Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













killing joke ▬ Niya


Partagez | 
 

 killing joke ▬ Niya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 80

Date d'inscription : 04/09/2016

Feat : Weiss Schnee

Crédits : Percy & Avalon & Kieran ♥

Double Compte : Tamara Abbott

avatar





killing joke ▬ Niya
11.09.16 23:22

karma is bitchy

Il y avait ces jours où rien n'allait comme il fallait.

Aujourd'hui était l'un de ceux-là. Miss Prudence aurait appelé ça le karma. Cette maudite idée qu'il fallait toujours un équilibre, et que dans le cas où il était absent, la nature le créait de force. Férocement. Myrtle n'avait aucune idée de ce qu'elle avait fait. Pas assez que Perséphone manquait à l'appel, et qu'une partie de ses biens semblait vraisemblablement s'être évaporée en même temps que tant d'autres choses. Notamment sa propre tranquillité. Myrtle n'était pas ce genre de fille excitée à l'idée d'une soirée pyjama, mais plutôt celle qui déplorait de devoir partager avec les autres. Alors, elle avait déjà eu du mal à l'époque à se faire à l'idée du concept de dortoir, mais y survivait grâce aux rideaux du lit qu'elle pouvait tirer à sa guise. Et bien qu'il fût évident que les circonstances étaient bien trop urgentes et graves pour qu'on se préoccupe d'un quelconque confort, ça ne l'empêchait pas de s'en plaindre.

Ici tout lui semblait rudimentaire. Voire préhistorique. Elle détestait cette idée d'être entassée. Et encore plus le placement aléatoire des gens. C'était déjà une bonne chose que les garçons soient placés ailleurs. Même si ailleurs prenait une nouvelle définition. Puisque bien que magiques et plutôt agressifs, ces rideaux n'en restaient pas moins des rideaux. Et puis, tout était si bruyant. Tout semblait si messy. C'était infernal. Elle sentait la migraine arriver.

Seulement, il n'y avait pas que ça.

Elle ne risquait pas de l'admettre, mais toute cette histoire de sigma, ça lui faisait froid dans le dos. Pourtant, si on en croyait ce qui avait été dit, véritablement, elle n'avait aucune raison de s'inquiéter ; elle sorcière née-moldue. Hélas, à ses oreilles, ça sonnait faux. Elle comprenait et en même temps, elle sentait que ça la dépassait. Et ce n'était certainement pas le moment d'être faible. Alors Myrtle ne l'était pas. Myrtle n'avait pas peur. Puisque pour l'instant, il n'y avait de déclaration ouverte à l'extermination des nés-moldus. Ou quelque folie du même goût. Il n'y avait pas de menace direct. Si on oubliait les deux élèves mortes.

Myrtle s'occupait de lancer des sorts de protections sur ses valises. Ca l'occupait, comme ça, elle ne se plaignait pas. Et puis, ça l'empêchait de voir la panique environnante. Tout le monde devait être secoué. Sans doute à des degrés différents. Il était clair que pas tout le monde ne serait pas capable de prendre la chose avec autant de calme qu'elle. Tout le monde n'avait pas eu la bonne éducation. Hors, Myrtle n'était pas encore au bout de ses malheurs. Sa vision large du problème l'avait empêchée de voir le plus évident. Elle aussi allait devoir partager ce morceau de sol avec d'autres gens au-dessus, en-dessous, et même à côté. L'angoisse. Trop absorbée par ces sorts de protection. Le karma allait frapper un grand coup lorsque Niya allait arriver et se présenter comme étant la colocataire de Myrtle.


Ant-man a écrit:
+20 pour Serpentard



Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: killing joke ▬ Niya
13.09.16 1:19


Killing
Joke
Myrthle A. Jackson
C'est arrivé. Comme ça. Un éclair brusque qui éclate soudainement. On trésaille une seconde, on cherche à comprendre. C'est déjà parti. Sigma. Le seul mot qui anime toutes les lèvres, la peur prend un nouveau nom. Quelques temps encore, assez pour rappeler au monde cette insécurité terrifiante, même ici. Surtout ici. Elle en étire un rictus discret, le voile d'une main ornée d'une cigarette et se délecte un instant de plus en s'en brûlant la gorge. Elle est satisfaite ce soir. La panique. La peur.  Ils ont triste mine ces sorciers. Impuissant face à l'angoisse, aussi misérable que le reste. Ils grouillent tout autour d'elle comme un nid de vermine. Un spectacle rare. Unique. Elle compte en savourer chaque instants. Une victoire silencieuse. Elle se l'approprie sans gêne, elle s'en convainc même un instant. Elle aurait tout donné pour être la cause d'un tel carnage. Un jour. Ailleurs. Elle aura le plaisir de s'en attribuer tout les mérites. Briser ce monde. Froisser cette image dorée qu'on se plaît à lui donner.

Ils ne valent pas plus que le reste.  Il est temps d'ouvrir les yeux.

L'agitation se poursuit dans les couloirs. Les professeurs s'animent enfin, pantins d'une mascarade qu'ils s'évertuent à vouloir contrôler. Pourtant ils sont bien inutiles. Certains même fébriles. Elle en crache un ricanement. Il s'élève une second et s'essouffle parmi les chuchotements et les inquiétudes. Déjà on s'affole, de tout, de rien. Des dortoirs ravagés. Détruits. Certains pleuraient la perdre de ce qu'ils aiment appeler Maison. Des pierres, un peu de bois. Rien de plus. Ce sentiment lui échappe encore, cet attachement lamentable à quelques meubles et deux trois robes. Maintenant qu'on leurs à tout prit, leurs monde s »effondre. Elle ne possède rien. Chaque matins elle laisse une chambre vide de vie et de souvenir.

Pas une trace. Un courant d'air.

Elle se faufile à travers les rangs, jouant des coudes pour se drayer son chemin. Pas un mot, juste ce tabac qui lui colle à la peau. On se retourne quelques fois, on a l'intelligence de s'écarter. La tension est déjà papable dans cette grande pièces. Qui est l'imbécile ayant décidé de réunir autant de jeunes filles en émois au même endroit ? Ils seraient encore plus en sécurité parmi les Sigmas et leur stupéfix. La scène l'amuse comme elle l'agace. Une impression de déjà vus. Déjà vécu. Les foyers qu'elle a arpentés n'avaient rien à envier à ce taudis improvisé. A l’exception des lits en hauteur, le reste y était identique. Garder ses affaires. Rester vigilent. On se lamait pour un shampoing ou un parfum. Un luxe que tout le monde possède dans ce château. Elle en aurait vomis son méprit. Au moins elle dormira l'esprit tranquille. De toute manière, elle ne possède rien. Sa vie est là, dans son sac, dans ses poches usées. Un paquet de cigarettes et une bouteille presque vide. Le reste est remplaçable, et il y avait ici assez d'affaires pour se servir.

Elle prend simplement.

On lui désigne une place. Elle y prêt vaguement attention, soufflant la fumée nauséabonde tout autour d'elle dans un regard assassin. Elle marque son territoire, une menace silencieuse pour éloigner les emmerdeuses et les pimbêche.s Mais la vie serait certainement trop simple si elle pouvait se contenter de s'allonger là et dormir. Myrtle Jackson. Evidemment.

« 'Dirait que Princesse va d'voir s'vautrer par terre comme l'reste du monde. »

Ses yeux sombres lorgnent indécemment sur la verte en face d'elle. Le cliché parfait de la bourgeoise. Hautaine, faussement froide. En vérité ce n'est qu'une gamine capricieuse un peu trop gâtée. Elle la méprise d'un rictus, tirant une nouvelle fois sur sa cigarette pour souffler sa fumée blanche au visage de la jeune fille en approchant d'un pas de plus.

« On peu s'vautrer ensemble s'tu sais pas comment faire... »

Elle provoque. Elle s'en amuse un peu trop, ricanant encore face à ce malaise qu'elle brandit sous le nez de tout le monde. On la regarde. On la juge certainement, autant de détails  dont elle se fiche impérieusement. Elle espère créer quelque chose dans ce regard froid qui la toise. De la colère, du dégoût. Qu'importe. Elle prend tout.
congratulation now i hate U




Ant-man a écrit:
+20 pour Serpentard
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 80

Date d'inscription : 04/09/2016

Feat : Weiss Schnee

Crédits : Percy & Avalon & Kieran ♥

Double Compte : Tamara Abbott

avatar





Re: killing joke ▬ Niya
21.09.16 9:50

karma is bitchy

Niya était arrivée avec la délicatesse qui lui était propre, et marquée par son absence. Elle était cette cloque irritante qu'on aimerait crever après une journée de marche. C'était ce même comportement qui agaçait Myrtle. Et sans doute la raison qui les avait respectivement poussées dans cette sorte de haine. Myrtle malgré ses mots si peu doux n'était pas impulsive et surtout très calme. Avec Niya cette vérité n'en était plus une. Cette fumée de cigarette irritante qui collait à la peau de la verte, Myrtle la détestait. Il n'avait rien d'agréable. Rien de délicat. Il était brut et s'imprégnait bien trop aisément. Bref, Myrtle aurait pu la sentir venir d'assez loin. Cependant, elle s'efforçait tant à envoyer son esprit ailleurs qu'elle se rendit compte de l'arrivée de Niya qu'une fois qu'elle lui parla directement. Et à ce moment-là, toute tentative de fuite aurait été vaine. Quoique Myrtle n'était pas le genre à fuir ; certainement pas devant Niya. Puisque Myrtle n'était pas faible, elle ne plierait pas. Ou du moins, même sur les rotules elle n'en montrerait rien. Elle refusait de se faire manger par une personne clairement inférieure.

Ce ton qu'elle avait adopté pour lui annoncer, comme une victoire qu'elle allait devoir faire comme tout le monde ; à savoir se coucher par terre avec moins de confort que sa famille n'en fournissait au valet à l'époque.

Cependant, elle pouvait l'ignorer. C'était encore ce qu'il y avait de plus évident à faire. Elle détestait s'abaisser à son niveau. Pourtant, elle savait que chaque fois ça finissait en crêpage de chignon, ou pire, souvent pire. Pour faire fi de cette présence inopportune, il lui était même préférable d'écouter piailler les filles qui s'installaient à côté. Et puis, de toute façon, elle avait mieux à faire, protéger ses affaires lui semblait plus important. Surtout qu'il lui fallait trouver un quelconque moyen de ne pas se faire piquer son coussin. Elle savait que Niya allait chercher à la pousser à bout. Ce qui était étonnement d'une certaine facilité. Surtout dans un jour comme celui-ci où Myrtle était déjà particulièrement tendue. Alors, oui elle savait que lorsqu'elle répondrait ça serait début de la fin.

« On peut s'vautrer ensemble s'tu sais pas comment faire... »

Et bien sûr, c'était comme une mode éphémère le même jour il ne pouvait pas y avoir qu'un seul problème. Alors comme prévu Niya fit ce qu'elle savait faire de mieux. Et Myrtle se sentit piquée à vif. Myrtle avait cette image si négative de « se vautrer », comme si c'était forcément dans un endroit sale. Le genre d'endroit caché d'un parc, où ce qu'il y a de plus confortable, et tas de feuillage entrain de pourrir. Cette façon qu'elle avait de provoquer était probablement dans le top 5 des choses que Myrtle détestait. Il lui aurait fallu continuer sur sa lancée d'ignorance pour espérer un peu de calme. Mais elle ne s'en sentait plus capable, et il fallait qu'elle le dise. Qu'elle fasse quelque chose. C'était tout naturel finalement.

« C'est intéressant. Je ne savais pas que tu étais capable de transmettre quoi que soit. »

Là il s'agissait d'une réaction typique de la cinquième année. Et pour une fois, ce n'était même pas gratuit. Pour Niya tout était toujours mérité, comme ce cancer du poumon qu'elle aurait à quarante ans à force de fumer cet horrible boudin. Myrtle devait aussi admettre qu'elle adorait ça, envoyer les gens paître. Les mettres face à leurs quatre vérité, en en rajoutant parfois peut-être un petit peu. Bien qu'elle le dénierait avec une remarque bien sentie. Elle ajouta :

« Ni même que tu pouvais maîtriser quoique se soit d'utile. Un peu comme un troll. »



hrp; désolée pour le retard ! ><
+ ceci est le rp défi



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: killing joke ▬ Niya

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: