Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Il court il court le furet -ft Richard [Flashback, Septembre 2016]

Partagez | 
 

 Il court il court le furet -ft Richard [Flashback, Septembre 2016]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 34

Date d'inscription : 06/01/2017

Crédits : Alizée <3

Double Compte : Nope

avatar





Il court il court le furet -ft Richard [Flashback, Septembre 2016]
11.01.17 19:54

Quatrième journée à Poudlard pour Antonin. Déjà.

C’était terrifiant.  C’était terrifiant d’arriver dans un château si grand, ne connaître personne et de n’entendre que de l’anglais autour de soi. De l’anglais, et ces fichues (pour rester poli) expressions idiomatiques ou termes spécifiques qu’il ne parvenait pas toujours à comprendre.  C’était terrifiant de voir autant d’élèves autour de lui. C’était terrifiant de se perdre dans les couloirs du château, d’arriver en retard en cours sous les regards des professeurs et des autres élèves et ne pouvoir marmonner qu’un  « Je me suis perdu » dans un anglais plus ou moins net, les yeux baissés à cause de la honte et de la colère qu’il ressentait contre lui-même. Ce n’était pas qu’il faisait exprès le petit (pour une fois). Mais quand on ne connaît pas un lieu, bah..Et ce n’était pas le pire ! Le pire c’était les escaliers qui n’en faisaient qu’à leurs têtes et qui pouvaient l’emmener à un endroit ou bien  son complet opposé ! C’était un asile de fous ! Alors il avait trouvé sa propre technique. Retenir au maximum les visages des gens de son année et de sa spécialité, les attendre pour le petit-déjeuner,  et suivre le mouvement pour aller en cours.  Ca marchait plus ou moins pour le moment. Bien sûr il faudrait qu’il apprenne à se débrouiller un peu plus tout seul, mais chaque chose en son temps. Déjà : ne pas détruire l’image de Beauxbâtons en passant pour un pauvre simplet en ratant ses actions magiques. Du moins essayer. (Bon il devait essayer deux fois plus fort parce qu’il fallait déjà comprendre ce que les professeurs disaient, essayer de le traduire vaguement en français, et ensuite essayer d’exécuter l’exercice. Ce n’était pas simple. )

Mais  il survivait. Il y avait des bons côtés aussi. Le petit-déjeuner copieux, les tableaux qui parlaient, le dortoir de Serdaigle, les cours eux-même, le parc du château qui était assez chouette.  Les montagnes au loin. Le lac aussi, dont Antonin avait entendu dire qu’il abritait un calmar géant. Ca devait être un sacré loustic le calmar, et il avait bon espoir de l’apercevoir avant la fin de l’année scolaire.  (Ne pas détruire ses rêves, surtout pas.) Pour l’heure il montait les escaliers menant à la tour de Serdaigle d’un pas plutôt guilleret. Il avait un peu exploré le château après ses heures de cours et avait, mais oui, réussi à retourner seul à la tour. C’était cool. Premier achievement de la journée. Il avait même perdu un peu  de son air renfrogné qui aux dires de pas mal de ses anciens camarades semblait être son expression de base.  Il n’eut pas trop de difficulté à résoudre l’énigme pour pouvoir rentrer dans la salle commune ( autre succès), avec pour but de s’allonger un peu avant de repartir dîner. (Et foi d’Antonin Prevost, il y arriverait seul ! )

Sauf que. Il y eut un drame inattendu ce soir-là.

Péri, son petit Pérignon adoré, son compagnon furet de toujours, n’était pas sur son lit lorsqu’il arriva dans son dortoir. Balançant son sac sur son lit avec le manque de délicatesse qui le caractérisait, il se mit à fouiller le dit-dortoir, lançant parfois des «Péri ? » où l’inquiétude se disputait de plus en plus à l’irritation, sa voix atteignant des aigus hystériques.

Pour finalement ressortir du dortoir, paniqué, et de continuer ses recherches désespérées.

« Tu cherches Péri ? », fut ce qu’il entendit de la bouche d’un de ses camarades Serdaigle – dont le nom lui était inconnu pour le moment- qui le croisa  en sens inverse, et il hocha la tête. (Bénie soit la communication non-verbale et universelle.)« Je crois que je l’ai vu dans la salle commune, viens je t’y emmène» Antonin sentit une bouffée de soulagement l’envahir. Ah, s’il mettait la main sur ce fichu furet mordeur et fugueur…(Mais pourquoi l’aimait-il autant, cette bestiole ingrate ? Les lois de l’amour envers les animaux étaient parfois incompréhensibles.)

Mais l’autre le mena jusqu’à un type portant des lunettes, assis dans son coin,et lança :

« Richard, le petit là, il veut te voir. »

Bug dans la matrice. Son « sauveur », avait prononcé les mots qu’il ne fallait pas :  le « petit ». Il savait qu’il n’était pas grand, mais de là à en faire sa caractéristique principale ? C’était un peu abusé, non ?

Et deuxième bug. Pourquoi l’emmener voir ce type ? Il avait vu ce fichu furet ou non ?

Antonin ne put retenir un  mot, si français et si spécifique avec ses sonorités nasales qu’aucun autre peuple n’avait pu l’imiter, un magnifique  « Hein ? » où se faisait entendre la perplexité la plus profonde.

« Bah oui : je te présente Richard Perry . » insista l'autre type.

Il y avait comme une incompréhension. Incapable de se mouvoir complètement, Antonin se contenta de fixer son « sauveur », la bouche légèrement entrouverte, son cerveau ayant décidé de cesser de fonctionner.

...Mon dieu. Il n’était pas sorti de l’auberge avec cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire


Messages : 34

Date d'inscription : 03/10/2016

Feat : Munakata Reisi de K Project

Crédits : dessin de l'avatar par BYA & avatar par Kieran

Double Compte : Sören

avatar





Re: Il court il court le furet -ft Richard [Flashback, Septembre 2016]
25.01.17 12:17

Une fois le dernier cours terminé, il se dirige vers les tours. Sa marche n'est pas aussi rapide qu'avant les vacances. Il prend le temps de détailler les couloirs. Ils lui ont manqué pendant le mois passé sur l'île. À vrai dire, tout le château lui a manqué. Son quotidien était bien vide pendant l'été. Il ne pouvait pas aller voir les dragons ou explorer la forêt interdite. Ses journées étaient mornes et vides ; il n'y avait même pas de cours pour les occuper et en plus de ça, il faisait une chaleur abominable. Le seul bon point est qu'il a pu se dispenser de contacts sociaux pendant un mois. Il ne voyait même pas ses camarades de bungalow vu qu'il se couchait avant eux, se levait après eux et passait le reste du temps en dehors du bungalow. Son lourd sommeil le gardait des éventuelles discussions nocturnes dont il n'avait cure. Il passait son temps entre lecture et vagabondage. La pile de livres qu'il avait prévue a vite diminué et il a pris des notes sur l'île, même si elle n'avait décidément rien de spécial.

Depuis son retour, il a fait preuve de sa grande assiduité habituelle. Ses visites journalières aux dragons ont repris et il a entamé les divers manuels qui serviront de support pour les cours à venir. Un mal de tête l'a assailli pendant qu'il lisait une encyclopédie sur les créatures magiques alors il a choisi une lecture plus passive. Le roman qu'il tient se passe en France, à Beaux-bâtons. Il n'a pas vraiment retenu le synopsis, simplement qu'il lui a donné une bonne impression. Pour le plaisir des effets de style, l'auteur a placé des mots français dans sa narration et dans ses dialogues alors, juste pour mieux comprendre, il a un dictionnaire bilingue auprès de lui. Bien que peu originale, l'histoire a su l'absorber. Quelqu'un prononce son prénom. Il lève la tête. Pourquoi diable les gens de sa maison connaissent son prénom ? Qu'est-ce que ça leur apporte mis à part le pouvoir de l'emmerder ? Il lâche un soupir et pose son livre. Un regard lui permet de déterminer qu'il n'a jamais vu le gamin qu'on lui présente et ledit gosse a l'air aussi surpris que lui. Envieux de mettre un terme à ce contact humain, il entame la conversation.

« Que me veux-tu ? »

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 34

Date d'inscription : 06/01/2017

Crédits : Alizée <3

Double Compte : Nope

avatar





Re: Il court il court le furet -ft Richard [Flashback, Septembre 2016]
07.02.17 15:58

Qu’est-ce. Qu’il. Se. Passait. Il ne comprenait rien le petit français, jeté la tête la première dans un univers qu’il ne comprenait pas vraiment, à la merci du premier imbécile qui pourrait profiter de son état de vulnérabilité pour lui faire croire n’importe quoi. Est-ce que c’était le cas en ce moment ? Est-ce que l’élève d’année supérieure qui avait voulu l’aider avait eu pour but de le faire tourner en bourrique, pour mieux se moquer de lui par la suite en lui rappelant cette humiliation ? Si c’était le cas, songea-t-il en serrant les poings, il allait entendre de parler de lui, et comprendre d’où venait la terrible réputation qu’il se traînait à Beauxbâtons ; les bleus quasi-permanents qui ornaient son corps chétif ; ses jointures irritées. Antonin, dans une fierté presque impériale, était d’un naturel terriblement rancunier. Il n’oubliait jamais un affront qui lui était fait.

..Bon apparemment cela ne semblait pas être le cas. L’élève qu’on lui avait désigné faisait une drôle de tête – sûrement la même que lui-, incapable de comprendre pourquoi on les avait mis en contact de cette façon. Oui mais. Pourquoi lui présentait-on ce mec ? Surtout que son sauveur semblait content, satisfait de lui, comme s’il était heureux de l’avoir aidé. Le tout nouveau Serdaigle réfléchissait, vite, vite, vite. Et l’illumination se fit. Richard Perry.  Or. N’avait-il pas appelé Pérignon par son surnom – Péri ? Qui devait ressembler à Perry  au point de vue phonétique ?Et donc, l’autre aurait cru que… ? Non. Ce n’était pas possible. C’était gros, non ? Et pourtant...Plausible. Cela ne serait jamais que la première des incompréhensions auxquelles il devrait faire face durant cette année qui d’emblée lui paraissait longue. Pauvre petit exilé loin de chez lui.

« Je crois qu’il y a eu une incompréhension . »Voix mal assurée, hésitante ; il n’avait pas l’habitude de ne parler qu’en anglais. Il cherchait ses mots, son accent lui paraissait grossier. « Je cherchais mon furet et - »

Furet sur lequel son regard tomba.  Furet tranquillement lové devant la cheminée comme si de rien n’était. Antonin pâlit de colère, avant de s’empourprer en le ramassant pour finalement le serrer contre son ventre. Fichue bestiole à tendance fugueuse, qui le regardait maintenant avec ses grands yeux brillants pleins d’innocence ! Oh lui, mais lui ! Il allait vraiment finir par le tenir en laisse H24, quitte à l’amener dans son sac de cours !

« Mon furet qui s’appelle Pérignon. »  finit-il par ajouter. « Péri, pour faire plus court. Je crois que l’autre là, il a cru que je te cherchais. Je suis désolé.»

Il se sentait misérable, mortifié.  Ce n’était pas souvent qu’il s’excusait, mais c’était un cas de force majeure ; il avait emmerdé quelqu’un d’autre pour rien. Lui qui détestait tant qu'on l'emmerde...

« Si ça peut expliquer un peu, je viens d’arriver. Je suis de Beauxbâtons à l’origine, et je fais une année d’échange avec Poudlard, en parcours S.SA.F. Et..je m’appelle Antonin. Antonin Prevost. Enchanté de te connaître. »

Autant faire des présentations sommaires – en essayant d’être poli, eu égard à la situation présente. Il aurait tellement voulu disparaître dans un trou de souris ; fuguer comme ce fichu furet pouvait le faire. Il avait le chic pour disparaître en un rien de temps, dès qu’Antonin tournait la tête.

« Et je suis encore désolé. »

Regard baissé. Voilà une bonne manière de commencer l’année, incontestablement.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire


Messages : 34

Date d'inscription : 03/10/2016

Feat : Munakata Reisi de K Project

Crédits : dessin de l'avatar par BYA & avatar par Kieran

Double Compte : Sören

avatar





Re: Il court il court le furet -ft Richard [Flashback, Septembre 2016]
27.03.17 18:17

Il observe son cadet passivement, enregistre les informations. Il s'agit d'un malentendu. Cela le fait sourire puisque cela veut dire qu'il n'aura pas besoin de poursuivre cette discussion. Le furet grelotte dans les bras de son maître. Le pauvre vient se de faire réveiller. Ces bêtes ont besoin de beaucoup dormir, il avait dû chercher un endroit où il se sentirait bien afin de se reposer. Décidément, son maître doit bien mal connaître ses habitudes pour qu'il ait à errer afin de trouver un endroit confortable. Il fixe Antonin pendant qu'il se présente, acquiesce vaguement. Il s'est contenté de retenir son prénom et le répète plusieurs fois dans sa tête pour être sûr de s'en souvenir et de le prononcer correctement s'il vient à le faire. Il ne juge pas nécessaire de se présenter vu qu'on l'a déjà fait pour lui.

« Tu devrais faire plus attention à ton furet. Il pourrait se perdre si personne ne le surveille. »


Il se dispense bien sûr de mentionner qu'il a veillé sur l'animal pendant son sommeil ainsi que pendant son vagabondage dans la pièce. Vu sa présence ici, il devait bien appartenir à un serdaigle et ce n'est pas aisé de retrouver un si petit être dans le château alors il a vérifié qu'il ne quittait pas leur tour.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Les tours :: Serdaigles-
Sauter vers: