Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













ÉPISODE #7 — Le Commencement

Partagez | 
 

 ÉPISODE #7 — Le Commencement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Préfet & Président du club de duels


Messages : 838

Date d'inscription : 08/09/2015

avatar





ÉPISODE #7 — Le Commencement
03.09.16 9:47


Épisode #7


Une nouvelle année commence à Poudlard, et malgré les nouvelles macabres que vous avez découvert en rentrant chez vous, il y a une semaine - l'ambiance se veut joviale. Aussi tous les élèves se retrouvent-ils au premier dîner de l'année pour partager leur repas. Le directeur a fait un discours !

"Chers élèves,
Bienvenue pour une nouvelle année à Poudlard !
Vous avez sûrement lu les nouvelles et entendu des rumeurs; alors je ne vous mentirai pas: cette année sera plus fade que les précédentes. Je vous demanderai d'être extrêmement vigilant, peu importe l'heure et le lieu - le couvre-feu est descendu à 21 heures, et les élèves devront être ramenés par leurs préfets à la fin de chaque repas.
Vous trouverez des armures un peu partout dans le château : ne vous en faites pas, elles veillent à votre sécurité; nous vous demandons cependant de ne pas les toucher.
Aussi le couloir des gnomes a-t-il été nettoyé ! Vous pourrez maintenant y circuler.
Les préfets ont été attribués de nouvelles responsabilités dont ils sont au courant - mais sachez qu'au moindre problème rencontré, leurs origamis sont mis à votre disposition.

Je me dois également de vous annoncer que je ne serai que peu présent cette année - aussi c'est Lux la Chouette, ma plus fidèle amie, qui s'occupera de vous quand je ne serai pas là.
Mes chers élèves; je vous souhaite bon appétit.



Consignes

Vous venez d'arriver à Poudlard par diligeance (le quai 9 3/4 n'étant pas encore tout à fait rénové). Vous assistez au premier repas de l'année et aux répartitions !

Écrire un petit RP de 200 mots ou plus décrivant votre personnage entouré de ses amis à table. L'épisode n'est pas obligatoire mais vivement conseillé pour la participation à l'intrigue principale !

Vous pouvez poster autant de fois que vous le désirez, ignorer ou répondre aux RPs de tous les personnages si tant est que le tout reste cohérent.

Une intervention sera faite le dimanche 11 Septembre.

Bon courage !




1. (Psychology) the capacity for understanding, thinking, and reasoning, as distinct from feeling or wishing 2. a mind or intelligence, esp a brilliant one. 3. a person possessing a brilliant mind; brain. 4. those possessing the greatest mental power.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 106

Date d'inscription : 29/03/2016

Crédits : ancien membre (oui, il est vieux cet avatar)

Double Compte : clive bird

avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
04.09.16 12:05

Jamais Lancelot n'a été aussi insatisfait d'une rentrée.
Pourtant, d'habitude, la rentrée n'est pas un moment qu'il redoute particulièrement. Certes, devoir travailler est toujours un problème certain, mais il a réussi sa quatrième année sans trop de problèmes, ce qui l'amène à une cinquième année qu'il peut réussir de façon aussi tranquille. Malheureusement, les tensions qu'il sent autour de lui mine un peu son enthousiasme. Surtout, il est préoccupé par ses propres activités de duelliste illégal. Soyons honnête : Lancelot se fiche bien de savoir ce qui se passe en dehors de Poudlard. Les attentats ne l'effrayent pas, motivé par l'absolue certitude qu'il ne pourra pas mourir aussi bêtement. Si des illuminés veulent causer des problèmes, cela ne le regarde pas. En revanche, la présence d'armures à tous les coins, la surveillance par les préfets et ce couvre-feu absurde qui l'empêchera de voir Arthur ou Perceval le dépriment totalement totalement. Comment va-t-il faire pour profiter de sa jeunesse dans de telles conditions ? Décidément, les adultes ne réfléchissent pas.
Il déteste ces gens qui se laissent vite emporter par les craintes ambiantes.
Assis à table, il se contente pour le moment d'écouter les discours de ses pairs, attendant que quelque chose ne vienne attirer son attention. Son côté désinvolte ne change pas ; on le sent aussi indifférent qu'à l'accoutumée, si ce n'est qu'un pli d'inquiétude lui barre le front en pensant à sa jeunesse. Il mange cependant de façon tout à fait normal. Ce n'est pas la menace de quelques illuminés qui va le perturber, et il compte bien le faire comprendre à ses camarades Serpentard.

+20 pts pour Serpentard
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
04.09.16 13:26



EPISODE SEPT.


CHAPTER I : Changement.


Cette rentrée, qu’elle fut bonne ou non, ne changeait en soit rien au quotidien de la rose. Elle s’était assise à une extrémité, à l’écart de ses compères Serpentard et faisait tourner d’un geste malhabile sa fourchette autour de ses doigts fins. Le dégoût et la frustration. Le mal-être et le paraître. Adlona ne pouvait s’exprimer quant à ses amis, car même si certains de ses camarades verts lui parlaient sans sourciller, la vérité était tout autre et elle ne pouvait le nier. Sûrement cette vérité atroce qui lui fit changer son point de vue sur Pourdlard, après ces mois de vacances auprès de son père. Oui, aujourd’hui elle comprenait que si son géniteur n’avait pas été à la tête des Serpentard, alors elle serait définitivement seule. Enlisée dans un noir total, dans une recherche d’identité et d’affection.

La table étant remplie, le jeune homme à côté d’elle s’étalait sur son espace et la tchèque fut contrainte de se décaler encore plus vers le vide que laissait paraître le banc. Ils étaient tous rayonnants, heureux de voir leurs amis pour la plupart tandis qu’elle espérait pouvoir s’échapper d’ici au plus vite. Après avoir cherché du regard le seul qu’elle considérait comme un ami : Kieran. Ce Gryffondor faisait toute la différence dans le coeur de la rose, il était comme un rival et aussi la personne sur qui elle comptait le plus malgré les quelques mésaventures dont on ne rappellera pas l’envergure. Il était lui aussi présent, à sa table et entouré de ses amis, s’il les nommait comme cela. Doucement, Adlona leva son bras, le regard ancrée sur la chevelure rousse du jeune homme et claqua des doigts en sa direction, espérant qu’il entende et ornant son visage d’un sourire peu commun.

Soudain, un coup dans son bras arrêta sa tentative de contact avec le rouquin et elle dévisagea d’un visage noir comme on n’avait jamais vu sur elle le Serpentard à sa droite. Elle ne dit rien, elle attendait patiemment qu’il détourne le regard pour être victorieuse. Les échos des murmures arrivaient à ses oreilles comme une vieille rengaine. Sigma, Sigma. Comme tous, elle avait vu les nouvelles et ne s’en réjouissait pas. En soit, ce n’était pas le problème des agissements de ces individus mais plus son comportement. Son mensonge. Son lien. Si elle avait toujours prétendu être une sang pur comme le voudrait son géniteur, même s’ils avaient toujours été proche, aucun ne pouvait exclure le fait qu’elle soit simplement moldue. Moldue. Bourdonnement dans les oreilles incessants, migraine soudaine. Et si… Et si le sort se retournait contre elle ? Et si, son propre bienfaiteur en viendrait à la renier ?

L’idée paraissait inconcevable.
Pourtant, elle avait ouïe dire que l’impossible était possible.

+20 pts pour Serpentard

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire


Messages : 750

Date d'inscription : 28/03/2016

Feat : Akaashi Keiji — HAIKYUU!!!

avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
04.09.16 14:48


Mort ; nom féminin. Se définit par l'arrêt définitif des fonctions vitales.
Si on s'en tient au sens strictement biologique du terme, cela se résume uniquement à cette phrase ridiculement courte. Simple, claire – sa compréhension est accessible même au plus benêt des êtres. Tout le monde sait ce qu'est la mort.
Pourtant — pourtant, si on creuse sa définition plus profondément, si l'on s'extrait des phrases bien faites et bien pensées du dictionnaire, c'est tellement plus.

Lio est morte. C'est un fait. Une simple information basique, qui prenait très exactement six lignes dans la Gazette des Sorciers, à côté des petites annonces magiques. Ce n'est pas compliqué à comprendre. Et pourtant, Perceval n'y arrive pas. Là, quelque part dans l'amas poisseux de ses pensées désordonnées, quelque chose bloque.
Lio n'aurait pas dû mourir. Elle a passé l'été avec eux. Ils ont partagé un bungalow, ils ont chassé les coconuts ensemble, ils se sont quittés il y a seulement une semaine, le temps de rentrer changer leurs valises et se remettre des souvenirs de l'archipel — alors pourquoi ? Comment une personne peut disparaître, s'effacer de l'existence d'une école entière, en seulement sept jours ?
La sensation est âpre ; amèrement familière aussi. C'est comme quand Sarah est morte. Non — c'est semblable et différent à la fois. C'est absence et il ne peut s'empêcher de chercher pourtant la silhouette du regard. Sans être amis proches, Lio demeurait une fille qu'il fréquentait depuis quatre ans (et quatre ans, c'est long tout de même, ça signifie bien quelque chose, même d'infime) et qui avait partagé deux mois entiers de sa vie tout récemment encore (Percy pouvait encore l'entendre se plaindre de ses coups de soleil et râler contre le sable dans ses cheveux, avec ce timbre de voix haut perché si désagréablement féminin).

Il se secoue, se retourne vers ses camarades, écoutant d'une oreille le discours du directeur. Ils sont répartis par maisons — le désir pourtant, de vouloir se lever et aller se réfugier auprès de Lancelot ou de ses aînés Serdaigles, le démange. Il voudrait seulement les toucher, s'assurer qu'ils sont bien vivants. Mais il ne peut pas. Au moins la présence de Charles à ses côtés l’apaise quelque peu. Mais les Poufsouffle également, porte le deuil de la disparition d'une des leurs. Et s'il n'était pas proche d'Arya, elle n'en demeurait pas moins une blaireau au même titre qu'eux.
La rentrée a un goût fade ; un goût de cendres et la crainte déjà, se tapit dans le cœur des plus fragiles d'entre eux, ronronnant de confort alors qu'elle tisse sa toile et resserre sa prise sur leurs esprits, chassant les souvenirs d'un océan insouciant.

HRP; qu'est-ce que ça se voit que j'ai pas rp depuis un mois omg #cry

+20 pts pour Poufsouffle



don't need to be the hero
Why I'm still running when I know there's no escaping, come undone, surrender is stronger. I don't need to be the hero tonight. We all want love we all want honor, nobody wants to pay the asking price.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
04.09.16 19:10




⋆ EPISODE #7  ⋆
tout le monde


I think my mask of sanity is about to slip. ✻✻✻

Pesant. L’atmosphère était pesante. Malgré le discours encourageant du directeur, les nouvelles laissées un goût âpre dans la bouche de pratiquement tout le monde. En même temps, qui allait crier de joie face à tout ce bordel ? Ça lui donnait envie de vomir. Il avait peur, il était dégoûté.
Il voulait crier, il voulait hurler à s'en brûler les poumons et se vriller les cordes vocales. Il n'avait pas peur de mourir, il était certain qu'ils étaient en sécurité ici, que rien ne pouvait arriver. Nan, il avait peur d'une rechute. Ses tocs étaient revenus en force, rien qu'aujourd'hui, il s'était lavé les mains quinze fois. Quinze putains de fois. Il dormait de moins en moins aussi. Bien sûr, il ne disait rien, même Joyce n'avait jamais était au courant alors pourquoi en parler maintenant ?
Ouais, c'était ça qu'il redoutait, il n’était pas stupide, il avait compris que la seule chose qui le retenait, c'était la compagnie des autres, mais honnêtement, il ne savait pas si ça allait durer et il doutait que l'infirmerie ici pouvait lui fournir ses médicaments.
Enfin, s’inquiéter ne ferait qu'empirer les choses, il devait penser à autre chose ! Mais aussi, quand tout ce qui t'entoure est perturbé, comment garder pieds ? Deux morts, des attentats -parce que oui, on ne pouvait pas appeler ça autrement- tensions, tensions, tensions. Même la tables normalement énergique des poufsouffles était à pleurer. En même temps, les amis d'Arya faisaient son deuil et les autres jaunes respectaient ça. Lui, il faisait partit de la deuxième catégorie, et ça, ce n'était pas qu'à la table des blaireaux, c'était comme ça pour toutes les autres tables. Deux personnes mortes, ce n'était pas pareil qu'un déménagement. Non, c'était incomparable.
Non, le jour n'est pas à la fête. Non tout ne va pas bien. Non, non non ! Il voulait aller voir Joyce. Il avait l'impression que ça faisait des siècles qu'il ne lui avait pas parlés. Il voulait retrouver un semblant de normalité dans ce monde déréglé. Mais avec les nouvelles responsabilités, ne serait-elle pas encore plus occupée qu'avant ? Il ne voulait pas déranger Perceval non plus, il n'allait pas bien, ça se voyait beaucoup trop.

Sigma. Tout était de leur faute.
Il n'avait plus faim.
 

©TENNESSEE.


+20 pts pour Poufsouffle
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
04.09.16 20:41

Quelque chose n'allait pas. Cette rentrée. Cette ambiance. Tout semblait aller de travers depuis que nous étions rentrés de vacances. Pas seulement chez les Nails. Non. C'est le monde qui déraille. On avait encore un peu de mal à comprendre ce qui se passait réellement. On se tenait au courant comme on pouvait mais en réalité, on avait apprit tout ça durant le trajet qui nous menait à Poudlard. D'ordinaire on est tous carrément content d'y retourner. Mais cette année, quelque chose de sombre accompagnait les élèves. Une tension palpable. Une crainte qu'on aurait put toucher. J'aurais aimé la chassé d'un sourire mais cette fois ça s'annonçait plus compliqué.

Réunis dans la grande salle, tout les discutions ne tournaient qu'autour d'une seul chose. Sigma. J'ai du abandonner les autres pour suivre mes confrères rouge et m’installer à table pour pouvoir écouter le discours tant attendu du directeur. Cette année je m'en serait bien passé, comme pas mal de personne à en juger par les murmures que ces nouveautés avaient provoqué. Couvre feu à 21h. C'était forcément une blague. Je tiendrais jamais toute l'année sans pouvoir foutre un pied passé 21h... C'est juste impossible. Les armures passent encore, c'était même plutôt amusant pour le coup même si on était pas à l’abri de finit en kébab pour leurs avoir écrasé le pied au tournant d'un couloirs.. mais le couvre feu avait décidément du mal à passer. J'en soupirais un bon coup, m'indignant silencieusement de cette situation en jetant quelques regard aux autres tables.

Les bleu et les Jaunes semblaient particulièrement sinistre. J'en avait un pincement au cœur. Bien entendu on essayait pas de pas prononcer le nom de Lio. Même si nous n'étions pas de la même maison je l'avais assez fréquenté pour ressentir ce mal être qu'elle nous avait laissé avec sa disparition. Il en était de même pour cette fille de Poufsouffle. Je crois que Tobi et elle étaient plutôt proche. C'est la première fois que quelqu'un dans mon entourage disparaissait. La mort c'était encore quelque chose de plutôt abstrait pour moi. J’imagine que ça devait changer un jour ou l'autre. Alors on y est, et j'avoue que ça me faisait plutôt bizarre. La prochaine fois, ce sera peut être quelqu'un d'autre. Quelqu'un de proche, quelqu'un qui laissera un vide béant et une douleur inguérissable.

Ne pas y penser.


Encore un soupir. Quelques pensées noir chassées par le dîner qui venait d'être servi. Peut être que cette année ne sera pas si horrible que ce qu'on semble croire. Peut être qu'on devrait simplement vivre et laisser les ombres dernière nous.
Moi c'est exactement ce que j'avais l’intention de faire.
+20 points pour Gryffondor


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire


Messages : 297

Date d'inscription : 07/04/2016

Crédits : Lynch ♥

Double Compte : Aaren Rhydderch

avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
05.09.16 7:54

Il n'ose pas regarder les visages.

Ça aurait dû être une rentrée comme les autres. L'angoisse des pleines-lunes ; se dire qu'il doit tenir un an de plus avec son terrible secret ; s'asseoir loin de sa sœur et son frère réunis autour de la table des Gryffondor mais échanger des regards complices avec eux ; avoir du mal à reprendre contact avec des camarades de sa maison à qui il n'a plus parlé depuis deux mois ; essayer de deviner la maison de l'élève assis sur le tabouret avant que le choixpeau ne la crie ; manger des tonnes de viande rôtie en une seule soirée ; écouter les téméraires de sa maison raconter leurs exploits de l'été et énoncer des idées de bêtises à accomplir cette année ; fuir à tout prix le regard du professeur de métamorphose.
Au lieu de cela, un silence lourd et solennel. Il n'avait aucun lien avec Arya la tapageuse et connaissait assez mal Lio, si bien qu'il n'est pas en deuil dans l'absolu. En revanche, il la ressent, cette triste. Au plus profond de son être, il l'absorbe comme une éponge alors qu'elle ne le concerne pas. Ainsi, il se sent mal et voudrait vite terminer le repas malgré son appétit intouché pour se réfugier loin de cette atmosphère qui le pèse. Même les téméraires sont discrets, attendant un moment plus approprié pour conspirer de nouveaux méfaits.

Il n'a pas peur, pourtant. Des attaques, ça n'a jamais été nouveau. Aussi loin que l'on puisse remonter, des organisations minoritaires ont toujours existé pour bouleverser l'ordre de la majorité dans la violence. Sorciers ou moldus, tout le monde est concerné. C'est comme ça.
Tant que ça ne lui arrivera pas directement, il ne se sentira pas mêlé à cela. À Poudlard, il est à peu près en sécurité. Il ne pense pas que la multiplication des armures soit nécessaire, se dit qu'un couvre-feu si tôt va tronquer ses soirées de façon désagréable et le forcera et enfreindre les règles plus souvent.

En fait, il est bien davantage gêné par les conséquences de ces attaques – deuil, peur, Sigma sur toutes les lèvres et renforcement de la sécurité – que les attaques elles-même. Ah. Il se sent inhumain de songer à cela de cette façon.
Si bien qu'il n'ose pas regarder les visages.


+20 points pour Serdaigle


must we choose to be slaves to gravity
tutur_skam
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
05.09.16 10:55

L’abattement qui imprégnait les âmes de tout un chacun dans la grande salle était palpable. Poussières d’amertume, bribes de deuil, nuées d’inquiétude, l’ambiance n’étaient pas à la fête, comme elle devrait l’être, comme elle l’était chaque année, à chaque rentrée, dans chacune des écoles de sorcellerie. Lucia ne connaissait ni l’une ni l’autre des victimes des agissements des Sigma. Arya et Lio, deux prénoms qui ne lui inspirait pas grand chose, à l’exception de cette tristesse de circonstance, qu’on accorde à tout innocent perdant la vie dans un conflit dont il n’était même pas l’instigateur. Un conflit qui dépassait Lucia. Des évènements qui la laissaient tout autant pantoise. À peine arrivée du Brésil, elle avait sauté dans le train en direction de Poudlard, et n’avait pas donc eu le temps de s’informer sur des occurrences qui remontaient à si peu de temps. Mais au milieu de cet abattement, et auprès de ses camarades affligés, elle était tout de même parvenue à obtenir des morceaux décousus d’information. Les hommes, les sorciers, autant qu’ils étaient, ne parviendraient-ils donc jamais à cultiver durablement cet idéal qu’était la paix ?

Le discours du directeur avait été court, grave, et efficace. Les perspectives pour l’année n’étaient pas des plus réjouissantes, et si Lucia n’était pas aussi bornée et engagée, sans doute se serait-elle dit qu’elle n’avait peut-être pas choisi le bon moment pour faire un échange scolaire. Des mesures que l’on pensait nécessaires avaient été prises. Les élèves allaient être amplement encadrés. La vie ne reprendrait pas son cours normal avant un bon moment…

À l’entente de ces nouvelles, probablement que ses parents se sentiraient tracassés, elle prit donc la décision de leur écrire dès le soir venu, pour les rassurer du mieux qu’elle pouvait. Mais c’était là le moindre de ses soucis. Dans son jeune égoïsme, et dans sa moindre tristesse que lui affublait son statut d’élève en échange, elle se disait qu’il en faudrait, des exploits, pour revigorer tout ce beau monde.


+20 points pour Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
05.09.16 11:41



Episode sept.


CHAPTER I : Crumbling bridge.


Je sais ce que vous ressentez. Je sais que ce ne sera pas facile pour tous même si certains déjà ont fait une croix sur cet acte macabre. On ne contrôle pas toujours ses émotions, ce n’est pas une volonté de notre part et pourtant on peut espérer garder la tête haut, l’espoir vigoureux si l’on se raccroche à ce qui nous reste. Cela ne servirait à rien de se plier à la terreur dans laquelle ils veulent nous endiguer, ce ne serait que cadeau pour eux. Et peut-être qu’aujourd’hui certains ne se rendent pas compte de l’ampleur de la chose. Ils rentreront dans leurs dortoirs en regardant d’un air vide les lits dénués de vie. Ils sont peut-être aussi là, assis à votre table en se demandant où est passée le camarade laissant un vide dans cette rangée gargantuesque. Ils ne comprendront que plus tard parce qu’aujourd’hui ils sont trop innocents. Parce qu’ils ne veulent pas pleurer. Parce que rien ne les oblige à se dévoiler, ils veulent rester forts. J’ai connu des Hommes bons. Des élèves, des professeurs mais jamais je n’ai connu un seul Homme bon capable d’ôter la vie. Mais j’ai déjà vu des Hommes bons pleurer.

A la table des professeurs les gens te remarquaient aisément. Posture droite et carrée comme à ton habitude, les muscles saillants à travers ton pull chiné et un visage différent de ceux des autres jours. Tes iris se perdaient dans les quatre rangées parallèles, tu contemplais d’un air attristé les élèves en ce jour de rentrée. Ils étaient tous présent, les plus âgés comme les plus jeunes, certains quitteraient Poudlard à la fin de l’année tandis que d’autres en avaient encore pour quelques années. Tous sauf deux élèves. En cette journée, les maisons n’avaient plus aucune signification pour toi. Tu te demandais si ces gosses avaient la foi de s’entraider. Si les jugements des uns vis-à-vis des autres allaient perdurer. Mais tu espérais que non.

Chez les bleus et les jaunes, le silence était quasiment omniprésent malgré quelques jacassements. Tous ne connaissaient Arya ou Lio, mais tous respectaient la volonté de leurs amis. La fureur des rentrées était passée à la trappe, laissant seulement un goût amer dans ta bouche. La Poufsouffle manquante, elle était remarquable, des idées plein la tête et une joie d’enfer. Ton coeur se serre, tu n’arrives pas à comprendre comment cela à pu arriver. Néanmoins, sans connaître personnellement Lio tu savais que c’était une fille bien, car ici tous les gens étaient braves et on ne pouvait leur ôter la vie. Ces SIGMAs pouvaient agir comme bon leur semblait, mais ils avaient délibérément dépassé les bornes de l’acceptable. Trop loin une fois. Trop loin pour l’éternité.

Ton poing se crispa autour du couteau, ton regard devenait sévère voire menaçant. Tes collègues étaient eux aussi silencieux ou même taciturnes du fait de leur statut qui ne leur permettait pas d’exprimer haut et fort, comme tu aurais voulu le faire, leurs sentiments. Toutefois, en voyant les gamins attablés, tu te sentais plus proche d’eux qu’auparavant, peut-être ta soeur et ton frère qui te préoccupaient. Tu les cherchais du regard pour s’assurer qu’ils n’avaient rien. Tu voulais les voir sourire au moins une fois. Chasser ses peines que l’on ne peut voir sur les faciès délabrés des gens. Décomposés.

Aujourd’hui ils étaient tous ta famille.
Aujourd’hui, tous devaient vivre heureux.
Aujourd’hui, tu devais aider ces gosses innocents et trahis.





+20pts Gryffy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Responsable du club de duels


Messages : 71

Date d'inscription : 21/04/2016

avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
05.09.16 11:50

Le Professeur McFayden avait un visage bienveillant et serein, l’air imperturbable comme à son habitude. Intérieurement elle était cependant troublée, mais en aucun cas n’aurait-elle pu se permettre de le paraitre.  Elle se devait d’être rassurante devant toute cette assemblée d’élèves, perdus pour la plupart, suite aux évènements des derniers jours. Les agissements de Sigmas lui laissaient un goût particulièrement amère en bouche, elle qui avait passé l’été à Londres plutôt que de s’offrir des vacances au soleil, afin d’essayer d’en apprendre plus sur ce mystérieux groupe. Même limogée de son ancien poste d’Auror elle avait conservé quelques amis qu’elle avait pu rencontrer. Puis déçue, elle avait découvert que même eux ne semblaient pas en savoir beaucoup plus que la gazette, où n’était tout simplement pas dans la confidence et les murmures du gratin.

La disparition malheureuse de deux élèves, l’enrageait encore d’avantage. Elle se souvenait de Lio comme une élève un peu maladroite mais volontaire et l’avait trouvé toujours trouvé attachante. Quant à Arya, si elle n’avait plus dans ses classes depuis trois ans, elle n’avait jamais trouvé rien à redire sur son travail exemplaire et son engagement louable contre les dragons, même si Florence était loin de le partager. Elle avait la distante impression d’avoir perdu des proches, des membres de sa famille. Mais n’était-ce pas le cas ? Après tout, pendant des années elle les avait vu grandir, les avait encadrés et s’était efforcée de les guider du mieux qu’elle pouvait, comme elle faisait pour chacun de ses élèves. Et puis Sigma les avait fauchés brusquement. Alors qu’elles avaient à peine vécus toutes les deux et que le meilleur restait à venir. L'attachement qu'elle ressentait était véritable et profond. Ils étaient tous comme ses enfants.

Florence en écumerait presque de rage. Etre professeur de sortilèges n’avait jamais été aussi difficile qu’à ce moment-là, où confinée dans le château, elle se sentait bien inutile tandis qu’on se devait de livrer une guerre à Sigma. Dans sa précipitation, elle aurait bien accouru au bureau des Aurors pour les supplier de la ré accepter parmi eux, tant pis pour son orgueil piétiné des années auparavant. Florence avait toujours eu besoin d’être dans le feu de l’action. Toutes les fibres de son être se révoltaient de devoir rester mains et poings liés alors que d’autres dehors agissaient pour les protéger. Mais elle ne pouvait en faire autrement. Florence était professeur depuis bientôt dix ans. On l’avait nominée comme directrice de Gryffondor et pour rien au monde ne se serait-elle délestée de toutes les responsabilités qu’il lui en incombait. Même si cela était douloureux, une autre mission l’attendait. Celle de guider tous ces jeunes sorciers et toutes ces jeunes sorcières, à travers des temps un peu plus sombres, elle qui figurait à présent parmi les professeur les plus anciens de l’école suite à la vague de retraite ayant sévi il y a peu.


+20pts Gryffy
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
05.09.16 14:26


Comme tout le monde, tes vacances n'avaient rien eu de drôle.
Londres, les attentats, tu n'étais tellement pas loin, et pourtant rien ne t'ébranlait. Tu gardais ce visage neutre, ce regard froid, tes manières brutales et indécises qui te caractérisaient tant. Une élève de Poudlard était morte. Une certaine Lio. Tu ne la connaissais même pas. Pourtant, tu ne comprenais pas vraiment ce qui se passait. SIGMA avait pour but la paix, et de stopper la coexistence fragile entre sorcier et simple moldu, alors pourquoi est-ce que des morts surgissaient ?

Tu étais rentré à Poudlard comme à ton habitude, les diligences vous attendaient, et tu étais monté dedans comme un automate, restant le plus loin possible des autres. En entrant dans la salle pour manger, et entendre les habituels discours, tu ne changeais pas. Tout le monde parlait de Londres, tout le monde en parlait sans vraiment le dire. Des coups d'oeil furtifs, des murmures entre voisins, certains regards vers la table Poufsouffle qui resta un peu plus vide maintenant.

Assis à la table, tu écoutes ce silence oppressant. Tu viens même à regretter la cacophonie habituelle, qui te fait tant mal à la tête. Ce silence n'est en aucun cas calme, il est perturbant, bruyant, mauvais, triste, rien de reposant. Tu ne sens pas le goût de la nourriture. Tu es perdu dans tes pensées, te demandant si SIGMA est vraiment si terrible qu'on nous le dit. Ils veulent séparer les sorciers et les moldus. Pourquoi pas ? Pourquoi ne pas vouloir éviter les incessants problèmes avec ces humains fragiles et inconscients ? Rien ne serait plus parfait qu'un village de sorciers, sans problème, sans souci, sans avoir à se cacher et à brider la magie. Combien de fois tu aurais aimé vivre dans un tel village ? Au moins toute ta courte vie. Ton pouvoir de Métamorphomage n'aurait pas été un fardeau.

Tu aimerais rencontrer ces types. Tu aimerais leur demander leur vision des choses. Tu aimerais participer avec eux à la paix pour les sorciers. Mais apparemment, ce n'est pas possible. Comment un simple élève comme toi pourrait aider ? Tu n'es qu'un jeune homme inexpérimenté, et Poudlard est sécurisé. Comment pourrait-on te prendre au sérieux quand tu dis être d'accord avec SIGMA ? Tu ne passerais que pour un traître, voilà tout.
Un traître sans coeur qui ne pense qu'au bonheur du monde sorcier.

+20 points pour Poufsouffle
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Sigma


Messages : 142

Date d'inscription : 29/08/2016

Feat : Jean Kirschtein [S .N.K]

Crédits : KIKI PERFECTION

Double Compte : Winnifred et Cae

avatar





Re: ÉPISODE #7 — Le Commencement
05.09.16 20:34

Episode 7 • Prise Une
Chagrin •• affect désagréable et difficile. Symptômes physionomiques hautement désagréables.

Un, deux, trois. L'inspiration est difficile. Ma paupière tremble et je n'ai pas la moindre idée de ce qu'il se passe. J'ai écouté et j'ai lu. Et puis j'ai observé. J'ai observé car je ne pouvais pas comprendre. Même avant Poudlard j'ai observé. J'ai écouté la rumeur et j'ai lu sur ses lèvres le mot Sigma. J'ai contemplé des visages pâles et effondrés. J'ai frôlé de la paupière des larmes qui ont coulé sur d'autres visage. J'ai vu des visages crispés. J'ai entendu le silence aussi. Le mien, déjà, encore plus confus et perplexe qu'alors. Rentrer à Poudlard était un événement. La cérémonie de répartition aussi. J'ai déjà vu des sourires et des éclats sur ces visages qui aujourd'hui sont fermés indéchiffrables.

Je choisi toujours la dernière place. Celle en bout de table. Le plus loin possible des autres. Je déteste être coincé entre deux élèves. Pourtant j'ai choisi de me glisser entre deux élèves, ce soir. Les bouts de table me rendent mal à l'aise et inconfortable, car je crois bien que la chose qui me tord l'estomac est la peur. Mais comme je ne suis pas sûr il me faut regarder les visages des autres.

Et pourtant c'est désagréable. D'être coincé. D'être constamment frôlé. C'est désagréable aussi de voir des visages sur le point d'éclater sans trop savoir si ce sera de joie, de peur ou de larme. Je ne comprends. Sont-ils tristes ? Ont-ils peur ? Pourquoi ai-je ressenti le besoin de me mêler à cette contrefaçon de marche funèbre.

On ne progresse pas quand on ne marche pas.

Je regarde un instant vers la table des professeurs. Le directeur n'a plus l'air jovial. Son discours semblait même sérieux. Très sérieux. Lio était morte. Lio était plus âgée. Lio avait été une camarade de maison. Une inconnue, parce que de toute façon à quoi bon se lier aux autres ? Une inconnue qui était est morte. Parce qu'elle n'est plus. Maintenant. Son lit est vide. Son armoire est vide. Sa place est vide. Tout restera vide. Et je me sens vide.

Je ne sais pas. Je ne suis pas chagriné. Est-ce que je vais bien ? Est-ce que je vais mal ? J'étouffe. J'étouffe de ne savoir. Cette atmosphère me tue. Je crois. J'ai du mal à regarder. À observer. J'ai l'impression d'être devant un aquarium. De voir des poissons nager. De voir des photos dans la gazette et d'être un étranger qui contemple tout un monde se mouvoir à l'infini sur les photos en noir et blanc. Sans lui. Sans moi.

Je murmure:

 « Ces plats nutritifs sont particulièrement fades, ce soir. »

Ou peut-être que c'est ma langue qui va mal. Ou ma gorge qui est trop serrée. Je me frotte la nuque et lève la tête pour observer ailleurs. Un ailleurs qui n'existe que pour moi. Un endroit ou je n'aurai pas l'air particulièrement insensible.

Le suis-je ?
Codage©Perpendiculaire


+20pts Serdy
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Rez-de-Chaussée :: La Grande Salle-
Sauter vers: