Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Kicked it in the sun | Marvel


Partagez | 
 

 Kicked it in the sun | Marvel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité


avatar





Kicked it in the sun | Marvel
28.09.16 11:45


He woke up late that morning
Went to the window and saw
The sun had stopped its shining

music


La salle des moldus n'en avait pas fini de brûler de ce feu qu'on ne parvenait pas à éteindre. Malgré toutes les protections mises en place tout autour Charlie avait peur qu'il ne se propage au reste de l'étage et, surtout, à la bibliothèque. Quoi de pire que savoir qu'un feu indomptable ronflait joyeusement à quelques mètres de ce qui était peut-être la plus ancienne et la plus grande réserve de livres et d'archives magiques de Grande-Bretagne ? Charlie chérissait tant cette vaste pièce emplie de trésors et de mystères. Comme un membre de sa famille, quelqu'un qu'il n'avait pas toujours envie de voir, quelqu'un à qui il en voulait parfois de lui imposer sa compagnie, mais dont il savait qu'il pourrait toujours lui rendre visite en cas de coup dur.

Et c'était ce qu'il faisait. Même si l'année venait de commencer et que la pile de ses devoirs était encore légère, Charlie se rendait à la bibliothèque presque tous les jours. Il ne travaillait pourtant pas beaucoup, contrairement à son habitude. Il venait juste lire pour se changer les idées. Il venait trouver le calme et la solitude dont il avait besoin — quand on le lui permettait. Avec la nouvelle organisation des dortoirs et l'interdiction d'accéder à sa bonne vieille salle commune, c'était devenu un luxe qu'il ne trouvait qu'ici ou, à l'occasion, sous un arbre isolé du parc.

Ce jour-là, il s'y était rendu après le petit déjeuner et un pétard. Louis lui avait glissé un petit cadeau dans la poche sur la voie 9 3/4 avant son départ, et Charlie en avait largement abusé depuis les événements de la rentrée. L'esprit agréablement engourdi, il avait préféré oublier d'aller en cours et il avait fini sa nuit à une table de la bibliothèque quasiment déserte. Quand quelqu'un s'approcha de sa table et lui secoua l'épaule, sa première pensée fut que Lio était venue lui demander de l'aide pour ses devoirs. Fragment du rêve auquel on venait de l'arracher. Et puis la réalisation le frappa aussi brutalement que chaque matin, qu'après la dissipation de chacune de ses récréations végétales. Il leva vers le professeur des yeux aux pupilles nettement éclatées, lui adressa un sourire vague et un « 'jour » pâteux, absolument pas conscient du fait qu'il aurait pu avoir des problèmes.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 254

Date d'inscription : 30/08/2016

Feat : Robert Lutece / Cameron Monaghan

Crédits : AVALTOUT. ♥

Double Compte : C. Parfait Jdanov

avatar





Re: Kicked it in the sun | Marvel
02.10.16 2:57

Ecstasy is in the air. Summer nights made for loving, yeah.
Slowly.
As we go down slowly.
And we go down slowly.



Un fantôme. Voilà de quoi il avait l'air. C'était ridicule, et il le savait. Pourtant Marvel ne pouvait s'empêcher d'errer dans ce couloir, encore et encore. Il avait même échangé ses rondes avec d'autres professeurs pour passer plus de temps devant sa salle chérie. Tous ses souvenirs, volés en éclats. Emportés dans un nuage de fumée. Quelque part, avec cette chaleur ambiante digne du centre de la terre et ces immondes flammes orangées, il avait l'impression d'attendre devant les portes des enfers.

Sa première leçon terminée, il était revenu dans ces lieux presque en courant. Qu'il était impatient de voir si la situation avait évolué ! Mais rien de nouveau, évidemment. Il devait avoir l'air d'un aliéné, à se ronger les ongles et faire les cent pas dans ce couloir, à longueur de journée. Mais qu'importe !
Bien que son esprit fut momentanément ailleurs et son cours assez chaotique faute de matériel, une chose ne lui avait pas échappé : Charles Campbell manquait à l'appel pour la quatrième fois consécutive. Quelque chose n'était pas normal. Cet élève était un des meilleurs, et participait toujours de façon intelligente. Les derniers événements avaient dû le submerger.

Abandonnant son manège et se laissant porter par ses pas, le rouquin s'était retrouvé dans la bibliothèque. Oh, mais bien sûr ! La réserve ! Peut être qu'il y trouverait un sortilège assez puissant pour conjurer cette gigantesque blague ? Dans tous les cas, ça lui ferait une occupation et canaliserait son énergie débordante sur quelque chose d'utile. Mais alors qu'il avançait d'un pas décidé vers l'endroit réservé aux professeurs, il tomba sur une silhouette qu'il n'avait pas vu depuis un bon bout de temps.

C'était moche de réveiller les personnes endormies, mais la Belle au bois dormant lui devait des sérieuses explications. Et bien qu'il soit du genre à fuir ses responsabilités d'adulte en temps normal, il savait qu'il se devait d'avoir cette conversation avec son élève. Il y avait définitivement un problème quelque part. Quand il le secoua avec douceur, l'autre se réveilla en sursaut comme tiré d'un songe paisible. Mince, aurait-il dû lui laisser quelques minutes de répit ? Aurait-il dû attendre son réveil, le laissant dans un monde parallèle où tout allait bien ? Il avait l'air si paisible, une minute auparavant. À moins que... Pourquoi ses pupilles étaient si dilatées et son sourire si... effacé ?

« Bonjour, Charles. »
Son ton était aigre-doux, quand il relâcha la pression sur les épaules de son élève. « Tu sembles un peu... absent. » C'était la punchline du siècle. À s'entendre, il se serait mis des baffes.

« Toi et moi, on doit parler. D'accord ? » Comme s'il lui laissait le choix. « On a qu'à aller dans mon bureau. Les fauteuils sont plus confortables. Et euh... T'arrives à tenir debout, au moins ? » Vu son état, il risquait certainement de devoir le traîner jusqu'en haut.

©Pando


Oh man! Wonder if he'll ever know
He's in the best selling show
Is there life on Mars?
(solosand, bazzart)
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: Kicked it in the sun | Marvel
08.10.16 18:46


« Bonjour, Charles. Tu sembles un peu... absent. »

La voix de Marvel était trop réelle, le ton, le choix du mot, « absent », un tout petit peu trop accusateurs pour ne pas effacer le sourire flou du visage de Charles. Il tâcha de se redresser, épaules en arrière, petit raclement de gorge pour chasser les résidus de sommeil de sa voix. Il n'essaya pas particulièrement d'adopter un air innocent, parce que Marvel ne serait pas dupe, et Charlie le respectait trop pour chercher à le berner. S'il devait se faire engueuler, ainsi soit-il, il l'avait cherché. Au moins Louis serait fier de lui.

« Toi et moi, on doit parler. D'accord ?
Oui, je comprends... Petite grimace désolée.
On a qu'à aller dans mon bureau. Les fauteuils sont plus confortables. Et euh... T'arrives à tenir debout, au moins ? »

Charlie se leva et écarta ironiquement les bras, « tada ! », pour montrer comme il tenait bien debout. La fatigue n'avait pas rien à voir avec sa face de déterré, il n'était peut-être pas aussi défoncé qu'il en avait l'air. Par contre il l'était assez pour être encore assez détendu malgré la situation. S'il n'avait pas tout à fait l'impression d'être encore hors réalité, il n'avait pas non plus réfléchi aux conséquences de sa récente indiscipline. Parfois, l'herbe le rendait paranoïaque, et il aurait pu avoir le cœur qui battait la chamade, mais pour le moment, il avait surtout les gestes et la voix beaucoup plus lents qu'il le réalisait.

Avec lenteur, donc, il emboîta le pas de Marvel, direction son bureau. Instinctivement, il voulut se rapprocher de la salle des moldus, à laquelle il associait le professeur. Mais il eut une brève vision de la fournaise qu'elle était devenue et son regard s'assombrit. Il jeta un œil à sa droite. Le prof étant un vrai rouquin, il avait tendance à être pâlot, mais il sembla à Charlie qu'il l'était plus que d'habitude. Plus que ça, et on aurait vu à travers lui. Attentif même dans les pires états, et compatissant, le Charlie se racla à nouveau la gorge — la fumée, c'est mauvais pour la gorge :

« Je suis désolé pour votre salle Marv... Monsieur... Il y aura des choses à sauver quand on se sera débarrassé du feu ? Y a du progrès pour ça ? »

Il grogna lorsqu'ils dépassèrent la salle et aurait presque eu envie de tapoter l'épaule de son jeune prof, mais il se rappela à temps que celui-ci était peut-être sur le point de le coller ou même de le suspendre, pas en train de se promener avec lui pour le plaisir de sa compagnie.

« Enfoirés de Sigmas... J'comprends pas, » ajouta-t-il un peu pour lui-même. Il avait envie de les entasser dans cette pièce pour qu'ils crament avec son contenu, il avait envie de faire bouffer leurs cendres aux élèves sympathisants qui avaient avalé leurs messages de paix malgré les meurtres de leurs camarades, mais il garda pour lui le reste de ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 254

Date d'inscription : 30/08/2016

Feat : Robert Lutece / Cameron Monaghan

Crédits : AVALTOUT. ♥

Double Compte : C. Parfait Jdanov

avatar





Re: Kicked it in the sun | Marvel
09.10.16 3:44

Ecstasy is in the air. Summer nights made for loving, yeah.
Slowly.
As we go down slowly.
And we go down slowly.



Les gestes étaient patauds, nonchalents. Pourtant, le Poufsouffle parvint à se redresser de façon presque convaincante. Son petit cri de victoire aurait même pu duper son professeur, s'il n'avait pas eu les yeux si rouges ou le visage creusé par la fatigue.

Dans le fond, le problème n'était pas tant le fait qu'il soit complètement stone. Qui n'avait pas essayé de renifler de la poudre de mandragore ou bu en cachette de l'hydromel aux épices, lors de sa scolarité ? Il n'y avait rien de plus normal dans le développement d'un jeune adulte, que de vouloir braver les interdits et tester ses limites. Marvel avait d'ailleurs tendance à fermer les yeux sur ces choses-là, prétendant n'avoir rien remarqué. Mais ça, c'était tant que les étudiants concernés ne mettaient pas leur santé en danger, tant que leur consommation était contrôlée. Et à en juger par les dernières absences de son élève, il y avait clairement un problème. Quelque chose de bien plus gros qu'une simple rebellion, ou qu'une déprime passagère due à une peine de cœur. Quelque chose qui le dépassait, quelque chose que personne n'avait vu venir.

Alors il le traîna derrière lui, sans trop oser se retourner. Rejouait-il la scène où Orphée était descendu récupérer sa bien aimée Eurydice aux enfers, ou était-il simplement trop paumé pour affronter si vite le regard de son élève ? La lenteur avec laquelle l'autre se mouvait l'arrangeait bien dans le fond. Cela lui laisserait plus de temps pour réfléchir à ce qu'il lui dirait. Devait-il revêtir son costume de directeur des Poufsouffles en jouant aux adultes responsables, ou devait-il simplement tendre l'oreille pour écouter ce qu'il avait à dire ?

Finalement, ce fut Charles qui rompit le silence lorsqu'ils longèrent la salle des moldus. C'était beaucoup trop tôt. Ils n'avaient même pas fait dix pas dans le couloir, comment pouvait-il lui répondre de façon posée et raisonnable ?

« Rien, c'est foutu. »
Trancha t-il, d'un ton beaucoup trop sec. La seule chose qui importait à ses yeux n'était désormais plus qu'un tas de cendres. « J'ai essayé, tu sais ? De le sauver. Mais il faut croire que ce sortilège est bien plus puissant que moi. J'ai été imprudent et me suis jeté dans les flammes sans réfléchir. Je me pensais capable de tout affronter. » Et j'y ai laissé bien plus que de simples objets sans faveur. J'ai perdu deux amis dans cet incendie. Mon premier robot, et ma meilleure amie. Tout ça à cause de mon imprudence, et de mon arrogance.

« Il n'y a rien à comprendre, Charles. Leur message n'importe plus à partir du moment où ils laissent des morts derrière eux, où ils attaquent avant d'ouvrir le dialogue, où ils détruisent et terrorisent »
. Il était las, Marvel. À bout de souffle, épuisé. Plus le temps avançait et plus il avait l'impression que tous les efforts étaient vains face à cette organisation. La seule chose à faire était de s'entraîner afin de limiter un peu la casse lors de la prochaine attaque. Attendre, et espérer que ce ne soit pas un carnage.

Le sixième étage finalement atteint, il poussa la porte de son bureau en invitant l'élève à l'y suivre. L'endroit ressemblait à un vague mélange entre le laboratoire d'un scientifique fou, la chambre d'un petit garçon rêvant d'explorer l'espace et l'antre d'un geek. Des fauteuils Ikea jonchés de bandes-dessinées moldues étaient posés au milieu de la pièce, alors que des fioles contenant des précipités de couleurs différentes faisaient des bulles quelque part sur le rebord de la fenêtre. Un peu partout se trouvaient des constructions inachevées en Lego, des squelettes de dinosaures ou autres curiosités moldues. Le plafond était quand à lui un sortilège représentant le ciel et ses constellations, et les murs étaient remplis de posters représentant ses œuvres moldues favorites. Dans tout ce joyeux bazar, se trouvaient également des objets sorciers tout aussi farfelus.

« Je t'en prie, installe-toi »
, souffla t-il avant d'agiter doucement sa baguette pour ranger les bouquins qui n'avaient rien à faire là dans la bibliothèque. « Tu bois quoi ? Du thé, du café ? J'ai aussi du chocolat chaud, et des marshmallows pour les coups bas. » Et il devait bien lui rester des cookies à la banane et au chocolat blanc quelque part.

©Pando


Oh man! Wonder if he'll ever know
He's in the best selling show
Is there life on Mars?
(solosand, bazzart)
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: Kicked it in the sun | Marvel
19.10.16 11:38


« Rien, c'est foutu. »

Charles grimaça au ton sec de Marvel. Il n'imaginait pas vraiment ce que tout ça représentait pour son prof. Les Sigmas ne s'en étaient pas pris seulement aux objets, mais à ce qu'ils représentaient. Charles voyait bien ce qu'il y avait de sinistre là-dedans. Il comprenait d'autant moins les étudiants qu'il voyait échanger des messes basses, qui songeaient à s'allier à la prétendue cause des Sigmas. Quelle cause, au fond, autre que la conquête du pouvoir ? Lui, Poufsouffle exemplaire, n'avait jamais été séduit par l'idée du pouvoir, mais il fallait croire que ça intéressait plus de monde qu'il le pensait.

« J'ai essayé, tu sais ? De le sauver. Mais il faut croire que ce sortilège est bien plus puissant que moi. J'ai été imprudent et me suis jeté dans les flammes sans réfléchir. Je me pensais capable de tout affronter. »

Qu'il soit sur le point de le punir ou non, Charlie ne put que compatir. Le, c'était son robot ? Il n'osa pas lui demander, de peur d'être indélicat. La façon dont Marvel parlait lui rappela le discours qu'il avait tenu après l'attaque des Sigmas, la détermination qui avait semblé prendre la place de ce sentiment d'impuissance que Charlie partageait avec lui. Mais il était de retour, ce sentiment. Charlie aurait voulu lui dire que tout allait s'arranger, mais il n'était pas d'humeur à vomir des mots creux.

« Il n'y a rien à comprendre, Charles. Leur message n'importe plus à partir du moment où ils laissent des morts derrière eux, où ils attaquent avant d'ouvrir le dialogue, où ils détruisent et terrorisent. »

Charles hocha vigoureusement la tête.

« Oui, exactement. C'est évident. Enfin, ça me semble évident. Mais alors pourquoi d'autres les croient, sont prêts à les suivre ? Alors qu'ils ont tué des gens qu'ils connaissaient, qu'ils croisaient tous les jours. Ils voient bien qu'ils sont loin de vouloir la paix, non ? C'est ça que je comprends pas ! »

Tout à coup sa tête se mit à tourner, et il fut bien content lorsque Marvel s'arrêta dans un couloir du sixième étage. Charles entra derrière lui et se laissa tomber dans un fauteuil dès que Marvel l'y invita. Il eut le temps d'admirer la décoration moldue qui faisait tellement tache à Poudlard et lui rappelait la salle devenue fournaise, mélangée à des éléments si manifestement magiques que même les plus obtus des moldus auraient eu des doutes.

« Tu bois quoi ? Du thé, du café ? J'ai aussi du chocolat chaud, et des marshmallows pour les coups bas.
 Pourquoi pas ça, le remède contre les coup bas, fit-il en souriant.  Merci. »

Ça ne ressemblait pas à une convocation dans le bureau d'un prof qu'on avait contrarié. Pas que Charlie ait déjà été convoqué dans un bureau pour se faire remonter les bretelles. De fait, ce n'était jamais arrivé, puisqu'il avait toujours été parfaitement docile en plus d'être brillant. Mais il savait que ce genre de rencontre élève-prof ne ressemblait pas d'ordinaire à une invitation à prendre le thé. C'est aussi ce que Charles admirait chez Marvel, sa façon de faire les choses comme il l'entendait. Charles en avait assez d'être docile et de se conformer aux attentes de tous, mais il s'en voulait d'avoir négligé le cours de son prof préféré. Pas pour la première fois, en plus, mais c'était juste un mauvais hasard, une question d'horaires.

« Je... Je suis désolé. D'avoir manqué le cours. Et de... Ça m'intéresse, vraiment. » Juste pas aujourd'hui. Il était désolé de lui faire perdre son temps, aussi, mais pas complètement, parce que ça faisait du bien de parler.

Pendant que Marvel s'affairait, Charlie remarqua un poster qu'il avait vu chez Louis et qui lui arracha un sourire. Puis il remarqua le ciel magique qui happa son attention. Posant sa tête sur le haut du dossier, il laissa son regard se perdre dans les constellations, la bouche entrouverte. Il y avait des choses biens chez les moldus, mais quand même, qu'est-ce qu'il aimait la magie.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 254

Date d'inscription : 30/08/2016

Feat : Robert Lutece / Cameron Monaghan

Crédits : AVALTOUT. ♥

Double Compte : C. Parfait Jdanov

avatar





Re: Kicked it in the sun | Marvel
24.10.16 0:06

Ecstasy is in the air. Summer nights made for loving, yeah.
Slowly.
As we go down slowly.
And we go down slowly.



C'était la grande question. Pourquoi les gens suivaient des dictateurs qui venaient de commettre des génocides ? Pourquoi assassinait-on les leaders pacifistes ? Pourquoi les lois de la nature étaient-elles si cruelles envers les plus faibles ? Pourquoi les guerres, pourquoi les inégalités, pourquoi la faim dans le monde ? Pourquoi les sortilèges impardonnables ? Pourquoi les Sigmas ?

« Parce que c'est dans la nature humaine de reproduire les erreurs déjà commises. Parce que nous sommes des enfants inconscients, que nous avons chacun nos propres démons. Parce que ces idées peuvent parler à certains, dont le cœur a été obscurci dans le passé. Parce que chacun veut prendre sa revanche sur quelque chose. Mais la violence n'a jamais été une solution. Elle soulage, elle permet d'extérioriser un sentiment douloureux. Cependant, elle ne répare rien. »

Qui était-il pour donner des leçons de vie ? Était-il si irréprochable que ça ? Non, bien sûr que non ! Certes, il n'avait tué personne mais il s'était lui aussi laissé porter par ses pulsions agressives. Et s'était-il senti soulagé après ça ? Peut-être oui, sur le coup. Pendant quelques minutes ou quelques heures. Mais ce genre de victoire ne durait jamais vraiment longtemps. Les colères noires brisaient tout sur leur passage et ne laissaient que le goût amer des cendres dans la bouche.

Hochant la tête, il fit chauffer du lait et fondre une plaquette entière de chocolat avec du beurre. Ce n'était peut-être pas la plus calorique des collations, mais ce serait parfait au vu de la situation. Et hop, une cuillère de sucre roux en bonus. Parce qu'il n'était plus à ça près.

« Je sais, Charles. »
Lui répondit-il avec douceur. Bien sûr qu'il était désolé, et qu'il n'aurait jamais séché les cours en temps normal. Mais leur univers pourtant si paisible venait de s'effondrer. Et quand son élève avait juste manqué quelques leçons en s'enfumant tranquillement l'esprit pour oublier, Marvel avait tout foiré. « Dans le fond, c'est pas tant le fait que tu manques mes cours, le problème. Tu avais tes raisons, et sans doute besoin de prendre du recul. En revanche, je te prierai de ne pas mettre ta santé et ton avenir en l'air à cause de ces imbéciles. Tu ne ferais que les satisfaire. » Et il soupira, ramenant les tasses de chocolat chaud qu'il posa sur la table. « Je suis certain que tu rattraperas ton retard en un claquement de doigts. T'as toujours été un excellent élève. Alors ressaisis-toi et montre à ces imbéciles appelés Sigmas que tu les emmerdes avec le sourire ».

Ce n'était peut être pas un discours adapté, face à un étudiant. Peut être même qu'en lui mettant ces idées dans la tête, il risquait de lui donner des envies de révolution. Mais ces derniers jours, Marvel fonçait plus qu'il ne réfléchissait. Lui, l'éternel diplomate, était devenu bien plus direct.

« Ce mois-ci, on voit bien la constellation de la baleine. C'est une de mes favorites ! Un peu plus à droite... Il y a le verseau. Et là-bas, de l'autre côté c'est le dragon ! Tu aimes l'astrologie, Charles ? »

Et il plongea un marshmallow dans sa tasse. Au final, lui aussi en avait bien besoin.


©Pando


Oh man! Wonder if he'll ever know
He's in the best selling show
Is there life on Mars?
(solosand, bazzart)
Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: Kicked it in the sun | Marvel
15.11.16 17:05


« Je sais, Charles. »

Les yeux encore perdus dans le ciel artificiel, Charlie sentit un nœud se desserrer quelque part entre son cœur et son estomac. Il n'avait même pas réalisé qu'il était là avant que la voix apaisante de Marvel ne vienne l'en chasser. Charles avait eu peur, en vérité, peur de l'avoir déçu. Il ne voulait pas décevoir Marvel. Il ne voulait jamais décevoir personne, Charlie, et c'était sans doute son plus grand problème. Au moins jusqu'à récemment. Le problème que posaient les Sigmas l'avait peut-être détrôné depuis.

Mais Charlie s'en serait voulu s'il avait perdu l'estime de Marvel. Il n'était pas le seul de ses professeurs à louer ses performances scolaires, mais il faisait plus que ça. Charlie savait qu'il était brillant, mais il n'en tirait aucune satisfaction, aucune fierté. Ce n'était qu'un devoir, qui d'ailleurs lui prenait de plus en plus la tête. Il aimait étudier parce qu'il aimait apprendre, mais au fond il se moquait bien de ses résultats. Et Marvel était justement ce genre de prof qui encourageait la créativité et la curiosité, l'apprentissage pour lui-même et pas pour le bulletin scolaire, ce qui ne pouvait que plaire à Charlie. Mais plus que ça, il s'était toujours dit qu'il apprécierait la personne derrière l'intitulé de son poste s'il la connaissait. Il l'appréciait déjà d'ailleurs, parce que Marvel en révélait finalement plus sur lui qu'il devait s'en rendre compte, et sans doute aussi parce que Charlie projetait sur lui des idées qui n'étaient pas forcément justes, mais qui le lui rendait sympathique.

En tout cas, il ne pouvait pas trop se tromper sur son compte, se dit-il lorsqu'il prit le mug de chocolat bien chaud dans ses deux mains – même en plein été, il avait ce réflexe de se réchauffer les mains avec ses tasses de thé brûlant.

«  Je suis certain que tu rattraperas ton retard en un claquement de doigts. T'as toujours été un excellent élève. Alors ressaisis-toi et montre à ces imbéciles appelés Sigmas que tu les emmerdes avec le sourire. »

Avec un sourire, justement, il le remercia. Il se brûla le bout de la langue en attrapant un marshmallow et souffla sur le contenu la tasse avec les larmes aux yeux, ni vu ni connu.

«  Ce mois-ci, on voit bien la constellation de la baleine. C'est une de mes favorites ! Un peu plus à droite... Il y a le verseau. Et là-bas, de l'autre côté c'est le dragon ! Tu aimes l'astrologie, Charles ?
Oui, c'était une de mes matières préférées. Parce qu'on pouvait rêvasser aussi... Hum. J'aime encore plus ce plafond que celui de la grande salle. » Il suivit des yeux les constellations que lui montrait Marvel et prit une gorgée de son chocolat un peu moins brûlant. «  Merci Ma... M. Solberg, vraiment. Pas juste pour le chocolat, je veux dire. Je vais faire attention. J'avais pas de si bonnes raisons que ça de pas venir en cours. C'est pas comme si je me rendais utile à la place. Je suis juste... »

Mais il ne savait pas bien ce qu'il était au juste. Ailleurs, déboussolé, perdu ? Il n'était pas le seul. Les temps étaient durs pour les sorciers britanniques, et il savait que Marvel en avait fait les frais lui aussi, il l'avait bien vu trois étages en-dessous.

« Mais on sait pas vraiment ce que fait le ministère. Et comment ces Sigmas ont pu débarquer à Poudlard ? C'est censé être quasiment imprenable, non ? Pourtant j'ai du mal à croire qu'ils soient si puissants. C'est pas parce qu'ils font de gros boum qu'ils sont de grands sorciers. » Mais peut-être suffisait-il d'un seul ? Il secoua la tête pour dégager une mèche rebelle de ses yeux – elle y retomba aussitôt – et haussa les épaules.

« Je voudrais me rendre utile, mais je sais pas ce que je ferais de toute façon, si je me retrouvais face à un Sigma. Et vous ? »

Il se demandait s'il allait revoir le regard froid, la colère dans ces yeux habituellement rieurs.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 254

Date d'inscription : 30/08/2016

Feat : Robert Lutece / Cameron Monaghan

Crédits : AVALTOUT. ♥

Double Compte : C. Parfait Jdanov

avatar





Re: Kicked it in the sun | Marvel
03.12.16 20:33

Ecstasy is in the air. Summer nights made for loving, yeah.
Slowly.
As we go down slowly.
And we go down slowly.



Fuir la réalité. N'était-ce pas une réaction parfaitement humaine, dans un tel climat politique ? Quand certains changeaient radicalement de comportement face à toute cette pression, d'autres choisissaient de se construire des mondes intérieurs dans lesquels ils pouvaient se réfugier à longueur de journée. Mais dans le cas de Charles, ce n'était pas une forteresse impénétrable. Car en dehors de ses absences et de sa consommation de produits illicites, il restait plutôt fidèle à lui même. Et pour rien au monde Solberg ne souhaitait le voir changer ou s'endurcir pour un combat qui n'était pas le sien.

« Tu n'as pas à me remercier, Charles. Je pense que tu as simplement besoin de fuir la réalité. Peut-être que tu pourrais te trouver une activité qui te permette de te changer les idées, sans avoir besoin de t’abîmer le cerveau ? »

Les possibilités étaient nombreuses. La musique et la lecture représentaient un excellent échappatoire, par exemple. Pourtant, lorsque son interlocuteur laissa sa phrase en suspens, Marvel ne put s'empêcher d'esquisser un sourire triste. C'est vrai qu'il n'y avait pas vraiment de mot pour décrire la situation actuelle. Tous les sorciers vivaient désormais dans l'attente, et la menace d'une guerre qui les dépassaient. Chaque matin, le directeur des Poufsouffle poussait la porte de son bureau la peur au ventre. Allait-il apprendre le meurtre d'un autre élève, cette fois-ci ? Ou bien est-ce qu'aujourd'hui, les Sigmas avaient décidé de leur laisser quelques secondes de répit.

Personne n'était prêt pour ça. Le monde sorcier n'avait pas connu de véritable conflit depuis des années. Que pouvaient-ils dire de toute façon, ces magiciens qui étaient nés dans un monde tout rose, dans un univers où le vrai mal n'était qu'une bête qu'on observait de loin en plissant des yeux ? Bien sûr que les moldus ne cessaient de se quereller pour des histoires de territoire et de religion. Mais cela ne les concernait pas, n'est-ce pas ?

« On pourrait se rendre utiles tous les deux. La magie n'a jamais été mon fort, mais avec ton aide et celle d'autres élèves, nous pourrions tenter de remonter le moral des troupes. »
C'était sans doute une idée un peu naïve. Vouloir rendre heureux les gens, n'était-ce pas là un rêve, une utopie ? « Ma cousine Winnifred a pour projet de monter un « club des moldus ». On pourrait se donner des rendez-vous quotidiens dans une salle pour faire des choses simples avec ceux qui ont envie d'oublier leurs soucis quotidiens. Comme... cuisiner des cookies ou tricoter des écharpes sans magie. Ou même dessiner de façon moldue. Chaque proposition viendra des élèves, et je ne serai là que pour superviser. »

Dans tous les cas, Charles pointait le doigt sur quelque chose d'important : tous étaient touchés par un profond sentiment d'impuissance. « Je ne sais pas ce que fait le Ministère, dans tout ça. J'aimerais te dire que je crois qu'ils sont juste dépassés par la situation, mais... On ne peut jamais savoir exactement ce que manigancent les hommes politiques. »

C'est à cet instant qu'il lui posa la grande question, celle à cent-mille galions. Que ferait-il lui, s'il se retrouvait face à un Sigma ? Car il avait raison sur un point, Charles. Qui que soient ces lâches qui avaient détruit leurs vies, ce n'étaient pas des sorciers surpuissants, ni des dieux malfaisants. Ce n'étaient que des êtres humains, avec qui ils avaient probablement conversé un jour. « Je crois que j'essaierai de les comprendre. Du moins, c'est ce que j'aimerais. Si j'en avais l'occasion. Car il ne faut pas oublier que ce sont des sorciers comme toi et moi, qui ont été manipulés par une cause qui les dépasse. Peut-être qu'ils se sentent seuls et délaissés par le reste du monde. Peut-être qu'ils n'ont plus rien à perdre, et qu'ils en veulent au monde entier. Ou peut-être qu'ils ne savent tout simplement pas dans quoi ils s'embarquent réellement. » Car toute cette histoire risquait de prendre des proportions démesurées et que ça ne faisait que commencer.

« Dis moi Charles. Tu as quelqu'un dans ta vie ? Le genre de personne qui pourrait faire ressortir le meilleur de toi, et que tu serais prêt à protéger coûte que coûte ? » C'était terriblement indiscret. Mais la question était sortie toute seule.


©Pando


Oh man! Wonder if he'll ever know
He's in the best selling show
Is there life on Mars?
(solosand, bazzart)
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Kicked it in the sun | Marvel

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: