Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]

Partagez | 
 

 Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 161

Date d'inscription : 12/08/2016

Feat : Sawada Tsunayoshi (Katekyo Hitman Reborn)

Crédits : Kiki ♥ Ava ♥ et Moi XD

Double Compte : Mikael B. Adams

avatar





Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
29.01.17 14:54

Luigi suivait Randy, pourquoi ? Parce que le jeune sorcier avait pas mal d'ami rouge et or, il voulait s'inspirer d'un d'entre eux. Une façon de gagner du courage. Celui qui lui manquait souvent. Il passait à côtés des armures encore la boule au ventre. Il avait beau savoir qu'elles étaient là pour le protéger, elles étaient toujours flippante. Le Pouffy ravalait sa salive. Sachant qu'il avait que peyu de temps avant de devoir courir du mieux qu'il le pouvait à son prochain cours. Secher, une fois, ça pouvait aller, mais trop lui ferait perdre des points et vu la situation de sa maison, des points en moins, ça serait que les enfoncer d'avantage dans la panade. Il soupirait doucement, alors qu'il allait continuer son manège, il sentait que quelque chose le retenait. Iol couinait comme un petit animal. Et il se retournait pour voir ce qu'il avait saisit comme ça. Un sourire mauvais sur le visage. Un enseignant, son écusson l'indiquait. Merde, il était dans les ennuis jusqu'au cou. Il déglutissait.

« Bonjour... Monsieur...
-Tragelstone, il ne serait pas temps d'aller en cours. Votre maison a besoin d'élèves sérieux, pas un blaireau qui tente d'imiter un lion. »

Luigi se recroquevillait sur lui même, se mordant les lèvres. Il devait y aller donc. Il regardait avec méfiance l'enseignant. Il ne voulait pas attirer des ennuis à Randolph, alors il remettait sa poursuite à plus tard. Sachant que cet enseignant l'aurait à l’œil à présent. Il n'aimait pas avoir toute l'attention sur lui, ça le mettait mal à l'aise. Il allait en cours, à la fin de ces derniers, il reprenait sa filature. Comment l'avait-il retrouvé ? Facile de poursuivre un rouge et or, enfin pas tous, mais une bonne partie. Il souriait, il avait encore du temps avant que l'ombre du prof vienne lui rappeler qu'il avait cours. Il se sentait pousser des ailes, c'était donc ça, défier le règlement. Il savait ce que pouvait ressentir les duellistes illégaux en ce moment. Le jeune garçon marchait plus vite, ce qui était bien imprudent de sa part, car il s'étalait de tout son long. Donnant l’occasion à l'enseignant de le rattraper... Il reculait, sachant ce qui allait arriver. Vite un passage secret, ouf, ni vu, ni connu, mais il avait un peu perdu Randy de vue. Il devait se montrer malin, mais il n'avait aucun ami serpentard. Donc la ruse n'était pas une chose commune pour lui. Il rentrait dans l'enseignant. Pour la discrétion, il repasserait... Ce dernier lui criait dessus.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
29.01.17 16:02


Poudre d'escampette, si seulement
Aujourd'hui, Randy, t'as pas envie d'apprendre. Ou si, mais pas ce qu'ils t'apprennent en cours. Tu devrais y aller, oui. Après tout, la médicomagie, c'est pas vraiment une matière facile. C'est vrai. Mais t'y peux rien, toi. Aujourd'hui, t'as envie de courir dans les couloirs. T'as envie d'ouvrir les portes, de découvrir les salles que tu as déjà découvert des millions de fois. Alors quand tu te lèves, tu vas prendre ton petit déjeuner, pour ne pas avoir à suivre qui que soit en cours. Et tu remontes vite, et tu te caches dans une salle que tu sais vide pour au moins la première heure. Tu sens pas, tu sais pas, que quelqu'un te suit. Tu le comprends quand t'entends un prof rouspéter. Enfin, tu te dis que quelqu'un a eu la même idée que toi. Tu te dis que, pauvre lui, ça n'a pas fonctionné. Et tu restes dans la salle jusqu'à une quinzaine de minutes après la première heure. Et tu sors, doucement. Et tu rentres dans la salle d'à côté. Et tu souris quand t'entres. Et tu t'assois sur une des tables, et tu penses. A tout. Mais surtout à rien. Tu passes d'une pensée à une autre sans logique aucune. Tu penses à Louise, aux fourmis, à la vie, à la mort. La dernière pensée, tu penses juste le mot, parce que t'aimes pas y penser, à la mort, tu trouves ça particulièrement déprimant. Et tu penses au prochains déguisements que tu pourrais possiblement mettre, un jour. Peut-être. Tu penses que le bleu vert ne s'accorde pas avec le rose pale. Pas du tout. Alors tu mets une croix sur toutes les tenues qui assortissent ses couleurs. Et y'en a pas mal, dans ton esprit. Parce qu'après tout, le bleu vert, c'est pas moche. Et le rose pale, c'est beau. C'est joyeux. Tu passes une croix aussi sur toutes les tenues qui sont trop noires. Tu les gardes pour les soirées que tu passes, chez les moldus. T'essayes de répertorier toutes les perruques que tu possèdes. Beaucoup. Beaucoup trop. Et en quelques minutes, tu trouves ton prochain déguisement. Tu souris. T'es heureux.

Quand la deuxième heure semble arriver, tu sors de la salle. Autant se fondre dans la masse. Tu te promets, à toi même, que t'iras au troisième cours. Et que tu t'excuseras platement ce soir, pour avoir fait perdre des points à la maison. Tu croises des professeurs, tu leurs souris. Les professeurs, ils t'apprécient autant qu'ils te détestent. C'est drôle à voir. Tout le monde t'aime. Tout le monde te déteste quelque part. Un peu. T'es quelqu'un d'extrême. T'es quelqu'un qui engendre des réactions extrêmes. Tu te caches dans une autre salle, cinq minutes avant le début d'un autre cours. T'as senti, cette fois, que quelqu'un te suivait. T'as aussi senti que personne te suit, au moment où t'entres dans la salle. T'espères, quelque part, que c'était pas un prof. Tu te dis que ce serait dommage. Que ce serait triste, que tu te fasses suivre par un prof. Tu serais bien dans la mouise. Tu restes derrière la porte. Tu écoutes, attentivement ce qui se passe, ou ne se passe pas, dans le couloir. Et t'entends un choc. Des bouquins qui tombent par terre. Tu te dis que les deux élèves devraient se dépêcher s'ils veulent pas être en retard. Et t'es d'ailleurs prêt à sortir les aider, la main sur la poignée, quand t'entends quelqu'un hausser le ton. Et tu connais aucun élève dans Poudlard qu'a une voix si grave, si ronde, que celle ci. Oui. Sans aucun doute, c'est un professeur. Un professeur ? Qui quoi ? Se bat avec un autre professeur ? C'est probablement une blague, pas vrai ? Tu te dis que ce serait peut-être plus prudent pour toi, de pas interférer, du coup. Mais alors que tu retires ta main de la poignée, et que tu vas pour t'éloigner de la porte, t'entends le nom de la personne en face du professeur. Et Luigi Tragelstone, c'est pas un professeur. Du tout.

Tu vois un peu prêt qui c'est. Gosse de Poufsouffle, qu'aime bien te suivre parfois. Très choupinet. Tu peux pas le laisser dans la situation où il est. Surtout parce que s'il l'est, y'a des chances pour que ce soit de ta faute, à toi. Alors tu remets ta main sur la poignée, et tu sors. Tu prends soin de pas faire de bruit. De faire comme si tu ne venais pas tout juste de sortir d'une pièce vide. Tu souris au professeur, et tu souris à Luigi.

« Monsieur, je peux vous poser une question ? Pourquoi il y a des lutins de Cornouailles au deuxième étage ? »

Le professeur regarde Luigi une dernière fois, l'air de dire que c'est pas la fin de leur conversation et se dépêche d'aller vers les escaliers qui mènent à l'étage inférieur. Toi, tu t'avances vers le Poufsouffle et tu souris.

« Viens, je crois qu'on ferait mieux de partir d'ici. Rapidement. Avant qu'il se rende compte qu'il y a aucun lutin de cornouailles. Pas au deuxième étage en tout cas. »

Et tu continues de sourire, et tu lui demandes de te suivre d'un signe de la main. Et tu rentres de nouveau dans la salle où t'étais avant de sortir. Et tu lances un sort sur la porte pour la fermer à clé. Et tu te retournes vers le Poufousffle. Et encore une fois, bien sûr, tu souris.

« Donc, pourquoi t'as séché toi ? T'aimes pas le prof ? Le cours est ennuyeux ? Tu sais, c'est pas bien de pas aller en cours. Après, tu passes mal les examens. Mais je suppose que je suis pas super bien placé pour te dire ça, pas vrai ? »

Léger rire. Tu sais pas trop comment réagir ou quoi faire. Alors tu t'assois sur une des chaises et tu mets tes pieds sur la table. Et tu souris en regardant le plafond. Parce qu'il est beau, le plafond.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 161

Date d'inscription : 12/08/2016

Feat : Sawada Tsunayoshi (Katekyo Hitman Reborn)

Crédits : Kiki ♥ Ava ♥ et Moi XD

Double Compte : Mikael B. Adams

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
29.01.17 17:00

Le jeune sorcier était en train d'admirer le bas de sa robe de sorcier ; ce qui était pas pratique pour courir. Mais en hiver, elle était pratique pour contrer les vents frais. Après tout, il avait hérité de sa mère une certaine haine contre le froid. Ce qui ne l'empêchait pas d'aimer les glaces. Il ne fallait pas non plus exagérer. Il n'osait pas regarder l'enseignant quand une voix s'ajoutait. Il relevait la tête. Quelle surprise de le voir ici. Il s'empourprait. De toutes les personnes qui aurait pu le sauver. Il fallait que ça soit lui qui vienne à son secours. Il saisissait un pli de sa robe. Il lui avait même sourit. S'en était trop pour Luigi. Il détournais la tête du mieux qu'il le pouvait, écoutant tout de même d'une oreille ce qui se disait. Randy faisait une diversion, il papillonnait des yeux. Ce n'était pas possible. Il se laisse emporter par le rouge et or. Il manque de tomber dans la manœuvre, mais il arrive à trouver un semblant d'équilibre.

Il relevait son visage pour voir qu'il était dans une pièce inconnue. Et avec Randolph. Il avait du mal à le croire. Il se pinçait, ah non, il n'était pas dans un rêve. Il souriait doucement. Alors que le rouge et or lui parle de ces cours qu'il sèche. Il mordille ses lèvres, un peu honteux. Il lui faisait la leçon. C'était normal, il devait aller en cours, sa curiosité l'avait poussé à faire du mal aux jaune et noir. Avant de remarquer qu'il n'était pas mieux. Ce qui faisait rire le premier année. Il se sentait à peu plus à son aise. Bien qu'il faisait le vilain garçon.

« Merci de m'avoir sauvé... Je séchais parce que je voulais savoir ce que tu faisais, je me suis pris dans l'adrénaline d'avoir du dédain pour le règlement, comme le dit le directeur. J'ai sûrement dépassé un peu les limites en agissant comme ça. J'en sais rien... Tant que je ne rate pas potion, tout va bien. Pour les examens, je sais déjà que mes résultats seront moyens. Comme à mon habitude. Je travaille régulièrement. Un bon pouffy. »

C'était à son tour de trouver le plafond intéressant, vu que Randy l'avait observé, il se disait qu'il était particulier, mais rien. Il penchait la tête. Il se demandait s'il voyait des choses qu'il ignoraient. Possible. Mais les fantômes étaient visible pour n'importe quel sorcier... Alors c'était quoi ? Des nargoles ? Possible, après tout, rien ne prouvait qu'elles existent ou non.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
29.01.17 17:37


Poudre d'escampette, si seulement
Le plafond, il te fascine. Comment quelque chose d'aussi beau peut-être aussi simple, avoir si peu de choses particulières. Comment quelque chose d'aussi simple peut être aussi intéressant. Tu comprends pas, et pourtant, tu continues de regarder en l'air. Tu regardes pas le jeune garçon avec toi dans la pièce. Tu as posé ta question, s'il veut parler, il parlera. Sinon, vous resterez en silence, à regarder le plafond. L'idée n'est pas déplaisante. Parce que même sur un plafond qui a l'air inintéressant, tu peux trouver quelque chose de beau, de nouveau. Une fissure, là. Une autre, un peu plus loin. Comment, pourquoi, quand et qui ? Tu souris. Voilà quelque chose d'intéressant. Oui. Comment, peut-être un sort raté. Peut-être quelque chose qui a dérapé. Pourquoi ? Manque de concentration. Oui. Ou juste une personne qui vise très mal. Ou alors un projectile ? Dangereux dans ce cas. Pas si beau. Partons sur le projectile. Si c'est un projectile, qu'est-ce que ça peut être ?

« Merci de m'avoir sauvé... Je séchais parce que je voulais savoir ce que tu faisais, je me suis pris dans l'adrénaline d'avoir du dédain pour le règlement, comme le dit le directeur. J'ai sûrement dépassé un peu les limites en agissant comme ça. J'en sais rien... Tant que je ne rate pas potion, tout va bien. Pour les examens, je sais déjà que mes résultats seront moyens. Comme à mon habitude. Je travaille régulièrement. Un bon pouffy. »

Tu l'entends, tu l'écoutes. Tu traites les informations qu'il te donne, une à une, en partant de la dernière. Il est un bon Poufsouffle, oui, à n'en pas douter. Oui, c'est pour ça qu'il sèche les cours. Tu ris. Tu ne veux pas qu'il pense que tu te moques. Non, tu ne te moques pas. Du tout. Tu te dis juste que ce qu'il dit et ses actes sont contradictoires. Pas que les Poufsouffle sont particulièrement connus pour ne pas sécher, mais toute personne se disant 'bon' quelque chose, enfin, ça veut bien dire quelque part qu'il ne ferait rien pour faire quelque chose qui ne mettrait pas ce quelque chose en péril. D'où l'ironie. Il a parlé de ses examens. Il pense qu'il aura des résultats moyens. Tu penses qu'il pourrait avoir de bons résultats, vraiment. Tu penses que s'il veut avoir des meilleurs résultats que seulement des résultats moyens, alors oui, il pourra. Il ne veut pas rater potion. Tu mets dans un creux de ton esprit de lui demander pourquoi plus tard. C'est intéressant. Peur du professeur ? Ou juste un amour inconditionnel pour la matière ? Ou autre chose ? Une raison plus personnelle ? Adrénaline du danger. Adrénaline de ne pas suivre un règlement imposé par une autre personne ou une institution. Tu ris encore. Il parle comme un Gryffondor qui vient de découvrir la chose qu'il préfère faire dans la vie. Tu continues de regarder le plafond aussi. Projectile. Crayon ? Trop léger. Et tu te souviens du début de sa tirade. Il t'a remercié.

« De rien, c'était normal, j'aurais fait ça pour n'importe qui. Et en plus, toi, je te trouve mimi. Alors raison de plus pour t'aider. »

C'est vrai. Attend. Pas la seule chose qu'il ait dit au début de sa tirade, le Poufsouffle. « Je séchais parce que je voulais savoir ce que tu faisais... » Tu baisses la tête vers lui, t'enlèves les pieds de la table et tu inclines ta tête sur le côté, d'un air étonné, contemplatif.

« Pourquoi ? »

La question semble sortie de nulle part. Tu te lèves. Tu t'approches de lui, tu réfléchis.

« Pourquoi tu voulais savoir ce que je faisais ? C'est étrange. Je suis pas si intéressant que ça. Enfin tu devrais pas sécher des cours pour ça. Je suis pas un leader, tu sais ? Je suis pas fan d'être suivi. Ça me dérange pas, mais ça me dérange que quelqu'un de plus jeune se mette en danger pour me suivre. »

Tu restes un petit, cours instant silencieux, et tu regardes de nouveau le plafond. D'ici, tu vois mieux les fissures. Alors tu partages.

« Dis Luigi, tu vois les fissures au plafond ? Les deux plus grosses là ? A ton avis, comment, pourquoi, quand et qui ? »

Tu te dis qu'au moins, s'il répond, s'il t'aide à répondre, il aura sécher les cours pour quelque chose d'intéressant.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 161

Date d'inscription : 12/08/2016

Feat : Sawada Tsunayoshi (Katekyo Hitman Reborn)

Crédits : Kiki ♥ Ava ♥ et Moi XD

Double Compte : Mikael B. Adams

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
29.01.17 18:20

Luigi n'était pas vraiment timide. Juste qu'il n'aimait pas particulièrement parler pour rien dire. Bon, il disait souvent des choses aberrantes, mais il était jeune, on lui pardonnait. Le jeune sorcier avait surtout une certaine tendance à s'embrouiller dans ses pensées. Du coup, il faisait des longs discourt sans les penser aux départ, lâchant bien plus que nécessaire. La passion de ses mots devait l'emporter. C'était ça. Il était souvent gêné après ça. Ce qui expliquait ce silence après ces mots. Alors que le garçon se tordait les doigts doucement. Il rougissait en plus, il pouvait le sentir.

Randy disait que son sauvetage était normal. Il avait presque oublié que les rouge et or se sont eux que l'on pourrait nommer héros. Alors que les siens pourraient être de bons side-kick. Mais il n'était pas dans un comics. Pour preuve, il était bien inutile face à la menace qui planait. Au compliment de celui qu'il suivait, il se tournait légèrement.

« Je ne suis pas si mignon... »

Luigi était embarrassé de son apparence, il était toujours le plus petit de sa classe ; même les filles le dépassait. Il ne voulait pas être juste un truc mignon. Une chose à câliner, bien quu'il appréciait en recevoir. Il voulait des personnes sur qui compter. Alors que le griffon bouge, il lui demande pourquoi. Le jeune homme a du mal à suivre le fil de ses pensées. Pourquoi quoi ? Puis, il nfinit sa question, la tête penchée. Il se sous-estimait, ça ce n'était pas acceptable pour le sang-mêlé italien. On ne pouvait pas lui retirer un certain panache. Avant qu'un silence de mort s'installe, il serrait ses petits poings. Il partait sur le plafond. Le trouvant vraiment intéressant. Pour cause, il voulait le faire tomber.

« Je vois les fissures en effet, mais avant tu ne dois pas te sous-estimer comme ça. Bon, tu n'es pas un leader. Je ne veux pas en être non plus. Tu es intéressant car tu es différent. Je ne peux pas l'expliquer. Disons que c'est le charisme que je vois en toi. Ce même charisme qui pourrait t'aider pour la demoiselle que tu poursuit pour une raison que j'ignore. Elle est jolie, mais la suivre comme ça, je peux comprendre que c'est flippant. Je devais arrêter. Je n'ai pas m'en empêcher. C'était plus fort que moi. Pardon, je parle trop...Pour le plafond, le château doit avoir des siècles...Peut-être qu'elles datent de longtemps... »

Luigi retournait dans l'admiration de ses pieds, profondément gêné. Il voulait avant tout que Randy se sente important à sa manière. Il était assez courageux pour Luigi. Assez gentil aussi. Une façon de progresser. Un but à atteindre, un peu lui ressembler. Pas être tout à fait comme lui. Il savait ça impossible.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
29.01.17 19:01


Poudre d'escampette, si seulement
T'aimerais être seul en ce moment. T'aimes être seul. Randy, t'aimes la compagnie aussi, oui, c'est vrai. Mais parfois, des fois, t'as envie d'être seul. Et ce matin, t'avais envie d'être seul. Seulement, quand quelqu'un s'impose, en quelque sorte, à toi, tu l'acceptes, et tu lui souris, tu lui prends à la main et l'aide avec ce pourquoi il est là. Une sorte de bonne fée. Randa la bonne fée. Tu souris à la pensée simple du nom. C'est peut-être pour ça que tu t'es habillé en fée toutes ses années. Pas juste parce que les costumes de fées sont roses et que t'aimes le rose, non. Peut-être que c'est pas juste parce que les costumes de princesse t'allaient pas. Peut-être qu'en fait, c'était une vocation que t'as depuis ton entrée à Poudlard, faire en sorte que tout le monde trouve des solutions à leur problèmes. Tu te rajoutes du taf Randy. Déjà que tu t'obliges à rendre le sourire à tout le monde, tout le temps, maintenant, faudrait aussi que tu t'occupes de ce qui te regarde pas ? Non. T'as toujours décidé que tu t'occuperais de ce qui te regarde. Que t'éviterais de te retrouver dans des affaires qui te concerneraient pas. A part pour aller ensuite en faire le récit à d'autres personnes. Bien entendu. Mais jamais tu voudras te mêler de ce qui te regarde pas. Jamais tu voudras changer une situation qui ne te concerne en rien. Là, tu te dis que c'est différent. Parce que Luigi, s'il est là, si t'as bien compris, c'est en grande partie par ta faute. Parce qu'il t'a suivit. Il voulait savoir ce que tu faisais. Pourquoi ? Pourquoi il voudrait savoir ça ? Ça n'a rien d’intéressant ce que tu fais. Rien d'intéressant pour quelqu'un qui n'est pas toi. Il te répond rapidement, te contredisant. Qu'il dise, pense, ce qu'il veut. Il est l'une des premier année les plus adorable, et rien ne te fera changer d'avis. Surtout pas lui disant que c'est pas le cas. Au mieux, ça ne fait que renforcer ton avis.

Et tu le regardes alors qu'il regarde le plafond, et les fissures. Il peut répondre à ça, au moins avec son imagination, pas vrai ? C'est simple. Ça peut être tout ou rien. Tu sais qu'il te donnera une réponse satisfaisante. Que tu te diras que le fait qu'il soit là, au final, c'est une bonne chose. Qu'il a bien de te suivre et que toi, t'as bien fait de l'aider tout à l'heure, avec le prof. Prof qui a du comprendre, depuis le temps, qu'il y avait aucun lutin au deuxième étage. Professeur qui doit être en train de te chercher dans le château. Ou alors professeur qui a directement été voir ta directrice de maison pour lui rapporter ton comportement totalement insupportable et ton côté insubordonné. Cette même directrice de maison, qui en entendant les nouvelles... Non. Peut-être pas imaginer sa réaction. Mauvaise idée. Mauvais plan. Tu frissonnes rien qu'en y pensant. Chose sûre, oui, tu passeras un mauvais quart d'heure, ce soir. En relevant la tête vers le plafond, ton regard passe sur un des murs. Les fissures sont là aussi, le même type, presque la même forme, la même hauteur, largeur, et à vu, probablement la même profondeur. Un sort donc. Ou quelqu'un de très énervé avec un seul projectile. Mouais. Donc un sort.

« Je vois les fissures en effet, mais avant tu ne dois pas te sous-estimer comme ça. Bon, tu n'es pas un leader. Je ne veux pas en être non plus. Tu es intéressant car tu es différent. Je ne peux pas l'expliquer. Disons que c'est le charisme que je vois en toi. Ce même charisme qui pourrait t'aider pour la demoiselle que tu poursuit pour une raison que j'ignore. Elle est jolie, mais la suivre comme ça, je peux comprendre que c'est flippant. Je devais arrêter. Je n'ai pas m'en empêcher. C'était plus fort que moi. Pardon, je parle trop...Pour le plafond, le château doit avoir des siècles...Peut-être qu'elles datent de longtemps... »

Tu l'écoutes, tu l'entends bien. Te valoriser. Il devrait pas te valoriser. Il devrait se valoriser, lui. Parce qu'il a pas besoin d'essayer d'être comme toi, il devrait essayer d'être pleinement lui. T'aimerais pouvoir lui dire ça, essayer de lui faire comprendre. T'as pas envie qu'il prenne ça pour un rejet. Tu veux bien être son ami. Tu refuses d'être son modèle. Tu tics quand il parle de la 'demoiselle' que tu poursuis. Oui, s'il te suit souvent, il a du te voir suivre Louise. Il a du remarqué que tu suivais Louise. Un jour, tu lui en parleras, tu lui expliqueras. Pour le moment, tu vas juste lui demander, gentiment, de garder ça pour lui. T'es pas un stalker, et t'as pas envie que les gens pensent que t'en es un. C'est juste que Louise... Et bah. C'est Louise. Elle est fascinante. Et c'est tout. Et il parle des fissures. Et t'es déçu, presque. Parce qu'il est rationnel. Trop rationnel. Alors il pense quoi ? Dommages de la natures. Quel manque d'imagination. C'est même pas drôle.

« Pour la demoiselle. Chut. Ça reste entre nous. Je me sous-estime pas, tu me prends juste pour ce que je ne suis pas. Mais arrêtons de parler de ça. Parlons des fissures. Tu penses qu'elles sont liées au temps ? Peut-être. C'est sûrement vrai, qui sait. Mais personne le sait, pas vrai ? Et personne pourra te contredire si tu te trompes. Alors toi, t'aimerais que ce soit quoi, ces fissures ? Je pourrais te dire que c'est des portails inter-dimensionnel. Tu pourrais pas me contredire. T'aurais pas les preuves pour me dire : non. Pas vrai ? Alors toi, qu'est-ce que tu voudrais que ce soit, ces fissures ? »

S'il veut te prendre en exemple, qu'il le fasse. Mais qu'il le fasse bien. Qu'il te laisse lui apprendre la beauté de l'imagination humaine.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 161

Date d'inscription : 12/08/2016

Feat : Sawada Tsunayoshi (Katekyo Hitman Reborn)

Crédits : Kiki ♥ Ava ♥ et Moi XD

Double Compte : Mikael B. Adams

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
29.01.17 19:56

Le jeune sorcier avait avec son discours, se rapprochant d'un monologue, tant que ce n'était sur l'espoir et l'amitié, il n'allait pas finir ignoré de tous comme Hyoga. Il aurait pu rire à cette référence digne d'un vieux, mais pas ta faute si tu étais tombé sur cette abrégé, en français. La traduction anglaise était faite avec les pieds d'un porc asthmatique, mais bon, google traduction est comme ça. Luigi a du mal à ne pas rire quand il lui demande de garder son secret sur la poursuite de la demoiselle. Avant d'éliminer son manque de confiance de la conversation. Avec Clive, il avait appris que certains sujets pouvaient fâcher. Il roulait des yeux. Il devait donc parler de ses hypothèses sur ces fissures. Il s'adaptait à cette situation des plus incongrue. Parler de ces choses, des détails que d'autres ne pourraient remarquer. C'était en ça qu'il aimait bien Randy, notre petit pouffy. Il souriait. Il allait lui dire des choses, pas toutes censées.

« J'aime assez l'idée des portails inter-dimensionnel. Peut-être est-ce une déchirure dans l'espace-temps qu'à travers l'une d'entre elle, on pourrait voir des époques passés ou futures. Aussi ça pourrait être le signe que ce château est vivant, ce n'est pas un bâtiment ordinaire. T'imagine, si ce dernier se déplace comme le château ambulant. Un truc de fou. Ce serait le résultat du château qui tente de bouger alors que nous sommes dedans. Tant de choses... Je suppose que tu as d'autres idées. Dis-les moi. »

Autant profiter de ce temps à leur deux, il avait à sa disposition Randolph dans toute sa splendeur. Pas le plus flamboyant des Gryffon, mais gentil, courageux et fort. Il aimait bien cette idée que même ce garçon souffrait de complexe, ce qui prouvait que les siens étaient assez normaux. Il n'aimait pas qu'il se rabaisse certes. Mais revenir dessus, ça serait brisé un moment magique. Ceux dont seul cette école et lui pouvaient en être témoin. Finalement parler de fissure, c'était un plan comme un autre. Éviter un cours, il prendrait des notes au prochain. Puis il avait des livres pour se rattraper. Heureusement que lire ne l'a jamais vraiment dérangé. Car sinon, il serait déjà en échec. Il regardait les fissures, elles semblaient sur le point de s'ouvrir, crachant ce qu'elle cache. Physiquement, ça serait juste la pièce de dessus qui viendrait. Mais l'imagination était le moteur de ce débat. Seul des esprits peu imaginatif diraient cruellement, la classe du dessus. Ce que Luigi n'était pas. Définitivement non.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
29.01.17 23:04


Poudre d'escampette, si seulement
T'attends, t'espères. Tu veux qu'il soit bon. Qu'il ait une belle imagination. T'espérerais même presque qu'il ait plus d'imagination que toi, oui. Ce serait bien s'il avait autant d'imagination, si ce n'en est plus. Alors t'attends, et tes attentes, tu sais qu'elles sont hautes. Tu sais pas si le jeune Poufsouffle pourra les atteindre, mais t'aimerais. Ce serait marrant de lui faire travailler son imagination. Comme ça, tu sais que tu pourras toujours compter sur lui si un jour, tu veux dérailler sur des théorie totalement improbables avec quelqu'un qui ne te contredirait pas. Oui, ce serait bien. Ce serait agréable. Au début, tu le regardes, tu penses que peut-être, il ose pas. Il faut qu'il ose. Tu es sûr qu'il peut y arriver. Et puis s'il veut pas, il pourra toujours ouvrir la porte et sortir. Mais tu comprendrais pas qu'il te prenne toi, Randy, en genre d'exemple et qu'il aime pas imaginer des choses. Ce serait illogique. Ce serait comme prendre exemple sur un Serpentard lambda et adorer faire des câlins à tout le monde. Ce serait le monde à l'envers. Alors tu te dis que sûrement, il y arrivera. Il te dégotera au moins une théorie, un peu farfelue, qui pourra vous faire rêver. Et tu te remets à regarder les fissures. Elles pourraient être tellement de choses, tellement de belles, majestueuses, fantastiques, horrifiques ou fantasmagoriques choses. Tu souris en imaginant toutes sortes d'histoires, de contes, de possibilités, que pourraient engendrées ces fissures. Toutes plus improbables, belles, les unes que les autres. Toutes. Et le Poufsouffle se met à parler. Et tu l'écoutes, attentivement. Pendant un instant, t'as presque l'impression, oui, que tu es un mentor qui écouterait la philosophie de son élève.

« J'aime assez l'idée des portails inter-dimensionnel. Peut-être est-ce une déchirure dans l'espace-temps qu'à travers l'une d'entre elle, on pourrait voir des époques passés ou futures. »

Oh, come on. Luigi, tu peux faire mieux que ça. Pendant un instant, tu es déçu. Très déçu. Parce que ce n'est pas son idée. C'est la tienne. Et qu'il dise que c'est une bonne idée n'aide en rien. C'est pas une bonne ou mauvaise idée. C'est une idée. Une possibilités. Comme il y en a des milliards. Alors pourquoi tient-il à ajouter qu'il aime bien l'idée. Qu'il trouve son idée. Oui. Surtout que quelque part, tu le sais, tu le sens, qu'il peut le faire.

« Aussi ça pourrait être le signe que ce château est vivant, ce n'est pas un bâtiment ordinaire. T'imagine, si ce dernier se déplace comme le château ambulant. Un truc de fou. Ce serait le résultat du château qui tente de bouger alors que nous sommes dedans. Tant de choses... »

Tu regardes plus les fissures. Dés qu'il a commencé à énoncer son idée, t'avais d'yeux que pour lui. Des yeux brillants. Fiers, étonnement. Ce gosse a de la ressource. Il ne s'en rend même pas compte. Tu souris. Tu hoches la tête. Bravo Luigi. C'est beau, comme explication. C'est un explication qui te plaît. Une explication qui est magique. Oui, Luigi, tant de choses. Et il continue, et tu l'écoutes parler, avec attention.

« Je suppose que tu as d'autres idées. Dis-les moi. »

Tu hausses les épaules. Tu passes ton bras autour des épaules du premier année, et tu le secoues un peu. Un genre de remerciement made in Randy. Tu le lâches pas, au lieu de ça, tu le fais tourner, et tu pointes, de ta main libre, une chaise, derrière un bureau. Celle sur laquelle tu étais assis tout à l'heure.

« Une guerre de fantômes, une bataille dans des temps anciens. Peut-être un bois, fais comme ça. Mais maintenant, fissures, c'est fait. On a deux belles histoires possibles. Jamais trop. Sinon, quelque part, tu perds le charme des possibles. Tu peux continuer à imaginer des choses. Mais tu verras vite que tu trouveras difficilement plus beau que le château ambulant. Comme je trouverais difficilement plus magiquement impossiblement scientifique que les failles temporelles. Regarde cette chaise, Luigi. J'étais assis dessus tout à l'heure, et je me suis rendu compte, si tu regardes bien, qu'elle est la seule, dans cette salle, à être un peu différente. Pourquoi ? La raison pour laquelle elle est différente pour toi, ne va pas forcément être la même que pour moi. Moi, j'ai trouvé qu'elle était plus confortable. J'ai pensé qu'elle n'avait pas été confectionné par la même personne. Peut-être une femme. Des mains plus douces, confectionnant une assise plus confortable. Dis moi Luigi, toi, en quoi cette chaise, elle est différente ? »

Tu lâches ses épaules et tu le regardes. Tu lui souris. Oui. En fait, après réflexion, ça te dérangerait pas de devenir son maître à pensée, à Luigi. Il est intéressant. A n'en plus douté.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 161

Date d'inscription : 12/08/2016

Feat : Sawada Tsunayoshi (Katekyo Hitman Reborn)

Crédits : Kiki ♥ Ava ♥ et Moi XD

Double Compte : Mikael B. Adams

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
30.01.17 20:06

Déception, puis joie, quel drôle d'homme il admirait. Il portait un regard sur ces fissures. Luigi ne comprenait pas le délire, son attachement à ces détails. Il n'était pas ordinaire. Le jeune sorcier était étonné de le voir changer, du noir ou blanc. Juste par une explication. Celle que ton imagination avait laissé germé dans son esprit. Il se prenait à ce jeu. Il souriait à l'énonciations de ses idées suivantes. Il avait mis un bras autour du jeune jaune et noir. Ce qui créait des belles teintes de rouges sur ses joues. Il tourne, puis, Randy lui montre la chaise. Il était reparti dans ses délires. Ce qui le faisait rire. Il était amusant. Il expliquait ce qu'il voyait à cette chaise. Il devait, lui aussi laisser parler son imagination. En quoi cette chaise était-elle différente. Le jeune garçon penche la tête.

« Elle est peut-être là à attendre que quelqu'un vienne s’asseoir sur elle, une personne qu'elle pourrait trouver digne. Mais ça rejoint le même type d'idée que j'ai dit avant. Ce n'est pas pas amusant. Moi, je dis que cette chaise, c'est fait par les mains des elfes, quand je vois les gravures, je me dis qu'il y a un amour pour le bois. Mais je peux me tromper. Un cadeau du roi des elfes à sa bien-aimée sorcière. Voilà une histoire plaisante... »

Parce que on pouvait pas dire que les elfes n’existaient pas. Il y avait les elfes de maison, des créatures qu'il aimait bien, même si leur servitude avait quelque chose d'assez gênant. Luigi aimait faire les choses de lui-même. Comme d'imaginer des possibilités farfelues, les variant, comme les parfums de glace qu'il avait mangé cet été. C'était peut-être une chose à poursuivre. Il n'en savait rien, mais une année c'était si vite passé. Il regardait la pièce, quel était l'autre chose qui allait faire l'objet de son étude. La porte, le sol, il n'était pas à l'abri des surprises. C'était Randolph après touit. Il serrait le grand dans ses bras brièvement.

« Tu es vraiment un gars bien, Randy. »

Luigi ne mentait pas, il le faisait que quand la situation l'exigeait. Mais sinon, il aimait dire les choses telles qu'il pouvaient les voir. Sans se soucier des regards étranges des gens par moments. Ce qui était arrivé quelques fois l'air de rien. Le jeune homme souriait, il aurait bien donné un gâteau, mais il les avait mangé ou donné aux gens. Finalement, il lui restait plus. Il allait devoir composer avec ce détail.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
30.01.17 21:06


Poudre d'escampette, si seulement
Y'a toujours des milliers de possibilités. Des millions de choses impossibles à inventer, à penser, à croire. C'est beau de croire à l'impossible. Ça peut être frustrant parfois, c'est vrai. Mais c'est beau de penser que ça reste atteignable. Parce qu'on est dans un monde de magie. Et si la magie est possible, si il est possible de faire bouger les choses par la penser, pourquoi pas des fissures spatio-temporelles ou des châteaux ambulants. Oui. Toi, Randy, c'est ton secret pour toujours paraître aussi gosse. Tu te dis que rien n'est impossible. Tu te dis que les murs, ça existe pas. Que les murs, ça peut être des portes. Tu te dis qu'aucune porte n'est infranchissable. Tu peux aller n'importe où. Et ça marche pour tout. Particulièrement pour l'imagination, oui. T'en es fier, de ce Poufsouffle, tu te dis qu'il a du talent. Du talent là où toi, tu as de l'expérience. Inventons ensemble, Luigi. Tu es fier de lui, tellement fier. Et pourquoi, t'y es pour rien. Tu lui as rien apprit. Tu l'as poussé hors de sa facile et simple existence. Tu l'as forcé à aller chercher aux endroits inexplorés de son esprit : son imagination. Et ça, t'en es fier. T'aimerais, toi, pouvoir apprendre à tout le monde, dans ce château, à utiliser leur imagination comme tu viens de le faire avec Luigi. Oui. Parce que Luigi, il a réussi. Et Luigi, il est beau, quand il imagine. Il est beau quand il sourit parce qu'il aime ce qu'il vient d'imaginer. Quand il rêve d'un monde inatteignable mais que personne peut lui enlever. Parce que ça, personne pourra jamais lui enlever, son imagination. Alors tu le regardes réfléchir, cet être magique. Cette boule d'imagination inexplorée. Et il penche la tête, et tu penses qu'il a du trouver une idée. Et t'es pressé de l'entendre, son idée. Parce que tu te dis que de toute façon, elle sera belle à sa façon.

« Elle est peut-être là à attendre que quelqu'un vienne s’asseoir sur elle, une personne qu'elle pourrait trouver digne. Mais ça rejoint le même type d'idée que j'ai dit avant. Ce n'est pas pas amusant. Moi, je dis que cette chaise, c'est fait par les mains des elfes, quand je vois les gravures, je me dis qu'il y a un amour pour le bois. Mais je peux me tromper. Un cadeau du roi des elfes à sa bien-aimée sorcière. Voilà une histoire plaisante... »

Toi, bien sûr, en tant que fan des moldus attitré, tu penses aux beaux elfes blonds, jeunes, et particulièrement bon en skateoboardage de boucliers. Ou en massacre de Mamouths géants. Et oui, l'idée d'un Legolas créant cette simple et pourtant unique chaise, ça te déplaît pas. L'image en soit, est une belle image. Tu souris. Tu hoches la tête. Oui. C'est une bonne, belle, joyeuse explication. Tu souris, tu fermes les yeux, t'imagines. Et un peu de temps passe, parce que t'aimes aussi, parfois, ne rien faire. Juste écouter le silence, et penser, imaginer. Parce que les choses deviennent belles. Tout peut devenir beau si t'y penses assez fort. Tu rouvres les yeux, et en face de toi, le tableau noir. Des craies. Prêt pour le prochain exercice Luigi ? Tu t'attendais juste pas à ce qu'il te prenne dans ses bras. Et ça te fait écarquiller les yeux. Et ça te fait sourire. Parce que peut-être qu'au final, il te ressemble déjà plus qu'il ne le pense. Si seulement il prenait un peu plus confiance en lui ? Après tout, c'est un gamin, qui a une bonne imagination, et qui aime faire des câlins. Qu'est-ce qui le rend si différent de toi ? Des couleurs sur un blason ? Ridicule.

« Tu es vraiment un gars bien, Randy. »

Ton sourire se fait moins gamin. Moins immature. Moins fier. Juste un sourire calme. Presque rassurant. Tellement pas Randy. Même toi, tes muscles, ils sont pas habitués à ce sourire. Pourtant, il est là, apparaissant. Montrant ce début de maturité que tu détestes tant. Tu reprends tes vieilles habitudes rapidement. Personne doit savoir que toi aussi, Randy, l'éternelle gamin, tu grandis. Et surtout pas toi. Ce serait désastreux que tu le comprennes. Tu mets ta main dans ses cheveux et les trifouilles pour les mettre en batailles. Et tu rigoles. Le presque adulte est redevenu gosse. L'éternel solitaire a remis son masque d'éternel sociable. De Clown.

« Toi aussi Luigi, t'es un gars bien. Mais focus maintenant. Tu veux bien ? Euh... »

T'hésites à lui demander pour le tableau. Parce que ce moment, de maturité non voulu, il est arrivé. C'est arrivé. L'instant de quelques secondes, tu as grandi Randy. Tu secoues la tête, tu te concentres.

« Alors, dis moi. Une dernière chose. Et cette fois, je te donne pas d'exemple, ok ? Les craies. Et le tableau aussi. Dis moi. La chose la plus folle que tu puisses. »

Oui. Que tu puisses me faire revenir en enfance. En toute petite enfance. Ce moment de la vie où rien n'a d'importance.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 161

Date d'inscription : 12/08/2016

Feat : Sawada Tsunayoshi (Katekyo Hitman Reborn)

Crédits : Kiki ♥ Ava ♥ et Moi XD

Double Compte : Mikael B. Adams

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
31.01.17 7:50

Luigi garde un joli sourire sur le visage. Il n'a pas besoin de suivre d'autres personnes. Bien qu'il le pourrait, mais ne préférait rien faire de plus. Le visage effrayant de l'enseignant allait le faire suivre quelques cours après cet écart de conduite. La tentation serait grande de voir ce que ce grand faisait. Mais il en avait trop fait. Il ne pouvait pas donner mauvaise impression de sa maison aux adultes du corps enseignant. Le sorcier rigole, une main secoue ses cheveux, déjà pas mal en pétard, impossible à dompter, une galère. Randy le complimente un peu, il est un peu gêné. Il n'est pas parfait, mais c'est une personne bien, ça rassure le jeune homme à en devenir. Il préférait le côté lumineux de la force. Mais le rouge et or le met au défi, s'intéressant au tableau noir et aux craies . Il penchait la tête. La chose la plus folle qu'il pouvait. Un tableau noir pouvait tellement faire des choses avec un peu d'imagination.

« La chose la plus folle qui me vient, c'est que c'est l'intérieur d'un trou noir, prêt à aspirer ce que l'on pourrait tracer sur le tableau avec les craies. Pour nourrir son néant de créatures diverses ou de mots. Un être maléfique attends avec impatience ce qu'on pourrait faire, et envahir la terre. Pas d'inquiétude pour le moment, il est encore trop faible... »

Luigi prenait une des craies et dessinait maladroitement un lapin tout mignon, pas sûr que cet être du mal trouve cette chose utile. Des aventures dans l'espace, c'était sûrement à cause de ma brève pensée pour une œuvre cinématographique se passant dans cet immensément grand que cette idée était venue. Le jeune sorcier souriait. Il voulait rendre fier en quelques sorte Randy. Montrer ce que son imagination pouvait pondre. Comme une grosse poule. Il devait être inventif pour comprendre comment pensait ce rouge et or. En plus, il aimait garder ce pouvoir de créer n'importe quoi d'une chose. Un monde entier dans son esprit. Rien que d'y penser, il sentait un courant électrique le parcourir. Ou étais-ce sa magie se manifestant. Il souriait.

« Je ne peux combiner toutes les pensées qui me passe par la tête, ça serait un bordel sans nom. »

Un mélange de réel, d’irréel, de ce qu'il avait pu voir, un monde sans canidé. Loin de sa phobie profonde, plus que les armures, plus que la menace sur le monde sorcier....



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Téméraire & Hibou


Messages : 57

Date d'inscription : 13/09/2016

Feat : kuruse shô. irl ; cole sprouse

Crédits : © yo.

Double Compte : Euan.

avatar





Re: Poudre d'escampette, si seulement... [Pv Randy]
31.01.17 19:25


Poudre d'escampette, si seulement
Reprends-toi Randy. Tu sais qu'un jour, tu grandiras. Tu sais aussi que ce sera pas aujourd'hui. Non, t'as encore tellement de choses à tester en tant qu'enfant, gamin, petit homme. T'es même pas encore proche d'avoir tout testé. Tu veux pas gâcher la moindre possibilité, la moindre découverte. La moindre seconde est importante, la moindre respiration que tu prends. Tu dois être attentif à tout, ne rien laisser passer. Le tableau, tu le trouves fascinant, oui. T'espère que le petit Luigi, lui aussi, il le trouvera fascinant. Tu souris. Tu rigoles intérieurement. Au moins, si un jour tu grandis, quelqu'un sera là pour prendre la relève. Il faudra juste que d'ici là, tu lui apprennes à assumer de s'habiller en fée. Ton sourire s'éteint. Non. La fée, c'est ton truc. Ça te blesserait de voir quelqu'un d'autre s'habiller en fée aussi. Oui. Non. Ça te plairait vraiment vraiment pas. Tu lâches l'épaule de Luigi. T'as envie qu'il t'impressionne. Parce qu'il a si bien réussi à le faire depuis le début de votre conversation. T'as envie qu'il continue. Qu'il t'impressionne encore. Plus. Qu'il te fasse rêver. Plus. Parce que le rêve, ça a pas de limites. Tu le regardes bouger, doucement. Tu le regardes s'approcher du tableau noir, vide de sens. Un tableau, c'est rien quand c'est vide. Mais un tableau, ça peut porter tellement, si on l'associe avec la craie et la connaissance de la personne qui la tient. De la connaissance dans le creux de la main, la craie. Tu tends l'oreille, t'écoutes, attentivement, une explication irrationnelle.

« La chose la plus folle qui me vient, c'est que c'est l'intérieur d'un trou noir, prêt à aspirer ce que l'on pourrait tracer sur le tableau avec les craies. Pour nourrir son néant de créatures diverses ou de mots. Un être maléfique attends avec impatience ce qu'on pourrait faire, et envahir la terre. Pas d'inquiétude pour le moment, il est encore trop faible... »

Tu penches ta tête vers le côté. C'est probablement la plus belle explication qu'il aurait pu te donner. Même toi, probablement, t'y aurais pas pensé. M'enfin ça, tu sais jamais. Tu souris. Il est imaginatif ce gamin. C'est bien. Tu l'aimes bien. T'en es certain maintenant. Et tu le vois prendre la craie. Et tu attends avec impatience de voir la suite. Parce qu'il l'a, la connaissance, dans le creux de sa main. Les infinies possibilités de montrer ce qu'on veut à cette personne ou à une autre. Un lapin. T'es pas trop sûr du rapport que ça a avec son explication. T'es pas sûr qu'il y ait un rapport. Mais c'est pas grave. Il est mimi le lapin. Alors tu souris, encore un peu plus. Après tout, c'est un de tes atouts, de pouvoir sourire à excès, sans avoir peur de te blesser la mâchoire. T'as juste un sourire qui peut s'avérer très large quand t'en as besoin. Et Luigi, il continue de parler.

« Je ne peux combiner toutes les pensées qui me passe par la tête, ça serait un bordel sans nom. »

Et tu le comprends. Tu te dis que c'est bien, parce que ça veut dire que quelque part, lui aussi, il te comprend. Parce que toi aussi, souvent, t'as des pensées dans la tête qui foutent le bordel. Parce que t'arrives pas à t'exprimer, t'arrives pas à les mettre dans l'ordre, à les rentrer dans des phrases. C'est pour ça que la plupart du temps, tu finis par faire des monologues pendant un dialogue totalement normal. Juste parce que t'as trop de pensées, trop de questions ou de réflexions. Et tes questions, tes réflexions, t'en es fier. Les autres peuvent dire ce qu'ils veulent, toi tu penses que tes réflexions, questions, pensées, elles ont du sens. Et enfermé dans cette salle, avec ce Poufsouffle de première année, tu te dis qu'il en est la preuve. Parce qu'il comprend ce que tu aimes. Pourquoi tu l'aimes. Il comprend que l'imagination est la chose la plus importante pour toi. Que l’irréel est aussi important, si ce n'est plus, que le réel. Qu'il y a un but à s'habiller en fée ou en princesse pour aller en cours, autre que de faire perdre inutilement des points à sa maison. Ce but, c'est celui d'apprendre à rêver.

« Je suis très content de te connaître Luigi. Tu sais, Luigi, j'ai envie de t'appeler Mario des fois, mais je le ferais pas. Tu connais ? Luigi et Mario ? C'est un truc moldu. C'est marrant. C'est des plombiers. Ou des jardiniers, y'a des débats là dessus. Le tableau Luigi. Moi je pense que le tableau, c'est une fenêtre qui ouvre sur un autre tableau. Je pense qu'avec le sort approprié, tu peux voir du tableau ce qui se passe dans une autre salle, face à un autre tableau. T'imagines Luigi ? Ça voudrait dire que, si ça se trouve, les profs, ils savent qu'on est là. Et que tout ce qu'on dit, ils l'entendent, parce qu'on est face au tableau. Flippant comme idée non ? »

Flippant, marrant, tu sais plus trop la distinction pour dire vrai. Mais t'aimes assez l'idée. De pouvoir regarder, comme un portail. Et tu rigoles. Parce que t'aimes bien les portails toi. Passer d'un endroit à un autre sans avoir à marcher. Pouvoir voir un monde différent du nôtre, sans bouger de l'endroit où on est. Oui. Tu trouves ça magique. Un jour, tu pourras transplaner tout le temps. Et ce jour là, tu seras le plus heureux de petits garçons.


just a crazy funny loony tiny little boy
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 3°-
Sauter vers: