Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Macabre Alcoolémie ~ Eros - Page 2

Partagez | 
 

 Macabre Alcoolémie ~ Eros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 101

Date d'inscription : 07/01/2017

Feat : Asami Sato - Emeraude Toubia

Crédits : Avalove ♥ + Moi

Double Compte : //

avatar





Re: Macabre Alcoolémie ~ Eros
25.03.17 17:00

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END.
▫ Macabre Alcoolémie▫




Elle a l’impression de voir un enfant pris en faute, un imbécile se rendant compte de ses erreurs. Trop tard .  Bien trop tard. Il aurait dû fuir bien avant, s’échapper au courroux de la dame, à ses explications implacables, à sa logique froide. Fallen ne réfléchit pas avant d’énoncer des vérités amères et tranchantes et elle le poignarde encore et encore à multiples reprises. Si on retrouve son cadavre demain, la gazette pourra dire « mort par ouverture d’esprit ». Elle n’a même pas cherché à savoir s’il avait la capacité de résister au déferlement des verbes. Elle ne cherche jamais de toute manière. Aux jeux de la franchise, elle sera toujours la meilleure et il vient sans douter.
Ses griffes faites de connecteurs logiques, d’adverbes cinglants et de liaisons de glace fendent sa carapace de plume. Finalement le regard bleu dérive loin, loin du reflet verdâtre de Fallen. Eros, c’est un bateau en perdition qui n’a plus de carburant. Et encore, il devrait s’estimer heureux, lui aucun requin ne lui tourne autour attendant sa chute pour festoyer sur son cadavre gorgé d'eau . Il avale le liquide ambré tandis que son visage se transforme. C’est comme un iceberg qui s’effondre. Édifiant. Alors Fallen se tait et Fallen contemple, observe les dégâts qu’elle a causé. Elle a l’impression qu’il va se noyer, à cause des chaines de plomb qui entourent son cœur, qui entourent son âme. Depuis quelque temps, elle a l’impression que le monde autour d’elle ne cesse de s’affaisser. Elle a l’impression que tout se déconstruit pour se remodeler d’une autre manière. Comme si de nouveaux emboîtements se créaient aux fils des jours. Elle se mord la lèvre quand il admet sa défaite.

Avant, elle se serait félicitée, se serait congratulée pour lui avoir ouvert les yeux. Mais il a raison, c’est sa vérité. Et il n’y a rien de glorieux là-dedans. Après tout on parle de cœur brisé. Il finit son verre presque avec violence. Il aurait été capable de vider la bouteille. Juste pour se donner de la contenance. Juste pour retomber les pieds sur terre. Elle souffle sous ses aveux mais ne cherche pas à l’interrompre. Il n’y a pas de savoir ou pas s’aider, de ne pas y arriver. C’est une route, la reconstruction, une route longue, fastidieuse, mêlée de descentes aux enfers et d’effleurement du paradis. Sauf qu’Eros avait posé ses valises bien trop profondément sous terre pour que cela semble acceptable à Fallen.

Elle secoue la tête cette fois-ci. Oh oui, il a raison de rire et un rictus déformé que l’on pourrait associer à un sourire vient fleurir sur le visage de Fallen. Ne pas aider les autres pour s’aider soi-même. Cela revient au même. Vivre derrière un écran de fumé. Et elle réalise. Qu’Eros, pour vivre, pour s’accomplir à besoin de voir les autres réussir. Parce qu’il estime que lui ne peut ou ne doit pas. Elle manque de lui donner une tape sur la tête. Pour l’assommer avec sa bêtise. Elle est presque sûre que ça lui ferrait les pieds. Dieux que les hommes peuvent être stupides parfois. C’est presque stupéfiant. Elle laisse un doigt courir sur le rebord de son verre sale, sa tête appuyée dans la paume de l’autre main, laissant ses cheveux descendre en cascade et épouser les formes de son visage. Elle serre les dents à l’énonciation de Kara. C’est comme planter une nouvelle fois un couteau dans un organe déjà bien fragilisé. Elle sent la voix du jeune s’affaiblir, et sa beauté lui donner l’air d’un ange déchu. Même triste, même accablé, il restait parfait. D’une précellence morbide, presque angoissante, comme les statues des dieux grecs. Figées.

Fallen n’a rien à dire, n’a rien à ajouter. Confirmer ne servira à rien. Il sait qu’elle sait. Elle finit son verre que la serveuse a remplit il y a peu. Cette fois-ci la fatigue commence à se faire sentir lourdement dans ses muscles. Elle passe ses mains sur son visage et tire ses traits pour chasser la fatigue de ses yeux. Elle doit être à son cinquième verre. Pas forcément très raisonnable.  

« Ce que tu aimais chez elle, c’était ce qu’elle représentait ou elle ? Elle en entier ? »

Elle retourne son regard dans celui d’Eros et lui offre un petit sourire réconfortant. Puis soupire.

« Il faut juste que tu grandisse. Y a pas de recette miracle. Grandir, vivre, oublier. C’est comme ça. Mais c’est sûr que si tu restes dans une vision statique et figée de toi, du passé, sans envisager de futur, sans vouloir ne serait-ce qu’y poser la première pierre alors je ne te donne pas cher de ta peau. »

Elle rit un peu, amère.

« Non c’est simple et évident pour personne. C’est comme ça. Soit tu bouges ton cul, sois tu te noies. Et ton bateau commence déjà à prendre l’eau. »







Never let darkness eat your soulI AM A LION WITH DARK HAIR. HIDING BEHIND HEAVY CURTAINS. MY HEART IN TWO BY ROSES TEARED. I WILL FALL INTO A DARKNESS OF BLOOD. (C) LADY



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: Macabre Alcoolémie ~ Eros
25.03.17 19:25


 
 
Ses mots ayant coulé, il a à présent l'impression qu'au fond elle jubile. Il ne l'a regarde plus, mais il sent que son attitude envers lui a changée. Elle avait secoué sa belle crinière, avait sourit. Son doigt courait sur le rebord du verre gris de poussière. Le geste hypnotique, lent, précis, accapara l'attention de jeune homme au point que lorsqu'elle leva le liquide à ses lèvres, il en sursauta presque. Il l'a vit boire le liquide brûlant, déglutir. Elle en était déjà à son quatrième ? Peut-être cinquième verre ? 
Eros s'inquieta. Elle ne devrait pas boire autant. Pourtant ils étaient là pour ça, non ? 
Il secoua la tête à son tour lorsqu'il vit les mains fines de la Dewitte passer sur son visage, tiraillant les traits déjà fatigués. 
Il s'apprêtait à ouvrir la bouche lorsqu'elle le devança. Sa question fusa, douloureuse, puissante. Elle le regardait dans les yeux, chaleureusement. Il ne supporta pas et baissa les yeux. 
Il ne connaissait pas la réponse. Il ne savait pas. Il savait pourtant quelle réponse préférait son cœur, et laquelle était favorisée par la raison. Il se mordit la lèvre, jouant avec l'anneau qui y était planté. Le regard bleu ciel revint dans son esprit et il le détailla comme s'il le découvrait de nouveau. Comme s'il ne l'avait jamais vu auparavant. Ce n'étaient que des yeux bleus avec une flamme de défi brûlante.  
Peut-être que Fallen avait raison. Après tout, rien ne l'avait guidé vers cette fille là en particulier. Pourtant, malheureusement, il savait. 
En première année il croyait encore que les gens pouvaient l'apprécier pour ce qu'il y avait dans sa tête et son cœur. Et il se souvenait que la jolie fille aux cheveux bruns qu'il avait rencontrée à la table de la Grande Salle ce premier jour avait immédiatement succombé à son physique. Ce n'est que jour après jour qu'elle apprit à s'en défaire. 
Il croyait qu'elle avait toujours été sincère. Que lorsqu'elle lui parlait, lui disait comment elle réagissait à sa présence, elle ne mentait pas. Aujourd'hui il ne savait plus. 
Si Fallen avait voulu qu'il donne une vraie réponse, qu'elle lui en aurait laissé le temps, il aurait peut-être pu lui dire que la fille qu'il adorait embêter, qui le laissait jamais toucher ses cheveux, qui le poussait dans les couloirs... Cette fille là, il l'avait aimée. 
Mais cette fille là s'était éprise d'une Sang-Pure et devint une monstruosité.  
Il aimait un mirage, une ombre, un souvenir. Et puis, il aimait aussi l'espoir qu'elle lui avait offert. L'espoir que quelqu'un verrait au-delà de son physique trop avantageux. Espoir qui s'était dissipé avec le temps. Après tout, il est difficile de savoir socialiser correctement quand personne ne s'oppose. Quand il n'y a aucune contrainte, quand c'est facile comme claquer des doigts.  
Les yeux de Eros se posèrent sur Fallen et il se rendit compte à quel point il avait une amie précieuse. Son regard devint chaleureux quelques secondes. Le temps que cette amie précieuse propose les mots exacts qu'avait dit sa mère à plusieurs reprise lorsqu'il refusait d'obéir pour charmer des pauvres vendeuses.  
"Il faut juste que tu grandisses. Tu finiras par comprendre que ton don est précieux. Mais si tu bouges pas ton cul tu ne réussiras rien, tu m'entends ?! Tu seras aussi pitoyable que ton père !" 
Le choc le fit reculer et son souffle se bloqua quelques instants. C'était Fallen. Fallen, pas une vélane d'une petite cinquantaine qui le réprimandait quand il était petit. Son visage se durcit, il reprit lentement son rythme cardiaque en main. S'il n'avait pas aussi peur de devenir comme cette femme qui l'avait porté pendant neuf mois en elle, elle aurait peut-être été son épouvantard. 
Mais elle avait réussi à le rendre effrayé de lui-même. 
Il détourna le visage et vida son verre. Ses traits s'étaient figés et ses mains étaient refermées sur le bord de la table au point que ses phalanges noircies par l'encre des tatouages devenaient blanches. 

"Je te connaissais meilleure conseillère que ça Fallen. Maintenant tu répètes les formules surfaites ? Je te fatigue à ce point ?" 

Il lui lança un regard de défi. Mais au fond il savait qu'elle avait raison. Alors il sourit légèrement. Très faiblement.
Elle en comprenait pas que c'était trop frais. Il était encore trop tôt. Il n'aimait pas trop l'idée de devoir attendre, mais il s'était déjà relevé après le coup. 
Il ne restait plus qu'à faire le pas.

 
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Ailleurs :: Pré-Au-Lard :: Tête de Sanglier-
Sauter vers: