Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













wach me going away ( ft. Randolph )

Partagez | 
 

 wach me going away ( ft. Randolph )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 79

Date d'inscription : 04/09/2016

Feat : Weiss Schnee

Crédits : Percy & Avalon & Kieran ♥

Double Compte : Tamara Abbott

avatar





wach me going away ( ft. Randolph )
27.01.17 12:51

bye.

Myrtle aurait pu apprécier la saison. Les paysages étaient beaux en cette saison. Et il était toujours agréable de déguster un breuvage chaud. Néanmoins, elle détestait l'hiver. Il faisait froid alors le monde semblait tourner au ralenti, les élèves s'agglutinaient dans les couloirs. Dans les salles communes, c'était la folie. Et même la bibliothèque semblait prise d'assaut par le mouvement. Et pour cause, si dehors il faisait froid, il fallait se réchauffer à l'intérieur. Myrtle n'aimait pas se mêler à la foule, d'une façon ou d'une autre elle n'avait guère le choix. Mais piétiner. Il n'y avait pas de mots pour décrire combien elle trouvait ça désobligeant. Puis, ne pas pouvoir trouver d'endroit calme posait aussi certains problèmes.

Finalement, Myrtle allongeait son trajet. Elle avait fini par repérer les endroits où personne, ou presque, ne passait. Alors, elle marchait plus. Mais elle marchait plus vite. Elle se surprit plusieurs fois à aller plus rapidement que ceux qui se mêlaient à la foule. Elle traversait ses couloirs, où il  n'y avait que peu de personnes. Souvent des couples à la recherche d'un peu d'intimité. Ils ne la remarquait même pas en passant. Mais elle les voyait. Et chaque fois elle poussait ce léger soupir agacé. D'ailleurs, elle n'était pas plus mécontente de se faire discrète. Cette histoire autour de l'Augurey l'agaçait. Depuis, le temps avait fait son effet, et plus grand monde n'en discutait. Elle préférait juste rester dans son coin, plus que d'habitude, pour éviter que ça se reproduise. Pour éviter d'avoir un jour à gifler quelqu'un en publique. De s'énerver. De s'humilier toute seule.

Ainsi, ce jour-là, en sortant de son cours, elle était bien décidée à bifurquer pour acquérir le calme qu'elle recherchait. Elle pensait à trouver une place dans la bibliothèque. Au travail qu'elle aurait à y faire. Elle réfléchissait déjà à la façon dont elle travailler sur son parchemin de droit. Et elle se perdit dans ses pensées. Elle en fut négligente. Et alors, elle rentra dans quelqu'un. L'honneur fut sauf, elle ne tomba pas. Ses affaires ne renversèrent pas au sol, lamentablement. Mais, elle releva la tête pour voir une tête blonde. Il portait les couleurs de Gryffondor. Elle soupira. Ne prenant pas la peine de s'excuser, elle voulut partir.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: wach me going away ( ft. Randolph )
28.01.17 0:05


hi
« J'ai pas encore de cavalière. Pourquoi j'ai pas encore de cavalière ? C'est pas juste ! »

Tes quelques potes rouge et or te regardent, manifestement blasés. Ils pensent probablement qu'une des raisons pour lesquelles tu n'as pas encore de cavalière est possiblement que tu n'arrêtes pas de crier à tout le monde dans le château que tu n'as pas encore de cavalière, et que c'est pas juste. Et que t'as juste l'air d'un gros gamin. Admettons-le. Gamin que tu es. Tu hausses les épaules. C'est pas juste. Tout le monde quasiment a un cavalier ou une cavalière. Et toi, t'as beau demander à plein de personnes, de ceux que tu connais le mieux à ceux que tu n'as jamais vu de ta vie, aucun ne te dit oui. T'as la poisse. Ou alors ils ont juste pas envie d'aller au bal avec quelqu'un qui pourrait y débarquer habillé en fée. Oui. Ce serait une raison compréhensible.

Tu te lèves de la table, ils te regardent te lever. Et tu pars, la tête haute, comme une princesse pas contente. Parce que c'est ce que t'es. Pas contente. Content. Pas une princesse, bien sûr. Bah non. T'aimerais bien être une princesse. Mais en fait, pas vraiment. Les princesses, elles ont trop de responsabilités. Et les responsabilités, quand elles sont pas voulues, c'est vite très lourd. Du coup, tu te dis qu'au final, peut-être, non, t'aimerais pas être une princesse. Et que ça te suffit d'être content. La plupart du temps. Ça te suffit d'être toi. Et tu t'aimes comme tu es. Tu te suffis. Et tu te dis que beaucoup des autres. Ceux que t'aimerais approcher, que t'oses pas aller voir. Ceux qui sont méchants, froids, ceux qui sont impossible à atteindre parce qu'ils choisissent d'être inatteignables. Beaucoup d'eux, tu te dis qu'en fait, ils doivent juste pas se suffire à eux mêmes. Peut-être qu'ils aimeraient être quelqu'un d'autre. Peut-être qu'ils aimeraient être une version amélioré de ce qu'ils prétendent parfait. Mais toi, tu penses que même eux, ils le savent, qu'ils le sont pas. Parfait. Que peut-être qu'ils se mêlent pas aux autres parce qu'ils veulent qu'on les imagine mieux alors qu'ils se pensent pire.

Pauvre Randy !

Toi, t'aimerais que ce soit ça, la vérité. Parce que tu te dis que les gens peuvent pas être juste mauvais. Qu'il y a autre chose. Qu'il y a une raison. Toi, Randy, t'es un peu naïf aussi. Très. Tu vois juste pas le mauvais chez les gens, que le bon. Et parfois, parfois, ça peut aider. Parfois, ça peut blesser. Mais fais gaffe, Randy, un jour, tu te retrouveras avec quelqu'un, devant quelqu'un, de vraiment mauvais, sans aucune justification. Et ce jour là, tu seras toi, le seul à souffrir.

Tu marches, la tête dans les nuages, dans les couloirs. Et tu souris aux gens que tu croises. Tu les vois sans vraiment les regarder, tu les bouscules, t'excuses, tu ne sais pas qui tu percutes. Mais personne ne réagit. Une personne, elle te sourit en retour. Et ça te fait doucement sortir de cette rêverie dans laquelle tu t'étais emprisonnée. Belle réflexion. Tu penseras à la reprendre, cette réflexion. Les gens que tu croises, plus tard, tu leur souris. Tu le vois, et les regarde. Tu complimentes cette jeune Poufsouffle sur sa coupe de cheveux. Tu dis à ce Serpentard plus âgé que toi qu'il a une trace de dentifrice au coin des lèvres. Mais parce que t'es Randy, tu sais quelque part, que ça passe crème. Le mec te regarde mal, et s'en va. Tu te retournes, et tu le vois, s'essuyer le coin des lèvres avec un mouchoir. T'es content. Il aura pas l'air débile en cours comme ça.

Par contre, Randy, tu marches en arrière, à regarder le beau Serpentard s'essuyer les lèvres. Et c'est sans trop de surprises que tu fonces dans quelqu'un. Et tu te retournes. Et tu la vois. Elle est belle. Et tu vois qu'elle est pas tombée. Et c'est une bonne chose. Alors tu lui souris.

« Pardon. C'est ma faute. Je suis désolée. Au fait, je m'appelle Randolph. Mais tout le monde m'appelle Randy. Ou Randa. Ça dépend. Tu m'as déjà vu habillé en fée ? Si oui, c'est probablement Randa que tu connais comme nom. Enfin bref, j'suis désolée. Ça va ? T'as pas trop mal nul part ? Si t'as mal quelque part, j'suis en médicomagie. Je sais on dirait pas, j'ai l'air un peu débile, et un peu excité, mais c'est pas de ma faute, mes parents m'appellent la puce. Et ma sœur m'appelle la piple... Oui. Je parle trop. Désolée. Randy. Et toi ? Ça va ? »

Tu tends ta main vers elle. Pas sûr qu'elle la prendra. Et si elle la prend pas, tant pis, tu pourras toujours te dire qu'elle se met sur un piédestal parce qu'elle voudrait être quelqu'un d'autre.
Ou juste que t'as vraiment l'air trop bizarre.
Et tu souris, bien sûr. Parce que t'es Randy. Et que ton rôle premier à Poudlard, depuis ton arrivée en première année, c'est de sourire.


just a crazy funny loony tiny little boy
© minori.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: étage 1° :: Le couloir-
Sauter vers: