Revenir en haut




Bienvenue sur Firewhisky les sorciers ! On espère que vous allez bien, et que vous êtes près à swinguer au rythme des trompettes ! À Londres Magique, nous sommes en Mars 2017 ! Les oiseaux recommencent à chanter et les mimosas sont en fleur, bon courage pour les allergies. Il est 12 heures, l'heure des news !

15.03.17 — Après un an d'aventure extraordinaire à vos côtés, Firewhisky ferme définitivement ses portes. Retrouvez plus de détails ici, et écrivez la fin de votre personnage par là !
26.02.17 — La MaJ #6 est finiiie ! Retrouvez tous les détails de ce qu'il s'y est passé par ici ;)
02.01.17 — La MaJ #5 a été effectuée ! Retrouvez tous les détails de cette dernière par ici !
19.09.16 — Le journal de FW reprend ! Participez-y en écrivant un article. Plus de détails ici.
04.09.16 — Une MàJ a été effecutée ! Retrouvez tous les détails ici
18.08.16 — le forum sera inaccessible du 02/09/2016 au 04/09/2016 pour une nouvelle mise à jour. On sait, on en fait beaucoup, mais il faut encore se préparer à de gros changements....













Cacophonie dans les couloirs [Pv Vanille]

Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Cacophonie dans les couloirs [Pv Vanille]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 161

Date d'inscription : 12/08/2016

Feat : Sawada Tsunayoshi (Katekyo Hitman Reborn)

Crédits : Kiki ♥ Ava ♥ et Moi XD

Double Compte : Mikael B. Adams

avatar





Cacophonie dans les couloirs [Pv Vanille]
08.10.16 21:17

Grimper les escaliers, voilà qui n'était pas sorcier. Sauf quand on n'est pas doué. C'est donc après avoir monté vaillamment les quelques marches qui le séparait du premier que Luigi trébuchait. Si seulement, il était simplement tombé. Tout irait bien. Mais il avait le réflexe de tenter de se rattraper et avait embarqué un des tableaux affiché au dessus de la rampe. Comment s'y était-il pris. Alors que bon, le jeune sorcier n'était pas bien grand. Du haut de ses quinze ans. Il avait créer un spouci bien plus grand que Poudlard. Il papillonait les yeux avant de voir la toile complètement envantrée. La personne qui était dans le portrait s'était réfugié dans un autre un peu plus loin et se mettait à hurler des insultes. Le garçon posait un regard sur la toile et tentait de la ressembler. Il aurait pu lancer un réparo, mais il ne connaissait pas encore cette formule. Donc c'est un dépité qu'il déposait ce qui restait du tableau sur l'étage.

« Pardon monsieur, je ne voulais pas vous emporter. Mais j'ai voulu me rattraper. Et Je...
-Je ne veux pas entendre tes excuses gamin. Ça fait deux siècles que je suis là et toi, non, tu brises ma maison parce que monsieur rate une marche comme un gros débile.
-Pardon, vraiment. Mon corps à réagi tout seul...
-Tu te rends pas compte de combien de temps de mon vivant j'ai du poser pour avoir ce portrait. Vu ton âge, tu ne dois pas être bien riche, à peine pour donner à manger à ta bestiole qui bouffe tranquille les baies à l'orée de la forêt.
-Kir n'est pas méchante...
-En plus tu lui donne le nom d'un alcool, elle est belle la jeunesse.
-C'est pour avoir plus...
-Tu as quoi douze ans ?
-Quinze monsieur... »

Et le reste l'homme dans le tableau continuait à insulter le jeune homme. Mais il avait beau s'excuser, rien n'y faisait. Il se sentait vraiment pas bien. Bientôt l'indignation du portrait se répercutait à cause d'une phrase dite par cet homme. C'était lui la première victime de sa maladresse. Avant c'était les armures. Les joues du jeune garçon prenaient une belle teinte de rouge, à le rendre presque gryffon. Son courage n'était pas assez fort pour répondre plus à ce tableau, à ces tableaux qui l'accusait de le faire exprès. Mais ce n'était pas le cas. Il attire les ennuis, ce n'était pas sa faute. Il avait du mal à retenir ses larmes. Il était sur le point de pleurer, c'était grâce à ses mains durement serrés qu'il ne craquait pas. Il regardait le sol attendant de pouvoir avancer sans recevoir le millier d'insultes. C'était à peine s'il pouvait entendre sa respiration. Son cœur qui battait si fort que ses jambes semblaient immobiles. Il cachait ses yeux de ses petites mains. Que tout ça s’arrête, vite. Il tremblait. Il devait faire quelque chose.

« Stop ! »

Il pleurait ne remarquant pas qu'il avait encore plus casser le tableau à cause de sa magie. Celle qu'il ne contrôlait pas encore totalement.



Revenir en haut Aller en bas


Invité


avatar





Re: Cacophonie dans les couloirs [Pv Vanille]
09.10.16 1:47


ft.
Luigi Tragelstone

「 Cacophonie dans les couloirs 」
___Tu laisses retomber ton crayon dans un soupir. Rien à faire, tu n’y arrives pas. Oh, tu as bien essayé près d’une heure ; mais à part dessiner dans les marges de tes parchemins vierges, tu ne fais rien. Tu aimes bien ces petits dessins, même s’ils ne ressemblent à rien car tu es une catastrophe en art ; mais ils ne t’avances pas le moins du monde sur ton travail. Alors tu refermes par dépit le manuel détaillé de l’histoire de la magie avant de le remettre à sa place et de quitter la bibliothèque, ton sac sur les épaules. Tu ne sais pas exactement ce que tu vas faire, mais n’importe quoi sera plus productif que ton incapacité à te concentrer. Pourquoi ne te concentres-tu donc pas, Vanille ? Ça ne te ressemble pas. Une fois lancée dans le travail, tu plonges dans une bulle de réflexion. Mais pas aujourd’hui. Est-ce la tension qui règne au château qui te perturbe ? Est-ce ton inquiétude sur le mouvement pour séparer le monde moldu du monde sorcier qui te préoccupe ? Peut-être bien. Tu ne te laisses pas envahir par les doutes qui parcourent actuellement le monde sorcier ; mais bien sûr qu’ils t’affectent. Evidemment. Alors peut-être bien qu’ils reviennent lorsque tu fais l’erreur de laisser courir tes pensées.
___Lorsque tu t’engages dans les grands escaliers, tu te figes, secouant la tête pour chasser toutes ces pensées dont tu ne veux pas. Ça ne sert à rien de s’inquiéter pour quelque chose contre laquelle tu ne peux absolument rien faire, surtout maintenant, là, tout de suite. Alors tu expires un bon coup, relâchant toutes tes préoccupations, avant de sourire. Voilà, parfait. C’est bien mieux comme ça, tu te sens tout de suite mieux. La gaieté aux lèvres, tu descends plusieurs volées de marches avant de ne t’arrêter à nouveau. Des éclats de voix te parviennent, tout proche. Intriguée, tu te penches contre la rampe de l’escalier pour apercevoir la scène se déroulant en contrebas ; et remercie les escaliers de ne pas bouger à ce moment, car la chute aurait été magistrale. Et douloureuse.
___Ce sont les tableaux qui sont en train de monter en cacophonie, à l’entrée du premier étage ? Contre quoi ?
___Tu dévales les marches qui te restent pour rejoindre les lieux du raffut, cherchant à comprendre de quoi il s’agit ; mission impossible. Les portraits essaient tous de parler plus fort que leurs voisins, et chacun y va visiblement de son petit commentaire, indignation ou grommellement. Ce n’est pas profondément inhabituel, car il est de notoriété publique que les tableaux ont régulièrement des débats plus ou moins fondés, et souvent très animés. Mais tu es curieuse. Un coup d’œil ne coute rien.
___Ça ne coûte rien, mais ça peut être utile. Encore une fois, tu te prouves que ta curiosité naturelle est une autant une qualité qu’un défaut, si ce n’est plus. Lorsque tu arrives, tu fais face à une scène à laquelle tu ne t’attendais pas ; le centre du débat n’est pas un quoi, mais un qui. Des insultes fusent dans tous les sens, accompagnées d’autres remarques indignées et de reproches en tout genre, formant un vacarme hébétant. Tu aurais presque pu en sourire, en rire ; quelle idée de mettre tellement de portraits côte à côte, dont les personnages n’ont rien d’autre à faire que de passer de l’un à l’autre afin de discuter, s’ils ne se contentent pas de hausser la voix à travers les couloirs. Oui, tu aurais pu, mais la personne au centre de leur indignation se trouve face à eux, tremblant. Malgré son visage qui t’es caché, plongé dans ses mains, il est indéniablement sensible au brouhaha qui s’abat sur lui. Il a beau tenter de demander le silence ; rien n’y fait. Immédiatement, une vague de compassion te traverse, et tu effaces très vite la distance entre le garçon et toi. Juste le temps de saisir quelques mots par-dessus d’autres, quelques reproches plus forts que d’autres. De ce que tu comprends, ils lui reprochent d’avoir été stupide et maladroit et de combien il devrait faire attention face aux peintures ô combien anciennes et précieuses et dont la délicatesse et l’importance est incroyable. Entre perdre ton temps à tenter vainement de parler plus forts qu’eux pour leur répondre ou agir, le choix est vite fait.
___Tu jettes un coup d’œil vers une des toiles à la hauteur de ta taille, constatant les dégâts ; et surtout, les lambeaux qui commencent à s’accumuler sans raison apparente. Ton regard passe quelques instants entre le tableau et l’élève, avant de t’arrêter sur ce dernier. Quel âge a-t-il ? Il est un peu plus petit que toi, ses vêtements sont impeccables, presque neufs. Soit il est très en retard sur sa croissance, est très soigné et a du mal avec sa magie, soit il est plus jeune. Tu choisis bien sûr la seconde option.
___Tu viens poser une main apaisante contre le bras du garçon, un sourire bienveillant sur les lèvres. Si tu as conscience de prendre un risque en le faisant, vu la magie incontrôlée qu’il crée ? Oui, mais tu ne songes même pas à t’inquiéter pour toi. Ta voix est gentille, rassurante, une brise au milieu de cette tornade.
    « Hé, ça va ? Te laisse pas faire par ces vieilles peaux, elles aiment bien ronchonner contre les élèves de toute façon. »

___Les portraits se révolte de ton indifférence quant à leur sort et de ta désobligeance, mais tu n’y prêtes pas attention. Calmer tous ces râleurs ne se fera pas en un clin d’œil, et de toute façon tu ne peux pas t’empêcher de vouloir plutôt aider ce garçon.
___Tu jettes un coup d’œil à son uniforme.
    « Tu es un Poufsouffle c’est ça ? Comment tu t’appelles ? Moi c’est Vanille, et je suis de Gryffondor. Je peux t’aider si tu veux, on peut essayer de réparer ce tableau pour qu’ils se taisent enfin ! »

___Tu lui souris avec douceur. Bien sûr, les tableaux continuent à s’insurger entre eux dans un tumulte désagréable. Mais tu es comme ça ; tu fais la conversation au milieu du tapage, presque comme si de rien n’était, d’un ton tranquille. C’est tout à fait normal de se présenter au milieu de portraits magiques qui insultent et s’insurgent. Je vous assure.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Neutre


Messages : 161

Date d'inscription : 12/08/2016

Feat : Sawada Tsunayoshi (Katekyo Hitman Reborn)

Crédits : Kiki ♥ Ava ♥ et Moi XD

Double Compte : Mikael B. Adams

avatar





Re: Cacophonie dans les couloirs [Pv Vanille]
09.10.16 9:39

Le jeune garçon était là, à attendre que la tempête se calme d'elle-même. Pas qu'il soit particulièrement sensible. C'était juste qu'il s'en voulait horriblement. Et que les insultes avaient fini par atteindre son cerveau. Il ne pouvait pas rester insensible à ça. C'était quelque chose d'impossible. Quand une personne venait à le toucher, Luigi sursautait. Les yeux remplis encore de larmes, il posait un regard sur la personne qui était là. Une demoiselle, d'après ce qu'il pouvait deviner. C'est que les images étaient devenues comme troubles dû à ses pleurs. Sa voix en tout ne laissait aucun doute sur sa féminité. Bon, sa voix n'était celle d'un homme. Mais il espérait plus grave que celle de la demoiselle. Sauf que non, il avait encore sa voix de garçonnet. Elle lui demandait si ça allait. Il secouait rapidement la tête négativement. Même si elle se voulait rassurante pour le jeune sorcier, ses paroles n'aidait pas à régler son souci. C'est à dire faire en sorte que son cauchemar cesse. Le jeune Poufsouffle respire à fond. Il tente de se calmer. Ce qui n'est pas chose facile.

Alors qu'il retrouvait un semblant de calme, Luigi entendait la voix de cette fille. Elle remarquait son uniforme. Il était estampillé Pouffy. Il était fier d'être un jaune et noir. Il y avait des personnes célèbres de sa maison, il n'avait aucun doute. Alors qu'elle était de ces héros presque sans peur. Une rouge et or. Au nom de fleur exotique ou du parfum de Pudding. Elle voulait aider le garçon, il penchait la tête. Il se demandait bien ce qu'elle pouvait faire. Réparer le tableau. Il avait un petit rire, le genre mignon, mais il n'en avait aucune conscience. Il n'osait dire un mot. Pourtant, il le falait. Il ravalait sa salive. Histoire de se donner un peu de constance.

« Je suis bien Poufsouffle, je ne vais pas emprunter un uniforme à ceux que je considère comme ami, je pense que ça serait bien trop grand... Je m’appelle Luigi... Aide-moi à réparer ce tableau. .. Je me suis trébuché, et je me suis rattrapé où je pouvais... Manque de bol... »

Sa voix était un peu brisé, à la fois par la mue légère, mais aussi par les émotions qu'il avait ressenti. Un joli mélange qui ne savait pas s'accorder. Une harmonie un peu dissonante. Il ne savait même pas si ses mots avaient été entendus. Il fallait dire que les tableaux parlaient fort, pour ne pas dire crier à tord et à travers. Il fouillait ses poches et trouvait pas son mouchoir, il avait un bien maigre sourire quand il retrouvait un brownie. Il l'avalait. Le chocolat c'était toujours bon en cas d'émotion trop intense. Il retrouvait doucement la chaleur qui l'avait quitté.

« Si tu connais le sort, je ne serait pas contre pour l'apprendre. Je suis assez maladroit... »

Les tableaux se mirent à affirmer son affirmation, ajoutant de plus en plus de commentaires. Pas toujours des plus corrects pour ses oreilles. Bon, vivre avec les moldus l'avait habitué aux insultes. Les sorciers en avait d'autres. Pas toujours claires pour Luigi.



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Cacophonie dans les couloirs [Pv Vanille]

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Beginning :: Le ministère :: La Corbeille :: Corbeille Rps-
Sauter vers: