Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Toujours là pour toi.[PV Siobhan]

Partagez | 
 

 Toujours là pour toi.[PV Siobhan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 34

Date d'inscription : 06/01/2017

Crédits : Alizée <3

Double Compte : Nope

avatar





Toujours là pour toi.[PV Siobhan]
21.02.17 18:42

Il courait à moitié dans les couloirs de Poudlard, percutant plusieurs élèves, indifférent aux cris de colère qu’il pouvait entraîner. Il s’en fichait, complètement. Parce que la situation était urgente, parce qu’il le devait, parce qu’on avait besoin de lui et peu importait l’opinion de personnes dont il ne connaissait même pas le nom quand son amie la plus précieuse avait besoin de lui ; quand sa comparse, sa partner in crime, sa Bonnie platonique,  son deuxième larron, n’allait pas bien du tout, plus rien d’autre ne comptait. Il avait abandonné ses devoirs sans cérémonie, refermant le lourd ouvrage qu’il consultait pour une dissertation : ça pouvait attendre, ce n’était pas pressé et après tout, il n’avait fait à ce moment-là que s’avancer dans ses devoirs. Il avait pour principe de ne pas procrastiner, pour ne pas faire des nuits blanches et prendre le risque de rendre un travail médiocre car fait à la hâte. Mais ça n’avait pas d’importance, ça non plus ; c’était une considération bien secondaire. Rien n’était important ; juste le chemin à prendre pour arriver au plus vite auprès de Siobhan. Il grugeait, prenait des escaliers dérobés ; pour aller plus haut, vers la tour abandonnée. Un lieu calme, peu fréquenté, un peu croulant ; c’était parfait. C’était bien suffisant.

Le cœur du français battait à cent à l’heure, tambourinant contre ses côtes comme s’il avait voulu sortir de sa cage thoracique. Il avait un point de côté, ne prenait pas le temps de bien respirer ; et l’angoisse l’étreignait. Une angoisse terrible. Pourvu qu’il n’arrive rien à Siobhan pendant qu’il courait par la rejoindre…Si elle se blessait, si elle s’évanouissait  - ou tout autre scénario encore plus sombre que ceux –ci -, jamais il ne se le pardonnerait. Il devait faire vite. Cours petit, cours ; et il courait, établissant de nouveaux records de vitesse, glissant sur le sol , faisant des dérapages fantastiques, lancé comme une flèche vers sa cible. Il heurtait les murs aussi, ajoutant d’autres hématomes à sa collection déjà respectable, mais ce n’était pas grave. Tant que la tête n’était pas touchée et qu’il ne faisait pas un malaise, ce n’était pas grave. Lui ne comptait pas, absolument pas. Il arriverait sur les rotules s’il le fallait, ensanglanté, à moitié mort s’il le fallait ; mais il arriverait.


Et enfin il gravissait les escaliers de la tour avec la délicatesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine, faisant sans doute un bruit d’enfer ; mais c’était bien, cela pouvait indiquer à Siobhan qu’il arrivait, qu’il serait bientôt là pour elle, pour l’aider.

« Putain, Sio ! » furent les premiers mots qu’il prononça quand il vit la Gryffondor allongée sur le sol, sans bouger. Comme un cadavre, sauf qu’un cadavre ne respire pas (enfin en théorie).

Alors il se précipita vers elle, tomba à genoux ; et lui prit la main, l’enserrant avec force entre les siennes.

« Je suis là Sio. Je suis là pour toi. »

Toujours là pour toi, toi ma meilleure amie, la personne la plus importante de mon univers.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Les tours :: Tour abandonnée-
Sauter vers: