Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













I'm sick and I'm tired too.


Partagez | 
 

 I'm sick and I'm tired too.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité


avatar





I'm sick and I'm tired too.
27.09.16 21:14

Kieran & Abby
I'm sick and I'm tired too.



Une énième goutte de sueur perle sur mon front. Mon corps, secoué de quelques spasmes, ne daigne trouver le repos et ce, malgré le nombre d'heures s'étant écoulées depuis que je m'étais glissée sous la chaleur de mes draps. Ce n'était pas la première fois que mon sommeil était assailli par des rêves désagréables, emplis de créatures terrifiantes et de camarades capturés, empêchant toute tentative de sombrer dans un doux et profond sommeil. Non, ça devait bien faire quelques bons jours que ça durait. Et malgré la présence apaisante de mes compagnons de chambrées, des professeurs et des statues aux alentours, je ne me sentais absolument pas en sécurité. Pire encore, je me sentais constamment menacée par une force intérieure. C'était comme si mon le contrôle de mon occlumencie était perturbé par quelque chose. Quelque chose de mauvais, de menaçant.

Après quelques plaintes, quelques supplications, je finis par ouvrir les yeux, le souffle court. Par chance, je n'ai pas réveillé mes camarades, je préfère ça. Il ne manquerait plus que mes insomnies influent sur le sommeil d'un ami. Ma tête et douloureuse et je me redresse péniblement, massant mes tempes endolories avant de laisser échapper un soupir. La dernière fois que j'ai pu dormir sept heures d'affilées... c'était quand ? Mes cernes soulignent parfaitement mon état, je suis épuisée et pourtant, je ne trouve pas le repos.

Après quelques hésitations, je décide de me lever à pas de loup et de quitter la salle du trône. Malgré les récents événements, c'est plutôt calme et je ne croise que le chemin du concierge. Pas de problème, un sortilège de l'Impero pour me le mettre dans la poche et j'accède aux couloirs de mon choix. Je finis par opter pour le salon commun, dans lequel je pourrais m'isoler à ma guise. Une fois à l'intérieur, je ferme silencieusement la porte derrière moi et me laisse lourdement tomber sur un canapé. La situation actuelle me donne la nausée et je sens des larmes dévalées mes joues, sans que je m'en rende vraiment compte. Suis-je épuisée au point de pleurer avec autant de facilité ? D'un revers de la main, j'essuie lesdites larmes avant de sursauter et de pointer ma baguette sur l'ombre qui venait d'attirer mon regard.

- Lumos !

Je soupire en reconnaissant les traits familiers de Kieran. Kieran... depuis combien de temps n'avions-nous pas partagé un moment de franche camaraderie ? Je lui adresse un faible sourire, ça fait du bien de le voir.

- Qu'est-ce que tu fais là, toi ?

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

avatar





Re: I'm sick and I'm tired too.
28.09.16 21:47




I'm sick and I'm tired too



Une insomnie de plus. Encore une nuit gâché à errer sans fin dans la salle commune. Dernier couché, premier lever. La cadence était difficile à tenir dans ses conditions, carrément impossible en réalité. Je me sentais fatigué pourtant mon cerveau refusait simplement de s'éteindre. Le stresse me maintenait éveillé, ce stresse provoqué par un manque de sommeil. Ironique. Un cercle vicieux. Une boucle infinie, qui recommence encore et encore. J'allais bien finir par tomber de fatigue un moment ou l'autre. J'espérais simplement pouvoir dormir trois jours de suite si ça arrive.

La salle commune était vide, quelques griffon courageux finissaient leurs devoir dans le calme le plus plat. Mortellement ennuyante. Simplement insupportable. Après avoir changé quatre fois de places, tenté de me distraire avec de la lecture ou simplement gribouiller un devoir. Je renonçais tout simplement à faire quelque chose de constructif de ma soirée. Je voulais sortir d'ici, marcher un peu et me perdre. Rien de plus. On avait pas le droit bien entendu. Passé neuf heur on avait plus le droit de rien faire, sauf pourrir ici. Tout le monde savait que j'avais du mal a dormir, tout les préfets m'ont choppé au moins trois fois pour vagabondage nocturne. Les profs aussi d'ailleurs, le concierge, son assistant. Bref. Tout le monde. Ce soir ne ferait pas exception.

J'étais sorti alors que tout les derniers se levaient pour rejoindre leurs lit. Pas de préfets en vus. Pas de profs non plus et encore moins d'armures. C’était parfait. Peut être même un peu trop mais j'allais pas m'en plaindre. Je connaissais tout les recoins du châteaux. Les passages discrets, et les manières d'éviter les rondes des préfets. Franchement, je pourrais vivre dans ce château des semaines sans que personne ne puisse me trouver. C'était une idée.. fallait que j'y pense.

Seul, je me perdais encore un peu jusqu'à atterrir dans le salon commun. Personne ne s'y trouvait à cette heure ci, c'était un endroit parfait pour flâner quelques minutes. La pièce était plonger dans le noir, baigné de quelques rayon pâles, ça lui donnait un coté effrayant mais fascinant. Je m'y engouffrais en refermant la porte lentement avant de me glisser vers les grandes étagères prêt de la fenêtre. Il pleuvait dehors, le bruit des gouttes sur le carreau avait quelque chose d'apaisant. Serin, calme. Je me sentais bercé par le rythme régulier des clapotis sur le verre. Je fermais les yeux une seconde, je somnolait presque.

Jusqu'à ce bruit. La porte s'ouvrit lentement pour laisser une masse noir entrer. J'en restais pétrifié sur place, retenant ma respiration pour ne pas trahir ma présences. Peut être que les préfets avaient changé leurs itinéraire.. peut être que c'était une de ces saleté d'armure.. Quoi que ce soit c'était chiant. Aprés quelques secondes, j'osais un regard vers l'ombre qui s'était avachi dans un fauteuil. Seul. En larme.
Quelqu'un pleurait.

Je pouvais rester là jusqu'à ce que cette personne parte. Je pouvais faire la statue jusqu'à demain matin s'il le fallait, mais l'idée que quelqu'un puisse pleurer à deux mètres de moi sans que je ne puisse rien faire ne me plaisait pas tellement. Par respect pour elle, ou lui. Qui que ce soit. Je n'aimerais pas qu'on m’espionne en train de pleurer.. c'était gênant, un peu blessant aussi. Alors, je fis un pas hors des ombres pour avancer. Une voix retenti et un Lumos m'aveugle quasi instantanément.

« ... Abby ? »

je crois que je me serais jamais attendu à quelque chose comme ça. Abby était une des dernière que j'aurais mis sur la liste.. Pourtant elle était bien là devant moi, les yeux un peut rougit par les larmes. Elle s'étonne de me voir, sourit une seconde comme si tout allait bien. Comme si je n'avais rien vus ou qu'elle venait simplement d'entrer. Je restais une seconde à la regarder, étirant un faible sourire sur mes lèvres à mon tour.

« Bah.. Je fais de l'insomnie... du coup je cherche le sommeil ou je peux... et .. toi ?... ça va ?..»


J’essayais de pas y mettre trop d'inquiétude. Mais vraiment, voir Abby pleurer c'était simplement une anomalie. Quelque chose qui devrait pas arriver. Jamais, au risque de bouleverser un peu trop l'équilibre du monde. Qui avait fait pleuré Abby au juste ? J'avoue que la question me démangeais beaucoup mais je préférais attendre deux minutes avant de la harceler en la noyant dans mon torrent d'inquiétude.



codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: I'm sick and I'm tired too.
30.09.16 14:23

Kieran & Abby
I'm sick and I'm tired too.



C'est étrange comme les événements de ces derniers jours avaient marqués les visages. Les traits étaient tirés, les regards ternes et les voix pleines de tristesse. Même le temps se joignait à notre peine et notre désarroi. Le ciel pleurait à en déchirer les coeurs pourtant déjà bien meurtris. Aussi, même si le son de la pluie dévalant les vitres avait quelque chose d'apaisant, j'étais incapable de l'apprécier. Les images, les sons et les cris prenaient une place bien trop importante dans mon esprit et je n'étais pas assez forte pour les supporter. Ô comme j'aimerais les implorer de cesser cette immonde torture, de m'accorder ne serait-ce quelques heures de répit ! Comme j'aimerais enfermer ces noirs souvenirs dans une boîte pour ne jamais avoir à les affronter à nouveau. Mais c'est impossible et je suis condamnée à revivre ces épisodes encore et encore, à la manière d'un carrousel infernal qui tourne sans s'arrêter, me laissant sans aucun échappatoire. Un sort d'oubliette me permettrait d'apaiser mes tourments mais... si on y réfléchit, n'est-ce pas être lâche que d'abandonner sa peine à autrui pour se soulager soi-même ?

Etrangement, revoir Kieran m'avait soulagée l'espace de quelques secondes. Quelques secondes durant lesquelles, je pus apprécier la chaleur d'une présence amicale, un réconfort me rappelant qu'on n'est jamais totalement seul. Mais cette chaleur familiale s'était rapidement estompée. Parce que si nous ne sommes pas seuls, c'est simplement parce que nous partageons la même douleur. On ne se réconforte pas, on se contente de se passer notre peine comme un témoin au relais. Un témoin brûlant qui fait fondre la peau et qu'on a hâte de passer au moins chanceux.

- Je sais pas. Je ne me souviens même plus m'être levée. Peut-être que je dors encore ?

L'épuisement m'avait rendue étourdie, plus que je ne l'étais déjà. Tout devenait flou, grotesque, sans aucun sens. Je me déplaçais à la manière d'un pantin, m'asseyait parfois sur la première roche qui croisait mon chemin et, sans que je m'en rende compte, trois bons quart d'heures s'étaient déjà écoulés. Le temps était devenu une notion que je ne comprenais plus, que je ne suivais plus. Je me trouvais quelque part, ailleurs l'instant d'après et ainsi de suite. Les yeux dans le vagues, comme maintenant, ou mon regard perdu se perd sur les gouttes d'eau, au dehors.

- Je crois que ça ne va pas trop, finalement.

Les sanglots dans la voix trahissaient mon ressenti de toute façon, inutile de mettre des mots sur ce qui est flagrant. Et voilà que je me remettais à pleurer sans réellement comprendre pourquoi, sans rien contrôler, comme si tout ça me dépassait totalement. Ma baguette toujours en main pour éclairer ce salon trop noir, je tente de profondes inspirations qui demeurent inefficaces.

- Je suis tellement fatiguée. Tellement fatiguée... j'aimerais pouvoir dormir un peu , quelques minutes, sans être assaillies par toutes ces... images !

Le ventre noué, les paupières closes au point d'être douloureuses et la mâchoire crispée, l'un de mes poings cogne sur mon crâne pour désigner la genèse de mon état. J'en aurais presque envie de l'arracher.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

avatar





Re: I'm sick and I'm tired too.
06.10.16 1:37




I'm sick and I'm tired too



Ma présence la surprend une seconde, la rassure peut être un instant alors que ses yeux fatigués et rougis par les larmes se posaient sur moi. J'essayais de sourie, de garder cette chaleur qui semblait lui manquer. Elle ne souriait pas, elle n'essayait même pas, un peu trop bouleversé par je ne sais quel démon. Quelque chose qui lui avait volé sa joie, son sourire. Je me sentais impuissant face à sa détresse. Elle ne savait plus ce qu'elle faisait là, elle ne savait pas comment ses pieds l'avaient conduit ici. Loin de tout. Des autres, du monde, espérant peut être semer les ombres qui la traquent. Pourtant elle s'était retrouvé seule ici, dans le noir, entouré d'une solitude glacial et d'une détresse palpable.

Je devais faire quelque chose.

Mon corps me résiste encore une fois. Il refuse de bouger, il reste là planté à la regarder approcher mécaniquement, à croire que quelqu'un tiraient des ficelles pour ne pas qu'elle s'effondre. J'étais certain qu'elle s'écroulerait. Accablé par une tristesse qu'elle ne contrôlait plus. Comment c'est arrivé.. Qu'est ce qui s'est passé ? j'avais peut être un peu peur de poser la question, effrayé à l'idée de ne pas pouvoir la rassurer. Ces derniers temps les mots me manquaient assez pour ce genre de chose. Ils sonnaient un peu faux, peut être parce que j'avais du mal à croire que « tout irait bien ». Pourtant il le fallait. Elle se noyait dans ses sanglots, suffoquant presque entre deux respirations saccadées. Ça ne va pas. Ses mots résonnèrent dans mon esprit une fois de plus, s'y fracassant avec force pour venir tomber lourdement au creux de mon estomac. L'angoisse me gagne, accompagné d'une détresse que je pensais avoir enfouie au fond de moi.

«  Abby... »

Dire quelque chose. Faire quelque chose. La voix brisée de la brune acheva ce qu'il me restait de contenance. J'avais toujours eu du mal à voir les gens que j'aime dans un tel état. J'en était retourné. Triste, en colère, mais c'est l'impuissance qui restait le plus insupportable.
Mon corps se décida finalement à bouger. Je fis quelques pas vers elle et tendis les bras pour venir l'enlacer. Je crois que c'est la première fois que ça arrive. Peut être que c'était déplacé, ou simplement bizarre, mais sur le coup ça me semblait être un détail insignifiant. J'aimais croire qu'on se sentait bien au creux de mes bras. Qu'on s'y sentait en sécurité, comme protéger du monde. J'aimerais avoir ce pouvoir et apaiser la Gryffondor ne serait ce qu'un peu.

Elle parlait d'images. De cauchemars qui l'assaillent à chaque fois qu'elle veux fermer les yeux. Je savais pas quelles étaient ces images, mais les démons qui la rongent avaient finalement brisé ses décences pour faire couler ses larmes. Je la serrais contre moi, laissant la pénombre nous engloutir, comme seul au monde, abandonné dans les ténèbres. Je ne voulais plus la lâcher, de peur qu'elle ne tombe, qu'elle s’effondre pour sombrer dans le noir. J'étais là, c'était pas grand chose, c'était peut être rien, mais je ferais de mon mieux pour chasser ses larmes, ou du moins, alléger sa douleurs.

« Raconte moi.. Je vais t'aider. Je les effacerai si tu veux... je resterais même jusqu'à ce que tu t'endorme. Tien je resterais même pour veiller sur toi et t'entendre ronfler s'il faut ! »

Un sourire s'étira sur mes lèvres. La faire rire, du moins essayer, c'était peut être la meilleurs chose que j'avais à faire une des rare que je savais vraiment faire. Ça, et la serrer dans mes bras, la protéger du monde encore un peu, autant qu'elle le voudra, quitte à y perdre un peu plus le sommeil.



codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: I'm sick and I'm tired too.
16.10.16 12:48

Kieran & Abby
I'm sick and I'm tired too.



L'espace d'un instant, je m'étais tu. Plus un son n'était palpable, si on exceptait celui du léger fracas provoqué par la pluie, sur les toits et les fenêtres. J'avais certainement épuisé mon flot de paroles. Oui, c'était certainement le cas. Pourtant, j'étais certaine d'avoir encore des tas de choses à dire, des tas de choses à confier, ne serait-ce que pour me soulager de ce poids si lourd à porter pour un seul petit corps. Tant de choses à dire et être à court de mots, comme c'est ironique. Les yeux clos, je tentais de m'apaiser un peu, les mains posées de part et d'autres de mes coudes, sans grand résultat. Je sentais même le sommeil me revenir tout doucement, mais ce traître ne venait que pour me torturer et me rappeler qu'à la première occasion, il prendra la fuite pour me laisser avec mes démons.

J'aurais voulu me lever, rejoindre mes camarades - certains dans un état similaire au mien - et faire comme si de rien. Comme si la situation était normale et que, malgré mon ressenti et mon teint blafard, je finirai par prendre sur moi et à me répéter, comme un leitmotiv : ça va passer. Je n'en fis rien. Le peu de force qu'il me restait s'était envolé, je n'étais plus capable d'affronter les ténèbres qui me tendaient si souvent les bras pour m'envelopper dans une étreinte glacée. Je grimaçais à cette idée avant de sentir les bras de Kieran autour de moi. Cette fois, ça n'avait rien d'effrayant. C'était rassurant, chaud et terriblement apaisant. Sur le coup, j'eus bien du mal à en profiter, tant cette sensation n'était pas familière. Il fallut attendre les premiers mots de mon ami pour que je puisse me détendre totalement. Si ses paroles étaient déjà apaisantes, le son seul de sa voix suffisait à me reposer. Bizarrement, et bien que le danger était toujours présent au sein de notre établissement, je me sentais en sécurité.

- Je ronfle seulement quand j'ai trop mangé.

Avais-je murmuré, un petit sourire aux lèvres, en entourant finalement sa taille de mes bras et en déposant ma tête tout près de son épaule. Ma réponse pouvait paraître un peu bête mais pour le coup, Kieran avait réussi à me faire sourire. Il était doué pour ça, il l'avait toujours été.

- Je ne savais pas que je souffrirai autant de la situation. C'est comme une période de deuil trop longue et qui ne s'atténue pas. Et avec l'épuisement, je... je ne sais pas, je ne sais plus. C'est comme si quelqu'un d'autre avait pris contrôle de mon corps.

Tout en évoquant ce que je vivais au quotidien, je m'étais davantage blottie contre Kieran. C'était une façon de me dire "tu es en sécurité, tout va bien." Soudain, je me rendis compte que je ne m'étais même pas inquiétée du sort de mon ami. J'allais mal, c'était un fait. Fallait-il pour autant que je me plaigne sans même m'inquiéter de l'état de Kieran ? Il avait beau me couver de bienveillance, rien ne disait qu'il ne souffrait pas , lui aussi. J'étais vraiment pitoyable. Les lèvres pincées, j'hésitai un instant avant de finalement demander.

- Et toi, Kieran. Tu vas bien ? T'as l'air d'avoir besoin de sommeil, toi aussi.

J'aurais dû poser la question beaucoup plus tôt. Je me sentais minable.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

avatar





Re: I'm sick and I'm tired too.
05.11.16 17:00




I'm sick and I'm tired too



Le geste était peut être déplacé. J'avais la fâcheuse habitude de me laisser porter par mes émotions, cédant un peu trop facilement à ce genre de démonstration affectives. Pour moi, c'était peut être la meilleur façon de réconforter quelqu'un, de lui montrer son affection aussi minime soit elle. Je la senti hésité une seconde, un peu gêné par la proximité ou l'étrangeté de ce contacte. Je ne l'avais jamais prise dans mes bras jusqu'ici. Je n'en avait jamais ressenti le besoin, elle avait constamment se sourire rayonnant sur les lèvres et un regard brillant qui s'accrochaient à chaque regard. Elle n'avait pas besoin d'une étreinte pour lui donner un peu de couleur.

C'est pour ça que je la serrais contre moi, pour chasser ce voile gris qui assombrissait son regard, j'espérais lui rendre son sourire, le suspendre à ses lèvres et veiller à ce qu'il y reste. Faire l'idiot ça marchait toujours. J'aimais croire que les gens avaient besoin d'un peu de cette légèreté même dans les moments sombre. Surtout dans ces moments sombre. Au moins ça lui rendait le sourire. J'étouffais un rire à sa réflexion, elle parlait de manger, c'était signe qu'elle allait un peu mieux. Ses bras vinrent m'enlacer à son tour, elle avait toujours sa tête enfouie contre mon épaule, cherchant peut être un rempart assez fort pour la protéger une seconde de toutes les horreurs que lui portait cette nuit pluvieuse. Elle me rappelait un peu Aili à cette seconde, j'étais plus un frère qu'autre chose en cet instant.

Finalement, elle avait lâché prise, se confiant à mis voix dans l'obscurité de cette pièces. C'est vrais que j'aurais du me douter que les Sigma et leurs actions étaient à l'origine de son angoisse. Les attaques sur le château en avaient bouleversé plus d'un. J'ai peu être été un peu idiot de penser qu'Abby n'en serait pas plus troublé, après tout elle était comme tout le monde. Elle aussi avait peur, elle avait ses faiblesses et ses craintes, tout ce que je pouvais faire c'était lui tendre la main et l'aider à faire face.

« On se sent tous un peu comme ça j'imagine. T'es pas la seule tu sais, il faut pas que ça finisse par trop te hanter... T'aurais du nous en parler. Je sais pas .. On aurait organisé un super casse dalle de minuit avec les autres pour te remonter le moral et te montrer qu'on est tous là, pour toi, pour les autres.. qu'on laissera personne seul et qu'on est plus unis que jamais face à ces crétins et leurs masques... Bon.. du coup faudra juste te contenter de moi pour le moment. »

Parce qu'on était que deux rouge perdu dans la nuit. J'étais son seul soutien ce soir, j'ai déjà eu de la chance de lui tomber dessus, de la sortir un peu de ses idées noirs en la volant égoïstement aux ombres qui la menaçaient. Pour une fois je me réjouissais de mon insomnie, sans ça, je n'aurais probablement pas réalisé à quel point cette histoire l'avait troublé. Abby était comme moi, plutôt douée pour feindre les sourires et prétendre que tout va bien, que tout ira bien.

Après quelques secondes à simplement m'étreindre, elle leva son nez vers moi, le regard inquiet et les lèvres pincée, un peu comme si elle venait soudainement de réaliser quelque chose. Sa question me pris un peu au dépourvus, pourtant, c'était probablement tout ce qu'il y avait de plus naturel dans cette situation. Elle s'inquiète de mon état, parce que j'étais là moi aussi. Seul dans la nuit, loin de mon lit ou de la salle commune, tout comme elle. Je sais pas si j'avais vraiment envie d’inverser les rôles.. Pourtant il le fallait bien.

« Ouais.. enfin.. Moi je fais de l'insomnie depuis des années.. c'est pas tellement nouveau, d'ailleurs c'est une des raison qu'a fait que j'ai perdu pas mal de point l'année dernière... Mais j'avoue que c'est étroitement liée au stresse ou à l'angoisse alors.. ces derniers jours j'ai vraiment du mal à fermer l’œil... alors je me balade.. un peu comme si je voulais faire comprendre à ma tête que tout vas bien ici. Que tout ça c'est finit.. qu'y'avait aucune raison de s'inquiéter.. Je sais pas tellement si ça marche.. mais j’essaie.. »

Mon regard se perdit dans la pièce une secondes. L'obscurité était effrayante, comme toujours, pourtant j'essayais d'y trouver quelque chose de rassurant, quelque chose d'apaisant. Il n'y avait rien ici sauf nous deux. Deux gryffondor un peu perdu, encrés dans les bras l'un de l'autre. Mes yeux accrochèrent les siens une fois de plus, laissant mes lèvres s'étirer dans un énième sourire, espérant chasser définitivement le tourment pour au moins quelques minutes.

« Mais je suis content de t'avoir trouvé ce soir... Promis je raconterais à personne ce qui s'est passé si jamais ça t'inquiète. »

Après tout, si elle avait fait tout ce chemin jusqu'ici, c'était peut être pour être seule et pouvoir pleurer loin des regard. C'était un peu raté, mais je m'en satisfait complètement.



codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 30

Date d'inscription : 20/09/2015

avatar





Re: I'm sick and I'm tired too.
02.01.17 16:56

Lux pas Chouette


Art. II. Le couvre feu fixé à dix heures est à respecter. Tout élève pris dans les couloirs après ce délai sera sanctionné. Ce n'est sans dire que depuis l'attaque des Sigmas lors de la rentrée, il est descendu à neuf heures !

Deux élèves n'ont pas échappé aux yeux fatigués de la vieille chouette. Abby Reynald et Kieran Nails dans le salon commun ! On aura tout vu ! Ces élèves ne manquent vraiment pas de toupet ! Les Sigmas pourraient les tuer à n'importe quel moment. Aussi arrive-t-elle en folie par la fenêtre entre-ouverte et se pose sur son cadrant.

"Imbéciles ! Fous ! Voyous ! Retournez dans le dortoir immédiatement ou le directeur en entendra parler ! Hou houuuu hou ! Et - 30 points pour GRYFFONDOR ! Que ça sotte ! Hou hou !"

La chouette s'envole rapidement vers d'autres problèmes à régler.


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: I'm sick and I'm tired too.

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: