Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Full moon sway [pv Oscarounet]

Partagez | 
 

 Full moon sway [pv Oscarounet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Full moon sway [pv Oscarounet]
08.01.17 21:19

Traînant le pas, tu déambules dans les couloirs. Ton regards ne s'accroche à aucune des peintures qui te dévisage. À force de vivre avec lui, tu arrives à sentir quand la lune est favorable ou non. C'était devenu comme un sixième sens. Sans te prétendre digne héritier du chevalier pégase. Tu avais un sourire à la con en pensant à l’adaption plus qu'expédié qu'en avait fait le cinéma, bien que les armures étaient classieuses. Le film était mauvais. Alors, tu te stoppais, t'alarmant sur le fait qu'il y avait des élèves en danger. Bien que tu savais qu'il ferait tout pour éviter un drame. Au moins, il avait pris conscience qu'il pouvait tuer.

Un frisson te parcourais, la solitude revenait te passer un bonjour. Tu grognais. Tu détestais ces moments. Ces instants où il n'y avait que toi. Tu aurais pu créer un patrons, mais sa forme actuelle ne ferait que renforcer une absence. Tu t'es assis, sur le sol. Laissant cette robe si noire s'étaler un peu sur le sol. Tu avais laissé pendre à ton cou une écharpe haut en couleur. Elle rapelait vaguement tes origines. Tu te mettais à jurer doucement en japonais.

« Quel idiot, j'aurai du le voir venir avec cet éloignement, mais non, je me fais avoir comme un bleu. Quel gros crétin. »

Un souffle s'échappait des tes lèvres. Il n'était pas bon que tu retournes dans tes travers.a lors tu t'es levé subitement en chantonnant un air qui ressemblait vaguement à la musique de 2001 : l’odyssée de l'espace. Pas la fameuse musique que tout le monde connaissait, ça non. Tu n'allais pas reprendre des thèmes connus juste pour faire plaisir aux novices. Saluant avec un enthousiasme flagrant les élèves. Parfois en japonais, tu reconnaissais certaines têtes. Ton fanatisme pour les acteurs te donnait une habitude de reconnaître les visages. Ceux familiers, d'autres étrangers. Mais tu n'étais pas toujours des plus doué. Ce qui était assez gênant, vu que tu avais décidé de ton initiative d'être enseignant. Une autre ruse pour tromper ta solitude. Tu tendais la main aux élèves que tu avais reversé.

« Pardon de vous avoir renversé... »

Tu avais parler japonais par réflexe. Tu raclais ta gorge. Tu leur devais de parler leur langue.

« Je m'excuse pour vous avoir rentré devant, je suis un peu dans la lune. La pleine lune ça en perturbe plus d'un, et pas que les loup-garou. Pas de quoi faire un bœuf strogonof... »

Tu tentes de l'humour en anglais, tu n'étais pas sorti de l'auberge.

Hrp: Les paroles en italiques sont en japonais
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Sigma


Messages : 142

Date d'inscription : 29/08/2016

Feat : Jean Kirschtein [S .N.K]

Crédits : KIKI PERFECTION

Double Compte : Winnifred et Cae

avatar





Re: Full moon sway [pv Oscarounet]
09.01.17 15:55

With the thousand eyes on me, I stumble on
L’hiver est là et il neige. Je n’aime pas vraiment le froid, quand il s’infiltre entre ces murs et qu’il n’y a rien d’autre que des ouvertures et des fenêtres mal fermés ici. Si j’étais un fantôme alors le vent me balaierait d’un rien et que je détesterai alors me promener entre ces vieilles pierre. Ou alors ce sont les fantômes qui contrôle le mouvement de leur forme spectral et qu’ils ne sont pas affecté par le présent et le temps. Il faudrait que je leur demande, mais le seul qui rode, c’est Rhodes justement, qui ne pense qu’à tourmenter et faire des farces.

Emmitouflé je marche. Je ne sais pas trop comment tuer le temps, maintenant que les cours sont terminés et qu’il n’y a rien à faire. Rien à part contempler le monde s’émouvoir des flocons. Chahuter dans le jour à se jeter des boules de neiges ou essayer de faire des bonshommes de neige. C’est intéressant de constater que, peu importe l’âge et l’époque, les autres s’y retrouvent toujours à faire semblant d’être des enfants quand moi je suis là et que je regarde. Il n’y a personne avec qui j’ai envie de construire un bonhomme de neige. Mais des sculptures de glace peut-être ? Je me fige en plein milieu, le regard dans le vide. Sans doute sera-t-il d’accord si je lui demande. Ou qu’il préférera qu’on reste assis sur le banc. À lire ou dessiner, mais ce sera bien aussi. Alors je me dis que je le ferai, quand ce sera samedi et qu’il n’y aura pas de cours et qu’on ne devra pas courir après le temps pour terminer. Ou recommencer. Plus j’y pense et plus l’idée se concrétise dans mon esprit. Mais je ne vois pas justement que je ne vois rien, que je marche finalement, mais que je ne fais attention à rien.

Puis le monde se dérobe sous mes pieds. C’est comme si j’avais heurté un mur. J’entends des paroles confuses, je crois que je ne suis pas seul à être tombé, mais le dégoût de cette éventualité me fait grimacé. Je crois que je me relève trop prestement pour aller me mettre dans le coin, le dos contre le mur et les mains autour de mes épaules, les yeux fixés dans les amas de corps, l’angoissante masse dont je faisais parti quelques secondes plus tôt. Et si j’avais été blessé ? Pire ? Et s’ils étaient blessés ? Je cherche mon souffle, mais je ne veux plus voir alors je me recroqueville plus contre le sol. Je crois qu’il y a quelqu’un qui parle, quelqu’un avec un accent, mais c’est trop lointain, je crois que je vais juste attendre qu’ils s’en aillent tous, qu’ils oublient que j’existe et qu’ensuite tout ira bien.
Codage©Perpendiculaire
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Re: Full moon sway [pv Oscarounet]
09.01.17 16:27

Quel crétin tu fais, voilà que tu bouscule les élèves, ceux que tu avais promis d'instruire, pour ceux qui le désirait ta langue. Mais aussi les spécificité de Mahoutokoro. Comme tu avais fait toute ta scolarité. Tu étais le plus à même de conseillé ces personnes. De les aider dans leur transfert. Les élèves se relèvent sans un regard sur toi. Ils sont confus. Il s'écarte de ton chemin. Pourtant sur ton visage on pouvait voir un sourire tendre. Un peu faux, mais tellement crédible sous tes yeux bridés. Un soupir s'échappe de tes lèvres fines. Tu n'avais qu'à continuer ton chemin, sauf que non, un élève s'était réfugié contre un mur. Comme si ce dernier voulait faire corps avec Poudlard. Effrayé comme jamais, ce genre de visage que tu avais appris à reconnaître depuis que ta moitié faisait peur. Il passe une main dans ses cheveux bleus clairs. Et se met plus ou moins à la hauteur de ce garçon, une cravate bleu, tu mets un temps à reconnaître la maison. Serdaigle. Dans un anglais presque parfait, mais teinté d'accent. Tu reprenais parole.

« Vraiment désolé, jeune Serdaigle-chan.... Pardon l'habitude. Les autres sont partis, ils ne sont pas blessé, je te l'assure. Tu ne crains plus rien.... »

Et pour cause ton simple regard faisait fuir les gens autour de toi. Tes yeux avaient sûrement acquis une certaine dureté en devenant enseignant de ta propre initiative. Toi qui n'avait jamais été vers les plus jeune, tu te retrouvais à les fréquenter et les guider. Tu avais été aussi un élève assez perturbant à ton époque. Un vrai démon pour attirer l'attention.

« Jeune homme... S'il vous plaît... »

La voix que tu employait était douce. Horriblement tendre. Presque comme si tu étais en face du gamin que t'occupais. Sans oser poser ta main sur le corps de cet adolescent. Car la proximité corporelle au Japon c'était quelque chose de pas trop bien vu. Ce qui t'a embêté plus d'une fois, vu que les câlins et toi était la même partie d'un tout tendre, mais un tout qui ne voulait plus être seul. Ton écharpe de toutes les couleurs s'éparpillait sur le sol, créant un semblant de mandala étrange sans sens ni logique. C'était un objet que ta grand-maman avait fait comme une moldue. Elle avait été si fière que tu n'avais pas pu refuser le cadeau.

« Je ne voulais vraiment pas vous faire mal.... Idiot... Je suis vraiment un idiot.... »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Sigma


Messages : 142

Date d'inscription : 29/08/2016

Feat : Jean Kirschtein [S .N.K]

Crédits : KIKI PERFECTION

Double Compte : Winnifred et Cae

avatar





Re: Full moon sway [pv Oscarounet]
10.01.17 22:00

With the thousand eyes on me, I stumble on
Je redresse lentement quand j’entends toujours le même accent. Quelque chose d’étrange et de familier en même temps. Mes mains passent du sommet de ma tête à mes genoux. Je vois des jambes, un corps, puis finalement un visage. Familier lui aussi. Je crois qu’il s’agit d’un adulte, peut-être que j’ai assisté à son cours déjà et que c’est pour cela qu’il me semble familier. Je ne suis pas assez physionomiste pour le reconnaître, surtout que je passe mon temps assis, la nuque abaissée sur le parchemin et je gratte. Je gratte pour ne pas oublier les termes, mais c’est difficile quand ils notent des choses au tableau et que j’ai peur de croiser un regard.

Je penche la tête, lentement, je crois que tout me paraît trop lent quand mon coeur bat trop fort et que mes tempes tambourinent aussi. J’essaie de trouver des corps pour crier au mensonge, mais je ne vois rien. Ils sont partis. J’esquisse un sourire alors, soulagé. Ils sont partis. Sans venir me chercher querelle, sans m’accuser de quoi que ce soit. Ils sont partis. J’ai encore les phalanges qui tremblent, les genoux qui cognent, alors je reste recroquevillé ainsi. Je me concentre de nouveau sur l’adulte qui me demande s’il vous plaît. Mais je ne comprends pas ce qu’il attend de moi. Que je me lève et m’excuse ? Que je m’en aille ? Je voudrais calmer tous mes tremblements avant de repartir. Je ferme les poings sur mes genoux, juste parce qu’il me semble qu’offrir mes paumes à mes genoux cagneux n’est pas une bonne idée. Alors à la place je pose avec délicatesse mes deux points sur mes cuisses et je reste là. À le regarder, presque dans les yeux, à ceci prêt que je m’arrête sur le coin de ses paupières qui s’étirent en amande. Je touche le coin de mes yeux à moi pour vérifier. Ils ne sont pas comme les miens.

Mon regard inquisiteur quitte ses joues pour se perdre dans une écharpe trop longue, ou une cape trop étroite, je ne sais pas encore. C’est les couleurs qui me frappent, parce qu’elles sont belles. Quand il me dit qu’il est désolé, moi je récupère le morceau d’étoffe que je ramène soigneusement. Je commence à la plier, à tirer dessus peut-être, sans m’en rendre compte. Je caresse les mailles, un instant trop intéressé. Je crois que les moldus appellent ça du tricot.

 « C’est joli. » Je souffle, quand il faudrait à la place que je dise que ce n’est rien. Mais je ne suis pas sûr moi qu’il n’y a rien, peut-être que je suis blessé et que je ne le savais pas. Ou pire. Mais c’est surtout l’angoisse qui rend mes gestes un peu goure, un peu trop lent encore. Je crois que je lui demanderai ce soir si je suis blessé. Parce que je ne sais pas si je n’ai pas mal, je me dis que j’ai mal partout au corps et que c’est parce que je suis tombé à plusieurs et que la sensation est encore désagréable et là. Probablement on me dira, ce n’est rien Oscar, mais là encore c’est parce qu’ils ne savent pas que c’est très grave pour moi et que ce n’est pas que je déteste, mais surtout parce que j’en ai horreur à en faire trembler mes genoux et mes phalanges. Je continue de plier.

 « Il faut que je reste immobile ici et je crois que ça ira. » Immobile, mais surtout à l’abri de tout. Je sais qu’il faudrait que je m’excuse moi parce que je ne regardais pas, mais les mots ne viennent pas aussi aisément que je le voudrais. Parce qu’il faudrait que je lui dise que c’est la neige qui a attiré mon attention et qu’il n’a pas besoin de le savoir.  « Il ne faut pas la mettre par terre. Les couleurs ne seront plus aussi belles, à force de balayer le sol. » je le sermonne un peu puisqu’il ne fait pas attention.
Codage©Perpendiculaire
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Re: Full moon sway [pv Oscarounet]
11.01.17 7:22

Ton écharpe se fait ramasser par ce jeune élève perturbé. Il semble fasciné par elle. Tu as un sourire tendre, te disant que tu avais plus que bien fait de la mettre à ton cou. Il la complimentait. Il dirait dans sa prochaine lettre à sa grand-maman que son travail était apprécié par un des élèves que comportait cette école. Il était sûrement trop troublé pour dire autre chose. Qu'avais-tu fait en le percutant ainsi. Ton absence d'esprit avait laissé un jeune dans une difficulté qui semblait bien dure à surmonter. Ce jeune garçon te signalais qu'il avait besoin de se tenir immobile, tenant ton écharpe colorée. Et il semblait plus s'en préoccuper que toi-même. Tes yeux ont pétillé à la pensée que ce que tu avais autour du cou pouvait aider ce garçon.

« Elles ne sont plus par terre, car tu les admire, jeune homme. Ma grand-mère sera ravie qu'une personne la trouve belle. Elle ne frôle pas le sol quand je suis debout. Il est vrai que je devrais faire plus attention... »

Toutes ces couleurs sont celle par les quelles tu es passé avec ta robe de mahoutokoro. Celle que tu avais du rendre à l'école. Mais tu avais acheté une robe dorée en contre-partie pour te rappeler ce que tu avais pu accumulé comme savoir depuis ton jeune âge. T'écarter de lui, alors que ses même couleurs étaient son centre d'attention était un peu cruel.

« Puis demander votre nom, car je ne peux vous nommer toujours jeune homme ça serait stupide... Et peu respectueux pour vous. Serdaigle-san. »

Il avait du mal à se défaire de ses habitude typiquement japonaises. Il avait pourtant parlé anglais parfaitement, si on oubliait son accent qui devait être une particularité dont ls élèves s'amusaient. Combien avais-tu vu des rires suite à tes paroles, ce n'était pas à cause de tes tentatives de blagues. Ces dernières seraient bien mal venues dans cette situation. Mais tu finirai par relâcher une de ses répliques que seul toi trouvait drôle. Tu avais beau être enseignant depuis un an dans ce lieu. Certains élèves qui était dans ta classe étaient tellement discret que tu tu avais zappé quelques noms. Indigne d'un bon prof. Il fallait plus de rigueur. Ça te rendrait moins stupide. En plus de prendre une part importante de ton esprit, la situation d'une personne te volait une partie de ta mémoire. Pourtant assez bonne.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre & Sigma


Messages : 142

Date d'inscription : 29/08/2016

Feat : Jean Kirschtein [S .N.K]

Crédits : KIKI PERFECTION

Double Compte : Winnifred et Cae

avatar





Re: Full moon sway [pv Oscarounet]
04.02.17 15:17

With the thousand eyes on me, I stumble on
Quand il parle de sa famille j’ai un pincement au coeur quand je pense à la mienne. Je n’ai jamais posé de question sur elle et ne me suit jamais étonné de ne pas voir d’autres personnes. Pourtant mon alliance parentale devait avoir des unités parentales eux aussi. Mais c’est comme ça. Je ne pose pas de questions et je ne m’étonne pas non plus de n’avoir aucune nouvelles des autres. Peut-être que c’est parce que n’habitons plus en France. Ou peut-être qu’ils n’existent plus. Ou peut-être qu’ils ne s’intéressent pas suffisamment à nous. Je n’ai jamais vu d’écharpe tricoté comme celle-ci et je me dis que c’est peut-être mieux. Même si les couleurs sont jolies.

Je termine de plier le tissus avec plus de soin que je ne le voudrais. Peut-être qu’il a froid à la nuque maintenant, mais ce n’est pas très grave. Mon esprit est trop obnubilé par les couleurs et je ne sais pas pourquoi, le sens parfois de ce qu’il me répond m’échappe un peu. Peut-être parce qu’il y a trop de jolies nuances dans son écharpe et les accents que j’entends. C’est différent, même différent de mon propre accent et la façon dont il parle me donne l’occasion de rêver un peu.


Alors j’ai longtemps contemplé dans le silence, pliant et dépliant encore et encore l’écharpe. Répétitif, mais à chaque fois plus sérieux. Un nom est un nom, mais un nom est un nom qui sert à interpréter parfois. Inconnu quand de toute façon ils ne se rappellent pas de moi et ça arrive très souvent. Trop souvent peut-être ? Mais je préfère qu’il en soit ainsi.

 « Je n’aime pas les noms. » J’affirme, sans pour autant expliquer.  « Et je n’aime pas être appelé par des inconnus. » Je précise, même si je doute que cela l’éclair.  « Les noms sont trop précieux pour être dit sans intentions. » Mes doigts caresses les mailles et parfois je m’arrête pour compter.  « L’appelation n’es pas aussi importante dans le fond. C’est la discussion qui importe, vous ne pensez pas ? » Avec regret je lui redonne son bien et je fixe mes cuisses comme si elles étaient intéressantes.  « Est-ce que vous aimez la neige ? » Je finis par demander, un peu soudainement je l’avoue, mais j’ai toujours les idées fluctuantes et je repense que je ne sais pas faire de bonhomme de neige. Ni des sculptures de glace, mais je crois que j’aimerai en faire.  « La neige c’est froid et ça fait rougir les mains quand on y met les deux mains. C’est embêtant. » 
Codage©Perpendiculaire
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 24

Date d'inscription : 25/12/2016

Double Compte : Luigi & Mikael

avatar





Re: Full moon sway [pv Oscarounet]
07.02.17 21:09

Tu fais face à un mur, celui qu'il avait dressé entre lui et le monde. Ton sourire se fane un instant, il est si bref qu'il fallait avoir eu l’œil pour remarquer ce qui s'était passé sur ton visage. Mais ces mots te font un peu mal. Tu ne le montre pas. Il n'aimait pas les prénoms, dans ta terre natale, ils étaient une marque, celle de l'amour de la famille pour l'enfant. Ce garçon les trouve précieux au point de les garder, tel un dragon protégeant son trésor. Selon ces dire, il pouvait vivre sans ce savoir. Puis, il se contredisait, ce qui t'intriguait un peu. Il ne voulait simplement pas te le dire. C'est bien digne des bleu et bronze tel que la devise de l'école l'avait décrit. Tu ne veux pas plus lui demander, mais il te pose une question. Assez banale. La neige comme sujet. Il sortait ses arguments, puis concluait par le fait que la neige c'était ennuyant. Tu pouffais doucement.

« J'avoue c'est froid, mais j'aime la neige, elle recouvre la nature d'un joli manteau blanc. On peut faire des jolies chose avec elle si on en trouve l'inspiration. La neige offre un sommeil réparateur au monde. Si on se protège bien, il y a moyen de trouver des bonnes choses à faire. Se balader dans des paysages blanc me donne envie de faire un milliards de photos... »

Surtout avec ta moitié, tu ne pourra jamais détesté la neige, elle faisait partie intégrante de cet être, de cette vie qu'était la tienne, un mot parmi d'autre. Un sujet banal. Il aurait du te geler sur place, comme ce garçon. Mais tu ne voyais que des belles choses. Tu étais peut-être trop positif.

« Si je porte ces couleurs, c'est aussi par envie. Les personnes trouve audacieux de porter des couleurs sombre pour attirer la chaleur. Au moins, grâce à elle, j'ai des sourires, ceux qui réchauffe un peu cette ambiance un peu morne. T'aimes quoi Serdaigle-san ? J'aime beaucoup les films, c'est quelque chose que les moldus ont inventé. C'est mieux que les photos sorcières. »

Car ça durait plus longtemps, ça pouvait raconter une vie. Une histoire qui se passe dans un monde différent. Celui que les moldus pouvait voir dans leur imagination, comme des enfants. Ils se plonge dedans avec joie, parfois de la peur, mais beaucoup d'implication dans ces personnages. Le scénario aidant.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: étage 1° :: Le couloir-
Sauter vers: