Partagez
 

 I need something soon | Charles L. Campbell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité


Anonymous





I need something soon | Charles L. Campbell
06.07.16 17:53

CHARLES L. CAMPBELL

FEAT Balor, OC de Phobs

-♪-

JE SUIS Charles Louis Campbell, J'AI 20 ans. JE SUIS anglais ET MES PARENTS SONT sorciers de sang-mêlé. JE SUIS EN sixième année ET J'ÉTUDIE l'Occultisme et la Coopération magique OPTION traque en terrain dangereux. JE FAIS PARTIE DES militants contre les dragons à Poudlard, pour une raison obscure (une certaine Arya l'en a convaincu et il a cédé juste pour être tranquille), ET MA MAISON EST Poufsouffle.

❝ Sober to Death ❞

SON ÉPOUVANTARD serait un épouvantard si c'était possible. Charles a surtout peur de passer à côté de sa vie, justement à cause de sa peur d'entreprendre quelque chose. Il a peur de l'avenir, de rater sa vie d'une manière ou d'une autre. Et pourtant, la forme concrète de son épouvantard, c'est juste un gros chien enragé qui s'apprête à le déchiqueter. Il pense comprendre pourquoi.
L'ODEUR DE L'AMORTENCIA  est pour lui souvent liée à des lieux, tour à tour celle qui règne aux Trois Balais, café, bière et bois verni, celle de la bibliothèque de Poudlard, poussière et vieux livres, et une odeur d'encre qui, pour lui, sent un peu la liberté — celle du salon de tatouage de son cousin. Des lieux eux-mêmes liés aux gens qu'il aime le plus.
SA BAGUETTE EST FAITE DE bois de sapin, contient un crin de licorne, mesure 28,2 centimètres et est semi-rigide.
SON PATRONUS est un colley, l'un des chiens préférés de la reine Victoria. Les Campbell ont tendance à avoir des chiens royaux pour patronus... Charles n'en est pas particulièrement fier.
SES MATIÈRES FAVORITES SONT la Métamorphose depuis toujours et l'Occultisme depuis qu'il en fait, parce que c'est bon de flirter avec l'interdit.
IL A un tatouage dans le creux du poignet gauche, un simple "my way" stylisé, à peine lisible, qui a quand même indigné ses parents.




Caractère.


I am almost completely soulless
I am incapable of being human
I am incapable of being inhuman
I am living uncontrollably

Charles, c'est le parfait Poufsouffle. Il est sociable et chaleureux, mais jamais exubérant. C'est un garçon calme et patient, à la voix posée et au sourire facile en général. Il n'hésite pas à prêter son épaule ou son oreille et il a la réputation d'être de bon conseil. Ça le fait sourire, parce qu'il n'en a pas l'impression. Il se contente d'aider les autres à prendre conscience de ce qu'ils savent déjà. Lui-même se confie rarement, parce qu'il trouve ses soucis assez dérisoires. Charles est assez ouvert d'esprit pour s'entendre avec n'importe qui et, même s'il ne passe pas autant de temps qu'il le voudrait avec ses amis, au fond ce qu'il aime le plus au monde, c'est bien les gens. Il se considère au moins un peu responsable de chaque personne qu'il laisse entrer dans sa vie. Pour lui, il serait déshonorant de laisser tomber quelqu'un à qui on a tendu la main ne serait-ce qu'une fois. Jamais on ne le verra non plus passer à côté d'une personne à terre sans l'aider à se relever. Prendre les choses en main pour aider les autres, ça ne lui pose aucun problème, c'est dans sa nature. S'il est pacifiste et largement du genre à fuir le conflit, il serait prêt à se battre pour défendre quelqu'un d'autre que lui. Mais son élément naturel, c'est le calme, c'est la paix. Tout ce qu'il souhaite, c'est qu'on le laisse à sa tranquillité. Si on cherche à le provoquer lui, directement, il a tendance à baisser la tête, à ne pas trop se montrer, voire à se plier aux exigences de l'autre si cela peut lui permettre de retrouver le calme plus vite. Il n'est pas vraiment lâche, il n'a juste aucune raison de se battre pour lui-même. Quand ça ne concerne que lui, il est passif, pas du genre à lutter. Il se laisse porter par le courant. C'est comme ça qu'il s'est retrouvé membre des Militants contre les dragons à Poudlard, alors qu'au fond ça ne lui pose aucun problème, mais il ne sait pas comment revenir en arrière, maintenant. C'est comme ça pour tout, avec lui. Il a du mal à dire non, parce qu'il ne sait pas ce qu'il veut, parce qu'il n'a pas vraiment appris à penser pour lui.
On l'aperçoit souvent travailler dans un coin de la salle commune de sa maison ou de la bibliothèque du château, où il aime occuper toujours la même table, assez près d'une fenêtre pour profiter de la luminosité mais assez éloignée pour ne pas se laisser déconcentrer par les élèves moins studieux qui font les quatre cent coups dans le parc. Il n'a pas vraiment le choix, s'il veut réussir. Charles suit un double cursus. Il n'en tire aucune fierté personnelle mais il tient à exceller pour satisfaire ses parents, en particulier son père qui l'a éduqué spécifiquement pour qu'il devienne un garde personnel de la royauté, à sa suite. C'est une vieille tradition familiale que Charles est le seul à pouvoir perpétrer, étant l'unique héritier de la famille Campbell. À cause de son éducation particulière, de son enfance riche mais stricte, Charles est parfois à côté de la plaque au milieu de ses camarades à l'enfance plus conventionnelle, qu'elle ait été sorcière ou moldue. Son cousin Louis, un rebelle dans l'âme qui est aussi son meilleur ami côté moldu, a pris sur lui de l'initier à une vie plus moderne et moins guindée. Déjà avant Poudlard, Louis, c'était un peu sa bouffée d'air, le seul qui allégeait son fardeau quotidien, celui de la conscience aiguë d'être le seul responsable de l'avenir du nom, du domaine, de la fortune, de la réputation des Campbell. Fardeau qui le suit jusqu'à l'école malgré la présence revigorante de ses amis.

Charles, c'est la révolte silencieuse. Il n'a jamais cherché à se mettre en avant. Le feu des projecteurs, très peu pour lui. Rester en coulisses, c'est son destin, et ça lui convient. C'est même l'un des rares éléments de ce destin choisi pour lui qui ne le dérange pas. Parce que contrairement à ce qu'on pourrait croire en le voyant travailler sans relâche pour exceller, Charles ne se satisfait pas de l'idée de prendre la suite de son père. Même si, lorsque le sujet est évoqué, il ne l'admet pas toujours, comme s'il espérait encore pouvoir s'auto-persuader, tout simplement parce qu'il pense n'avoir pas d'autre choix. Pourquoi tout envoyer en l'air s'il n'a rien d'autre à y gagner ? Alors il ronchonne, il soupire, il lève les yeux au ciel et dit que ça le fait chier, parfois, mais c'est la vie, il n'y peut rien. Son avenir est tout tracé, il n'a que le présent pour s'écarter un peu de la piste pavée pour lui par ses ancêtres. C'est ça, sa rébellion sourde, son tatouage, la fumette, les cheveux qu'il porte longs rien que pour contrarier son père, comme un ado en crise. Pour que plus tard, quand il sera devenu exactement ce que souhaitait son père, il puisse repenser à ses jeunes années en se disant qu'il avait une personnalité propre. Même si c'est pas vrai. Et que ça craint. Et que parfois il voudrait se casser loin en laissant tout derrière. C'est tellement banal, il le sait. C'est tellement nul de se ronger les sangs pour ça, alors qu'il a tout le confort du monde quand d'autres meurent de faim, sont jetés en prison ou tués pour avoir voulu être libres ou aider d'autres à l'être. Et il se sent tellement con quand il les envie presque, ceux-là, ceux qui osent. Au fond, il attend juste une bonne raison pour craquer, mais il l'attend à l'extérieur, là où il refuse de regarder.
Charles, c'est le calme avant la tempête. Peut-être.

and I am torn between
trying to be a better man
and trying to accept the man I am



Histoire.
-♪-

why don’t you cut the shit
and tell me who you’re fighting for?

Charles était assis à son bureau, plongé dans Rhétoriques sorcière et moldue à travers les siècles, une étude comparative. C'était les vacances de Noël, hiver 2016, et il avait une longue composition de Rhétorique à rendre pour la rentrée. À côté de lui, étalé sur son lit, son cousin Louis lisait tranquillement en écoutant l'un des obscurs groupes de rock moldu auxquels il aimait initier Charlie. Sans prévenir, le bruit mat d'un livre qu'on ferme le fit lever la tête de son livre et le craquement du sommier lui indiqua que son cousin s'était redressé.

« Écoute, tu peux pas continuer comme ça, Charlie. »
La plume contre les lèvres, Charles leva les yeux vers Louis. Louis, ce n'était pas seulement le second prénom de Charles et celui de son cousin, c'était aussi le prénom de son père, celui de son grand-père, celui d'autres de ses ancêtres encore. Charles aussi apparaissait ça et là sur l'arbre généalogique des Campbell, évidemment. Nul Campbell n'échappait à la tradition, surtout pas lui. C'était l'une de ces particularités familiales qui donnaient à Charles la désagréable impression de n'être qu'un pion parmi d'autres, tous interchangeables, au service de la reine. Son cousin Louis n'était d'ailleurs même pas un Campbell. Sa mère était la sœur aînée du père de Charlie, mais son père était un moldu du nom de Highsmith. Sans ça, Louis aurait été le principal héritier Campbell et on aurait peut-être laissé Charles vivre sa vie comme il l'entendait. Mais non, c'était lui, l'unique héritier. Louis était un moldu de deux ans son aîné, il connaissait l'existence des sorciers et avait longtemps mal vécu le fait de ne pas en être un. Maintenant, c'était Charles qui l'enviait d'être normal. Il aimait la magie, mais il se serait passé de ses devoirs familiaux.

« Comme ça quoi ? C'est pas bon ? »
Charles baissa à nouveau les yeux sur son parchemin déjà bien noirci d'encre. Comme si son cousin y connaissait quoique ce soit. Louis secoua la tête en grognant et plaqua sa main aux phalanges tatouées sur les pages du lourd volume.

« Je parle pas de ça. Enfin... Si. Mais j'veux dire... C'est les vacances, et tu fais que bosser. Pour un truc qui a l'air chiant à crever, en plus.
— Non, ça va...
— Charlie, sérieux. C'est pas ça que tu veux faire, on le sait tous les deux.
— Ah ? T'es sûr ? Tu m'apprends un truc pourtant. Qu'est-ce que tu crois que je veux faire, alors ? »

Louis soupira mais ne dit rien, semblant chercher ses mots.
« À court d'arguments ? sourit Charles.
— Hmpf. Je suis pas dans ta tête, je sais pas ce que tu veux. Mais c'est pas ça. J'en suis sûr. Je sais très bien que ça te fait chier, toute cette pression. Ton père et papy sur le dos, même tes profs je parie, à vouloir que tu suives leur trace. Pourtant c'est toi qui m'as encouragé à me lancer, c'est toi qui m'as aidé à trouver ma voie, et qui m'as fait comprendre que ma vie pouvait être aussi cool que la tienne quand j'étais dégoûté d'être un cracmol...
— T'es pas un cracmol, t'es un moldu. Et c'est pas pareil, tu avais le choix. Moi non, et j'ai pas envie de me battre. J'ai pas à me plaindre, franchement...
— Putain ! Arrête avec ça. Arrête de croire que t'as pas le droit de te plaindre juste parce que t'es né avec une cuillère en argent dans la bouche. Perso j'préférerais être un clochard plutôt que de pas vivre pour moi, comme tu fais. »
Charles arqua un sourcil et eut un rire sarcastique.
« Carrément, un clochard ?
— J'exagère à peine, j'te jure. Et toi aussi tu vas devenir chiant à crever si tu continues, comme ton bouquin à la con. »

Le ton de Louis effaça le sourire du visage de Charles. Il avait l'air sincèrement en colère — après son cousin, après leur famille, après le livre de cours, il ne le savait peut-être pas lui-même. Ce n'était pas la première fois qu'ils avaient ce genre de conversation, mais Louis n'avait jamais semblé si irrité par le sujet avant.

« Louis... ? »
Louis soupira à nouveau et lui attrapa la main gauche, relevant la manche de son pull pour dévoiler le tatouage sur l'intérieur de son poignet.
« My way,  Charlie. Your way. C'était peut-être un truc débile d'ado, mais si tu l'as pas effacé, c'est pour une raison. Et si tu l'as voulu là, plutôt que dans le dos, c'est pour le voir tous les jours. »

Charlie regarda le tatouage et déglutit, les mots coincés dans la gorge. C'était Louis qui l'avait tatoué. C'était ça, sa voie à lui, celle qui lui avait valu le courroux de toute sa famille excepté Charles. Louis était passionné par le dessin et le tatouage, une activité absolument pas respectable pour le membre d'une famille qui évoluait dans les coulisses de Buckingham Palace, mais il avait quand même ouvert son salon à vingt ans, grâce à l'argent qu'il avait de côté depuis sa naissance, et surtout grâce aux encouragements de Charles qui le vécut comme une victoire personnelle. À tout juste dix-huit ans, il avait été son premier client. Un magnifique double pied de nez à leurs familles. Le premier et dernier acte de rébellion de Charles L. Campbell, chien fidèle de Sa Majesté la reine. Ce n'était pas pour la référence à Sid Vicious que Charlie avait conservé le tatouage — les Sex Pistols, c'était marrant, mais pas de là à y puiser sa philosophie de vie —, c'était pour le souvenir du sentiment délicieux qui avait suivi la révolte, même au milieu de la tempête de menaces et de colère parentales. C'était pour ce courage dont il avait fait preuve malgré tout, malgré l'éducation quasi rigide qu'il avait reçue et le sens du devoir écrasant qu'il portait sur ses épaules depuis tout petit. C'était pour se rappeler qu'il pouvait agir pour lui, rien que pour lui, qu'il était une personne à part entière et pas une pièce sur un échiquier. Il sentit la honte colorer ses joues. Avoir le tatouage sous les yeux en permanence, finalement, ça n'en avait qu'atténué la force du message jour après jour. Le quotidien avait repris le dessus. La pression, le devoir, les devoirs, tout ce qu'il faisait pour continuer à avancer sur la ligne toute tracée pour lui de sa vie sans être tenté par l'extérieur, sans penser à ce qu'il pouvait manquer, tout ça avait trop bien fonctionné.

« Écoute... » Écoute, foutu tic de langage que lui avait filé Louis. « Louis. Je sais pas ce que je veux, d'accord ? C'est facile de conseiller les autres, c'est facile de pousser ceux qui savent ce qu'ils veulent, mais moi j'ai jamais su. Et c'est aussi bien comme ça, vu que...
— Je sais Charlie ! C'est aussi pour ça que je t'enviais avant. C'est confortable de pas avoir le choix. Mais tu vaux mieux que ça. Et toi aussi t'as le choix. »
Charles secoua la tête. « Non, pas vraiment, et je m'en fiche. C'est pas détestable non plus, comme vie. Même mes études. J'aime bien l'Occultisme tu sais. Qu'est-ce qu'il y a de mal au confort, si tout le monde est content ? »

Mais le ton de sa voix trahissait son manque de conviction, son envie de faire comme Louis et de dire merde à tout ça, rien que pour voir s'il le pouvait. Louis le sentit, le vit dans son regard, mais ça ne l'énerva que davantage.
« Ok, berce toi d'illusions tant que tu veux, petit toutou. » Et il sortit de la chambre sans refermer la porte derrière lui. On était calme chez les Campbell, on ne claquait pas les portes... VLAN !  C'était la porte de la maison.

Charlie referma doucement celle de sa chambre, se remit à son bureau et se replongea dans son livre, tâchant de se concentrer, le regard sans cesse happé par les deux petits mots qui ornaient son poignet. Il tira sur la manche de son pull pour les couvrir et fit une nouvelle tentative, sans prêter attention au fait qu'il se mordait l'intérieur des joues à se faire mal. Il fallait vraiment qu'il finisse cet essai.


biting my clothes to keep from screaming
taking pills to keep from dreaming
I want to break something important
I want to kick my dad in the shins


Kenny.

Re ♥ on s'en fiche de moi Je profite de cette case pour dire que j'étais Albert Keats (brièvement). Je n'avais pas prévu de disparaître mais puisque c'est le cas j'ai préféré tenter autre chose, adieu Bertie. Je suis désolée envers ceux qui attendaient un RP (Kiki ;;) ou un lien, et de perdre les liens trop cools que j'avais déjà, j'espère qu'on peut remettre ça avec Charlie !
J'ai jamais joué de prédef (ok j'ai tenté et échoué une fois), donc j'espère que mon Charles conviendra et vous plaira ! Pour l'avatar, possible que je change d'OCs parfois mais je ferai attention à ce que ça colle et qu'ils soient libres :3
Voilà ! Contente d'être de retour, big luv sur vous et ce forum ♥


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire


Messages : 68

Date d'inscription : 18/06/2016

Feat : Yuu Nishinoya | Haikyuu!! { irl : dylan sprayberry

Crédits : Avalon (avatar) ♥♥♥ | signa code perso

D. Yasha Ioslov





Re: I need something soon | Charles L. Campbell
06.07.16 18:16

CHAAAAAAAAAAAAAAARLES JGLEHGJZH
AAAH J'AIME CE PREDEF :bave:
(et puis Kassim SVP, Kassim rrrrrrrrrrr)

bref je te souhaite la rebienvenue parmi nous hihi ♥



FORCE&ARDEUR
petit yasha veut devenir grand ; essayer d'être à la hauteur, essayer de ne pas commettre d'erreurs. yasha il marche sur un fil tellement fin qu'il a peur de se casser la figure, il tangue dangereusement vers le vide, vers le néant, et il n'y a personne pour le rattraper.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

Kieran Nails





Re: I need something soon | Charles L. Campbell
06.07.16 18:34

OMG BERTIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE
TU ES LAAAAAAAAAAA JE SUIS JOIE JE SUIS AMOUR. JE SUIS UNE FOUGÈRE AUSSI DES FOIS MAIS CA N'A RIEN A VOIR!
Je suis tellement content que tu sois revenuuuu même si c'est avec un autre perso t'inquiète on ce fera un lien au petit oignon surtout que tu pue tellement la classe que j'vais jamais m'en remettre.
Voila! C'EST SUPER!
REBIENVENUE!!!
VITE FAIT TA FICHE ET VIENS EN CB GREDIN
Luv sur tes fesses de petit predef


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Anonymous





Re: I need something soon | Charles L. Campbell
07.07.16 7:57

Merciiii <3 Han pour Kassim il est cool mais je trouvais pas mon bonheur ou je trouvais que ça allait pas à Charles I'm sorry saaaaad
T'es trop chou Kiki ! <3 Oui je viendrai sur la cb quand j'aurai fini ! Allez *retourne écrire* yaay
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Préfet & Président du club de duels


Messages : 838

Date d'inscription : 08/09/2015

Anton V. Lawliet





Re: I need something soon | Charles L. Campbell
07.07.16 22:19

HAN. HAN.
HAAAAAAAAAAAAAAAN.

DUDE. Tu as carrément mieux cerné Charles que moi, ça m'a foutu des frissons et tout. Genre ouais. Je sais même pas quoi dire, ce personnage était carrément fait pour toi, je suis sans voix, c'est merveilleusement bien écrit et puis CE Charles est encore plus parfait que tout ce que j'avais imaginé, alors même que je l'ai inventé et waw. Je m'incline devant ce talent, genre, sincèrement.




poufsouffle !


Félicitations ! Le choixpeau a bien lu dans ton esprit et t'as réparti dans la maison des loyaux et qui aiment travailler. Tu peux maintenant te balader sur le forum comme tu le désires. Nous te conseillons de suivre Être un sorcier pour les nuls qui te guidera pour faire des premiers pas sur le forum !




1. (Psychology) the capacity for understanding, thinking, and reasoning, as distinct from feeling or wishing 2. a mind or intelligence, esp a brilliant one. 3. a person possessing a brilliant mind; brain. 4. those possessing the greatest mental power.

Revenir en haut Aller en bas


Invité


Anonymous





Re: I need something soon | Charles L. Campbell
08.07.16 7:55

Ooow boom < *just exploded* game over
Merci ça me touche tout ça >w< Et je suis vraiment contente qu'il te plaise vu qu'il vient de toi !
Thanks thanks <3
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: I need something soon | Charles L. Campbell

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Fiches & RS-
Sauter vers: