Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Le saule et l'albatros — Cassidy


Partagez | 
 

 Le saule et l'albatros — Cassidy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 22

Date d'inscription : 08/02/2017

Feat : Chelle (OC de Fukari)

Crédits : Zephyrus ♥︎

avatar





Le saule et l'albatros — Cassidy
10.02.17 11:23

Le Saule et l'Albatros
Cassidy & Abigael
La neige tombait doucement. Ephémère elle fondait lentement sur l’herbe pâle.

Les pieds crissant sur le sol froid, une épaisse écharpe tricotée entourant son visage rougit par la température, Abigael se dirigeait à petits pas à l’extrémité du parc. Ici et là, d’autres élèves voguaient également entre les flocons fragiles. C’était le temps parfait. Pas qu’Abi se délectait des températures négatives, non à l’instant elle avait juste envie de se blottir sous sa couette, mais ses observations nécessitaient bien évidemment des variations de température. Et puis le silence était chouette. Elle entendait presque fondre les flocons sur son cuir chevelu. Son sac, du poids d’un dragon mort sur l’épaule, elle arriva à destination. Non loin de la foret interdite, là où poussait certaines plantes magiques dont la jaune et noire s’occupait durant la belle saison, se tenait l’objet de sa visite.

Un arbre. Un arbre à l’air revêche. Un arbre gigantesque d’une beauté sauvage, avec des nœuds parcourant toute sa structure, avec de longues branches avachies par la gravité. Un être majestueux, puissant et plus magique que n’importe quel autre arbre. Il avait la capacité de se défendre seul, de dégager n’importe qui l’importunant. De se mouvoir avec une violence et une certaine grâce qui effraierait n’importe quel élève. Mais plus depuis des années.  L’arbre immobile, à l’air triste, ne semblait plus qu’être un vulgaire saule un peu rabougrit. La première fois qu’Abigael l’avait vu, elle avait été touchée par ce spleen que dégageait l’arbre, vidé de toute énergie. Et depuis, chaque semaine elle lui rendait visite, espérant qu’un jour il daigne lever une de ses branches à sa vue.

« Bonjour. Ça te dérange si je m’assois là ? »

Aucune réaction.

« Aujourd’hui, je vais te lire un peu de poésie si tu le veux bien. J’ai un recueil de poèmes moldu. Je ne sais pas ce qu’il vaut, mais j’ai du temps à fouetter et toi aussi je suppose, alors je me suis dit que c’était une bonne idée de partager ça ensemble. »

En à peu près quatre ans de test sur le saule. Quatre ans à le frapper, à l’insulter, à lui prélever de l’écorce, à le toucher, le câliner, lui parler pour qu’il se réveille, elle en était arrivée à l’apprécier. Elle le considérait un peu comme une sorte de grand-père vénérable dont il fallait s’occuper. Malgré le froid, elle sortit de son sac un petit volume à la couverture abimée et s’assit par terre, s’adossant au vieux saule.

«  Ça s’appelle Les Fleurs du Mal. Ma belle mère pensait que c’était un livre sur les plantes, mais je crois qu’elle s’est trompée. Baudelaire est un poète moldu très connu. Il a vécu il y a longtemps, en France je crois... Je peux commencer ? »

Elle jeta un coup d’œil à l’arbre couvert de neige, puis commença sa lecture.

« Celui là s’appelle  "L’albatros" :

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Elle s'arrêta soudainement. Elle avait entendue l'herbe crisser non loin d'elle.



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 170

Date d'inscription : 23/11/2016

Feat : Chrollo Lucifer de Hunter x Hunter et Timur Simakov

Double Compte : Seth & Sidney Hedger

avatar





Re: Le saule et l'albatros — Cassidy
10.02.17 13:42


feat. Abigael

le saule et l'albatros


Fin d’après midi. Les élèves se précipitaient pour aller prendre leurs douches avant l’heure du dîner. Le soleil n’allait pas tarder à se coucher, créant des dégradés de couleurs chaudes dans le ciel, l’habillant d’un somptueux orange brumeux et d’un rose aussi pastel que la peau d’un bébé. La neige de janvier persistaient à tenir, créant un épais manteau blanc qui recouvrait les jardins extérieurs de Poudlard.

Rongé par l’envie de solitude, tu errais. L’esprit aussi nébuleux que les nuages de l’ether, tes pas enfoncés dans l’épaisse couche de poudreuse trahissaient un itinéraire sans queue ni tête. Par moment tu allais d’un côté, puis revenais sur tes pas, pour finalement t’arrêter devant le saul cogneur. C’était un coin normalement peu fréquenté par le temps actuel, et encore moins à cette heure ci ou tous le monde couraient dans tous les sens pour se préparer à la soirée et au repas du soir.

Mais quelqu’un était là. De dos, tu ne pouvais distinguer sa maison. D’une marche assurée, tu t’approchas de l’élève. Être préfet était presque fatiguant parfois. A chercher de la tranquillité, tu tombais forcément sur des problèmes.
La voix douce mais autoritaire, tu la jaugeas de toute ta carrure.
—   “Qu’est-ce que tu fais là ? Tu n’es pas à ton dortoir pour te laver comme les autres ?”   Maintenant que tu avais pu t’approcher assez pour distinguer son visage, tu t’aperçus qu’elle était de la maison “...Poufsouffle.”   ça t’avait échappé, sans même y réfléchir.

Te râclant la gorge, tu détournas le regard comme si de rien n’était. Sans savoir pourquoi, tu restais planté là à l’observer. Tout dans son comportement et son attitude te piquait de curiosité. Tu avais avidement envie de savoir ce qu’elle foutait là, seule, avec un papier dans la main devant un arbre sans vie. Sans vouloir juger, tu trouvais que les poufsouffles étaient parfois atypiques.
Tu te sentis immédiatement honteux de penser un truc pareil sachant qu’il t’avait été de nombreuses fois reprocher ton implication pour tout ce qui touchait à l’astronomie.

—   “Ce que tu lisais à l’instant, c’est du Beudelère n’est-ce pas ?”   Le français, c’était pas ton truc. Persuadé de l’avoir prononcé correctement pour une fois, tu tentais de rester digne. Priant pour qu’elle ne te reconnaisse pas en tant que Cassidy Hingsley, tu te surpris à trouver cela agréable de parler de rien avec une élève inconnue. Tu en oublias presque sur le coup ton rendez-vous avec Zephyrus le 14 février prochain dans les toilettes des filles qui arrivait bientôt et le fantôme d’Alice qui te hantait encore jour et nuit.




oupsie:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 22

Date d'inscription : 08/02/2017

Feat : Chelle (OC de Fukari)

Crédits : Zephyrus ♥︎

avatar





Re: Le saule et l'albatros — Cassidy
10.02.17 17:27

Le Saule et l'Albatros
Cassidy & Abigael
Elle n’eut pas le temps de voir la personne qui arrivait et sursauta quand il lui adressa la parole.



«Qu’est-ce que tu fais là ? Tu n’es pas à ton dortoir pour te laver comme les autres ? Poufsouffle. »

Abigael sentit ses pommettes s’empourprer. Sa peau de rousse devenue écarlate jusqu’aux oreilles, elle balbutia en regardant le jeune homme qui la dévisageait. C’était un préfet de chez Gryffondor et il semblait très impliqué dans son rôle et statut d’autorité.  Il avait un air sévère et hautain. Détestable. Mais Abigael tenta de passer outre. Juger quelqu’un au premier abord n’était pas son genre, pas comme ce lion apparemment.

« Je lisais tranquillement. » Elle insista sur le dernier mot. Elle n’avait même pas eu le temps de finir son poème et cet individu l’avait surprise. Elle se demanda si il l’avait entendu parler au saule, et puis la jeune femme décida que ce n’était pas important. « Et toi, Gryffondor, tu ne te laves pas ? »  Elle n’avait pas voulu être insolente, elle n’avait que simplement évité la question en la retournant contre lui; En vérité, Abigael ne se lavait qu’une fois tout les quatre jours. La plupart du temps elle oubliait, et puis après tout, cela ne la dérangeait pas d’avoir de la terre sous les ongles.

Le lion l’observait toujours. Elle n’avait pas remarqué qu’il était aussi près. Elle regarda le ciel, les branches de l’arbre, l’horizon rougeoyant, en attendant qu’il parte mais ce n’était apparemment pas son désir. Après avoir combattu son envie de se lever pour se mettre à sa hauteur – ou du moins se sentir moins oppressée – elle l’observa un peu mieux. Il ne semblait pas si terrible que ça finalement, il avait comme elle cet air de celui qui cherche la tranquillité et le silence. Et c’était loupé. Pour eux deux.

« Ce que tu lisais à l’instant, c’est du Beudelère n’est-ce pas ?»

Sa voix semblait plus douce qu’il y a un instant et le regard d’Abigael fondit lui aussi. Sans se rendre compte de l’erreur du gryffondor, elle acquiesça.

«  Oui, tu connais ? Parce-que personnellement je sais juste qu’il est français, pas plus. C’est ma belle-mère qui me l’a donné, seulement elle croyait que c’était un livre de botanique. Mais la poésie, ce n’est pas si mal non plus. »

Et voilà, elle commençait à parler sans discontinuer, si personne ne l’arrêtait elle allait continuer jusqu’à ce que mort s’ensuive. Elle se rendit compte par elle même qu’elle parlait certainement trop aux yeux de l’inconnu et se leva. Elle se frotta vite fait les fesses qui étaient couvertes de neige, et tendit sa main.

« Je m’appelle Abigael, enchantée. Et toi, tu es ? »

La neige ne tombait plus à présent et doucement l’obscurité s’installait, décorant le ciel de couleurs violacées qui se reflétèrent dans les yeux des deux élèves.




© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 170

Date d'inscription : 23/11/2016

Feat : Chrollo Lucifer de Hunter x Hunter et Timur Simakov

Double Compte : Seth & Sidney Hedger

avatar





Re: Le saule et l'albatros — Cassidy
11.02.17 0:01


le saule et l'albatros


Sans savoir pourquoi, tu restais planté là. Comme si une force invisible te chuchotait de ne pas partir, de ne pas t’enfuir. A toutes jambes. Tu l’observais dans tous les angles, avant de te rendre compte que c’était fort impoli. Comme si une poussée d’adrénaline s’était emparé d’elle un fragment de seconde, elle répondit d’un réplique d’un cinglante. Fronçant les sourcils sous l’impulsivité, tu aurais voulu répondre du tac au tac mais tu te pinças la lèvre pour t’en empêcher et rétorqua d’une voix paisible.

“Hm. Je faisais une ronde pour vérifier que tous les élèves étaient bien rentrés.” C’était un mensonge à peine déguisé. En effet, il était bien l’heure de retourner à l’intérieur du château pour se préparer, mais tes intentions étaient toutes autres. Tu t’étais égaré pour réfléchir sans même t’apercevoir du temps qui avait passé.
Un léger sourire étira tes lèvres à son histoire un peu farfelu. Plutôt atypique en effet, mais c’était amusant de constater que les sorciers étaient parfois réellement déconnectés de la réalité moldue.
Tu pouvais en constater autant, car chez certaines familles de sang-pures, y compris la tienne, on avait banni tout ce qui avait un rapport avec ce monde non-magiques. Comme si le moldu en lui même n’était pas pur, sale, grotesque, faible. Dénué d’intérêt.

“Oui, on l’a vaguement étudié en étude des moldus, il y a deux ans. C’est un poète très reconnu. Apparemment c’est plus beau en de le lire en français. Je n’y vois pas d’intérêt sachant que je n’en comprends pas un mot.”

Soudain, tu ne peux retenir un arquement de sourcils en faisant le rapprochement avec la scène que tu avais surpris il y a cinq minutes. Tu la jaugeas d’un faciès sans expression, si ce n’est une légère suspicion circonspecte.

“Pourquoi tu lisais ce poème à cet arbre ?” Te rendant compte que tu lui avais presque coupé la parole, tu attrapas sa main en te pressant de répondre, comme pour te rattraper de ton impolitesse. “Enchanté Abi, je m’appelle Arct.. Cassidy. Cassidy Hingsley.” Mince.




oupsie:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 22

Date d'inscription : 08/02/2017

Feat : Chelle (OC de Fukari)

Crédits : Zephyrus ♥︎

avatar





Re: Le saule et l'albatros — Cassidy
13.02.17 22:39

Le Saule et l'Albatros
Cassidy & Abigael
Même de l’extérieur, la scène ne semblait pas anodine. Deux âmes perdues dans la neige et dans la lumière du couchant, deux personnalités opposées qui entraient en collision sous un arbre mourant.



Abigael frissonna, mais ce n’était pas le froid qui la dérangeait, c’était ces yeux bruns et impénétrables. Elle n’écouta pas le gryffondor parler de poésie française. Elle tenta de comprendre pourquoi il restait là, devant elle, avec cet air curieux qui la déroutait autant qu’il la fascinait.
Le temps s’était arrêté, le soleil s’était figé au bord de la terre, le vent retenait son souffle, la neige chuchotait des mots doux à l’oreille du vieux saule.
Il lui serrait la main, et malgré ses doigts insensibles et frigorifiés, elle sentit la douceur de la peau de quelqu’un qui n'avait pas de corne, qui n’avait jamais travaillé la terre.

C’est un flocon de neige sur son nez qui lui fit prendre conscience de la question de ce Cassidy, qui avait bafouillé juste après en prononçant son nom. Comme si il l’avait oublié. La jeune femme en fut amusée.

« Arctcassidy, c’est un drôle de nom ! » Se moquant gentiment, elle décida de ne pas le vexer tout de suite. La fierté d’un lion était parfois son unique raison d’être.

En rougissant, une fois de plus, et avec un sourire triste, elle décida de répondre, d’une voix aussi douce que la main de Cassidy à sa question pour tenter de faire disparaitre un silence qui pourrait vite devenir gênant.

« Pour répondre à ta question, je ne sais pas trop, c’est un peu stupide dit comme ça, mais j’aimerais réveiller cet arbre. On dit des choses absolument passionnantes sur les saules cogneurs. Savais-tu qu’on en trouve moins d'une dizaine en Grande Bretagne, et on n’a pas encore découvert toutes les propriétés de sa sève et de son écorce. Je suis persuadée que celui-là peut encore nous dévoiler des secrets étonnants. Ça m’attriste beaucoup d'entendre des gens dire que ce n'est plus qu'une ruine, et surtout de le voir mourir à petit feu. C’est pour ça que je lui lis de la poésie. »

Sa voix mourut doucement. Abigael se rendit compte que son discours était décousu et ridicule - similaire à celui d’une enfant de 10 ans. Lire de la poésie pour faire revivre un arbre, c’était complètement stupide. Mais loin de se décourager, elle regarda le saule en tentant de se justifier.

« C’est un peu stupide, mais je tiens énormément à cet arbre. Aussi inutile peut-il paraitre. »

Abigael remonta une mèche de ses cheveux qui lui tombait sur les yeux. Elle se sentait un peu gênée d’avoir raconté ça à une personne dont elle ne connaissait que le nom.

« Tu dois bien avoir, toi aussi, ce genre d’activité que tu discrètes, je suppose. Tout le monde à son jardin secret après tout. »





© Gasmask


Désolée pour le retard, j'espère que tu m'en veux pas troop :3
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 170

Date d'inscription : 23/11/2016

Feat : Chrollo Lucifer de Hunter x Hunter et Timur Simakov

Double Compte : Seth & Sidney Hedger

avatar





Re: Le saule et l'albatros — Cassidy
24.02.17 9:32


le saule et l'albatros


Elle était trop étrange cette fille, digne de la maison Poufsouffle. Une candeur et une douceur égale à la douceur de sa peau. Tu restais perplexe face aux explications qu’elle allait donné mais tu n’allais pas faire mauvaise impression maintenant.
Rougissant face à ta gaffe, tu ne pu que tu reprendre rapidement.

“C’est Cassidy, seulement Cassidy.”

Parler à un arbre, lui chanter des poèmes doucereux pour le réveiller de ses songes nébuleux. Cette élève, aux mèches reflets auburn, était une poésie à elle même. Ses cheveux ondulaient gracieusement au rythme des alexandrins, ses lèvres perlées s’ouvraient d’un art divin. Tu inspires, tu expires. Tu l’écoutes attentivement. Avouer que tu apprends des choses ne flatterait pas ton égo. Mais tu devais bien reconnaître que tu n’y savais rien sur les saules cogneurs, excepté que celui ci est très singulier, car en temps normal ils seraient censé attaquer tout ce qui approche de lui. Et toi et Abigael étiez toujours bien vivants, à chercher du regard un mouvement, un indice.

“Aurais-je devant moi une passionnée de botanique ? Ou seulement de saule cogneur ?”

Un sourire carnassier se dessine sur ton visage. Tu es moqueur, mais bienveillant. Tu ne veux pas l’effrayer, surtout. Tu lèves les yeux au ciel, rajoutant sans attendre :

“Ridicule, n’allons pas jusque là.. Même si je doute fortement d’une quelconque utilité.” Tu restes droit comme un piquet. “Mais bon, je trouve ça mignon.” Ton dos se détend, tu souris à nouveau, mais cette fois ci d’un air presque béat.

Mais sa dernière phrase te fait quelque chose. On a tous un jardin secret. Déjà, son appellation te fait rire : même dans sa manière de s’exprimer, elle garde le champ lexical de la terre, des plantes, des fleurs. Allons allons Cassidy.. toi aussi tu as ton jardin secret. Sauf que c’est un potager galactique, des fleurs étoilées qui viennent grandir pour devenir des comètes.

“Chacun son truc. Je me suis désintéressé de la terre en elle même, je trouve l’espace tellement plus passionnant. Ici tout se meurt.”

OUPS:
 




oupsie:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Le saule et l'albatros — Cassidy

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Extérieur :: Le parc :: Le Saule Cogneur-
Sauter vers: