Partagez | 
 

 Le verrou noir et la phobie blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

Cecil Manor





Re: Le verrou noir et la phobie blanche
22.10.16 1:57

Tu vois ?

Tu vois ?

Tu vois ?

Combien de fois Kieran a-t-il répété cette question ?

Il fait nuit bleue sous cette terre magique. Nuit froide et nuit entière. Opaque comme les réponses de Kieran. Pourtant, sur les joues du Gryffondor, l’épiderme rose perturbe tout ce bleu et tout ce noir de sa tendre confusion.

Cecil regarde son aîné d’un air surpris. Tant de gêne pour si peu de questions ?

Kieran…
A ce point ?
Faut-il que cela te concerne…

Assis sur les genoux, fesses sur les pieds, le petit blond approche son visage du grand roux. Ses yeux sont grand ouverts par la surprise et la curiosité.

Puis il se rétracte. Son corps repart légèrement vers l’arrière. Une petite retraite dans le noir.

Non, je ne vois pas…

Il garde les mangas entre ses bras, contre ses pectoraux – plats. Il fait semblant de bouder. Une habitude qu’il a acquise car son corps d’adolescent de quatorze ans ne peut retenir par la force ce qu’on veut lui prendre par la force. Une envie de garder près de lui ce qui lui promet force découvertes et force joies. La perte des mangas serait une telle déception…

Tu veux déjà les reprendre ?
Mais j’ai envie de comprendre…

Il soupire.
Ah, ce soupir… Il ferait fondre un mur tant il exprime la lassitude et la désillusion.

C’est la première fois que je lis ça.
Tu ne veux pas m’expliquer ?

Subitement, il tourne le dos à Kieran.
A la lumière bleue des lampes magiques, il rouvre le manga de « L’Amour avec un grand A ».
Dans le silence des fantômes, on n’entend que le papier frôlé par les légers doigts de Cecil qui remuent le manga rapidement. Il a envie de voir le plus possible, de retenir le plus possible. C’est que, il y a des choses étonnantes, dans ces dessins en noir et blanc ! Des expressions, des positions, des situations… Qu’il n’imaginait que par ce que les autres racontaient dans les dortoirs. Alors le voir, enfin, n’est-ce pas un grand pas vers la réalisation ?

Par exemple…

Sa voix traine dans les basses de sa tessiture.
Il est très concentré.

Là… Le blond donne un ordre…
Le brun exécute l’ordre…
Et le blond lui dit qu’il est dégoutant ?

Et ça le perturbe quand même, cet illogisme. Cette contradiction constante… Pourquoi le blond ne peut-il être content de voir ses ordres appliqués ? On dirait sa mère quand elle ne sait pas quelle robe porter pour une réception, quand son père lui dit qu’elle est belle, quand sa mère dit à son père qu’il lui dit toujours qu’elle est belle.

Et là ! Et là !
Il lui redonne le même ordre !
Pourtant il était dégoûté ?!
Et il recommence plein de fois ?!

Les exclamations montent de plus en plus dans les aigus et en fréquence. Ce manga est-il à ce point distant de la réalité qu’il puisse se permettre tant d’aberrations ou correspond-t-il à quelque chose de vrai ?

Cecil fait à nouveau face à Kieran.
Il montre une double page, assez explicite.

Kieran, explique !


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

Kieran Nails





Re: Le verrou noir et la phobie blanche
24.10.16 0:00




Le verrou noir et la phobie blanche

You locked the door but won't let it close


Pourquoi il me le rendait pas ? Pourquoi il se contentait pas de rougir jusqu'aux oreilles en rangeant ces mangas tout au fond de mon sac sans plus jamais y toucher et espérer effacer ces images de son esprit rapidement. Vraiment. Qu'est ce que j'avais fais pour mériter ça ? Heureusement que personne n'assistait au spectacle. Les Fantôme traînaient toujours dans le coin, mais je doute que la culture moldu traitant de la pornographie version Japon intéresse beaucoup les esprits millénaires.

Je veux mourir, mais Cecil continuait de me regarder avec cette surprise au fond des yeux. Une curiosité étrange et carrément troublante. Non je vois pas.. C'est sérieux là ? Il gardait les manga contre lui, me tournant même le dos comme un enfant qui décide de ne pas reposer le paquet de bonbon qu'on lui interdit. J'aurais jamais imaginé qu'il puisse être si bizarre.. Et qu'il insiste autant. Comprendre... Mais comprendre quoi ? Plus il réclamait des explication et plus j'avais la furieusement envie de m’enfuir d'ici en lui arrachant les livres des mains.
C'était cruel de faire ça..
Mais j'imagine que c'est ma faute.

« Cecil.. j'crois pas que... ce soit.. Le moment.. »


Ni maintenant. Ni jamais, je pouvais lui prêter si c'était que ça.. et encore, cette idée me mettait plutôt mal à l'aise mais c'était moins pire que de rester là à devoir fournir des explications sur ce qui s'y passe et pourquoi ça se passe.
Les yeux fermés, je pris une seconde pour respirer profondément et tenter de conserver un minimum de calme et de crédibilité. Fallait relativiser. Après tout, c'est pas si grave. Cecil était pas un gamin, peut être même qu'il avait une copine et que ce genre de truc ne lui était pas si étranger. ; Quoi que c'était la première fois qu'il en lisait.. mais c'était pas inhabituel pour les sorciers de ne rien connaître aux truc Moldu.. du coup.. c'est peut être pas si grave.. mais c'était quand même hors de question de lui expliquer quoi que ce soit.
Jamais.
Plutôt mourir.

Mais il insiste. Encore.. et encore. Je restais silencieux face à ses question, essayant même de prétendre m'en désintéresser en regardant ailleurs. Le noir. Le vide. C'était difficile d'avoir l'air crédible quand la seul chose vivante et intéressante était malheureusement sous notre nez.  L'ignorer ne semblait pas arranger la situation. Il continu, sa voix s'élève de plus en plus dans la pénombre bleu, allant jusqu'à se percher bien haut dans cette incompréhension.
Il s'était finalement tourné, me brandissant le livre et sa double page juste sous les yeux pour être certain que je me sente concerné par ça.
Vraiment.. Je voulais disparaître.

Mais au lieu de ça je craque simplement. Mes mains s'était agrippé à ses épaules pour le garder à bonne distance et le forcer à rester immobile, comme si ça allait simplement l’empêcher de parler. Ça me donnai juste l’illusion de contrôler son énergie. Je le fixais droit dans les yeux, toujours aussi rouge mais peut être moins gêné. Il allait pas lâcher l'affaire alors autant essayer de faire ça rapidement.

« T'emballe pas comme ça  c'est bon je vais t’expliquer mais tu arrête de me coller ça sous le nez et tu..reste... calme... Pas bouger. Pas parler.. juste.. calme. »

Une fois certain que le jaune allait se tenir là sagement à m'écouter, je pris une grande inspiration et espéra un dernière fois disparaître avant de me résigner à répondre.. coincé. Au pied du mur.. j'avais le choix entre faire face ou essayer de défoncer les pierres à coup de tête... Le choix est presque difficile.

« C'est normal, enfin.. c'est .. la dynamique de base des relations SM. C'est basé sur la domination et la soumission. Et l'humiliation fait parti de ça. Là quand il dit qu'il est dégoûté, ça veux pas dire qu'il l'est réellement, c'est pour donner à son partenaire un sentiment d’infériorité.. Tu vois ? »


Est ce que je suis vraiment en train de lui expliquer ça..  l'espace d'une seconde, l'idée de me pincer pour vérifier que tout ça n'était pas un simple rêve me traversa l'esprit.. mais c'était malheureusement la réalité et j'allais avoir du mal à m'en défaire.

« Mais c'est de la fiction.. là dans les manga, c'est différent de ce qui se fait en vrais. C'est un peu comme jouer un rôle.. comme au théâtre ou au cinéma.. la domination, l'humiliation tout ça.. ça fait juste parti du jeu en quelque sorte.. »

Je crois que je m'en sortais pas trop mal. Mais c'était plutôt compliqué à expliquer  comme genre de chose, surtout coincé entre quatre murs à rougir comme un idiot en se sentant plus oppressé de secondes en seconde. J'espérais avoir étanché sa soif de connaissance.. parce que vraiment je me sentais pas prêt pour un cours privé sur le SM.



codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

Cecil Manor





Re: Le verrou noir et la phobie blanche
25.10.16 3:49

Les mains de Kieran sur les épaules de Cecil.
Une légère compression sur chaque épaule.

Cecil se tait. Se pince les lèvres.
D’accord, d’accord.
Il a compris.
D’accord, d’accord.
Il va le laisser respirer.

Il se tient tout droit. Tout immobile. Tout silencieux.
De près le rouge des joues de Kieran. Toujours enflammées.

Ah là là…
Les explications du Gryffondor sont…

L’humiliation…
L’infériorité…

Cecil répète à voix basse.

Mh… Kieran a peut-être de quoi rougir, tout compte fait ?

Un jeu…

Le temps passe. Coule. Lentement. Très. Cecil ne comprend rien.
Derrière ses paupières, sa logique et son imagination s’entraident afin de comprendre.

Ploc ploc ploc
Font la logique et l’imagination.

Peine perdue.
Résumer pourrait aider ?

Ils jouent à être humiliés…
Et ça a le même effet que la volonté de faire des bébés…

La bouche fermée se tord sur le côté.
Une grimace d’incompréhension.

Evidemment, à son âge, les hormones dansent parfois la gigue. Evidemment, à son âge, on peut s’attendre à ce que les besoins charnels s’éveillent. Evidemment… Mais Cecil a un retard de croissance et, effet des apparences ou hasard malheureux ( ?), son entourage ne l’a pas encouragé à épancher sa curiosité hormonale. Il a le corps pas pressé et l’entourage pas concerné…

Les japonais sont compliqués.

Un doigt sur son menton.
Accélération des pensées.
Un doigt mordillé.
Abandon des pensées.

Je préfère les mangas avec des magical girls.

C’est clair, c’est net. Au sexe, il préfère les héroïnes qui défendent l’amour, la liberté et qui le font en couleur, en musique, et en chorégraphie.

Ses paupières s’ouvrent très grand.

Il réalise… Que magical girl et manga d’humiliation, ça pourrait aller ensemble. Son regard revient vers Kieran et ses joues rouges comme ses cheveux.
Il réalise… Que Kieran, peut-être, aime être humilié et se sentir inférieur.

Tu aimes te sentir inférieur ?
Tu aimes êtres humilié pour faire des bébés ?

Choc. Secousse. Commotion. Traumatisme.

Kieran, le gars qui aide et qui n’a pas peur et qui est plus grand et qui est plus fort… Kieran, ligoté ? Kieran, menotté ?

Damnation.
Fin de la foi.
Fin de la croyance.
Fin de tout.

Ou alors tu aimes humilier pour faire des bébés ?

Ses yeux se perdent dans le vague…
Une image se forme…
Avec Kieran, du cuir, du bois, des bougies et d’autres ustensiles d’artisanat local.

Ça m’ennuierait que tu sois humilié.
Même pour faire des bébés.
Ou surtout juste pour faire des bébés.

Il secoue la tête.

‘Faut pas que les serpentards le sachent.
Certains en profiteraient.

Il y a beaucoup d’homosexuels et de bisexuels à Poudlard.
Son grand frère le lui a dit.

Mon grand frère en profiterait peut-être.


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

Kieran Nails





Re: Le verrou noir et la phobie blanche
25.10.16 14:23




Le verrou noir et la phobie blanche

You locked the door but won't let it close


Il prenait ça avec beaucoup trop de sérieux. Au moins il était maintenant initier à l'aspect théorique de la chose. Je sais pas tellement si c'était une bonne chose, surtout que j'étais pas certain d'assumer d'apprendre ce genre de machin à quelqu'un qui utilise encore l'expression « La volonté de faire des bébé ». Il était sérieux là ? Il avait quand même 17 ans, soit un an de moins que moi. Et ça fait bien plus d'un ans qu j'avais lâché l'affaire du « faire des bébé » pour le Sexe ou La Baise. A croire qu'être sorcier c'est pas compatible avec l'évolution normal d'un corps ou d'un esprit.
C'est quoi leurs problèmes ?

Bon peut être que Cecil était juste un grand timide pas top porté sur la chose, on va dire que ça arrive et dans ce cas peut être que je pouvais me sentir fier d'avoir contribué à lui ouvrir la porte du monde merveilleusement étrange et satisfaisant de la Sexualité.
Je relâchais finalement la pression sur ses épaules et le laissant se remettre de ce que je venais de lui révéler. Il répétait certains mots, grimaçait à d'autres, essayant de faire des liens entre tout ça. Sa remarque sur les japonais me fit rire, un rire plus naturel que le précédant, plus sincère aussi.

« Ça.. Les japonais sont... carrément bizarre quand on parle de sexualité ouais.. »

Parce que ça, c'était franchement pas le pire qu'ils pouvaient faire. S'il se contentait des Magical Girls c'était pas mal ouais. Ça lui allait mieux au teint que ces mangas qu'il venait de lire. Je me sentais un peu soulagé maintenant que la discussion semblait close. Finalement ça n'avait pas été aussi difficile que ça et mes joues pouvaient retrouver une couleurs normal. Du moins, essayer.
Cecil me fixait avec de grand yeux ronds. J'aimais pas beaucoup ça.. j'étais certain qu'une idée venait de germer dans son esprit et je suis quasiment sûr que j'allais finalement regretter d'avoir été si bavard.

Ce mec est juste pas possible.

Il avait balancé ça comme ça. Naturellement, comme s'il me demandais si je préférais les frittes ou les potatos avec mon big mac. L'audace m'avait cloué sur place, les joues rouge et les yeux écarquillé par la surprise.

«  Cecil ! C'est quoi ça ?! Nan mais on pose pas ce genre de question comme ça ! Omg !... »


Qu'il ai au moins l'air un peu choqué ou gêné quoi. Puis voilà qu'en plus il s'imaginait des truc. Des truc pas forcément faux. Mais pas forcément vrais non plus. C'était quand même plus compliqué que ça et je me rendais compte qu'il n'avait peut être pas tout saisie des rouages de ce genre de pratique. Vraiment, fallait que je me fasse comprendre mieux que ça. Mes mains s'agitaient nerveusement pour le stopper dans son élan et lui expliqué avec plus de calme et un étrange sérieux.  Étrangement j'avais fais abstraction de la gêne pour le moment.

« Même si les Serpentards l’apprenne c'est pas grave. C'est pas.. parce que quelqu'un va venir et me donner des ordres ou quoi que je vais le faire tout de suite... Parce que ça va me plaire. C'est carrément pas comme ça que ça marche...  C'est le genre de truc qui se fait déjà avec quelqu'un que tu apprécie, peut importe la manière et surtout avec quelqu'un que t'auras choisit et qui t'auras choisit. Ça reste un jeu, entre deux personnes, qui nourrissent des sentiments ou des désirs l'un envers l'autre... tu comprend mieux ? .. et je sais pas si j'avais envie d'apprendre ça sur ton frère.. Je savais pas que t'en avais un.»

J'essayais de capter ses réaction en plantant mon regard dans le sien. Prêt à recommencer mes explication quitte à y passer la nuit. J'avais pas tellement envie qu'il s'imagine que je sois un tordu qui cherche à se faire botter le cul par le premier sadique qui passe juste pour kiffer un bon coup. C'était même un peu la honte quoi.. c'est pour ça qu'en général ce genre de détails reste privé, intime et totalement perso.
J'espère que Cecil sait garder sa langue dans sa poche..  Surtout sûr ce genre de détails..




codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

Cecil Manor





Re: Le verrou noir et la phobie blanche
30.10.16 12:08

On ne pose pas ce genre de question.
Jamais.
Jamais.
Jamais.

Cecil inspire soudain. Il se souvient. Ah oui, sa mère dit ça. Ah oui. Son père dit ça. Il fait la moue. Déçu. Ah bon, on ne pose pas ce genre de question ?

On ne m’explique rien, à moi !
On dit que je suis trop petit !
Mais c’est faux.

Bouderie.
Petite fâcherie.

Tout ça c’est faux, sûrement. Sûrement a-t-il la maturité pour comprendre, mh ?

Et puis Kieran se calme. Comme une mer agitée qui aurait retrouvé sa houle sereine et sa surface d’huile. Kieran explique des choses, dans la nuit bleue, des choses qui rassurent Cecil. Pas avec tout le monde… Pas tout de suite… Avec amour… Avec amour ? Oui avec amour… Est-ce que Cecil comprend ?

Non. Je ne comprends pas…
Il me faut du temps ?

Il lui en reparlera un autre jour.

Cela doit mûrir.
Mûrir et percoler.

Kieran continue à parler. Essaierait-il de détourner le sujet de conversation ?

« et je sais pas si j'avais envie d'apprendre ça sur ton frère.. Je savais pas que t'en avais un.»

Ah…

Ah-oui-mais-cest-plus-com-ple-xe-que-ça.

Mon frère aime les garçons.
Je pensais qu’alors il pouvait avec toi ?
Mais je n’avais pas eu l’explication.

Cecil se gratte la joue. Evidemment, s’ils doivent être amoureux… C’est impossible ? C’est impossible de faire l’amour avec des cordes, des boules et des bougies pour son grand frère et Kieran.

Il flotte dans l’air, autour de Cecil, le silence qui entoure les personnes rassurées et pensives. Tout une atmosphère d’introversion et de réflexion. Tout un calme extérieur parce que Cecil est tranquillisé. Si les autres peuvent savoir pour Kieran et les cordes, c’est que cela ne doit pas être si grave que ça.

J’ai deux frères, un grand et un petit.

Il hausse les épaules, lentement. Il ne les aime pas ou croit ne pas les aimer. C’est toujours difficile, quand la tension est vive, de voir au-delà d’elle…

Le grand aime un autre étudiant.
Notre père déteste les homosexuels …

Il se lève. Voit le noir. Voit les murs.
Il a peur à nouveau.
Il tremble.

Tressaille.
Que faire ?
Il se rassied.
Trop de peur.
Et d’impuissance.

Gout d’anis dans la bouche.
Pique d’abeille dans le dos.

Les sentiments négatifs, du fond, du tréfond, remontent, un à un, vite. Fulgurance de regret et de frustration.

Je n’aime pas mes frères…
Alors je suis content que le grand soit homosexuel.


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

Kieran Nails





Re: Le verrou noir et la phobie blanche
01.11.16 21:29




Le verrou noir et la phobie blanche

You locked the door but won't let it close


C'est qu'il se vexerait presque... j'y pouvait quoi moi si on lui disait rien, surtout que c'était pas le genre de truc qu'on expliquait comme ça au milieu d'un crise de panique ou d'une discussion un peu légère. Trop petit. Je sais pas. Peut être pas, après tout à son âge c'était le genre de truc que j'avais déjà un peu trop expérimenté. Lui, c'était tout le contraire. Il lui restait tout à découvrir et je me sentais toujours aussi coupable de l'initier à la vie sexuel en abordant ce sujet comme introduction.
Vraiment. Ça craint.

Mais il se calme une fois de plus, il boude une seconde, s’intéresse celle d’après et semble comprendre qu'il lui faudra simplement du temps pour vraiment capter tout ce que je lui raconte. Comme tout ado normal, il finira bien par passer par cette étape un jour ou l'autre. Quoi qu'en voyant le nombre de coincé que cette école abritait je crois que ce sera pas aussi simple..
Vraiment pas simple.

Il était maintenant en train de me parler de son frère. Son frère qui aime les garçon et qu'il s'imaginait peut être pouvoir me convenir sexuellement. Je sais pas pourquoi mais l'entendre dire ça avait quelque chose de complètement glauque. Ou juste bizarre. J'avais aucune envie qu'il s'imagine des truc mais c'était bien trop tard maintenant pour essayer de le persuader que j'étais pas non plus comme les mecs qu'il a brièvement vus dans mes manga...
Mais je me tais tout simplement.. Au moins je n’aggrave pas mon cas.. puis comme ça, je pouvais simplement le laisser parler et écouter. Pour un fois que c'est moi qui le faisais.

Il avait deux frères, je me demandais qui ça pouvait être. Peut être que j'avais déjà vus leurs visage parmi la foule. Je crois que je ne me souviens de personne ayant ses yeux ou son visage, du moins, un air de famille. Son grand frère aimait pourtant les garçons, c'était le genre de détails qui ne m'échappait jamais en général. La curiosité me gagnait lentement, mais fut rapidement balayé par une autre révélation. Son père.

Il en parlait comme ça, comme si c'était un détail. J'en avait croisé assez dans ma vie pour savoir que c'était simplement insupportable de devoir supporter ce genre de connards. Du coup, j'avais un peu de peine pour son frère, et peut être que c'était pour ça que je l'avais pas noté sur ma liste des mecs abordable. Peut être qu'il se cache, ou qu'il est trop amoureux pour avoir l'air abordable.
C'est toujours compliqué comme situation, surtout venant d'un père.

J'allais compatir, dire quelque chose de gentils ou un truc dans le genre pour faire passer le malaise. Mais Cecil n'avait pas l'air gêné, en faite, il avait l'air plutôt en colère, comme si tout ça ne l'affectait personnellement. Il se lève, se ravise, les ténèbres le dissuadent peut être de partir, ou de s’enfuir alors qu'il venait de se confier dans la plus grande simplicité. Des détails qu'il balançait comme ça. Parce qu'il aime pas ses frères, et parce qu'il est content que son aîné ai des préférences qu'on juge « différentes »

« ... Quoi ? »

Qu'est ce qu'il venait de dire ? J'avais soudainement du mal à le cerner. Il n'aimait pas ses frères, il se réjouissaient qu'un d'entre eux soit comme il est, peut être parce que ça agace leurs père. Peut être parce qu'il aimait pas plus les gens « comme ça ». Mais pourquoi est ce qu'il me posait toutes ces questions alors...

Cecil est un vrais mystère.

« Pourquoi tu dis ça ? ... T'as un problème avec nous ? Du coup t'es content que ton frère en bave ? »

C'était peut être un peu plus froid que je ne l'aurais voulu. Mais c'était sortit tout seul. Un réflexe qu'on a quand on a l'impression d'être jugé. On se braque un peu et on montre les dents même face à quelqu'un d'aussi innocent comme Cecil. Les agneaux aussi peuvent foutre des coups de sabots.




codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

Cecil Manor





Re: Le verrou noir et la phobie blanche
03.11.16 0:43

« Pourquoi tu dis ça ? ... T'as un problème avec nous ? Du coup t'es content que ton frère en bave ? »

Il y a une bulle de blanc autour de Cecil. De ce blanc qui appesantit les secondes et ralentit les mouvements. De ce blanc qui aveugle et qui dénerve les yeux. Un moment d’incompréhension et de suspension de la conscience.

Pourquoi Kieran est-il fâché ?

Cecil avance son visage. Instinct millénaire qui pousse les êtres vers les êtres quand ils n’ont pas peur.

Est-il fâché pour son frère ?

Deux battements de paupière.
Le connaissait-il, en réalité ?

Est-il fâché pour lui ?
Ah. Oui. C’est vrai.

Autour de Kieran, comme autour de chaque homme, il y a une seconde chair invisible, qui flotte, électrique, texturisée, odorante. Autour de Kieran, pour le moment, cette chair invisible sent le gel, la contraction et l’électricité malheureuse.

- Oh. Non.

Cecil comprend un peu tard…

Un poing devant sa bouche.
Merde alors.
Et toute son angoisse vient se loger dans cette paume qu’il ferme très fort.

- Kieran…

Dit-il derrière son poing et ses grands yeux ouverts.

- Toi je t’aime beaucoup.

Il regarde les mangas, épars. Petits écueils de sainteté…
Il en montre un du doigt. Celui dans lequel un homme fait des choses de cuir avec un autre homme.

- D’ailleurs, je vais faire l’effort d’y repenser pour mieux comprendre ce que tu aimes.

Il aimerait avancer une main vers Kieran. Lui taper sur l’épaule – comme dans les films où les hommes sont virils. Mais sa main reste dans le vide. Hésitation de virilité. Contact amorcé. Avorté. Il reprend sa main dans son autre main. Se triture les doigts. Regarde Kieran.

- Tu es différent de mon frère. Toi tu me donnes de l’attention ? Au début j’avais peur de toi mais maintenant plus. Et puis comme j’avais peur de toi je te fuyais. Mais quand j’ai eu besoin de toi tu m’as aidé. Tu es généreux. Tu es gracieux, en tout cas.

Gracieux, pour Cecil, cela veut dire tant.
Chez les Manor, le qualificatif est courant.
Chez les Manor, gracieux n’a rien à voir avec la danse ou les manières.

Cecil se lève. Voit les murs. En a toujours aussi peur. En fait fi. S’époussette les vêtements. S’assied près de Kieran. Il montre du doigt la distance qui les sépare. Ténue.

- J’ai envie de m’assoir à côté de toi. Je ne veux pas m’assoir à côté de mon frère. Vous êtes homosexuels tous les deux mais ça ne me dérange pas.


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Duelliste illégal


Messages : 819

Date d'inscription : 15/04/2016

Feat : Un roux cool

Kieran Nails





Re: Le verrou noir et la phobie blanche
04.11.16 0:20




Le verrou noir et la phobie blanche

You locked the door but won't let it close


Je m'en voulais un peu d'avoir été si froid tout d'un coup. Il avait certainement été maladroit. Les gens sont souvent maladroit avec les mots malheureusement. Ils ne se rendent pas compte de leurs importance ou de leurs impacte. Ce ne sont que des mots. Des mots qu'il regrettait peut être lui aussi. Ses yeux s'étaient arrondi, la confusion s'y lisaient facilement, à vrais dire, le visage de Cecil était beaucoup trop expressif pour douté de sa sincérité.

Il se rendait compte de sa maladresse, s'en excusait à sa manière. Manière toujours un peu étrange d'ailleurs. Une franchise qui ressemblait assez à la mienne en réalité. Cette simplicité à dire les choses comme elles sont. Au moins ça m'avait fait sourire, balayant ce qu'il me restait d'amertume. En faite, j'en aurait presque culpabilisé à le voir dans cet état. Je ne voulais pas qu'il se sente mal à l'aise à cause de ça. Il était prêt à se rattraper, quitte à redevenir un peu.. étrange.

« Cecil.. vraiment.. laisse tomber ces mangas.. mais c'est gentil.. de vouloirs me comprendre. »


Gentil, et super bizarre aussi. Je crois que j'avais du mal à l'imaginer penché sur des livres étranges abordant le masochisme et la soumissions.. tout ça parce que j'avais quelques mangas bizarre dans mon sac et que je m'étais montré un peu bavard sur mes expériences. Vraiment, j'aurais préféré qu'il s’intéresse à autre chose que ça.
J'imagine que c'était trop tard maintenant. Je serais toujours le Gryffondor qu'on attache et qui aime les garçons. J'ai fais mieux comme réputation dans ma vie. J'ai fais également pire..

Il leva sa main une seconde, s'était également rapproché, ce détail ne m'avait pas marqué jusqu'à ce qu'il manque de me toucher. Il hésita une fois de plus avant de simplement triturer ses mains. Peut être qu'il avait voulu se montrer réconfortant en m'étreignant une seconde. Le genre de chose que j'aurais fais à sa place. Sans retenue, sans gêne non plus.
Mais ça c'était moi.

Lui s'excusait encore une fois. Il avoue avoir eu peur de moi. Peur ? C'est peut être la première fois qu'on m'avouait quelque chose comme ça. Collant, idiot, agaçant, gentil.. Mais effrayant ça.. c'était une première. J'avais envie de dire « pardon » sans vraiment savoir ce que j'avais fais de mal, simplement pour lui montrer qu'il n'avait aucune raison d'avoir peur. Peut être qu'en l'aidant je lui avait fait découvrir une autre facette qui lui plaisait d'avantage que le garçon bruyant qu'il me connaissait. Gracieux. Ça aussi c'était inédit.

« Gracieux ? Tu trouve ? Je crois que c'est la première fois qu'on me dit ça.. Merci. »

Qu'est ce que ça pouvait bien vouloir dire pour lui ? Je me trouvais pas spécialement gracieux. Ce mot évoquait l'élégance, la finesse et le raffinement. Une beauté fascinante dans un geste simple. On m'a donné beaucoup d'adjectif, mais on ne m'avait jamais trouvé spécialement gracieux.

Je lui souriait encore un peu, stupidement satisfais du compliment alors qu'il se relevait une fois de plus malgré la pénombre et le murs à proximité. Peut être qu'il allait encore se mettre  à trembler, à angoisser. On était toujours pas sorti d'ici, et ça commençait à faire long.. Mais le blond s'était de nouveau assis à mes cotés. Il était plus proche de moi cette fois, comme s'il avait voulu me prouver que notre proximité n'était pas un problème. Assis là à coté de moi, parce qu'il avait simplement envie d'être là.

Il est pas méchant, juste maladroit.

« Je comprend Cecil t'en fais pas. Je sais que tu voulais pas être désagréable. J'ai réagit un peu trop vite... Puis tu sais je suis différent de ton frère, moi j'aime aussi les femmes.. Mais je suis content que tu me dise tout ça. Je savais pas que je te faisais peur... »

J'en riais une nouvelle fois, cherchant peut être à dédramatiser la situation. Je m'étais même risquer à le pousser affectueusement d'un coup d'épaule en espérant le détendre une fois de plus malgré la situation.

« Enfin, j'avais jamais vraiment remarqué.. Alors .. désolé ?  Y'a des fois ou je suis un peu un boulet, généralement je me rend compte de ce genre de truc quand on me le dis.. »

Haussement d'épaule, autre sourire. De toute façon c'était fait, on pouvait rien y changer.




codage par greenmay. surApple-Spring


Les cadeaux trop bo:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Hibou & Sigma


Messages : 219

Date d'inscription : 10/09/2016

Feat : Un petit blond

Crédits : Lynch

Double Compte : Cyrian Aefferden

Cecil Manor





Re: Le verrou noir et la phobie blanche
07.11.16 3:19

Toute cette froidure, toutes ces pierres, autour de toi.
Qui a créé ce château, ce vieux château, qui ce soir t’embastille dans ses racines ?
Qui a créé ce verrou qui ne s’ouvre que pour l’extérieur ?
Qui voulait t’enfermer, ou lui, ou un autre, ou des autres, ici bas ?

Tu frissonnes quand tu comprends que tu ne comprends rien. Rien au château. Rien au plaisir de Kieran.

Qui a fait un tel fils ?
Qui a créé un tel homme ?

Il aime aussi les femmes. Il aime donc les hommes. Le cuir. Et les femmes.

- Les femmes aussi. Ça fait du choix…

Tu réponds dans un souffle éthéré.

Ta bouche tendre, séchée par l’attente, sans décibels ajoutés.
Tes yeux bleus, grands ouverts par la surprise, sans mouvements possibles.
Tu es une charmante gargouille. Miniature. De chair. Blonde et rosée. Qui attend. Attend. Attend. Attend. Oh, cette attente… Elle tue les nerfs et les pensées.

Un petit coup d’épaule.
Un petit contact.

On touche ce qu’on aime ou ce qu’on hait.
On ne touche pas l’indifférence.

Il t’aime bien.
C’est ce que tu penses, sans mot, au fond de tes poumons, quand tu soupires, doucement, la pression partie.

Il ne savait pas qu’il faisait peur.

- Mh…

Tu lèves la tête vers lui.

Lui tout sourire. Lui tout rouge. Lui cheveux de feu qui crient et qui hurlent et lui qui sourit.

- Parce que tu as été très proche au début. Je n’ai pas l’habitude.

Tu prends le manteau de Kieran entre tes doigts. Le coton et la laine s’y mêlent amoureusement. Le tissu est doux à ta peau, chaud à ton derme.

- Les choses n’ont pas de présence autour d’elles. Alors on peut porter des vêtements. Mais les hommes, et certaines bêtes, ont une présence qui flotte autour d’eux. Et quand cette présence me touche, c’est comme si des doigts me touchaient. Quand je ne connais pas la personne, cela me gêne.

Tu laisses tomber le pan de manteau.

- Tout le monde est comme moi mais tout le monde ne le sait pas.

Tu bailles. La fatigue décomplexe tes mâchoires. L’inférieure veut se faire la malle. Ta main devant ta bouche. Les petites incompréhensions tendent toujours les muscles. Les tiens se relâchent, brutalement, silencieusement. Et contre le sol de pierre tu t’allonges.

- Je suis fatigué. Je vais dormir. De toute façon, nous devons attendre...

Le sommeil ferme les paupières et abolit les pensées. Le sommeil résout tant et tant…

Dans les racines du vieux château, deux garçons attendent dans le noir.
Dans les boyaux minéraux, tu es l’un deux, perdu dans une concrétude trop sombre pour te tenir éveillé.
Et tu t’endors.
Et tu rêves.
Et tu pars.


Beaucoup de lumière. Un peu de nuage.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé







Re: Le verrou noir et la phobie blanche

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firewhisky :: Poudlard :: Catacombes :: La salle oubliée-
Sauter vers: