Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]


Partagez | 
 

 J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard & Hibou


Messages : 52

Date d'inscription : 14/01/2017

Double Compte : Oscar/Winnie/Cae

avatar





J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]
25.01.17 23:32

j’ai pas l’temps
Je me demande pourquoi le temps existe. Le temps est un concept abstrait qui est, mais qui n’apparaît pas. Ou alors indirectement. Le temps défile, silencieux qu’il est et même si tu cherches à le retenir et bien il te prend une à une tes secondes. Les minutes quand il devient plus gourmand et plus tu cherches à le retenir, plus il file. Les heures après, mais ça c’est quand il devient plus avare et même s’il semble plus long et qu’il te fait penser qu’une heure est une poussière de plus dans une existence, tu te rends compte qu’il te reste plus qu’une heure pour rentre ton fichu devoir d’histoire de la magie.

Le temps est aussi un bâtard qui te fait vieillir et qui t rend moche. (Tous autant que vous êtes et même moi.) Alors bien sûr au début il est sympa. T’es bébé, fripé, chauve et en plus braillard. BREF, personne te supporte. Mais voilà, plus le temps il passe, plus tu deviens acceptable parce qu’il te fait grandir. Parce que soudainement t’as des cheveux, tu peux ne plus pisser au lit si ça te chante, tu peux t’habiller et même communiquer. C’est tout de suite agréable pour tout le monde. Seulement voilà. Nouveau palier atteint, bim, adolescence dans ta face. t’as rien demandé à personne TANT PIS POUR TOI ! Boom acné, boom les règles, boom les poils, boom tes hormones, HELLO WORLD TA VIE DEVIENS TRES NULLE. Mais bon ça c’est parce que tu sais pas comme moi qu’il existe des potions efficaces contre l’acné et que tu peux conserver une peau parfaite. Mais tu commences à le cerner ce fdp de temps. Hein. Alors bien sûr on m’a dit que je vais grandir ce sera mieux et tout et que si ça se trouve je vais me retrouver avec du c peut-être du d pour les seins si je suis sage et que je mange bien ma soupe le soir, mais je le vois venir direct avec ses ridules et ses cheveux blancs. On se fait enfler direct, il suffit qu’on naisse et bim on devient l’esclave du temps.

Moi j’étais tranquillement en train de dormir quand soudainement je me suis réveillée. Encore un peu dans les vapes. Quand je me lève habituellement y’a personne de debout. Tout le monde dors parce que j’ai besoin d’un siècle dans la salle de bain – je suis pas très vive le matin – pour me préparer. Sauf que là… Y’a un truc qui va pas, clairement. Je me suis penchée pour regarder si ma voisine du dessous était toujours au lit et j’ai bien failli mourir un peu à cause de ça, mais bon passons les acrobaties et les beuglements indignés d’une fille accrochées tant bien que mal à son lit et qui essaie de redresser sa robe de nuit qui lui tombe sur les yeux pour arriver à une conclusion. Je suis foutrement en retard. *Fichtrement me corrigeraient mes parents, mais ils sont pas dans ma tête et je peux dire ce que je veux. Donc quand j’ai finir de « faillir » de mourir suspendue dans le vide – c’est relou d’être moi souvent en fait – je me suis précipitée quatre à quatre – littéralement je descendais les barreaux par quatre – je me suis ruée vers la file de demoiselles qui s’agglutinaient vers la salle de bain. J’ai poussé tout le monde avec mes épaules et je suis passée, je sais pas trop comment en fait. Je me suis préparée comme j’ai pu, mais autant dire que j’ai pas eu le temps pour le fond de teint et tout le bordel. À peine pour le crayon et le mascara et le rouge à lèvres. Mes cheveux j’ai abandonné en fait et je les ai attaché sur le côté et je suis partie à demie habillée, mes stilettos aux pieds. En essayant d’enfiler le reste en chemin parce que lol il paraît que j’ai cours avec Monsieur De Ghulle et il risque de me scalper vivante si j’arrive pas à l’heure -même si je crois que je suis dans le déni complet et que je suis déjà plus qu’en retard et j’ai tellement faim tu peux pas imaginer à quel point – et personne ne veut que ça arrive. Putain c’est compliqué un peu d’enfiler une robe de sorcier en courant. Je m’arrête deux secondes pour pouvoir émerger ma tête qui est coincée dans le col depuis trop longtemps et j’essaie de reprendre mon souffle pour geindre :

 « Je l’ai mis à l’envers en plus. » Et me voilà condamné à recommencer. Je vais me faire scalper.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]
26.01.17 17:21


T'as pas l'temps
Concentré, Randy, concentré. Tu fronces les sourcils, comme si ta vie en dépendait, comme si tu allais faire exploser quelque chose. Tu te mords la langue, et tu lances. « BUT ! » Le t-shirt atterrit dans le panier à linge sale. Tu sautes de joie, comme un joueur de Quidditch qui vient de marquer un point, le poing en l'air. Oui. Un joueur de Quidditch ne peut pas littéralement sauter de joie quand il marque un but. Ça pourrait être...dangereux. « Hey Randy, ferme-là. On essaye de dormir ? » Tu te retournes vers la voix et avec un grand sourire, fait mine de fermer une fermeture éclair sur ta bouche. Un pouce levé vers la personne qui venait de parler. Idiot heureux. Tu t'avances, avec toutes les précautions nécessaires pour ne pas faire de bruit, vers le miroir qu'est dans la salle de bain, pas trop loin de là. Y'a encore personne. T'aimes bien, toi, te lever en premier, être tranquille pour te laver, te brosser les dents. T'aimes bien, toi, rester dans la salle commune et voir les gens passer pour aller prendre leur petit déjeuner, les uns après les autres, comme dans une fourmilière bien huilé. Enfin. Une fourmilière qui fonctionne bien. Pas huilé, bien sûr. Qui aurait l'idée d'aller huilé une fourmilière. Pauvres fourmis ! Elles ont pas demandées à être huilés. Pourquoi quelqu'un irait huiler des être vivants voulant pas être huilés, c'est ridicule. Et puis, ce serait sadique en plus de ça. Oui. Tu poses ta tête sur le rebord du canapé, et tu penses. Aux fourmis. Et à tout ces sadiques qui s'amusent à les écraser, ou à les huiler, qui sait. Tu comprends ceux qui ont peur des fourmis, à la rigueur, bon, ils ont une once de justification. Mais y'a ceux qui peuvent pas justifier. Qui disent juste : c'était drôle. Oh euh. Si tu pouvais les transformer en fourmis et les faire vivre comme les pauvres êtres vivants qu'ils blessent. Pauvres, pauvres fourmis.

« Randy. »

Et puis, y'a pas que les fourmis, quand t'y penses. Y'a tellement d'êtres vivants qui sont incompris de la population et qui sont blessés par des ignorants. Oui, ce matin, tu es dans un mode plus ou moins ami de la nature. Un peu hippie.

« Randy. »

Les araignées par exemple. Ou, ou les. Euh. Les. Euh. Bon, les araignées, c'est différent, oui. Les araignées, c'est réellement dangereux. Pas tout le temps mais... Les cousins. Tiens oui, les cousins par exemple. Les cousins, ils peuvent pas faire de mal. Ils sont moches, oui. Ils font peur, un peu. Mais ils sont inoffensifs.

« RANDY ! »

Tu tournes la tête vers la voix qui vient de répéter ton prénom trois fois et tu souris. Oh, c'est une fille, plus jeune que toi, beaucoup plus jeune.

« C'est ton prénom, pas vrai ? »

T'hôches la tête. Tu lui souris. Qu'est-ce qu'elle te veut, la gamine ? T'aimes bien toi, quand les gens viennent te parler le matin, quand tu regardes les gens aller manger. Et elle, du coup, t'as décidé que tu l'aimais bien. Et elle te propose que vous alliez prendre votre petit déjeuner ensemble, parce qu'elle a quelque chose à te dire, d'important, parait-il. Tout est important d'après toi, tant que quelqu'un pense que ça l'est. C'est que ça l'est. Oui. La journée des fourmis par exemple, t'es pas sûr que ça existe. Mais tu te dis que si ça existe, y'a bien quelqu'un qui doit trouver ça important dans le monde. Du coup, c'est important. Quoique disent les mauvaises langues, ceux qui huilent les fourmilières. Au petit déjeuner, elle te parle, de cette chose, importante. Et c'est important pour toi aussi, parce qu'elle te parle du bal. Elle te demande pas de l'accompagner, non, c'est plus étrange que ça. Elle te demande d'accompagner sa sœur. Et toi, t'as pas de partenaire. Tu lui aurais bien demandé, à Louise. Mais faut dire ce qu'il est, jamais t'aurais osé. C'est Louise. Louise. Jamais t'aurais amassé assez de courage pour allez la voir et lui demander. Jamais. Jamais. Jamais. Tu croques dans un bout de pain, et la gamine se lève, part probablement pour son premier cours. Toi aussi, tu devrais. Mais avant, tu vas demander à la fille, la sœur. Comme ça, ce sera fait. Et si elle dit non, sa gentille formidable sœur aura le temps de lui trouver un autre partenaire. C'est gentil de sa part, que tu penses, de penser à sa sœur comme ça. C'est formidable. Si seulement toi aussi, t'avais une sœur comme ça. Parce que t'en as une, de sœur. Mais elle est pas comme ça. Sinon, t'aurais déjà une partenaire. C'est pas le cas. Toi, ta sœur, elle t'aide pas. En fait, ta sœur, tu l'emmerdes, un peu. M'enfin faut dire la vérité, Randy, t'emmerdes pas mal de monde. Tu prends un bout de brioche, juste au cas où t'aurais faim pendant un cours, tu le gardes à la main, et tu pars à sa recherche, à la sœur. Honey, elle s'appelle. C'est beau Honey comme prénom. C'est comme les abeilles. Oui, les abeilles. Les abeilles, c'est comme les fourmis, si tu les déranges pas, elles te blessent pas. C'est pour ça que tu supportes pas quand les ours essayent de voler du miel aux abeilles. Pauvres abeilles. Et tu la vois, pas loin de toi. T'as été dans une grande partie du château pour la chercher grâce à la description de sa sœur. Du coup, t'es déjà en retard en vrai. Mais c'est pas grave, au moins, ce sera fait, oui. Donc, tu la vois, Honey. Et elle est belle. C'est pas Louise. Mais elle est belle. Mais pour toi, y'a peu de personnes qui le sont pas, beaux. T'es quelqu'un qui voit difficilement les défaut­s, qu'ils soient physiques ou pas. Tu t'approches d'elle, elle a l'air de pas s'en sortir avec quelque chose. Il te faut pas longtemps pour te rendre compte qu'elle avait mis sa robe de sorcier à l'envers. Tu l'entends même le dire, qu'elle l'a mise à l'envers. Alors en tant que, toi. Fidèle à toi même, tu t'approches et tu souris.

« Salut, oui, ta robe est à l'envers, c'est bizarre, pourquoi tu l'as mis à l'envers ? Pourquoi pas la mettre directement à l'endroit? C'est simple non ? Bref, tu viendrais au bal avec moi ? Oh, t'as pas mis ta robe à l'envers parce que t'es en retard ? Mince, c'est vrai moi aussi je le suis, mais c'est pas grave, mon premier cours est pas important, et le tien ? Tu voudrais venir au bal avec moi ? »

Tu continues de sourire. Parce que c'est toi. Et que t'es bien le seul à pouvoir demander à une fille de t'accompagner au bal alors que t'es : en retard, qu'elle aussi probablement, que t'as un bout de brioche à la main, et un sourire tellement débile qu'il pourrait te faire passer pour un gamin de deux ans.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard & Hibou


Messages : 52

Date d'inscription : 14/01/2017

Double Compte : Oscar/Winnie/Cae

avatar





Re: J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]
28.01.17 1:54

j’ai pas l’temps
Je souffle sur la mèche qui ne devrait pas se retrouver devant mes yeux si j’avais pris le temps ce matin de me coiffer. Sauf que là. C’est la catastrophe. Je ressemble à rien. Je suis en retard. Ma robe est à l’envers. Et quelqu’un vient de me le faire remarquer, je suis sur le point de répliquer quelque chose de cinglant, mais il continue de poser des questions. Trop de questions en fait, mon esprit n’arrive pas vraiment à suivre – alors c’est ça l’effet que je fais aux gens – je le regarde, les yeux grands ouverts, figée un peu, quand je crois qu’il m’invite au bal. Et qu’il est en retard. Et qu’il me met vraiment en retard aussi nom d’une gargouille !

 « Q- Hein ?»

J’essaie de l’interrompre entre deux questions parce qu’il me semble bien qu’il m’a invité au bal, mais il ne me laisse en placer une. Je tape du pied un peu excédée, en plus il nous met en retard. Et il vient m’inviter quand je suis excessivement, totalement, incroyablement moche. À peine coiffée. Maquillée. Insignifiante. Et en plus, ma robe est à l’envers. Il termine sa tirade. J’entrouvre la bouche. Il sourit. Je me redresse, fronçant les sourcils. Il a un morceau de brioche dans les mains.

 « Pardon, mais. T’es qui ?? » Ce qui était important à dire avant d’inviter quelqu’un, quelque part. Je pince les lèvres. Soudainement méfiante. Peut-être qu’il est désespéré et qu’il espère que je vais accepter parce que je suis son dernier recours ??? Ce qui serait un peu insultant. Et triste. Et un peu mignon aussi. Mais pourquoi est-ce qu’il me regarde comme ça ? Je minaude un peu ? Coince une mèche de cheveux derrière mon oreille et mes doigts se tortillent.  « Ermmm... », je commence, en baissant la tête, un sourire sur la bouche… Liseron et lilas dans le ventre…


Puis quand j’ouvre les yeux et que je tombe nez à nez avec l’étiquette de ma robe je dis :  « Merlin ! J’ai l’air d’une cruche comme ça ! » Je m’empresse d’enlever ma robe et je la remets à l’endroit, prestement, attrapant le morceau de brioche dans son autre main. Il faut que je me ressaisisse ! Je n’allais pas me laisser avoir par un joli sourire ! Et puis, même, si je me fais avoir c’est qu’il faut que je fasse d’autant plus attention :  « Bon. C’est pas touT CA... MAIS JE SUIS EN RETARD. ET JE VAIS MOURIR TRES BIENTOT. » J’élève la voix, crescendo, la panique me gagnant un peu et je me remets à courir-marcher, rapidement. J’enfourne un morceau de brioche dans ma bouche, plus ou moins inconsciemment et ce n’est seulement qu’à l’autre bout du couloir que je me rends compte qu’il me suit.

 « WTF dud- » Puis, là, uniquement là, je me rends finalement compte que, c’est moi qui suit accrochée bêtement, mes ongles citrons fichés dans sa peau. Comprenant soudainement qu’il pouvait toujours hurler que j’ai essayé de le kidnapper je le relâche et je m’exclame : « Gargouilles !! Je suis désolée, je voulais pas te traîner… Qu’est-ce que tu voulais déjà ?? Raaaah j’ai pas le temps. Je dois y aller. Et vite parce que j’ai le cours le plus mortel de ce fichu château. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]
29.01.17 13:19


T'as pas l'temps
Regarde Randy, fais attention, regarde. Tu l'as énervée. Si tu énerves les gens en leur demandant d'aller au bal avec toi, c'est normal qu'ils refusent. Tu devrais te taire peut-être. Oui, ça semble une bonne idée, pas vrai ? Alors souris juste, et arrête de parler. Aller, tais-toi, et écoute là. Écoute ce qu'elle a à dire, la belle Honey. Sa robe est toujours à l'envers, mais c'est pas grave, hein. Toi, t'aimes bien les gens décalés. Même ceux qui sont pas censé l'être, mais qui le sont, malgré eux. Et là, dans l'immédiat, elle a l'air décalée Honey. Ça t'étonne de l'avoir jamais vu dans les couloirs, et tu te demandes comment ça se fait. Peut-être que son visage, il est différent en général. Peut-être que normalement, elle est encore plus belle, moins naturellement. C'est dommage, de pas laisser faire la nature, de vouloir se rendre mieux grâce à des moyens tout sauf naturels. Tu te dis que la nature, elle fait des choses tellement merveilleuses. La nature, elle vous a construit vous, les humains, la nature, elle a construit des êtres qui peuvent penser, inventer. Qui peuvent faire de la magie. Qui peuvent décider de croire ou non en une entité supérieur, en la magie aussi. Et toi, tu trouves ça beau.

« Pardon, mais. T’es qui ?? »

Et toi, tu continues à sourire. Randy. Toi, t'es Randy. Tu te demandes comment c'est possible que des gens te connaissent pas. Enfin, tu fais parler de toi quand même. Souvent. Pas souvent en bien. Tu comprends pas. Même les premières années te connaissent. Comment c'est possible, qu'elle, elle te connaisse pas. Et puis, sa petite sœur, elle te connaît elle. D'ailleurs, tu t'étais pas posé la question avant, mais pourquoi toi. Pourquoi elle t'a demandé à toi, Randy Fitch, d'accompagner sa sœur au bal, c'est pas normal. Tu comprends pas. Tu l'entends, elle continue, à faire des trucs de son côté. Mais toi, toi, tu réfléchis. Parce que c'est pas normal. C'est bizarre. Et tu te dis qu'il y a peut-être quelque chose là dessous. Et t'es pas sûr de vouloir savoir quoi. Après, peut-être aussi que c'est juste qu'elle te trouve sympa, sa sœur, et qu'elle pense que tu devrais y aller avec Honey, parce que t'es sympa. Oui. C'est probablement pour ça qu'elle t'a demandé. Obligé c'est pour ça. Oui.

« Merlin ! J’ai l’air d’une cruche comme ça ! »

Elle attendait probablement ta réponse. Tu lui as jamais répondu. Elle sait toujours pas qui tu es. Manifestement, quelque chose de plus important retient son attention. Sa robe. C'est sympa de mettre sa robe à l'envers. Tu penses qu'avant d'aller en cours, peut-être que tu la mettras à l'envers, juste pour rire. Oui. Ça sera marrant. Tu le feras. Mais avant, avant tout ça, tu dois lui demander, à Honey. Et en soit, tu l'as déjà fait, tu lui as demandé. Probablement qu'elle a juste pas entendu. Peut-être qu'elle pense juste à autre chose. A remettre sa robe à l'endroit. Ou à pas être en retard. Mais toi, tu comprends pas. Après tout, être en retard, c'est pas si grave que ça, si ? Pas pour toi. En tout cas, pas pour toi, non. Toi, si t'arrives en retard, les profs ils sont contents : ils ont pu commencer leur cours tranquillement au moins. Et puis ils préfèrent que t'arrives en retard que mal habillé. Tu souris malicieusement, parce que ce matin, ils auront les deux. Et ça va faire rire tout le monde. Et tu seras content d'avoir fait rire tout le monde, c'est bien de faire rire les gens. Tu sens ta main se vider, celle avec la brioche, et tu fronces les sourcils. Tu regardes Honey, elle a le bout de brioche dans sa main.

« Euh... »

Mais elle réagit pas, elle continue sur sa lancée et parle, crie, à la fin même.

« Bon. C’est pas touT CA... MAIS JE SUIS EN RETARD. ET JE VAIS MOURIR TRES BIENTOT. »

Mourir ? Pourquoi ? Quelle mauvaise et sombre façon de penser et de dire les choses ? Pourquoi est-ce qu'elle mourrait ? Elle a aucune raison de mourir, pas vrai ? Toi, t'aimerais pas que tout le monde vivent indéfiniment, parce que la vie, elle est belle parce qu'elle est pas éternelle. Mais t'aimerais pas que tout le monde meurent jeune. T'aimerais que personne meure jeune. Parce que personne ne mérite de mourir jeune. Personne. Tout le monde mérite de vivre au moins jusqu'à 95 ans. Parce que comme ça, tout le monde à le temps de vivre tout ce qu'ils veulent vivre. Tu fais la moue, mais t'as pas le temps de plus réfléchir à quoique ce soit que tu te sens traîné, obligé de courir vers un endroit qui est encore plus opposé à ton cours. Tu lèves la tête, tu vois qu'elle croque dans TA brioche. Méchante. Pas bien. Elle avait cas prendre le temps de manger. Namého. En plus, elle te fait mal. Ses ongles, ils sont trop longs pour sa sécurité, et manifestement, aussi pour celle des autres. Les autres, étant dans cette situation, toi. Elle s'arrête, enfin.

« WTF dud- »

Parce qu'elle va dire que c'est de ta faute aussi ? Tu la regardes, un peu déphasé, un peu blasé. Un peu étonné. Mais toujours souriant. Parce que c'est toi.

« Gargouilles !! Je suis désolée, je voulais pas te traîner… Qu’est-ce que tu voulais déjà ?? Raaaah j’ai pas le temps. Je dois y aller. Et vite parce que j’ai le cours le plus mortel de ce fichu château. »

Tu rigoles doucement. Tu te moques pas, tu rigoles juste parce qu'à réagir comme ça, elle te rappelle le lapin blanc d'Alice. Celui qu'est toujours en retard. Tu souris, la regarde. Elle est belle, Honey. Et même si elle a mangé ton bout de brioche, tu l'aimes bien. Elle a l'air gentille. Et puis, elle sait s'excuser. Y'a beaucoup de gens qui savent pas s'excuser. Oui. T'as décidé que tu l'aimerais bien, Honey.

« Randy. Randy Fitch. Mon nom. Bal, je voulais t'inviter au bal. Désolée pour le retard. »

Pour le retard que tu lui engendres, oui. Pour le retard de pas lui avoir demandé avant. Parce qu'Honey, elle est belle. Et que tu regrettes de pas lui avoir demandé plus tôt.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard & Hibou


Messages : 52

Date d'inscription : 14/01/2017

Double Compte : Oscar/Winnie/Cae

avatar





Re: J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]
31.01.17 20:18

j’ai pas l’temps
Il me dit son nom, j’ouvre de grands yeux. Son nom ne me dis rien. Ou peut-être que si. Bambi m’en a déjà parlé, rapidement. Je m’approche et je saisie entre mes doigts délicat sa cravate. Un lion, du rouge et de l’or. Oui, sans aucun doute, il appartenait aux gryffondors. Ce devait être Bambi, parce qu’elle s’imagine qu’elle peut se mêler de mes affaires et que ça me dérangera pas. Alors que je suis totalement capable de me trouver un partenaire. Et bon, d’accord, il reste pas beaucoup de temps. D’accord. C’est vrai que j’ai pas encore trouvé personne à qui demander. Et peut-être que finalement lui aussi. Et qu’il ne vient que parce que Bambi lui a demandé. Et ce n’est pas réellement sa faute. Peut-être que de toute façon il vaut mieux être un choix par défaut que rien du tout. Du lierre sur le mur, un trèfle qu’on oublie et piétine.


Alors je relâche sa cravate et je lui tends la main pour me présenter moi aussi. Je trouve que ça fait beaucoup trop formel, mais je suis quand même un peu intimidé.

 « Enchantée, Randy. Moi on m’appelle Honey, mais je préfère qu’on m’appelle Beverly. » Surtout les inconnus qui par définition me sont étranger. Je fixe ses cheveux et d’une main pensive vais remettre une mèche de ses cheveux qui trône sur son front. Ils sont blonds ses cheveux et il a de la chance qu’il ne soit pas terne.

Je glisse mes deux mains derrière mon dos, rapidement, quand je me dis que je me suis trop attardée sur ses cheveux. Je prends une mine plus sérieuse et penche la tête en avant.

 « Ne t’en fais pas. Tu n’es pas particulièrement en retard. Personne ne m’a invité au bal. » Je déclare en haussant les épaules, en essayant de ne pas en paraître affectée, mais je sais que je suis tout sauf capable de cacher ce genre de chose. Je reprends plus joyeusement :  « C’est Bambi qui t’a demandé de m’inviter ?  Bambi est une première année, tu devrais la connaître ? » Ou pas. Moi je ne connais que les noms de ceux qui me tapent dans l’oeil un beau jour et je finis par les oublier quand je rature leur nom.

Quand je remarque mon immobilité je me remets à marcher et l’invite à en faire de même.  « On pourra parler en marchant. » Ou marcher en parlant, c’est la même chose.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]
31.01.17 22:12


T'as pas l'temps
Toi, tu pensais que tout le monde te connaissait. Tu pensais que les gens à Poudlard, au moins, ils connaissaient ton prénom. Mais sa réaction, à Honey, sa tête, elle montre pas ça. Ses yeux écarquillés. Peut-être qu'elle, elle te connaît pas au final. T'es étonné. Mais c'est pas grave, qu'elle te connaisse pas. C'est pas important. D'ailleurs, à bien y penser, c'est peut-être mieux qu'elle te connaisse pas si tu veux qu'elle accepte d'aller au bal avec toi. Parce que plus le temps passe, plus tu t'approches du moment du bal, plus tu te dis que peut-être, le problème, c'est que les autres, ils te connaissaient. Et peut-être qu'ils avaient la frousse que tu te ramènes au bal en fée. Ce qu'au final, tu promets pas de pas faire. Un bal digne de soit a toujours besoin d'une princesse. Et qui dit princesse, dit marraine la bonne fée. Fée. Voilà. Bravo, Randy. Tu t'es trouvé une excuse pour être ridicule une fois de plus. Oui, heureusement qu'il ne te tue pas, ce ridicule. Tu serais mort. Plusieurs fois. Un peu tous les jours. Plusieurs fois par jour. Concentres-toi. Essaye de comprendre, toi, pourquoi elle s'approche. Et pourquoi elle choppe ta cravate. Mais tu t'en fous, parce que ta cravate, t'en es fier toi. De tes couleurs aussi, oui, t'en es fier de tes couleurs. Rouge et or. Non seulement t'es fier d'être un Gryffondor, mais en plus, en toute partialité, le rouge et l'or, c'est les meilleurs couleurs du monde. Totalement partialement. Oui. Des fois, t'es blasé de toi-même. Oui, parfois. Rarement. Mais parfois. Elle la regarde, ta cravate, elle l’observe. Tu commences à te demander si toi aussi, t'as pas mis un truc à l'envers.

Et elle la lâche, au bout d'un instant, ta cravate. Et tu souris. Et automatiquement, tu la remets droite. Pas que t'en aies quelque chose à faire, non. C'est une habitude. Toi, qu'elle soit tordue, ta cravate, sincèrement, tu t'en fous. Déjà que des fois, tu la mets pas, alors que lorsque tu la mettes, elle soit tordue. Mouais. Sans aucune importance. En même temps, heureusement que quand tu la mets pas, tu la mets pas. Parce que quand tu la mets pas, c'est que t'es pas en robe de sorcier. C'est que t'es déguisé. En fée. Ou en...autre chose. Et une cravate au dessus d'un costume de fée, même avec la meilleure des volontés, ça fait pas stylé. La belle Honey, elle te tend ensuite la main, comme si elle voulait que tu la lui sers. Alors tu le fais. Et elle se présente.

« Enchantée, Randy. Moi on m’appelle Honey, mais je préfère qu’on m’appelle Beverly. »

La première année, elle aurait pu te le dire, ça. Qu'elle aimait pas être appelée Honey. Sauf que toi, t'aimes bien ce prénom, Honey. Donc tu l’appelleras Beverly, mais quand tu penseras à elle, tu sais que tu penseras à elle en tant qu'Honey. Belle Honey. La belle et jolie Honey, oui. Et puis, sortie de nulle part, sa main. Dans tes cheveux. C'est pas déplaisant, non, loin de là. T'as juste la peur totalement irrationnelle que Louise voit ça. Même si, au final, elle en aurait probablement, sûrement, rien à faire. Probablement qu'elle te reconnaîtrait même pas. Probablement que même si c'était le cas, elle en aurait rien à faire, oui. Donc du coup, tu décides plutôt de profiter de ce moment agréable. Et elle remet une mèche de tes cheveux loin de ton front, et tu penses, pendant une fraction de secondes, que ça sert à rien, que cette mèche de cheveux, elle retombera dans quelques secondes. Mais pour un inexpérimenté comme toi dans le domaine des filles, tu dois bien t'avouer que c'est pas désagréable, les mains douces de quelqu'un dans tes cheveux. Et elle arrête. Trop vite tu penses. Et elle met ses mains derrière son dos. Et elle parle encore.

« Ne t’en fais pas. Tu n’es pas particulièrement en retard. Personne ne m’a invité au bal. »

Et toi, tu voudrais prendre une de ses mains et la reposer de nouveau sur tes cheveux, mais tu le fais pas. Parce que pour une des premières fois, Randy, t'as du rouge sur les joues, un peu. Et c'est nouveau. Et c'est étrange. Et désagréable. Et tu sais pas comment réagir face à ça. Et tu comprends ce qu'elle vient de dire. Et tu la crois pas, c'est impossible. Y'a forcément quelqu'un qui l'a invité avant toi. Forcément. Oui. Elle est belle alors... Mais t'arrêtes de penser. Parce que la beauté que tu vois chez elle, elle est différente maintenant, et t'aimes pas ça.

« C’est Bambi qui t’a demandé de m’inviter ?  Bambi est une première année, tu devrais la connaître ? »

Sa sœur. Probablement. Bambi, ça doit être sa sœur. C'est un beau prénom, Bambi. Elle a bien une tête à s'appeler Bambi, sa sœur. Alors tu souris, tu hoches la tête. T'oses pas vraiment trop parler. C'est à cause d'elle, et de sa main. T'aimes pas ça. T'aimes pas ça du tout. Personne est censé pouvoir te réduire au silence. Pire, personne n'est censé pouvoir t'empêcher de sourire. Alors t'essayes, de sourire. Et t'y arrives. Bien sûr. Parce que tu restes Randy, faut pas abuser. Mais voilà, y'a un truc qu'a changé.

« On pourra parler en marchant. »

Et tu vois qu'elle marche, et tu la suis. Et tu finis par marcher à côté d'elle. Et tu sais pas quoi faire de tes mains, alors machinalement, tu prends la mèche des cheveux qu'elle a remis en place tout à l'heure, et tu la tortilles. Approximativement. Tu peux pas retrouver exactement la mèche de cheveux, mais tu sais qu'elle est pas loin. Et tu marches, un peu en sautillant, mais pas trop quand même. Et tu souris. Et quand tu lui parles, t'essayes de le faire avec une joie enjoué :

« Ouais, c'est ta petite Bambi, c'est ça ? Oui, elle m'a demandé ça ce matin. Elle est mimi comme tout. C'est gentil de sa part de..tu vois ? De m'avoir demandé de te demander. Mais en fait, je pense que si je t'avais vu plus tôt dans le château, je t'aurais demandé quand même. Parce que t'es belle. Mais beaucoup de personnes sont belles, sauf qu'elles le savent pas. Et toi, t'es juste belle. Mais je sais pas si tu le sais ou pas. On va au bal ensemble, du coup ? »

Et ta voix, c'est celle d'un gamin innocent qui ne comprend pas ce qu'il dit. Parce que c'est ce qu'il en est. Tu comprends pas ce que tu dis. Tu comprends juste qu'elle, elle est belle différemment des autres. Pas comme Louise. Mais pas comme les autres non plus.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant Contre les Dragons à Poudlard & Hibou


Messages : 52

Date d'inscription : 14/01/2017

Double Compte : Oscar/Winnie/Cae

avatar





Re: J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]
13.02.17 21:36

j’ai pas l’temps
C’est différent. Différent de se dire et d’entendre quelqu’un dire : tu es belle. Avec tellement d’innocence sur la bouche que ça ne semble pas irréel. Que ça ne semble pas feint. Alors je m’arrête une fois de trop. Une fois de plus. Et je m’arrêterai encore parce qu’il parle beaucoup et que parfois les informations se perdent avant que je ne puisse intégrer. Je penche la tête et le considère avant de poser mon index sur sa bouche. Sa bouche qui esquisse et qui ignore tout en sachant. Il a des œillets sur le coin des lèvres, mais il ne semble même pas s’en apercevoir. C’est ainsi qu’ils sont, ignorant de leur propre reflet.

Je me tiens devant lui stoïque, d’un coup j’enlève mon index pour attraper sa main. J’évite son regard et son visage pour nouer silencieusement mon petit doigt avec le sien.  « C’est une promesse ? » Je demande et je pose mon front contre le sien pour mieux voir dans ses yeux ses intentions.  « Parce que j’en mourrai de honte si je devais rester seule devant le château d’hiver. » Et je ne dis jamais de parole en l’air. L’humiliation serait trop grande.

 « Est-ce que tu peux promettre que tu viendras ? Et qu’on s’y amusera ? » Je demande, en chuchotant un peu trop, mais je crois que la perspective de l’ennuyer là-bas me terrifie un peu. Comme ses trop grands yeux et son ton candide. C’est comme le reflet déformé de ma lâcheté qui exprimer courage et si on pouvait tresser des couronnes de feuilles de chêne alors elles trôneraient toutes sur ses cheveux d’or.

Mais moi je ne sais rien faire de courageux alors je me contente de tresser du lierre. Je recule de quelques pas et je remets mes deux mains dans mon dos.  « Si tu peux le promettre alors j’irai. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]
18.02.17 14:37


T'as pas l'temps
Honey, elle a de beaux cheveux, t’aimes bien ses cheveux. Honey, elle a de beaux yeux aussi. Honey, elle est gentille aussi. Honey, elle veut pas être en retard, et ça, c’est honorable de sa part. A Honey. Et son doigt, Honey, posé sur tes lèvres, il est doux aussi. Donc toi, tu profites de ce contact. Et pour la première fois de ta vie, Randy, tu rougis. Tu le vois pas arriver lorsqu’elle l’enlève, son doigt, de tes lèvres. Tu t’attends pas à ce qu’elle te prenne le petit doigt et qu’elle l’enferme dans le sien. Non, tu t’y attends vraiment, vraiment pas. Non. Parce que toi, t’es ce garçon qu’est censé prendre l’initiative de ce genre de trucs un peu trop pour les enfants. Un peu pas pour vous normalement. Alors forcément oui, tu souris. Parce que tu te dis que c’est bien, si tu vas au bal avec elle, t’iras au bal avec quelqu’un qui te gardera en enfance. Alors toi aussi, par réflexe, et parce que tu connais ce geste par coeur, tu sers ton petit doigt au sien.

C’est une promesse ?

T’allais hocher la tête toi, Randy. Mais t’y arrives pas, tu peux pas le faire. Physiquement, tu peux plus. Parce que t’as son front, à Honey, qui touche le tien. Et tu déglutis. Parce que même pour toi, ce contact est étrange. Tu comprends pas son utilité. Et t’es obligé de la regarder dans les yeux, du coup. Pas que ça te dérange, non. Après tout, Honey, elle a de beaux yeux. Mais elle est proche, très proche. C’est la première fille à être aussi proche de toi. Oui. Et c’est étrange. Et pendant un instant, t’espères que Louise, elle passera pas par là à ce moment. Parce que tu voudrais pas qu’elle te voit dans cette situation, Louise. Mais tu penses pas qu’elle sera là. Enfin… T’espères pas, vraiment pas.

Parce que j’en mourrai de honte si je devais rester seule devant le château d’hiver.

Tu voudrais t’empresser de secouer la tête négativement, de lui dire que bien sûre que non, tu la laisseras pas seule. Parce que t’as tellement cherché, toi aussi, à avoir quelqu’un pour y aller. C’est pas pour l’abandonner, non. Mais t’oses pas, non. Parce que toi, Randy, t’as tendance à parer un peu trop fort, tout le temps. Mais que là, elle est trop près de toi, Honey, et que si tu lui réponds, ça… Tu sais pas, ça va casser quelque chose, la bulle dans laquelle elle vous a placer. Et tu vas possiblement lui casser les tympans aussi. Elle, elle chuchote, et t’aimerais bien savoir chuchoter comme elle. Parce que toi, quand tu chuchotes, tu chuchotes jamais vraiment. Quand tu chuchotes, tout le monde entend. Parce que t’as jamais appris à parler sans utiliser de voix. Et que tu saurais toujours pas le faire.

Est-ce que tu peux promettre que tu viendras ? Et qu’on s’y amusera ?

Tu déglutis de nouveau, et tu tapes du pied, légèrement. Parce que t’es frustré Randy. T’as envie de lui répondre, à Honey, qu’elle a pas à s’en faire. Que tu t’occuperas bien d’elle, oui, sûr. Que vous vous amuserez comme deux gamins. Même si, tout d’un coup, l’idée de danser avec elle, elle te fait un peu peur, sans trop savoir pourquoi. Du coup, quand, enfin, elle se recule, t’as l’impression de pouvoir respirer de nouveau, ça fait du bien, oui.

Si tu peux le promettre alors j’irai.

T’hoches la tête, tu la secoues négativement, et tu la hoches de nouveau. Et tu dois avoir l’air d’un fou. Mais c’est juste que t’as tout retenu, tout ce qu’elle t’a dit, et t’aimerais pouvoir répondre à tout, avec des milliers de mots. T’aimerais pouvoir lui dire, oui, que vous vous amuserez, parce qu’il y a aucune raison que ce soit pas le cas, et parce que t’es Randy, et que tu trouves toujours un moyen de t’amuser. Que t’y seras, que tu l’abandonneras pas, parce que de toute façon, tu serais bête de pas prendre cette opportunité. Que tu serais stupide de pas l’accompagner au bal, elle, Honey, elle qui est si belle. T’aimerais pouvoir parler beaucoup, lui dire tout ça, et très fort. Parce que c’est comme ça que t’agis Randy. Et tu la regardes, et cette fois, c’est toi qui plonge tes yeux dans les siens. Et comme une sorte de mimétisme, tu joins tes mains dans ton dos, toi aussi. Et tu te penches un peu. Juste le haut du corps. Comme un salut un peu. Et tu sais pas ce qu’il t’arrive, Randy.

Je te le promets.

Et ça, Randy, c’est pas toi. Et de le vivre, c’est comme si tu le regardais de loin, que c’était une scène de film. Et c’est...étrange. Parce que Honey, elle ressemble beaucoup à une princesse, et toi, de loin, lui faisant une révérence digne des plus grands aristocrates, juste ta tête relevée vers elle, tes yeux dans les siens, tu ressembles pas à un clown. Mais un peu à un prince de conte de fée.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: J'ai pas l'temps (mon esprit glisse ailleurs) •• [Randoudou]

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 4°-
Sauter vers: