup de baguette magique. Il aurait pu le faire lui-même. Or, la sienne était restée dans sa chambre, à côté d’une fenêtre ouverte. Il espérait simplement que rien n’arrivera durant cette soirée. Les Sigmas avaient déjà attaqué les élèves de Poudlard, après tout.

Layout by Ninquelote - canalgraph
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
19.01.17 21:54

Tu reportes ton attention sur lui seul. Il est devenu le centre de ton univers. Tu le fait avancer, tu tente de le rendre plus social. C'était pour lui. Les conséquences que ça pouvait avoir sur ce qu'on pouvait dire de toi, tu n'en avais rien à faire. L'avis des autres t'avais toujours été indifférent. Tu faisais comme tu le sentais, bien que tu tentais sans cesse d'attirer l’attention sur ta personne. Ce soir ferait exception. Bien que c'était mal barré avec ton kimono. Niveau discrétion, on repassera. Tu te fonderai dans le décor, pour lui.

« Qu'importe ce qu'on dira. Si je perds des contacts ce soir, c'est qu'il ne méritait pas. Je t'aime plus que toutes ces apparences dont je peux me parer. »

Tu porterai ces marques, qu'importe si elle indiquait clairement que tu étais loin d'être seul sentimentalement. Cette chaleur qui vivait en toi. Celle qui chassait la froideur de ta solitude. Tu l'adorais et la chérissais de toute ton âme. Avant de rire à ses remarques, il aurait été un parfait Serpentard. Après il s'inquiétait pour ses cheveux. D'un informulé, tu faisais sa coiffure, digne de vos racines communes.

« Pas de surveillance ce soir, ce n'est pas notre rôle, s'il arrive des dangers, il faudra agir, mais n'ai crainte. J'affronterai le danger pour mille s'il le faut. Notre nouvelle meute n'as pas besoin d'accident. Alpha et Omga. Pour longtemps, Ai»

Tu emmenais ensuite l'homme sur la piste de danse. La musique qui se jouait était douce à souhait, parfaite pour lui permettre de te coller à cet homme. Les yeux plongé dans ceux de ton partenaire. Tes mains venant se coller à ses hanches, tout en restant correct. C'était pas des choses à faire en public. Même si niveau visibilité, vous avez pas fait dans la dentelle. Du coup, tu serai son chevalier servant. Celui qui le sauverait des méchants pas beaux. Ce qui avait le don de te faire rire à l'intérieur et pour appuyer ton hilarité, tu faisais tourner l'homme qui te faisait perdre le nord, ou n'importe quel autre point cardinal.

« Tu sais que tu es magnifique... J'ai une chance folle de t'avoir... »

Tu approchais ton nez du sien et le frottait doucement. Tu ne pouvais t'empêcher de le toucher encore plus alors que tu faisais tout pour le faire participer au bal. Tu dansais avec énergie. Personne ne te le volera, tu t'en faisais la promesse.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 22

Date d'inscription : 23/12/2016

Feat : Shougo Makishima

Double Compte : N/C

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
24.01.17 11:52



Ookami and Aokami

Ikuto sortit sa baguette afin d’arranger ses cheveux en broussailles et un simple « Merci, Ai » le poussa à le prendre dans ses bras.

Le monde se réduisait en quelques instants. Ses mots rassurants lâchaient uniquement pour lui. Jaydan se félicita d’avoir passé outre ses décisions quelques années auparavant. Comment aurait-il pu passer à côté de cette douceur, de cet amour avec son camarade de classe ? Ikuto avait une approche physique étouffante, envahissante, certes, mais rien que le fait d’être obligé à les subir le maintenait dans la réalité. Lui, qui à une époque, aurait vécu en Ermite loin du monde des sorciers et des Moldus.
Le fait qu’une surveillance ne viendra pas couper leur intimité rassura le lycanthrope japonais. Ikuto sera entièrement à lui, et il sera en sécurité en l’absence de sa baguette magique.

« Ne meurs surtout pas, Ai. Car je ne pourrais jamais vivre, ici, sans toi. Et tu le sais bien, dit-il, en posant sa main sur la joue de son amour. Et oui, on restera toujours ensemble. Pour l’éternité. »

Alpha et l’Oméga. Jaydan se demanda toujours qui avait le rôle de guide dans leur couple. Si on lui posait la question, son amour, sa lumière, serait sûrement son « Alpha » ; et Ikuto donnait une réponse opposée. Personne n’avait le dessus de l’autre et se mélanger depuis tellement d’années. Des fois, il avait la sensation d’être au début de leur amour, là où tout est beau. Rares furent leurs disputes, mais bel et bien présente. Les reconsolidations avaient un goût sucré que parfois, Jaydan prenait l’habitude de provoquer et voir des réactions cachées d’Ikuto.

Emporté sur la piste de danse, le garde-chasse posa ses mains sous ses épaules. Deux hommes dansant parmi ses couples hétéros annonçaient clairement la couleur. Rare, sont la présence de Japonais parmi les Britanniques, et si des élèves sont présents durant le bal, ils les reconnaîtraient sûrement derrière leur masque. Il vit un sourire joyeux traverser le visage d’Ikuto et se douta quel genre de pensée mielleuse passa dans l’esprit de son amour. Jaydan lui rendit d’un sourire tendre et complice, suivit le mouvement. Ses yeux ne quittèrent pas ceux de mon amant et amour, voyant le monde tourner dans une course folle et ne voyant que nettement Ikuto.

« Tu sais que tu es magnifique... J’ai une chance folle de t’avoir... »

Les rougeurs naquirent sur le visage clair de Jaydan. Une folle chaleur embrassa son corps rien qu’avec ses mots. Lui aussi, il avait eu beaucoup de chance de l’avoir. Il n’arriva pas à imaginer sa vie sans lui, car justement, il vivait cette vie avec lui avec maladresse.

« Et moi, je me félicite d’avoir sauvé mon soleil de la tristesse, ce jour-là. Ikuto, tu es devenu mon soleil et ma planète gravite autour de toi. »

Au contact de leur peau, le garde-chasse ferma les yeux. Il remonta sa main gauche vers les cheveux resplendissants de son amour et l’attira pour un second baiser en public. La sensation de honte de se dévoiler, mélanger avec le plaisir de cet instant s’emparèrent du cœur du lycanthrope. Jamais au Japon, il aurait réalisé ce genre de scène, mais chez les Anglais, c’était normal. Quand ses yeux s’ouvrirent, c’était Ikuto qu’il voyait. Lui et lui seul. Il ne voyait décidément personne d’autre. La danse s’intensifia et Jaydan commença à onduler contre Ikuto.

Il approcha son visage de lui.

« Ai, est-ce que tu pourras prononcer mon nom ? susurra-t-il à l’oreille. Je veux l’entendre à nouveau de tes lèvres. »


Layout by Ninquelote - canalgraph
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
24.01.17 14:16

Ces cheveux blancs te fascinaient, dur pour toi de défaire cette attraction entre vous. Tes mains sur ses vêtements, tout en restant assez soft, bien qu'un peu possessif. Il n'y avait rien de pire que de partager la personne que tu aimes. Ton métier et le sien vous forçait à partager un peu de temps. Ce temps si précieux. Mais toi, et sûrement comme lui, vous aviez besoin de moment loin de l'autre pour mieux se retrouver, tel des aimants, recoller l'autre à ne plus savoir respirer sans cette présence. La pile d'une face. Ton ying de ton yang. Il a peur pour toi, alors tu caresse sa joue avec tendresse. Celle dont tu es capable quand il s'agit de lui.

« Et même plus si possible, mon amour. »

Tu avais parlé japonais, non que tu sois gêné de parler anglais. Mais tu n'avais pas à faire l'effort de parler la langue de Shakespeare. Il pouvait te comprendre. Chercher les mots qui pourrait retranscrire tous tes sentiments n'était que possible dans ta langue. Ton sourire est plus beau, il est rien pour lui. La danse pouvait continuer des heures que tu ne le remarquerais même pas. Seul ton corps fatigué t’indiquerait qu'il est temps de reposer. Il te dit ces choses, celles qui fait battre ton cœur si fort que tu te demandait comment se dernier se faisait pas la malle. Alors que son corps était si proche du tien, il semblait si gracieux, si sauvage, qu'importe sa nature. Tu t'en fichais. Tu avais toujours fait face aux préjugés. Ces baisers faisaient échos aux tiens. Tu te lasserais jamais de ces derniers. Alors que son visage est proche, sa demande te fait rire doucement. Tu te penches et vient près de son oreille. Complètement inutile. Mais il jouait avec le feu. Tu ne lui retournais que l'attention.

« Yukito, la neige est bien pâle face à  la pureté que tu as... »

Tes lèvres posait un baiser sur son cou. Bref. Car la retenue dont tu pouvais faire preuve était déjà supérieure à celle des européens. Follement amoureux que tu es. Le public peut jeter des regards furieux, s'extasier. Rien ne t’empêchera de danser avec lui. La musique comme seul guide, elle finirait et tu sais que tu voudra d'autres danses. Parce que danser avec ta moitié est une sensation enivrante, plus que cet alcool édulcoré. Quand la musique change subitement, comme promis, tu sors de la piste.

« Jamais je n'ai autant aimé danser que ce soir, j'ai bien fait de t'emmener. Une soirée loin de toi m’aurais arraché le cœur. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 22

Date d'inscription : 23/12/2016

Feat : Shougo Makishima

Double Compte : N/C

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
26.01.17 10:31



Ookami and Aokami

Ces mots prononcés en japonais parcoururent son corps dans un fourmillement électrique. Le souvenir d’avoir été membre d’un autre univers réveilla en lui de multitudes de sensations. Une phrase, dite uniquement pour lui, sans que personne ne sache quelle en fut la signification. Un monde coupé de tous et qu’il le concerne uniquement. Le cœur de Jaydan bondit à mainte reprise par amour. Pour lui, il serait capable de monter le mont Fuji, braver le danger de la forêt d’Aokigahara et même devenir autre chose qu’un loup-garou. Et si ce soir, il avait une attaque des Sigmas, il se sentirait capable de foncer tête baissée pour cet amour.

« Yukito, la neige est bien pâle face à « la pureté que tu as... »

Un frisson électrique parcourut ses veines en un instant. Entendre à nouveau son prénom de naissance réveilla en lui de nombreux souvenirs et désirs. Les lèvres d’Ikuto sur sa peau n’arrangeaient pas toutes ses sensations ressenties. Fugace et éphémère, ce contact poussa le lycanthrope à s’approcher un peu plus de lui. D’un souffle chaud effleura l’oreille d’Ikuto.

À cet instant, Yukito se demanda réellement si ses pensées étaient aussi pures que les mots d’Ikuto. Il pencherait plus sur la signification du prénom de son amant, qui s’immisçait dans ses entrailles au points d’imaginer une scène honteusement perverse. Ses pensées se referma sur l’homme lui faisait face, ne voyant à nouveau plus que lui. Ce qui passait autour d’eux l’importait et finalement, il ne craignait plus le regard des autres. Ikuto lui insuffla assez de force pour supporter cette société par son amour enivrante.

« Je ne suis pas aussi pur que l’on pense. Surtout à cet instant où ton nom enflamme mon corps. » Avait-il annoncé en Japonais.

La danse terminée, Yukito suivit Ikuto tout en tenant sa main et se collant à lui. Il s’installa sur une chaise à ses côtés. Tenant ses deux mains avec douceur, il les caressa amoureusement avant d’en baiser une avec amour. Puis, il les lâcha.

« Jamais je n’ai autant aimé danser que ce soir, j’ai bien fait de t’emmener. Une soirée loin de toi m’aurais arraché le cœur.
—  Ici ou ailleurs, ton temps me sera entièrement à moi, mon Amour. Mais tu as raison. Cela fait du bien d’être ici, avec toi. »

Le regard de Yukito se porta vers son environnement, les danseurs ondulants devant lui dans une nouvelle danse, plus entraînante, les murmures auditifs des invités pris dans leur long discours. Ils n’étaient pas seuls ; et pourtant, ce qu’il a vécu là-bas, sur la piste de danse, ressemblait à un monde fabriqué sur mesure à leur image.

En arrêt, Yukito sentit une légère douleur aux pointes de ses pieds, habitué à être pied nu. Il bougea furtivement ses orteils. Se disant qu’il avait suffisamment supporté ces choses, il courba l’échine quand Ikuto ne portait plus d’attention à ce qu’il fit pour les retirer.

Exit les chaussures. Place à la liberté. Yukito se sentait enfin lui-même, libre et sans attache. Un long soupir s’échappa de ses lèvres quand il regarda le visage de sa moitié. D’un large sourire et une lueur de malice dans ses yeux, il le défia muettement de le pousser à remettre ces objets à ses pieds. Coupant presque la magie vécut quelques instants plus tôt, mais ce grain de folie le caractérisait et le rendait unique, identifiable.

À quelques mètres d’eux, il vit le banquet mis à disposition des clients. Son ventre se mit à gargouiller d’un son auditive, un peu comme un volcan se réveillant soudainement. Il montra du doigt la nourriture en passant son bras devant Ikuto.

« Je commence à avoir faim. On se prend de quoi manger ? »

C’était plus une phrase qu’une question proprement parler, car Yukito se leva à la fin de cette phrase et présenta sa main à son partenaire.

Layout by Ninquelote - canalgraph
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
26.01.17 21:37

Tes sourires faisaient face à la foule, tes origines n'ont jamais empêcher ton amour de s'exprimer. Pour un japonais. Tu était définitivement moins coincé. Parce que comme ton nom l'indiquait, la perversité s’insinuait en toi. Rien de bien méchant. Te tenir près de ton homme réveillait en toi l'homme passionné que tu es. Riant à sa façon de te répondre, avec la même divergence que toi. Définitivement, la fin de la soirée serait pas sage. Ces paroles ne faisait qu'augmenter le brasier qui brûlait dans ton âme. Alors que son loup venait te lécher avec affection. Pour toi la créature qui sommeillait en lui était belle. Il se montrait possessif, territorial. Normal pour un loup. IL embrassait sa joue.

Après un moment, le garde-chasse se débarrassait des chaussures que tu lui avait prêté. Tu roulais des yeux. Tu lui souriais. Oh que si, tu allais devoir lui en remettre, joueur, tu lui chatouillerais la plante de ses pieds souvent nus. Pas maintenant, sa ruse pouvait attendre. À force d'être avec lui, il devenait un serpy. Il riait quand il entendait l'estomac de son compagnon.

« Oui, mais y aller pieds nus risque de gêner. Je vais te porter, mon prince aux cheveux de neige. À moins que je dois te frayer un chemin... Le porté sera pour plus tard, ne pense même pas y échapper. Vu comment tu as émoustillé mon intérêt pour toi. »

Dis comme ça, on pouvait te prendre pour un superficiel, alors que non. Si tu l'aimais, c'était parce que malgré ta façon de te coller à lui ne l'avait pas fait fuir. Que sa présence était devenu indispensable. Comme une bouteille d'oxygène dans ta vie si étouffante. Tu es amoureux de cet homme. Il souriait, se mettant devant son amant et le conduisait rapidement au buffet. Il avait faim aussi. Puis il ne laissait pas d'une spécialité typiquement anglaise et sorcière. La tarte à la mélasse. Il la gardait pour son dessert. Se servant généreusement en nourriture. S'il y bien une chose que l'on sait c'est qu'un loup ça mange beaucoup. Tu en prenais pour lui. Il piquerait dans assiette, tu piquerait dans la sienne.

« Il refaudra danser tous les deux... »

En t'approchant de son oreille, tu glisse d'un ton pervers léger.

« Et la suite ne tiendra à toi. Surtout ça se passe en privé... »

Et tu emportais une cuisse de dinde. Avant de la mordre à pleines dents.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 22

Date d'inscription : 23/12/2016

Feat : Shougo Makishima

Double Compte : N/C

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
02.02.17 11:28


Ookami and Aokami

Yukito retira rapidement ses pieds, quand il sentit les doigts chatouillés par son amant. La plant de ses pieds avait été toujours sensible aux chatouilles depuis son enfance. Cependant, s’il retirait rapidement ses pieds, c’était surtout du faite qu’à force de marcher pieds nues, on sentait les crevures sur celle-ci, lier aux longues marches dans la forêt ou dans les bâtiments. Si au début, la honte montait en lui, il la chassa rapidement en voyant son sourire. Il s’approcha de lui, prêt à l’embrasser, quand celui-ci lui répondit :

« Oui, mais y aller pieds nus risque de gêner. Je vais te porter, mon prince aux cheveux de neige. À moins que je dois te frayer un chemin... Le porté sera pour plus tard, ne pense même pas y échapper. Vu comment tu as émoustillé mon intérêt pour toi. »

Le rouge lui monta rapidement aux oreilles et il s’arrêta net. L’idée naquit en lui, quand il sut ce qui lui sera réservé.

« Je préfère que tu me frayes un chemin, pour l’instant. »

Il se voyait mal porter devant tout le monde, cela aurait apporté un regard vers eux, sans le moindre doute. Si Ikuto avait oublié l’étiquette du : « soyons modeste en public », ce n’était pas encore son cas et on le classait directement dans la catégorie des timides. Cependant, savoir qu’il aura une deuxième soirée entre eux, rien qu’entre lui et Ikuto raviva sa flemme. Et à cette idée, le potentiel Serpy aurait bien bloqué une victime derrière les longs rideaux de la salle pour un baiser langoureux et possessif.

En direction du buffet, Yukito se tenait derrière son chevalier servant. Il se tenait tout prêt de lui, si prêt qu’il lui soufflait sur la nuque avec délice avant de se jeter sur les plats, remplissant toute une assiette de plats typiquement étrangère – quoique c’était lui l’étranger. Depuis son arrivée au sol britannique, il avait appris à vivre une autre vie. Il dévora presque à pleines dents sa première nourriture. Ikuto lui prit une mini-tartelette qu’il avait mise de coté pour la fin, en vengeance, il lui prit sa nourriture préférée et l’engloutit avant de sourire avec délectation.

« D’accord. Mais j’aimerais le faire pieds nus cette fois... » répondit-il au tac au tac.

Ikuto approcha ses lèvres de son oreille et ses mots l’arrêtèrent irrémédiablement. Il comprit ses sous-entendus qui concernaient ces chaussures. Un sourire de défi naquit sur ses lèvres. Il s’approcha d’Ikuto, prit son bras qui tenait la cuisse de dinde et la leva en l’air. Il s’approcha de son amant jusqu’à le coller. Il regretta presque la présence de ces masques, obligatoire, qui cachait la beauté de son amant.

« Tu seras mon dessert final », lui chuchota-t-il à l’oreille.

Il préleva un morceau de dinde avant de relâcher la pression, qu’il trouva excellente. Puis, il prit une cuisse de dinde à son tour et croqua dessus.

« Je remettrais tes chaussures. »


Layout by Ninquelote - canalgraph
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
02.02.17 20:46

Gardant ton sourire, tu aimais ce jeu entre lui et toi. Tu étais sa proie consentante. Et à lui tourner en bourrique comme ça, il révélerait son côté qui ferait rougir un vert et argent. Comme tu avais hâte de le revoir. Bien qu'il te surprenait souvent. Et c'était toi le plus foufou d'un point de vue extérieur. Amusé qu'il prenne ton dessert, ce n’était pas lui qui le priverait de ce plaisir. La vengeance était un plat qui se mangeait froid, si froid qu'il en brûlerait. Tu avais l'eau à la bouche. Alors par surprise, il te prenait un morceau de ta cuisse de dinde, son côté loup aimait la viande. Oui, un carnivore. Comme la plupart des prédateurs. Toi, l'homme omnivore, tu repasserais ta main dans ses cheveux. Te rappelant qu'il avait cette chose qui aurait pu te dévorer. Pour preuve, ses mots sur son dessert te faisais rire doucement et pétiller tes yeux d'envie. Il remettrait ses chaussures. Tu étais fier d'avoir réussi à lui faire promettre de le refaire. Il savait à quel point tu pouvais être maniaque. Au point qu'à la fin de ta classe, tu nettoyais derrière tes élèves, avec des sorts bien entendu. Un vrai pro du sort manéger. L'homme que tu aimes est la source principale du bordel qui règne dans ton appartement alloué à ta place d'enseignant. Tu roules des yeux. Tu manges, tu aurais besoin d'énergie pour le suivre, mais aussi pour regarder les autres. Ceux que tu avais du choqué. Mais tu avais vraiment rien à faire. Tu grignotais, observant les tenues. La tienne n'était pas faite pour être discrète. Loin des robes réglementaires que tu te forçais à porter pour être un peu au sérieux. Bon, ton cours était ponctué de rire. Tu étais de ces enseignants qui trouvait que le jeu était un bon moyen d'apprendre. Beau coup d'eux devait te féliciter de cette initiative.

« Ce n'est que la pause avant que l'actionne reprenne... »

Tu mordais un fruit. Il avait ce truc, c'était lui ton cavalier, mais tu ne peux t'empêcher de t'inquiéter pour les jeunes sans partenaires. Tu voulais les accompagner un peu. Pourtant, le quitter te ferait mal.

« J'ai de la peine pour ceux qui sont seuls... »

Il devait comprendre ton empathie face à ces personnes, tu avais été si longtemps seul. Tu le serrais contre toi. Tu ne voulais plus ressentir ce vide immense qui s'était fait en toi. Celui que tu comblais de sa présence, de ses défauts, de ses qualité et de ces instants où il disait que tu étais son tout. Ce qui te rendait tout chose, faisait rater un battement de ton cœur et tu finissais toujours par l'embrasser. Tu déposais un simple baiser sur sa joue. Tu avais besoin plus que jamais besoin de lui. Tes élèves comme instrument de torture.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 22

Date d'inscription : 23/12/2016

Feat : Shougo Makishima

Double Compte : N/C

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
06.02.17 11:07


Ookami and Aokami

Un sourire se dessina sur son visage en voyant l’approbation de son amant. Ikuto savait pertinemment que Jaydan ne supportait pas de mettre ses chaussures, c’était comme un grand pas vers la civilisation. Mais ce pas sera vite reculé dès le lendemain. Ce détail n’avait pas toujours été présent auprès du sorcier albinos. À Mahoutokoro, durant la première partie de sa scolarité, il faisait comme tout le monde : porter des chaussures. Il les retirait seulement pour se promener chez lui, et profiter de la froideur du parquet et carrelage froid. Cependant, il commença à ne plus les porter à partir de quinze ans. Jaydan se souvint que ses professeurs l’avaient réprimandé également. Et l’élève avait fait le sourd d’oreille. C’était un changement radical, juste après ses vacances et qu’un changement de couleur sur sa robe de sorcier s’effectua. C’était à son premier cours depuis qu’il devint un loup-garou lors des vacances scolaires. Si Jaydan refusait d’offrir la raison, c’était parce que le jeune homme avait découvert les joies, et les douleurs, de sentir la terre sous ses pieds. Sa transformation en lycanthrope l’avait poussé à voir le monde différemment, d’un œil nouveau en somme. C’était son oncle qui lui avait imposé au début, pour le pousser à avancer malgré la douleur. Depuis, il prenait simplement le plaisir de cet exercice, remarquant le changement des textures à chacun de ses pas.

Lui et Ikuto étaient bien voyants avec vos tenues. Le regard de son amant scrutant l’assemblé lui fit comprendre que le japonais. Les Britanniques n’avaient pas les mêmes coutumes que son pays natal. Ils s’habillaient plus somptueusement, luxueusement pour certains, c’était loin de la coupe vestimentaire élaborée et au motif chatoyant par ses congénères.

L’optique de reprendre la danse, avec Ikuto, lui plaisait. Tant que c’était avec lui, il pourrait même danser toute la nuit avec des poses de ce genre. Et Jaydan savait qu’Ikuto pensait comme lui. Cependant, il vit une lueur de tristesse venir vers le sorcier japonais. Il ne lui fallut pas longtemps pour le prendre dans ses bras, le rassurant par sa présence. La solitude, s’il le supportait bien, ce n’était pas la même chose pour sa moitié. D’ailleurs, c’était la vue de cette souffrance qui l’avait attiré, le pousser à être son ami, car à cette époque, il pensait que ça serait une relation sans complication. Un mensonge ! Mais il vivait convenablement avec ce fils rouge qui s’était tissé au fil des jours.

« Ai. Si tu le souhaites, on pourrait leur offrir une danse d’espoir. »

En réalité, Jaydan ne voulait pas danser ni pousser Ikuto à se séparer de lui. Tout ce qui désirait, c’était le garder égoïstement contre lui, l’embrasser après ses baisers, lui prouver à nouveau qu’il était son unique oxygène, sa raison de vivre. Il poussa son amant à le regarder dans les yeux, le poussant à oublier le reste.

« C’est remonté loin dans le passé, mais parfois ça doit être si proche pour toi. Je suis avec toi et je le resterais jusqu’à la fin de mes jours. Plus jamais la solitude ne viendra frapper à ta porte. Je te l’avais promis, j’ai même quitté mon oncle, ma vie sur un coup de tête pour toi et si je devais remonter le temps pour refaire ce choix, je le referais volontiers, autant de fois qu’il faut pour respirer. »



Layout by Ninquelote - canalgraph
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
16.02.17 9:34

Tu le gardais égoïstement pour toi tout seul. Même si ta moitié proposait de s’occuper de ces gens trop seuls. Te séparer de lui n’était pas une priorité. Loin de là. Tu le serrais, tu avais besoin de sentir son corps près du tien, tu suffoquais. Regarder les gens était tout sauf une bonne idée. Il te rassurait, le ton de sa voix rend ta respiration moins difficile. Les mots qu’ils prononçaient étaient vrai, cette situation faisait partie de son passé. Tu n’étais plus concerné par ce qui arrivait à ces gens seuls. Pourtant, une part de ton être voulait les sauver. Comme toi tu l’avais été. Ton indécision rend tes gestes plus difficiles, tu mettais sa main sur sa joue. Tu lui souriais. Il ne serait jamais loin de toi. Jamais, même si physiquement c’était le cas. Tu embrassais sa joue.

« Merci, Ai. J’avais besoin de l’entendre. Bien qu’une part de moi veuille danser avec eux, histoire de les sauver, Me séparer de toi me semble insurmontable. Car il y a d’autres duos ou couple que nous deux. Il suffit de voir ces deux demoiselles, ou encore cette demoiselle et ce jeune garçon. Nous ne sommes pas si originaux que ça, ici. Alors, je rester avec toi semble un bon plan. Même si ça fait de moi un homme cruel. Tu m’influences, Ai. Tu t’en rends compte du pouvoir que tu as entre tes mains ? »

Tu riais un peu avant de poser ton regard sur ses yeux, le masque lui donnait un air mystique, dépassant tout ce que la magie pouvait créer. Il était pourtant assez simple dans la forme, tu posais ton doigt dessus doucement traçant sa courbe. Avant de le retirer de cet endroit, un sourire sur ton visage. Ensorcelant, digne de tout ce tu avais pu lire tout ce temps sur l’amour, dans les films que tu avis vu. En bien mieux. C’était bien de regarder une histoire, la vivre la rendait intense, bien tu étais du genre à te plonger dans le scénario, si ce dernier arrivait à te tirer de ton monde empli de magie, pour le compléter d’une autre sorte de magie. Tu y étais soumis, comme à cette ambiance, ou la bonne humeur pouvait côtoyer la tristesse. Tu lache un soupir. Tu as beau lui avoir dit ne pas vouloir danser avec ces jeunes. Tu regrettes les danses traditionnelles qui se font en groupe. Comme celle dans certains festivals japonais.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 22

Date d'inscription : 23/12/2016

Feat : Shougo Makishima

Double Compte : N/C

avatar





Re: Ookami and Aokami [Pv Jaydan]
27.02.17 11:30


Ookami and Aokami

Les paroles d’Ikuto portaient une magie différente que celle habituelle. Sans formule magique, et avec de simples mots, il suffisait à apporter une chaleur doucereuse et un plaisir insoupçonné. En y goûtant, il était difficile au sorcier de s’en détacher. Ikuto était sa moitié, sa raison de vivre. Il ne voyait pas vivre sans lui, et cette idée l’avait traversé une fois. Ce fut une horreur.

Tout avait commencé quand son amant lui avait annoncé un déménagement en Angleterre, en pleine après-midi. Sa voix trahissait son déchirement, notamment parce qu’il savait que Yukito était profondément attaché à la coutume et à sa vie de l’époque. Bien évidemment, le lycanthrope avait eu pour projet de visite le pays natal de son père et de son oncle. Mais y vivre, il en doutait. Une légère période de doute et d’éloignement s’était installée en eux. Conscient du mal rongeant son amour, il devait s’éloigner de lui et réfléchir. Malgré l’invitation, c’était une importante décision, qui bouleversera son existence tout entière. Le jour du départ d’Ikuto, Yukito avait eu un déchirement : s’il laissait Ikuto partir sans lui, plus jamais il n’aurait la chance de l’avoir à ses côtés ; vivre cette magie si particulière entre eux. Ce fut sous la précipitation, et le peu de vêtements que Yukito le rejoignit. Les retrouvailles avec sa moitié de cœur l’avaient poussé à l’embrasser encore et encore tout en renouvelant ses vœux d’amours. Les rappels de ses promesses pouvaient sonner soûlant et répétitif, mais, le dire constamment lui permettait de le renouveler et prouver à tel point qu’il l’aime.

Autour d’eux, les couples dansaient. De tous horizons et de sexes, ils se fondaient parfaitement dans le décor. La légèreté s’empara de lui, à la pensée qu’Ikuto préféra de rester avec lui plutôt qu’un autre. C’était peut-être égoïste de sa part, mais cela le soulageait que sa moitié reste collée à lui.

« Tu sais bien que c’est également le cas pour moi. Ikuto, tu n’es pas cruel ni insensible. Je n’ai jamais vu quelqu’un aussi sensible. La preuve, tu penses à ceux qui sont seuls. Si tu n’avais pas croisé ma vie, ce jour-là, je serais devenu comme les autres lycanthropes. J’aurai vécu en autarcie auprès de « ma famille ». Ikuto, toi aussi, tu as un pouvoir puissant sur moi et tu m’as rendu dépendant de toi. »

Yukito posa son assiette sur la table et l’approcha de lui, le prenant dans ses bras. Les rougeurs naquirent sur ses joues quand son opposé passa ses longs doigts sur sa joue. Il leva sa main et caressa légèrement le bas de sa joue. Dans un sourire partagé, il oublia presque où ils se situaient. Ce masque lui donnait un air mystérieux, imprenable. C’était comme un défi de s’approcher, une invitation à le dévorer. Sa main glissa vers l’arrière du crâne et il l’obligea d’approcher son visage vers le sien. Sans le prévenir, il le dévora d’un baiser brûlant et possessif. Sa main caressa la manche, avant de s’emparer de l’assiette de son partenaire et la poser à ses côtés.

Ikuto lui répétait sans cesse qu’il l’influençait. Ses mots, ses gestes, son rire le faisaient tourner. Rien que pour le centre de son monde, il soulèverait des montagnes. Chaque ordre clairement défini, ou caché, seront mis à exécution. Rien ne sera laissé au hasard – ou presque – entre eux. En même temps, il lui faisait comprendre que personne n’obtiendrait le privilège de son cœur et de son corps. Tout lui appartenait et s’il laissait Ikuto vivre de son côté, ce dernier lui revenait. L’échange du baiser continua jusqu’à en perdre l’air. L’idée de le renverser jaillissait dans son esprit comme une évidence. La lueur d’étincelle dans ses yeux trahissait ses pensées perverses. La conclusion de cette soirée n’était plus qu’une chimère. D’ailleurs, ses lèvres susurrèrent sensuellement à l’oreille d’Ikuto son désir de ne faire qu’un avec lui.

La musique changea, un nouveau slow romantique parvint à eux. À regret, Yukito s’éloigna de lui et présenta sa main pour l’aider à se relever.

« Mon cher prince, veuillez-vous danser à nouveau avec moi ? »

Suite à cette action, Yukito s’amusa à imiter les hommes britanniques dans un baiser solennel et tendre sur les doigts. Il l’entraîna sur la piste de danse. Il approcha sa moitié contre lui, le tenant fermement contre lui pour lui faire comprendre qu’il lui appartenait et qu’aucune échappatoire n’était tolérée. Dans cette foule, Yukito posa sa tête sur le cou d’Ikuto, soufflant chaudement sur son cou. C’était le début de la soirée, mais il comptait bien réchauffer l’atmosphère entre eux, au grand regret de son partenaire. Surtout qu’il en profitait pour lui déposer un suçon à la base de son cou.

« Ai. Je t’aime, annonça-t-il en descendant ses mains un peu plus bas de sa taille. »



Layout by Ninquelote - canalgraph
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Ailleurs :: Londres :: Le Château d'Hiver-
Sauter vers: