Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













[FLASHBACK] J'ai besoin de toi comme d'une infirmière, que tu répares ma tête et mes sentiments qui fonctionnent plus bien (fairbae) - Page 2

Partagez | 
 

 [FLASHBACK] J'ai besoin de toi comme d'une infirmière, que tu répares ma tête et mes sentiments qui fonctionnent plus bien (fairbae)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 24

Date d'inscription : 30/01/2017

Feat : hazuki kei - irl : henrik holm

Crédits : © bermudes.

Double Compte : randy

avatar





Re: [FLASHBACK] J'ai besoin de toi comme d'une infirmière, que tu répares ma tête et mes sentiments qui fonctionnent plus bien (fairbae)
04.02.17 20:36







fairbae


Ta main, elle s’agrippe à la base de ses cheveux, et ta main, elle caresse doucement sa nuque. Et ton geste, il est tellement contradictoire. Tellement. Mais toi, tu t’en fous. Parce que de toute façon, entre vous, la logique, c’est pas quelque chose d’évident, jamais. Voir, même, c’est plutôt rare. Toi, t’as un problème avec sa nuque, depuis le début. A Londres, la première fois que tu l’as vu, il te tournait le dos, et toi, tu voyais pas grand chose, juste la forme de son dos, sa posture, et cette nuque, dégagée. Et tu te souviens que ouais, t’avais bugué toi, sur cette nuque. Tu t’étais dit que la nuque, peut importe à qui elle appartenait, t’aimerais bien, un jour, y poser tes doigts. Pourquoi pas. Et c’était arrivé. Tu l’avais rencontré, le même jour. Un peu plus tard. C’était l’après-midi. Les bons Anglais prenaient le thé de l’après midi. Toi, non. Toi, t’étais juste assis, sur les escaliers devant chez toi, et tu regardais au loin, les yeux dans le vide. Et merde, t’avais le profil d’une star Hollywoodienne dans une mauvaise comédie romantique. Mais voilà, t’aimais pas l’ambiance que ta mère, elle instaurait pendant ces moments là. Tout était silencieux, et le seul bruit, c’était celui de l’eau aromatisée tombant dans les tasses en porcelaine. T’es tellement heureux de plus avoir à faire ça. Jamais. Et lui, manifestement, il avait séché ses obligations, aussi. Ou peut-être que dans sa famille, y’en avait pas, t’obligations. Et il était passé à côté de toi, et il t’avait pas vu. Mais toi, tu l’avais regardé marché, et t’avais vu sa nuque. Et oui, oui, tu l’avais reconnu. Alors ouais, tu t’étais levé, un peu précipitamment, et t’avais dévalé les escaliers. Et t’avais marché assez rapidement pour le rattraper. Et t’étais arrivé à côté de lui, et tu lui avais souris.

Et voilà que ça arrive de nouveau. Ce sourire. Cette fois, juste, il est caché, un peu. Il est bouffé par vos lèvres attachées. Voilà que lui, il est là, que toi, tu es face à lui, que vos corps se touchent presque, mais que les points de contacts important entre vous sont vos lèvres, tes mains, sa nuque, ses mains, et ton corps. Et tes lèvres, elles sont pas, non, tendres, c’est sûr. Non, tes lèvres, elles sont violentes, elles demandent quelque chose, toi même, tu comprends pas trop quoi. Et tu sais pas trop si Bae, lui, il comprend. Peut-être qu’il comprend pas non plus. Parce que ouais, t’as remarqué que des fois, toi, tu contrôles plus rien. Et t’es pas dans sa tête à Bae, donc tu sais pas si pour lui, tout est contrôlé, ou pas. Mais pour toi, la plupart du temps, dès qu’un contact est amorcé, tu fais plus rien. T’es plus aux manettes de ton propre corps. Ton corps, il se contrôle, tout seul. Et il s’en sort très bien. Après tout, tu le laisserais probablement pas faire s’il se mettait à lui mettre des claques, à ton Bae. Mais quand il s’agit de baisers, de caresses et de ta putain de main sur sa nuque, ah oui, là, non, y’a aucun soucis, tu passes les reines. Et tu contrôles plus. A ce niveau là, tu te demandes même si oui, tu pourrais reprendre le contrôle de la situation. Mais très sincèrement, non. Absolument pas. Et même si tu pouvais, non, tu voudrais pas. Parce que t’es plus le seul, à embrasser. Non, parce que Bae, il te répond. Il y répond, à ton baiser. Et Bae, il est violent aussi. Aussi violent que toi au moins. Et lui, il mords tes lèvres, et il butine un peu. Et t’as l’impression qu’il prend le plus possible.

Toi, t’as juste envie de lui dire d’en prendre encore plus.

Parce que toi, tu sais que tout lui appartient, à Bae. Depuis Londres. Depuis cette semaine de paradis. Et t’aimerais que ça dure pour toujours, lui butinant tes lèvres, les mordant par moment, toi te laissant faire, un peu subjugué, très submergé. Mais non, il s’arrête, Bae. Et toi, toi, pendant un très court instant, ô, tu le détestes Bae. Parce qu’il a pas le droit de s’arrêter, pas maintenant. Pas après le suçon, pas après ça. Mais Bae, il te regarde, et ce regard, ô, oui ce regard. Il te fait vibrer. Et ce sourire, il t’aide pas à te calmer, non. Et tu sais pas ce qu’il va dire, tu sais pas. Mais tu sais que si ça tenait qu’à toi, tu l’écouterais pas, tu replongerais sur ses lèvres maintenant, tout de suite, sans même attendre une autre seconde. Mais tu le fais pas. Parce que le contact est brisé. Parce que de nouveau, Euan, c’est toi qui tient le contrôle. Un tout petit peu, mais un peu.

juste ça, ça t'as mis dans cet état ? tu dois beaucoup m'aimer, beaucoup.

Et toi, ça te fait froncer les sourcils, ça te fait pencher la tête sur le côté. Et tu réfléchis un peu, pas trop longtemps. Juste tu réponds pas, pendant un instant. Tu continues de le fixer oui. Et il est con, Bae, parce que sa réponse, il l’a, s’il fixe bien tes yeux. Il voit, oui, combien tu l’aimes. Mais tu te dis que c’est Bae, ton Bae. Et que Bae, ton Bae, il mérite une réponse. Claire. Plus ou moins. Alors tu hausses les sourcils, et toi aussi tu souris, un peu en coin. Et tu te dis que s’il veut jouer à t’aguicher, tu peux jouer à l’aguicher. Et que, ouais mon pote, ça marche dans les deux sens. Alors tu attends, encore un tout petit peu. Et tu lèves ta main, et tu la poses sur sa joue. Et merde, c’que c’est délicat. Et votre moment, c’est des montagnes russes, là, maintenant. Parce que vous passez du désir aux sentiments sans jamais vous arrêter. Et que ça te fait tourner la tête, et que t’as peur de plus pouvoir rien contrôler. Pourquoi, tes mots, tu les contrôles. Parfaitement. Et tu les dis avec ce petit air, un peu malicieux, un peu mutin.

T’en doutais ?

Et c’est tout. Et tu fais rien, ô non. Juste ta main, qui caresse sa joue, un peu sous ses yeux, un peu sous son oreille, un peu sur ses lèvres.


dans le bleu de l'absinthe
entre tes os et puis ma chair, entre nos corps et puis nos cœurs, entre ton rire et puis mes pleurs •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 74

Date d'inscription : 29/06/2016

Localisation : #pariscmagik.

Feat : fay - kelpls.

Crédits : evil t.

Double Compte : alizéebb.

avatar





Re: [FLASHBACK] J'ai besoin de toi comme d'une infirmière, que tu répares ma tête et mes sentiments qui fonctionnent plus bien (fairbae)
05.02.17 0:29

ta main est douce sur ma joue mais c'est un relent amer ; car tu te retiens et que j'aimerai tant te voir céder vraiment beaucoup et pourtant tu tiens bon j'aurai aimé que tu recommences à m'embrasser que tu me montres à quel point tu es
f a i b l e
mais tu te retiens j'en suis persuadé et tu cherches toi aussi à me faire céder non non dans tes sourcils levés dans ton putain de sourire en coin et ta question
((non j'en doutais pas))
mais j'aime bien quand tu le dis
quand tu l'avoues
et ta main dit tout ; t'as pas besoin de mots car après cette passion cette tendresse vraiment j'aime beaucoup tout ça cette manière douce puis sauvage puis encore douce et
j'ai besoin de t'avouer car j'aime pas te cacher car j'aime pas (me) cacher derrière des sourires ou des faux trucs avec toi car j'aime j'aime cependant rendre unique ces moments précieux à deux qu'ils occupent tes pensées jusqu'au prochain pour que tu ne t'ennuies jamais (et moi non plus)
alors doucement parce que j'ai un peu honte je baisse mon visage sans chasser ta main et je crois que j'ai les oreilles un peu rouges
non, j'aime juste ta voix et quand tu le dis. j'ai pas le droit ?
c'est niais mais c'est vrai j'arrive pas à me reconnaître vraiment et je cherche un truc à rajouter pour rattraper le pivoine et la déclaration stupide
va pas prendre la grosse tête non plus, c'est juste pour ta belle gueule hein.
non c'est pas vrai
mais tu sais que je ne peux pas être que gentil que je déteste ta main car elle me frissonner que je te déteste un peu car je t'aime mais tu sais que je suis trop addict à ta présence
alors toujours joueur un peu gamin je tente d'attraper avec mes dents un de tes doigts qui passe trop près de ma bouche
infirmière


iris & vega vous êtes très talentueuses je vous aime:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 24

Date d'inscription : 30/01/2017

Feat : hazuki kei - irl : henrik holm

Crédits : © bermudes.

Double Compte : randy

avatar





Re: [FLASHBACK] J'ai besoin de toi comme d'une infirmière, que tu répares ma tête et mes sentiments qui fonctionnent plus bien (fairbae)
06.02.17 13:43







fairbae


Et ta main, et tes doigts, ils continuent à explorer le côté de son visage. son front, en dessous de ses yeux, cet endroit doux qui te fait sourire. Ses joues, ses fossettes aussi, un peu, quand il sourit. Rarement. Mais parfois, elles sont là, un peu. Parce que tout le monde a des fossettes, qu’elles soient visibles ou pas. Le côté de son nez aussi, un peu. Et ses lèvres. Et son menton. Et derrière son oreille. Et t’as attendu ça, toutes ces journées où, non, Bae, tu ne l’as pas vu. Toutes ses journées durant lesquelles, Bae, oui, lui, son corps et son coeur, ils t’ont manqués. Ton Bae, il est devant toi, maintenant. Et tu peux littéralement le toucher. Et ton Bae, il ne va pas partir, pas tout de suite. Et puis toi, t’es pas prêt, encore, à le laisser partir. Tu veux qu’il reste encore un peu, encore plus, encore toujours, avec toi. Tu veux que ton Bae, il puisse passer le plus de temps possible avec toi. Avant la fin. Parce que toutes choses a une fin. Vous, tu veux que votre fin, ce soit vos morts. Mais tu te dis que t’es avide, que t’en veux trop. T’as jamais été envieux de l’amour, t’as toujours été moqueur même. T’as jamais été avide d’avoir ce que les couples, petits couples amoureux avaient. Maintenant, si, tu l’es. Et tu regardes Bae. Et putain, ce qu’il est beau. Et tu soulèves les sourcils, même s’il le voit pas. Parce que c’est un tic un peu bizarre, que t’as. Pas que quand t’es avec lui, mais surtout quand t’es avec lui.

Et ton Bae, il a la tête baissée. Et il a un peu les oreilles rouges, et toi, ça te fait sourire. Parce qu’il est mignon comme ça. Alors tu baisses aussi les yeux, et tu colles tes deux lèvres ensemble pour pas rire un peu. Pas te moquer de lui, non. Mais rire. Quand quand les gens normaux rient devant un chaton ou une vidéo mignonne d’un bébé. Toi, ces vidéos là, elles te font pas rire, non. Elles te font lever un sourcil en mode : “Je pige pas l’intérêt”. Parfois même, elles te dérangent, te dégoûtent. Mais pas Bae. Non. Bae, c’est ton truc qui te fait craquer. Et quand il est gêné. Quand il baisse la tête, qu’il rougit comme ça, qu’il fait son timide, toi, il te pourrait t’achever sur place. Et il parle. Et tu l’écoutes. Et tu enregistres ses paroles, et tu te promets de ne jamais les oublier.

non, j'aime juste ta voix et quand tu le dis. j'ai pas le droit ?

Bien sur que non, qu’il en doutait pas. Il sait que tu l’aimes. Il sait que oui, tu pourrais te prendre une balle pour lui. Oh merde, c’que t’es pitoyable, mon pauvre Euan. Mais ouais, tu pourrais. Et oui, bien sûr, il le sait. Et tu continues, oui, à lui caresser le côté du visage. Parce que ce contact, t’aimerais ne jamais le perdre. Et il rajoute un truc. Et tu te dis que non, ça aurait pas été assez Bae s’il l’avait pas fait. Et ça te fait oui, sourire un peu.

va pas prendre la grosse tête non plus, c'est juste pour ta belle gueule hein.

Et toi tu lâches un petit rire qui te caractérise quand t’es avec lui. Un rire un peu “mais oui bien sûr” et un peu “je sais, je sais”. Tu le crois pas une seconde. Déjà, parce qu’il y a bien des gars dans cette école de monstres qui sont ont une bien plus belle gueule que toi. T’es pas désillusoire là dessus. Et aussi parce que Bae, ou toi, vous seriez pas capable de dire “je t’aime” sincèrement à quelqu’un juste pour une belle gueule non. Parce que déjà pour un être réellement aimé, vous avez du mal. Parce que vous, vous avez du mal avec tout ce qui est sincère et qui peut durer. Toi, parce que tu as peur de blesser. Pas d’être blesser, non. D’ailleurs, Bae, il pourrait te blesser un million de fois que tu continuerais probablement à l’aimer.

C’est triste.

Bae, il te fait sourire aussi par ses actions. Parce qu’il fait ça comme ça, sans réfléchir parfois. Et là, il ouvre la bouche, et il essaye de te chopper un des doigts. Et sincèrement, t’aimerais juste, le laisser faire. Mais tu le fais pas non, parce que t’as une autre idée en tête. Et avec ta main, tes doigts loins de sa bouche, tu l’attires vers toi. Et tu poses ton front contre le sien. Et là oui, tu reposes ta main sur ses lèvres, qu’il l’attrape s’il le veut. Mais avant, tu veux lui dire quelque chose. Toi, à un moment, sans trop savoir quand, tu t’es assez reculé pour te reposer sur le mur où t’étais au début. Et tu l’as assez approché de toi, Bae, pour que l’entièreté de son corps se tienne à quelques millimètres seulement de toi. Et ta main posée sur son visage, ton doigt près de ses lèvres, ton front sur le sien, et tes lèvres à quelques millimètres des siennes à peine, tu chuchotes. Non, cette fois oui, tu susurres presque, murmures.

Hey Bae. Je t’aime.

Et oui, t’approches tes lèvres des siennes, et oui, tes lèvres touchent les siennes. Et c’est si doux. Si amoureux. Que pendant un moment, tu te demandes même si quand t’es avec Bae, tu souffres pas de TDI.


dans le bleu de l'absinthe
entre tes os et puis ma chair, entre nos corps et puis nos cœurs, entre ton rire et puis mes pleurs •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou


Messages : 74

Date d'inscription : 29/06/2016

Localisation : #pariscmagik.

Feat : fay - kelpls.

Crédits : evil t.

Double Compte : alizéebb.

avatar





Re: [FLASHBACK] J'ai besoin de toi comme d'une infirmière, que tu répares ma tête et mes sentiments qui fonctionnent plus bien (fairbae)
07.03.17 18:45

il y'a un plaisir qui fait vriller mon cœur quand je me dis qu'on partage le même air qu'on vit à deux c'est un peu comme si nos poumons travaillaient ensemble je sais pas vraiment l'expliquer tu sais c'est pas descriptible c'est c'est
c'est juste nous
et tu m'empêches de mordiller tes doigts, nos fronts se collent et je reste plongé dans tes yeux je veux plus jamais jamais m'en détacher je veux rester là dans cette putain de salle avec toi et couper court avec le reste de l'univers
j'ai envie de l'envoyer se faire foutre mais je ne peux pas tu ne peux pas non plus on est attachés à nos obligations nos peurs et pourtant tu trouves toujours le moyen de de
de prononcer ces trois mots
et putain qu'est-ce que ça me stimule, ça retourne mon cerveau mes yeux s'écarquillent et tu m'embrasses tendrement et je veux plus je veux toujours plus j'ai envie de te répondre moi aussi mais c'est tellement moche moi aussi ça sonne tellement forcé juste pour répondre et ça ne donne pas l'impression qu'on éprouve qu'on ressent le besoin ce besoin de tout dire de tout tout exprimer à celui celle qu'on aime plus que tout
((toi en l’occurrence pour moi))
alors je détache mes lèvres je cherche à respirer et j'affiche un grand sourire de gamin con c'est sans doute ce que je suis au fond
hey euan. je t'aime.
et voilà je réponds à l'identique mais je suis pas doux moi je suis pas sucré je je je viens te chercher avec beaucoup plus d'empressement je suis dans la passion qu'on n'a pas peur de consumer
je demeure un peu fébrile un peu tremblant je viens murmure contre ta peau parcourant tes lèvres
je t'aime là.
elles descendent drôle de chute dans ton cou à nouveau et je fais frémir mon souffle à nouveau tout contre ton épiderme
là aussi.
je prends ta main et les laisse couler toujours encore dessus
même ici.
avant de finir mon drôle de parcours en réappuyant mes lèvres fermement contre les tiennes


iris & vega vous êtes très talentueuses je vous aime:
 
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Rez-de-Chaussée :: Le Hall-
Sauter vers: