Partagez
 

 Fear Of The Dark (Ethan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

Kieran Nails





Fear Of The Dark (Ethan)
08.05.16 3:20




Fear Of The Dark



J'ai un gros problème.
Un énorme problème même. Cette fois j'étais pas certain que ça allait s'arranger, parce que cette fois, je m'étais perdu dans la foret interdite. J'ai jamais compris pourquoi elle était interdite jusqu'à ce que j'y mette les pieds. Mais pour une fois j'avais une très bonne raison de me trouver là. La meilleur raison du monde. Tout avait commencé dans l’après midi, on avait décidé de voler un peu, après tout si on voulait le faire sur des dragons autant y être à l'aise sur un balais pour commencer. Puis on avait des sorts à tester sur nos capes et le reste pour notre prochaine étape. Le Quidditch c'était plus trop à la mode mais il restait toujours quelques balais dans le matos prêt des vestiaires. Au début c'était juste une petite balade comme ça pour s'habituer au vol, à l'altitude et la vitesse et comprendre comment pouvait agir les sort de lévitation ou de ralentissement des chutes... Au début c'était donc sérieux mais ça c'était rapidement transformé en course débile ou à celui qu'arriverait à faire le plus de pitreries en l'air. C'était amusant, jusqu'à ce que je me rende compte que j'avais paumé mon sac. Quelle idée de prendre mon sac aussi ? Mais il nous fallait bien quelque chose pour tester les sort, et j'avais pas très envie de me jeter dans le vide.

Résulta mon sac était un cobaye parfait. Un cobaye qu'a finit quelque part dans la foret après qu'un Arresto Momentum   ai assez foiré. C'était la merde. On a tenté des Accio sans parvenir à le récupérer, même en tournant au dessus de la zone quelques minutes, rien n'y faisait. Je pouvais pas rester sans mon sac.. Même si Bertie semblait dire que c'était pas grave et que j'aurais cas en racheter un, j'avais beaucoup trop de truc important dedans.. mais pas question d'y foutre les pieds selon lui. Parce qu'il était déjà tard et qu'on allait manquer le dîner, et surtout parce que cette foret était super flippante. Mais c'est pas des argument que je valide. Alors je me suis contenté de faire la gueule en allant ramener les balais. Je lui avait même proposé de ramener le sien pour qu'il puisse partir devant et nous garder de la bouffer, chose qu'il avait accepté, et c'était tans mieux ça me laissait l'occasion de retourner dans la foret discrètement... Il fait à peine nuit, et en plus on a pas volé si loin que ça alors j'allais rapidement le trouver. Gonflé par ce nouvel élan de confiance, je m'étais rendu à la lisière sans la moindre hésitation.

Mais c'est vrais qu'elle fout un peu la frousse cette foret.. surtout au crépuscule comme ça. Sombre, lugubre, parfait pour n'importe quel décore de filme d'horreur avec des créatures hideuses et démoniaques. Bien sur fallait que je pense à ça avant d'y entrer. Sinon c'était pas drôle. C'est fou cette faculté à ce remémorer soudainement tout les filmes d'horreur qu'on a vus quand on ce trouve dans une situation de flippe totale. C'est débile putain ! Mais on le fait tout le temps.. maintenant j'étais certain qu'un truc me suivait dans cette foret. J'avais fais déjà fais quelques mètre en m'éclairant d'un Lumos. Baguette tendu et l’œil au auget. C'était silencieux. Un silence de mort qui n'avait rien de très rassurant, j'en avait des frissons glaciales partout dans le corps. Dans n'importe quel jeu vidéo c'est à ce moment là que quelque chose surgit des ombres pour venir nous sauter dessus. Je m'attendais tellement à voir un Pyramid head débarquer de nul part suivie d'une ou deux hordes de zombies, peut être même un Slender man ou des putain de wendigo dégueulasses..

C'est bon. Je suis au bout de ma vie.. mais j'ai vraiment besoin de retrouver mon sac, alors j'avance en fixant le sol à la recherche de mon sac, chantonnant une chanson à mi-voix juste pour briser le silence et prétendre que tout vas bien et que je me trouve pas dans la foret la plus effrayante de tout les temps, seul, dans le noir. Perdu. C'est con mais la seul qui me venait, très ironiquement, c'était Fear of the Dark. Par moment mon cerveau aime bien me troller, surtout quand je suis en gros stresse sinon ce serait trop facile. Je lançais quelques Accio sac en avançant, espérant le voir sauter dans mes mains à chaque fois pour pouvoir prendre les jambes à mon cou et me tirer d'ici.. mais jusque là.. Rien. Sauf des bruits.
Des bruit qui se rapprochent.

Sa mère c'est quoi ça ?
Naïvement je m'étais toujours dis qu'il devait rien avoir de trop dangereux dans la foret.. Aprés tout elle est juste à coté de l'école et y'a même pas d barrière ou quoi pour empêcher 'y entrer.. ou d'y sortir. Alors si vraiment y'avait quelque chose de dangereux.. ils auraient pris des mesures pour qu'on y aille pas. Ça me semblait logique et plutôt crédible.. jusqu'à ce que je me rappelle qu'on laisser aussi des étudiants faire des courses à dos de dragon quitte à finir bouffer.
Merde. C'est chiant. Et le bruit ce rapproche encore.
Ou est le lance flamme quand on en a besoin sérieux....



codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Anonymous





Re: Fear Of The Dark (Ethan)
08.05.16 12:31



Fear of the dark.


CHAPTER I : Dark Forest, Forbidden Forest.



A chaque repas c’était le même refrain déprimant et exaspérant. Les retardataires. Ces enfants-là ne faisaient que perdre du temps à tout ceux qui en voudraient plus, perdre des points à leur maison et en plus de tout cela, avaient de la nourriture en moins et surtout froide. La majorité des profs mangeait à la table majeure, contenant aussi le directeur et quelques hauts placés sauf que toi, Ethan Fitzgerald, tu devais toujours jouer le flic à l’entrée de la Grande Salle, pour accueillir les boulets, pour arrêter les jets de nourriture entre les différentes tables et surtout parce que tu ne supportais pas ce petit côté royal qu’on offrait aux professeurs. Chaque fois, la première personne que tu prenais en flagrant délit c’était un Nails. Mais pas la fille, elle était une trop bonne Serdaigle pour être punie. Le deuxième en revanche, Kieran, faisait honte à ton ancienne maison. Cependant, ce soir-là, autour de ses amis il manquait à l’appel. La place était vide, les couloirs aussi. Aucun signe de vie.

Soudainement, le jeune Albert Keats quitta sa place et se dirigea vers la porte. Tu pensais qu’il voulait fuir discrètement, mais à ta grande surprise il s’arrêta devant toi et te demande si tu avais vu Kieran. Justement, tu lui aurais bien demandé la même chose. Si même ses amis ne savaient pas, alors où pouvait-il être ? Ta mine se décomposa lentement jusqu’à ce que Albert crache le morceau. « Putain ». Ces sales gosses, combien de fois faudra-t-il leur dire de ne pas rester seuls, surtout quand leurs intentions sont mauvaises ? Une infinité de fois. Tu soupiras et attrapas Albert par le bras. « Tu vas être gentil et tu vas sortir avec moi, histoire que mon absence paraisse justifiée ». En principe, t’avais pas le droit de fuir comme ça, mais avec un élève sous le bras ça pouvait encore passer. T’étais énervé. Plus que jamais. S’il était retourné dans la Forêt Interdite, alors il était encore plus idiot qu’il n’y paraissait. A votre avis, pourquoi la Forêt Interdite est interdite ? Le soucis majeur à ce moment précis, était d’y aller sans provoquer le chaos dans le château. Lorsqu’un élève s’aventurait à son bon vouloir là-bas, ils lançaient toujours des troupes à sa recherche. Mais tu ne pouvais pas faire ça. Pas ce soir. T’avais beau être un professeur odieux, tu préférais faire preuve de logique que d’affoler une population entière. Qui plus est pour un débile de Gryffondor.

Albert te suivi sans se plaindre, tu poussas la grande porte et fit face à l’air frais de la tombée de la nuit. « Maintenant retourne avec les autres ». Tu ne savais pas s’il allait respecté ton ordre, mais tu n’avais pas le temps pour cela. « Lumos ». La baguette s’éclaira et tu passas à travers la cour extérieur, dallée et dont la fontaine paraissait s’être remise en marche, sur le pont en bois jusqu’à arriver à l’étendue d’herbe sombre, dévalant les escaliers de pierre qui menaient tout droit à l’entrée de la Forêt. Quelle idée lui était passé par l’esprit ? Pourquoi partir dans la Forêt à une heure pareille ? Un mystère à résoudre encore une fois.

Aux abords des bois, les arbres étaient grands, beaux, clairs et espacés, comme dans une forêt quelconque, même celles que l’ont peut admirer chez les moldus. Des oiseaux y chantent, la terre remue sous tes pas, et bien que le soleil se soit caché au loin, il y a encore ta lumière qui éclaire le tout. C’est souvent cet endroit qui pousse les élèves à commettre l’irréparable. Beaucoup ne se rendent pas comptent du changement. C’est-à-dire qu’au fil de l’avancement, de ton insertion entre les arbres, ceux-ci se flétrissent, s’obscurcissent, et c’est en cet endroit que la lumière disparaît pour de bon. De jour comme de nuit. Les bruits horrifiants, l’air quasiment irrespirable, un tout qui rendait alors la Forêt peu rassurante.

« Nox ». C’était une règle que tu tenais à respecter, éteindre la lumière. De nombreuses créatures dominaient les lieux, entre les licornes, les centaures, loup-garous, Botrucs, Acromentules et autres, il fallait distinguer celles qui fuyaient la lumière et celles qui savaient que celle-ci les mènerait directement à un repas. Un humain quoi. Tu continuais, l’allure fière et déterminée, à t’enfoncer entre les troncs et les branches sinistres. Tu devais retrouver Kieran Nails et le ramener, mort ou vivant, même si vivant te paraissait plus sage. Toutefois, tu ne voyais rien, c’était noir, les formes se ressemblaient et se mélangeaient. Y’avait plus qu’une solution. Tu lanças un Hominum Revelio de façon informulé, qui te trouvas par miracle une présence humaine non loin de toi. Et c’est pour dire, peu de sorciers osent vivre dans la Forêt Interdite. Aucun à ta connaissance.

Des feuilles craquaient sous tes pieds, ta respiration était maîtrisée, inaudible. Pas après pas, tu rejoignais cette présence. Enfin, il était là. Tu le reconnaissais par sa coupe de cheveux dont la forme était inimitable et aussi la forme de son corps. Il regardait dans une autre direction, il ne te voyait pas. Néanmoins, toi tu l’avais vu. Tu l’entendais aussi.

Cette acromentule qui avançait derrière lui.

« Kieran… COURS. »

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

Kieran Nails





Re: Fear Of The Dark (Ethan)
08.05.16 18:11




Fear Of The Dark



Je tentais vaguement de distingué quelque chose dans l'immensité de cette foret sombre. Les arbres étaient haut et cachaient toutes trace de lumière. Pire qu'une nuit sans lune. Ma baguette toujours à la main, je tentais de nouveau un Accio à mis voix. Cette fois j’entendis quelque chose remuer prêt de moi. Je m'étais retourné pour  tenter de distinguer quelque chose vers la provenance du bruit mais fut une fois de plus forcé de constaté qu'il n'y avait rien, ou du moins c'était bien caché.
Ça en devenait désespérant. Je ne voulais pas rester ici trop longtemps surtout qu'il commençait à faire plutôt froid. Un pas après l'autre, je tâtonnais plus que je n'avançais jusqu'à ce que me corps entier ne ce fige. Il y'avait quelqu'un. Ou quelque chose, je le sentais. On est tous naturellement conditionné pour sentir le danger, les petit poils de la nuque qui ce dressent et ce sentiment d'être observer. Je le sentais là tout de suite. Immobile, je me concentrait plutôt sur mon ouïe que sur ma vue, t'façon on y voit que dalle alors.. C'est dans des moments comme ça qu'on regrette de pas être Daredevil quoi. Le silence, jusqu'à ce qu'on cris mon nom.

Le temps, l'espace, tout sembla soudainement ralentir. Un slow motion digne des plus beau filme. Je vis une ombre du coin de l’œil, une ombre qui prit soudainement forme humaine. Un visage qui m'était familier puisque c'était celui de notre professeur de défense contre les force du mal. Il criait et son regard était braqué sur moi, ou plutôt sur quelque chose derrière moi. Une ombre massive, huit yeux et un cliquetis régulier.
Une putain d'acromentule.
Je savais tout sur ces choses là, après tout je visais Traqueur de créatures morbides et dangereuses alors si ça s'en est pas une je sais pas ce qu'il faut de plus. Bien sur j'en avait jamais vus de vrais. Et la fraction de seconde que j'avais pris pour le tourner vers elle m'avait suffit. Magnifique. Elle était aussi belle que Shelob, aussi effroyablement terrifiante aussi, sûrement tout aussi dangereuse d’ailleurs. J'en avait des frissons dans tout le corps, de l'angoisse, de la terreur allant jusqu'à l'adrénaline qui venait d'envahir mon corps.
Fallait pas rester là. Courir c'était bien, comme l'a dit le prof, ralentir c'était bien aussi pour courir plus vite et plus loin. J'avais pas de lumière d'Eärendil mais j'avais une baguette. Mon corps s'anima tout seul brandissant ma baguette en direction de l’araignée monstrueuse.

« Lumos Solem ! »

Un cône de lumière aussi éblouissante qu'un soleil frappa la chose de plein fouet, ses huit yeux n'étaient pas habitué à une lumière si vive et furent aveuglé par la clarté. Elle avait poussé un cris effroyable en piétinant sur place. C'était le moment de fuir dignement pour sa vie. Je crois que j'ai jamais été aussi rapide qu'à cette seconde précise. J'avais rejoins Fitzgerald en un millième de seconde, plus rapide que Flash. Mais tout le monde le serait s'il avait une horreur pareil aux fesses.



codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Anonymous





Re: Fear Of The Dark (Ethan)
17.05.16 21:59



Fear of the dark.


CHAPTER II :It doesn't matter if we can't go back to Hogwarts.



Putain, je suis débile j'ai édité le truc jsppq. Du coup bah le rp est mort ici, mais c pg vu que t'as déjà rep flower

JE JURE DEVANT KIKI QUE J'AI ECRIS UN TRUC MAIS QUE JE SUIS VRAIMENT CON. En plus j'enregistre jamais mes rps hahaha. Lol. Dsl. Mais il compte quand même pour un rp hein.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

Kieran Nails





Re: Fear Of The Dark (Ethan)
18.05.16 18:10




Fear Of The Dark



C'est la première fois que je courais pour ma vie. Je l'avais fait des millions de fois dans le merveilleux monde des jeux vidéos, mais là, pour de vrais, sans possibilité de rez c'était quand même sacrément différent. Je me surpris à foncer droit devant en évitant branches et racines comme si un mode « instinct de survie » s'était automatiquement déclenché depuis que cette bestiole était apparue. Fuir. Loin et vite, sans un regard en arrière. Je senti une pression dans mon dos, mon cœur s’arrêta une fraction de seconde avant de réalisé que ce n'était pas l'une des pattes hideuses de l’araignée mais bien la main du prof de défenses qui m’encourageait à avancer. Ça fallait pas me le demander deux fois. Ma course folle nous perdait un peu plus dans ces bois maudit mais quand on à une araignée plus grosse qu'un éléphant au cul je crois qu'on ce fiche assez d'ou on va tans que c'est loin de ses mâchoires pleines de baves. Droit devant, c'est une bonne direction.

J’entendis le bruit monstrueux de la chose qui chargeait à travers les arbres, le claquement de ses mandibules et le cris qu'elle faisait avaient quelque chose de sacrément sinistre et étrangement motivant. Plus vite on cours, moins on risque de finir en brochette pour acromentule. Mais voilà, parfois, courir c'est pas toujours une solution. Ce cacher c'était bien, mais j'avais peur de ralentir parce que je savais qu'elle n'hésiterait pas une seconde à nous bouffer. Alors c'est quoi la solution au juste ? Courir jusqu'à ce qu'un de nous abandonne.. quelque chose me dit qu'on partait avec un handicape quand même...

Il fallait réfléchir. Mais j'en avais pas tellement le temps. J’entends de nouveau mon nom résonner à travers les arbres lugubre, avant même d'avoir le temps de comprendre ce qui ce passe je sens tout mon corps décoller du sol pour s'effondrer plus loin. La terre froide, les racines, les arbres, tout ça s'emmêlait au dessus de ma tête jusqu'à retrouver une stabilité rassurante. Le sol en dessous le ciel au dessus. On glissait jusqu'à s’arrêter le nez dans la terre. On ne courait plus, on respirait à peine, le cœur trop emballé, les poumons en feu et les jambes tremblantes. On est en vie, et la chose est parti.

C'est d'abord le silence, celui qui pèse un peu, celui qui angoisse et qui manque de ce briser à tout instant par le cris d'une bête surgissant de l'obscurité. Mais il n'y avait rien. Rien d'autre que moi et Fitzgerald, je sentais son regard sur moi avant même de relever le nez. Il avait cette faculté à intimider n'importe qui rien qu'en croisant ses yeux.. Alors quand il a une bonne raison d'avoir la haine contre nous, ça le rend trois fois plus terrifiant. Je senti mon corps ce tasser sur lui même comme a chaque fois qu'un adulte menaçant élevait la voir avec autorité contre moi. Un désolé semblait évidement mais étrangement inapproprié vus la situation... après avoir ouvert la bouche, je décidais juste de ne rien dire. Un silence de ma part c'était encore ce qu'il y avait de mieux.

Qu'est ce que je pouvais dire de toute façon ? Que j'avais perdu mon sac en faisant le con ? Que y'avait des trucs que je voulais pas perdre et que nativement je me suis dis que cette foret était pas si terrible que ça. J'avais pas très envie qu'il m'abandonne ici pour me punir de ma connerie... alors je le suis en silence.

Le corps encore tremblant de cette courses et des émotions, je pris le temps de vérifier que j'avais toujours ma baguette et le reste de mon corps bien à sa place avant de le suivre. Il était furieux mais il était déjà décidé à partir. Je fis glisser ma baguette dans ma manche pour m’extirper du trou de racines qui nous avait servie d'abri.  C'était plus difficile que ça en avait l'air, pourtant lui il était sorti de là en un éclaire. C'est vrais qu'il a été auror je crois, ou un truc comme ça. Genre les commando d'élite des sorciers qui bottent des culs de mages noir, franchement c'était impressionnant rien qu'à l'imaginer au moins je me sentais en sécurité.. quoi que. Il me jeta un regard un peu inquiet tout d'un coup, peut être même apeuré. C'est glaçant de voir quelqu'un comme Fitzgerald avoir peur, même si c'était qu'un bref éclat au fond des yeux.

Je me lève à ses ordres, je m'avance prêt de lui jusqu'à être à porté de mains au cas ou il aurait encore besoin de me jeter quelque part pour sauver ma mes fesses... puis de toute façon j'avais pas très envie de me tenir à plus d'un mètre de lui. Autour de nous tout était sombre et tout ce ressemblait beaucoup trop également...

« On est perdu hein ? »

C'était plus pour moi que pour lui, d'ailleurs j'étais même un peu surpris de m'entendre le dire à voix haute. Bien sûr qu'on était perdu. C'était peut être la seul chose évidente là tout de suite à cet instant. Tout le reste n'était qu'un nuage opaque d'incertitudes et de craintes. Et si la chose revient ? Et si on tombait sur un truc encore pire ? Comment est ce qu'on va retrouver notre chemin dans cet enfer noir ? L'angoisse me coupa brièvement le souffle mais je fis l'effort de lui épargner une crise de panique au milieux des bois les plus flippant du pays. Ça servirait à rien sauf à nous faire tuer. Tout ça pour quoi au final ? Des souvenirs dans un sac. Sac que j'avais même pas retrouvé en plus. Tout ça pour rien. Putain c'était trop rageant !. Si on ce perdait ici, si on devait y rester je voulais au moins ce que ce soit en ayant retrouvé mes affaires.

Machinalement ma main attrapa ma baguette pour tenter un dernier « Accio ». C'était un peu désespéré mais c'était de loin le plus sincère et le plus décidé. Un silence suivie la formule, l’espoir s’échappait lentement, me laissant qu'un goût amère de défaite dans la bouche et un fardeau un peu plus lourd sur les épaules. Tout ça pour rien. C'était stupide, du moins c'est ce que je me résignais à croire jusqu'à ce qu'un bruissement ce fasse entendre en face de nous. Un frisson, un cœur qui s’arrête. C'est peut être déjà finit. Mes yeux ne pouvaient plus se détacher de l’obscurité, y cherchant quelque chose, la dernière image avant le noir complet.

Mon sac.
Il était là, il filait à travers les buissons jusqu'à me rejoindre, comme ça, comme si rien ne s'était passé. Ça semblait tout d'un coup stupidement simple... J'en restais ébahis quelques secondes, soulagé, content. Oui content, même dans cette situation. Ça m'avait décroché un sourire, un sourire qui ce figea en me rappelant le Professeur qui m'accompagnait. Je pense pas qu'il va trouver ça amusant lui. Mais je m'en fiche, parce que j'ai récupéré mon sac et toutes les promesses qu'il contenait, je demandais à personne de comprendre ça, surtout pas à un adulte.
Un adulte qui m'avait sauvé et qui allait me sortir de là. Machinalement je souris encore, cette fois c'était pour lui, juste pour montrer ma gratitude, et parce que c'était ma réaction naturel face à la peur, l'angoisse, la culpabilité.. toutes ces choses qui prêtent généralement pas à sourire quoi..

« J'suis désolé... je sais que ça sert à rien maintenant qu'on est dans la merde.. enfin.. qu'on a des ennuies... mais je le suis vraiment.. en même temps je dois avouer que j'suis assez content que vous soyez là... alors..heu.. merci... et .. à vos ordre chef. Qu'est ce qu'on fait maintenant ? .. »

J'imagine qu'on essai de faire de son mieux pour pas mourir. Ca me semblait être une bonne idée ça.. mais ça nous sortait pas d'ici. Il savait peut être pas comment faire en faite.. on a pas de carte, pas de gps, et c'était sûrement trop demander que d’espérer qu'on retrace notre position grâce à mon portable... c'est lui et moi contre cet enfer noir. On allait y arriver. On ce concentre et on branche ses neurones deux minutes.

« Poudlard c'est... heum .. sud ouest... Alors.. suffit de .. trouver la direction.. On voit pas les étoiles à cause de la densité des arbres... »

Le nez en l'air, j'essayais maladroitement d'y voir quelque chose malgré le feuillage qui cachait la moindre parcelle de ciel sombre. Avec les étoiles et la lune c'était simple de ce repérer.. sauf qu'on y voyait rien. Rien du tout.. La panique pointa de nouveau le bout de son nez et me compresser les poumons. Je manquais un peu d'air là tout d'un coup. Mes mains s'étaient crispé sur mon sac comme un naufragé s'accroche à une bouée en pleine mer.
Ça va aller. Vraiment, je suis certain que ça va aller..



codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 1424

Date d'inscription : 03/09/2015

Bogeyman





Re: Fear Of The Dark (Ethan)
18.05.16 20:56

Intervention !


Ce n'est pas pour rien que la Forêt Interdite est... interdite ! Dans vos errances, vous débarquez en plein milieu d'une guerre entre lutins de cornouilles et les gnomes ! Vous ne devez votre salut qu'à l'intervention du directeur, Bogeyman le bien-nommé, qui apparaît à temps pour vous sauver et vous faire apparaître par enchantement devant les portes de Poudlard. “Encore toi mon petit Nails ? Décidément, tu ne sais jamais quand t'arrêter. On en reparlera demain dans mon bureau. Et Mr. Fitzgerald, partir au secours de votre élève est une initiative que j'applaudis, mais il serait bon de prévenir votre entourage pour éviter qu'on vous perde également ! ” À l'avenir, vous y réfléchirez sans doute à deux fois avant de partir en promenade !

Kieran Nails fait perdre 30 points à Gryffondor. Kieran Nails et Ethan Fitzgerald gagnent 10 points de popularité.
Revenir en haut Aller en bas
http://firewhisky.forumactif.com


Invité


Anonymous





Re: Fear Of The Dark (Ethan)
21.05.16 22:45



Fear of the dark.


CHAPTER III : Parle leur de nos exploits, de nos combats et de ton audace.



La solitude. Ce sentiment qui vous ronge de l’intérieur lorsque vous vous retrouvez seul et que vous manquez désespérément d’une présence pour vous tenir la main et vous aider à avancer. C’était un peu ce que tu ressentais dans l’état actuel des choses, sauf que tu te tapais un sale gosse en prime, alors la solitude se transforme en désespoir. T’étais un ancien d’ici, t’avais déjà foutu les pieds dans la Forêt Interdite pour contrer les règles, et t’en étais sorti. Alors pourquoi ? Pourquoi t’entendis le rouquin dire ce que tu niais ? Perdu. C’était exactement le terme que tu fuyais depuis que ton âme entière s’était entêtée à retrouver Kieran Nails. T’aurais dû le laisser crever ici, voir sa dépouille ensanglantée un autre jour et prétendre que t’étais pas au courant de sa disparition ? Mais qui ne l’étais pas ? Il manquait deux têtes brûlées au banquet, c’était foutu d’avance.

Avec méfiance, et pourtant de l’énergie, tu te tournais vers le gosse. « D’ailleurs, pourquoi tu… ». Pas le temps de finir ta phrase qu’il lança un Accio. Tu n’osais pas le perturbé, il semblait anéanti, et t’arrivais toujours pas à comprendre en quoi un sort de la sorte allait l’aider en quoi que ce soit à sortir d’ici, à moins que comme dans le contes pour enfants moldus, il ait réparti des miettes de pain sur le chemin. Tu t’approchas prudemment de lui, il ne fallait surtout pas l’énerver maintenant, histoire de ne pas l’égarer dans la Forêt et morfler encore plus pour le retrouver. Un bon sens légendaire que tu possédais là Ethan.

Mais un truc sorti de nulle part te bloqua le passage.

C’était quoi ça ? Ça volait à toute vitesse, droit sur Kieran. Punaise, encore une de ces monstruosités qu’il fallait anéantir pour rentrer ? C’était sorti des arbustes, tes orbes avaient tout suivi mais ne percevaient pas assez bien pour comprendre l’identité de la chose. Tu compris que quelque chose n’allait pas lorsque le fier Gryffondor fit briller sa dentition en plein dans l’obscurité de la Forêt. Putain, il était content ? Puis il te sourit. Ça te faisait de l’effet, non pas comme une jolie fille ou quoi, juste comme un remerciement. Ignorance totale de ton esprit, t’étais venu là parce que ton travail te l’obligeait un peu, sinon tu serais resté à table à te goinfrer et gueuler sur le premier qui osait lever sa fourchette en direction d’une autre table. Un bon connard de première. C’était ce que t’étais. Tu continuais de t’approcher, lorgnant sur la chose entre les bras du jeune homme jusqu’à ce que tu comprennes.

Un sac. Son sac. Le sac de Kieran Nails. Exaspérant à ce point ? Totalement. Tu soupiras longuement et tournas les talons dans la direction opposée. Ce gamin était attaché à celui-ci au point de risquer sa vie pour ? Tu ne savais pas quoi en penser, cela passait de l’idiotie à la réflexion. D’un Nails rouge à une Nails bleue. C’était là que tu pouvais voir qu’il n’était en rien différent de sa soeur, bien que celle-ci ait atterri par miracle chez les Aigles. Tu tapas du pied, t’étais prêt à le faire. A partir. A la laisser face à son Destin, pourtant il t’en empêcha.

S’il n’avait pas parlé à ce moment précis, tu serais parti. Néanmoins, il donnait l’impression d’être sincère, de comprendre la situation pourrie dans laquelle il vous avait mis, d’être une personne qui méritait la vie. Il proposa de suivre les étoiles, bonne idée quand vous êtes à Londres, parmi les moldus de bas rang, mais pas ici où tout ce qui vous entoure est composé à cent pour cent de feuilles, terre et bestioles dont rien que le nom vous fait frissonner. Ceci était la joie à l’état pur de n’avoir que l’entrée pour la Forêt Interdite. C’était comme un grand jeu, un labyrinthe géant dans lequel le seul but était de sortir. « Ou alors, on peut aller tout droit, sans s’arrêter. On finira bien par sortir d’ici ».

Tu ne lui laissas pas le temps de prendre la parole, son poignet était déjà prisonnier de tes doigts fermes et tu le traînais comme un larbin derrière toi, ton pas décidé et rapide. Tout droit. C’était ça la règle. Qu’importe l’endroit où vous êtes, qu’importe la forme de l’endroit où vous vous situez, si vous continuez toujours tout droit, vous trouverez la lumière. Du moins ça paraissait logique hein. Les feuilles craquait sous leurs poids, Kieran grognait des murmures que tu ne voulais pas comprendre. T’en avais juste marre, tu voulais rentrer et dormir au plus vite dans un lit chaud et douillet. Pas qu’il faisait froid ici, mais quand même.

Quoi de pire que de se perdre dans la Forêt Interdite ? Être perdu et tomber sur des créatures en plein règlement de compte, car cela existe. La cohabitation est toujours compliquée et cela n’exclue aucune espèce. Des lutins. Des Gnomes. Et cerise sur le gâteau, des Cornouilles. En fait, cela te faisait plus rire qu’autre chose, tu donnas un petit coup dans l’épaule du rouquin. « Prend en de la graine, ça t’aidera pour tes futurs cours ». Cette expédition allait lui faire comprendre la vraie labeur d’une vie à Poudlard avec Ethan, t’en étais assez fier d’ailleurs. Seulement voilà, maintenant vous étiez repérés, et bien que la cohabitation soit une chose hardie, les étrangers sont simplement haïs. Vous étiez des cibles, et face à une horde de créatures similaires à ta grande-tante Sylvie, tu ne voulais qu’une chose : fuir.

Voeu fait, voeu exaucé. Miracle ou simplement… Oui, une fausse joie. La Forêt avait cédé sa place au parvis de Poudlard, là où les étudiants de première année font leurs premiers pas, aux pierres reconnaissables parmi tant d’autre et à un petit homme. Bogeyman. T’avais juste oublié, par le plus malheureux des hasards, qu’il était ton supérieur. Ça sentait pas bon, ni pour toi ni pour le Gryffondor. De ce fait, ta stature restait droite et imposante, tel un homme dont aucun tord n’avait été commis, respectable et généreux. Il y avait cette irrésistible envie de prendre la défense du garçon pendant que le Directeur le sermonnait, parce que tu te mettais à sa place et le comprenait au fond. Tu aurais fait la même chose, tu l’aimais bien, c’était une sorte de ta jeunesse modifiée. De la peine. De l’admiration. Tout se mélangeait. Puis vint ton tour, tu répondis par un petit grognement avant de te diriger vers les portes de Poudlard. Elles s’ouvrirent sans difficulté et tu invitas Kieran à se rendre à l’intérieur. Une fois cela fait, tu pénétras à ton tour dans l’établissement, fermant carrément la porte au nez de Bogeyman. Juste avant de la claquer, un souffle percuta son oreille, venant de ta voix grave et virile. -oui j’te jure-. « Je préfère qu’on ne vous perde pas dans la Forêt Monsieur, ce serait désolant ». Touche ironique et l’immense panneau de bois claqua au vent.

Un rire s’échappa d’entre tes lippes, le mal était passé et tu te sentais soulagé. Tu voulais fêter ça, votre retour mais les bruits venant de la Grande Salle te rappelèrent à l’ordre. Ils y étaient encore tous, à croire que la petite escapade n’avait pas duré si longtemps. « Bon, t’es prêt à jouer le jeu ? On racontera à tout le monde les bêtes qu’on a affronté après. Avant ça, je dois faire genre je suis sévère ». T’empoignas son sac et le tira jusque devant la grande salle avant de remarque son air amusé. « Non, mais au moins fait croire que t’es dégoûté. J’te rappelle que t’as fait perdre trente points à mon ancienne maison. » Vérification de la crédibilité de chacune de vos personnes, coup de poing magistral dans la porte et entrée fracassante dans l’assemblée des élèves.

« Qu'est-ce que vous avez tous à nous regarder ? Nous sommes de retour. ».




C'EST TOUJOURS NUL. DSL. vu qu'on est plus dans la foret, on peut stv soit continué dans la grande salle ou juste stopper, as u want. But love.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

Kieran Nails





Re: Fear Of The Dark (Ethan)
24.05.16 1:04




Fear Of The Dark



Perdu dans les bois. Sauf que cette fois le loup y est certainement, le loup et tout un tas d'autre choses. On avait fuit l'acromentule, c'est sûr, mais peut être que d'autres choses encore plus effrayantes et dangereuses s'y trouvaient. Loup garou, manticore, quelques centaures en balade.. Si on reste là on est mal, on peut pas simplement attendre que le soleil ce lève, en plus c'est pas certain qu'on y voit quelque chose à travers ces feuillages. La nuit éternelle, c’était flippant ouais et ça donnait trois fois plus envie de sortir de là. Mon regard ce posa sur l'obscurité qui nous entourait, m'attendant presque à découvrir une pair d'yeux rouge nous observer. Il fallait vraiment bouger de la. J'avais hissé mon sac sur mon dos et serra les sangles si fort que ça m'en coupait presque la respiration.. mais plus question de le perdre maintenant ! Plus jamais ça... Il fallait sortir d'ici vivant pour que cet escapade ai été utile. Mort, on était pas tellement avancé.

L'idée de mourir ne me traversa pas tellement l'esprit, j'avais encore toute cet adrénaline qui coulait dans mes veines et qui m’empêchait de simplement me rendre compte que c'était pas passé loin. Je voulais peut être pas y croire. Du moins pas maintenant, pas tans qu'on était ici dans cette foret. Ça rendait ça trop réel et je n'étais toujours pas certain de pouvoir éviter la crise de panique. Il fallait ce décider rapidement ou j'allais m’effondrer au sol et ne plus en bouger jusqu'à ce que quelqu'un nous trouve... heureusement le prof ce met en route. Il prend une décision. Bouger. Marcher droit devant jusqu'à ce qu'on sorte. On atterrira bien quelque part de toute façon. Alors il faut marcher jusqu'à ce qu'on sorte d'ici .. et espéré ne rien croisé de dangereux. Vus comment cette soirée avait commencée.
On est dans la merde.

Il attrape mon poignet et ce met en route sans un mot de plus. J'essayais de suivre ses grandes enjambé sans me vautré. Je m'étais bien imaginé un jour partir en foret avec Fitzgerald mais j'avoue que ça ce finissais pas trop comme ça dans mon imagination. Quelque part c'était peut être mieux que je me concentre sur mes illusions perdu et mes fantasmes débile plutôt que sur le reste. Mais j'avoue que c'était un peu difficile d’apprécier la vue d'un fessier quand tout autour de vous risque de vous bouffer. Après quelques minutes de marches silencieux, il ralenti le pas avant de simplement s’arrêter. Qu'est ce qu'il a ? Un truc ? Une chose nous attaque ? Non, juste des conneries de lutins et des gnomes qui ce battaient pour trois pommes de pain. Ça m'avait fait sourire, presque rire en faite. Il s'adressa a moi dans le même rictus amusé, du moins jusqu'à ce qu'on ce fasse repéré par la horde de bestioles. Ils étaient quand même beaucoup en faite.. Peut être que c'était le moment de ce casser de là. Par reflexe j'avais sorti ma baguette des fois que j'un d'entre eux ai eu l'idée stupide de nous sauter dessus.
C'est alors que tout bascula.

Une fois de plus j'avais la sensation de rouler au sol. Le ciel, le terre, tout tournoyait si fort que j'en avait fermé les yeux. Qu'est ce que c'est encore que ce bordel. J'osais à peine les ouvrir, peut être qu'on s'était fait attaqué et que j'étais mort..
Ou pas.
J'ouvre un oeil  puis l'autre et constate avec étonnement que nous étions de retour à Poudlard. Là, comme ça, sur les marches qui mènent au grand hall. Qu'est ce que c'est que ce bordel. J'en restais surpris un moment, effaré même, jusqu'à ce que je remarque la présence du directeur. Merde. La je suis vraiment mal.  Mon regard glisse un moment vers le prof, espérant de l'aide ou un miracle, mais rien n'allait me sauver de la misère qu'il allait me mettre. Je me tasse un peu sur moi même, j'étais encore tout sal de notre dérapage dans les racines mais c'était le dernier de nos soucis, le dos voûté et le regard fuyant, je le laissais m’engueuler sans même oser respirer. La retraite des points est assez violente. Je crois que j'en ai jamais perdu autant en une fois... je me sentais assez minable là tout de suite. Je sais pas comment je vais expliquer ça.. mais on était de retour alors, ça effaçait un peu ce pincement au cœur et le sentiment d'être un parfait crétin.
C'est chiant. Mais c'est bien fait j'imagine.

Une fois de plus je me sens trimbalé par les grandes mains du professeur de Défense, une fois de plus je me laisse faire en relevant le nez vers lui. Il avait fermé les portes et il souriait. Pourquoi il sourit ? Je veux dire il aurait dû être sacrément vénère quoi, surtout que le dirlo lui avait fait des remarqué. Pourtant ce sourire s'étale sur ses lèvres, un peu trop audacieux pour ne pas être dépourvus d'insolence. J'aimais vraiment bien ce mec. Je souris bêtement à ses mots, acquiesçant d'un simple signe de tête en retenant une vague d’enthousiasme qui chassa lentement le crainte et la culpabilité.

« C'que vous voulez m'sieur. »

Il me traîne par le sac sans ménagement. C'était tellement brusque que j'en restais étonné quelques secondes avant de plaquer un nouveau sourire sur mes lèvres, il m’engueula pour ça d'ailleurs, je fis mine de m’excuser et composa mon visage le plus triste et désolé que j'étais capable de feindre. Je crois que ça ça suffirait. Il entre dans la grande salle en braillant, l'air sacrément vénère, s'il s’inquiète de la crédibilité de son entrée qu'il se rassure. C'était super convainquant, à tel point que j'en avait vraiment l'air honteux et désolé. Le dos courbé. J'attendis que les quelques regard encore présent aient finit de faire leurs curieux et me tourna vers lui une dernière fois. Un sourire tellement sincère que celui là était loin d'être surjoué.

« Merci m'sieur. Vous assurez trop.. et .. bah.. encore désolé. »

Je grimace dans un sourire avant de reprendre mon aire de petite victime et de glisser vers les tables des Gryffons. Des murmures s'élevaient à mon passage mais rien de bien important pour le moment.. Avec de la chance personne n'allait l'apprendre. Mais dans un endroit comme Poudlard.. faut pas trop y compter non plus.

HRP:
 



codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Fear Of The Dark (Ethan)

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Extérieur :: La forêt interdite-
Sauter vers: