Partagez
 

 Rustle of Anger - Bo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 87

Date d'inscription : 10/09/2016

Localisation : Poudlard

Feat : XII - dCTb

Crédits : moi même

Double Compte : /

Shasta Mathesson





Rustle of Anger - Bo
18.09.16 15:52

Et donc, je ne me suis jamais sentie aussi humiliée que le jour où j'ai accouché de fifils ; j'ai tellement souffert que j'ai pleurniché dans les bras de ma mère, qui en profitait pour me tapoter sur le crâne.

Shasta avait ouvert d'un coup, sans prévenir, la porte de la grande salle, avec une telle force que les murs auraient presque pu trembler. En effet, elle parlait toute seule, et le vivait très bien. En fait, elle prévoyait par habitude qu'un interlocuteur se trouverait dans ladite pièce et serait assez intéressé par le milieu de phrase qu'elle vociférait sans aucune honte ; l'humiliation était après tout passée.

Ha tu es là, bougre de feignasse. J'en étais sûre.

Elle pointait son parapluie presque magistralement tandis que la porte se refermait en grinçant lentement dans son dos. Son interlocutrice, puisque jusqu'à preuve du contraire la créature avait une apparence de femelle, lui faisait donc face. Mais la salle étant si grande qu'une distance relativement courte de trois mètres les séparaient.
Shasta saisissait son paquet de cigarettes dans sa poche tandis qu'elle abaissait son bras et par extension, son parapluie. Rapidement elle glissait une cigarette entre ses lèvres et tendait le paquet à Bo, qu'elle avait rejointe en quelques enjambées. Elle lui en devait toujours une ou deux, depuis cette fois où elles s'étaient rencontrées, en choppant un cancer comme on choppe un rhume.

Je suis ravie que tu te confortes à tes habitudes et moi à mes certitudes. Ainsi je vais pouvoir te déblatérer égoïstement mes états d'âmes bidons en étant assurée de la paix.

Elle prenait soin de tourner le dos au miroir du Risèd, parce qu'elle ne voulait plus jamais rien voir dedans. Elle s'y était essayée avec Tom, des années plutôt, avant même qu'ils soient ensembles. Elle avait essayé d'y croire mais rien, rien ne s'était réalisé de ce que le reflet lui avait fait voir. Et jamais elle n'avait osé demander à Tom ce qu'il en était de son côté.

Donc je disais, que ce sigma se dressait à un parapluie de moi. UN PARAPLUIE ! Même sans magie je pouvais placer un coup dans un tibia ou peut être même l'entrejambe ! Mais non, on était stupéfix comme des bleus.

Elle crachait de ses narines un impressionnant nuage de fumée et peut être même de colère, tant elle tournait dans son coeur et son corps. À toute allure, tenant une cadence infernale qui la rendait folle.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 91

Date d'inscription : 09/09/2016

Feat : Elsa, Frozen

Crédits : yasha, ava, sha & nounours ♥♥

Double Compte : Sisi la maudite

Isabeau Leroy





Re: Rustle of Anger - Bo
18.09.16 17:31


Bo avait déposé une requête pour des congés exceptionnels auprès du bureau du directeur, arguant que les derniers événements l'avaient repoussée dans la dépression dont elle sortait tout juste depuis sa dernière beuglante. Dans un établissement comme les autres on le lui aurait refusé – ils avaient besoin de l'équipe au complet – mais ce n'était pas un établissement comme les autres et Bogeyman lui avait déjà passé trop de ses caprices pour s'arrêter à un de plus. Alors Bo obtint deux jours de repos.

Comme à son habitude, elle ne resta pas dans sa chambre pour les savourer. Elle préféra partir en quête d'un coin désert comme il y en avait tant dans ce château trop grand, désirant plus que tout éviter les élèves qui grouillaient comme des cafards dans les couloirs. Elle songea d'abord aux tours, mais elles semblaient prises d'assaut par les amoureux et solitaires comme elle. Les cuisines pouvaient être une bonne alternative, mais elles étaient peuplées d'elfes de maison tapageurs. Ne lui restait que la salle du miroir.

Cela faisait bien longtemps qu'elle n'était pas venue se réfugier là. Peut être à cause du manque de temps, peut être à cause du manque d'envie. Depuis que le Risèd était éteint une atmosphère lourde semblait planer en permanence sur le lieu, qui vous fait courir des frissons dans le dos et joue avec vos méninges. Mais aujourd'hui cette atmosphère ne dépareillait pas avec celle du reste de Poudlard, blessé et en deuil, alors pourquoi l'éviter.

Bo se tenait droite devant le miroir, observant d'un air faussement assuré son reflet qui s'y trouvait. C'était la première fois qu'elle osait ôter le drap qui le couvrait habituellement, mais une curiosité malsaine l'avait poussée à se questionner. On disait qu'il montrait les cauchemars désormais, mais quel était le sien au juste ? Son corps sans vie ? Poudlard en flammes ? Une montagne de dossiers sur son bureau ? Son égoïsme l'effrayait, elle avait peur de découvrir quel être sans cœur elle était. Mais le miroir ne lui renvoyait que son reflet de tous les jours, sans même le déformer, et elle se sentait enrager.

Elle ne sursauta même pas quand Shasta enfonça la porte d'un coup de talon bien ajusté, trop habituée aux extravagances de son amie. Bo se tourna pour l'accueillir, écoutant d'une oreille compréhensive les complaintes qu'elle exclamait dans sa colère. Peut être avait-elle besoin d'extérioriser tout ça, elle aussi.

« Ha tu es là, bougre de feignasse. J'en étais sûre.
_ Salut Sha. »


Bo se saisit de la cigarette tendue et l'alluma dans la foulée, sa consommation ayant quasiment triplé depuis le passage des sigmas lors de la rentrée. Elle était bien moins inquiète de mourir d'un cancer que d'un combat entre sorciers, bizarrement. Shasta écumait de rage et ressemblait plus à un dragon qu'à un être humain en ce moment précis, état auquel Bo arrivait étrangement à s'identifier.

« Ils se sont battus comme des lâches, surenchérit-elle à son tour. Ils savaient exactement où l'on était et n'ont même pas tenté de faire un combat équitable. Ils mouillaient tellement leur froc à l'idée qu'on puisse répliquer qu'ils nous ont stupefix à peine entrés. »

Le désespoir qu'elle avait alors éprouvé se rappela à elle, vite remplacé par la colère qui en avait découlé. Elle allait leur rendre au centuple le jour où elle les recroiserait.

« S'en prendre à des gamins sans défense, j'appelle pas ça une révolution. Ils essayent juste de nous faire peur parce qu'ils savent qu'ils n'ont aucun argument valable. »

Bo tira à nouveau sur sa cigarette déjà consommée à moitié. Elle se sentait d'humeur à casser des mâchoires.

« Minables. »



wicked witch
One never learns how the witch became wicked, or whether that was the right choice for her — is it ever the right choice ? Does the devil ever struggle to be good again, or if so is he not a devil ? - Wicked

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 87

Date d'inscription : 10/09/2016

Localisation : Poudlard

Feat : XII - dCTb

Crédits : moi même

Double Compte : /

Shasta Mathesson





Re: Rustle of Anger - Bo
20.09.16 22:13

Shasta se souvenait de la colère, qui l'habitait toujours furieusement. Qui la dévorait et la rendait folle. Et qui étouffait le souvenir de la peur. Au final, il n'y avait pas eu de blessés, ce qui devait être souligné comme un point important, étant donné le décès d'Arya et Lio avant la rentrée. Enfin, pas de blessés physiques. Psychologiquement, pour elle comme pour les autres c'était sans aucun doute très dur. Elle l'imaginait dans tout les cas. Égoïstement, elle avait craint pour la vie de son fils assis dans la salle, et puis la sienne. Et il y avait au même rang tout les autres élèves et le corps enseignant. Ils s'étaient retrouvé paralysés, quoi de plus effrayant pour une armée de jeune ? Shasta se disait qu'ils auraient pu mourir ce soir là, et que tout se serait effondré.

Presque comme par magie, les mots de Bo dépassaient la pensée de Shasta. C'était exactement ça, des lâches. Mais comme disait un illustre moldu, la fin justifie les moyens. Bien qu'elle désapprouve totalement ce principe. Ç'aurait été exagéré mais pas tout à fait de dire que la sorcière fantasmait presque sur les longues et passionnantes plaidoiries, si rares. Non, tout était aux cris, la haine l'explosion. Elle aime le calme. La réflexion.

Tu as parfaitement raison. En plus ces masques sont ridicules. Depuis quand doit on se cacher pour exprimer des idées ? Ont ils honte de les revendiquer ?

Elle expirait rageusement. Il s'était écoulé un laps de temps si court qu'elle n'avait osé croiser son fils pour papoter un peu avec lui. Ce n'était pas juste, par rapport aux autres parents, si loin qui au final n'avaient pas d'autres choix que de laisser leurs enfants et faire confiance. Croire en ce qu'on leur promettait, cette sécurité innateignable sinon dans un bunker. Et encore. Elle voulait se dire que ça allait passer, que ce ne serait plus qu'un mauvais souvenir. Et alors elle pensait aux deux élèves victimes d'une chose qui ne les concernaient pas. Elle se demande qui sera le prochain. Elle veut pas. Elle a peur. Elle est en colère.

Non, c'est simplement du terrorisme. Moi qui pensait que ça ne touchait que les moldus, mais on est pas non plus épargnés. Mais dans ce cas là, je me demande, est ce qu'on va se laisser marcher sur les pieds ? Est ce qu'on va les laisser faire leurs filets du diable et nous étouffer ?

Elle laisse tomber son mégot, et d'un coup de baguette le fait disparaître, avant d'extraire une nouvelle cigarette du paquet.

Si on n'agit pas, les sigmas vont devenir nos cigarettes. On aura l'impression d'en faire disparaître une, et au final une autre surgit. Et à force, on va développer un cancer.

Elle rit sèchement, remet ses cheveux en place. Elle est toujours debout, alors elle lâche son sac et son parapluie, s'asseyant à même le sol, sans trop quitter son amie des yeux.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 91

Date d'inscription : 09/09/2016

Feat : Elsa, Frozen

Crédits : yasha, ava, sha & nounours ♥♥

Double Compte : Sisi la maudite

Isabeau Leroy





Re: Rustle of Anger - Bo
23.09.16 19:46


Bo écouta Shasta acquiescer à ses paroles, ravie qu’elle la rejoigne dans son indignation. Il était toujours étrangement agréable de râler à plusieurs, surtout quand sa colère était justifiée, et d'entendre l'autre dire tout ce que l'on pensait au fond de soi. Elle hocha muettement la tête quand son amie commença à attaquer la tenue vestimentaire des terroristes, la rejoignant dans son avis et ne pouvant s'empêcher de sourire quand elle se mit à attaquer leur courage. Shasta aimait qu'on assume ses avis, qu'on les plaide comme on le ferait devant une cour, les défendant corps et âme avec toute la conviction nécessaire. Bo ne pouvait qu'imaginer sa frustration devant ces êtres qui frappaient et tuaient afin d'imposer leurs idées, et aussi dramatique cette image fut-elle il y avait un réconfort indicible à se représenter la professeure de droit magique assommer de son parapluie ces malotrus pour leur manque de répartie. Ils n'auraient sans doute pas fait long feu dans sa classe.

Mais déjà Shasta était repartie, questionnant et s'écriant, toute à sa rhétorique de barreau mais qui sonnait bien creux dans cette salle déserte. Régir, ne pas se laisser faire, contre-attaquer, combattre. Autant de mots attirants qui ne soulevaient pour autant pas les problèmes qui étaient les leurs ; qui étaient-ils ? Où les trouver ? Quand reviendraient-ils ? Il était bien beau de vouloir combattre le cancer, encore fallait-il avoir les moyens pour.

« On  va réagir, mais il faudrait déjà savoir comment ils ont fait. On ne peut pas juste leur courir aveuglément après tout en laissant Poudlard tel qu'il est. On est censés protéger les gamins. »


Censés, parce qu'au final c'était ces mêmes gamins qui avaient dû lancer des enervatum pour les libérer des sorts des sigmas. Bo termina sa cigarette, la fumant jusqu'au filtre, avant de la lancer au sol et de l'écraser d'un coup de talon rageur.

« Apparemment ils sont venus par le sous-sol, mais comment ? Cette foutue école est le lieu le mieux protégé de Grande-Bretagne, il y a tellement de barrières et de sortilèges que j'en perds compte. »

Avaient-ils des complices à l'intérieur ? Comment expliquer qu'aucun tableau ne les ait vu ? Qu'aucun n'ait sonné l'alarme ? Comment avaient-ils fait pour disparaître de la sorte dans un endroit où le transplanage était impossible ? Tant de questions, aucune réponse. Bo jeta un regard noir à son reflet dans le miroir, comme si ce dernier possédait des informations qu'il se refusait à leur donner. Comme s'il connaissait tous les noirs secrets de la société sorcière et se complaisait à les regarder souffrir plutôt que de les aider. Cette idée lui fit grincer des dents et elle se détourna du miroir.

« On devrait sans doute essayer de faire un truc pour les arrêter. Genre, trouver par où ils sont passés. »

La colère faisait courir des picotements au bout de ses doigts, si bien qu'elle fouilla les plis de sa robe à la recherche de son paquet de cigarettes pour les faire taire. Des crampes de la veille lui firent tirer la grimace, se rappelant douloureusement à son bon souvenir alors qu'elle se redressait pour allumer une clope.

« Ou s'entraîner, pour être sûrs de répliquer la prochaine fois. S'ils reviennent je serai prête, et crois moi ils pleureront leur mère. »

Et venant de Bo, ce n'étaient pas des paroles en l'air.



wicked witch
One never learns how the witch became wicked, or whether that was the right choice for her — is it ever the right choice ? Does the devil ever struggle to be good again, or if so is he not a devil ? - Wicked

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 87

Date d'inscription : 10/09/2016

Localisation : Poudlard

Feat : XII - dCTb

Crédits : moi même

Double Compte : /

Shasta Mathesson





Re: Rustle of Anger - Bo
27.09.16 21:50

Shasta s'arrêtait pour écouter Bo, et accessoirement reprendre son souffle. Il lui arrivait de parler avec toutes ses tripes jusqu'à en oublier qu'elle a besoin de respirer. Ajoutez y la cigarette, bonjour le souffle rauque et irrégulier du professeur de droit. Bo avait raison, et tant mieux, elles étaient sur la même longueur d'ondes. Shasta le savait, qu'elle s'enflammait sur la théorie. C'est un peu le soucis du droit. On énonce de grands principes, de belles idées, et tout fait un plat quand on essaie de les confronter avec la pratique, la dure loi de la réalité. C'était peut être ce côté insaisissable qui la séduisait en permanence. Heureusement, il y avait des brutes de décoffrage comme Bo pour lui tirer les pieds vers le sol. D'ailleurs Bo était certainement trop terre à terre pour une nana comme Shasta. Ce qui expliquait peut être leur capacité à s'insulter allègrement pour se démontrer une amitié un peu contrastée.
Si d'ordinaire, Shasta aurait répliqué quelque chose parce qu'elle aime contredire la secrétaire, aujourd'hui elle hoche doucement de la tête, en réfléchissant. Il fallait coincer ces enfoirés, faire tomber les masques, et entamer une discussion. Quoique, vu les propos de Bo et sa détermination, ce serait d'abord coup de bottes de motard dans le pif et interrogatoire à la série policière moldue. Cela semblait envisageable comme solution, et ça convenait pas mal à Shasta.

S'ils sont entrés comme ça, c'est qu'ils ont des complices au sein de Poudlard. Parmi les élèves, ou pire encore, les professeurs.

Cela voulait dire qu'on ne pouvait plus faire confiance à personne. En cela, c'était une situation redoutable puisque la perte de confiance dans une société ou un groupe conduit d'abord à l'instabilité, puis à la chute.

Ce qui veut dire qu'on est tous suspects d'avoir fait entrer ces enflures, tous suspects d'en être, qu'importe l'âge, la maison ou le poste.

Elle regardait Bo de haut en bas en soupirant. Ce genre de cas mène directement à une paranoïa croissante qui fait douter de tous, même de nos plus proches alliés.

À un moment, j'en arriverais même à te suspecter, et ce sera la même chose dans ton cas. Comment veux tu qu'on protège les mômes en n'ayant aucune confiance dans ses collègues ? M'est avis qu'on devrait passer au moins toutes l'équipe administrative sous veritaserum, et ensuite d'ouvrir une enquête parmi les élèves.

Voilà, c'était un début d'idée. Organiser la défense et avoir foi en autrui de manière concrète. Désormais, elle tournait en rond dans la pièce, son parapluie maintenu par une main dans le dos, l’autre accrochée à son menton et la tête légèrement penchée en avant. Elle réfléchissait comment, concrètement, et sans enfreindre les lois du monde magique, mettre fin aux agissements de ces personnes. Il n’y avait pas de réelles situations d'urgence comme il pouvait y en avoir chez les moldus, la vie sorcière étant généralement ponctuée d'assez de bizarrerie pour que de tels groupes terroristes puissent faire leur apparition. Soudain une lumineuse idée émergeait de son crâne, et elle s'arrêtait, pointant son parapluie vers Bo.

Un BLOCUS ! Oui, il faut mettre en quarantaine le château, bloquer tout contact avec l'extérieur pendant un moment le temps de procéder à des enquêtes et voir comment se manifestent les sigmas. Voilà. Heureusement que tu es là, j'aurais pas trouvé toute seule...

Marmonnait elle très sérieusement avant d'allumer une énième clope et se figer, attendant les réactions plus concrètes et pratiques de Bo, qui l'enverrait très certainement paître, elle et ses idées farfelues.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 91

Date d'inscription : 09/09/2016

Feat : Elsa, Frozen

Crédits : yasha, ava, sha & nounours ♥♥

Double Compte : Sisi la maudite

Isabeau Leroy





Re: Rustle of Anger - Bo
29.09.16 23:51

Shasta se contentait de hocher la tête et de l'écouter, fait assez rare pour être mentionné. Elle qui mettait un point d'honneur à être en désaccord avec la moitié de ses propos d'habitude, la voir réduite à l'approbation en disait long. Les temps étaient assez graves pour qu'elles mettent de côté leurs chamailleries quotidiennes et se tournent vers une entente plus adulte.

Néanmoins, l'idée que les élèves sur lesquels ils étaient censés veiller soient leurs premiers ennemis tira une grimace à Bo. Elle avait toujours répété à grands cris son aversion pour tout ce qui approchait de près ou de loin d'un enfant, mais elle n'avait jamais poussé le vice au point d'en faire des créatures à éliminer. Au moins, maintenant elle aurait une bonne raison de les considérer avec méfiance. Shasta continuait d'exposer sa théorie, avançant toujours plus loin dans l'angoisse et la crainte de l'autre. Dans un roman, une scène du genre aurait tiré à Bo un soupir devant l'évidente paranoïa du personnage, mais elles n'étaient pas dans un roman et sa compagne avait de bonne raison de dire ce qu'elle disait.

Elle ne prit pas mal la suspicion de Shasta à son encontre, la trouvant même très logique, et tira un peu plus sur sa cigarette pendant qu'elle continuait à parler. Ses plans étaient comme toujours farfelus, mais néanmoins sensés. Bo trouva l'idée du veritaserum plutôt astucieuse mais se demanda néanmoins dans quelle mesure l'on pouvait forcer un individu à en ingurgiter. Ce n'était pas elle la spécialiste du droit dans cette salle, mais elle était assez douée pour trouver des failles pour savoir que ce genre de produit requérait sans doute un accord du suspect. Lui ouvrir la bouche de force et lui pincer le nez jusqu'à ce qu'il avale, c'était la bonne époque. De nos jours les lois, comme des mauvaises herbes, avaient poussé partout. Bo se demanda ce que dirait Shasta si elle l'entendait penser.

« Un BLOCUS ! Oui, il faut mettre en quarantaine le château, bloquer tout contact avec l'extérieur pendant un moment le temps de procéder à des enquêtes et voir comment se manifestent les sigmas. Voilà. Heureusement que tu es là, j'aurais pas trouvé toute seule... »

Cette dernière suggestion triomphante lui fit lever un sourcil, puis les deux en réalisant que son interlocutrice était sérieuse. N'avait-elle pas travaillé au Magenmagot ? Ne leurs apprenait-on rien à ces gens là ? N'étaient-ils pas supposés être la justice du monde magique, ou un truc comme ça ?

« Tu réalises que c'est impossible, n'est-ce pas ? »

Bo expira une nouvelle bouffée de fumée dubitative, les bras croisés sur sa poitrine, sa cendre tombant en poussières sur le sol.

« Ce sont des enfants qui se trouvent au château, la plupart sont encore mineurs et soumis à la volonté de leurs parents. L'école n'a absolument aucun droit de retenir ses pensionnaires ici et encore moins si papa-maman sont contre. On ne peut absolument rien faire à ces têtes blondes, sinon on se retrouverait avec une liste de procès au cul dont tu connais sans doute mieux les termes que moi. »

Rien que d'imaginer à la montagne de beuglantes dont serait recouvert son bureau si le directeur osait émettre ne serait-ce que l'hypothèse de retenir la progéniture du monde sorcier deux jours de plus le temps de les interroger, Bo sera les dents. C'était un projet tentant, elle l'admettait, mais les mineurs étaient à n'en pas douter le point faible du système au complet. Ils étaient les favoris du gouvernement, la prunelle de la société, le futur du monde. À moins de preuves formelles il était quasi impossible de toucher à un seul de leurs cheveux.

« Pour l'instant on peut rien faire de ce côté là, par contre chercher parmi les professeurs serait une bonne chose. Encore faudrait-il l'aide du dirlo, ce qui est plus de ton ressort que du mien. Tu es directrice de maison après tout. »

Bo passa en revue la liste de ses collègues et réalisa que pour la plupart elle ne savait rien d'eux. Certains avaient été ses professeurs alors même qu'elle arpentait encore les couloirs en tant qu'élève, d'autres avaient dû être à ses côtés à l'époque sans qu'elle ne les remarque vraiment. Ses pensées s'arrêtèrent sur Marvel, si doux et si dévasté par les derniers événements. Marvel qu'elle avait dû tirer des flammes à coups de claques pour qu'il réalise l'étendue de ses conneries. Marvel ne pouvait pas être un sigma elle en était certaine. Son esprit dériva ensuite sur Florence, qu'elle connaissait depuis peu très bien et en même temps pas du tout. Cette analyse la dérangea et Bo préféra la repousser à plus tard, ayant d'autres sujets sur lesquels s'arrêter pour le moment.

« Peut-être mettre du sérum dans les verres pendant le repas serait une possibilité ? Je sais pas si les elfes de maison laisserait faire... »


Elle continua de mâchouiller un instant cette idée, peu convaincue et frustrée par le manque de résultat de cette série de questionnement, quand son regard se posa sur Shasta. Son amie, qu'elle serait amenée à suspecter dans les jours qui venaient, comme tous les autres habitants de Poudlard.

« Je ne pense pas que tu sois une sigma
, lança-t-elle soudainement. Même si tu adhérais à l'idéologie, tu serais malade devant leurs méthodes. Tu aurais déjà assommé le chef à coups de parapluie. »

Bo eut un maigre sourire, sa cigarette entre les lèvres. S'il leur fallait suspecter tout le monde autour d'elles, autant le faire avec une personne de confiance à leurs côtés.



wicked witch
One never learns how the witch became wicked, or whether that was the right choice for her — is it ever the right choice ? Does the devil ever struggle to be good again, or if so is he not a devil ? - Wicked

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 87

Date d'inscription : 10/09/2016

Localisation : Poudlard

Feat : XII - dCTb

Crédits : moi même

Double Compte : /

Shasta Mathesson





Re: Rustle of Anger - Bo
03.10.16 10:02

Heureusement que Bo était là. Et que Shasta n'était pas à la tête du château. Autrement, elle aurait causé bon nombre de soucis à la société magique. Se rendant compte subitement qu'elle venait de déblatérer un monceau d'idioties, elle rougissait très légèrement, et se laissait sermonner par sa collègue, sans pour autant lâcher son idée de blocus. Ce qu'elle proposait était un peu brutal c'est vrai, néanmoins, l'action sigma ne l'était elle pas d'autant plus ?
Doucement, elle redescendait sur terre et écoutait les arguments qu'avançait Bo, en réfléchissant à comment, juridiquement, elles pouvaient stopper l'action sigma. Et progressivement, elle sentait une vague de désespoir poindre, parce qu'ils luttaient contre un ennemi invisible. Et que, même s'ils invoquaient la sécurité des élèves avant toute chose, les parents s'empresseraient de crier leur mécontentement. Ce qui conduirait indubitablement à une instabilité de la société sorcière, une crise qui imploserait et favoriserait l'avancée des sigmas.
Non, il fallait qu'elle reste dans les règles, à tout prix. Elle ne comptait tout de même pas s'abaisser au niveau d'un groupe qui répand la terreur non ?

« Je ne pense pas que tu sois une sigma. Même si tu adhérais à l'idéologie, tu serais malade devant leurs méthodes. Tu aurais déjà assommé le chef à coups de parapluie. »

La remarque de Bo la ramenait définitivement sur Terre, et surtout, la faisait rire. Shasta affichait un grand sourire d'amusement, rien qu'en s'imaginant fracasser un imbécile couvert d'un masque.

Ho, mes coups de parapluie seraient bien insuffisants, tu m'appuierais.

Rétorquait elle en pointant du parapluie les lourdes bottes de sa collègue. Elle inspirait, plaçait sa main sous son menton et réfléchissait, pour remettre ses idées en place. Elle optait finalement pour une cigarette, histoire de calmer l'atmosphère dans sa tête.

Tu as raison. Elle n'ajoutait pas qu'elle avait du mal à l'admettre, ce n'était pas le moment opportun pour plaisanter. je me suis emportée, et au final je risque de devenir comme eux, avec mes méthodes. Donc, je pense qu'on devrait procéder par étape.

Bo avait suggéré de mettre du véritaserum à l'insu des professeurs pendant le repas. Si Shasta aurait volontiers eu recours à cette méthode, elle se rappelait que les preuves n'étaient pas considérées comme viable si on forçait le suspect avec une méthode pareille, ou pire encore, de la torture.

La première étape, et je pense que tu es d'accord avec moi, est de rétablir la confiance au sein de l'équipe administrative. On doit se sentir unis pour lutter contre l'ennemi commun, et on doit se faire confiance. Mais pour se faire confiance, on ne peut pas procéder à l'insu des autres, donc il faudrait que Bogeyman nous réunisse et propose ce test, c'est aussi légal que s'il nous faisait signer un contrat pour une promotion, ou n'importe quoi. Ce serait simple, il suffit de boire le sérum et de répondre à une série de question pour prouver notre innocence. Ceux qui ne souhaitent pas se soumettre au sérum pour la raison qu'ils souhaitent seront dès lors considérés comme suspects. Pas coupable, mais suspect. Avec l'équipe qu'il reste et dans laquelle nous avons confiance, on pourra alors organiser quelque chose.

Elle avait parlé d'une traite, un peu plus sûre de ce qu'elle avançait désormais. Maintenant elle attendait l'avis de Bo, parce qu'elle savait que si elle venait de dire quelque chose d'irréaliste dans la pratique, sa collègue lui remonterait les bretelles en bonne et due forme.


Rustle of Anger - Bo 194447ShaIrl
Une petite heure de colle Invité ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 91

Date d'inscription : 09/09/2016

Feat : Elsa, Frozen

Crédits : yasha, ava, sha & nounours ♥♥

Double Compte : Sisi la maudite

Isabeau Leroy





Re: Rustle of Anger - Bo
07.10.16 19:20


La réponse de Shasta, d'apparence anodine, lui tira néanmoins un sourire. Bo tapota le sol du bout de sa botte, comme pour en apprécier le renforcement, s'imaginant à part elle ce que cela ferait de frapper dans quelqu'un avec. Crac, sans doute. La confiance que plaçait sa compagne en elle à travers ces mots ne lui échappa pas non plus, mais elle préféra continuer de tirer nonchalamment sur sa cigarette et l'écouter parler. Dire tout haut ce qu'elles savaient déjà en aurait piétiné la subtilité.

La professeure admit qu'elle avait tord et Bo ne fit même pas de remarque narquoise à ce sujet, une première pour elles deux. Ne pas s'abaisser au niveau des sigmas était en effet une résolution dure à tenir, surtout lorsque l'on était pris par la colère ou la peine – comment ne pas souhaiter leur rendre la pareille ? au centuple même ? – mais était également indispensable. C'étaient les méchants qui plaçaient des bombes, les méchants qui privaient les citoyens de leurs droits, les méchants qui utilisaient la force de leurs poings pour imposer leurs idéaux. Les gentils n'avaient pas le droit d'utiliser les mêmes moyens qu'eux, quand bien même était-ce si facile, quand bien même était-ce si injuste. Ils n'avaient pas le choix.

Shasta avait remodelé son idée en conséquences, lui étalant en détails la première étape de son plan. L'équipe administrative était en effet la première variable à contrôler, leur influence sur les enfants (et leur puissance pour certains) étant trop grande pour être laissée sans surveillance. Mais c'était au-delà de leur ressort.

« Ton plan est bien, mais pour l'exécuter il faut Bogeyman. Comment est-ce que tu comptes le convaincre ? Ce mec est un vrai lunatique, il autorise et refuse tout et n'importe quoi. »


Il était clair dans l'esprit de Bo que c'était à Shasta de traiter avec le directeur et non à elle. Après tout elle avait beau être sa secrétaire depuis des années elle n'avait jamais eu de rapports privilégiés avec son supérieur hiérarchique et un professeur estimé aurait sans doute plus de chance qu'elle de se faire entendre de ce vieux fou. Elle prit une nouvelle bouffée de tabac, pour s'aider à réfléchir.

« On pourrait peut-être même virer ceux qui refusent de passer le test. C'est légal, non ? »

C'était une solution radicale, mais les temps étaient graves. Après tout les parents seraient ravis d'apprendre que Poudlard faisait tout ce qui était en son pouvoir pour protéger leurs têtes blondes, ils ne se plaindraient sans doute pas beaucoup de la situation. Les parents. Ils étaient toujours les premiers à monter au créneau quand une réforme ministérielle s'approchait de près ou de loin de changer le quotidien de leur progéniture, mais ils fermaient aussi volontiers les yeux sur les actions parfois brutales du gouvernement afin de les protéger. Ils fouleraient du pied sans un remord les vies des enseignants renvoyés si cela pouvait leur assurer la bonne santé de leur enfant.

Un mouvement de mèches noires attira un instant l'attention de Bo et son regard se fixa par hasard sur le reflet de Shasta dans le miroir du risèd. Elle l'oubliait parfois (souvent), mais elle en faisait également partie des parents. Jusqu'où serait-elle prête à aller pour la sécurité de son fils ? Quelles lois seraient-elle prête à enfreindre pour le garder sain et sauf ? Toutes sans doute. Bo termina sa cigarette et en jeta le mégot par terre, songeuse. Il y avait des sujets qu'elles n'abordaient jamais ensemble, beaucoup même. Leur amitié était cimentée sur une aversion similaire pour les élèves et un plaisir commun à les tourmenter, rien d'autre. Les événements les avaient obligées à repousser un peu plus loin la frontière de leur relation et elle s'apprêtait à recommencer.

« Ça va, ton gamin à toi ? »


C'était étrange de toucher du doigt cette partie là de la vie de Shasta, mais c'était pourquoi un tournant décisif était appelé comme ça, non ?



wicked witch
One never learns how the witch became wicked, or whether that was the right choice for her — is it ever the right choice ? Does the devil ever struggle to be good again, or if so is he not a devil ? - Wicked

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 87

Date d'inscription : 10/09/2016

Localisation : Poudlard

Feat : XII - dCTb

Crédits : moi même

Double Compte : /

Shasta Mathesson





Re: Rustle of Anger - Bo
07.10.16 21:38

Ça y est, elle avait réussi à sortir quelque chose d'assez réaliste pour qu'il puisse s'appliquer en réalité. Tout du moins, sa collègue ne l'avait pas remise sur terre brutalement comme précédemment. Elle avait juste soulevé le point qui turlupinait Shasta. Il fallait mettre Bogeyman dans le coup et le convaincre d'agir dans ce sens. Mais quelque part, elle se disait que pour la sécurité des élèves, il ne refuserait pas une telle chose. Puis elle se rappelait qu'il était à l'origine des dragonruns dans Poudlard, et elle oubliait presqu'aussi vite sa pensée précédente.

C'est vrai. Mais je suis sûre qu'il prend la menace Sigma au sérieux. Je tâcherais de le convaincre, mais un soutien de la part d'un autre professeur ne serait pas de trop. J'aimerais faire confiance à d'autre personnes, et ce sans leur faire ingérer du véritasserum.

Déclarait elle avec une voix un peu dépassée, tant elle se sentait perdue depuis quelques temps. La voix de Bo la ramenait une nouvelle fois à la réalité, et elle se disait que ses absences se répétaient un peu trop souvent en ce moment.

On pourrait peut-être même virer ceux qui refusent de passer le test. C'est légal, non ?

Ha non surtout pas. On ne peut pas se le permettre pour un tas de raisons et de variables inconnues. Le test de confiance va surtout nous aider à faire le tri dans l'équipe administrative, et quand il s'agira de travailler ensemble pour la lutte contre les sigmas, on aura un groupe cohérent. D'autant plus que si on vire les suspects, on va s'attirer de nombreuses foudres, puisqu'on a pas de vraies preuves de leur culpabilité. Certains parents risquent de s'indigner, parce que c'est pas très démocratique comme façon de procéder, et que leurs enfants sont les prochaines cibles. Et puis ça attirerait l'attention des sigmas, ils se vengeraient d'une manière ou d'une autre.

Elle même se disait que virer des profs sous seul motif d'un refus de coopérer était certes légal mais risquerait de faire hurler plus qu'autre chose. Il fallait agir discrètement. Organiser la contre attaque sans faire de bruit. Ils ne pouvaient pas se laisser faire sans rien dire. Mais ils devaient répliquer intelligemment, et ce en protégeant et l'école, et la vie des élèves. Et la leur. Ils n'étaient pas des super héros moldus, et elle espérait qu'ils puissent compter sur le soutien du ministère de la magie. Mais là encore, elle tanguait. Ses parents et son frère étaient le portrait type de l'adhérant aux idées sigmas, et ils ne devaient pas être les seuls. Tout comme parmi les autres parents, et les élèves, et les professeurs. Comment lutter ? Où se trouvait la frontière du légal, du possible ? Pourquoi avait elle l'impression que tout se trouvait paralysé, sans prévenir ? Elle tournait doucement dans la pièce, sans plus regarder sa collègue. Elle s'absentait encore, mais c'était le cadet de ses soucis.

Ça va, ton gamin à toi ?

Elle s'arrêtait net, relevait ses pupilles et s'accrochait au regard interrogateur de Bo, comme si la jeune femme venait d'enfoncer une pointe en travers du ventre de Shasta. Elle restait immobile quelques secondes, le temps que ses pensées se remettent en place. Evan, le fruit de sa relation avec Thomas. Il fallait qu'elle réponde à sa dernière lettre d'ailleurs. Il s'était inquiété de la situation à Poudlard, mais elle n'avait pas eu le coeur à répondre. Quelque part, elle se disait que répondre à Thomas serait oublier son rôle de professeur et redevenir la mère d'Evan, celle qui s'inquiète pour lui en permanence et n'est pas capable de le laisser faire quoique ce soit sans sa permission. Non, elle exagérait. Mais elle aimait son fils de la manière la plus naturelle qu'il soit pour une mère. Elle qui assistait en direct aux troubles de Poudlard ne pouvait que brûler d'envie de bousculer tout le monde dans les couloirs, entourer Evan de ses bras et l'emmener loin, très loin dans cette petite maison de la côte où ils passent leurs vacances. Oublier tout les troubles du monde sorcier.

Ho, Evan... Je suppose qu'il est moins perturbé que moi quand à tout ces troubles. J'espère que c'est le cas. Je n'ose pas aller le voir pour parler de ça, je me dis que ce n'est pas équitable par rapport aux autres parents qui ne travaillent pas à Poudlard. Et par rapport aux autres élèves qui n'ont pas leurs mères ici. Que ce n'est pas non plus juste par rapport à Thomas qui s'inquiète très certainement pour lui et ne peut pas le voir. Je pense que s'il se sent vraiment mal, il viendra me voir, c'est comme ça qu'on a convenu de notre lien ici en tout cas.

Elle devait avoir l'air très mauvaise mère, à mettre autant de distance entre son fils adoré et elle. Mais Bo comprendrait peut être. Quelque part, elle se persuadait elle même qu'il s'agissait de la bonne solution. Elle ne voulait pas s'imposer dans sa vie d'étudiant au château, elle ne voulait pas qu'il vive sa jeunesse à elle.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 91

Date d'inscription : 09/09/2016

Feat : Elsa, Frozen

Crédits : yasha, ava, sha & nounours ♥♥

Double Compte : Sisi la maudite

Isabeau Leroy





Re: Rustle of Anger - Bo
10.10.16 17:50


Apparemment ils ne pouvaient pas renvoyer les professeurs refusant de se plier au test, au grand damne de Bo. Elle imaginait mal les parents s'indigner du traitement des enseignants, surtout en temps de guerre, mais elle supposa qu'elle ne devait pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Après tout, elle ne s'y connaissait pas plus que ça en la matière. Mais l'idée que cela puisse attirer l'attention des sigmas lui arracha une grimace amusée ; parce que faire passer un test à base de veritaserum à toute l'équipe administrative ne risquait pas de les alerter peut-être ? S'ils avaient effectivement des espions entre les murs de Poudlard, ils seraient au courant quoiqu'il arrive.

Elle vit Shasta changer d'attitude alors qu'elle changeait de sujet. Elle avait demandé des nouvelles de son enfant, à moitié par amitié, à moitié par politesse. Bo ne savait pas vraiment à quoi s'attendre et dans quoi elle s'engageait avec cette question, elle avait juste eu le sentiment qu'il lui fallait la poser. Un instant Shasta parut presque choquée, comme si elle venait de cracher sur la mémoire du grand-père récemment décédé, avant qu'une agitation subtile ne la prenne. Bo pouvait presque voir les pensées fuser en tous sens derrière ses yeux noirs, confuses et nombreuses, tandis que son visage s'efforçait de conserver un calme mensonger. Si elle avait su que cela équivalait à taper dans une fourmilière, sans doute aurait-elle retenu sa langue.

C'est d'une voix détachée que Shasta lui répondit, mêlée à des trémolos inquiets quand elle ne se contrôlait plus. Son message se voulait raisonnable, responsable, impartial. Tout son corps, quant à lui, criait qu'elle aurait volontiers balancé ses beaux principes aux poubelles pour se jeter au cou de son fils. Son fils, Bo ne le connaissait pas plus que cela. Elle avait découvert son existence au hasard d'un dossier, quand en lisant son nom elle l'avait associé à celui de la professeure de droit magique. Son père, elle n'en avait jamais entendu parlé et ça ne l'avait jamais vraiment intéressée. C'était un pan entier de la vie de Shasta qui s'étalait soudain à ses pieds avec cette petite question anodine – des émotions qu'elle n'avait jamais vu passer sur son visage, des postures qu'elle ne l'avait jamais vue adopter, des noms qu'elle ne l'avait jamais entendue prononcer. Bo n'était pas sûre de s'en féliciter ou de le regretter. L'amitié limitée, ça restait toujours moins contraignant.

Néanmoins elle ne put s'empêcher de froncer les sourcils en écoutant Shasta parler, notant et évaluant ses arguments quant à sa conduite vis-à-vis d'Evan. Son amour du droit transparaissait dans le choix de ses mots ainsi que ses aspirations d'égalité et de justice. Bo suivit son exemple et sortit une nouvelle cigarette – elle allait devoir refaire son stock, sa consommation des derniers jours l'avait épuisé – se demandant à quel moment son amie s'autorisait à oublier son rôle de juriste pour rendosser celui de mère.

« Je vois. »

Une phrase qui voulait tout et rien dire à la fois, le genre de phrase que l'on sort quand on ne veut pas s'impliquer, qu'on ne veut pas se mouiller. Bo alluma la clope entre ses lèvres, réfléchissant à si oui ou non elle se jetait à l'eau, avant de se dire que c'était trop tard ; en posant cette question, elle l'avait déjà fait.

« Écoute, loin de moi l'idée de te donner des conseils en relation parent-enfant – tu sais autant que moi que c'est clairement pas ma tasse de thé – mais c'est un pas un peu stupide comme principe ? »

Bo se plongea une fraction de seconde dans ses propres souvenirs d'enfance, ses propres conversations mouvementées avec ses parents, la distance qu'elle avait mis entre eux, l'incompréhension dans leurs yeux. À l'âge d'Evan elle ne serait jamais allée parler à ses parents de ses problèmes, elle aurait sans doute préféré les garder pour elle-même et le premier pas attendu de sa part n'aurait jamais eu lieu. Mais bon, sans doute que la relation entre Shasta et son fils était très différente de son cas. Du moins elle l'espérait pour eux.

« Avoir sa mère à Poudlard quand on est ado c'est déjà une punition en soi, surtout à un poste aussi élevé que toi. Alors pourquoi il pourrait pas en avoir aussi quelques avantages pour compenser ? Du positif pour balancer du négatif et arriver à du neutre. C'est pas une question d'équité par rapport aux autres élèves, c'est juste des maths. »

Elle relâcha une nuage de fumée dans un vague haussement d'épaules. Ce n'était pas ses affaires.

« Enfin, tu fais comme tu veux. »



wicked witch
One never learns how the witch became wicked, or whether that was the right choice for her — is it ever the right choice ? Does the devil ever struggle to be good again, or if so is he not a devil ? - Wicked

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 87

Date d'inscription : 10/09/2016

Localisation : Poudlard

Feat : XII - dCTb

Crédits : moi même

Double Compte : /

Shasta Mathesson





Re: Rustle of Anger - Bo
11.10.16 8:52

La dernière personne dans les souvenirs de Shasta qui avait osé émettre une critique sur l'éducation de son fils, c'était... Ha, sa mère, à qui elle avait dûment claqué la porte au nez tout en l'insultant copieusement de tout les noms d'oiseaux en rapport avec les termes ''vieille peau'' qui lui passaient par la tête. Shasta ne supportait pas les enfants d'autrui, et particulièrement la manière dont autrui éduquaient leurs enfants. Mais ce qu'elle exécrait au plus haut point, c'était sans aucun doute qu'on vienne lui dire comment éduquer Evan. Elle avait porté son bébé, nourrit, aimé plus que tout. Elle l'aime plus que tout. Elle l'a fait grandir du mieux qu'elle pouvait, et rien ni personne d'autre ne l'a fait à sa place. Rien ni personne d'autre ne pouvait se permettre de lui dire ce qu'elle devrait faire.

Alors pourquoi ne partait elle pas dans une de ses colères noires ? Pourquoi n'insultait-elle pas Bo, en lui disant d'aller cordialement se faire foutre, d'avoir des gosses et peut être pouvoir l'ouvrir ensuite. Mais elle ne le faisait pas. Son corps ne frissonnait pas de rage, ses lèvres ne laissaient échapper aucun de ces sons agressifs et désobligeants. Elle regardait Bo, tout simplement. Un instant des éclairs foudroyaient la blonde et puis plus rien. Elle extirpait une cigarette, inspirait, expirait, l'allumait, recrachait la fumée.
Quelque part, Bo avait raison. Shasta se voilait la face en refusant au nom de grands principes d'égalités, de ne pas voir son fils, de ne pas le rassurer et l'étreindre comme la mère poule qu'elle savait très bien être. Mais jamais au grand jamais Shasta n'avouerait que qui que ce soit à raison quand il s'agit de critiquer l'éducation qu'elle donne à son fils. Plutôt avaler une marmite de limaces.

Tu sais que tu viens de mettre ta vie en danger ?

Lâchait-elle avec un petit sourire moqueur, décidant de prendre plutôt à la légère la remarque de Bo.

Non c'est vrai, quoi de plus dangereux que de remettre en question un parent aussi buté que moi.

Puis elle marquait une pause, en fumant doucement. Elle ne devait pas s'énerver dans un tel moment.

Je ne crois pas qu'il soit particulièrement ravi de voir sa mère débarquer à un bout du couloir en l'appelant ''fifils'', et pour ensuite l'étouffer sous des câlins et une niaiserie incroyable dont tu ne m'imagines pas capable.

Plus ça allait, et moins elle avait cette assurance dans la voix, comme si quelque part au fond d'elle, on lui criait de partir en courant et chercher son fils dans les grands couloirs du château. Elle se demandait vraiment s'il lui en voudrait, qu'elle débarque de la sorte, et qu'elle l'écrabouille sous des tonnes d'amour maternel. Peut être que ce serait un peu la honte, auprès de ses amis. Elle n'osait pas imaginer le visage cramoisi d'Evan si elle venait l'embêter avec toutes ses recommandations devant ses petits camarades. Ça c'est sûr, il lui en voudrait. D'un autre côté, il serait peut être rassuré de savoir qu'elle était là, dans les couloirs, et qu'importe le danger, elle serait toujours quelque part pas trop loin. Un petit sourire nostalgique s'étirait sur ses lèvres. Ce n'était pas le moment de craquer, et peut être devenir assez hystérique pour effrayer un troupeau de sigmas.

J... Je comptais l'emmener à Pré-au-Lard bientôt de toute façon, l'an dernier il aimait bien qu'on aille s'y balader tout les deux de temps à autre.

Finissait elle par lâcher en écrasant sa cigarette.

Mais on parle trop de moi. Et toi, les amours ?

Elle ne s'imaginait pas assez proche de Bo pour lui poser une telle question, mais en même temps, elle venait de lui parler de son fils de cette manière là, ce qui indéniablement les avait un peu plus rapprochées. Du moins aux yeux de Shasta.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 91

Date d'inscription : 09/09/2016

Feat : Elsa, Frozen

Crédits : yasha, ava, sha & nounours ♥♥

Double Compte : Sisi la maudite

Isabeau Leroy





Re: Rustle of Anger - Bo
11.10.16 23:23


Bo sentit un instant l'air se charger d'électricité alors que Shasta la foudroyait de son regard, puis le calme revint. Un part d'elle s'était bien doutée que reprendre son amie sur ce sujet là risquait que lui attirer ses foudres, elle qui aimait si peu avoir tord, mais elle s'était sentie déjà bien trop impliquée pour reculer. Au final, ça n'avait pas été si terrible.

Elles continuèrent à fumer de concert, avalant et recrachant la fumée chacune de leur côté, empuantissant un peu plus la pièce à chaque fois. Bo songea un instant qu'il faudrait peut-être ouvrir les fenêtres, faire quelque chose pour aérer la salle, mais ne bougea pas pour autant. À quoi bon ? La réplique de Shasta lui tira néanmoins un rire ténu, qui redoubla quand elle continua à dresser un portrait si réaliste d'elle-même. Les parents étaient de loin la pire chose qu'il ait été donné à Bo de côtoyer, ils étaient au-dessus de nombreux bêtes terrifiantes sur sa liste. Et il était vrai que Shasta avait également son petit effet sur les foules, surtout celles composées d'élèves et surtout lorsqu'elle était équipée de son parapluie. Alors les deux associés donnait quelque chose qu'on avait vraiment pas envie de voir en colère. Heureusement, elle ne semblait pas l'être.

Pourtant, Bo n'aurait jamais pensé à remettre en question l'éducation de son fils. Déjà parce qu'elle ne le connaissait pas, donc comment aurait-elle pu en juger ? Ensuite, parce qu'elle se doutait que Shasta avait été une bonne mère. Ce qui la navrait dans cette histoire, c'était le fait qu'elle s'empêche à ce point d'être proche de son fils alors que cela crevait les yeux qu'elle ne rêvait que de ça. Sa remarque semblait avoir au moins fait réfléchir Shasta, ce qui était déjà beaucoup plus que ce à quoi elle s'attendait, et Bo observa un instant son regard perdu dans le vague.

« Je ne crois pas qu'il soit particulièrement ravi de voir sa mère débarquer à un bout du couloir en l'appelant ''fifils'', et pour ensuite l'étouffer sous des câlins et une niaiserie incroyable dont tu ne m'imagines pas capable.
_ Tu rigoles, il serait mort de honte. Mais je paierais cher pour voir ça ! »


Et c'était si libérateur, de rire. D'imaginer des scènes joyeuses au lieu des celles terribles de ces derniers jours, de réaliser que malgré les horreurs la vie continuait toujours son cours. Immuable. Que les sigmas pouvaient bien mettre le monde sorcier à feu et à sang, il y aurait toujours des scènes comme celle d'un fils embarrassé par sa mère trop collante pour faire sourire les gens. Elle ne commenta pas quand Shasta lui parla de Pré-au-lard, cet aveu lui semblant trop intime et plein de souvenirs pour qu'elle vienne y mettre son grand de sel railleur. Mais cela lui mit du baume au cœur de voir que son amie comptait mettre ses principes de côté le temps d'une après-midi avec son fils. Bo pouvait bien clamer qu'elle détestait les enfants, même elle ne pouvait nier l'affection sincère qui les liait à leurs parents. Elle espérait que Shasta en reviendrait apaisée.

Et puis cette dernière changea brutalement de sujet et Bo en resta un moment abasourdie, le sourcil levé. Elle ne comprenait absolument pas le cheminement qu'avait pu prendre la pensée de la professeure pour passer de son fils à ses amours à elle. Où était le rapport ? Où était la logique ?

« Mes amours ? Sérieusement ? On a pas parlé des tiennes. »

Elle ne pouvait s'empêcher d'avoir un ton éberlué, un sourire hésitant aux lèvres. Qu'avait-elle à dire sur ses amours ? Que ce matin elle ne s'était pas réveillée dans son lit mais dans celui de son ancienne professeure de sortilèges ? Que ça ne voulait rien dire, que c'était juste une façon comme une autre d'évacuer la tension accumulée ? Ou peut-être pourrait-elle lui parler de Marvel, Marvel son ancien meilleur ami qui désormais ne lui inspirait plus qu'indifférence ? Lui raconter avec quelle verve il l'avait insultée, descendue plus bas que terre, alors que sa seule faute avait été de vouloir lui sauver la vie ? Bo tira un peu plus sur sa cigarette, histoire de gagner du temps alors qu'elle réfléchissait à quoi dire et quoi taire. Shasta était son amie, oui, mais était-elle son amie à ce point ? Mais après tout, elle s'était permise de lui poser des questions sur Evan, qui était un sujet on-ne-peut plus sensible chez la professeure, alors c'était bien son droit de répliquer.

« Eh bien, je vois quelqu'un depuis peu, mais ce n'est rien de sérieux. »

Depuis peu, doux euphémisme. Allaient-elles ne serait-ce que se revoir d'ailleurs ? Elle supposait que oui. Devait-elle garder le mystère sur son identité ? Bo ne savait pas trop. Peut-être ne pas le crier sur les toits, en tous cas. Mais bon, à qui Shasta pourrait bien le dire, hein.

« Tu la connais. Florence McFayden. »

C'était bizarre de parler de tout ça avec Shasta. Puis Bo se fit soudain la réflexion qu'elle n'avait plus grand monde d'autre pour en parler, maintenant que Marvel avait été rayé de sa liste d'amis. Peut-être qu'elle finirait pas s'y habituer.

« Je me suis engueulée avec Marvel, aussi. Tu savais que ce débile s'était jeté dans le feu de sa salle pour tenter d'en sortir des restes? »

Elle ne parla pas de l'élève, ne voulant pas malgré tout menacer le poste de directeur de maison du rouquin, mais grinça des dents à ce souvenir encore récent, une colère ancienne mais vive refluant brusquement dans ses veines. Bo inspira de la nicotine dans une vague tentative de se calmer.



wicked witch
One never learns how the witch became wicked, or whether that was the right choice for her — is it ever the right choice ? Does the devil ever struggle to be good again, or if so is he not a devil ? - Wicked

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Rustle of Anger - Bo

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 3° :: Le miroir du Risèd-
Sauter vers: