Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Flashback

Partagez | 
 

 Flashback

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 290

Date d'inscription : 15/04/2016

avatar





Flashback
07.09.16 5:45


Flashback;
ft. Sören Vilhjálmsson;

Poudlard. École de sorcellerie. Depuis deux mois, j’y vivais. Après une cérémonie trop bizarre où un chapeau magique parlant m’avait envoyé à Serdaigle, j’avais commencé ma vie d’apprentie sorcière avec des dizaines de gamins en pleine crise d’adolescence. Les cours, les gens, l’absence de réseau, l’impossibilité d’utiliser tout objet électronique me saoulait. En vrai, je me faisais chier et je m’ennuyais de ‘Pa. Kiki semblait comme un poisson dans l’eau et vivait sa nouvelle vie à fond alors que moi, Aileas Nails, 15 ans, restait à l’écart des gens. Me mêler à cette bande de cinglés ne m’intéressait pas. Puis, je ne comptais pas ces connards qui me détestaient juste parce que j’étais une née-moldue. J’en connaissais déjà quelques uns qui mériteraient que je leur rentre la baguette dans le derrière.
À la sortie des cours, je préférais disparaître que de rester avec les autres. Un bouquin et un coin tranquille me suffisait. Personne à qui parler, personne à qui m’attacher. Pas d’ami, pas de déception.

Ce jour là n’était pas différent des autres. À la sonnerie, j’attrapai mon sac pour suivre mon frangin un moment. Il faisait la conversation à lui tout seul et je n’avais besoin que d’opiner la tête à l’occasion pour lui faire croire que je l’écoutais. Et lorsqu’une chose attirait son attention, j’en profitai pour le planter là. Tel Houdini, je disparaissais comme par magie.
Dans mes converses noirs, j’avançai dans les couloirs jusqu’à l’escalier, qui, j’avais appris, menait jusqu’au haut de la tour d’astronomie. Je retroussai les manches de mon pull volontairement trop grand et j’entamai mon ascension.
Une fois en haut, je laissai tomber mon sac au sol et allai m’appuyer contre le parapet. Le vent s’engouffra dans mes longs cheveux roux. Devant moi s’étalait le paysage enchanteur de mon Écosse natale. Je profitai du silence. Je le savourai. J’attrapai mon livre pour finalement m’asseoir sur la pierre encore chaude. Les pieds ballants dans le vide, je me remis à ma lecture abandonnée la veille.

La tapisserie de Fionavar de Guy Gavriel Kay. Un mélange de Seigneur des anneaux et de mythologie celtique. Pas mauvais, mais rien de comparable à l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Je devrai demander à ‘Pa de m’envoyer la trilogie pour le relire une cinquième fois.
Je m’enfonçai dans cet univers fantastique avec grand plaisir, oubliant cette vie insignifiante qui se déroulait de nombreux étages plus bas.
© nemoe sur epicode



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Préfet


Messages : 68

Date d'inscription : 05/07/2016

Double Compte : Richard Perry

avatar





Re: Flashback
11.09.16 16:38

Le feuillage est si dense qu'il ne voit pas où il marche. Peu importe. Il n'a pas de destination précise, il se contente d'avancer. Perdu dans la verdure, il erre. La chlorophylle lui emplit les poumons. Quelques nuances fleuries agrémentent l'air. Le bonheur doit ressembler à ça, une forêt vierge où l'herbe arrive à la rotule. Cette nature-là le fascine, il pourrait la contempler des heures durant. Personne ne peut la maîtriser. Elle est libre de faire ce qu'elle désire. Sa main effleure des pétales colorés. Il se penche pour mieux sentir la fleur.

Des élèves piaillent. Ils ont interrompu sa sieste. La tête encore lourde sur le coussin, il ouvre les yeux. L'heure lui indique qu'il a dormi une bonne heure. C'est plutôt correct pour rattraper son manque de sommeil même s'il lui faudrait quelques heures de plus. De toute façon, il serait vain d'essayer de se rendormir quand toute la clique des pies est dans les environs. Pendant qu'il reprend ses esprits, il les écoute. Les conversations sont diverses ; un élève se plaint d'avoir une cloque à cause d'une brûlure, une autre parle de la nouvelle mode en matière de sacs. Certains jouent même aux cartes. L'un d'eux est heureux d'avoir tiré un valet. Maintenant qu'il est totalement réveillé, il se redresse et ramasse le boudin qu'il a fait tomber. Puis il prend ses outils de peinture et sort.

Cela fait un moment qu'il n'est pas allé peindre dans la tour d'astronomie alors il choisit d'y aller. Son rêve encore en tête, il décide de peindre la forêt qu'il a traversée. Peut-être qu'il devrait y rajouter un personnage qui serait, lui aussi, fasciné par cette puissance. Hors de question de question qu'il se peigne lui-même ; ce n'est pas joli. Il lui faudrait trouver quelqu'un d'autre à peindre mais aucune idée ne lui vient. Les quelques personnes qu'il dessine sont les gens de sa famille parce qu'il n'a pas vraiment d'amis mais ça ne lui convient pas. Impossible de voir qui que ce soit dans cette verdure. Ce serait bien qu'il trouve des gens à dessiner pour casser un peu ses habitudes.

Le chevalet sous le bras, il pousse la porte et découvre une fille. Elle a l'air d'être en train de bouquiner tranquille. Il avance de quelques pas et plante son regard sur elle.

« Ah désolé j'pensais pas qu'il y aurait quelqu'un ici. J'suis venu peindre. Ça te dérange que je m'installe ici ? »

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Ailleurs :: Alternative-
Sauter vers: