Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













au temps des soupirs — atlas

Partagez | 
 

 au temps des soupirs — atlas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 45

Date d'inscription : 03/12/2016

Feat : ashley park ▬ siobhan chiffon (kentaro sakaguchi)

Crédits : myself

avatar





au temps des soupirs — atlas
10.01.17 23:32



au temps des soupirs // atlas

Le temps sévit, les heures défilent. La journée simple, loin d'être mémorable. Quelques instants d'ennuis, comblé par des lectures secrètes. Quelques visites d'élèves, aucune manifestation de ton ami Serge. Les habitués sérieux venu pour réviser, toi de bonne humeur enfouis sous le travail, accordant quelques sourires mérités à tes travaux accomplis. De la paperasse, de la paperasse. Et tu crois génial ? Non, bien sûr que non. Hyacinthe est modeste, Hyacinthe est humble. Et ta journée bien trop calme.

A trier, ranger, renvoyer, passer deux trois commander, songer de nouveau à l'agencement de la bibliothèque souvent têtue en ce moment, elle s'agite. Et fait tomber quelques livres au passage, que tu découvres à chaque fois gisant sur le sol, innocemment. Lors de tes plus lourdes journées, ça te fait soupirer. Des fois t'es à la limite d'abandonner, mais le travail reste le travail même quand tu ne l'aimes pas - et c'est très rare.

Pas que ça te dérange bien au contraire, ça te berce, toi, ton esprit. Ca te permet de divaguer, d'avoir la sensation de nager. De l'eau caressant le visage et de pensées pleines de nuages. Tu t'égares l'heure qui passe, le temps dévale sans que tu n'en prennes réellement conscience. T'avais cru voir l'ombre d'un géant passer mais les souvenirs sont vagues et le travail trop grand. Et le temps arrive, celui de la fermeture, à petit pas. Y'a un groupe d'élèves qui débarquent, légèrement essoufflés, les bouquins sur le bras et les excuses pleins les pattes. Tu n'as pourtant jamais été sévère avec la ponctualité, pour ne pas dire que tu n'es jamais montré aucun signe de sévérité. Agrippant les bouquins, tu les poses simplement sur ton bureau et tu souhaites tout de même un bon soir à ces enfants.  

L'heure arrive et tu vois les derniers habitués des lieux se lever. T'attendes calmement qu'ils quittent tous la bibliothèque après un rapide au revoir, pour à ton tour quitter ton bureau, le pas lent. Tu fais ton dernier tour, passant autour des tables, vérifier que rien n'est été retrouvé. La routine, inscrite dans ta chaire, inévitable, mais que pourtant tu aimes - d'autres la trouveraient tragique, une fin en soit, celle de toute passion et de toute volonté, mais à tes yeux cet équilibre n'est qu'une façade pour en découvrir d'autres univers, ceux tout plein de merveille, bien caché. C'est peut-être ça, la sagesse, savoir trouver d'autre bien que ceux sur terre. Soma sema, répète encore certains philosophe. T'es bien loin de tout ça Hyacinthe.

Ta démarche est furtive, sans aucun sourire, mais y'a une chevelure bleue qui s'enflamme. Tes yeux qui brillent et ton âme qui vibre. Curieux tu penches la tête, l'ombre du géant était bien réelle.  Et tu te souviens avoir salué Atlas plutôt, dans l'après-midi, le pensant partit depuis longtemps. Tu avais tord, apparemment. Atlas Pendragon dormait paisiblement, imposant, presque terrifiant d'un point de vu autre. Mais toi tu souris, amusé, tu t'approches alors de lui, toujours silencieux. Tu t'arrêtes un instant, tu te baisses, posant ta main sur son épaule - elle te parait alors cruellement petite - et secouant légèrement, tentant de le réveiller. Atlas, Atlas. Tu murmures doucement, sur le ton d'une berceuse. Tu devais le réveiller pourtant. Atlas, réveille-toi. Tu pourrais presque l'entendre grogner.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 116

Date d'inscription : 21/10/2016

Feat : Grimmjow Jaggerjack

Crédits : me, ava, yasha merci <3

Double Compte : Othello Delor

avatar





Re: au temps des soupirs — atlas
11.01.17 18:39




 
AU TEMPS DES SOUPIRS



musique – Je ne suis pas du genre à ramper le long des étagères de la bibliothèque. Quand j'étudiais encore à Poudlard, j'esquivais toujours cet endroit toujours rempli des miss je sais tout et des types qui veulent impressionner ses dames avec leur savoir. En fin de compte, il n'y avait jamais un lieu de paix pour un demi géant mais j'avais réussi à renouer les liens avec cet endroit depuis l'arrivée de Hyancinthe. J'essaye toujours d'être sociable avec mes collègues et grande fut ma joie de voir atterrir un partenaire asiatique dans nos rangs.
J'ai fini par apprendre – à mes dépends – que notre petit rat de bibliothèque ne sait pas trop gérer les gens comme moi alors forcément, je m'en amuse.

J'étais à l'origine venu glisser dans ses effets personnels des livres embarrassants achetés la veille dans une petite librairie méconnue à Pré-au-Lard. Mais mon attention fut attirée par un tas de bouquin à propos des Scroutts à Pétard. J'ai beau avoir eu mon diplôme ces bestioles me donnent du fil à retordre et le Scroutt qui se balade depuis plusieurs mois dans le château m'inquiète... Est-ce qu'il se nourrit d'élèves ????
chouette
ça veut dire vacances

Non non non Atlas tu peux pas penser ça t'es prof putain reprends-toi.

Du coup je me suis attelé au travail et...

Réveille-toi

HMMM HEIN QUE QUOI ?

Je me lève d'un bond en abandonnant un filet de bave sur la table. MAINTENANT C'EST GENANT. Je fixe le petit jeune et me racle la gorge.

... la lecture c'est pas fait pour moi, je m'endors à chaque fois.

(j'vous dis pas avec les parchemins à corriger)

Hyacintheeeee mon bichon.

Je ne prends pas la peine de me lever et choppe le petiot par le bras pour le ramener vers moi et lui frotter frénétiquement les cheveux avec mon poing.

Maintenant qu'on est seul à seul, dis-moi... C'est quoi ça ?

Je pointe du doigt une revue mise en évidence sur l'étalage face à moi.
Hot Witches XXL

Je hausse les sourcils à répétition.

Franchement si les élèves tombent dessus c'est grave... Tu fais le tri un peu ?

Je ne peux pas m'empêcher de pouffer de rire.
PARCE QUE OUI C'EST MOI QUI L'AI MIS LA PARCE QUE J'AIME METTRE LES GENS DANS LE MAL MOUAHAHAHAHA. (oui j'en loupe pas une)







Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 45

Date d'inscription : 03/12/2016

Feat : ashley park ▬ siobhan chiffon (kentaro sakaguchi)

Crédits : myself

avatar





Re: au temps des soupirs — atlas
13.01.17 2:54



au temps des soupirs // atlas

Le bond te fait perdre l'équilibre et te voilà à même le sol, les jambes tendues.  T'avais l'air un peu ridicule. Juste un peu. Dans un silence humble, tu le laisses émerger, un peu confus cela dit de la situation. C'était Atlas malgré tout. Hyacintheeeee mon bichon. Un battement de paupière et tu te retrouves dans ses bras, une accolade amicale t'accueillant presque trop chaleureusement pour toi.

Tranquillement, tu le laisses faire, après tout la fatigue rongeait ton corps et ce poing sur ta tête te parut revigorant. Maintenant qu'on est seul à seul, dis-moi... C'est quoi ça ? De quoi ça ? T'avais voulu répondre, mais tu t'abstint voyant l'index de ton ami pointé en dans une direction explicite. Tu tournes la tête, fixant alors l'étagère rien ne semblait cloché, seulement des livres. Et tu le vis.

Hot Witches XXL.

Tu palis, puis rougis, avant de redevenir livide pour laisser finalement une teinte pourpre exhibant avec désinvolture ton malaise et ta gêne.Franchement si les élèves tombent dessus c'est grave... Tu fais le tri un peu ? Tu t'écartes alors du demi-géant te relevant fixant un peu plus le magazine. Tu n'y crois pas, maladroitement tu tentes de lever avant de te fracasser sur le sol, dans un bruit sourd qui fit à peine trembler les livres. Tu y prêtes à peine attention et tu t'accordes une seconde chance, cette fois-ci tu te relèves. Tu sors ta baguette, l'agitant en un accio presque inaudible, le magazine arrive dans  tes mains. C'était vulgaire. Tu te retournes vers Atlas, encore sous le choque qu'une telle infamie arrive dans ta chère bibliothèque.


C'est grotesque. Je ne comprends comment cette chose a atterrit dans ma bibliothèque. Tu articules, d'une voix tremblante, l'allure démunie, terriblement gênée aussi, tu osais poser une fois de plus ton regard sur cette couverture qui dépassait de tout part, l'entendement de tes mœurs. Mais, crois-moi Atlas, je n'apprécie absolument pas ce genre de ... lecture ? Tu t'empourpres un peu plus, terriblement mal-à-l'aise. Ce n'était pas la première que ce dramatique - parce que oui ça l'est - incident se produisait au sein de ta bibliothèque. Mais ta réaction, elle, exagérant presque. Ce n'était que des revues pornographiques, rien de choquant. Cependant à tes yeux aberrant. Hyacinthe, tu es bien trop prude, pauvre jeune homme. Je- .. Je ne sais pas qui a mit ça et depuis quand, mais si une chose est sûre, c'est que cette revue ne m'appartient en aucuns cas. Et s'il y avait une part de toi qui laisserait place aux excès de rage, le magazine aurait été depuis bien longtemps réduis en mille morceau, t'as sans doute trop de respect pour le papier. Non, la vérité c'est que tu es un être bien trop doux pour te laisser aller à des violences aussi futiles. Tu lâches un léger soupir, encore tout cramoisis et les mains moites de devoir tenir une telle immondice entre tes mains. Tu espères juste que personne parmi les élèves ne soient tomber là-dessus, tu ne voulais pas voir la réputation de la bibliothèque flanchée médiocrement après tout.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Personnel


Messages : 116

Date d'inscription : 21/10/2016

Feat : Grimmjow Jaggerjack

Crédits : me, ava, yasha merci <3

Double Compte : Othello Delor

avatar





Re: au temps des soupirs — atlas
23.01.17 17:40




 
AU TEMPS DES SOUPIRS



musique – Je me mords l'intérieur des joues. Ses réactions sont définitivement excellentes. Je sais que je ne pourrai pas me permettre ce genre de farce avec tous mes collègues, Hyancinthe est vraiment très naïf par rapport aux autres – ce que moi je vois comme une porte grande ouverte. REGARDEZ COMME IL EST MIGNON EN TRAIN DE SE JUSTIFIER AHHH. J'ai envie de lui tapoter la tête mais je pense que c'est déjà Bagdad dans sa tête alors je vais pas insister parce que je ne sais pas faire de réanimation m d r.
Si je n'étais pas responsable de la chose, j'aurais douté des paroles du bibliothécaire pour la simple et bonne raison qu'il tente de se trouver des excuses de façon un chouya trop insistante. Moi ça me fait rire mais je fais en sorte d'être totalement compréhensif en hochant deux fois la tête. Oui c'est une honte... Je marmonne dans ma barbe.

Ah tu sais... C'est pas si grave. Je veux dire... Tu es asiatique aussi, les trucs avec les tentacules et des formes disproportionnées ça nous connaît...

A défaut de ne pas être calé en moldu, j'ai parfois eu vent de ce genre de... choses dans les couloirs. Ouais je suis une vraie commère.
Du coup je passe mon bras sur ses épaules de façon plutôt amicale – on me considère envahissant alors que je suis juste un PETIT PEU tactile. Les gens exagèrent toujours.

MEUUUH JE PLAISANTE MON BICHON je me doute que c'est pas toi. T'es trop innocent pour ça. Ou alors tu caches ton petit jeu ? Coquinou.

Je lui fais trois clins d'oeil à la suite avant de souffler – retenant un énième rire. Urrgh si c'était Caelum j'aurais déjà valsé jusqu'à l'autre bout du château. L'idée me lance des sueurs froides tout à coup ce qui me permet de... me calmer. Je me racle le fond de la gorge et reprends :

Voyons voir...

Je choppe la revue en question et commence à la feuilleter sans aucune expression apparente. Puis je me mets à commenter la plupart des photos et les montre au jeune homme.

C'est quand même vachement difforme tu trouves pas ? NON MAIS C'EST VRAI IL LUI MANQUE DES COTES A CETTE NANA C'EST PAS NORMAL.







Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Étage 3° :: Bibliothèque-
Sauter vers: