Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













him (oscar) - end - Page 2


Partagez | 
 

 him (oscar) - end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 115

Date d'inscription : 20/09/2016

Feat : original character

Crédits : me

Double Compte : atlas pendragon

avatar





Re: him (oscar) - end
26.09.16 0:11

so your tears
are mine
musique Tu es fou.
Comme le glas.

Ma gorge se noue pour la seconde fois. Mes yeux deviennent vitreux et je ne sais plus quoi dire ni quoi faire face à cette constatation. Sommes-nous voués à vivre dingues dans un monde pareil, sans possibilité d’échapper à l’un et l’autre ? Je hais le chemin tragique que ma vie a emprunté.

Qu’est-ce que j’aimerai entendre ?

Je l’ignore. Je n’sais même plus pourquoi je l’ai trainé ici, je n’sais même plus pourquoi je cherche à le torturer dans sa tête et dans son corps. Je veux juste faire du mal et je n’ai pas de raison à cela. Quel genre de monstre suis-je devenu à me nourrir des maux d’autrui ?

Je me laisse tomber sur le côté, presque abattu par le poids de ses mots. Il y a du brouillard dans ma tête alors que le ciel étoilé s’éclaircit là-haut. Pendant un instant, je me crois à la maison. Mais l’odeur des sorciers grouillent toujours. Elle empeste. Me donne la nausée.

Tu viens de dire tout haut ce que les autres pensaient tout bas tout ce temps. J’écrase mon avant-bras contre mes yeux. On m’a toujours dévisagé quand je disais que j’avais vraiment volé jusqu’au toboggan. Mon père haussait les yeux au ciel au fil des années et soufflait fort. Ma mère… ma mère se taisait. Elle avait de la pitié pour moi. Des fois le soir, ils se disputaient. Parfois ils voulaient m’emmener voir un spécialiste. Parfois ils se disaient qu’il fallait laisser couler. Depuis je n’ai jamais pu me confier à qui que ce soit.

Je serre les dents. Fort, fort fort. Ma voix tressaute.

Et la seule personne qui aurait pu comprendre et m’écouter c’était toi. Et t’étais pas là.

Je sais. C'est moi qui suis parti. Mais je n'avais pas le choix. Jamais un mot, jamais un appel, tu as disparu de ma vie et pourtant...
J’imagine une vie dans laquelle nous aurions pu nous épauler au lieu de nous entretuer la nuit.

Maintenant tout ce que je sais faire c’est te détester. Mon bras retombe à côté de mon flanc avant que je ne reprenne : Je n’ai aucun intérêt à vivre si ce n’est que pour me venger de toi. Tu n’vas pas mourir. Et moi non plus. Pas de tout de suite. Parce que…

Je déglutis.
La haine que je connais envers lui est spéciale. Elle a beau être viscérale et destructrice, elle est vitale, nécessaire et…

J’ai besoin de toi pour étouffer, Oscar.

Car je ne respire plus, Oscar.


+ notes- c'est un peu gay PARDON et j'me suis pas relue mdr
BY MITZI





Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Sigma


Messages : 142

Date d'inscription : 29/08/2016

Feat : Jean Kirschtein [S .N.K]

Crédits : KIKI PERFECTION

Double Compte : Winnifred et Cae

avatar





Re: him (oscar) - end
28.09.16 15:03

Him ft.Othello
Othello a fini. Je ne sais pas ce qui l'a convaincu, ce qui l'a arrêté – c'est peut-être moi, mais je ne sais pas. En tout cas il s'est arrêté. Ses mains ont quitté ma peau, je n'ai plus ses yeux comme horizon. C'est comme s'il me permettait de respirer de nouveau. Othello a fini et se laisse tomber à côté. Proche encore, mais moins que ces dernières minutes. Éternelles et tourmentés. Il donne encore des couleurs particulières au silence qu'il impose.

Je tourne la tête de son côté et je ne vois qu'un demi visage et des cils qui se referment parfois quand il cligne des yeux. Je me dis que comme ça il a l'air serein. Inoffensif. C'est une terrible idée. Séduisante aussi. Ses silences ont quelque chose de terrifiant et de beau dans un même temps. Comme la tempête. Mais ensuite il cache ses yeux et je ne vois plus rien. Je ne pense plus rien.

J'écoute pourtant et ses confessions me rendent confus et mal à l'aise. Quand je pense le connaître et deviner ses pensées, il me balance mes prétentions à la figure et me montre une nouvelle facette de lui. Mais celle-là me semble si fragile qu'elle pourrait se briser en éclat de verre dans mes paumes si j'essayais de les saisir. Je ne peux pas dire que je compatis, mon enfance à moi était différente. Juste trop différente. Il dit que j'aurai pu comprendre, pourtant. Et écouter. Je me demande alors finalement s'il me déteste d'avoir croisé un jour sa route ou s'il haït mon absence finalement. Et s'il le sait lui-même. Si ma présence l'outre et l'indigne tant qu'elle devient nécessaire ? Je me plais alors à penser que, si les choses avaient été différentes… Oui si tout ça avait été différent, peut-être que lui aurait pu me pardonner ?


Mais aujourd'hui c'est trop tard. La haine d'Othello est viscérale. Ma faute trop grande. Comprendre et pardonner. Nous sommes allez trop loin pour pouvoir un jour surpasser cela. Et rien de tout ceci ne terminera bien. Surtout quand il dit qu'il n'a plus que la haine de nous et qu'on ne mourra pas ce soir. Ni lui, ni moi et que j'entraperçois quand même ce jour meurtrier qu'il insinut. Mais je comprends le besoin et son urgence. Même dans l'immobilité. Parfois j'ai des éclairs de lucidité et je sais. Et ce qu'il me raconte en dernier ne m'est ni étranger, ni étrange. Comme-ci c'était la seule chose que je pouvais comprendre. Ressentir.

Il ne voudra pas l'entendre, mais je le dis quand même :

 « Je serai resté. »Je ferme mes yeux et je fixe le ciel.  « J'ai voulu… J'ai regretté mille fois. Et j'ai eu peur aussi. Que tu aies peur. Que tu me regardes avec des yeux terrifiés. Tes parents me regardaient comme ça. Les miens aussi. Ils disaient que je ne devais plus t'approcher, jamais. » Je rouvre les yeux.  « Ils disaient que ce serait plus facile pour nous, comme ça. » Je le dis en chuchotant, comme si je me devais de lui rendre ses confidences.  « Je n'ai plus jamais eu d'autres amis que toi. » Je fronce les sourcils.  « Sauf Arti. Mais on ne peut pas blesser les robots. » Enfin. Je ne sais pas si Othello et moi avons déjà été amis. On jouait régulièrement ensemble. Même s'il m'agaçait parfois quand il était d'humeur chahuteuse. Mais peut-être que nous l'étions un peu au moins quand on prenait le goûter ensemble.

Je soupire. Je me sens las et faible, j'ai trop crié, je me suis trop agité, j'ai trop discuté, j'ai trop ressenti, j'ai trop vécu et ça fait trop longtemps que ce n'était pas arrivé. J'ai trop vécu parce que je pensais que sa vie et la mienne était en jeu.

 « C'est quand on étouffe qu'on se rend compte qu'il y a quelque chose à étouffer. » Je me redresse finalement et je me tourne pour lui demande 

 «Qu'est-ce qu'on va faire à présent ? » Si personne ne veut commencer ou terminer les choses. Si tous les mots ont été dit et ont égratigné. Mais je reformule :  « Qu'est-ce que tu veux faire? Comme si j'avais réellement besoin de savoir. Ou envie d'entendre. Préoccupé ? Et c'est risible quand j'y pense.  « N'étais-tu pas censé me terrifier? » Mais maintenant qu'il souffle régulièrement et qu'il ressemble à géant endormi, ainsi étendu sur l'herbe, je me demande ce qu'il me reste à craindre de lui, quand il m'a donné un aperçu du pire ?
Codage©Perpendiculaire
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 115

Date d'inscription : 20/09/2016

Feat : original character

Crédits : me

Double Compte : atlas pendragon

avatar





Re: him (oscar) - end
28.09.16 15:41

so your tears
are mine
musique Avons-nous déjà été amis, un jour ? Je n’en ai qu’un vague souvenir et tout à coup, Oscar balaye treize années de haine pendant seulement quelques minutes. Je me complais à imaginer un monde dans lequel nous pourrions vivre ensemble. Dans lequel je l’aurais pardonné, dans lequel il serait resté, dans lequel j’aurais été quelqu’un de meilleur. Cette pensée m’arrache un bref sourire, je n’ai jamais songé un seul instant que je puisse être le fautif dans toute cette histoire mais il faut croire que parfois, quand il fait nuit et après de grosse frayeur, la raison me cogne le coin de la tête.

Ou peut-être qu’il me ment, qu’il essaye de m’amadouer ? Je vis constamment dans ma paranoïa. Je ne pourrai jamais le croire sur parole, peu importe combien il loue les louanges d’une amitié dont la flamme brûlait sans doute auparavant. Maintenant, elle est morte, et il n’en reste même pas une cendre.

Mes paupières s’alourdissent peu à peu, à croire que cet instant de panique a usé toutes mes ressources.
Suis-je destiné à tyranniser Oscar tous les soirs en espérant pouvoir dormir un peu ? J’avoue avoir envie de pouffer quand il me demande si je ne suis pas supposé le terrifier encore.
Je me redresse et me pose au-dessus de lui, appuyé sur mes mains de chaque côté de sa tête. Mon regard est strié par les quelques mèches qui tombent devant, mais je peux voir la lueur de ses yeux malgré cela.

Quel genre de personne es-tu pour en redemander ?

Je ferme les yeux et soupire avant de reprendre :

Tu veux que j’te menace ? Que j’te frappe ? Que j’t’oblige à faire des choses flippantes ? J’étouffe un rire. J’en garde encore pour demain. Et le jour d’après. Puis encore la semaine suivante. Silence.
Murmure :Pour l’éternité et quelques jours.

Je l’abandonne sur le sol, jette un oeil curieux vers le saule qui n’a toujours pas bougé. Finalement, tout ça n’aura amené à rien, mis à part vérifier que notre vie n’était pas encore en danger si l’on voulait courir autour de l’arbre. Néanmoins une chose est sûre : lors de son réveil, je serai présent. Avec Oscar. Et nous reprendrons là où nous nous sommes arrêtés ce soir. J’en suis certain.

Je glisse mes mains dans mes poches et tourne mes talons, prenant la direction jusqu’au hall l’air plus serein et détendu.

J’aurais aimé que tu restes avec moi.
Le futur aurait été moins tragique.


Fin.



+ notes-
BY MITZI





Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: him (oscar) - end

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Extérieur :: Le parc :: Le Saule Cogneur-
Sauter vers: