Partagez
 

 Three summer days _ Demeter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 77

Date d'inscription : 25/04/2016

Juniper E. Green





Three summer days _ Demeter
26.07.16 13:38

Le vent balayait avec douceur l'or de sa chevelure qui agitait fièrement toute la splendeur de son éclat à l'ombre d'un ciel qui s'était voulu exceptionnellement un peu gris. Pour une fois son teint blafard ne le rendait pas insolite au milieu de cette jetée ; Il y avait ce jour là, des allures d'automnes, des allures d'hivers. Un peu comme si Demeter avait emmené le climat gris de l'Angleterre au beau milieu du pacifique.
Malgré tout, la chaleur écrasante subsistait et l'humidité du climat tropical rendait l'atmosphère poissarde donnant la désagréable impression d'être recouvert de la tête au pied par un voile invisible. Mais ni le temps, ni la température, n'auraient su arrêter l'irrépressible Juniper dont les éclats de joies, des tumultes de rires, résonnaient avec légèreté tout du long de son avancée et de ses découvertes. Finalement guérie d'un vilain rhume l'ayant clouée au lit les premiers jours, elle s'extasiait de chacune de ses découvertes avec une candeur toute enfantine. C'était sa première fois à la mer.
Elle marchait au bord de mère. Le clapotis d'une eau tiède chatouillait ses chevilles maculées d'un sable qui remontait jusqu'à ses genoux, qu'on retrouvait même sur ses mains qu'elle avait enfoui dans le sol quelques minutes plus tôt, pour palper des grains humides et s'émerveiller de sa consistance. Elle savourait chacun de ses instants passés dans un endroit étranger, elle qui jusqu'à lors n'avait connu que le Royaume-Uni dont elle s'était miraculeusement extirpée à une seule reprise ; Pour la coupe du monde de Quidditch. Ce voyage inespéré, l'emplissait d'une insouciance encore plus pointue qu'à l'accoutumée. Loin de tout ce qu'elle connaissait, Juniper se sentait hors du temps, comme si sa clepsydre n'avait plus d'emprise sur eux. Elle vagabondait alors sur un îlot de félicité, laissant son esprit s'égarer dans chaque découvertes, même la plus insignifiante, qu'elle pouvait faire.
A cet instant elle avait fait signe à Demeter de s'arrêter alors qu'elle se laissait retomber un peu plus loin, vers un endroit sec. Ses mains renfermées s'ouvrirent et le creux de ses paumes découvrirent ses petits trésors accumulés tout du long de sa balade, dont le blanc nacré encore embué, luisait faiblement. Elle ne tarda pas à s'armer de sa baguette qu'elle utilisa pour décrasser ses coquillages et par quelques coups habiles, elle en avait ensuite constitué deux colliers. Fière de son travail, elle en présenta le fruit à Demeter pour s'enquérir de son avis, pas indispensable mais fortement estimé et comme si elle avait pu partager avec ce geste un peu de sa joie à son irrascible cousin, dont les goûts se définissaient par une négation presque constante. Demeter avait l'amour avare, particulièrement difficile. Et on s'étonnait toujours un peu de le voir s'entendre si bien avec James, Argus, et elle même. La raison échappait à tous et par moment elle y compris tant l'esprit de son cousin pouvait être contradictoire en plus d'être sujets à quelques caprices compulsifs. Il ne broncha pas. Eut cet espèce de vague sourire indifférent et se retourna pour se remettre à marcher. Espiègle Juniper fit de même et accourut une nouvelle fois vers le bord de plage. Légèrement en retrait elle se pencha et ses mains pétrirent le sable pour faire une boulette dégoulinante et visqueuse à souhait. L'arrière du crâne de Demeter cible toute désignée, fut atteint d'un jet plein d'adresse. Et le rire de Juniper s'éleva aussitôt, franc et clair sous le ciel ombragé. Le fracas de sa joie agita ses côtes et ses yeux en étaient légèrement humides de cette euphorie soudaine et enfantine. De ces vacances et cet air d'insouciance.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 323

Date d'inscription : 25/04/2016

Crédits : YAYA LE PLUS BO ♥♥

Double Compte : Joan PARKER

Demeter H. Green





Re: Three summer days _ Demeter
27.07.16 21:07

Il était houleux, aussi bilieux le ciel gris qui recouvrait leurs têtes. Ses cheveux blonds, lisses, voletaient sous le souffle d’une brise légère et il en gardait les lèvres retroussées, passablement agacé de sentir le vent y exhaler sans cesse de désagréable caresse. Si d’ordinaire d’aussi superficielles considérations n’étaient pas dans ses habitudes il était depuis quelques jours, d’une humeur exécrable. Il n’avait toujours pas accepté cette escapade insulaire venue déranger des plans de voyages soigneusement préparées qui avaient prévues quelques expéditions dans les landes afin de chasser des licheurs. Cependant et avec un grand regret il n’avait pas pu échapper aux projets de Bogeyman et n’avait pas osé poser de dérogations devant l’enthousiasme débordant de Juniper. Cette dernière avait toujours rêvé de plages de sables blancs et d’eaux d’un bleu cristallin. A son grand contraire lui qui ne pensait qu’à la chaleur harassante et aux hordes de moustiques prenant un malin plaisir à venir lui sucer le sang à toutes heures de la journée, comme s’il n’était pas déjà suffisant comme châtiment de devoir partager un bungalow avec deux mini-portions.
Heureusement qu’existait Juniper Green et son ineffable énergie pour l’extirper du nuage noir de ses ruminations, comme elle l’avait toujours fait sans qu’elle le sache et sans que lui s’en rende vraiment compte. Et il l’observait du coin de l’œil, barboter au bord de mer. Le bruit des vagues se confondaient avec l’écho de ses rires. La rousseur de sa chevelure jurait contre la grisaille enveloppant l’horizon. Elle semblait toute accaparée à ses découvertes faites au fur et à mesure de leurs progressions tandis qu’elle se penchait, examinant un peu tout et n’importe quoi, les retournant chaque fois vivement entre ses doigts. Pressée, elle le devançait d’une dizaine de mètres. Il songea un instant à trotter pour ne pas se faire distancer à la longue mais Juniper s’arrêta brusquement comme elle le faisait toujours et se retourna vivement vers lui tandis qu’elle accourait, sans doute pressée de lui montrer quelque chose. Il l’observa s’agenouiller un peu plus loin et en découvrant ses paumes elle lui exposa une collection de coquillages ramassés un peu plus tôt. En quelques coups de baguettes elle eut tôt fait de les assembler en deux colliers. Demeter espéra fortement qu’il ne s’agissait pas d’une version Juniperienne des bracelets d’amitiés. De toute manière pas question de porter ça. Elle les lui montra enthousiaste comme pour lui demander son avis et même Demeter si avare de compliments, trouva le résultat assez plaisant, somme toute esthétique pour quelque chose fait à la va vite. Il ne savait pas si le mérite s’attribuait aux talents de sa cousine, ou tout simplement aux jolis coquillages.
- C’est assez joli.
Il l’avait avoué du bout des lèvres en haussant les épaules, indifféré au fond par ces œuvres éphémères, destinées à finir au fond d’un placard ou, il y pensa avec un sourire, autour du cou de James après un forcing Junipérien. Quoique, James n’avait jamais vraiment besoin d’être persuadé quand il s’agissait de Pepper.
Demeter reprit doucement son chemin tandis que Juniper fourrait sans doute les colliers dans ses poches avant d’accourir à nouveau vers le bord de mer. Elle sembla ralentir considérablement son allure puisque bientôt elle n’apparut plus dans sa périphérie. Et au moment où il se retournait pour justement voir ce qu’elle fabriquait, un choc froid et soudain le fit frissonner des pieds à la tête. Quelque chose l’avait touché à la nuque. Une substance visqueuse dégoulinait le long de son dos. Demeter y passa une main, devina une texture qui était de l’eau mélangé à du sable. Le grand rire claironnant d’un plaisir espiègle derrière lui indiquait clairement ce qu’il s’était passé. Et il tourna le cou, pour voir Juniper pliée en deux, ses mains maculées d’une couleur terreuse.

- Pepper !

Elle avait osé.
C’était une constatation offusquée et à la fois amusée. Parce que Juniper était une des rares personnes pouvant se permettre de s’aventurer dans ce territoire. Elle lui arrachait ses rires, ses sourires et on se serait sûrement étonné de ne pas le voir fulminant de rage, jurant d’égorger l’auteur de ce crime ; Mais il s’agissait bel et bien de Juniper Green, sa diablesse de cousine dont il n’aurait échangé la compagnie familière pour rien au monde.
Il se jura de lui rendre au moins la pareille et en se ruant vers elle, emplit ses deux mains de sables, se mettant à la bombarder à mi-chemin. Et on aurait juré voir un sourire candide dénué de toute malice étirer ses lèvres, s’il n’avait pas été l’exécrable Demeter Green.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: