Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Every revolution begins with a spark [Saku]

Partagez | 
 

 Every revolution begins with a spark [Saku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 290

Date d'inscription : 15/04/2016

avatar





Every revolution begins with a spark [Saku]
27.05.16 7:14

Depuis des jours que je préparais mon coup, j’étais enfin prête à l’exécuter. En effet, j’avais reçu au matin les derniers éléments nécessaires pour la réalisation de mon plan. Cette action solitaire ne concernait que moi et je n’avais répondu à aucune des questions de Kiki concernant le paquet transporté par deux hiboux lors du petit déjeuner. Cette fois, je misais gros et je voulais être la seule responsable de mes actions. Surtout que je ne voulais pas causer l’exclusion de mon frangin surtout après toutes les merdes qu’il avait déjà faites. Du coup, à 2h du matin, je sortie seule dans les corridors pour prendre la direction du couloir aux graffitis.

À peine les pieds mis hors de la salle commune, je commençai à courir vers ma destination, mon sac noir remplis de mon matos bondissant sur mon dos au rythme de mes pas. Les cheveux soigneusement attachées, je portais un vieux sweater noir donc j’avais rabattu le capuchon sur mon visage. Un bandana rouge couvrait le bas de mon visage assurant mon anonymat.

Je comptais avoir un maximum de deux heures devant moi. Faudrait donc que j’agisse vite et sans hésitation. Dès mon arrivée dans le couloir, je laissai tomber mon sac au sol dans un fracas de métal. J’en sortis des bougies ainsi que deux petits miroirs que je disposai de façon à refléter la lumière des flammes vers le mur. Ainsi éclairée, j’avais ma surface de travail devant moi. Dans un système assez improvisé d’épingles et de carton, j’installai mon papier transparent pour projeter mon dessin. Je pris une première canette et la secouai. Le doux son de la bille à l’intérieur me fit sourire et ce fut avec plaisir que je fis le premier trait noir.

Peu à peu, le visage de Bogeyman prenait forme sous mes yeux. Plusieurs essais avaient été réalisés avant que je ne choisisse cette caricature. Au final, je n’avais pas choisi la plus méchante d’entre toutes, mais celle qui, selon moi, était porteuse du message le plus fort. Rapidement, le bout de mes doigts se teinta des couleurs que j’utilisais. J’avais choisi des couleurs éclatantes afin d’attirer l’attention sur mon graffiti. Quitte à faire un mauvais coup, mieux le faire pour qu’il se fasse remarqué. C’était l’une des leçons de vie que mon frangin m’avait apprises.

J’en étais presqu’à la moitié quand je m’accordais une pause. Je tirai de mon sac une barre de chocolat que je grugeai en regardant mon travail. Le tracé était complété et j’avais en face de moi le directeur en train de se faire cramer les fesses par un dragon. «Bogeyrun» était aussi visible dans une écriture pas encore finalisée.

« La révolution commence » Murmurais-je pour moi-même.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel & Sigma


Messages : 47

Date d'inscription : 21/05/2016

Double Compte : Joyce & Prince

avatar





Re: Every revolution begins with a spark [Saku]
05.06.16 18:42

Every revolution begins with a spark
Aileas Nails
Sans vraiment savoir pourquoi tu en étais arrivé là, pourquoi c'était sur toi que cela était tombé. Tu t'étais retrouvé à parcourir les longs couloirs de Poudlard en plein milieu de la nuit. Au début c'était juste une petite balade avant d'aller dormir. Un peu comme pouvait le faire certains petit vieux pour décompresser de leur journée avant d'aller chercher leur nuit de sommeil. Du moins, si on ne regardait pas l'heure. A cette heure-ci, seul les plus jeunes étaient encore debout en temps normal. A rire dans leur dortoir, ce qui se moquaient allégrement des règles et violaient le couvre feu. Mais au final, les pires étaient les élèves qui sortaient de leur chambre voir même de leur salle commune, bravant le château espérant ne pas croiser de professeur ou de préfet encore veillant.

Alors tu voguais, traînassant tout ton être à la recherche d'un potentiel intérêt. C'était assez étrange de penser que toi, directeur de la maison des verts n'étaient pas vraiment intéressé par le fait de punir  une personne qui ne suivait pas les règles de Poudlard, mais plutôt par quelque chose qui pourrait briser ton ennui à cette heure tardive. Tes pas t'avaient alors mené jusqu'au cinquième étage sans vraiment savoir pourquoi. Ce n'était pas dans tes habitudes de passer le couloir graffitis, parce que tu y trouvais souvent des dessins qui ne te plaisaient pas tant que ça. Sauf que ton ressentit avait été justifié.

Aileas Nails.

Tu n'avais pas bougé, tu ne t'étais pas approché de la jeune Serdaigle. Tu étais juste resté dans un coin du couloir à l'observer les yeux plissés. Il n'était pas interdit de faire des graffitis sur ce mur, c'était d'ailleurs à cela qu'il servait. Alors, tu n'y trouvais aucune logique d'enfreindre le règlement pour le décorer dans ces heures tardives. Parce que tu n'osais pas approcher, du moins pas pour l'instant. D'un point de vue extérieur, cela pouvait très certainement paraître étrange ; un professeur qui était la seul dans l'obscurité du couloir à observer une élève faire des graffitis, sans rien dire et sans aucune intervention.

Mais lorsque la troisième année semblait avoir terminé, ou du moins prenait un semblant de pause. Tu décidas finalement de t'en approcher, lentement. Chaque pas l'ensemble de ton physique changeait au fur et à mesure. Tu semblais perdre de la hauteur, tes cheveux blancs tournaient étrangement vers la couleur du soleil. Ils poussaient beaucoup plus rapidement que la normal, te donnant une apparence telle que tu venais de sortir de ton lit en oubliant de te coiffer. Et tes yeux, tes yeux d'or plissés s’ouvraient, faisant oublier ton appartenance au monde asiatique tout en gagnant une couleur émeraude. Et tu te tenais derrière elle Sakutarō, sauf que tu n'étais plus ce professeur qu'elle pouvait reconnaître. Tu n'étais plus personne, juste quelqu'un. Un inconnu dont le nom était simplement ignoré.

Et tu finis par t'abaisser à sa hauteur, soulevant ta tête avec tes mains. Tu observes son dessin, représentant le directeur qui se faisait brûler les fesses par un dragon.

«  Très réussi. »

Tu connaissais Aileas, tu savais qu'elle était contre les créatures dragoniques dans Poudlard. Un sourire c'était dessiné sur tes lèvres, elle avait donc changé de méthode par rapport à la dernière fois ? Intéressant. Même si tu n'étais pas convaincu que cela est un semblant d’impact.

« Toi aussi tu es contre la présence de ces dragons et le fait que les élèves puissent les chevaucher ? Tu montres son dessin non-fini d'un coup de menton. Tu penses que tu vas réussir à faire réagir le directeur avec ça ? Oh non pas que je critique, je trouve l'idée très bonne, même si je ne suis pas sûr qu'il s'en rende compte. »

Parce qu'après tout, la simple présence des militants ne l'avait pas fait réagir. Alors un dessin ?


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 290

Date d'inscription : 15/04/2016

avatar





Re: Every revolution begins with a spark [Saku]
13.06.16 5:32

J’étais concentrée sur mon œuvre, beaucoup trop concentrée pour entendre les pas de l’inconnu. Quand je réalise sa présence, il était déjà trop tard, il se tenait à ma hauteur et observait mon graffiti à moitié fini. Je le regardai, surprise et énervée, avant de réaliser que j’exposai ainsi mon visage. Trop tard pour regretter. Au contraire, je relevai la tête pour montrer que j’étais fière de mon œuvre. Le jeune homme en vint même à la complimenter et un sourire de crocodile s’afficha sur mes lèvres. Mieux encore, il n’avait pas l’air de vouloir cafter ou de me rappeler le règlement. Je me redressai de toute ma hauteur – un énorme mètre cinquante-quatre – pour me remettre au boulot.

« Ouais, exactement. Je comprends pas comment on peut accepter ça. » Je remontai mon foulard devant mon nez et me remis au travail l’entrecoupant de mon discours. « J’ai conscience que ça empêchera pas la prochaine dragonrun d’avoir lieu… mais c’est un avertissement. Je m’arrêterai pas à ça. »

Kiki ne m’appelait pas Aileas Nails la réact pour rien. Mais pas question que je dévoile mes plans à un inconnu. D’une part, ç’aurait été con de le faire et, d’autre part, il pourrait tout faire foirer. S’il se montrait un tant soit peu intéressé par la cause et digne de confiance, alors là, peut-être, je lui révélerai une partie du plan. Pour l’instant, il était trop tôt pour lui offrir plus d’informations. Et je devais le mettre à l’essai. Du coup, j’attrapai une des cannes à mes pieds pour la lui lancer.

« Si t’es pour la cause, reste pas là et viens m’aider. Sinon je te demanderais de bien vouloir partir. »

Je le fixai, l’évaluant. Je ne le connaissais pas. Jamais vu dans les rencontres des militants, ni dans le club de duels illégaux ou dans les cours de rattrapage de sortilèges le samedi matin. Peut-être qu’il faisait parti des invisibles, ces étudiants qu’on ne remarque pas et qu’ils finissent leur scolarité sans qu’on les connaisse.

« Tu penses quoi toi des dragonruns ? Je t’ai jamais vu chez les militants. En fait, je t’ai jamais vu tout cours. Mais il y a tellement d’élèves ici que je t’ai peut-être jamais remarqué. Enfin, même si t’es difficile à pas remarquer. »

La dernière phrase avait été murmurée et elle était sortie sans que je le veuille vraiment. Je tâchai de garder un regard froid pour ne pas qu’il s’imagine que j’avais déjà le béguin pour lui. Non, mon cœur de pierre ne me permettait pas ces futilités.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel & Sigma


Messages : 47

Date d'inscription : 21/05/2016

Double Compte : Joyce & Prince

avatar





Re: Every revolution begins with a spark [Saku]
10.07.16 20:36

Every revolution begins with a spark
Aileas Nails
Finalement rester abaissé ainsi n'était pas vraiment la meilleure des positions pour ton âge. Même si d'apparence, tu semblais être dans la fleur de l'âge ce n'était pas vraiment le cas de tes os, même si ils restaient tout de même en bien bon état autant grâce à la magie qu'à tes aptitudes physiques d'origine. La meilleur option que tu avais prise à cette instant, était donc de simplement t’asseoir au sol pour montrer à la demoiselle Nails que tu n'allais pas partir de si tôt. Et si elle décidait de s'enfuir, soit de toute façon tu n'essayerais pas de la rattraper.

Au final, tu comptais juste rester là à l'observer. Voir ce qu'elle pouvait faire. Voir si elle pouvait t'étonner une nouvelle fois. Comme lorsqu'elle avait voulu libérer les dragons de leur enclos. Aileas Nails. Bien qu'elle était une née-moldu, tu ne pouvais pas nier qu'elle t’impressionnait par moment. Tu étais curieux, voulant voir ce qu'elle pouvait te proposer et surtout les limites qu'elle se fixait pour arrêter cette utilisation de dragon. Et jusqu'à là, tu te demandais si elle s'en était un jour posé. Et alors que tu l'écoutais tout en observant son travail, tu ne pus cacher cette part d'étonnement lorsqu'elle te demanda de participer.

Du moins, si tu souhaitais rester.

Un professeur qui dégradait le mur des graffitis. Enfin, un élève inconnu qui se moquait du directeur en le caricaturant en plein milieu d'un mur totalement décoré par d'autre. Ou bien deux étudiants qui bravait le règlement de Poudlard en étant dans les couloirs aussi tardivement. Un sourire s'afficha sur tes lèvres d'adolescent. Attrapant ce qu'elle venait de te balancer, tu avais déjà fait ton choix.

Au fond, ça pouvait te rappeler le bon temps avec Tatsumi. Sauf que vous n'aviez pas un tel matos à cette époque. Que ce n'était pas à la mode mais que surtout, il n'y avait pas de mur dans votre établissement pour faire de telle chose. Cependant, tu ne cherchais pas non plus à saboter son œuvre d'art. Alors tu avais osé les épaules en maquillant légèrement le mur pour montrer à la jeune Serdaigle que tu étais près à l'aider, bien que tu ne voulais pas causer de problème à son ingénieux plan.

«  Les dragonruns ? Je suis totalement contre. Déjà que je n'apprécies pas la présence des Dragons dans établissement, alors que de simple enfan… Étudiants les chevauchent pour faire la course ? Sérieusement ? C'était totalement dangereux, et l'immaturité des choix du directeur donne l'impression qu'il n'a strictement rien à faire des potentiels blesser. Le simple fait que les personnes qui veulent y participer doivent être préparés au pire me dégoûte, en fait.  »

Même si au fond tu n'en avais rien à faire des accidents, tant que cela ne touchait pas Adlona. Mais il ne fallait pas mentir, avec ton passé tu ne pouvais pas juste ignorer tout ce bazar.

« Ahah oui. Disons que j'essaye de me la couler douce… Je. Un moment de silence, cela ne faisait que quelque temps que tu prenais cette apparence, alors tu n'y avais pas encore vraiment réfléchis. Je passe beaucoup de temps à Ste Mangouste, alors lorsque je suis à Poudlard à suivre les cours, j'évite de participer à quelque chose de trop grand comme les militants. Autrement, on pensera que je ne respecte pas grand-chose. »

Une apparence volé au lieu donné. C'était la première chose qui t'étais venue à l'esprit et peut-être qu'une trop longue hésitation aurait pu la faire douter.

« Du coup tu fais partie des militants ? En vrai, je n'y connais, de nom, que Arya et Rosabel… Autant dire que malgré mon ressentit, je ne dois pas trop donner l'impression d'en avoir quelque chose à faire.  »

Sourire idiot. Tu te grattes l'arrière du crâne.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 290

Date d'inscription : 15/04/2016

avatar





Re: Every revolution begins with a spark [Saku]
13.09.16 5:15

« Mais trop ! »

Ce mec avait totalement raison. Avoir des dragons dans l’enceinte de l’école était dangereux. Laisser les élèves les monter se révélait complètement con. Et personne ne pensait visiblement pas à ces bêtes ? Un dragon n’était pas une monture. Majestueux, puissants, nobles, ils méritaient d’être dans la nature et non dans des cages.
Mon compagnon me révéla devoir passer beaucoup de temps à Ste Mangouste. Ceci explique cela et j’hochai négligemment la tête. Je ne pouvais lui en vouloir de faire profil bas s’il n’avait pas la meilleure des santés. Quoique les militants étaient plutôt relaxes dans leurs actions. Rien de trop intense ou trop rebelle. Même malade, il pourrait certainement participer à la distribution de flyers que le groupe s’évertuait à créer. Informer pour faire changer les choses. Après tout ce temps, ils devraient comprendre que nous devions maintenant agir. Comme moi ce soir. Comme nous ce soir.

« T’inquiètes pas. Northrop et Lambergson sont à la tête du groupe. Et bon, elles sont aussi connues pour d’autres raisons plus ou moins honorables. Surtout Northrop. Mais, c’est déjà un bon début de les connaître. Tu sauras à qui t’adresser si tu changes d’avis. » Elles seraient heureuses de l’avoir parmi leurs rangs. Même s’il ne pouvait pas y faire grand-chose vu sa santé. « Non, j’suis pas avec les militants. Ils sont beaucoup trop… gentils pour moi. Pas assez actifs. Et j’ai toujours été un loup solitaire. Comme ça, j’ai pas besoin de les attendre si j’veux ouvrir un enclos. Mon dernier essai n’a pas été fructueux. Koga s’est pointé juste avant que j’mette la main sur le cadenas. J’te jure… le savon qu’il m’a passé. J’pensais finir en colle pour le reste de ma scolarité. »

Je rigolai de mon anecdote alors que j’ajoutai les dernières touches à mon graffiti. Je fouillai dans mon pantalon pour en sortir une feuille de papier. Sur ma cuisse, je la lissai afin de bien voir les mots qui y figuraient. Je due coller mon nez à la feuille aveugle comme jamais. Je devais aller chez l’ophtalmologiste depuis des mois, ce qui, bien évidemment, je n’avais pas fait.

« Bon, j’ai trouvé ce sortilège dans l’un des bouquins. Normalement, j’devrais être en mesure de faire bouger notre œuvre. Mais c’est la première fois que je l’utilise alors… hum… juge pas. » Je collai le bout de ma baguette sur le mur et le tapai deux fois. « Pictura vitaes »

Par les babouches ensorcelées de Merlin, j’étais certaine d’avoir le bon sortilège alors pourquoi mon graffiti restait-il inanimé ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel & Sigma


Messages : 47

Date d'inscription : 21/05/2016

Double Compte : Joyce & Prince

avatar





Re: Every revolution begins with a spark [Saku]
28.09.16 22:59

Every revolution begins with a spark
Aileas Nails
« Je ne penses pas pouvoir changer d'avis. » Parce que si tu avais effectué ta scolarité à Poudlard, durant la période actuelle tu aurais sans aucun doute rejoins les militants. Même tes propos pouvait s'en rapprocher pour les personnes quelques peut futé. Mais tu ne pouvais pas les évoquer clairement. Donner le bon exemple ? Sincèrement, avec tout ce qui se passait dans Poudlard -entre autre, les dragons- quel était l'exemple à suivre pour le corps professorat ? « Par moment, c'est toujours mieux de faire cavalier seul. Surtout face à ce genre de chose. » Les dragons. D'habitude, lorsque tu prenais une apparence différence de la normalité, tu essayais de prendre l'habitude de t'éloigner d'une partie de ta personnalité. De ne pas penser et te souvenir de ce qui te caractérisais.

Les dragons et ton passé. C'était ton expérience qui parlait. Cette expérience triste qui t'avait fait perdre ton meilleur ami, bien que la question n'était pas là-même à l'état actuel. « Koga est vraiment un bon professeur. Bien qu'il semblerait un peu trop favoriser certaines personnes. » C'était des ouï-dire dans les couloirs. Une vérité évidant. Tu ne pouvais pas, tu n'y arrivais pas. Traiter chaque élèves de ce châteaux de la même façon, ta fille, les sang-purs, les nés-modus. Ça ne t'avais jamais traverser l'esprit. Certes des efforts se faisait remarquer, bien que tu avais toujours tes petits chouchous. En vrai la seule chose qui ne t'avais jamais enchanté dans ce métier était le sens des responsabilités et la neutralité que vous étiez censés avoir. Ridicule.

Un sourire crispe tes lèvres. « Tu pensais finir, donc ça veut dire que tu ne l'as pas été. Il a du être vachement clément sur ta punition non ? Ouvrir le cadenas de l'enclos aurait limite pu être un renvoie à vie de Poudlard. Mettre en danger les autres élèves ainsi que l'établissement en lui-même. » Au final, lorsqu'on reparlait de cette histoire il ressortait toujours le même genre de baratin. Légèrement modifié, comme réagirait n'importe quel élève raisonnable. «  Ton idée reste quand même vachement intéressante lorsqu'on y réfléchis bien. Tu devrais peut-être en parler avec les militants, ils te donneraient une idée un peu moins dangereuse ? Enfin, j'imagine que c'était le genre de chose qu'il a du te dire, non ? »

« Ahah. » Tu te passes la main derrière la tête, encore une fois. Tu paraissait gêné. « Je pense que je suis un peu trop les cours de métamorphose. » Engloutit par ta propre personnalité. Par ton propre orgueil. C'était quelque chose qui te sied si bien. Et pendant que tu exposais cette auto-admiration tu observais la demoiselle lancer un sortilège sur le dessin. Raté.

« Hum. » Tu réfléchissais simplement, amenant ta main au niveau de ta bouche pour l'abriter. Mais pourtant, sans trop y passer de temps tu optes pour faire sortir ta baguette de ta poche. C'était quoi déjà ? Un tour de poignet puis deux fois, tu tapotais sur le mur à l'endroit exacte ou se trouvait le dessin majoritairement fait par la jeune Serdaigle. « Pictura vitae. » Soudainement, le graffiti commença lentement à bouger : les flammes du dragon semblaient véritablement sortir de sa gueule tandis qu'à chaque apparition, le directeur semblait sursauter de douleur face à cette source de chaleur. « Ta prononciation n'était pas bonne, enfin c'est une erreur courante alors tu n'as pas à t'inquiéter. Pour le premier mouvement de poignet, il n'est pas vraiment obligatoire. Disons que c'est pour accorder plus de puissance et paraître plus concentré. Sinon il faut bien être sur de visualiser parfaitement ce que tu veux faire bouger dans ton dessin, parce que dans le cas contraire tu fais tout rater. »

Et sur ces paroles tu t'arrêtas net. La pensée qu'un étudiant n'était peut être pas du genre à expliquer pourquoi un sortilège ne fonctionnait pas, t'avais doucement traversé l'esprit.  Ou du moins, peut-être pas de cette façon. Parce que tu avais simplement pris le ton habituel que tu utilisais lorsque tu expliquais quelque chose à la demoiselle Nails durant tes cours de métamorphose. Enfin, ce n'était pas non plus comme si la Serdaigle pouvait être capable de faire un rapprochement à cette heure tardive, surtout avec ce genre d'information inexistante au finale. « J'ai eu beaucoup de temps libre pour apprendre. » Silence. « En tout cas j'espère que l'effet te convient, bien que tu peux toujours en rajouter toi-même si tu as compris. »

Tu esquissas finalement une grimace lorsque tu t'étais résolu à te mordre la langue. A chaque fois, son nom voulait sortir, traverser tes lèvres ce mademoiselle Nails, Aileas que tu n'étais pas censé connaître, du moins mis à part si tu désirais passer pour un stalker de pacotille. « Tu fais souvent ce genre de chose ? Sortir après le couvre-feu ou bien faire des choses assez… Périlleuse du genre ? »

Parce que oui, sortir après le couvre-feu était une chose. Manquer de respect au directeur était une autre, bien que pour ce dernier point, lorsqu'on y réfléchissais bien, le mur était ici pour permettre aux artistes de s'exprimer. Qu'importe ce qu'ils voudraient partager. Mais cette question était principalement à double tranchant, parce qu'il était toujours bon de savoir ce que pouvait faire certain élève lorsque les professeurs avaient le dos tourné. Surtout lorsqu'il s'agissait des Nails.

« En fait, c'est un peut-être un peu tard maintenant que nous sommes camarades de crime mais… Et sans vouloir paraître pessimiste. Si jamais tu te fais attraper par un préfet ou bien un professeur, lorsqu'on te quittera. Tu pourras essayer de simplement m'oublier ? » Parce que tu savais très bien que si elle tombait sur quelqu'un comme Ethan, qui pouvait venir fouiller dans son esprit pour savoir ce qu'elle était en train de faire. Tu passerais un mauvais quart d'heure digne des plus ennuyant à chercher un élève qui n'existe pas. Bien qu'évidemment, juste faire semblant d'oublier ne servirait sans doute à rien. « Bien sur je ferais de même. Mais pour rester encore plus secret, autant ne pas se donner d'autre informations qui pourrait nous compromettre, hein ? » En vérité, c'était simplement parce qu'aucun nom qui pourrait décriminaliser quelqu'un d'autre ne t'étais venu à l'esprit.

Et Berny c'était vraiment pas top.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 290

Date d'inscription : 15/04/2016

avatar





Re: Every revolution begins with a spark [Saku]
16.11.16 17:13

Le mec semblait être d’accord avec moi sur plusieurs points et je ne réussis pas à déterminer s’il disait ça pour me faire plaisir ou s’il le pensait vraiment. Souvent, acquiescer coupait court la conversation et évitait les débats. Je sais, je le faisais souvent avec Kiki. Puis, mon camarade d’un soir semblait timide sur ses opinions. Il n’avait évidemment pas le feu du militant, la fougue de l’orateur. Non, on en était très loin. Il me faisait penser à un préfet, voire à un professeur. Un Rief 2.0. Ça puait le raisonnable. D’un autre côté, je n’étais pas pour m’en plaindre ; un être calme et posé autour de moi faisait changement.

« Oh, Koga m’a sorti le même genre de baratin. Penser au danger, aux autres, l’établissement… J’ai clairement l’impression que garder les dragons en cage pour ne les sortir que lors des courses, c’est pas mieux. Tu sais pas c’que va faire le dragon durant la course. Il pourrait attaquer les gradins, catapulter le runner, mettre en flammes l’école. Et puis, on sacrifie quatre coureurs pour le plus grand plaisir de tous. Ça me dégoûte. »

Après mon sort raté, je restai là à regarder bêtement mon graffiti dans l’espoir infime qu’il se mette miraculeusement par bouger. Dans ma main, la feuille de parchemin ne formait plus qu’un boule informe prête à être lancée dans un feu. Fait chier.
Alors que je pestais intérieurement contre le monde en entier, mon aîné s’approcha et trouva la solution à mon problème. Je le regardai faire avec des paillettes dans les yeux. Merde que j’avais de la chance ! Sans lui, je serai paumé avec un dessin inanimé. Je l’écoutai m’expliquer le sort prête à rigoler à tout instant. Mes lèvres se fendirent toutefois d’un large sourire et je posai ma main sur son épaule.

« On croirait entendre Koga. T’as déjà pensé te lancer dans la carrière d’imitateur parce que, j’te jure, c’est exactement comment il m’explique les choses en classe. C’est hallucinant ! Mais c’est parfait pour l’effet. Merci. »

Je me retournai pour m’appuyer contre le mur et lui faire face. Sa question me laissa songeuse et je plissai des yeux, quelques peu suspicieuse.

« Tu s’rais pas un préfet par hasard ? Peut-être de Gryffondor. Personne sait qui ils sont. Mais puisque t’es sympa, j’te laisse le bénéfice du doute. Bref, oui j’en fais mais moins qu’mon frangin. À croire qu’chez les Nails, on aime pas les règles. Parlant d’ça… »

D’un coup de fesses, je me décollai du mur pour me rendre jusqu’à mon sac et m’y agroupai pour trifouiller à l’intérieur. En peu de temps, l’odeur forte du «printemps» envahit le couloir. Je me redressai et tendit le joint vers mon camarade.

« D’accord, j’sais pas t’es qui. J’sais déjà pas ton nom. T’en veux ? » J’agitai la main pour lui désigner ce qu’il s’y trouvait. « Considère ça comme le calumet de la paix. Tu sais p’t-être pas c’est quoi si t’as pas un culture moldue. Les natifs d’Amérique s’échangent le calumet - une longue pipe – pour signifier qu’ils font la paix avec les autres. C’est un signe d’amitié. Enfin, si t’as regardé les westerns, t’en vois parfois. Mais les gens sont parfois tellement incultes, que faut quasiment tout expliquer. »
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 5° :: Couloir graffitis-
Sauter vers: