Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Ground control to Major Tom - [Fallen]

Partagez | 
 

 Ground control to Major Tom - [Fallen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 123

Date d'inscription : 17/10/2016

Feat : Red - Transistor. Irl: Dakota Blue Richards

avatar





Ground control to Major Tom - [Fallen]
15.01.17 0:54


Siobhan se réveillait lentement. La lumière de cette fin d’après-midi lui brûlait la rétine, l’obligeant à cligner exagérément des paupières le temps que ses yeux s’habituent à la luminosité. Elle n’avait pas encore émergé que très vite, elle se rendait compte qu’elle était bien loin du confortable dortoir des griffons.

L’herbe humide, le froid et pire encore : la douleur.

Sa respiration la faisait souffrir, ainsi que sa tête qui pulsait au rythme de ses battements de coeur. A vrai dire, c’était son corps entier qui sonnait l’alerte à ses sens. Elle souffrait et prit une minute de plus pour comprendre la raison de cela. Levant à peine le regard, celui-ci se posa sur la tribune de quidditch au pied de laquelle elle reposait. Elle se rappela alors l'ascension, puis la chute.

Elle était venue se détendre au calme à son endroit habituel, juste sous les tribunes qui bordent le terrain de quidditch, sauf que cette fois, elle avait eu envie d’escalader la structure en bois des tribunes. Pourquoi ? Simplement parce qu’elle en avait eu envie sur l’instant. Il n’en fallait pas beaucoup plus à Siobhan pour agir de manière stupide. Sauf que le froid était toujours présent et le gel avait probablement réussi à demeurer plus longtemps sur certaines planches de l’édifice. Elle ne se rappelle plus être tombée, mais, visiblement, c’est ce qui était arrivé.

En voulant se redresser, une nouvelle douleur la tirailla et lui arracha un cri, la clouant de nouveau au sol, allongé sur le dos. Son épaule gauche avait probablement encaissé le gros de la chute. Elle avait l’air déboité et il lui était impossible de bouger le bras.
Elle se faisait pourtant violence pour se redresser, serrant les dents pour supporter le mal qui la traversait de part en part. C’est une fois en position assise qu’elle remarqua une tache d’un rouge sombre sur le tissu de son pantalon à hauteur de son genou. Ne pouvant pas se pencher pour vérifier sous le tissu, elle tenta simplement de la déplacer légèrement sur le côté. Elle avait mal, mais c’était supportable. C’était probablement moins grave que le reste.

A mesure de ses observations, Siobhan retrouvait peu à peu ses esprits et elle constata que du sang avait aussi séché sur son crâne, collant ses cheveux entre eux autour de la zone de la probable blessure situé à la gauche de sa tête.

« Bordel… je me suis pas raté cette fois. »

Et elle n’avait pas tort de penser ça. Cette fois, elle n’allait pas pouvoir s’occuper d’elle toute seule. A vrai dire, elle savait précisément qui aller voir dans ce genre de cas, mais d’habitude, c’est elle qui se déplacer jusqu’à sa camarade. Pour une fois, la demoiselle allait devoir venir à elle.

Par chance et grâce à un très rare éclair de génie, Siobhan avait gardé un origami déjà préparé dans la poche de son pantalon, accompagné d’un fusain mal taillé. Pour tout avouer, elle le destinait plutôt à des griffonnages enfantins qu’elle aurait envoyés vers Antonin au cours de son après-midi sous les tribunes, mais au moins, c’est ce qui allait la sauver.

Elle y indiqua aussi clairement que possible le message à transmettre à la Dewitte et sortit sa baguette, qui par miracle était sortie indemne de la chute, afin de jeter le sort permettant au dragon de papier de s’envoler jusqu’au château.

Un mignon petit “Graou !” plus tard, le pliage de papier se mit en route pour mener à bien sa mission et Siobhan essaya tant bien que mal de se traîner contre le pilier de bois le plus proche afin de s’y adosser, espérant supporter un peu plus aisément la douleur dans cette position.




Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 101

Date d'inscription : 07/01/2017

Feat : Asami Sato - Emeraude Toubia

Crédits : Avalove ♥ + Moi

Double Compte : //

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
15.01.17 14:41

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END.
▫ Remonter des Abysses ▫


Le début de l'hiver était pour l'humain ce que l’obscurité était pour le mal : le lieu de tous les vices. Si le beau temps et la chaleur amenait l'homme à être joyeux et chaleureux, la saison froide avait le don de faire ressortir les plus mauvais côté chez l'humain. Comme une purge avant le calme tant mérité, L'hiver voyait toujours se jouer drame sur drame, inquiétude sur inquiétude dans un enchevêtrement complexe d'histoire. Tristesse et mal-être était souvent les mots résument les songes d'un nuit d'hiver, ou dans mon cas d'une fin d'après-midi. Je me demandais ce que le froid avait comme effet sur mes congénères, Peut-être endormait-il les sens et réveiller les plus bas instincts. Cela n’empêchait pas le malaise de s'installer un peu plus profondément dans le cœur de Poudlard, corrompant et mettant à nue toutes les difficultés qu'il y avait à vivre, à survivre. Je soupirais et jetait une nouvelle fois un coup d’œil dehors au lieu de fixer le vide.

Bientôt, il y aurait de la neige. Les températures avaient commencé à dégringoler de plus en plus vite, de plus en plus durement, si bien que maintenant, seul les plus courageux osaient mettre le nez dehors et braver le froid hivernale. Je n'en faisais pas partie même si actuellement, j'aurais aimé fuir le château, fuir les êtres vivants, fuir absolument tout pour me consoler dans la solitude qui devenait parfois pressante. Aujourd'hui était une journée pire que d'autres. Une lettre, ouverte, à l'écriture soignée et élégante, à n'en pas douter féminine, était posée sur la table à côté de moi et me défier depuis maintenant une heure.

Kara revenait. Cette simple information me mettait le cœur au bord des lèvres et l'esprit en panique . Il m'avait fallu relire la lettre une fois, puis deux, puis trois jusqu'à en retenir tous les mots pour comprendre ce que cela impliquait. Kara revenait.

Je regardais la jeune femme, la dévisageant, notant son air fatiguée, ses lèvres tremblantes, ses yeux perdus et injectés de sang sur un visage trop pale, ses cheveux en batailles. Elle avait l'air à bout nerveusement, mentalement, physiquement. Elle était à deux doigts de s'effondrer et de ne plus se relever, Je la dévorais de mes yeux, inquiète, l'esprit en feu, le corps tremblant.

"Je pars Fallen."

Et tout c'était arrêté là.


Ce fut un une flammèche qui me tira de mes souvenirs, m'arrachant au temps, qui de plus en plus, volait mon attention. Un origami de Siobhan, comme j'en avais déjà reçu des centaines. Sa saleté, les tâches de terre et l'agitation du bout de papier avant que je le déplie aurait du me mettre à l'oreille mais mes yeux ne cherchait que les mots. Urgence, Quidditch. Sio avait encore fait des bêtises. Je ne pris même pas le temps de ranger ma lettre, de prendre un manteau ou encore de lui renvoyer un origami et pris les escaliers à toutes volés, traversant les couloirs et les corridors à toute vitesse. Dans mon esprit trottait la trace rouge sur l'origami de Siobhan. Du sang.

Le froid me pris à la gorge, au cou, aux oreilles, me gelant sur place alors que le vent s'engouffrait dans mes cheveux les emmêlant encore plus ? Le soleil de la fin d'après-midi  piqua mes yeux, tant la clarté était intense. Dans l'air flottait l'odeur de l'hiver, des bois endormis et de la fumée des cheminées qui invitaient à rentrer à l’intérieur du château. Plus tard, lorsque Siobhan irait bien et serait vertement engueuler. Mes jambes me portèrent à toute allure vers le terrain et j'arrivais une vingtaine de minutes après. Il m'en fallut encore dix pour trouver la demoiselle, ce qui ne m'inquiéta qu'encore plus. Les cours de médicomagie nous faisaient en premier prendre conscience de l'importance du temps dans notre domaine, Une minute pouvait changer du tout au tout. Je finis cependant par la trouver, assise contre l'ossature des tribunes de Quidditch, sale, échevelée et blessée.

 «Sio, putain qu'est-ce que tu as encore foutu ?»

Dans ma voix transparaissait toute l'inquiétude que je n'avais pas réussie à contrôler. Que je ne réussissais jamais à contrôler. Je m'agenouillais près d'elle, touchant son crâne là où il était poisseux de sang avant de détailler son visage puis sa jambe ou la tache vermeille s’agrandissait. Je commençais aux épaules, notant celle déboîtée avant d'atteindre les côtes vérifiant qu'aucune d'elles n'étaient cassées. Je soufflais longuement et lançais un regard courroucée à la demoiselle avant de sortir ma baguette de nulle part et de la pointée vers sa tête  et me concentrer. Il ne manquerait plus que je lui fasse pousser des furoncles.

 «Episkey !»

Un bandage vint s'enrouler de lui-même autour de la tête de Siobhan. Je jetais un coup d’œil critique à sa jambe en réfléchissant. Elle devait se les geler et moi aussi par ailleurs . Les vestiaires de Quidditch serait un bon endroit pour la soigner et demander des explications. Je pointais ma baguette vers sa jambe

 «Ferula»

Une attelle se posa de manière peu assuré et équilibré et je grimaçais, consciente que mes sorts auraient besoin d'être travaillé,. Je lançais un regard assassin à Siobhan, lui promettant une longue heure de souffrance. Cette fois-çi, elle ne s'en tirait pas comme ça,

 «Je vais te faire léviter jusqu'aux vestiaires de Quidditch, histoire que tu te réchauffe et que je puisse m'occuper de toi correctement.»



[/color][/color][/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 123

Date d'inscription : 17/10/2016

Feat : Red - Transistor. Irl: Dakota Blue Richards

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
18.01.17 22:39


La rouquine avait la tête en appuie contre le pilier et fixait au loin, ne pouvant pas faire grand chose de plus vu son état. Elle patientait. Elle attendait que son messager de papier lui apporte l’aide dont elle avait tant besoin. Siobhan savait que Fallen ne tarderait pas. C’était une personne que Sio’ appréciait tout particulièrement. Déjà parce qu’elle était une femme de caractère comme elle l'était elle même, mais aussi et surtout parce qu’elle avait un don pour la médicomagie. Ce don que Sio aurait rêvé d’avoir. Celui qui, dans son esprit, aurait pu lui permettre de sauver sa soeur.

Alors que ses pensées commençaient à s’assombrir, à l’instar de son visage qui perdait son sourire, le froid venait s’ajouter aux festivités et Siobhan tremblait de plus en plus. Sa peau s’éclaircissait et ses articulations, déjà endolories par la chute, se raidissaient de seconde en seconde. Elle commençait alors à douter de l’arrivée de sa camarade.

L’origami aurait pu être intercepté par un autre qui n’aurait pas pris la peine de transmettre le message ? Ou Fallen aurait-elle été hors de porter du messager ? Peut-être sinon… oui, peut être qu’elle en aurait eu assez de courir à la rescousse de la Gryffondor. Les songes qui s’insinuaient en elle étaient plus sombres à mesure que le temps passait. Elle porta alors sa main droite à son cou et serra ses croix, ajoutant le froid du métal à celui déjà ressenti.

Elle ferma les yeux et pria. C'était son seul refuge lorsque rien n'allait plus. A ce moment, alors, le temps était alors comme figé ou, au contraire, accéléré.

Siobhan fut arrachée à ses prières par la voix énervée de Fallen qui venait visiblement d’arriver jusqu’à elle.

« Sio, putain qu'est-ce que tu as encore foutu ? »

Sio’ souriait de nouveau, même si celui-ci était très clairement forcé au milieu de la peine et de la douleur qui l’assaillaient.

« Fallen… J’ai le droit de te dire que je suis contente de te voir ? »

Un rire, tout aussi faux que son sourire, échappa à Siobhan qui, malgré tout, essayé de paraître forte en toute circonstance.

D’ailleurs, même pendant que Fallen la soignait, elle essayait de retenir cri et gémissement qui aurait pu trahir une faiblesse chez elle. Elle ne blaguait pourtant pas, réellement affaiblie par la situation. Elle se laissa même docilement léviter jusqu’au vestiaire où elle fut bien heureuse de retrouver de la chaleur.

Durant tout ce temps, elle fixait le visage de Fallen, comme sachant que cette fois, la jeune femme ne la laisserait pas en paix si facilement. Elle tenta alors de reprendre les choses en mains la première une fois légèrement plus en état.

« Je suis vraiment désolée de t’avoir fait te déplacer par ce froid. C’est que… oué, j’ai merdé, je pensais pas que ça glisserait autant. La prochaine fois, je ferais plus attention, promis. »

En prononçant ces derniers mots, Sio’ se rendait compte, un peu tard, de l’erreur qu’elle venait de faire.

« Je… Aheum… oué, je t’en dois une. Si t’as besoin de moi pour quoi que ce soit, n’hésites pas, d’accord ? »

Elle se maudissait de ne pas être capable d’exprimer un sentiment aussi simple que la reconnaissance. Un simple “merci de m’avoir sauvé, je recommencerais plus” était trop demandé ? Bien sûr que oui. Car au fond, tu ne la remerciais pas de t’avoir sauvé et tu savais pertinemment que tu allais recommencer tes conneries d’une façon ou d’une autre. Tu le savais et Fallen le savait probablement aussi. C’est bien cela qui t’inquiétait d’ailleurs.

Cette fois, tu n’étais pas en position de force, bien au contraire et tu allais devoir lutter pour garder ton secret fasse à l’interrogatoire que tu aurais à subir.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 101

Date d'inscription : 07/01/2017

Feat : Asami Sato - Emeraude Toubia

Crédits : Avalove ♥ + Moi

Double Compte : //

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
28.01.17 13:41

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END.
▫ Remonter des Abysses ▫




e plus dur, lorsqu’on apprend à devenir médicomage, c’est se détacher. Se détacher des patients, de nos liens avec eux, de ce que nous pensons d’eux, de ce qu’ils nous disent. Fallen n’aurait pas dû faire attention à Siobhan. Elle n’aurait pas dû sentir l’angoisse lui parcourir les veines, l’inquiétude lui tordre les boyaux, et la colère lui piquer le nez. Mais Fallen n’était pas encore médicomage et à ce moment-là, elle n’était qu’une élève de gryffondor, élève en médicomagie. Elle ignora le commentaire de Sio avant qu’elle la transporte ainsi qu’elle ignora les petites torsions et spasmes qui parcouraient le corps de la jeune femme alors qu’elle agitait sa baguette de ça et de là pour guérir, resorber, refermer, remettre, réparer ses plaies, ses muscles, ses os. Elle grimaça en voyant son épaule. Elle ne pourrait jamais la remettre en place maintenant. Pas avec le temps qui s’était écoulé. Elle menaça du doigt la demoiselle, lui faisant promettre de ne pas bouger.

En tant que joueuse de Quidditch, elle savait qu’ils y avaient une pharmacie de secours dans les vestiaires, permettant aux membres de soigner les blessures jugées mineurs, notamment les épaules démises, qui était courant avec les cognards. Fallen tria les potions et baume et en récupéra deux. L’un de soin, qui grâce un mélange scientifique de plantes permettaient de faire dégonfler le muscle et de remettre l’épaule au bout de quelques minutes et une potion de repos, qu’elle était bien décidé à administré à Siobhan, de gréer ou de force. Car si celle-ci voulait lui mentir, son corps ne le pouvait pas, et jamais un corps ne mentait à une Dewitte. Elle était épuisée musculairement et il lui faudrait une bonne nuit d’un sommeil réparateur. Alors Siobhan avalerait cette potion, même si pour cela, il fallait l’immobiliser.

Le visage fermée, elle retourna vers la demoiselle qui essayait de se dépêtrer dans des excuses et des justifications que Fallen jugea merdique. Elle balaya ses paroles maladroites d’un mouvement d’épaules qui n’avait, à ce moment-là, plus rien d’amical. Le caractère de Dragon qui reposait dans la jeune femme commençait lentement à s’éveiller. Il fallait espérer qu’il ne se déchainerait pas.

Elle releva Sio avec délicatesse et douceur, ses mains parcourent le bout de chaire qu’elle avait demandé à dénuder et y appliqua le baume, massant calmement et avec finesse, faisant pénétrer la matière.  Elle lança un énième Episkey, s’assurant que celui-ci tiendrait bien. Il fallait attendre cinq minutes avant de la remettre en place. Elle regarda Siobhan d’un œil critique. Il s’était bien écoulée une ou deux minutes depuis qu’elle avait prononcé ces phrases maladroites. Fallen attendit que le temps passe en silence, fixant Siobhan, toujours remplis d’émotion contraire. Enfin, quand elle put remettre son épaule en place, elle s’exécuta, faisant résonner le vestiaire d’un sinistre craquement.
Enfin, Fallen s’assit devant Sio, le regard soucieux mais les yeux verts d’un froid glacial. Non décidément, elle n’était pas contente. Elle agita la potion devant le nez de la jeune femme.

 « Tu vas prendre ça ce soir, après le repas. Tu dormiras du sommeil du juste toute la nuit. »
Elle soupira et la regarda, se passant la main dans ses cheveux. Ceux-ci étaient emmêlé et très certainement en pagaille, Fallen en faisant pas trop attention à son apparence. Elle continuait de fixer Siobhan, ne sachant que dire, bloquer au croisement de deux chemins. Que dire ? Que faire ? Fallen tenait à Siobhan et elle avait envie que celle-ci fasse l’abrutit. Et d’un autre côté, sa raison lui chuchotait de laisser tomber et de partir. Elle finit planter son regard dans celui de sa patiente.

 « Qu’est-ce que tu as essayé de faire Siobhan ? Depuis quelques temps, tu risques de plus en plus ta peau. Un jour, je ne serais pas là…  Tu es tendue à l’extrême et tu oscille entre la froideur polaire et l’amour total. Tu es soudainement ailleurs puis tu reviens pleine de vie ou encore totalement amorphe. »


Fallen tenta de moduler sa voix. Elle ne voulait pas l’engueuler… Juste comprendre. Et l’aider si cela pouvait se faire.

 « Tu ne peux pas continuer comme ça, te blesser, te ramener et recommencer quelques choses plus tard. Tu ne peux pas jouer avec la Mort comme ça. Tu vas finir par en crever. »

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 123

Date d'inscription : 17/10/2016

Feat : Red - Transistor. Irl: Dakota Blue Richards

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
28.01.17 21:54

Sio se laissait manipuler sans broncher, ne sachant pas vraiment quoi faire d’autre de toute façon. Que pouvait-elle faire d’ailleurs ? Râler ? Elle n’avait pas vraiment de raison de le faire, Fallen s’occupait très bien d’elle. Se plaindre ? Même chose, vu son état, elle avait plus intérêt à se taire et à laisser la demoiselle soigner ses blessures. Elle aurait pu s’excuser peut-être, mais son orgueil n’était pas de cet avis. Pourquoi aurait-elle accepté de montrer ses failles à ce point. Et puis, en quelques sortes, elle l’avait déjà fait. Même si la sincérité manquait quelque peu à ses mots.

Elle était dans un piteux état à ce moment-là. En morceaux, épuisés et prête à tout pour aller mieux. A tout ou presque. Lorsque Fallen lui indiqua qu’elle devait boire une potion pour dormir cette nuit, Sio ne pouvait pas accepter si facilement. Sa fierté encore et toujours.

« Ça va, je dors très bien sans ça, ne t'en fais pas. »

C’était faux, bien sûr. Comment expliquer les cauchemars sans expliquer la mort de sa soeur et la culpabilité qui en découlait ? Elle ne pouvait rien expliquer de tout cela, alors elle se contentait de mentir, encore et toujours.

Et puis, les reproches arrivèrent. Ceux de Fallen sonnaient étrangement aux oreilles de Siobhan. Comme si elle s’y était préparé depuis longtemps en fait. Comme si c’était presque ce qu’elle recherchait au fond. Qu’on remarque son manège, qu’on remarque ce qu’elle essayait de faire jour après jour. Qu’on se rende compte de ses mensonges et de son simple besoin d’attention.

« Tu vas finir par en crever. »

En crever. Si seulement elle savait.
Si Fallen savait que c’était son seul désir, à Sio, en fin de compte. Mourir. C’était la délivrance qu’elle attendait depuis plus d’une année. Depuis la mort de Madailéin. Elle n’en finirait jamais par elle-même, bien trop croyante pour ça. Bien trop effrayé par un jugement divin qui l’éloignerait à tout jamais de sa soeur. Non. Si elle devait en finir, il faudrait qu’une part de hasard en soit responsable. Sauf que, malheureusement pour elle, pour l’instant, le sort lui était favorable


« Je n’essaye de rien faire, qu’est-ce que tu crois ? C’était juste un accident, rien de plus. Ça va, tu ne vas pas commencer à me faire des leçons de morale en plus. Laisse-moi là si ça te dérange trop de m’aider. Je ne te retiens pas. »

Ce foutu caractère. Encore une fois, à peine les mots sortirent de sa bouche qu’elle les regrettait déjà de se braquer ainsi. Comment lui avouer aussi que la seule chose dont elle avait besoin, c’était de cette attention que Fallen lui portait. Comment lui dire que ce qu’elle désirait était simplement d’être proche d’une personne, n’importe qui, du moment qu’elle pouvait lui donner l’impression d’exister. Et cette adrénaline qui la faisait tenir n’était qu’une drogue comme une autre qui lui donnait l’impression d’exister et d’appartenir à ce monde si triste aujourd’hui.
Elle l’était. Triste. Elle ne parvenait que rarement à être heureuse réellement, malgré ce sourire qu’elle arborait fièrement à la face du monde.

Mais rien ne pouvait l’autoriser à avouer cela à quiconque. Pas après tout ce temps. Il était probablement trop tard pour ça. Alors elle continuait à jouer ce jeu si bien rodé et pourtant si friable face aux interrogations de personnes comme Fallen.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 101

Date d'inscription : 07/01/2017

Feat : Asami Sato - Emeraude Toubia

Crédits : Avalove ♥ + Moi

Double Compte : //

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
31.01.17 20:03

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END.
▫ Remonter des Abysses ▫




Il avait fallu qu'elle se rebiffe, comme un cheval qu'on a trop longtemps essayé de dresser dans la douleur et qui maintenant refuse le simple contact des hommes.  Il avait fallu qu'elle fasse la fière, lionne rougeoyante qu'elle était. A quoi devait s'attendre Fallen en même temps.  Siobhan autant qu’elle avait des raisons de faire partir des Gryffondor. Mais cela n'empêcha pas à Fallen de se bloquer, d'arrêter de respirer et de regarder son amie, si elle pouvait dire, ses yeux réduit à deux fentes colériques. On ne disait pas non au côté médecin de la Dewitte comme ça. C'était très mal la connaître.

Mais il avait fallu que Siobhan continue à se refermer dans un mur, à l'empêcher de l'approcher, à renvoyer toute aide, toute remarque qui aurait tant soit peu la froisser et mettre à mal sa fierté si mal placé. Elle avait l'impression d'être face à une muraille infranchissable. A croire que chaque petit secret, chaque petite information devait être conservé dans un coin, s’empoussiérant dans esprit, sans jamais que quiconque d'autres qu'elle puisse y accéder. Comme si Siobhan avait déjà dit au revoir au monde.

Fallen aurait pu nier le fait que sa remarque était douloureuse, aurait pu la claquer pour ses paroles, ou aurait pu essayer de comprendre, disséquant chacun de ses mots. Mais elle n'était ni Poutsouffle, ni serpentarde, ni Serdaigle, malgré toutes les propositions du Choixpeau. Alors, elle laissa sa colère, monter, lui faire légèrement rougir ses pommettes et allumer le feu incandescent de ses yeux verts serpent. Elle claqua sa langue pour montrer sa désapprobation, pour lui montrer qu'elle ne laisserait plus Sio lui parler comme ça. Kara lui avait suffi. Plus personne ne prendrait sa place.

 « Ça suffit. »

Deux mots pour asseoir sa position. Deux mots pour lui faire saisir qu'elle ne s'échapperait pas de l'âme de médecin de la Dewitte.

 « Tu vas dormir. Que tu le veuille ou non. Actuellement, je serais seule décisionnaire de ce que tu vas faire. »

Et à nouveau sa voix claqua sans qu'il y ait eu à hausser le ton. Elle s'approcha de Siobhan et souplement mais rudement, la bloqua pour lui ouvrir la bouche. Il suffisait de lui bloquer les bras et de se servir de son poids pour l'immobiliser. Siobhan fit très bien le reste toute seul quand elle desserra la mâchoire qu'elle avait automatiquement bloquée pour crier. Fallen ne lui laisse pas le choix et lui versa la potion directement dans le gosier avant de la bâillonner. Pas question qu'elle recrache non plus. Finalement, elle sentit le corps de la jeune femme se détendre et la relâcha pour l'allonger avec délicatesse, se servent des serviettes comme appuie crânien. Il aurait fallu qu'elle dorme dans son lit mais la Dewitte ne pourrait pas lui lancer un levicorpus jusqu'au château, en plus de tous les problèmes qui risquaient de lui tomber dessus. Ni prévenir un professeur par ailleurs qui poserait trop de question. Elles resteraient ici pour la nuit.

Elle installa plus confortablement Siobhan est calcula le nombre de sommeil que la potion lui imposait. Environ 8 heures. Il n’était pas loin de 19h, elle devrait donc cesser d'agir vers 3h du matin. Elle verrait bien à ce moment-là si la demoiselle continuerait sa nuit normalement ou alors se réveillerait pour certainement assaillir Fallen de reproche. Quoi qu'il en soit, celle-ci avait le temps de se préparer.

Elle abandonna Siobhan une petite heure, allant cherchant quelques affaires à son dortoir de manière plus ou moins discrète, soupirant de soulagement en ayant pas rencontré Honey ou encore Max. Elle revint près de Siobhan, celle-ci toujours plongé dans son sommeil comme prévu et commença à bouquiner, picorant dans les provisions qu'elle avait emportées.

Une heure, deux heures, trois heures s'écoula et minuit finit par sonner sans quiconque les trouve et sans que Fallen ne cède au sommeil. Pourtant, il fallait un moment où l'âme et le corps devaient se laisser aller au repos et immanquablement, la jeune Dewitte finit par s'endormir à son tour, bercé par les rumeurs sauvages de la nuit et les respirations de son amie.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 123

Date d'inscription : 17/10/2016

Feat : Red - Transistor. Irl: Dakota Blue Richards

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
01.02.17 18:32


S’il y a bien une chose à laquelle Sio ne s’attendait pas aujourd’hui, c’était bien à être rudoyé par Fallen. En temps normal, elle ne s’en serait pas étonné. Après tout, les deux demoiselles avaient pour habitude de s’entraîner aux duels ensembles et Fallen n’y allait jamais de main morte avec Siobhan. C’est ce qui lui plaisait chez elle d’ailleurs. Sincère jusque dans ses attaques. Jamais de retenu, jamais de demi-mesure. Cette fois, en revanche, l’attaque ne pouvait être contrée, mais était, heureusement, porté pour le bien de la rouquine.

Avant même d’avoir eu le temps de réagir, sa camarade l’avait maitrisé et lui avait fait boire de force la mixture qui ne tarderait pas à l’expédier dans les bras de Morphée. La main de Fallen était plaquée contre sa bouche et empêchait toute tentative de refus, l’obligeant alors à ingurgiter la potion. Une fois cela fait, elle pouvait cracher sa haine au visage de celle qui la maintenait toujours avec poigne.

« Sérieusement ? Tu vas m’obliger à d-... aheum.. à dormir ici ? »

Elle avait des difficultés à terminer sa phrase et pour cause. La potion avait agi encore plus vite que ce qu’elle aurait pu imaginer et très rapidement, Sio sombra dans un profond sommeil, s’abandonnant dans les bras de Fallen contre sa volonté.

Quand elle ouvra les yeux de nouveau, la nuit était tombée et l’endroit avait été fugacement aménagé pour leur repos à toutes les deux. Car, effectivement, après avoir légèrement repris ses esprits, Sio remarqua que Fallen s’était assoupie non loin d’elle. Elle l’observait alors, se remémorant les évènements de l’après-midi. Elle se trouvait stupide de n’avoir pas su écouter les conseils de son amie. Elle se trouvait stupide de, chaque fois, se mettre en danger de cette manière. Et surtout, elle se trouvait stupide de ne pas avoir remercié Fallen d’être venue à sa rescousse sans broncher, en abandonnant ce qu’elle était en train de faire. Siobhan ne lui avait même pas demandé pardon pour le dérangement, ou si peu en tout cas. Elle n’avait fait que la siffler et profiter de sa venue, comme à chaque fois. Elle s’en voulait d’avoir tant besoin de cacher ce qu’elle pensait vraiment au point d’en être devenue un monstre d’égoïsme. Finalement et sans vraiment y réfléchir, elle s’approcha naturellement jusqu’à sa camarade pour venir se blottir contre celle-ci, tâchant simplement de ne pas la réveiller. C’était sa façon à elle de se faire pardonner, mais aussi, de montrer à Fallen qu’elle avait confiance en elle et qu’elle pouvait aussi lui demander de l’aide en retour le moment venu. Évidement, Fallen étant endormie, le message pouvait difficilement passer, mais Siobhan savait que les mots ne parviendraient pas à sortir alors que cette action pourrait possiblement transmettre, malgré tout, son intention.

Elle reposa sa tête contre Fallen et ferma les yeux, sans dormir pourtant. La potion avait réussi à la reposer et à présent, la gryffon se contentait d’écouter la respiration de Fallen et les bruits de l’environnement extérieur qui les entourait, laissant son esprit se perdre dans diverses pensées et réflexion dont elle seule avait la clef, attendant patiemment le réveil de la demoiselle Dewitte.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 101

Date d'inscription : 07/01/2017

Feat : Asami Sato - Emeraude Toubia

Crédits : Avalove ♥ + Moi

Double Compte : //

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
06.02.17 14:35

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END.
▫ Remonter des Abysses ▫




Fallen avait tendance à fuir la nuit et le sommeil dans ces moments. Elle avait tendance à fuir les souvenirs et à fuir les cauchemars qui ne manquaient de lui parvenir dans le monde des rêves, la laissait au réveil, tremblante et pâle comme la mort alors que les dernières images revenaient envahir son esprit. Alors Fallen évitait de s’endormir, s’activait, se réveiller comme elle le pouvait, fuyant les fantômes qui venaient l’envahir. Ces nuits blanches la laissaient exténuées et affaiblit, incapable de suivre les cours autant qu’interagir avec le monde. C’est jours-là était certainement pire, alors que la jeune femme avait la tête dans le coton et les yeux brûlants d’épuisements.

Et cette nuit-là fut une de ces nuits, ou Fallen était incapable de dormir tranquillement et s’agitait et sursautait sans que personne puisse faire quoique ce soit. Et plus elle s’enfonçait dans son sommeil et plus ses tremblement devenaient forts comme si elle combattait quelques choses de l’intérieurs, soulevant sa poitrine à un rythme anormale et agitant ses muscles pourtant détendue. Son visage, lui, formait une moue boudeuse qui aurait presque pu être jugé adorable si sous la peau de ses paupière on ne voyait pas ses yeux oscillaient au fil de son parcours onirique. Pourtant, ce soir-là, quelque chose vint apaiser Fallen, quelque chose qui n’était jamais arrivé jusque-là. Une source chaude vint se coller à elle, une présence chaleureuse et rassurante qui  fit calmer la Dewitte et rendre son sommeil plus paisible. Son visage se détendit enfin en un masque apaisé et son corps se relâcha totalement sous cette chaleur impromptue.

Chaleur que son subconscient réalisa être inconnue et qui finit par envoyer des signaux d’alertes à la demoiselle. Et celle-ci après quelques maigres heures de sommeil finit par se réveiller, les muscles engourdis par sa position et légèrement rigidifié. Elle laissa ses pupilles vertes découvrir le monde qui l’entourait, ne rencontrant que du noir. Elle n’était pas dans son lit, même pas à l’infirmerie. Elle fouilla l’obscurité quelques instant avant que sa mémoire ne se réveille. Elle sursauta alors, presque imperceptiblement et s’efforça de trouver Siobhan avant de réaliser que celle-ci était contre elle. C’était elle, la chaleur qui avait adoucit sa modeste nuit. Elle tourna délicatement la tête et posa un regard doux sur la demoiselle. Rare était les gens à oser l’approcher comme cela. Rare était les gens à rester près d’elle comme cela. Et encore plus rare était les gens à la voir dormir d’aussi près. Oui Fallen était touchée.
Touchée que Siobhan n’est pas fui, ne soit pas partie après l’obligation que lui avait fait subir la Dewitte. Touchée qu’elle soit restée avec elle, près d’elle. Et surtout touchée qu’elle ne l’ait pas réveillé se contentant de veiller comme elle l’avait fait avant de s’endormir. Ses yeux se chargèrent d’une teinte douce et amicale qu’ils étaient peu nombreux à avoir vu. Elle remua légèrement puis se décida à parler.


Siobhan ? Tu es réveillée ?

Elle remua encore un peu, faisant circuler le sang de nouveau le sang dans ses jambes, grimaçant quant au retour des sensations.

Il faut que je regarde tes blessures Sio, je ne voudrais pas qu’il y ait un problème… Tu n’as pas trop froid ? Tu te sens mieux ?

Bien sûr, immanquablement, le côté médecin revenait à la charge sans abandonner. Elle observa les alentours, vérifiant que personne n’était là outre elle. Une maigre lumière tremblotait au plafond, donnant un aspect sinistre aux vestiaires. Il ne faisait pas particulièrement froid mais un peu humide et, en tendant l’oreille, Fallen percevait la pluie qui s’écrasait sur la structure alors que les animaux s’étaient tus, même les bruyants dragons.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 123

Date d'inscription : 17/10/2016

Feat : Red - Transistor. Irl: Dakota Blue Richards

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
09.02.17 14:57



« Siobhan ? Tu es réveillée ? »

Un sursaut remonta le long de la colonne vertébrale de la rouquine, électrisant ses muscles au passage, comme si un courant venait de nouveau la traverser pour finalement l’animer. Effectivement, elle s’était quand même rendormie après s’être blotti contre sa camarade, mais la voix de celle-ci l’avait brusquement arraché à son second sommeil.

Encore en partie endormie, elle acquiesça à la question par un léger grognement et un hochement de tête, n’étant pas encore suffisamment éveillé pour formuler le moindre mot.

« Il faut que je regarde tes blessures Sio, je ne voudrais pas qu’il y ait un problème… Tu n’as pas trop froid ? Tu te sens mieux ? »

Sio luttait contre le sommeil qui, finalement, la réclamait encore malgré la potion et la suite du somme qu’elle venait à peine de terminer. Il lui fallait quelques secondes pour analyser la phrase de Fallen, mais elle se redressa un peu pour s’en écarter en comprenant que la Dewitte souhaitait vérifier son travail de la veille. Elle trouvait touchant la façon dont la demoiselle s’inquiétait de son état. L’attention qu’elle lui portait, aidé en partie par l’esprit embrumé du réveil, lui donna envie de porter à son tour une attention toute particulière à Fallen. Dans le même élan que celui qui l’avait fait se redresser aux côtés de sa camarade, elle approcha de son visage pour venir déposer un baiser sur sa joue, s’en écartant presque aussitôt, comme si de rien n’était.

« J’ai un peu froid, mais ça va. Je me sens mieux, oui. J’ai juste encore envie de dormir un peu, je crois. »

Elle la laissait procéder à toutes les vérifications qu’elle voulait, ne bronchant pas du tout cette fois, se contentant de bayer aux corneilles en la regardant faire. Elle reprenait doucement ses esprits en fixant chaque action de Fallen sans trop les comprendre pourtant.
Elle pensait alors que, peut être, Fallen allait être fâché contre elle. Peut-être lui en voudrait-elle de l’avoir obligé à passer la nuit hors des dortoirs. Peut-être même que c’était la dernière fois que la gryffon viendrait à son second dans une pareille situation. Cette idée effraya Siobhan. Non pas parce qu’elle risquait de perdre une infirmière personnelle, mais elle risquait de faire s’éloigner une personne à qui elle s’était sincèrement attachée.

« Tu ne m’en veux pas trop pour hier ? J’aurai mieux fait d’écouter tes conseils, finalement, j’avais vraiment besoin de dormir, on dirait. »

Elle marqua une pause, laissant à Fallen l’opportunité de répondre, puis, assez naturellement, elle posa sa main sur la sienne, l’arrêtant dans ses actions pour venir la saisir délicatement entre ses doigts légèrement grippés par le froid. Elle espérait capter l’attention de son amie de cette façon et, une fois cela fait, Sio’ avança vers elle pour venir la saisir de son bras libre, se plaquant contre elle dans une étreinte pleine de tendresse et de douceur. Elle était comme ça Siobhan. Elle ne cherchait pas à savoir si ce qu’elle faisait était convenable ou non, ni même si c’était déplacé. Non. Si elle avait envie de montrer son affection d’une quelconque manière, elle le faisait et tant pi pour la bienséance.

« Merci Fallen. Merci d’être là pour moi. Merci de t’occuper si gentiment de moi alors que rien ne t’y oblige. Je vais vraiment faire attention à ce que je fais. Promis. »

La gardant encore contre elle, Siobhan déposa sa tête sur l’épaule de sa camarade, profitant le plus possible de ce contact rassurant.




Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 101

Date d'inscription : 07/01/2017

Feat : Asami Sato - Emeraude Toubia

Crédits : Avalove ♥ + Moi

Double Compte : //

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
10.02.17 19:18

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END.
▫ Remonter des Abysses ▫




Fallen la sentit sursauter contre elle alors qu’elle la sortait de sa torpeur. Elle fut tentée de la rassurer, de lui dire que c’était elle mais s’abstint, ne sachant pas si ces paroles étaient réellement rassurantes. Elle se contenta de la regarder s’éveiller lentement au monde, ce qui étira un petit sourire à la Dewitte. Les humains étaient tellement plus simples et paisibles lorsqu’ils dormaient. Elle n’obtint qu’un grognement pour toute réponses ce qui la fit trembler d’un petit rire silencieux. Où était donc partie la Siobhan aboyant et faussement en colère ? Elle avait la sensation de voir s’éveiller une enfant. Elle évita de trop bouger pour ne pas la troubler plus. Cependant, Siobhan finit par se redresser, lui laissant accès à ses blessures. Fallen allait se pencher lorsque Sio', poursuivie par un désir soudain, vint lui planter un baiser sur la joue avant de s’éloigner d’elle de nouveau, comme si cette action ne s’était jamais passée.
La lionne se stoppa dans son mouvement et aborda un visage stupéfait quelques secondes avant de reprendre son travail, acquiesçant seulement lorsque son amie lui avoua qu’elle avait encore un peu envie de dormir. Rien de bien étonnant, son corps avait besoin de récupérer de ce qu’il s’était passé. En arrière-plan, alors qu’elle exécutait des gestes presque méthodiques sans s’en rendre compte, son esprit tournait à plein régime. Pour la première fois depuis longtemps elle ne savait comment réagir. Même en essayant de rester stoïque, elle ne pouvait s’empêcher de se demander les conséquences de son geste mais aussi le naturel. Le naturel avec lequel Sio l’avait fait et le naturel avec lequel elle l’avait presque accepté. On n’avait jamais habitué Fallen aux contacts. Et encore moins à ce genre de contact. Elle avait toujours fait le premier pas pour établir une situation physique avec quelqu’un. C’était bien la première fois qu’elle se faisait surprendre. Mais cela ne l’empêchait pas d’apprécier le naturel du geste et sa douceur. C’était comme grappiller un peu d’amour. Et à ceux possédant encore une âme, c’était cruellement nécessaire.
Encore une fois, lorsque Sio essaya de lui présenter ses excuses d’une manière beaucoup moins maladroite, Fallen ne réagit pas. Bien sûr qu’elle lui pardonnait. Mais elle souhaitait aussi que jamais la situation ne se reproduise. Elle n’avait pas besoin d’une enfant à gérer, mais de relation stable et saine pour changer. Elle soupira et se redressa finalement, pointant Sio du doigt.

« Tu n’as pas intérêt à recommencer. Crois-moi. Et tu vas écouter mes conseils maintenant. Trois repas par jours, huit heures de sommeil. Et ton bisou ne pardonne rien. »
Elle finit cependant par lui sourire, la voix pleine de douceur.
« Bien sûr que je ne t’en veux pas. Ne t’inquiète pas. »
Fallen allait retourner à ses occupations médicales lorsque la petite main de Sio vint se poser sur la sienne. Ce contact, plein de douceur, laissa Fallen attendrie. Elle se tourna vers elle, un sourire dans les yeux avant de les agrandir en la sentant se coller à elle, l’entrainant dans une étreinte que jamais la Dewitte ne se serait accordée. Non décidément, Sio brisait toutes les règles, envoyait en éclat tous les enseignements qu’avait reçue la Dewitte. Et cela la perturbait hautement. Elle finit cependant par réagir et à lui poser une main sur la tête, lui caressant les cheveux avec délicatesse. C’était bien comme cela qu’il fallait faire, non ? Elle secoua la tête à ses remerciements et se décida de mettre les pieds dans le plat.
« Dit moi ce qui ne va pas Siobhan ? »
Une voix douce, sans pitié mais avec juste une petite dose d’inquiétude.






Never let darkness eat your soulI AM A LION WITH DARK HAIR. HIDING BEHIND HEAVY CURTAINS. MY HEART IN TWO BY ROSES TEARED. I WILL FALL INTO A DARKNESS OF BLOOD. (C) LADY



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 123

Date d'inscription : 17/10/2016

Feat : Red - Transistor. Irl: Dakota Blue Richards

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
12.02.17 18:40



Siobhan soupira d’aise en sentant la main de Fallen se poser sur sa tête. Dieu sait qu’elle avait besoin de se sentir proche de quelqu’un, encore plus pendant une nuit comme celle-ci alors qu’habituellement ces heures nocturnes avaient plutôt tendance à être rythmées de peur et d’angoisse. Là, elle était sereine. Elle se sentait protégée et elle-même dans les bras de son amie. Elle aurait aimé que cet instant dure encore et encore. Sauf qu’un murmure parvint à son oreille et la crispa presque instantanément.

« Dit moi ce qui ne va pas Siobhan ? »

Son souffle se coupa une seconde. Ses doigts, se resserrant légèrement, agrippèrent le tissu de la tenue de Fallen. Elle déglutissait, gênée par la question, commençant à s’éloigner de ce nuage sur lequel elle venait à peine de prendre place. Pourquoi ? Pourquoi avait-elle besoin de savoir ? Elle s’inquiétait, bien sûr, mais pourquoi le dire si frontalement ? Siobhan n’était pas à l’aise avec la vérité. Pas celle-là en tout cas. Elle avait besoin de ses barrières qui la protégeaient de tout ce qui risquait de lui tomber dessus si jamais elle laissait quelqu’un s’engouffrer dans une brèche. Cette brèche, elle l’avait laissé ouverte ce soir avec Fallen, sans trop savoir pourquoi ou comment d’ailleurs, mais la jeune femme avait réussi à passer les lignes de défense de Sio’ et tentait une percée plus nette maintenant. Mais la rouquine ne pouvait pas. Elle ne devait pas se permettre de lâcher prise. Dire ce qui n’allait pas… dire que ça n’allait pas, c’était accepter, c’était faire face et ça, elle n’y était pas encore préparée.

« Ne fait pas ça Fallen… S’il te plaît… »

Elle resserra finalement sa prise sur elle, des deux bras cette fois, l’emprisonnant à ses côtés dans cette geôle de tendresse dont elle ne voulait pas qu’on les libère. Elle enfouit alors son visage contre le creux de l’épaule de Fallen, ne bougeant plus alors que ses membres, eux, commençaient à être pris de légers tremblements.
Son coeur martelait sa poitrine. L’angoisse montait en elle à une vitesse folle. Elle ne parvenait pas à se calmer. Sa respiration se faisait plus forte et chaque inspiration et expiration était douloureuse dorénavant. Plus elle était effrayée et plus elle se collait à Fallen, essayant de retrouver ce havre de paix qu’elle avait réussi à atteindre une poignée de secondes plus tôt.

« J’ai pas envie de te mentir. Pas là… pas après tout ça. Mais… si tu m’obliges à te répondre, je… je pourrais pas… je… je ne peux pas… »

La voix de Siobhan, habituellement emplie de force et de joie, ici, se brisait comme du cristal à mesure que les mots franchissaient le seuil de ses lèvres vacillantes, si bien que rapidement, elle ne parvint même plus à clore sa phrase, fondant simplement en larmes contre l’épaule de la Dewitte.





Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 101

Date d'inscription : 07/01/2017

Feat : Asami Sato - Emeraude Toubia

Crédits : Avalove ♥ + Moi

Double Compte : //

avatar





Re: Ground control to Major Tom - [Fallen]
26.02.17 20:52

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END.
▫ Remonter des Abysses ▫



Elle avait l'impression de briser une âme déjà fêlée, de mettre le feu à un amas de poudre. Fallen sentit Siobhan se décomposer sous ses mots, comme si elle l'avait poignardée en plein cœur. Comme si elle l'avait blessée à tout jamais. Une vague de culpabilité vint frapper sa poitrine, l'enserrant dans des eaux empoisonnées. Elle serra les dents en sentant sa compagne se recroqueviller sur elle alors qu'un gémissement, presque une supplication sortait des lèvres enserrées de la Griffonne. Ne pas poser de question, ne pas tenter de comprendre, pire ne pas tenter d'aider. Siobhan aurait été quelqu'un d'autre, la Dewitte l'aurait lâché, se serait relevée, la tête haute et les yeux verts brillant de colère et serait partie plantant la personne là. Mais Siobhan était différente, plus encore que Fallen n'arrivait encore à le percevoir. Plus encore qu'elle ne le devinerait. Fallen ne soupira pas et se retint de laisser toute émotion transparaître. Elle se mordilla la lèvre alors que Sio, comme une enfant apeurée, l'emprisonnait dans une étreinte de tristesse.

C'est ce qui brisa le cœur de Fallen plus qu'autre chose. Cette détresse palpable, ce besoin d'amour si fort qu'il lui arrachait les larmes. Et plus profondément ce sentiment de culpabilité, et cette demande. Ne pas la faire parler. Ne pas la faire parler pour ne pas la faire mentir. À quel point était-elle abîmée ? À quel point sa force était fictive ? Cela aussi frappa Fallen, comme un fouet, la brûlant une nouvelle fois au fer rouge. Combien de personnes étaient vraiment en vie dans cette académie ? Qui n'était pas poursuivi par les fantômes des erreurs et du passé? Quelques-uns, murmura la petite voix de la raison au fond du crâne de Fallen. Et cela l'effraya encore plus. Elle n'en dit cependant rien et, se dégagea de l'étreinte de Sio avec douceur pour mieux la tenir dans la sienne.

Elle contempla avec tristesse les cheveux rouges de la jeune femme alors que celle-ci était secouée de sanglots, tremblant de tous ses membres. Instinctivement, sans vraiment comprendre, elle passa un main sur sa chevelure, sur son dos en un geste réconfortant. D'un mouvement qu'elle voulait apaisant. Elle finit par la prendre dans ses bras, hésitante. Jamais elle n'avait eu un contact humain aussi franc, aussi honnête, aussi intense. Elle ferma les yeux quelques instant, incapable de faire plus qu'elle ne faisait déjà. Plus tard, elle aurait pu avouer qu'elle était paralysée par la peur. Fallen n'avait aucune idée de comment agir, de comment calmer. Comment l'aider. Et c'est ça qui l'effrayait. Son incapacité à l'aider. À aider.

Ce fut son instinct qui prit le dessus. Elle se pencha et enserra un peu plus la jeune femme, la collant à elle, la laissant sangloter contre son buste, une de ses mains passant et repassant dans ses cheveux emmêlés et plein de terre, se penchant avec délicatesse vers son oreille.  

« Chuuuut, je suis là tout va bien. »  

Elle recommença son mouvement de caresse.

« Tu n'as pas besoin de parler, ne t'inquiète pas... Je... Excuse-moi. Tout va bien Siobhan, tout ira bien»
 
Fallen se redressa quelques instants pour mieux recaler la lionne tombée tout en continuant à lui prononcer des mots apaisants qui sonnaient faux à ses oreilles. Elle rejeta un coup d’œil vers le dehors et son inquiétude quant au froid et à l'humidité revint au galop.

« Quand tu seras calme et un peu mieux... Il faudra qu'on rentre. Je préférerai te savoir au chaud et en sécurité dans ton lit. »


Une voix douce, sans pitié mais avec juste une petite dose d’inquiétude. Une voix douce, sans pitié mais avec juste une petite dose d’inquiétude.





Never let darkness eat your soulI AM A LION WITH DARK HAIR. HIDING BEHIND HEAVY CURTAINS. MY HEART IN TWO BY ROSES TEARED. I WILL FALL INTO A DARKNESS OF BLOOD. (C) LADY



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Extérieur :: Quidditch-
Sauter vers: