Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Chassé-croisé (pv: prudence)

Partagez | 
 

 Chassé-croisé (pv: prudence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 26

Date d'inscription : 19/01/2017

Feat : kozume kenma ft. haikyuu & cara delevingne

avatar





Chassé-croisé (pv: prudence)
15.02.17 19:40


&

évite-moi, s'il-te-plait

j'aimerais te dire, te répéter
non, je ne t'aime pas, ça n'a pas changé
j'aimerais te dire, te répéter
nous deux, c'est pas possible, désolé


(( oublie-moi, s'il-te-plait ))

Parfois la vie est injuste et il arrive, parfois, qu'elle le soit encore plus envers certaine personne. Semblerait que j'ai noyé une dizaine de petits chats particulièrement mignons ou que j'écoutais en boucle l'album de JUL dans une vie antérieure, vu la vie de merde que je me trainais, parce qu'à ce niveau-là, c'était illégal.

Quoiqu'il en soit, j'étais dans la merde. Une fois n'est pas coutume, comme on dit. Bah, justement, ça devenait un peu trop une habitude à mon goût ! Devez bien se marrer là-haut, ces connards...

mangez vos morts... marmonnais-je inaudiblement dans ma barbe, d'un air blasé.

Il y a des gens que je n'apprécie pas, ou plutôt, je tolère un nombre limité de personne - genre pas des masses - et il se trouve que ce mec n'en faisait certainement pas parti.

On avait un nouveau devoir commun en potion et, une nouvelle fois, les pairs étaient imposés. Okay, je savais que qui que soit la personne, ça n'allait pas le faire. Mais lui. Genre, lui.

C'était du foutage de gueule.

Assis à l'une des tables de l'immense bibliothèque du château, les yeux rivés sur sa petite personne, je l'observais alors même qu'il s'était dirigé vers une étagère au plafond inatteignable. Mes prunelles s'assombrir et sans m'en rendre compte, je contractais mes muscles avec une hargne au cœur qui semblait m'habiter depuis la connaissance de ce garçon. L'air droit, le menton relevé, je semblait le mettre au défi alors même qu'il ne me regardait pas. Pourtant. Pourtant. Je ne pouvais faire autrement. Il était là. Simplement . Si léger, si sensé, si... lui. Ca m'horripilais. Ca m'énervais. Ca m'agaçais. Parmi tout les élèves, il avait fallut que ce soit lui.

garçon perdu et abandonné
ne connaît pas la stabilité
alors d'une haine excessive
il sort les crocs de manière agressive


Je soupirais.
(délicatement)

j'aimerais crier, hurler au monde
j'aimerais tout arrêter, tout cesser
j'aimerais comprendre, juste comprendre
est-ce moi contre le monde ?

Je déportais mon regard de sa silhouette pour le laisser glisser sur le livre qui me faisait face sans la moindre conviction. L'air lasse et étrangement fatigué, mes doigts caressaient le papier jauni et abimé par le temps, mes pieds raclant le sol de la pointe des chaussures, alors que j'inspirais imperceptiblement comme si j'essayais d'endiguer une émotion que je ne contrôlais pas et qui me connaissais que trop bien : la colère.

nous n'avons pas la même chance
pas la même vie, pas la même existence
jaloux, envieux d'un air d'innocence
d'une vie sans douleur ni démence


bon, tu trouves un truc ? lâchais-je, sans même le regarder, mes yeux incendiant le vieux bouquin sans raison aucune, alors que ma voix s'était élevé d'une façon un peu trop distincte dans le silence ambiant de la bibliothèque.

Parce qu'on a pas toute la journée Maurice, alors ça serait bien de grouiller ton cul. C'était l'idée générale à travers cette phrase et ça, même si j'en foutais pas une de mon côté. Comme si j'allais me fouler. La bonne blague. J'y arriverais tout aussi bien tout seul.

sale gamin, petit abruti
qui de haut de ses talons
pense que le monde est à lui
oubliant qui il est vraiment


évite-moi, s'il-te-plait

&
(html) osbwrn;




Mes disques sont un miroir
Dans lequel chacun peut me voir
Je suis partout à la fois
Brisée en mille éclats de voix

[...]

Mais un jour je vivrai mes chansons
Poupée de cire poupée de son
Sans craindre la chaleur des garçons
Poupée de cire poupée de son.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 28

Date d'inscription : 30/01/2017

Feat : blue (oc) — diastrons + DYSN en irl

Crédits : kikinix

Double Compte : no

avatar





Re: Chassé-croisé (pv: prudence)
28.02.17 14:09

I try to be sugar and spice
Ça doit être tes yeux, ton sourire, ou bien ta voix, peut-être tout ça à la fois. Toi tout court, Prudence, qui attise le feu de la colère chez certains sans que tu saches bien pourquoi.
Face aux livres, dos à tout le reste, il inspire, se remplit les poumons de fragrance d’anciens grimoires, essence de papier vieilli. Comme si ça pouvait l’apaiser. Le regard qui use les reliures à force de s’obliger à se concentrer sur les titres. Sauf que les mots font difficilement sens pour lui là tout de suite. Y a son être tout entier qui voudrait s’éclipser mais l’esprit persiste, et au lieu de penser boulot il se surprend à chercher une solution dans les bouquins. L’espoir de lire tout à coup manuel pour faire face à un ennemi mortel, quelque chose du genre.

La faute au karma.
T’y crois dur comme du fer mais là tu trouves qu’il abuse un peu. Pas sûr d’avoir mérité d’être désigné pour faire la paire avec le blond agaçant.
Mais pas un mot pas une grimace, impassible. Parce que ça sert à rien de s’agacer, perte d’énergie inutile. Boulot avant tout. Mdr Prudence really depuis quand tu fais preuve d’autant de minutie ? T’en as rien à foutre du travail bien fait tu te contentes de tout jouer à la démerde. Mais c’est que ça lui sert d’excuse, d’être appliqué, préoccupé, genre, pas là repasse plus tard si tu veux m’péta.

Il entend les soupirs et il pourrait presque sentir un regard brûler son dos, le type aurait des yeux revolvers que Prudence serait à terre criblé d’balles depuis un moment déjà. Une main qui saisit les bouquins, l’autre qui tient les sélectionnés contre son buste, prend le temps. Pour se donner un peu de répit, laisser l’autre redescendre. Ou peut-être pour chercher la merde, qui sait. Voir jusqu’où il peut pousser le délire avant que ça dégénère.


{{ Bon, tu trouves un truc ? }}
L’intonation aiguisé, comme si ça voulait donner des petits coups de surin dans l’dos avec des mots, stratégie scred de sournois. Ça lui rappelle les répliques passives-agressives à la maison, aah les souvenirs. Sur ses deux ainés y en a un qui pouvait pas le saquer, qui l’a jamais considéré comme un frère mais comme un étranger.
Mais Prudence tu vas nous squatter toute la vie ?
Y a pas une autre place qu’à coté d’toi là  ?
On s'ressemble pas c'est fou
Tu dégoûtes avec ta tête venue d'ailleurs.
T’énerves pas j’te charrie olala.

Alors il ne s’énervera plus.
Un dernier livre dans les bras, et il avait légèrement tourné la tête sans vraiment voir le blond par dessus son épaule, silencieux. Une aisance étrange à répliquer avec un souffle rieur, et il fait finalement volte-face pour revenir à leur table, l’air de rien. Occulté les œillades distraites par le volume sonore de leur coté puis par le bruit des bouquins qu’il pose un peu trop fort en face de son camarade. Ambiance guerre froide, alors que Prudence ponctue son retour d’une risette tandis qu’il se rassoit.
Sans lever les yeux vers lui,
Valentin,
hors de question de lui accorder un seul regard.
Car on verrait aussitôt les étincelles qui laissent présager un départ de feu.

La mine paisible, l’attitude flegme, il divise la pile de grimoires en deux, pousse une partie vers le blond, ramène l’autre vers lui.

Commence par ça et prend des notes, on s’concertera après.

Premier livre, ouvert devant lui, avec des gestes affables, il s’accoude à la table et pose son menton dans le creux de sa main. Désinvolte en toutes circonstances, alors qu’on pourrait palper l’animosité. Laisse passer, Prudence. Les caractères minuscules qui veulent pas dire grand chose derrière l’énervement étouffé. Une, deux minutes, éventuellement trois mais même pas sûr qu’il ait réussi à tenir aussi longtemps sans l’ouvrir. Soupir, agrémenté d’un sourire en coin. De l’innocence factice dans la voix alors qu’on devine l’imitation.

Bon, tu trouves un truc ?
I got a brain-tricked hunger and you're pulling me in


Higher than Mars killing ourselves cause we live in a fucked up environment ✕ voices in my head
o r i g a m i   ✕   a e s t h e t i c
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 3° :: Bibliothèque-
Sauter vers: