Partagez
 

 Sérieusement, retourne jouer avec les enfants ... [Rosabel Northrop & Matthew Crawley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité


Anonymous





Sérieusement, retourne jouer avec les enfants ... [Rosabel Northrop & Matthew Crawley]
25.04.16 17:57


       

Rosabel Northrop & Matthew Crawley
       

       
Sérieusement, retourne jouer avec les enfants ...

       
Matthew avait toujours adoré l'ambiance chaude de Fleury et Bott. L'odeur des livres reliés en cuir, des pages et de l'encre fraîche l'avait toujours transporté. Il se trouvait à l'étage, enfoncé dans un fauteuil, le dernier exemplaire du  Guide complet des Êtres de l'Eau : langage et coutumes de Dylan Marwood sur les genoux. Les yeux légèrement dans le vagues, il regardait par dessus la barrière de la mezzanine les allés et venues des clients dans la librairie. Un coup d’œil à la pendule lui indiqua qu'il avait déjà passé deux heures à éplucher le dialecte des merrows et les selkies qui peuplaient potentiellement le lac de Poudlard. Il avait décidé de s'y intéresser depuis qu'il s'était mis en tête d'organiser une visite nocturne du lac avec ses élèves.

Le jeune professeur replongea dans la lecture des dialectes aquatiques afin d'apprendre les nuances entre les différents cris et claquements de langue que les sirènes et autres êtres aquatiques faisaient. Ancien auror, il connaissait les rudiments des différents dialectes, mais il lui fallait en savoir assez pour éviter un incident diplomatique. Ou sortir l'un de ses élèves d'une situation délicate. Un accident était si vite arrivé avec ces petites bêtes là. A croire que vivre sous l'eau les avait rendu susceptibles. Et puis, il retrouver le goût sucré de ses années d'études, à rester plongé dans la lecture d'un manuel obscure, à passer ses journées à apprendre et emmagasiner les connaissances. Ça lui avait manqué, lors de ses années au Ministère. Et enseigner à Poudlard lui avait permis d'assouvir les pulsions de son esprit curieux et avide de nouveautés.

Une autre personne le rejoignit sur l'étroite mezzanine. A peine occupée par quelques étagères, ce dernier étage, qui n'en était pas vraiment un, contenait les livres les plus obscures et pointus, mis à l'écart des yeux curieux et des esprits faibles et innocents des premières années de l'école de sorcellerie. Lorsque la jeune fille s'avança vers les rayonnages consacrés aux langues anciennes et aux dialectes oubliés, Matthew la détailla sans se cacher, vieille habitude de chasseur de créatures qui ne l'avait plus quitté. Au moins, il saurait à quoi s'en tenir. La taille haute, la silhouette fine et les traits fins et réguliers, elle était belle. Et très jeune. Qu'est-ce qu'une étudiante foutait à inspecter les étagères spécialisées ? Elle avait du se tromper d'étage, et personne n'était venu lui indiquer les ouvrages pour les étudiants de Poudlard. Il y avait du laissé aller chez Fleury et Bott.

Toujours enfoncé confortablement dans son épais fauteuil, le jeune professeur glissa un de ses doigts bandés à la page du dialecte avancé des selkies et lança à la demoiselle : "Excusez moi, je ne suis pas certain que vous trouviez ce que vous cherchez dans ces rayonnages." Sa voix basse et légèrement moqueuse continua : "Ne se trouvent ici que des ouvrages pour les années d'études supérieures ou spécialisés. Je vous conseille de regarder au premier étage, il doit y avoir des manuels de ..." Son regard détailla une fois de plus le physique et l'attitude snob de la demoiselle. Que pouvait bien avoir choisi comme matière une fille aux attitudes aussi aristocrates et soignées ? Sans doute un truc chiant à mourir. Un truc de gonzesse littéraire et bien pensante voulant sauver la planète grâce à la magie de l'esprit et à l'amour. Un truc à vomir. "... botanique ou de lecture des étoiles."

Il lui lança un léger sourire, rouvrit son livre et se replongea dans la lecture d'un texte décrivant la position de la langue lors de la prononciation de certaines phrases sous-marine. Les illustrations sur le côté étaient ridiculement scientifiques et se voulaient biologiquement respectueuse de la réalité. Du temps perdu. Il allait devoir nager pour apprendre la langue sur le terrain, comme tout ce qu'il avait fait dans sa vie. Relevant le regard de l'épais manuel, il vit le visage de la jeune femme décomposé dans ce qui devait être une expression de colère froide et de haine. Ou alors elle était en train de digérer un truc pas frais. Encore une qui était en train de s'étouffer avec la salade qu'elle avait mangé le midi. Rien ne valait une part de cake au citron. D'ailleurs, il irait bien faire une pause chez Florian Fortarôme.

       
(c) crackle bones

       
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Militant contre les Dragons à Poudlard & Préfète & Sigma


Messages : 234

Date d'inscription : 19/04/2016

Rosabel Northrop





Re: Sérieusement, retourne jouer avec les enfants ... [Rosabel Northrop & Matthew Crawley]
25.04.16 21:23



Sérieusement, retourne jouer avec les enfants...
Rosabel & Matthew
Une porte qui se ferme sous le grelot d’une sonnette, la bourse un peu plus légère, dans une main un sachet de petites souris congelées pour un heureux python, et une paire d’escarpins vernis qui se frayaient habilement un chemin dans la foule. Ni pardon ni hésitation, simplement le tissu noir d’une jupe satinée et bouffante qui se mouvait au grès des robes de sorciers & sorcières pour s’arrêter quelques instants brefs devant plusieurs vitrines. Claquement de talons secs dans les rues encore, impatience et soupirs incontrôlés devant des pieds étrangers qui mettaient trop de temps à s’écarter. Et dans l’air sa voix grave qui énonçait tout un décompte de chiffres rigoureusement notés sur un bout de papier par une plume magique. Ne manquait plus qu’un arrêt à la banque, des finances préoccupantes avait-on dit, peut-être que si vous vendiez un bijou… L’idée saugrenue ! Elle leur serait balayée d’un revers de main, comme le reste, une erreur dans la consultation des comptes décrépis. Mais avant, on ne manquerait pas de passer chez Fleury et Bott. Le rendez-vous des Lettrés. Une pause enfin entre deux rues agitées, échapper à toute cette effervescence de magie.

Bonjour mademoiselle Northrop. Une poignée de main serrée pour l'homme assis derrière son comptoir.  N'avait-il pas après tout déjà vu défiler dans sa boutique deux frères aînés et un cousin, et sans doute une génération au-dessus encore. Et n'avait-il pas pris l'habitude de l'avertir à chacune de ses visites des nouvelles publications ? Naturellement, elle n'avait pas besoin qu'on lui indique le chemin de la mezzanine, ses jambes trottaient toutes seules vers les escaliers, s'arrêtaient d'elles-même au pied de l'étagère qui l'intéressait. Et le talon tapait encore le plancher, incapable de se poser, tandis que ses mains s'emparaient d'un ouvrage oublié sur les hauteurs.    

La voix lui fit relever les yeux du grimoire. Elle tiqua. Retint cependant un commentaire, attendit patiemment qu'il finisse de la jauger puisque c'était, bien évidemment, ce qu'il était en train de faire.
La botanique. Et la lecture des étoiles. La conclusion trop fleur bleue à son goût lui arracha le haussement d'un sourcil avant de finalement lui faire plisser les paupières ; un signe évident d'irritation teinté d'un subtil mélange de mépris et de dédain. Pour la réflexion intempestive dont elle n'était que peu accoutumée, étant d'ordinaire celle qui se permettait ce type de commentaires. Et bien évidemment encore, du personnage. Un simple regard lui permit d'évaluer que, non content d'avoir un fashion style douteux, il était de surcroît d'un mauvais genre. Assurément une mauvaise fréquentation, ma fille.

_ Je vois. Articula-t-elle lentement. Trop lentement. Comme c’est fâcheux, même les sorciers de secondes zones ne savent plus quand ils doivent se taire.

Puis, comme la mezzanine offrait peu de recoins où se dissimuler, et ne souffrant pas plus longtemps de cette vision grotesque ; dire qu'il occupait en plus le meilleur espace du lieu, Rosabel entreprit de lui offrir l'une des plus ravissantes visions qu'il lui serait donné de voir dans toute sa morne existence : toute son élégante silhouette vue de dos.

_ Au déplaisir d'avoir entendu l'horrible son de votre voix.

Ceci étant parfaitement dit, une fine épaule reposa contre une rangée de livres, comme elle s'installait vraisemblablement pour poursuivre sa lecture. N'en déplaise à personne.

Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: